Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 22 mai 2006. Les mutations d’une information planétaire

L’automatisation de l’information médiatisée : vers un journalisme artificiel ?

Nicolas Pélissier

Texte intégral

  • * Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nice-S (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Balzac, Honoré de, Les Illusions perdues, Paris, Gallimard (Foliothèque), 1ère éd. 1837 ; 2001.

2Je vais parler d’un problème qui me paraît assez important, mais que nous évoquons rarement dans l’immédiat : celui de la robotisation de notre mode d’existence informationnel. Nous avons parlé d’information ce soir, mais pas encore de journalisme. Je vais donc évoquer maintenant la place du journaliste dans la société de l’information. Cette question est déjà ancienne et renvoie à l’histoire des techniques d’information et de communication. Je ne résiste pas au plaisir d’une citation de Balzac, extraite des Illusions perdues1:

Le public peut croire qu’il y a plusieurs journaux. Mais, en définitive, il n’y a qu’un journal. [...] Sur ce point, il n’y a qu’un journal, fait par lui, et à la source duquel puisent tous les journaux.

  • 2 Maupassant, Guy de, Bel-Ami, Paris, Victor-Havard, 1885.

3Il s’agit donc d’un problème ancien lié à l’histoire des techniques ; des problèmes équivalents sont d’ailleurs survenus lors de la généralisation de l’imprimerie au xviie siècle. À l’époque où Balzac écrit, les agences de presse se développent, elles passent des pigeons voyageurs au télégraphe, ce qui produit immanquablement des changements. Un autre écrivain, Maupassant, le décrit très bien dans Bel-Ami2. Mais, au-delà, se pose plus généralement la problématique de l’industrialisation du monde de la presse. Celle-ci devient une marchandise comme les autres en ce xixe siècle, avec d’abord l’influence anglo-saxonne et, progressivement, à partir du milieu du xixe siècle, l’influence française à travers une figure comme celle de M. Émile de Girardin, à laquelle fait souvent référence Balzac.

  • 3 Debray, Régis, Cours de médiologiegénérale, Paris, Gallimard, 1991 ; Introduction à la médiologie, (...)

4Depuis ce xixe siècle, l’activité journalistique n’a cessé de se rationaliser, en introduisant des normes, des règles de fonctionnement, des mécanismes de toutes sortes, qui font que nous avons affaire aujourd’hui à une activité de plus en plus codifiée, certifiée même. L’approche de Régis Debray3, son appréhension de l’histoire des techniques, qu’il a appelée « médiologie », est tout à fait intéressante en ce sens qu’elle nous apprend à penser l’outil de transmission en relation avec son milieu de développement. Régis Debray a constaté que, chaque fois que le mode d’appréhension du canal de transmission est changé, nous assistons à une automatisation supplémentaire de la technique de production et de diffusion de l’information. Il distingue trois grandes étapes dans l’histoire des techniques de communication : la logosphère, la graphosphère et la vidéosphère.

Les trois étapes des techniques de communication

5La logosphère renvoie à un âge où dominait, comme technique de communication, la parole organisée, le discours. La logosphère est déjà une forme de rationalisation de la parole, par l’argumentation et les techniques de séduction, lesquelles constituent une première séquence de l’uniformisation de la parole communiquée. À la Renaissance, une deuxième étape consiste dans le passage de la logosphère à la graphosphère. Elle avait été inventée depuis bien longtemps, mais, au cours de la Renaissance, elle devient un mass média, à travers une invention fondamentale : l’imprimerie. L’imprimerie va généraliser une automatisation supplémentaire de la production et de la diffusion de l’information, notamment si nous la comparons aux méthodes des moines copistes qui existaient jusqu’alors. La troisième étape marque le passage de la graphosphère à la vidéosphère. Ce passage de l’écrit à l’écran se produit dans les années 1940 et crée un surcroît d’automatisation et d’uniformisation des techniques de distribution, de production et de traitement de l’information. Aujourd’hui, une quatrième étape semble émerger, c’est la cybersphère, qui serait un traitement quasi automatisé de l’information médiatique. Une nouvelle étape où la machine remplacerait progressivement l’homme dans la production, le traitement et la diffusion de l’information. En sommes-nous déjà là ? À mon avis, non, mais de nombreux indices portent à penser que nous sommes, ici, bien en présence d’une tendance lourde et à considérer avec beaucoup d’attention.

6Je voudrais dire, dans un premier temps, que nous assistons à un phénomène d’automatisation des sources des entreprises de presse, en particulier des journalistes. Quelles sont les principales sources des journalistes ? Nous avons d’abord les sources institutionnelles, soit celles des services de communication, de relations publiques des organisations privées ou publiques, voire associatives. Ces sources se sont professionnalisées de manière considérable depuis une trentaine d’années. Cette professionnalisation implique que les sources institutionnelles fabriquent, codifient, organisent, rationalisent l’information qu’elles vont destiner aux médias. Cette tendance générale apporte de plus en plus l’information « sur un plateau » aux journalistes, pour éviter qu’ils ne cherchent cette information, leur facilitant l’effort de l’accès aux sources.

7La deuxième catégorie de sources correspond aux agences de presse internationales, (Associated Press, Reuters, afp, etc.) Elles sont toujours des sources primaires pour la plupart des entreprises de presse françaises. Auparavant, les informations étaient traduites par l’existence d’un fil qui se déroulait sous la forme d’un télex, un rouleau de papier. Les informations nous étaient déversées en continu, comme un robinet qui coule sans cesse. Aujourd’hui, ce rouleau de papier est remplacé par les sites web des agences qui nous proposent de plus en plus une information en temps réel. Parallèlement, de plus en plus de radios, de chaînes de télévision, de journaux, qui ne sont pas des agences de presse, commencent à fonctionner sur le Web selon le modèle des agences, avec l’heure, la minute et parfois même la seconde à laquelle est survenu tel événement.

8Parmi les sources des journalistes, il existe aussi la possibilité de collecter des informations sur Internet. Le principe de la navigation, pour des raisons de temps principalement, est peu utilisé par les journalistes, car il demande le plus d’investissement personnel. Nous assistons donc à la montée en puissance des push technologies, les technologies de poussée, qui vont faire remonter l’information auprès des journalistes sous différentes formes. Le journaliste peut, par exemple, s’abonner à des bases de données spécialisées, créer sa page d’accueil personnalisée, grâce notamment aux newsletters. Dans la blogosphère, nous voyons aussi de plus en plus le principe du fil rss {Really Simple Syndication). Cela consiste à établir un lien entre votre site et d’autres sites, de façon à ce que vous soyez alerté à chaque fois qu’une information nouvelle apparaît sur le site auquel vous êtes relié. Plutôt que d’aller visiter tous les jours vos sites préférés, vous êtes alertés par ce système de fil signalant les mises à jour. Beaucoup de journalistes s’abonnent donc à ces fils rss. Certains sont payants, comme celui du journal Le Monde, mais dans la blogosphère la grande majorité sont gratuits.

9Vient aussi le cas particulier des moteurs de recherche qui nous apportent l’information toute prête, ce qui pose des problèmes. Les journalistes font un travail de plus en plus assis, du desk journalism, comme on appelle cela aux États-Unis, à l’opposé du travail sur le terrain. Il y a trente ans, un tiers des journalistes étaient assis, contre deux tiers « debout », soit sur le terrain. Aujourd’hui, cette répartition s’est inversée. Lors d’une enquête récente au sein d’un grand quotidien national, j’ai interrogé des journalistes qui reconnaissaient passer plus de temps derrière un écran que sur le terrain et qui regrettaient cette évolution.

Contraintes techniques

10Au-delà de la question des sources, nous avons pu constater que le journalisme était une activité de plus en plus sujette à la contrainte technique, en particulier depuis la Seconde Guerre mondiale. Les entreprises de presse se sont alors engagées dans des processus de certification et de normalisation de leur activité, sous une double influence : celle du marketing de l’information et du management de la qualité de l’information. Les journalistes se sont trouvés au premier rang dans ces processus de rationalisation, en particulier lorsque les rédactions ont été informatisées, dans les années 1970 pour les agences de presse et dans les années 1980 pour les journaux et les chaînes de télévision. Jusqu’aux années 1980, le journaliste assistait le matin à une conférence de rédaction, l’après-midi partait sur le terrain traiter deux ou trois sujets et revenait avec un papier, écrit à la main ou à la machine à écrire. Son travail s’arrêtait là. Aujourd’hui, de l’amont à l’aval de la chaîne, le journaliste doit effectuer un travail qui nécessite un traitement automatisé de l’information. Ce traitement automatisé s’applique dans la collecte des sources, les données informationnelles et la mise en forme de l’information. Le journaliste doit, aujourd’hui, savoir se servir des logiciels comme Quark Xpress ou Illustrator, à la fois pour la gestion des illustrations et la mise en forme du texte. Et ce, même jusqu’à la diffusion de l’information sur le Web. Le journaliste se trouve donc à la fois au milieu, en amont et en aval du processus de fabrication et de diffusion de l’information, ce qui auparavant n’était pas le cas.

11L’écriture elle-même est de plus en plus calibrée. Pour les agences de presse, il faut véhiculer l’information en un nombre de mots très précis. Ce système est en train de se développer dans d’autres médias, notamment les journaux, où il faut respecter un nombre de signes. Par exemple, en radio, ce sont des reportages qui ne doivent pas dépasser quarante secondes. Cette rationalisation se fait le plus souvent à travers un raccourcissement des formats. À mon avis, la blogosphère constitue aujourd’hui un grand succès pour lutter contre ce raccourcissement des formats, car elle n’a pas de limite dans l’espace et dans le temps. La formation professionnelle des journalistes elle-même se trouve technicisée. Les étudiants en journalisme vont aujourd’hui passer entre trois cents et cinq cents heures sur des logiciels de mise en forme de l’information, à travailler sur le montage numérique, la collecte d’informations sur les bases de données spécialisées, la veille informationnelle, etc., et pour des volumes horaires qui constituent pratiquement un quart de la formation. Il y a vingt ans, les formations consistaient plutôt en des enseignements de culture générale tels qu’ils sont encore délivrés dans les instituts d’études politiques. Au contraire, aujourd’hui, à 90 %, la formation est de moins en moins académique et de plus en plus technicisée. La technicisation ne peut pas, bien sûr, se réduire à l’usage de l’ordinateur, elle existait avant ; les normes d’écriture datent de la fin du xixe siècle. D’un pays à l’autre, les étudiants en journalisme reçoivent les mêmes enseignements. Nous assistons donc à une disparition des spécificités nationales dans le modèle de journalisme. Le journalisme à l’anglo-saxonne ou à la française n’est plus aujourd’hui une évidence. Certes, nous trouvons toujours des particularités en voyageant d’un pays à l’autre, mais celles-ci tendent à s’estomper, ce qui pose le problème de la mondialisation et de l’uniformisation de l’information, à travers une disparition des spécificités nationales.

Machines-journalistes

  • 4 La Mettrie, Julien Offray de, L’Homme machine, Amsterdam, 1753.
  • 5 Wiener, Norbert, Cybernetics: or Control and Communication in the Animal and the Machine, Paris, H (...)

12J’aimerais poser l’hypothèse d’un journalisme artificiel sans frontières, dans un passage de l’homme à la machine à informer. À force d’aller toujours plus loin dans le calibrage de l’information diffusée dans les médias, nous pourrions trouver des machines qui fassent ce travail plus efficacement que l’homme. Cette thèse, déjà très ancienne, remonte au xviie siècle et a été philosophiquement débattue par Descartes et La Mettrie4 : l’animal et l’homme étant de nature perfectible, il est possible d’imaginer une machine leur permettant de ne plus faire d’erreurs. Cet idéal de La Mettrie se retrouve au sortir de la Seconde Guerre mondiale, dans un grand courant de pensée, la cybernétique5. Pour les cybernéticiens, le problème est que la machine n’est pas intelligente et peut se retourner contre les hommes. Le défi des cybernéticiens est de créer une machine intelligente qui permette à l’homme de s’autoréguler ; ils réussiront quelques années plus tard en créant l’ordinateur.

13Aujourd’hui, les moteurs de recherche pourraient constituer une pré- vers un journalisme figuration des « machines-journalistes » capables de traiter, transmettre et artificiel ? diffuser l’information. Les journalistes ont une longueur d’avance, capitalisée par leur histoire. Ils ont des droits et des devoirs qui fondent leur place dans la société, mais les moteurs de recherche sont susceptibles de les concurrencer. Sur la page de Google Actualités, si vous cliquez sur « à propos de Google Actualités », vous pouvez lire ce texte :

L’originalité de Google Actualités tient à ce que nos résultats sont compilés uniquement à l’aide d’algorithmes informatiques, sans intervention humaine. De ce fait, les informations sont sélectionnées sans parti pris idéologique ou politique, ce qui permet de voir comment différentes sources traitent un sujet. Cette diversité de points de vue et d’approches est unique.

  • 6 Lazuly, Pierre, « Le monde selon Google », Le Monde diplomatique, octobre 2003, p. 28-29.

14Nous retrouvons précisément le modèle de la cybernétique : la neutralité, l’interactivité, l’omniprésence, la rationalité ; facteurs qui nous renvoient tous au modèle de l’intelligence artificielle. La conclusion, posée par certains aujourd’hui – Le Monde diplomatique titre d’ailleurs « Le monde selon Google6 » –, serait une seule machinerie mondiale de traitement et de diffusion de l’information. Google représente 85 % du marché des moteurs de recherche en France. Nous pouvons donc nous demander s’il n’y a pas là un risque possible d’hégémonie. Ce risque est déjà là, à travers le renoncement à l’effort cognitif. Pour qu’il y ait échange, il faut un véritable effort, or, de plus en plus, les machines à communiquer nous apportent l’information sur un plateau, nous évitant cet effort. Elles nous font croire parfois que nous avons un certain rôle, or nous l’avons de moins en moins. Nous allons donc vers la disparition de l’investissement personnel, ce qui risque de créer une perte d’échanges. Il y a des foyers de résistance, notamment chez ces professionnels de l’information que sont les journalistes. Nous les critiquons beaucoup mais, néanmoins, ils essaient de s’organiser, discutent beaucoup de cette situation et font participer les citoyens, dans une perspective de journalisme public et engagé.

  • 7 Procédé consistant à rendre disponible une partie du contenu d’un site web afin qu’elle soit utili (...)
  • 8 Système de liens inter-blogs semi-automatisé. Il permet aux auteurs de relier des billets de blogs (...)
  • 9 Nœuds reliés par des lignes de communication permettant le choix entre plusieurs routes, d’une ent (...)
  • 10 Langage de recherche accepté par certains outils. Il permet de taper une requête en employant des (...)

15Nous en avons parlé, les blogs apparaissent comme l’antidote à cette raréfaction des échanges. Un blog est un site autoédité, grâce à des logiciels de simplification de l’édition de contenus. Ils permettent également une interactivité avec les lecteurs, par le biais des commentaires. Dans la blogosphère, le principe est inversé puisqu’il nécessite un investissement, mais nous constatons aussi, à travers les systèmes de syndication7, de rétroliens8, de mailles9 qui se créent entre les sites, qu’une gestion automatisée est de plus en plus présente dans les blogs. Les blogs n’y échappent pas. Une société d’egos est en train de se créer ; nous parlons souvent de narcissisme exacerbé à propos des blogs, ce qui peut être intéressant à observer. Le journalisme d’aujourd’hui, travaille à partir du langage naturel10, tout un procédé irréductible analogique que le traitement digital de la machine ne peut pas binariser et numériser. Dans son histoire, le journalisme a souvent fait preuve d’une plasticité structurelle, qui montre qu’il en a vu d’autres par le passé. À l’heure actuelle, il n’est pas exclu qu’il sache s’approprier ces nouveaux modes pour éviter d’être remplacé par les machines.

16Olivier Da Lage : Google Actualités est bien un algorithme mathématique, mais n’y a-t-il pas, derrière, des êtres humains qui ont choisi de le paramétrer, ce qui, au bout du compte, revient à dire que ce sont bien des êtres humains qui écrivent les articles ?

17Nicolas Pélissier : Tout à fait ; cela concerne la communication institutionnelle, ce qui est intéressant pour Google qui, justement, n’en fait pas.

18Olivier Da Lage : Je passe la parole à Daniel Kaplan, qui ne nous parlera pas de l’internet mais de ce qu’il appelle « l’EntreNet ».

Notes

1 Balzac, Honoré de, Les Illusions perdues, Paris, Gallimard (Foliothèque), 1ère éd. 1837 ; 2001.

2 Maupassant, Guy de, Bel-Ami, Paris, Victor-Havard, 1885.

3 Debray, Régis, Cours de médiologiegénérale, Paris, Gallimard, 1991 ; Introduction à la médiologie, Paris, puf, 2000.

4 La Mettrie, Julien Offray de, L’Homme machine, Amsterdam, 1753.

5 Wiener, Norbert, Cybernetics: or Control and Communication in the Animal and the Machine, Paris, Hermann; Cambridge, Mass, Technology Press, 1948.

6 Lazuly, Pierre, « Le monde selon Google », Le Monde diplomatique, octobre 2003, p. 28-29.

7 Procédé consistant à rendre disponible une partie du contenu d’un site web afin qu’elle soit utilisée par d’autres sites.

8 Système de liens inter-blogs semi-automatisé. Il permet aux auteurs de relier des billets de blogs différents et parlant du même sujet, ou se faisant référence.

9 Nœuds reliés par des lignes de communication permettant le choix entre plusieurs routes, d’une entrée d’un réseau vers une sortie.

10 Langage de recherche accepté par certains outils. Il permet de taper une requête en employant des phrases complètes ou des questions.

Notes de fin

* Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nice-Sophia Antipolis. Voir sa biographie sur le site du laboratoire 13M

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access