Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ?

 | 
Yves Alix
, 
Bruckman Denis
, 
Olivier Chourrot
, 
et al.

Publics, usages, territoires

Pratiques culturelles et nouvelles mobilités

Alain Lefebvre

Texte intégral

  • 1 Professeur émérite en géographie-aménagement à l’université de Toulouse Le Mirail (GRESOCUTM).

1Note portant sur l’auteur1

2Le temps est aujourd’hui à la prise en compte de l’usager, de ses besoins, de ses humeurs, voire de ses caprices. Les politiques de l’offre sont jetées au pilori. Une nouvelle croyance, le « bottom up », version savante de la France d’en bas, remplace le « top down », image honnie du colbertisme jacobin. Je ne suis pas tout à fait convaincu par ce renversement d’approche en forme de nouvelle pensée unique ou, si vous préférez, de libéralisme version bon enfant qui fait du désir individuel le moteur central du changement social. Il n’en reste pas moins vrai que les politiques culturelles – puisque c’est cela qui nous réunit aujourd’hui – ont trop longtemps fonctionné de manière assez schizophrénique vis-à-vis d’un public dont on se contentait de rappeler périodiquement qu’il n’était pas suffisamment démocratisé. Une certaine sociologie, dite de la reproduction ou encore de la distinction ou bien de la domination a, sans doute, contribué au développement de ce qu’il faut bien nommer une certaine désespérance culturelle. Cette sociologie insiste sur le fait que les structures sociales fixent des comportements (des habitus) jamais bien éloignés des normes du groupe social d’appartenance. De ce fait, toute tentative de démocratisation culturelle serait assez vaine. Sans remettre en cause les principaux acquis de la sociologie de la reproduction, une autre approche, construite autour de la notion d’individu social, propose un éclairage intéressant : il ne s’agit pas dans « la culture de l’individu » (titre d’un ouvrage récent de Bernard Lahire) de s’intéresser à un individu abstrait animé de passions naturelles (ce qui constitue l’objet du paradigme économique néoclassique), mais d’étudier les variations interindividuelles des comportements au regard des multiples éléments de contextualisation des pratiques.

3L’objet de cette communication est d’évoquer modestement certains aspects sociospatiaux de cette contextualisation. En fait, je n’aborderai ici que deux éléments étroitement imbriqués : le couple mobilité/proximité et la multiterritorialité, notion qui me semble mieux correspondre aux pratiques territoriales d’aujourd’hui et notion utilisable par les acteurs culturels.

Le couple mobilité/proximité

4Ces deux termes, antinomiques au premier abord, fonctionnent à la fois comme un analyseur de pratiques et comme norme sociale essentiellement positive. Autrement dit, dans l’opinion courante, la mobilité comme la proximité cela existe, et c’est une très bonne chose qu’il en soit ainsi, même si certains dommages collatéraux sont inévitables. Sans vouloir remettre en cause ce que l’expérience immédiate nous enseigne, je souhaiterais interroger un peu l’expérience et la norme du point de vue de l’action culturelle.

La mobilité

5Tout bouge, tout le monde bouge, dit-on. Les exemples ne manquent pas en effet.

6Je ne voudrais pas remuer le fer dans la plaie des Franciliens en évoquant la question des migrations alternantes, sans doute le plus grave des dommages collatéraux. Passons tout de suite à des réalités plus champêtres.

7Ainsi la campagne est, aujourd’hui, un espace où l’on bouge, par nécessité ou par goût (j’y reviendrai) même si tout le monde n’y est pas mobile (c’est quand même dans le rural que le taux de possession de voitures individuelles est le plus faible).

8Le développement du temps libre (35 heures ou pas) entraîne par ailleurs des déplacements importants sous la forme de courts séjours touristiques et le phénomène bien connu de la résidence secondaire. Le terme secondaire est d’ailleurs réfuté par un ethnologue au nom peu prédestiné, Jean-Didier Urbain, qui préfère parler de birésidentialité, soulignant par là aussi bien la diversité des temps d’occupation résidentielle que la réversibilité des investissements affectifs qui y sont effectués. Faut-il alors parler de mobilité et même de proximité quand le même Jean-Didier Urbain, dans son ouvrage Les Paradis verts, a bien mis en lumière le fait que les résidents secondaires venus de la ville pratiquent volontiers l’enfouissement ou la disparition momentanée plutôt que la célébration de valeurs rurales transcendantes en symbiose avec les résidents autochtones ?

9Sur la mesure quantitative de la mobilité quotidienne, les chiffres fournis pas l’INSEE sont assez surprenants : en termes de nombre de déplacements ou de temps de déplacement, la mobilité a sensiblement augmenté sur dix ans (22 et 8 % sur ces deux critères) pour les activités « non contraintes » (loisirs et sociabilité) ; en revanche, elle a sensiblement diminué en temps de déplacement pour ce qui concerne le travail (-18 %), la nette régression des retours à domicile à l’heure du déjeuner expliquant en partie le phénomène.

10La notion de mobilité nous renseigne finalement assez peu sur la manière dont les hommes et les femmes occupent des territoires considérés comme des réalités exogènes aux acteurs sociaux. Comment intégrer dans les plans de développement de ma médiathèque la présence de résidents à temps partiel (je n’ai pas dit secondaires !) si je me fonde exclusivement sur les données du cadastre ou de l’état civil et si je ne sais rien sur la manière dont ces résidents découpent et recomposent leurs temps sociaux et leurs espaces de vie ?

La proximité ou l’envers de la mobilité

11La proximité est souvent considérée comme l’antidote de la mondialisation, la revanche des territoires contre la dictature des réseaux, le complément nécessaire et voulu à la mobilité subie. La notion est utilisée largement par les acteurs publics locaux lorsqu’il s’agit de réaliser des équipements de proximité. J’avoue que cette notion de proximité appliquée aux équipements culturels me laisse un peu mal à l’aise, même si j’ai le sentiment d’aller contre le sentiment général et les résultats des enquêtes de satisfaction qui plébiscitent la proximité topographique de l’équipement comme facteur de fréquentation. Je rappellerai d’abord que la proximité n’est pas seulement topographique et l’usage des tic nous montre comment fonctionnent des communautés sans proximité. Mais surtout, je me permettrai d’esquisser un lien entre les équipements de proximité et la question de la démocratie. La loi sur la démocratie de proximité de février 2002 annonce, trois mois avant J.-P. Raffarin, le slogan de « la France d’en bas » en opérant une réduction draconienne de l’espace public de débat cher au philosophe Habermas. Elle le réduit à sa dimension temporelle (la quotidienneté) et à sa dimension spatiale (le quartier). La question n’est pas tant celle du lieu géographique de l’espace public (vive les lieux proches !) que celle du privilège accordé aux intérêts individuels et localistes dans l’exercice démocratique. Pour le dire autrement, les équipements culturels à proximité sont une excellente chose, mais, s’il s’agit d’équipements de proximité, je suis plus circonspect. Tout lieu culturel dépasse le territoire sur lequel il est implanté. Il se définit par sa créativité et sa capacité de rayonnement et non par la souveraineté exercée à l’intérieur de frontières communales ou même intercommunales.

La multiterritorialité

12Au-delà du couple mobilité/proximité, explorons une notion qui les recouvre mais qui met l’accent sur les rapports vécus aux territoires, celle de multiterritorialité.

13À la racine, il y a le territoire, notion omniprésente et en même temps devenue tellement encombrante qu’elle ne cesse d’être critiquée et contestée de toutes parts. Il est vrai que cette notion est utilisée pour désigner des réalités multiples si ce n’est contradictoires. À titre d’exemple, pour les géographes, il n’y a pas si longtemps, le mot « territoire » était associé à la question du « terroir » (cf. Le Dictionnaire de la géographie de Pierre George en 1972), alors même que les atlas de géographie désignaient sous ce vocable – c’est encore le cas aujourd’hui – les zones de confins (territoires d’outre-mer par exemple) situées à la marge des espaces considérés comme « essentiels ». Aujourd’hui, le « territoire » est devenu quelque chose d’infiniment précieux qu’il faut savoir aménager et protéger soigneusement. Il n’est plus aux confins, il est situé désormais au centre de l’action publique et des projets de développement fondés sur la non moins fameuse proximité.

14C’est tout d’abord une notion paradoxale dans un monde d’échanges généralisés, dans un monde où la fluidité, la mobilité devient la norme.

15C’est aussi une notion contestée. Je vois au moins trois foyers de contestation :

  • L’effet réseau : le réseau versus le territoire, la contiguïté opposée à la continuité. On peut citer, à titre d’exemple, l’existence de communautés d’intérêts fonctionnant sur un autre registre que celui de la proximité géographique (les TIC d’aujourd’hui facilitent évidemment de telles pratiques). Cette idée du réseau appelé à supplanter le territoire est reprise par de nombreux théoriciens en sciences sociales. C’est le cas, par exemple, de Manuel Castells dans son ouvrage monumental sur la société en réseaux dont le premier volume s’intitule précisément L’Ère de l’information.
  • L’effacement relatif de l’effet distance participe du même type d’analyse. La distance topographique, il est vrai, a perdu beaucoup de son importance au profit d’autres contraintes (temps d’accès, coût, ressources socioculturelles, etc.).
  • Une autre critique, de nature éthique, met en évidence les risques de l’enfermement territorial, la ghettoïsation, le repli sur soi. Question d’actualité, s’il en est. Je ne pense pas seulement aux débats récurrents sur les crispations identitaires mais aussi aux questions soulevées actuellement par la nouvelle phase de décentralisation administrative. À quel niveau territorial, le cadrage, la régulation mais aussi la redistribution des moyens, doivent-ils s’exercer ?

16Chacune des critiques proférées à l’égard de la notion de territoire contient ses propres limites. L’effet réseau est incontestable mais l’idée selon laquelle il submergerait les territoires est, elle-même, discutable. M. Castells le reconnaît lui-même lorsqu’il met en évidence les réactions identitaires qui se multiplient dans le monde face à l’omnipotence des réseaux. Mais il est vrai que le territoire est ici dessiné en creux par un auteur qui le réduit volontiers au rôle de résistant supplétif. Quant à l’abolition des distances, elle mérite tout de même examen. Seuls les adeptes inconditionnels de Mc Luhan et de son fameux village global refusent de voir ce que toutes les enquêtes démontrent, à savoir qu’aujourd’hui les relations électroniques ne se substituent pas aux relations de proximité, le plus souvent au contraire elles les renforcent, elles les redoublent. Enfin, concernant la question de l’enfermement territorial, il ne s’agit pas de nier un fait, peut-être contestable, mais qui témoigne en tout cas de la prégnance pratique et symbolique de la dimension territoriale.

17En fait, malgré – ou peut-être à cause – de toutes ces ambiguïtés, malgré ces mises à mort périodiquement annoncées, malgré les déclinaisons multiples de la notion – on parle volontiers de territoires circulatoires, de multi-appartenance territoriale, voire de territoire délocalisé – le fait territorial continue de s’imposer. Il le fait à partir de combinaisons diverses entre quatre éléments dégagés par la géographe Maryvonne Le Berre en 1992 :

  • Un système de ressources localisées (ce sont les éléments « naturels » de la géographie traditionnelle) ;
  • Un processus d’appropriation (par un groupe qui cherche à défendre cette portion d’espace), processus analysé aussi bien par les politistes que par les éthologues ;
  • Une action d’aménagement (le territoire est une unité fonctionnelle de valorisation des ressources) ;
  • Enfin, et surtout, un héritage construit et mémorisé (ce dernier point constitue l’apport de ce que l’on appelle la géographie sociale).

18À partir de là, quel mode d’emploi pour cette figure « inévitable » mais bien embarrassante qu’est le territoire en relation avec la question des publics ? En insistant sur le rapport vécu au territoire, c’est-à-dire la territorialité des acteurs sociaux. Ici, la distinction entre territoires de vie et territoires perçus est essentielle.

19Les territoires de vie correspondent aux parcours quotidiens des urbains et des ruraux, ainsi qu’aux pratiques de multilocalisation qui ne concernent pas seulement, aujourd’hui, les propriétaires de résidences secondaires. Mais ces espaces de vie ne se confondent pas nécessairement avec les lieux qui font l’objet de nos principaux investissements mentaux ou affectifs, ce que j’appelle les territoires « perçus ». Les pratiques et représentations territoriales se sont diversifiées au point que les territoires qui nous habitent ne sont pas seulement les territoires dans lesquels nous habitons. Il arrive que nous passions notre vie entre plusieurs territoires. Mais, plus souvent encore, ce sont plusieurs territoires qui nous habitent sans que nous nous en rendions toujours bien compte. Quels sont les territoires mentaux de l’habitant d’une cité de La Courneuve, ceux des bobos qui ont colonisé le Lubéron ou des employés franciliens exilés aux confins de la Seine-et-Marne pour réaliser leur rêve d’accédant à la propriété ? On voit là que les catégories de mobilité et de proximité peinent à rendre compte de processus territoriaux inscrits non pas sur les cartes des manuels scolaires mais au cœur des schémas perceptifs des individus et des groupes.

20Les politiques culturelles territoriales ont évidemment à prendre en compte cette multiterritorialité. Et c’est là où les choses se compliquent. Comment concilier la nécessité pour les acteurs institutionnels de privilégier les territoires spécifiques qui fondent leur légitimité et de prendre en considération les territorialités plurielles de leurs mandants ? Sur cette question essentielle pour les politiques d’aménagement, force est de reconnaître que les schémas de services collectifs élaborés conjointement par les régions et la DATAR n’offrent guère de perspectives nouvelles.

21Je suis néanmoins convaincu que l’initiative culturelle constitue un passeur privilégié de territoires, un abonnement pour des allers-retours permanents entre un « dedans » et un « dehors » grâce à la mise en relation des territorialités multiples évoquées plus haut.

22En termes plus précis l’approche des initiatives culturelles en termes de multiterritorialité me semble ouvrir des perspectives intéressantes aux acteurs culturels.

  • Elle incite à mettre l’accent sur les personnes dans la complexité de leurs contextes sociospatiaux, et pas seulement sur les publics des équipements, ou les non-publics ; elle incite même à porter le regard au-delà des habitants d’un territoire donné.
  • Elle permet de ne pas se laisser enfermer dans des alternatives simplistes du type tradition / modernité, identité / ouverture, terroir / monde, etc., en faisant apparaître la diversité des situations sociospatiales activées par les manifestations festivalières.
  • Elle apporte également un nouvel éclairage à la problématique de l’aménagement culturel du territoire. Dans la perspective de la médiation culturelle territoriale, l’enjeu de cet aménagement ne serait pas tant de mettre en place des équipements et des dispositifs d’action standardisés avec tous les inconvénients que l’on connaît d’une politique de quadrillage systématique (concurrence entre acteurs territoriaux, doubles emplois, stéréotypie des actions…), que de favoriser le développement de nouvelles territorialités par la prise en compte de la sensibilité et de la diversité des situations spatiales, produire en quelque sorte, par la culture, de la « plus-value territoriale ».
  • Les acteurs culturels ont vocation à être de formidables passeurs de territoires. Parce que la culture de chacun d’entre nous s’enrichit grâce à la multiplicité de nos attaches territoriales. Mais aussi, parce que les artistes, créateurs et autres producteurs culturels ne sauraient être les agents promotionnels d’un seul territoire, quel que soit leur statut personnel. L’activité artistique et culturelle transcende nécessairement plusieurs échelles territoriales pour permettre à chacun de participer pleinement au devisement du monde. Ce n’est pas une tâche facile, mais elle en vaut la peine !

Bibliographie

Références bibliographiques

Boure, R. et Lefebvre, A., « Médias et territoires : de quelques interrogations contemporaines », communication au colloque sur la télévision régionale, université Aix-Marseille, septembre 1997.

Castells, M., La Société en réseaux, Paris, Fayard, 1997.

Di Meo et alii, « La patrimonialité des territoires, ses effets dynamiques », dans Lamy, Y., dir., Le Pouvoir de protéger, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1992.

Latouche, D., « Les territoires encore incertains des arts et de la culture », dans Augustin, J.-P. et Lefebvre, A., dir. Perspectives territoriales pour la culture, Éditions de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2004.

Le Berre, M., « Territoires », Encyclopédie de la géographie, Paris, Economica, 1992.

Lévy, J., 1991, « A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire ? », Espace-Temps, n° 51/52, 1991.

Notes

1 Professeur émérite en géographie-aménagement à l’université de Toulouse Le Mirail (GRESOCUTM).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access