Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 24 avril 2006. De la « world culture » au multiculturalisme : paradoxes et contrastes de la mondialisation

Le point de vue d’un ethnologue : disparition des cultures de la tradition et production de la différence

Jean-Pierre Warnier

Texte intégral

  • * Ethnologue, professeur émérite et chercheur au Centre d’études africaines de Paris. Voir sa biogra (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Je me propose de traiter de la disparition des cultures de la tradition en montrant qu’elle ne s’accompagne pas nécessairement d’une uniformisation culturelle. Dans ce dessein, je vais aborder quatre éléments.

Métissage

3Premièrement, toutes les cultures sont métisses. Il n’y a pas d’exception et ceci ne va pas à l’encontre de ce qui a été dit tout à l’heure. Les travaux des préhistoriens, des archéologues et des ethnologues ne nous laissent absolument aucun doute. Même pour les périodes les plus anciennes, la culture pure n’existe pas. Si nous prenons l’exemple de l’agriculture, qui est la culture par excellence, nous voyons qu’elle est fondée sur des agrosystèmes qui sont à la base des cultures paysannes, régionales et nationales, dont nous avons vu de très belles photos tout à l’heure. En France, les céréales viennent du Moyen-Orient ; la plupart des arbres fruitiers – en particulier les arbres à noyau – de Chine et d’Asie ; la vigne et le vin viennent du Proche-Orient ; la tomate, le poivron, le maïs, le tabac, etc., sont issus des Amériques ; le cheval vient d’Asie centrale. Nous pourrions rallonger la liste et c’est à se demander ce que l’Europe a bien pu inventer. Idem pour tout le reste : la musique, les systèmes symboliques, les formes d’organisation du pouvoir, la religion... Tout vient toujours d’ailleurs. Le mélange actuel des cultures du monde ne fait qu’accentuer un phénomène qui est consubstantiel au fait culturel.

  • 1 Je parle du métissage assimilé, « autochtonisé », dont nous avons oublié les racines. Par exemple, (...)
  • 2 Gobineau, Arthur de, Essai sur l’inégalité des races humaines, Paris, Firmin-Didot, 1853 ; 1884. U (...)

4Si nous avions une échelle de mesure des métissages qui sont assez récents pour que nous en ayons conscience, c’est-à-dire des métissages que vous rencontrez dans les éléments étrangers des restaurants et autres lieux publics par exemple, l’indice de cette échelle serait aujourd’hui très élevé1. Pour ce type de métissage, la tolérance est très différente selon les cultures. En France, nous le tolérons relativement mal. Je me suis toujours posé la question de savoir pourquoi. J’ai ma petite explication, qui vient du clivage entre le romantisme et les Lumières. Les Lumières avaient une dimension universaliste. A contrario, le romantisme était particulariste : il valorisait le terroir et l’âme du peuple. Je vais vous lire un texte, qui date du milieu du xixe siècle, où l’on voit très bien qu’un Français, très représentatif à certains égards, avait déjà cette conscience vive de la mondialisation, qui était quelque chose de difficile, pour lui, à supporter. Il s’agit de la conclusion générale de l’ouvrage de Gobineau, improprement intitulé : Essai sur l’inégalité des races humaines2. L’auteur prend la comparaison de l’humanité avec une étoffe extrêmement chatoyante, bigarrée, pour dire ensuite :

« Ainsi mélange, mélange partout, toujours mélange, voilà l’œuvre la plus claire, la plus assurée, la plus durable des grandes sociétés et des puissantes civilisations, celle qui, à coup sûr, leur survit ; et plus les premières ont d’étendue territoriale et les secondes de génie conquérant, plus loin les flots ethniques qu’elles soulèvent vont saisir d’autres flots primitivement étrangers, ce dont leur nature et la sienne s’altèrent également. »

5Ce texte fut publié en 1853, il y a cent cinquante-trois ans, aujourd’hui. Nous voyons donc que le problème n’est pas nouveau. La question de la mondialisation n’est elle-même pas mondialisée. Pour ce qui nous concerne, nous la vivons mal, mais en Afrique, par exemple, elle est plutôt bien vécue.

Américanisation des cultures

6Deuxième élément du débat : la thèse de l’uniformisation et de l’américanisation des cultures. Celle-ci ne résiste pas à l’examen. On en a la preuve par les recherches de terrain, sur la durée, qui sont faites par les ethnologues. Les ethnologues sont des gens patients, qui restent très longtemps au même endroit ; ce sont également des gens extrêmement coûteux, puisque justement la durée coûte cher. Ils étudient les cultures localisées et particularisées dans leurs rapports avec les autres cultures. Ici, nous ne parlons pas de la culture au sens des industries de la culture. Il y a deux débats : celui des industries culturelles et celui des cultures du monde. Ces deux débats se recouvrent, mais partiellement.

7Les ethnologues constatent que l’humanité est une machine à produire des différences et de l’identité. Je vais vous parler très brièvement de mon expérience. Depuis 1971, j’étudie un royaume du Cameroun, un tout petit groupe de 60 000 personnes. Ce royaume, que l’on donnait pour mort en i960, au moment de l’indépendance, est maintenant en pleine revitalisation et fait partie de ce que nous appelons en Afrique « le retour des rois ». Cela pour une raison politique évidente : les États battent de l’aile et lorsque l’État bat de l’aile, il n’y a de solide que les structures anciennes, donc les royaumes. Nous constatons alors un retour des rois sur le devant de la scène. La Banque mondiale a même consenti un prêt au roi de Koumasi, sans consulter l’État du Ghana. Cela signifie que, maintenant, ces rois deviennent des acteurs internationaux, ce qui est tout à fait intéressant. Le roi que je connais, qui s’appelle Ngwa’fo, est un ingénieur agricole de niveau universitaire, âgé maintenant de plus de 80 ans. C’est un politicien de haut niveau, un homme d’affaires qui réinvente le royaume en investissant dans les bâtiments du palais et en faisant venir toutes sortes de ressources, comme des ong. Il a créé un musée, avec un site internet, et favorise le développement local. Il préserve le mobilier, la musique, le festival culturel annuel, etc. Il s’agit d’un mouvement politique qui s’inscrit dans le cadre de la politique culturelle du Cameroun. Nous voyons cela dans la musique, avec la création de festivals de musique nationaux. Les groupes musicaux y vont et, alors qu’ils jouent traditionnellement une large variété de musiques dans le royaume, ils se contentent d’une forme de pot-pourri musical pour les festivals, de façon à pouvoir montrer tout ce qu’ils savent faire. C’est un processus qui formate la musique, mais qui est très innovant, car les groupes d’artistes y mêlent aussi leurs créations.

8Nous constatons donc une érosion de certains domaines de la culture locale, mais, dans le même temps, les gens nourrissent peu d’inquiétude sur la mondialisation. Au contraire, la mondialisation crée un formidable appel d’air : elle offre la possibilité d’aller à l’étranger pour apprendre de nombreuses choses ; elle permet le passage d’ong, d’ethnologues – que l’on fait venir – d’où la question : est-ce que la préoccupation vis-à-vis de la mondialisation de la culture est une question européenne, française, chinoise, africaine... ? Quelles sont les modulations locales de cette question ?

Société et culture

9Le troisième élément du débat provient de ma posture scientifique et de mon métier. Il n’y a pas de culture qui ne soit celle d’une société et pas de société qui n’ait une culture ou une civilisation. C’est un point qui est très souvent occulté et qui a pourtant une implication extrêmement importante. Car, qui dit société, dit rapport de pouvoir, donc politique, donc conflit, coopération, médiation, etc.

10Mme Walter nous a dit à l’instant que si nous parlons aujourd’hui français, c’est à la suite de la formation d’une identité politique. Les phénomènes de culture sont des phénomènes qui sont mobilisés et qui dynamisent d’autres phénomènes, qui sont d’abord des phénomènes politiques et des phénomènes de société. Or, vous m’accorderez sans doute que la paix universelle n’est pas pour demain, que tous les groupes ont leur « quant-à-soi ». Par exemple, une manifestation de rue rend visible dans le même mouvement un conflit politique et une création culturelle dans la musique, la scénographie, les calicots, les slogans. Ce n’est pas une création de grande ampleur, mais elle donne une idée de ce que sont les créations culturelles mobilisées et suscitées par les milliers de relations conflictuelles que l’on rencontre de par le monde. Les conflits créent des phénomènes de coopération et de production des différences culturelles. La diversification culturelle est donc aussi un phénomène de société, c’est un phénomène de fragmentation politique qui peut aller à l’infini. Il peut être plus ou moins négocié ou plus ou moins violent. Dans les démocraties, nous essayons de réguler cette affaire, mais il n’empêche que même les démocraties fonctionnent et sont dynamisées par le conflit.

11Je vais vous donner un autre exemple trivial et tout proche : il s’agit de la dynamique politique française de régionalisation à partir de 1982, date de la loi de régionalisation. Il a fallu qu’il y ait des initiatives régionales pour favoriser le développement économique. En faisant des séjours en Franche-Comté, j’ai été surpris de voir que, dans les années 1970, l’identité régionale de la Franche-Comté ne crevait pas l’écran, mais qu’à partir de 1982, une mobilisation visant à créer une identité culturelle franc-comtoise avait émergé. Cette identité, forgée par le vignoble d’Arbois, des personnalités comme Pasteur et Victor Hugo, est passée par la muséification et la mobilisation d’éléments anciens tels que la métallurgie, la petite mécanique, l’horlogerie, etc. Dans le domaine du patrimoine culinaire, des recettes franc-comtoises ont été fabriquées. Une cuisine « authentique » a été créée. D’où les circuits touristiques du troisième âge venant d’Europe du Nord, les cars venant du Luxembourg, de Belgique, etc. Le matin, ils visitent un musée d’histoire et d’ethnologie, par exemple le musée de plein air de Besançon, qui montre des éléments remarquables d’architecture rurale comtoise, et, à midi, ils déjeunent dans un restaurant, goûtent la cuisine franc-comtoise et boivent du vin jaune ou bien dégustent des produits locaux. Cela, nous pouvons le transposer mutatis mutandis partout dans le monde, dans toutes les productions culturelles locales. Le problème est de savoir si cela produit un effritement culturel ou si cela fait véritablement culture. Est-ce que cela socialise les sujets, ou n’est-ce qu’une vitrine ? Il y a débat.

Émission globalisée et réception localisée des biens culturels

12Quatrième élément : il faut faire la différence entre l’émission globalisée de biens dits « culturels », qui sont proposés en général sous forme de marchandise – disques, livres, etc. – d’une part, et de l’autre, la réception localisée, qui – comme l’a dit Laurent Bayle – est aussi associée à la création. C’est dans le local qu’il y a créativité et réception localisée de biens qui sont offerts mondialement. Ici, les chiffres sont accablants : 2 % des titres font 95 % du marché en ce qui concerne la musique. Or, pour ce qui est de l’émission et de l’offre globalisée, nous avons tous les chiffres : les entreprises comme Bertelsmann, Sony et toutes les autres, publient leurs chiffres, et nous avons le nombre de titres, ainsi qu’un suivi longitudinal et d’autres données qui nous viennent de l’omc, des résultats du commerce extérieur des États, etc.

13En ce qui concerne la réception localisée, les données ne sont tout simplement pas disponibles. Il faudrait mettre 200 000 ethnologues – entreprise excessivement coûteuse – comme autant de capteurs partout sur la planète pour connaître la situation. Naturellement cela est impossible à réaliser. Les biens culturels sont reçus localement, et ils font l’objet d’un tri, de rejets, de bricolages, d’appropriations sous de multiples formes. Donc, nous ne connaissons pas très bien les modalités de la réception au niveau local. Pour autant, nous savons qu’il y a de la création et que cette création est captée. Elle est captée par des systèmes de captages multiples et complexes : enregistrements visuels et sonores, activités de productions artistiques donnant lieu à des spectacles et à des tournées, etc. J’ai travaillé par exemple avec des ethnomusicologues dans une unité mixte de recherche intitulée « langues, musiques et société ». Ils enregistrent et étudient les musiques du monde. Nous avons également d’autres formes de captage. J’ai par exemple appris, au mois d’octobre 2006, qu’il existait un métier appelé « chasseur de tendance ». Il s’agit de personnes à qui l’on paie des billets d’avion pour aller à Los Angeles, Tokyo, Paris, Amsterdam... Ils déambulent dans les rues et les lieux publics, voient ce que les gens inventent en matière de vêtement, d’habillage, de mode, font des croquis et prennent des photos, pour ensuite ramener le produit de leurs investigations dans les grandes entreprises textiles, aux créateurs de mode, et ainsi de suite.

14La création est ainsi captée à la base, évidemment hors droits d’auteur – le Kirghiz, qui a inventé un certain modèle de bottes de feutre va ainsi être croqué par le chasseur de tendance, lequel va ensuite explorer le marché européen pour ce produit afin de pouvoir ramener le modèle au Kirghizstan par le biais d’une ong – comme Aid to Artisans. Ensuite, des designs, produits de métissages culturels et innovants, seront proposés à l’artisanat kirghiz et vendus aux touristes ou aux consommateurs européens. La circulation des formes de mode est donc très bien organisée.

  • 3 Badié, Bernard et Didiot, Béatrice (sous la dir. de), L’État du monde : annuaire économique et géo (...)

15Ce sont là les quatre éléments que je peux apporter au débat. En conclusion, mon sentiment d’ethnologue est que l’état des lieux est insuffisant. Il existe un état du monde, qui est publié chaque année par les éditions de La Découverte3 et qui donne un certain nombre de statistiques et d’indices de développement humain, pays par pays. Il n’existe pas d’état mondial de la culture ou plutôt des cultures.

  • 4 Ce livre a été publié en juin 2007 : Anheier, Helmut et Isar, Raj (sous la dir. de), Cultures and (...)

16Je voudrais aussi dire deux mots d’une initiative, née d’un consortium de sponsors et de deux universitaires, Raj Isar et Helmut Anheier, qui vont publier année par année un World Cultures Yearbook. Cette publication a pour but de rassembler le maximum de données sur l’état des cultures dans le monde. Je pense que peu à peu, avec un suivi longitudinal, nous saurons peut-être un peu mieux, d’ici cinq à sept ans, comment s’articulent à la fois l’offre mondialisée des marchandises culturelles avec la réception localisée, la créativité localisée et la fragmentation, l’effritement et les conflits que ces marchandises sont susceptibles de provoquer. En 2007, le premier numéro a été consacré au rapport entre culture et conflit4. Il me semble qu’une uniformisation des cultures n’est pas pour demain précisément parce que ce monde est conflictuel. Par contre, l’émiettement culturel et les échecs que connaît la socialisation des personnes sont une menace plus inquiétante. Merci.

Notes

1 Je parle du métissage assimilé, « autochtonisé », dont nous avons oublié les racines. Par exemple, tout le monde sait que les pâtes sont italiennes, sauf qu’elles sont chinoises en réalité. Mais pour nous, les pâtes sont italiennes ainsi que pour les Italiens. Cela n’entre pas dans la définition du métissage.

2 Gobineau, Arthur de, Essai sur l’inégalité des races humaines, Paris, Firmin-Didot, 1853 ; 1884. Une version pdf est accessible gratuitement sur le site : http://classiques.uqac.ca/classiques/gobineau/essai_inegalite_races/essai_inegalite_races.html

3 Badié, Bernard et Didiot, Béatrice (sous la dir. de), L’État du monde : annuaire économique et géopolitique mondial, Paris, La Découverte, 2007.

4 Ce livre a été publié en juin 2007 : Anheier, Helmut et Isar, Raj (sous la dir. de), Cultures and Globalization Series 1. Conflicts and Tensions. London, Sage Publications, 2007.

Notes de fin

* Ethnologue, professeur émérite et chercheur au Centre d’études africaines de Paris. Voir sa biographie sur le site du Centre d’études africaines (ceaf)

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access