Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va notre démocratie ?

 | 
Alain Blondiaux
, 
Jean-Michel Helvig
, 
Jean-Pierre Le Goff
, 
et al.

Vendredi 2 février 2007. La société contre le politique ?

La réinvention démocratique

Patrick Savidan

Texte intégral

  • * Président de l’Observatoire des inégalités. maître de conférences en philosophie sociale et politi (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Je repartirai de ce que vient de dire Jean-Pierre Le Goff sur le sujet de la responsabilité politique. Je crois en effet que l’un des enjeux principaux de la crise présente est de remettre le politique en demeure d’assumer sa responsabilité politique. Dans le même temps, les conditions dans lesquelles cette responsabilité peut être assumée de manière efficace et durable, voire soutenable, se révèlent très différentes. Ces différences se jouent dans le rapport de la société à l’État, qui a évolué. J’aimerais revenir sur cette question-là, et dire en quel sens cela me conduit à adopter une attitude peut-être un peu moins critique à l’égard de la démocratie participative, indépendamment de la question des usages que l’on peut faire de ce type de pratique.

Décrochage entre la société et l’État

3Pour commencer, on peut observer à un certain nombre de signes un sentiment très fort de décrochage entre la société et l’État. S’il n’est pas nouveau, il a été particulièrement évident à l’occasion des élections présidentielles de 2002 : l’insuffisance de la participation politique ou plutôt les formes de la participation politique sont alors apparues comme susceptibles d’entraîner la démocratie dans des directions assez peu recommandables pour une « société décente », pour reprendre le concept du philosophe américain John Rawls. Plusieurs signes permettent d’attester de ce décrochage :

  • La progression du taux d’abstention en est une manifestation évidente. Même si l’on tend à le relativiser – notamment en disant que certaines élections mobilisent plus que d’autres –, il progresse constamment depuis 1974 ;
  • La bonne fortune des candidats se situant en dehors du « système » est un autre signe. Il y a toujours eu, aux élections, des candidats « hors-système ». Cependant, ce sont aujourd’hui des candidats de partis de gouvernement, que ce soient François Bayrou, Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal, qui revendiquent une position d’extraterritorialité par rapport au système politique. Aucun ne semble entrevoir une autre voie possible que cette position, qui est devenue un argument politique majeur. L’intérêt suscité par l’éventuelle candidature de Nicolas Hulot et par celle, annoncée, de José Bové illustre également le succès de cet argument ;
  • Enfin, les chiffres des sondages sur les sentiments des Français à l’égard de leur représentation sont impressionnants. Si 53 % des Français estiment que la démocratie ne fonctionne pas bien, ils étaient 35 % à le penser en 2000. Il y a donc une très forte dégradation de la perception du fonctionnement de la démocratie. Les personnes interrogées expliquent de diverses manières ce dysfonctionnement. 69 % des Français pensent que le gouvernement s’occupe peu ou pas de ce qu’ils pensent ; 70 % estiment qu’aucun parti ne les représente ; 72 % estiment qu’aucun leader politique ne les représente ; 79 % qu’aucune organisation syndicale ne les représente. Enfin 40 % ne font confiance à aucun parti de gouvernement pour s’occuper des affaires de la France, et 16 % ne se prononcent pas, 56 % des Français se situant donc dans une démarche de défiance à l’égard du fonctionnement de notre démocratie. Ces chiffres sont à prendre avec précaution, mais révèlent une évolution dont il faut s’inquiéter, car le sentiment de décrochage n’est pas moins préoccupant que le décrochage effectif. Ils expriment une crise de confiance. Dans notre société fortement individualisée, nous rencontrons de plus en plus de difficultés à produire une représentation de desseins collectifs de quelque ordre soient-ils.

Évolution des pratiques de la citoyenneté

4Comment expliquer ce décrochage ? Tout d’abord, et sur ce point mon analyse se distingue de celle de Jean-Pierre Le Goff, je ne crois pas que ce décrochage soit fondamentalement lié à un dysfonctionnement du pouvoir politique. Je suis d’accord sur les constats qui ont été faits, notamment à propos des incohérences quant à la multiplication de lois que l’on ne se donne même pas la peine d’appliquer, mais cela ne suffit pas à expliquer la complexité du problème. Je crois qu’on ne peut pas s’en tirer en parlant, comme d’ailleurs ne le fait pas non plus Jean-Pierre Le Goff, de l’« autisme » de la classe politique, ou en évoquant la thèse du complot, même si on sait que cette idée est très présente en France. Je ne crois pas non plus que des circonstances passagères puissent davantage l’expliquer – bien qu’il y ait effectivement des dysfonctionnements dans le discours politique d’aujourd’hui, que les rapports de force se nouent de manière parfois étrange et que les calendriers ne soient pas toujours ce qu’ils devraient être.

  • 1 La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, op. cit.

5D’autre part, il est inexact de parler d’un désinvestissement civique des citoyens : la démocratie ne disparaît pas, ce sont les pratiques de la citoyenneté qui changent. Ainsi, les citoyens ne vont pas voter, mais ils continuent de s’inscrire dans des proportions stables sur les listes électorales. L’institution électorale n’est pas sapée et conserve son attractivité. De plus, la participation à des manifestations et à des mobilisations pour les sans-papiers ou les sans-domicile, les pétitions, l’envoi de courrier à des politiques, les appels au boycott sont autant de pratiques qui montrent un intérêt certain pour la chose publique, et qui sont plutôt en hausse selon le crédoc. Enfin, on assiste à un développement très important de l’engagement associatif, même s’il faut prendre cet élément avec prudence. Le taux d’adhésion le plus élevé concerne en effet des associations tournées vers des activités de loisirs, de culture ou encore de sport. Cependant, si on se reporte à des études faites par le crédoc en 1998 et en 2000, on constate que la part des adhésions à des associations relatives à une action civique est en très nette augmentation. Par exemple, la part du taux d’adhésion à des associations engagées dans la lutte contre le chômage, l’aide sociale délocalisée et la prévention contre la délinquance est passée de 11 % à 24 % du taux d’adhésion global. De même, le taux d’adhésion à des associations de défense de l’environnement est passé de 3 % à 9 % du total, celui des associations humanitaires de solidarité internationale de 3 % à 8 %, et celui des associations relatives aux droits de l’homme et à la lutte contre le racisme de 2 % à 7 %. Cette progression est liée au grand capital de confiance du monde associatif. Un bon nombre de Français estiment en effet que les associations expriment généralement mieux les attentes des citoyens que les syndicats et les partis politiques, ce qui traduit clairement un problème de légitimité. Cela confirme que le décrochage entre société civile et gouvernants procède bien d’une dégradation spécifique du rapport de confiance qui lie les citoyens et l’État. Cela accrédite également la thèse d’une mutation de la citoyenneté, plutôt que celle de son déclin, particulièrement chez les jeunes – contrairement aux idées reçues sur une quelconque absence de politisation de ces derniers –, et appelle à la prudence quand on parle d’indifférentisme civique ou de fragmentation sociale. Il convient donc, comme le rappelle Pierre Rosanvallon dans son livre sur la contre-démocratie1, de prendre nos distances à l’égard du mythe du citoyen passif, même si un certain nombre de tendances sociales peuvent donner sens à l’idée de repli sur la sphère privée, de crise de la culture et de la transmission, et de déclin de la citoyenneté. La citoyenneté se recompose sur d’autres modes. Je serais donc plutôt moins pessimiste que beaucoup, quant à l’idée d’une société contre le politique.

Réinvention démocratique

6Par ailleurs, les gouvernants ne me semblent pas indifférents à ce décrochage, contrairement à ce que l’on entend souvent. Ils en ressentent plutôt bien les ressorts et les dangers, et font des efforts réels de démocratisation en ouvrant des espaces publics d’expression, de socialisation, de délibération collective. Ils perçoivent la nécessité de « réinventer la démocratie », même s’il n’est pas évident qu’ils aient trouvé les formes appropriées de cette réinvention. On voit un effort de renouvellement des pratiques politiques dans cette campagne électorale 2007, même si elle est critiquable à bien d’autres égards.

  • 2 Gauchet, Marcel, Le Désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985 ; Gallimard (Folio essais), 2 (...)

7L’enjeu, consubstantiel à l’idée même de démocratie, est donc bien celui de sa mutation. La démocratie est bien sûr une démocratie instituée, mais elle a aussi toujours été une démocratie « instituante », comme l’explique Cornélius Castoriadis. Ces deux dynamiques ont toujours été à l’œuvre dès l’invention de la démocratie, et lorsque je parle de réinvention démocratique, je parle de cette capacité de la démocratie de rechercher sans cesse de nouvelles formes pour répondre aux frustrations qu’elle a suscitées, pour des raisons liées à sa nature même. Marcel Gauchet, dans Le Désenchantement du monde2, explique que deux siècles de mouvements historiques n’ont pas ajouté un seul principe de base ni une seule règle fondamentale à ceux que l’on connaissait à l’époque. Selon lui, les projets politiques les plus extrêmes aujourd’hui ne font que porter à leurs dernières conséquences les possibles contenus dans les prémices, à savoir les droits de l’individu. Globalement, pour Marcel Gauchet, il n’y a pas invention car c’est toujours une même logique, liée à l’idée de droits de l’individu – ce qui explique d’ailleurs que la démocratie puisse prendre la forme d’une revendication de type judiciaire –, qui opère à son niveau le plus fondamental.

  • 3 Lefort, Claude, L’Invention démocratique, Paris, Fayard, 1981 ; Fayard, 1994.

8S’il n’y a pas invention démocratique, on peut cependant parler de réinvention démocratique. Je crois que Marcel Gauchet a raison de souligner la stabilité du dessein attaché au principe démocratique. Mais la forme politique que celui-ci a pu prendre a toujours été d’emblée ouverte, non achevée. Claude Lefort3 avait expliqué cette idée en disant que la démocratie que nous connaissons s’est instituée par des voies sauvages, inconfortables, mais inhérentes au projet démocratique. Il y a des moments de stabilisation, mais ces voies sauvages réapparaissent toujours car il y a une insatisfaction liée au constat de l’incapacité du système représentatif à figurer de manière appropriée le corps politique. Ainsi, les Français donnent le pouvoir par des mécanismes de délégation, et ils le reprennent immédiatement car la représentation n’est jamais, par définition, à la hauteur des aspirations du représenté. Il y a toujours des voies sauvages qui vont se rouvrir et que le politique ne maîtrise pas de manière satisfaisante. Nous sommes sans doute dans une configuration de ce type, dans laquelle le politique – et c’est ce qui fait son désarroi, plus encore que celui de la société – n’est pas encore en mesure de répondre de façon adéquate aux nouvelles formes de mobilisation. On peut donc dire qu’il y a toujours une dimension d’indétermination dans le projet de modernisation, liée à son incomplétude. C’est la démocratie elle-même qui n’est jamais égale à son concept. Cette inégalité à elle-même est le moteur de l’histoire de la démocratie, comme on le voit en étudiant l’histoire de nos institutions. Par exemple, l’institution du suffrage universel ne s’est pas fait dans la bonne humeur, mais dans un déchaînement de passions, de haines, de mépris. Ceux qui optaient pour un élargissement du droit de vote, pour le donner à d’autres classes sociales et aux femmes, avaient à affronter des personnes qui, pour des raisons qu’ils motivaient, pensaient que cela signifierait la fin de toute société politique. Pour eux, le suffrage universel représentait le suffrage de la bêtise universelle – Flaubert est d’ailleurs éloquent à ce sujet. Il y a eu une vraie haine de la démocratie tout au long du xixe siècle, et néanmoins le suffrage universel s’est développé.

9La question qui se pose pour nous est de savoir d’abord si les évolutions auxquelles on assiste aujourd’hui sont maîtrisables ou maîtrisées – Claude Lefort pense qu’elles ne le sont pas, bien qu’il me semble que ce soit un point à reconsidérer –, et ensuite si on peut les maîtriser pour améliorer le système représentatif ou pour le subvertir. Il faut en ce sens distinguer deux mouvements au sein de la société, l’un qui souhaite perfectionner la démocratie représentative, l’autre qui développe une logique de contre-pouvoir dans le cadre d’une démocratie représentative.

Le perfectionnement de la démocratie représentative

10Sous la pression des individus ou de leur propre chef – par la volonté de davantage consulter les gens, de rendre compte des politiques menées, etc. – les hommes politiques ont réalisé de nombreux efforts pour perfectionner la démocratie représentative. Ce mouvement vise l’idéal d’une démocratie plus inclusive. Je crois que la démocratie participative n’a d’intérêt, d’utilité, que si on la conçoit comme un mécanisme visant à perfectionner la démocratie représentative. C’est dans ce contexte que cette démocratie participative puise tout son sens. Il ne faudrait pas mentir aux individus. En s’impliquant dans des institutions de la démocratie participative – conseil de quartier ou autre – on ne va pas contribuer directement à la décision politique, ni endosser directement une responsabilité politique. Or il ne saurait y avoir de décision sans responsabilité. Dire cela « démine » d’une certaine manière les dangers éventuels de cette pratique. Ce système a l’immense avantage de permettre aux élus de rencontrer les individus pour traiter des sujets qui dépassent l’immédiateté de leur quotidien. Pour ne pas décrédibiliser les dispositifs participatifs, c’est dans ce sens qu’il convient de les utiliser.

Le développement d’une logique de contre-pouvoir libéral au bon sens du terme

11En parallèle de la démocratie représentative, se développe une logique de contre-pouvoir, qui est libérale au bon sens du terme : elle vise simplement à faire en sorte que la société conserve une certaine autonomie face au politique. Il me semble donc qu’il ne faut pas s’en inquiéter. Ce contrepouvoir se traduit par le fait que la société cherche à produire elle-même des analyses, des revendications, des propositions spécifiques, comme on peut le voir dans la mobilisation des Don Quichotte pour les sans-domicile-fixe, dans les actions de l’Agence nouvelles des solidarités actives de Martin Hirsch ou dans toutes les formes d’expertise militante. L’Observatoire des inégalités relève lui aussi de cette logique. Nous avions constaté de la part des partis politiques un fort problème de diagnostic de la société – notamment au lendemain des élections présidentielles de 2002 –, avec des représentations des classes moyennes et de la pauvreté faussées. Nous avions aussi constaté que les données circulaient peu ou fort mal. L’Observatoire des inégalités s’est imposé en quelques années car il y avait un besoin d’expertise militante sur ce thème pour mettre de l’information à la disposition des citoyens. Cette logique de contre-pouvoir peut également prendre une autre forme, celle de la contestation par la mobilisation collective comme ce fut le cas avec le cpe.

12Il faut cependant être extrêmement prudent. La politique ne doit pas se passer dans la rue ou dans les associations, car les associations ne sont pas légitimes pour assumer des responsabilités politiques. S’en remettre aux associations au détriment des politiques serait une catastrophe. Il faut entendre la politique pour ce qu’elle est : un rapport de force. Tout ce que l’on peut souhaiter est que l’instance politique se renforce face à ce contre-pouvoir, qu’il soit de nouveau en mesure de proposer des options politiques construites, et d’assumer une certaine définition du bien commun. Il ne doit pas se désarmer face aux associations, même s’il est en difficulté aujourd’hui. En revanche, l’apport du contre-pouvoir modifie sa position : fort de cet outil d’expertise, il n’est plus dans l’ignorance de ce qui se passe autour de lui pour assumer le rôle pour lequel il a été élu. La responsabilité du politique va ainsi se construire davantage par le conflit. C’est en ce sens qu’il faut assumer pleinement la dimension conflictuelle de la démocratie.

Notes

1 La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, op. cit.

2 Gauchet, Marcel, Le Désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985 ; Gallimard (Folio essais), 2005.

3 Lefort, Claude, L’Invention démocratique, Paris, Fayard, 1981 ; Fayard, 1994.

Notes de fin

* Président de l’Observatoire des inégalités. maître de conférences en philosophie sociale et politique à l’université de Paris IV – Sorbonne. Rédacteur en chef de Raison Publique. Dernier ouvrage : Repenser l’égalité dez chances, Paris, Grasset, 2007. Voir sa page de présentation sur le site de l’université de Paris IV.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access