Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aragon, la parole ou l'énigme

 | 
Daniel Bougnoux

Discours d’ouverture

Dominique Tabah

Texte intégral

1Ouvrons cette séance si vous le voulez bien, et merci à vous d’être ici pour ce rendez-vous avec Aragon, à l’occasion de ce colloque que la Bibliothèque publique d’information lui consacre. Il était normal que cette bibliothèque du xxe siècle rende hommage à cette grande figure qui a marqué le siècle, en croisant à la fois son engagement et son intimité.

2Je voudrais tout de suite, au nom de notre directeur, Gérald Grunberg, qui vous prie de l’excuser car il ne pourra nous rejoindre que demain, remercier Daniel Bougnoux, qui porte cette parole d’Aragon, et qui a le désir qu’elle se poursuive et atteigne le plus grand nombre. Aragon et les bibliothèques, Aragon dans les bibliothèques, c’est important. Il est important que ses œuvres continuent à être sur les rayons des bibliothèques et qu’il continue ainsi à s’adresser à un jeune public. Je ne peux oublier la façon dont les lectures incomparables des poèmes d’Aragon par Jack Ralite, lors des inaugurations des bibliothèques de Seine-Saint-Denis, remuaient l’assistance. Je me réjouis donc tout particulièrement que Jack Ralite soit présent parmi nous aujourd’hui. Je remercie aussi tous les intervenants qui nous ont fait le plaisir de répondre à notre invitation à participer à un colloque qui devrait être riche car il abordera tous les aspects d’une œuvre très diversifiée que le grand public connaît essentiellement par la chanson.

3Pour ma part, j’ai été une lectrice ordinaire d’Aragon, mais mon premier souvenir remonte à l’enfance, au poème « La Rose et le Réséda » que j’avais choisi de lire et qui m’avait beaucoup émue :

« [...] Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats [...] »

4Et puis, dès qu’il fait beau, je pense à ce poème, « Le cri du butor »... La fin terrible donne la chair de poule :

« [...] Il fait beau comme jamais un temps à rire et à courir
Un temps à ne pas mourir
Un temps à craindre le pire [...] »

5Mais le texte qui me touche peut-être le plus est le passage sur la jalousie et la voix de Fougère dans La Mise à mort, que j’ai relu très vite ce matin, avant de venir ici.

6C’est vrai que l’on oublie un peu Aragon et que l’on met quelquefois en cause sa modernité, mais, en relisant ce texte, on trouve justement que son écriture est d’une modernité exceptionnelle. Avec le temps, entendre encore Aragon, c’est formidable. Léguons-le aux jeunes générations !

Auteur

Responsable du pôle Action culturelle et communication à la Bpi

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access