Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ?

 | 
Yves Alix
, 
Bruckman Denis
, 
Olivier Chourrot
, 
et al.

Table ronde : Les publics à Paris. Quels usages ? Quelles attentes ?

D’une Bpi à l’autre : quelques enseignements de l’enquête 2003 sur les publics

Olivier Chourrot

Texte intégral

  • 1 Responsable du pôle Services aux publics à la Bibliothèque publique d’information.

1Note portant sur l’auteur1

2L’enquête de publics 2003 s’inscrit dans la lignée des enquêtes conduites par le service Études et recherche de la Bpi depuis son ouverture, dont elle reprend la structure. Une nouveauté méthodologique a néanmoins été introduite : alors que les éditions précédentes s’étaient déroulées aux mois de mai et de novembre, l’enquête 2003 a fait l’objet de deux vagues, l’une en juillet, l’autre en novembre. Ce choix avait pour but de vérifier une hypothèse que les bibliothécaires de la Bpi faisaient depuis longtemps, celle d’une forte spécificité du public estival.

3De ce point de vue, les résultats n’ont guère surpris : le profil du public juillettiste est à ce point différent de celui du profil automnal qu’il n’est pas excessif de parler des « deux Bpi ». La surprise est venue d’ailleurs : la comparaison entre l’enquête 2000 et la seconde vague de l’enquête 2003 fait apparaître une évolution sensible de la fréquentation, caractérisée par une plus grande volatilité, ainsi qu’une modification des usages.

Novembre et juillet : les deux Bpi

4Depuis son origine, la Bpi est agitée par une lancinante interrogation identitaire : est-elle la bibliothèque de lecture publique, ouverte à tous, imaginée par son fondateur ? Ou, submergée par les étudiants, est-elle une bibliothèque certes publique, mais à dominante universitaire ? La mise en perspective des deux vagues d’enquête montre que la Bpi est tout cela à la fois ; elle permet aussi de supposer que, si la pression de la file d’attente se relâchait en période universitaire, la bibliothèque verrait son public se diversifier. En effet, la proportion d’actifs dans le public de la Bpi est de 43 % en juillet (où la file d’attente est quasi inexistante), et chute à 26 % en novembre (période de forte affluence). Le caractère dissuasif de la file d’attente pour les actifs est par ailleurs confirmé par les variations quotidiennes de fréquentation : en novembre, le taux d’actifs est de 25 % entre 18 h et 19 h, et monte à 43 % après 20 h, heure à laquelle il n’y a généralement plus de file d’attente.

5La Bpi estivale est clairement une bibliothèque de lecture publique. Les étudiants y sont non seulement moins nombreux (54 %), mais y viennent davantage pour des motifs de loisir. Ils sont aussi plus diplômés (40 % déclarent avoir un niveau bac + 5), moins Parisiens, et moins majoritairement inscrits en filières littéraires que leurs collègues de novembre. Mais lecture publique ne rime pas obligatoirement avec démocratisation. À l’image des étudiants plus diplômés qu’en novembre, les actifs de l’été se recrutent dans les catégories socioprofessionnelles moyennes et supérieures. Leur profil est comparable à celui des actifs de novembre, à deux notables exceptions près : la surreprésentation des professions intermédiaires (37 % contre 29 %), et la sous-représentation ouvrière (1 % contre 8 %).

6Avec un tiers d’étrangers au lieu d’un quart, la bibliothèque de juillet est également plus cosmopolite, et joue de ce fait plus nettement son rôle d’intégration. Les hommes y sont majoritaires à 54 % (contre 44 % en novembre), ce chiffre s’expliquant sans doute par la plus faible représentation des étudiants, qui sont majoritairement des femmes, en été.

7Cette étude en deux vagues montre que l’objectif de diversification des publics de la Bpi n’est pas inatteignable : attirés par les services offerts, les actifs viennent à la Bpi dès lors qu’elle leur est aisément accessible. La file d’attente apparaît plus que jamais comme un frein à cette diversification, comme l’illustre la sous-fréquentation des services plus spécifiquement destinés aux actifs en période de saturation des espaces.

2000-2003 : une fréquentation plus volatile

8La comparaison 2000 - 2003 fait apparaître une plus forte volatilité des usagers, qui se manifeste au travers de certains indicateurs. Tout d’abord, le taux de renouvellement des usagers s’accroît significativement ; 65 % d’entre eux sont venus pour la première fois depuis 2000, alors que ce taux était de 51 % entre les deux précédentes enquêtes. Mieux, 22 % des usagers ont effectué leur première visite en 2003. La « durée de vie » de l’usager, c’est-à-dire la période pendant laquelle il fréquente la bibliothèque, a diminué. En revanche, la fréquence de visite est restée stable depuis 2000, avec notamment 54 % des visiteurs qui viennent à la Bpi plus de 10 fois par an. Dans le même temps, l’affluence a connu un fléchissement de 3,65 % depuis 2001.

9De ce constat général, l’on ne peut pourtant conclure à une fluidification de la file d’attente, qui constitue le point noir de la Bpi. Car si la fréquentation diminue légèrement, la durée moyenne de visite est en augmentation régulière, sans que l’on sache si la première est une conséquence de la seconde ou si, au contraire, elle s’explique par des facteurs externes (baisse démographique, recours à d’autres sources d’information, etc.). La hausse significative du public étudiant, qui représente 71 % des visiteurs en 2003 contre 59 % en 2000, explique pour partie la croissance de la durée de visite et la saturation des espaces. Plus que tout autre, ce public séjourne à la bibliothèque, qui lui est à la fois lieu d’étude, de révision et de rencontre. Les pics de temps d’attente sont constatés le week-end (avec un record à 5 heures certains dimanches de l’année), jours de plus forte affluence étudiante (75,5 % des visiteurs le samedi, 76 % le dimanche). Le plan vigipirate, qui impose une vérification des sacs des usagers à l’entrée de la Bpi, allonge significativement le temps de remplissage de la bibliothèque et constitue un facteur aggravant de la file d’attente. Plus que jamais, il faut compter avec cette pénible réalité et améliorer autant que possible les conditions d’attente.

L’allégement des usages

10Entre 2000 et 2003, les usages ont également connu une modification notable. Si l’ambition légitime du bibliothécaire est de rapprocher des hommes et des œuvres, elle se trouve contrariée par l’évolution de trois indicateurs clés. Le nombre de « touche à rien », c’est-à-dire d’usagers n’ayant consulté aucun document de la bibliothèque pendant leur visite, est passé de 10 à 13 % entre 2000 et 2003. Concomitante à l’augmentation de la durée de visite, cette hausse montre – s’il en était besoin – que la bibliothèque est une salle de travail autant qu’une collection, et que les tables et les chaises y sont aussi importantes que les livres. Deuxième indicateur, dont l’évolution est plus préoccupante pour les bibliothèques, la mono fréquentation est passé de 18 % à 29 % ; près d’un tiers des usagers de la Bpi ne hante aucune autre bibliothèque, qu’elle soit universitaire ou de lecture publique et, de ce fait, ne recourt jamais à l’emprunt de documents. Bien sûr, le public de la Bpi n’est pas la population française et il faut se garder d’extrapoler ; néanmoins, ce chiffre mérite l’attention en tant que symptôme d’une perte d’habitude de la fréquentation des bibliothèques qu’il faudra bien analyser. Enfin, entre 2000 et 2003, la part des solitaires (c’est-à-dire des personnes venant seules) dans le public de la Bpi a connu une croissance significative, passant de 67 à 75 %. Cela ne signifie pas forcément que les pratiques collectives, en particulier le travail en commun, aient diminué. À cet égard, il serait intéressant d’étudier les effets de l’usage du téléphone portable sur la manière de travailler en groupe. La démocratisation de cet engin – par ailleurs cauchemar des bibliothécaires – permet un travail à distance fréquemment constaté. De fait, pourquoi imposer à trois ou quatre personnes de faire la queue à la Bpi, quand l’une d’entre elles peut être déléguée par le groupe pour sélectionner la documentation pertinente ?

11L’impression qui se dégage de ce rapide survol de l’évolution de la fréquentation et des usages est celle d’une atomisation croissante du public de la Bpi. L’usager 2003 est plus solitaire, moins fidèle à la Bpi ; il vient davantage avec ses propres documents et ne fréquente guère d’autres bibliothèques. Insensiblement, un tel portrait conduit à s’interroger sur la bibliothèque comme lieu de sociabilité et de citoyenneté. C’est là sans doute un autre débat, qui déborde du thème de cette journée d’étude, mais que les présentes contributions peuvent éclairer.

Notes

1 Responsable du pôle Services aux publics à la Bibliothèque publique d’information.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable