Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va notre démocratie ?

 | 
Alain Blondiaux
, 
Jean-Michel Helvig
, 
Jean-Pierre Le Goff
, 
et al.

Vendredi 2 février 2007. La société contre le politique ?

Ouverture

Jean-Michel Helvig

Texte intégral

  • * Journaliste. Voir son blog sur le site d’informations en ligne MediaPart.

1Note portant sur l’auteur*

2Le lancement de ce débat sur la société et la démocratie, au moment où se déroule une campagne pour l’élection présidentielle, est une coïncidence un peu sollicitée de la part de la Bpi, puisque la France vit un moment qui marque l’apogée de sa démocratie. Si ce n’était pas une coïncidence, ce serait un paradoxe, car pourquoi débattre de la démocratie alors que précisément elle s’exerce au travers de cette présidentielle, moment décisif et solennel s’il en est, durant lequel le peuple souverain choisit son avenir ? Ce serait plutôt le moment de parler de contenu, de programme, et non de contenant. Pourtant, on n’a jamais autant parlé de démocratie. Jamais, on n’a autant remis en discussion le problème de nos règles communes de vivre ensemble – ce qui est une définition un peu basique de la démocratie, j’en conviens.

3Il fut un temps où l’on parlait de régression démocratique, de démocratie post-totalitaire. Alain-Gérard Slama et Jean-Pierre Le Goff connaissent bien ces formules puisqu’ils en sont les pères, si j’ose dire. Aujourd’hui, on parle de « démocratie d’opinion », de « démocratie participative », de « démocratie providentielle », de « contre-démocratie ». Dans le cadre de ce débat, nous essaierons de partir de la démocratie tout court dans son rapport à nous tous, c’est-à-dire la société, définition à nouveau un peu basique.

4Coïncidence comme je le disais, car l’actualité récente, à travers la crise du cpe (sans entrer dans un débat sur les mérites comparés des cpe, cne et autres contrats uniques), s’avère être un préambule intéressant à notre débat. Au printemps dernier, le président de la République, Jacques Chirac, face à une menace de grève générale qui visait à faire abandonner cette loi votée par le Parlement, annonce qu’il va promulguer la loi en vertu de son rôle constitutionnel. Mais dans le même temps, il la déclare inapplicable. Face à la société qui s’est exprimée par divers canaux d’expression – les syndicats, les sondages, les grèves étudiantes, et même certaines organisations patronales –, le pouvoir politique a donc cédé, ce qui en soi n’est pas sans précédent. Par le passé, le pouvoir politique avait en effet déjà cédé, comme ce fut le cas, par exemple, lors de projets de lois pour réformer l’enseignement privé ou la Sécurité sociale. Mais précisément il s’agissait de projets de lois, tandis que dans notre cas, le président, garant de notre Constitution, a cédé après accomplissement de la procédure démocratique, c’est-à-dire une fois que le Parlement élu eût voté une loi, devenue donc loi de la République. La satisfaction a été presque générale, mais alors à qui se fier si la loi n’est plus dans la loi – au-delà du contenu du projet ? Cette crise du cpe a confirmé de façon spectaculaire que la démocratie représentative ne détenait peut-être plus à elle seule la légitimité de faire la loi. Il existe une autre légitimité, celle de la société dite « civile », dont il est désormais reconnu qu’elle peut être l’expression de la souveraineté populaire, quand la Constitution nous dit que la souveraineté populaire s’exprime par le vote, qui désigne les majorités qui font les lois.

  • 1 Rosanvallon, Pierre, La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil, 2006
  • 2 Voir par exemple : Lefort, Claude, L’Invention démocratique, Paris, Fayard, 1981 ; Fayard, 1994. L (...)

5Pierre Rosanvallon n’avait pas encore publié son livre sur la contre-démocratie1 que le sujet s’avérait déjà fort d’actualité. Non pas qu’il ait découvert que la société civile pouvait se distinguer de l’État et qu’après tout la démocratie était d’abord et peut-être avant tout la gestion acceptée et civilisée des conflits – Claude Lefort, Jean-Pierre Le Goff ou encore Alain-Gérard Slama ont déjà beaucoup écrit sur ce sujet2. La réflexion de Rosanvallon prend en compte une époque dominée par une défiance généralisée et obstinée face à tout ce qui représente l’autorité, l’expertise. Selon lui, par de multiples canaux et via d’innombrables leviers, l’État en général ou, si l’on préfère, le pouvoir politique, est sous la triple contrainte d’être surveillé, empêché, voire sanctionné. Son constat sur cet « âge de la défiance », selon ses termes, n’est pas forcément pessimiste – je crois que Patrick Savidan va dans son sens. Il veut croire qu’il reste encore au politique la définition du bien commun pour contrecarrer tout ce que cette société de défiance peut contenir comme risque de dérapage poujadiste, populiste, communautariste – et là c’est Alain-Gérard Slama qui en parlera. Pierre Rosanvallon esquisse des pistes de réflexion pour organiser cette contre-démocratie, comme les jurys citoyens qui ont récemment fait couler beaucoup d’encre. Nous nous intéresserons quant à nous, de manière plus générale, à la place du politique et au rôle des politiques face à une société dont on peut croire à bien des égards qu’elle est devenue apolitiques effacés.

  • 3 Le Goff, Jean-Pierre, mai 1968, l’héritage impossible, Paris, La Découverte, 1996 ; La Découverte (...)
  • 4 Chauvel, Louis, Les Classes moyennes à la dérive, Paris, Seuil, 2006.
  • 5 Slama, Alain-Gérard, Le Siècle de M. Pétain : Essai sur la passion identitaire, Paris, Perrin, 200 (...)

6Pour mener à bien le débat, nous comptons aujourd’hui trois intervenants : un sociologue, un philosophe et un politologue, bien qu’aucun ne puisse être tout à fait enfermé dans sa catégorie. Jean-Pierre Le Goff, notre sociologue, observe de très près la politique et préside le club Politique Autrement. Beaucoup de ses livres, dont celui sur mai 19683, prennent d’ailleurs en compte la dimension politique. Le philosophe Patrick Savidan reste en prise avec le social puisqu’il est le président de l’Observatoire des inégalités dont le conseil scientifique compte Louis Chauvel, qui a fait couler beaucoup d’encre avec sa réflexion sur les classes moyennes à la dérive4. Enfin, le politologue Alain-Gérard Slama, chroniqueur au Figaro et auteur récent d’un livre assez iconoclaste sur le siècle de M. Pétain5, est imprégné de philosophie et d’histoire des idées. Chacun va s’exprimer pendant une vingtaine de minutes. Puis pendant cinq minutes ils diront en quoi il se distingue des deux autres. Enfin, la parole sera à la salle pour ce débat qui ne manquera pas d’être fructueux.

Notes

1 Rosanvallon, Pierre, La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil, 2006.

2 Voir par exemple : Lefort, Claude, L’Invention démocratique, Paris, Fayard, 1981 ; Fayard, 1994. Lefort, Claude, Essai sur le politique : xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 1986.
Le Goff, Jean-Pierre, La démocratie post-totalitaire, Paris, La Découverte, 2002 ; La Découverte (Poche), 2003.
Slama, Alain-Gérard, La régression démocratique, Paris, Perrin, 2002.

3 Le Goff, Jean-Pierre, mai 1968, l’héritage impossible, Paris, La Découverte, 1996 ; La Découverte (Poche), 2006.

4 Chauvel, Louis, Les Classes moyennes à la dérive, Paris, Seuil, 2006.

5 Slama, Alain-Gérard, Le Siècle de M. Pétain : Essai sur la passion identitaire, Paris, Perrin, 2006.

Notes de fin

* Journaliste. Voir son blog sur le site d’informations en ligne MediaPart.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access