Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 22 mai 2006. Les mutations d’une information planétaire

Débat

Texte intégral

1Olivier Da Lage : J’aurais des questions à poser, mais je préfère qu’elles viennent de la salle.

2Public : Je voudrais poser une question à M. Benhamou. Au cœur du Web, nous retrouvons l’Amérique et la langue anglaise, qui est un facteur déterminant de la prédominance des États-Unis. Peut-on penser une autre architecture, un autre cœur, avec une autre langue ?

3Bernard Benhamou : La question que vous posez est celle que se posent tous les jours les autorités chinoises, avec des tentatives répétées de créer des architectures différentes. Les Chinois ont déjà créé leur propre dns, ce grand annuaire de noms de domaine. Parallèlement, aux États-Unis, se pose la question de créer un autre réseau. Dans quelle mesure ce réseau doit-il être différent de celui existant ? Cette question se pose dans la mesure où Internet n’a pas été sécurisé dans sa création initiale. Le dns n’est pas sécurisé, nous le voyons notamment quand nous recevons des spams.

4L’idée de sécuriser le réseau, la possibilité qu’un cinquième de la planète puisse avoir son propre réseau sont compréhensibles. Mais le problème est le risque de balkanisation, la fragmentation du réseau. Aurons-nous toujours un réseau unique, avec un potentiel énorme de créativité, de dynamisme – ce qui a été montré notamment avec Wikipédia –, ou aurons-nous 10 000, 20 000, 1 000 000 de réseaux différents ? Cela constitue un choix compliqué. La langue est un problème, il nous faudra, à un moment donné, permettre une vraie diversité des langues sur Internet. L’anglais est une langue avec des caractères latins sans accent ; ce qui la rend lisible par tous ceux qui parlent les langues latines. Mais pour les autres, je pense par exemple aux Russes ou aux Chinois, il est nécessaire qu’ils accèdent aux richesses du réseau, en utilisant leurs signes. Est-ce pour autant qu’il faut remettre en cause l’architecture unifiée, qui a fait l’avantage fantastique de l’internet ? En regard de cela, évidemment, des conflits d’intérêt peuvent émerger entre les pays. Nous connaissons par exemple l’effet Minitel qui donne des réseaux ultra-concentrés et contrôlés, sans aucune innovation possible. Cette transition est très risquée, tant que le citoyen n’a pas la mainmise sur le réseau. Améliorer l’existant, faire en sorte de trouver des solutions techniques, notamment multilingues, je le conçois, mais remettre en question la neutralité d’Internet, me paraît être une moins bonne idée. Mieux vaut – de beaucoup – faire en sorte que les contenus créés par des Français soient présents sur le Net, y compris en langue anglaise.

5Olivier Da Lage : Cela dit, la part de l’anglais se réduit un peu au profit de l’espagnol... Y a t-il d’autres questions ?

6Public : Ma question s’adresse à Mme Nibart-Devouard. Vous avez évoqué la notion de vandalisme. J’aimerais savoir à partir de quand mon écriture peut être considérée comme du vandalisme. Si je décide d’écrire votre biographie sans votre consentement, est-ce considéré comme du vandalisme ?

7Florence Nibart-Devouard : Non. Cela n’est pas du vandalisme. Il n’y a pas de raison que je contrôle une information qui me concerne. La notion même de contrôle de l’information personnelle n’existe pas. À côté de cela, nous devons prendre en compte les débutants, leurs essais ne sont pas appelés vandalisme. Il n’est pas question de bloquer un débutant parce qu’il a fait un essai dans un article. Nous allons lui expliquer notre démarche en lui envoyant un message qui dira : « Vous avez découvert combien il était facile de modifier un article de Wikipédia ; votre entrée a été supprimée en raison de son caractère non encyclopédique, merci de ne pas réitérer ce genre de contribution, visitez la page d’aide ou le bac à sable afin de faire vos essais. » S’il le refait quatre fois de suite, il sera bloqué. Il est parfois très difficile pour les gens qui ne connaissent pas le projet de juger de ce qu’il n’est pas normal de faire. L’idée qu’une personne puisse écrire ma biographie sans mon autorisation relève juridiquement du problème lié aux noms de marque. Certaines personnes détiennent la propriété de certains noms et lorsque nous écrivons un article sur une marque, nous recevons très régulièrement des courriers d’avocats revendiquant la propriété et donc le droit de contrôler ce qui est fait d’un nom. Mais nous luttons davantage contre les gens persuadés de détenir la vérité sur eux et qui refusent de voir modifier leur biographie.

8Public : Je voudrais revenir à la question de l’architecture du réseau. Les grands États – je pense à la Russie, l’Inde ou même l’Union européenne – n’ont-ils jamais tenté de transférer le contrôle du réseau aux Nations unies ?

  • 1 Identifiant unique lié à une entité dont les ordinateurs sont reliés au réseau internet.

9Bernard Benhamou : Ceci était l’un des enjeux du Sommet de Tunis. Lorsqu’il a été évident que l’organisme de gestion des noms de domaine1 ne serait jamais libéré de l’emprise des autorités américaines, les voix internationales se sont faites de plus en plus vives. Le Département du Commerce américain a émis une note quelques mois avant le Sommet des Nations unies, disant que ce contrôle serait perpétuel. Là-dessus, la montée en puissance des oppositions a été claire.

10L’Union européenne a défendu une proposition à mi-chemin entre le statu quo d’aujourd’hui et les propositions les plus radicales qui auraient défiguré l’architecture du réseau. Son propos était de dire qu’il fallait que la ressource soit contrôlée de manière collégiale. Mais il convient de noter que collégiale ne signifie pas International au sens des « Nations unies », parce que, qui dit contrôle onusien dit un droit égal de vote pour chaque État et signifie qu’une majorité d’États non démocratiques peut décider pour les États démocratiques. Ce serait prendre un risque très grand en termes de sécurité ou de liberté. La proposition européenne avait pour particularité de proposer une ouverture vers un nouveau modèle de gestion, de coopération sur les ressources, avec le respect des trois principes fondamentaux de l’internet : neutralité, interopérabilité et ouverture. Ces principes n’ont pas été rappelés par les États-Unis et cela fait débat. Or, l’Europe peut avoir un rôle de médiateur à l’échelle mondiale, en prônant l’ouverture du réseau avec la conservation des principes originels du réseau qui ont fait sa force, son dynamisme et sa croissance. L’enjeu est de faire en sorte que le monopole sur cette ressource critique ne puisse pas devenir éternel. Cette position nous a valu une intense campagne de lobbying de la part des médias et des autorités américaines, au point que Mme Condoleezza Rice et le ministre du Commerce américain ont adressé une lettre à la présidence de l’Union européenne, disant : « Arrêtez cette position, elle nous fait du tort. » L’Europe a sur ce point un poids spécifique à jouer, pas seulement parce qu’elle est le berceau de la démocratie, mais parce qu’elle peut, par sa force d’expression et de conviction au niveau international, remplir ce rôle-là. L’Europe n’a pas cédé, les Européens ont permis une ouverture critique par rapport au dispositif, en plus de la création du Forum d’Athènes.

11Olivier Da Lage : Daniel Kaplan, partagez vous cet optimisme ?

12Daniel Kaplan : Bernard Benhamou a raison de souligner ce risque, mais il faut dire aussi que depuis quelques années l’internet s’est ouvert, est devenu un enjeu économique fondamental, et que les Américains n’en ont pas abusé. S’ils n’avaient pas eu le contrôle sur ce dispositif au démarrage, Internet n’aurait jamais existé ainsi, en particulier si la décision avait dû être prise par les institutions des Nations unies. Il existe néanmoins un risque : un jour, les États-Unis pourraient décider de faire des choses très graves, et ils en ont déjà le pouvoir. En même temps, ce pouvoir – de caractère absolu – a été utilisé avec une remarquable parcimonie, presque pas, ce qui fait que l’internet est tel qu’il est aujourd’hui. Nous ne pouvons donc pas dire qu’Internet est un instrument de domination américain, utilisé de manière stratégique et active, cela n’est pas vrai.

13Bernard Benhamou : Cela n’est pas encore vrai. Le phénomène que nous avons évoqué tout à l’heure avec les puces rfid, le fait que l’ensemble des objets manufacturés de la planète – et non plus seulement les ordinateurs – soient contrôlés par la même architecture que l’internet, est inacceptable d’un point de vue politique pour l’ensemble des États, y compris pour les alliés traditionnels des États-Unis. Le risque encouru et le contrôle exercé – notamment par Google qui filtre directement les informations pour la Chine – sont une atteinte au principe de liberté de l’internet. Ce contenu différencié est contraire aux règles fondamentales de l’Internet à sa création.

14Daniel Kaplan : Mais un Allemand pourrait le faire !

15Bernard Benhamou : Oui, tout à fait. Mais il ne faut pas nécessairement suivre le point de vue de certaines entreprises qui sont au cœur du fonctionnement du réseau, car elles ont parfois des intérêts contradictoires. D’où le risque de fragmentation, de balkanisation du réseau. Ainsi, les principaux opérateurs de téléphonie aux États-Unis sont en train de demander un système de paiement étagé des sociétés en fonction de ce qu’elles rapportent. Cela pourrait remettre en cause l’architecture du réseau. La fragmentation peut donc venir de n’importe où, n’importe quand. Et le fait que nous n’ayons pas une parole claire de la part des autorités politiques aux États-Unis en disant : « Nous défendons clairement le principe de neutralité », alors même que l’Europe l’a fait, est une menace diffuse, qui plane sur l’avenir de l’internet.

16Public : J’ai deux questions à vous poser. Ne pensez-vous pas que la globalisation nous apporte un changement sur la façon de gouverner nos États ? Pouvons-nous parler aujourd’hui d’un gouvernement mondial ? J’aimerais aussi comprendre comment Google ou Wikipédia gagnent l’argent nécessaire pour payer leurs employés.

17Bernard Benhamou : Google gagne de l’argent par la publicité, c’est un énorme moteur de publicité des sites ; il vend des liens vers des sites commerciaux. Sur la question de la gouvernance mondiale, bien évidemment, il faut qu’il en existe une. Mais instaurer une gouvernance centralisée sur le réseau est très compliquée. La particularité du Sommet de Tunis était de rassembler des États, mais aussi des industriels et la société civile, avec de très nombreuses ong. Cette triple coordination entre les parties intéressées est très importante. Au moment où il a été question de sécurité nationale, les États n’ont pas eu envie de discuter avec les industriels, ni avec les ong. De même, lorsqu’il a été question de la liberté d’expression dans certains pays comme la Chine, vous vous doutez bien que certains n’ont pas eu voix au chapitre. Il y a donc des situations très complexes ; certains outils de liberté en Chine peuvent être des outils dangereux ici. Le contrôle de l’internet se doit d’harmoniser l’ensemble. Il faut donc établir un équilibre autour de principes démocratiques, tels qu’ils existent par exemple à l’ocde. Ne sont membres de l’ocde que les pays pouvant faire la preuve d’un certain degré de démocratie. L’avenir du réseau est suffisamment important, central, dans l’équilibre global à la fois économique et politique de la planète pour ne pas prendre le risque de le voir capturé par certains États qui auront une velléité d’en faire un instrument de contrôle orwellien, avec tous les risques de dérive sur la vie privée, les opinions, les orientations sexuelles dans certains pays, les religions, l’appartenance ethnique, etc. Ceci ne doit pas arriver. Il importe de s’arc-bouter sur les principes et ne pas espérer comme Oscar Wilde qu’ils finiront par céder...

18Olivier Da Lage : Cela répond-il à votre deuxième question ? Comment fonctionner sur Internet lorsque l’on ne dispose pas de ressources financières propres ?

19Florence Nibart-Devouard : Vous avez évoqué un système aux États-Unis pour faire payer l’accès à certains sites aux sociétés, ce serait là la mort de Wikipédia. Le système économique qui a financé le projet au début est la pornographie. En effet, le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, était un entrepreneur américain qui vivait de la bulle Débat-internet et possédait un portail qui s’appelait Bomis.com, à la fois moteur de recherche et diffuseur de photographies légères. Il existe toujours, mais a été expurgé d’un certain nombre de photos. Le site Wikipédia a été hébergé pendant presque deux ans sur un des serveurs de Bomis. À l’époque, Wikipédia avait un éditeur en chef, payé lui aussi par Bomis, et Wikipédia était un « .com », situation qui a duré jusqu’en décembre 2003.

20Un moment est venu où, Wikipédia grandissant, on ne pouvait plus tenir sur un seul serveur ; il était nécessaire d’en avoir davantage, sachant que nous en avons entre 300 et 400 aujourd’hui. L’éditeur en chef a été licencié parce qu’il était en désaccord avec la communauté et Jimmy Wales, et le site a été modifié de « com » à « org ». La fondation a été créée à ce moment-là, pour récolter les dons des utilisateurs. La première contribution est venue des participants, lesquels ne voulaient pas se retrouver privés de leur drogue de participation quotidienne, surtout qu’à une époque nous avions une déconnexion de cinq ou six heures par jour. Nous avons donc fait, à l’époque, une levée de fonds pour financer des serveurs supplémentaires et cela a fonctionné. Nous faisons aujourd’hui des levées de fonds deux fois par an, qui rapportent à peu près 400 000 dollars, en plus de certaines autres aides conséquentes. Vous vous doutez bien que nous avons reçu un certain nombre de propositions « indécentes » de Google, etc., lesquels voudraient mettre de la publicité sur notre site. Évidemment, ceci nous rapporterait des millions de dollars et nous n’aurions plus de questions à nous poser sur le fonctionnement du site, mais les éditeurs ne le veulent pas. L’une des grandes raisons est que les Google Ads, les publicités proposées par Google, ont la particularité de s’adapter en fonction du site sur lequel l’internaute se trouve. Chez nous, cela voudrait dire que si vous consultiez un article sur une star de cinéma, vous auriez une publicité pour aller voir directement ses films. La neutralité de point de vue serait alors malmenée, et, pour nous, il en est hors de question. Google garde toujours l’espoir d’appliquer ce dispositif, d’autres partenaires nous proposent également des choses similaires. Yahoo recherche, quant à lui, simplement une amélioration de son image de marque et nous a donc proposé l’utilisation d’une dizaine de serveurs situés en Corée, parce qu’ils veulent y développer leur présence. Ils ne nous demandent rien en échange, le partenariat marche bien et a été reconduit récemment. Il faudra trouver pourtant d’autres systèmes de financement, car le site est en phase exponentielle ; nous avons ainsi besoin de faire des achats d’ordinateurs tous les deux mois, pour 200 000 - 300 000 dollars. Mais à votre avis, combien avons-nous d’employés ? 300 ? Nous avons seulement trois personnes et demie à l’échelle mondiale, pour l’ensemble des projets internationaux. Il y a un assistant qui s’occupe essentiellement de répondre au téléphone, d’envoyer le courrier ; un autre, à mi-temps, qui s’occupe de toute la partie technique, et deux développeurs employés à plein temps, qui sont présents depuis le début du projet, l’un en Californie et l’autre en Australie, et qui aident au développement du logiciel et à la maintenance quotidienne du serveur. C’est tout, mais cela n’est pas suffisant. Nous sommes au bord de la catastrophe depuis six mois, car nous n’arrivons pas à répondre aux gens qui souhaitent faire des partenariats avec nous, veulent nous faire des procès, exercent toutes sortes de pressions qui créent d’importants problèmes pour nous. Par exemple, le brevet sur les logiciels est un problème car ceux-ci peuvent nous faire tomber à tout moment si certaines décisions tangentes sont prises au niveau européen ; existent aussi les problèmes de responsabilité des propos, qui sont les mêmes pour les blogs, etc. Nous n’avons que trois personnes et demie pour s’occuper de toutes ces problématiques ; ce n’est pas suffisant et nous cherchons actuellement des sommes pour employer d’autres personnes.

21Public : Ma question s’adresse à M. Bernard Benhamou. Nous évoquons très peu le risque d’un hacking mondial. Avez-vous des informations à ce sujet ?

22Bernard Benhamou : Cela s’est déjà produit. Il y a un an et demi de cela, sept serveurs sur treize ont été mis en panne par des attaques concertées. Ces serveurs racines n’ayant pas de bouton on/off, l’arrêt d’un ou plusieurs serveurs poserait des problèmes durant un certain délai : certains disent quelques semaines, car la structure du réseau est pyramidale. Le hacking des machines, la possibilité de localiser ces machines sur le réseau et de créer des algorithmes pour les casser est extrêmement simple. Cela s’est vu, sept machines sur treize ont été infectées, mais le réseau n’a eu aucun problème ; de la même manière, lors de la distribution des photos martiennes de Pathfinder, le réseau a absorbé la charge sans difficulté. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de possibilité technique d’attaquer le réseau, évidemment cela est possible, le réseau n’est pas invulnérable, mais la véritable attaque massive provient de l’intérieur du réseau. Ainsi, les spams, les virus détruisent-ils la confiance des utilisateurs dans le réseau lui-même, ce qui est beaucoup plus inquiétant. Quand 25 % des Américains ont déclaré l’année dernière qu’ils étaient prêts à arrêter l’utilisation du mél à cause du spam, c’est une menace globale sur l’existence, le dynamisme et la croissance du réseau. Les attaques possibles résident de ce côté-là.

23Public : Peut-on remplacer la racine suprême et peut-elle créer d’autres sens, d’autres notions de territoires, de démocratie et de libertés ? Ma question s’adresse à M. Pélissier. Vous avez commencé votre exposé en faisant une citation de Balzac qui me plaît beaucoup, et vous avez dit que le journaliste devenait un technicien de l’information. Nous voyons clairement cela dans la qualité des textes, surtout dans mon pays au Brésil. Le journaliste intellectuel est-il mort ? Nous avons connu des journalistes qui avaient un style particulier, aujourd’hui nous lisons des textes uniformisés.

24Nicolas Pélissier : Dans votre pays, d’ailleurs, les écoles de journalisme jouent un grand rôle puisque les personnes sont obligées de faire une école de journalisme pour être journaliste, sinon vous pouvez être accusé d’exercice illégal du journalisme, ce qui n’est pas le cas en France. Ces formations professionnelles jouent un grand rôle dans la fabrique de cette information standardisée. Cela dit, il existe aussi des mouvements d’opposition. La presse d’opinion est en train de mourir d’après ce que vous dites, au profit d’une presse où l’information est présentée d’une façon plus calibrée. Mais nous constatons aussi qu’il y a un renouvellement, notamment des formats journalistiques. Ainsi en atteste le succès des portraits en dernière page de Libération, des chroniques, mais aussi de la blogosphère où les billets d’humeur assez courts sont légion. La blogosphère traduit d’une certaine façon ce renouveau de la presse d’opinion et la renaissance d’un autre espace public. Combien de temps cela durera-t-il ? Ceci est une autre histoire.

25Olivier Da Lage : Le journaliste a-t-il perdu l’espace de réflexion ?

26Nicolas Pélissier : Nombre de professionnels qui témoignent auprès des chercheurs souffrent effectivement de cela. Ils confient volontiers qu’ils ont moins de temps pour réfléchir, pour se documenter. Aujourd’hui, le jri (Journaliste reporter d’images) doit à la fois prendre les images, le son, imaginer le scénario, et monter en numérique son produit fini. En travaillant seul sur le terrain en audiovisuel, le journaliste a de moins en moins le temps pour réfléchir et se documenter. Le temps est de plus en plus consacré à l’action. Certes, il reste encore de la place pour l’imaginaire, la poésie, mais ce temps est compté.

27Public : Je constate aujourd’hui plus de commérage que d’analyse dans l’information...

28Nicolas Pélissier : À la télévision, il existe de moins en moins de programmes qui commentent l’actualité à froid et de reportages comme l’émission « Envoyé Spécial ». Ceux qui restent ne sont pas diffusés aux horaires de grande écoute. Du coup, la majorité des informations que vous voyez n’ont pas le temps d’être analysées, commentées en profondeur. Pour cela, existent les chaînes thématiques, sur lesquelles vous avez le temps d’approfondir, ce que ne fait, hélas, qu’une minorité de téléspectateurs.

29Olivier Da Lage : Je vous remercie tous d’avoir manifesté votre intérêt pour cette discussion et d’y avoir participé.

Notes

1 Identifiant unique lié à une entité dont les ordinateurs sont reliés au réseau internet.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access