Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 22 mai 2006. Les mutations d’une information planétaire

Fonctionnement de l’encyclopédie libre Wikipédia

Florence Nibart-Devouard

Texte intégral

  • * Vice-présidente de Wikimedia Foundation. Voir sa biographie sur Wikipédia.

1Note portant sur l’auteur*

2Je vais commencer avec deux questions très rituelles : Qui a déjà entendu parler de Wikipédia et qui a déjà édité Wikipédia ? L’idée de base du projet est de construire une encyclopédie en ligne. L’objectif est de collecter le plus d’informations possible, de les organiser de façon encyclopédique et de les mettre à disposition du plus grand nombre.

3À l’origine, le projet visait uniquement un public anglophone mais, très vite, des personnes internationales se sont intégrées dans le projet. Certes, il existe déjà beaucoup d’encyclopédies, nous connaissons Universalis, Larousse, mais ce qui nous différencie des autres est la licence utilisée. Il s’agit d’une licence appelée la gfdl (gnu Free Documentation License), qui vient directement des logiciels libres, et qui est notamment utilisée par Linux. Le contenu de l’encyclopédie est entièrement libre, vous pouvez lire un article gratuitement, voir la source de l’article et modifier son contenu. Vous pouvez également réutiliser et transmettre ce contenu sans avoir à demander d’autorisations, y compris dans un cadre commercial. L’idée est de favoriser sa distribution dans le monde entier. À partir du moment où il n’y a pas de restriction en termes d’usage, un document peut circuler à travers tout le réseau. Les deux seules obligations de la licence sont, d’une part, que le texte doit rester libre et, d’autre part, que la source soit citée.

4L’autre différence avec les encyclopédies traditionnelles réside dans l’objectif et les publics que nous souhaitons toucher. Contrairement à une encyclopédie papier qui coûte très cher, les documents sont accessibles directement et gratuitement sur Internet. En parallèle, nous avons aussi voulu accéder à un public plus large que les anglophones, à un maximum de personnes dans leur langue maternelle. La page d’accueil de Wikipédia montre le nombre d’articles et les langues les plus utilisées : l’anglais arrive en tête, avec plus d’un million d’articles ; l’allemand, puis le français, est la troisième langue utilisée avec bientôt 300 000 articles. Nous avons aussi des langues comme le catalan, le basque, à peu près toutes les langues que nous pouvons imaginer, et qui sont parfois très peu parlées. Aujourd’hui, nous avons au total quatre millions d’articles.

5La troisième grande différence avec les encyclopédies traditionnelles est son mode de développement, lequel suscite le plus grand nombre de critiques. Nous nous sommes appuyés sur le système du bazar, opposé à celui de la cathédrale. Ce n’est pas parce que nous construisons un système complexe qu’il doit pour autant comporter un aspect central. Nous suivons quelques principes de base : un outil simple et approprié, une communauté de personnes, une gouvernance souple et légère et un processus de création transparent. À cela s’ajoute le principe selon lequel personne ne détient la totalité du savoir, mais que chacun a une petite parcelle de connaissance qu’il peut partager avec autrui. L’idée n’est donc pas de payer quelques experts pour produire l’encyclopédie mais de faire en sorte que celle-ci repose sur la totalité des connaissances qui sont au sein de chaque individu.

6Les principes de création de l’encyclopédie sont l’ouverture, la transmission de l’information, la non-nécessité de s’identifier sous son nom réel, le bénévolat des contributions et l’écriture collective des articles. Au fur et à mesure des contributions de chacun, nous obtenons un article complet, au même niveau que les encyclopédies qui existent actuellement. Cela prend du temps, le projet a maintenant cinq ans et demi ; certains articles sont d’excellente qualité, mais il reste des secteurs entiers encore en friche.

7Un point important est la transparence du processus créatif. Il est possible pour tout le monde de savoir qui a effectué telle ou telle modification et de suivre toutes les versions successives des articles. Comme les contributeurs peuvent utiliser un pseudo, il est parfois difficile de savoir qui se cache derrière. Ceci constitue l’une des critiques majeures du projet, pour des raisons de responsabilité légale associée à l’ajout dans l’article. Les principes éditoriaux sont multiples : il ne faut pas utiliser de texte sous copyright, épouser la neutralité de point de vue pour représenter la totalité des opinions significatives sur un sujet.

8Selon le moteur alexa.com, encore peu utilisé en France contrairement aux autres pays, nous avons dépassé le taux d’accès de Google France sur une année, ainsi que celui de la cnn et de la bbc. Nous atteignons le niveau d’Amazon et juste au-dessus de nous il y a Ebay, Google et Yahoo. En cinq ans nous sommes donc devenus un des plus gros sites au monde, l’un des seuls à être un « .org » ; tous les autres sont des sites commerciaux les plus visités au monde. Très récemment, un sondage fait par Médiamétrie révèle que nous sommes le 31e site et que nous avons eu plus de 2,5 millions de visiteurs uniques au mois de décembre 2005.

9Participer ne nécessite qu’un ordinateur, un logiciel de navigation, une connexion Internet et le logiciel Média Wiki, adapté à nos besoins propres. Chacun peut éditer les pages de Wikipédia, les modifier et les rendre visibles dans le monde entier. Le langage utilisé est beaucoup plus simple que l’html, pour réduire le plus possible les barrières qui entravent la participation. C’est également pour cette raison que nous ne demandons pas non plus aux gens de s’identifier.

Le réseau de l’information

10Aucune des techniques utilisées actuellement dans Wikipédia n’était inconnue au moment de son ouverture. La véritable innovation est l’innovation sociale, liée aux individus qui participent au projet. La première raison du succès du projet est que toute personne qui consulte Wikipédia trouvera une information qui n’est pas disponible dans les encyclopédies traditionnelles, lesquelles se focalisent sur les connaissances génériques. Seule Wikipédia pourra vous donner une information sur une culture mineure au fin fond de l’Afrique, ou un événement qui a eu lieu il y a quelques dizaines de jours. Une autre raison du succès réside dans le fait que Wikipédia n’est pas uniquement écrite par des Français, mais aussi par des francophones : Belges, Canadiens, Marocains, etc. Nous avons donc une richesse d’informations qui n’existe dans aucune autre encyclopédie. De plus, la possibilité donnée est celle de pouvoir réagir rapidement à l’information. Qu’il s’agisse des attentats de Londres ou de Madrid, ou même d’une révolution dans un petit pays d’Amérique du Sud, l’information est aussitôt relayée par Wikipédia. Cette réactivité constitue sûrement l’un des principaux vecteurs de réussite du site.

11La plupart des accès viennent d’Amérique du Nord, d’Europe, d’Amérique du Sud et puis d’Australie et, éventuellement, d’Inde et de Chine. Je crains toutefois que ce constat ne soit surtout lié à une population importante. À côté de cela, des pans entiers du monde sont absents, notamment l’ensemble des pays africains qui représente moins de 0,1 % des accès au projet, comme si ce continent n’existait pas : il ne nous lit pas et n’édite pas non plus. Nous avons une représentativité de l’Afrique grâce aux étudiants qui viennent en Amérique ou en Europe, mais ils ne participent pas depuis leur pays d’origine. Nous essayons de pousser au développement, mais ce n’est pas facile.

12Dernier point politique, Wikipédia est bloqué par la Chine depuis plusieurs mois. Nous avions eu un premier blocage, il y a un an et demi, qui s’était résolu dix jours après, mais cette fois cela fait deux ou trois mois que l’accès est bloqué, comme c’est le cas pour beaucoup de grands forums jugés trop subversifs. Nous essayons de combattre le problème, sachant que les autorités ont créé un clone : Baidu.com, utilise du contenu de Wikipedia, entre autres, et ne respecte pas notre licence.

13Qui aurait cru, il y a cinq ans, que nous allions créer une encyclopédie entièrement libre et gratuite, alimentée bénévolement par des personnes qui ne se sont jamais rencontrées physiquement ? Par quoi ces personnes sont-elles motivées ? Je crois que la première motivation est de s’assurer qu’il existe des projets capables de diffuser l’information et de la mettre à disposition de chacun. Mais, en France, en particulier, les gens sont très solitaires. Le profil moyen du contributeur est un homme éduqué, entre 18 et 30 ans, célibataire sans enfant, généralement étudiant. Ceux-là vont utiliser ce qu’ils ont appris lors de leurs études ou dans le début de leur vie professionnelle pour contribuer. Je crois que ce sont des gens très solitaires qui ont besoin de se réaliser autrement que par le travail, de ressentir une admiration de la part de leurs pairs. Wikipédia est basé sur ce système. Une personne qui contribue régulièrement va être reconnue, va créer des liens avec les autres qui vont la faire se sentir importante, ce que nous ne voyons plus dans notre société. Pour certains, la contribution est anonyme, notamment chez les enseignants ou les chercheurs qui peuvent avoir peur l’encyclopédie libre de l’image qu’ils renverront aux autres. Ce n’est pas le cas de tous, nous Wikipédia avons un enseignant fraîchement retraité qui a mis la totalité de ses cours, quarante-cinq ans d’expérience, sur la tribologie.

Autres projets

14Je terminerai en disant que Wikipédia est le projet le plus connu parmi un ensemble de projets frères, comme Wikinews qui marche très mal au niveau français en raison d’un manque de participation. Peut-être y-a-t-il moins de motivations françaises à cet endroit. Wikibooks est un ensemble de recueils pédagogiques, Wiktionary, un dictionnaire, Wikimedia Commons a, quant à lui, une croissance explosive ; il s’agit d’un ensemble de documents multimédias, sons, images, graphiques, etc., libres de droit. Wikisource est un site sur lequel nous stockons tous les documents qui existent dans le domaine public ou sous licence libre, et Wikiquote, un recueil de citations, mais qui accuse d’énormes problèmes sur le plan légal. Dans l’espace francophone, il a été fermé il y a deux mois, car trop de personnes avaient essayé de copier des bases de données soumises au copyright. Par la suite nous allons monter un projet de site essayant de relayer l’université, Wikiversity. Ce projet est très controversé, l’idée étant de préparer des documents permettant de former des gens à certains métiers.

15Je tiens à préciser que nos articles ne sont pas une version anglaise traduite dans les autres langues. Si le projet à l’origine était anglais, nous ne voulions pas d’une source créée uniquement à partir d’anglophones. Toutes les versions locales ont leurs propres créations ; il peut s’agir de traductions d’autres langues mais, en règle générale, les versions sont créées par les personnes parlant cette langue-là. Nos sites n’ont pas pour vocation d’être de la « sauce » anglaise ou américaine qui serait redistribuée. La totalité de nos projets est soutenue par une fondation de droit américain, avec la plupart des serveurs hébergés aux États-Unis — en partie parce que la censure y est plus légère. En effet, certaines informations stockées aux États-Unis seraient illégales en France. De même, un certain nombre de personnes nous contacte pour développer un projet en langue arabe, mais ils ne veulent pas être en contact avec la fondation, car elle est américaine. Heureusement, nous avons développé des associations locales, en France, Angleterre, Pologne, Italie, Allemagne, Serbie et Monténégro. Toutes ces associations, constituées par les utilisateurs et visant à faire la promotion du projet, sont européennes. Peut-être est-ce un souhait des Européens qui aiment s’associer et faire des activités en commun, mais les faits sont là ; nous avons une fondation américaine et des associations européennes.

16Concernant des éventuelles erreurs dans les articles, cela arrive très rarement, mais de nombreux éditeurs patrouillent les nouveaux articles et les modifications faites par des anonymes ou des gens très peu connus. Le manque de fiabilité constitue la critique principale. Nous essayons de fournir des fonctionnalités pour y répondre et les introduire au fur et à mesure dans le système. Il faut être conscient que les règles qui régissaient le site il y a cinq ans sont différentes de celles qui le régissent aujourd’hui, tout simplement parce que le projet évolue. Les mécanismes sont de plus en plus puissants pour traquer les gens. Lorsque toutes les biographies des responsables politiques d’un même parti ont été modifiées aux États-Unis, l’encyclopédie libre nous avons immédiatement su que ces modifications provenaient des ordinateurs du Sénat américain.

17La notion de liberté individuelle peut également être remise en cause ; nous essayons donc de mettre en place de nouvelles fonctionnalités, certaines publiques et visibles et d’autres plus discrètes. Parmi les modifications, un système consistant à interdire les nouveaux articles aux anonymes a été instauré sur le Wikipédia anglophone, dans la mesure où une bonne partie du vandalisme est liée aux anonymes. Mais aujourd’hui, certains anonymes créent un compte pour vandaliser ; de fait, la solution n’a pas encore été trouvée. Nous avons aussi créé des semi-protections : les articles très sensibles comme « Al Gore » et « George Bush » au moment des élections, ne peuvent pas être modifiés par des anonymes ou par des personnes ayant un compte depuis peu de temps car nous savons que ce sont des articles vandalisés en permanence. Sur d’autres sujets moins sensibles, mais dont nous savons que régulièrement des personnes vont essayer de faire du prosélytisme, notamment sur les cultes ou les sectes, une surveillance se fait en permanence.

18Olivier Da Lage : Y a-t-il aussi de parfaits inconnus qui publient leur biographie pour se faire connaître ?

19Florence Nibart-Devouard : Oui, de façon fréquente. Dans le même registre, certaines personnes estiment être des artistes peintres suffisamment importants et écrivent un article sur leur œuvre. Un grand débat s’instaure : ces artistes peu connus ont-ils ou non le droit d’avoir un article encyclopédique, devons-nous parler uniquement des artistes célèbres, etc. ? Certaines personnes sont étonnées de se voir interdire d’éditer leur propre biographie parce qu’elles ont souvent du mal à rester neutre pour parler d’elles-mêmes. Nous sommes en cours de construction, mais beaucoup d’éditeurs anglophones estiment être arrivés à une certaine maturité, et une grande réflexion sur la notion d’« articles stables » est en cours. Nous laisserons toujours les articles ouverts, puisque l’information évolue, mais nous mettrons en place une fonctionnalité permettant de noter un article, de juger s’il est complet, bien expliqué ; une version dite « stable » sera isolée et, en permanence, le lecteur pourra consulter la version stable et une version en cours, plus à risque.

20Olivier Da Lage : Vous nous avez dit que Wikinews ne marchait pas très bien. Le journalisme collaboratif a-t-il un avenir ? Vous avez aussi évoqué la blogosphère, je vais donc passer la parole à Nicolas Pélissier qui travaille sur ces questions depuis quelques années.

Notes de fin

* Vice-présidente de Wikimedia Foundation. Voir sa biographie sur Wikipédia.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access