Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ?

 | 
Yves Alix
, 
Bruckman Denis
, 
Olivier Chourrot
, 
et al.

Table ronde : Les publics à Paris. Quels usages ? Quelles attentes ?

L’enquête sur le public des bibliothèques de la Ville de Paris. Juin 2003

Yves Alix

Texte intégral

  • 1 Responsable du Service scientifique des bibliothèques de la Ville de Paris.

1Note portant sur l’auteur1

2L’objet de cette brève intervention est de présenter quelques résultats significatifs de l’enquête sur le public réalisée en 2003. Elle n’a pas la prétention d’en constituer la vraie synthèse.

3Cette enquête actualise les données recueillies en 1989 (enquête mv2) et 1997 (enquête sur le public des bibliothèques parisiennes, toutes tutelles confondues, menée par l’oplpp). Elle permet de faire un portrait-robot des lecteurs, de connaître les usages, de mesurer la satisfaction et de déceler les attentes.

4Pour bien situer les résultats, il est utile de rappeler tout d’abord quelques éléments du contexte parisien.

Le contexte parisien

  • Population : 2 125 000 habitants (recensement 1999).

5Ce nombre ne correspond pas exactement, pour les bibliothèques, à la population desservie : les banlieusards travaillant à Paris sont à prendre en compte, ils représentent 12 % des inscrits.

  • Baisse de la population dans Paris intra-muros, mais accroissement de celle de l’agglomération.
  • Baisse des emplois (mais pas de l’activité). Transformation des emplois : le tertiaire domine.
  • Très forte densité : plus de 20 000 habitants/km2. La pression foncière très forte explique les difficultés rencontrées par les institutions publiques pour trouver des espaces à aménager. Pour les bibliothèques, cela veut dire aussi que l’échelle n’est pas la même qu’ailleurs.
  • Surreprésentation des CSP supérieures et « gentrification ».

6Mais grande diversité sociale selon les quartiers, poches de pauvreté, populations en grande précarité.

Les bibliothèques municipales

  • 65 établissements, dont 56 bibliothèques de prêt (les bibliothèques spécialisées n’ont pas été traitées dans l’enquête ; elles doivent faire l’objet d’une enquête spécifique en 2005).
  • 63 000 m2 de plancher : 2,97 m2/100 habitants, soit la moitié de la moyenne nationale.
  • 4 310 places assises : 2,03/1 000 habitants, un taux très faible.
  • 337 000 inscrits, soit 15,8 % de la population desservie (en France : 17,8 %).
  • Fréquentation en hausse faible mais régulière (Paris n’a pas connu jusqu’à présent la baisse constatée au niveau national).
  • 12 000 000 prêts annuels (tous documents), dont 8 millions imprimés.
  • Les bibliothèques de prêt sont informatisées, les spécialisées vont l’être en 2005.

L’enquête

7Précédentes enquêtes : mv2 1989, oplpp 1997, enquêtes nationales (cf. par exemple Pratiques ordinaires de la culture : les publics des bibliothèques municipales).

8Enquête menée par la société SCP Communication en juin 2003.

9Méthodologie : deux enquêtes complémentaires :

  • Quantitative : sondage par téléphone auprès de 1 006 Parisiens (adultes + 15 ans seulement), choisis selon un échantillon représentatif de la population par âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle, lieu d’habitation (pour permettre des tris par arrondissements ou quartiers), et questionnaire auprès de 822 usagers en sortie de bibliothèque, sur un panel représentatif d’établissements ;
  • Qualitative : entretiens individuels en tête à tête avec 30 Parisiens, 30 « fréquentants », 10 travailleurs parisiens ne résidant pas à Paris, 12 représentants de collectivités partenaires (associations, écoles, etc.).

Les Parisiens et les bibliothèques

10Quel rapport les Parisiens ont avec le monde des bibliothèques, en données quantitatives ?

  • 33 % des Parisiens sondés déclarent être inscrits dans une bibliothèque : comparaison avec le taux de 17,8 % d’inscrits en bibliothèque municipale.
  • Le nombre de Parisiens inscrits dans une BM représente en fait 88 % de 337 000, soit 14 % de la population strictement parisienne.
  • 44 % des Parisiens disent avoir « un rapport quelconque avec une bibliothèque ».
  • 56 % des Parisiens sont des « non-fréquentants » absolus. Les raisons de non-fréquentation invoquées sont d’abord le manque de temps et la faible appétence pour la lecture, mais aussi l’autosuffisance.
  • 109 000 nouveaux inscrits chaque année, mais 29 % de pertes annuelles d’usagers. Le solde reste néanmoins légèrement positif (Source : statistiques des bibliothèques de la Ville de Paris 2003, mission Évaluation et prospective).

11Comment expliquer cette forte évasion : insatisfaction, mobilité ? Difficile à déterminer précisément.

Le profil des usagers

12Un public :

  • Jeune : moyenne d’âge 37,8 ans (Parisiens : 43,3).
  • Féminin : 56 % des usagers sont des femmes (Parisiens : 54 %) et 70 % chez les 15/18 ans.
  • Aisé : 30 % des usagers sont des cadres supérieurs (Parisiens : 21 %) La représentation sociale des Parisiens est accusée dans les bibliothèques, ce sont les « nantis » culturels qui profitent le plus du service.
  • Instruit : 75 % des usagers ont atteint le niveau des études secondaires ou supérieures (Parisiens : 63 %).
  • Fort consommateur de produits et de loisirs culturels, profitant d’une offre exceptionnelle.

13Exemples : 16 % des usagers vont au concert régulièrement (10 % des Parisiens), 34 % vont au musée ou dans les expositions (Parisiens : 21 %).

14Il faut toutefois nuancer : le public est très diversifié, et par ailleurs les professionnels sont conscients depuis longtemps de la nécessité de séduire d’autres catégories de publics.

Surreprésentations, sous-représentations

Surreprésentations, sous-représentations

15Après le profil, les pratiques :

Proximité et parcours

  • Des usagers attachés à la bibliothèque de quartier : la fréquentation et la connaissance diminuent sensiblement au-delà de 800 m de distance.
  • Des parcours simples, un service de proximité : 31 % des fréquentants mettent moins de 5 minutes pour se rendre à la bibliothèque, 58 % y vont à pied, 30 % en autobus ou en métro.
  • 12 % des usagers habitent hors de Paris (les travailleurs « commuters » urbains d’aujourd’hui).

16On constate un attachement paradoxal au petit établissement, la peur du trop grand [ex : les habitants du xxe qui redoutent la fermeture de la bibliothèque Saint-Blaise (700 m2) après l’ouverture de la médiathèque Bagnolet (4 000 m2)].

La multifréquentation

  • L’enquête de 1997 faite pour l’OPLPP évaluait la multifréquentation à 70 % des usagers. Mais les étudiants, multi-utilisateurs le plus souvent par nécessité, y étaient surreprésentés.
  • Selon l’enquête 2003, 54 % des usagers sont des multifréquentants 46 % ne fréquentent qu’une bibliothèque, 34 % deux bibliothèques, 20 % trois ou plus.
  • Ceux qui fréquentent deux bibliothèques ou plus citent surtout (ordre décroissant des citations) :
  • la BnF
  • la Bpi
  • les bu, la bibliothèque Sainte-Geneviève (100 % d’étudiants)
  • les bibliothèques d’entreprise
  • les bibliothèques associatives
  • la médiathèque de la Cité des sciences
  • les cdi et cio (15/18 ans)
  • Forney
  • les bibliothèques municipales de banlieue

17Les bibliothèques municipales du réseau parisien sont également citées, la première apparaît en 3e position

Des usages

  • Pratique d’emprunt dominante, peu de lecture sur place (par manque de places).
  • Domination du livre : 59 % des usagers ne connaissent pas l’offre de cd, 78 % l’offre vidéo.
  • Faible fréquentation des animations et rencontres culturelles (et faible connaissance) : 76 % des usagers déclarent ne pas les connaître.

Des satisfactions

  • Une satisfaction globale assez bonne mais pas exceptionnelle : 7,47/10.
  • Mais une satisfaction inégale selon les services :
  • très bonne satisfaction : conditions gratuites d’emprunt (pendant 3 semaines), accueil ;
  • bonne : jours d’ouverture, horaires de fermeture, offre documentaire, renseignement ;
  • moyenne : disponibilité des documents, disponibilité des agents, horaires d’ouverture, convivialité des lieux ;
  • médiocre : recherche à l’opac, places de travail, accès Internet.

Conclusion

18Les bibliothèques parisiennes souffrent d’une faible visibilité, d’un manque d’identité (faut-il faire comme les franchises commerciales : avoir un aspect identique partout ?). Cette invisibilité est d’abord physique et matérielle, les bibliothèques sont trop souvent mal placées.

19Un service apprécié, mais qui ne subit pas une forte demande, contrairement aux services sociaux, crèches, animations locales. Seul moyen de véritable progression dans la population : faire connaître l’offre

20Le public est un peu fuyant, peu revendicatif, satisfait mais relativement inactif : on a du mal à le cerner, en particulier quant à sa satisfaction et à ses attentes. L’enquête nous donne une photographie nette qui montre un personnage un peu flou.

Notes

1 Responsable du Service scientifique des bibliothèques de la Ville de Paris.

Table des illustrations

Titre Surreprésentations, sous-représentations
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

Auteur

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access