Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 12 juin 2006. Hommes et territoires dans la mondialisation

Les migrations transnationales en Europe du Sud : frontières des migrants, frontières des nations

Alain Tarrius

Texte intégral

  • * Professeur de sociologie à l’université Toulouse le Mirail.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Du même auteur, voir également l’article « Migrations en réseaux et cohabitations urbaines aux bor (...)

2Une nouvelle forme migratoire apparaît autour de la Méditerranée depuis le début des années 1990 et se généralise, ces dernières années, à l’échelle planétaire. Comme vient de le dire Sylvain Allemand, elle trame, en une vaste toile d’araignée, toutes sortes de réseaux de migrants pauvres1.

3Pour ma part, je fais référence aux migrants qui peuplent nos banlieues et aux membres de leurs familles qui sont entrés en migration dans les années 1990. Ils ont fondé des réseaux à partir de liens forts, des liens de paroles fondés sur l’honneur, des économies appelées « souterraines » concernant des produits d’usage courant et licite. Cependant, je ne vous présente pas un scénario idyllique de la libération des migrants. En effet, il s’agit d’un nouveau type de mobilisation, nécessaire aux grandes firmes transnationales, pour contourner les multiples accords commerciaux qui fondent la hiérarchie des puissances des nations et des territoires. L’objectif de ces firmes multinationales est d’atteindre des pays hors de portée pour elles, si elles se conformaient à ces accords. Elles visent également les pays respectant ces accords, mais dont les populations ont des revenus ne leur permettant pas d’accéder aux produits distribués par ces transnationales. J’illustrerai ce fait en citant deux cas.

Les réseaux méditerranéens

  • 2 Il s’agit du quartier de Belsunce.

4Tout d’abord, j’ai pu suivre le premier développement des économies transnationales initiées par les migrants, depuis les années 1984-1985, à partir d’un quartier de Marseille signalé par les autorités locales comme quartier de la misère, mais, en fait et en réalité, quartier de richesse internationale à l’usage des migrants pauvres du Maghreb2. Les Algériens, dans les années 1985-1986, ont développé, dans un quartier délabré du xviie siècle situé au cœur historique de Marseille, un dispositif commercial d’environ 350 transnationales boutiques. En 1987, ce dispositif permettait à 700 000 Algériens, Tunisiens en Europe du Sud : et Marocains de faire des achats, et donc de compenser les difficultés de ces pays à importer des produits jugés nécessaires par les populations. Le chiffre d’affaires a été évalué, à l’époque, par un bureau d’études de la Caisse des dépôts et consignations, à 2,9 milliards de francs. C’était le premier dispositif commercial sur la façade méditerranéenne française, mais laissé dans l’obscurité et l’invisibilité, un lieu politiquement suspect que les candidats aux élections proposent encore régulièrement à la population de « reconquérir ».

5À partir des années 1990, les événements en Algérie et la taxe révolutionnaire demandée par le Front islamique du salut (fis), provoquent un retrait d’entrepreneurs algériens. Cette période correspond aussi à la grande libéralisation de circulation, entre autres, des Polonais, des Turcs ayant déjà déployé leurs réseaux en Allemagne, et des Marocains. En effet, entre 1991 et 2001, 1,1 million de Marocains partent en migration dont apparemment 400 000 en migration tournante, c’est-à-dire sans domiciliation précise, sinon de nombreuses étapes dans les pays européens. À la frontière espagnole du Perthus, en 1991, 1 700 véhicules extrêmement chargés franchissaient la frontière pour un aller-retour environ tous les quinze jours. En 1993, ils étaient 17 000 mais une fois par semaine, puis, en 1995, 42 000 une fois par semaine. Cela permettait à environ 160 000 personnes d’origine marocaine ou voisine, vivant entre Valence, Toulon et la frontière espagnole, d’obtenir un revenu convenable de ces allers-retours. En fait, ces personnes satisfont les besoins dans leurs villages ou quartiers d’origine. Mais, l’effet est important sur l’ensemble de la migration. Cela signifie que le petit complément, habituellement réservé aux migrants qualifiés appelés par la classique mobilisation pour le travail sédentaire, également appelé « l’intégration », n’a plus de sens. Par exemple, lorsqu’un fils de 13 ou 14 ans trouve un apprentissage abordable avec un emploi à la clé en Espagne, Belgique, Italie ou Allemagne, il part auprès de parents qui circulent eux-mêmes auprès d’amis des réseaux internationaux européens. En d’autres termes, ce mouvement se distingue des diasporas traditionnelles. Ces dernières se caractérisent par une complémentarité économique, en particulier avec le pays d’accueil, et l’apparition des migrants et de leurs enfants sur la scène publique, associative ou encore politique. Dans ce cas, la complémentarité économique demeure avec le pays d’origine et ne concerne pratiquement pas le pays d’accueil. Cela représente une transformation importante des modalités de l’appartenance citoyenne des familles pratiquant ce type de migration.

6On peut évidemment décrire ces personnes et ces flux comme extérieurs, en quelque sorte, aux politiques de l’intégration soutenues par les États. Cependant, ils n’en ont pas moins une action sur la redéfinition des quartiers ou le redéploiement de quelques villes européennes.

Les réseaux de migrants proche-orientaux dans les pays de l’Europe de l’Est

7Le cas des migrants afghans dans les Balkans, c’est-à-dire dans cette Europe qui nous rejoint actuellement, notamment la Bulgarie, est très révélateur des initiatives nouvelles des migrants pauvres.

8Cette migration est circulaire et se déploie par périodes de 12 à 18 mois, par groupes de sept à dix personnes d’après une enquête que nous avons réalisée il y a un an et demi. Sur la cote de la mer Noire bulgare, nous comptions le passage d’environ 6 000 Afghans par semaine, surtout des Baloutches – personnes considérées comme iraniennes lorsqu’elles se trouvent sur le sol iranien. D’autre part, il faut noter qu’entre l’Iran et la Turquie, les passages sont libres pour les habitants des deux États car il n’existe pas de visa ou de document officiel à produire.

9Les trajets classiques passent par Dubaï, où a lieu le chargement d’un certain nombre de produits, électroniques en particulier, ensuite par la Syrie pour l’or et les tissus des bazaris de Damas. Malgré les idées reçues, Istanbul est davantage un lieu d’information, permettant de s’orienter pour la suite, que de trafic. L’étape ultime est la Bulgarie avec le délestage de ces produits auprès des 3 000 Syriens organisés en 1 000 entreprises environ, qui se sont déclarés depuis 1991 et se sont installés dans un centre de Sofia anciennement délabré. Ces entrepreneurs étaient tout simplement des étudiants qu’accueillait, à l’époque, le pays frère, la Bulgarie, dans ses écoles d’ingénieurs entre autres. Au moment de la transition vers le capitalisme, ils sont restés dans le pays car ils étaient fils de commerçants, fils de bazaris ou de personnes proches du pouvoir. En restant à Sofia, ils devenaient correspondants économiques sédentarisés rapidement liés aux grands circulants, tels les Afghans.

10Concernant la circulation transnationale que j’évoquais précédemment, je citerai un exemple. En juin 2005, un caméscope Sony, d’excellente optique et enregistrant directement sur CD, valant en France 1 300 euros, était en vente autour de 420 à 430 euros à Dubaï. Pour simplifier, je vous dirais qu’entre juin et décembre 2005, Dubaï a reçu 320 000 de ces caméras mais aussi d’autres marques telles que jvc, Panasonic, en destination finale selon les accords commerciaux internationaux... Sachant la faible population de Dubaï, chaque habitant de cette ville en posséderait quelques milliers. En réalité, tout repart et toutes ces grandes firmes, sony et les autres, le savent parfaitement. Lorsqu’elles envoient ces produits à Dubaï en indiquant « destination terminale », excluant ainsi tout contingentement vers l’Europe par exemple, elles n’ignorent pas qu’ils pourront être proposés ailleurs grâce à ces circulants. À Sofia, dans une population où le salaire moyen est de 150 euros, ils seront vendus entre 470 et 480 euros. Ils deviendront ainsi accessibles pour quelques populations rémunérées entre 200 et 300 euros. Ainsi, nous retrouverons également ces produits chez les Turcs qui articulent leur circulation sur celle des Afghans après la frontière turque. Ces produits sont également distribués dans la banlieue de Strasbourg et, à partir de cette ville, dans d’autres endroits, entre 480 et 500 euros, paquetés neufs et sous garantie internationale. L’expression « tombés du camion » illustre bien ce marché.

11Parmi ces migrants, nous pouvons également citer les Caucasiens, Géorgiens, Tchétchènes, et récemment les Ukrainiens, qui utilisent ce système de circulation pendant des périodes de 10 à 18 mois. Durant cette durée, ils se chargent de produits, les déposent à un endroit, travaillent une semaine sur un chantier ailleurs, puis envoient l’argent chez eux. Éventuellement, si ces migrants transnationaux désirent aller plus à l’Ouest, en Europe, ils peuvent acheter, au passage de frontières de plusieurs nations balkaniques, des « vrais-faux papiers » auprès de la police, ou encore de la fausse monnaie auprès de douaniers. La corruption généralisée fait en quelque sorte politique d’immigration et régulation des flux...

12Circulants et installés sédentaires dans les villes sont donc étroitement liés ; ce profil est également observé pour les Marocains dont je parlais précédemment, à Alicante en Andalousie. Comme Sofia, l’Andalousie est définie comme grande zone criminogène par la police espagnole et par l’Europe. Les zones criminogènes semblent avoir un rôle précis, qui consiste à concentrer tous les produits d’usage illicite ou non, puis à les répartir, soit par les réseaux que je signale dans ce bref exposé lorsqu’il s’agit de produits d’usages licites, soit par d’autres réseaux structurés de façon extrêmement différente pour les autres produits tels que l’héroïne, la cocaïne, ou d’autres drogues, et quelques armes également.

13Nous avons observé quelques villes – Marseille, Gênes, Trieste, Barcelone, Alicante, Sofia. Dans ces deux dernières villes, Sofia et Alicante, nous avons constaté que les conjonctions entre migrants circulants et sédentaires produisent des transformations remarquables. En bref, à Sofia, il existe deux principaux processus de développement urbain utilisés actuellement et sans intervention de l’État.

14Le premier alimente partiellement 100 % de la population mafieuse de Bulgarie. Cette dernière fait construire sur les collines proches de Sofia des hôtels de luxe et des maisons similaires à celles de... Beverly Hills, selon une expression qui a cours à Sofia. Depuis 1993, des établissements commerciaux appelés « tout crédit » proposent en effet tout crédit correspondant à la valeur évaluée du logement habité par les populations de ces grands ensembles. La tentation est évidemment forte pour le confort apporté – nourriture, téléviseur, voiture – mais, au bout de un à trois ans, les gardes du corps attachés aux troubles officines de crédit jettent les familles à la rue pour s’emparer des appartements. Cette période de un à trois ans correspond à la durée d’acquisition d’un immeuble par ces méthodes. Ensuite, les nouveaux propriétaires procèdent à une réhabilitation, à la vente ou à la location. C’est évidemment le « tout crédit » qui se charge directement des prêts et propose ces logements à des populations rémunérées autour de 300 à 400 euros, et dont ils pensent que l’entrée dans la communauté européenne améliorera rapidement les salaires. Au bout de trois ans, si les remboursements ne sont pas effectués, les nouveaux propriétaires sont à leur tour jetés à la rue. Cela représente un processus majeur du redéploiement de l’immobilier dans Sofia et de l’enrichissement simultané des milieux affairistes troubles.

15Le deuxième procédé est à l’initiative des 3 000 entrepreneurs syriens dont je vous ai parlé, qui se sont installés dans un quartier central délabré. Celui-ci devient l’un des plus beaux quartiers de Sofia car ils ont réinvesti dans l’habitation grâce aux profits des commerces que j’ai évoqués. Maintenant, ils réhabilitent dans d’autres quartiers pour louer leurs appartements. Ils ont, par ailleurs, ouvert des zones de commerce afin d’écouler tous les produits arrivant des destinations asiatiques et moyen-orientales, via, notamment, les migrants transnationaux afghans.

16Un processus relativement semblable se retrouve dans le vieux port Anglais, dans un très beau quartier au pied de la citadelle d’Alicante. La dernière habitation à vendre par des Espagnols était une maison d’anciens pêcheurs bien exposée, au prix de 1,3 million d’euros pour 90 m2 et un petit jardin de 30 m2. Lorsqu’ils sont partis, les propriétaires nous ont dit qu’ils « allaient en Espagne », un quartier plus loin. Ils avaient racheté un appartement de 300 m2. La femme me disait qu’elle ne serait plus obligée de mettre des mantilles comme les Anglaises, qu’elle était lasse des mauvaises odeurs de cuisine des Anglais qui avaient acheté ce quartier. Dans un quartier délabré, proche du port, se sont installés plusieurs dizaines de commerçants marocains, liés aux circulants de Marseille au Maroc que j’ai signalés. Nous retrouvons le processus observé auprès des Syriens de Sofia, de réhabilitation du quartier à l’initiative de migrants commerçants sédentarisés, liés aux commerçants migrants circulants. Dans ce cas en concertation avec les autorités municipales. Ainsi, il existe une belle réhabilitation des rues, des façades et des intérieurs, accompagnée de locations à des populations espagnoles, marocaines et bien d’autres.

17Je vous ai donc présenté brièvement un aperçu de ces transformations qui mettent également en jeu les frontières, les États et le statut de l’étranger.

18Sylvain Allemand : Nous sommes donc dans le vif du sujet. Merci. Nous avons bien compris l’importance économique et financière que revêtent ces flux aléatoires et ces activités de commerces déployées sur la base des réseaux familiaux ou communautaires, notamment à travers les chiffres que vous nous avez donnés. Cependant, ce processus participe-t-il d’une économie « parallèle », détournée de l’économie officielle mais non mafieuse, comme les migrants qui acheminent du matériel hi-fi à Dubaï ? En d’autres termes, les multinationales ont-elles intégré cette donne dans leur propre stratégie de commercialisation de leurs biens ?

19Alain Tarrius : Elles sont parfaitement informées. Je citerai un fabricant de vêtements, notamment d’un très célèbre pantalon. Des contrefaçons ont inondé la Méditerranée à partir de la Tunisie jusqu’en 1994-1995. Cette firme américaine s’est installée près de Bizerte pour y ouvrir une usine extraordinaire, la seule n’ayant aucun défaut sur leurs pantalons, c’est-à-dire aucune perte avant commercialisation, aucune « coulure », alors que les autres usines du même groupe présentent 7 % de « coulure ». Tous les pantalons qui auraient dû être réformés ont envahi, peu à peu et très intelligemment, les réseaux de la contrefaçon et ont mis en faillite les ateliers de contrefaçon. Dans ce cas, cela représente une mesure d’infiltration des économies souterraines par une firme multinationale. Ces entreprises sont d’ailleurs parfaitement au point. Nous pouvons citer le procès intenté par la Communauté européenne à l’encontre de cigaretiers internationaux pour les produits passés du Maroc. Par conséquent, ce sont des procédures délibérées. Pour les produits d’Asie du Sud-Est transitant par Dubaï, comment des commerciaux de firmes internationales ignoreraient-ils qu’ils vendent à cet émirat de 300 à 900 fois la capacité d’absorption de leurs produits électroniques ? Par leur nouvelle mobilisation, ces populations ont l’avantage de ne pas avoir à quitter la proximité sociale et économique ainsi que la complémentarité de leur pays d’origine et des leurs. Ils n’ont donc pas à en Europe du Sud : rentrer dans les situations de rupture de l’intégration. Ils ne sont plus « ni d’ici ni de là-bas », comme l’écrivait Abdelmalek Sayad, mais d’ici et de là-bas et de tous les lieux parcourus dans leurs vastes territoires circulatoires internationaux.

  • 3 Tarrius, Alain, La Mondialisation par le bas : les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Par (...)

20Sylvain Allemand : Je pense que nous aurons des questions sur ce sujet. En tout cas, à travers cet exposé, nous avons pu constater l’existence d’une « mondialisation par le bas », précisément le titre de l’ouvrage3 d’Alain Tarrius consacré à ces dynamiques migratoires, paru il y a trois ans.

21Je remercie Anne-Catherine Wagner pour sa patience. Je qualifierais son exposé de « mondialisation par le haut » puisqu’elle est spécialiste des élites mondiales, qu’elle a étudiées en s’intéressant tout particulièrement aux expatriés. Certes, le terme de « mondialisation par le haut » semble un peu abusif. En effet, elle ne s’intéresse pas aux expatriés dans le cadre de pouvoirs qu’ils pourraient exercer et, avec eux, à leurs multinationales. En revanche, elle s’intéresse particulièrement à la manière dont ils utilisent leur identité nationale dans leurs multinationales respectives, aussi curieux que cela puisse être, à des fins stratégiques individuelles qu’elle va nous décrire. C’est une illustration du fait que la dimension nationale n’a pas encore dit son dernier mot, fusse à travers les identités qui revêtent des significations différentes.

Notes

1 Du même auteur, voir également l’article « Migrations en réseaux et cohabitations urbaines aux bordures de l’Europe »

2 Il s’agit du quartier de Belsunce.

3 Tarrius, Alain, La Mondialisation par le bas : les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland (Voix et regards), 2002.

Notes de fin

* Professeur de sociologie à l’université Toulouse le Mirail.

Auteur

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access