Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 24 avril 2006. De la « world culture » au multiculturalisme : paradoxes et contrastes de la mondialisation

Effets de la mondialisation sur les langues étrangères

Henriette Walter

Texte intégral

  • * Professeur émérite de linguistique à l’université de Haute-Bretagne, présidente de la Société inte (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Envisager les effets de la mondialisation sur les langues, c’est d’une part prendre conscience que cette diversité est énorme, encore aujourd’hui, et d’autre part, c’est voir aussi se profiler à l’horizon – à plus ou moins grande échéance – le spectre redouté de l’uniformisation et de la langue unique : l’anglais.

3Avant que nous en arrivions là, je voudrais rappeler ce qu’est la diversité, en parlant de nos langues, celles de l’Union européenne. Depuis 2004, nous sommes 25 pays dans l’Union européenne. Avec ces pays, de nombreuses langues sont entrées dans notre horizon, et nous allons être obligés de nous intéresser à elles, même si, jusqu’à présent, elles n’ont pas été très présentes dans notre histoire.

Diversité des langues européennes

4Je vais rappeler que dans notre Europe, la vraie Europe au sens géographique, la majorité des langues est d’origine indo-européenne. Ce sont des langues dont la naissance date de 5 000 av. J.-C. Les premiers « Indo-européens » qui sont arrivés dans notre région sont les Gaulois, dans le milieu du premier millénaire avant notre ère. Il ne reste pas grand-chose des langues celtiques chez nous. Ce sont des langues qui ont été repoussées vers l’ouest, par l’arrivée des Romains. Toutefois, certaines langues celtiques sont encore présentes avec, parmi elles, une langue officielle : l’irlandais, ou le gaélique d’Irlande, qui est une langue officielle des institutions européennes et une langue d’État, contrairement à notre breton, qui n’est qu’une langue régionale. Comme vous le savez, il s’agit d’une langue qui est revenue vers la Gaule, au moment où cette dernière devenait la France, c’est-à-dire vers les ve et vie siècles apr. J.-C., à partir de populations qui venaient d’Angleterre, du pays de Galles et de Cornouaille britannique. Le gaulois nous a laissé peu de traces. Mais si Effets de la nous n’avons plus beaucoup de mots gaulois dans notre langue française, il mondialisation sur les nous reste cependant beaucoup de noms de lieux. Nous partageons avec les langues étrangères pays européens certains noms de lieux provenant de noms d’arbres. Citons par l’exemple l’if, qui se disait eburo en gaulois, lequel a donné chez nous naissance à Evreux, à Evora au Portugal, à York en Angleterre et à Ypres en Belgique. Voilà donc un des points communs sur quoi nous pouvons nous appuyer pour essayer de nous comprendre. Vous me direz qu’avec des noms de lieux cela ne va pas très loin. En effet, mais nous avons deux langues sur lesquelles nous pouvons compter, dans la mesure où elles constituent des piliers de l’histoire européenne : le grec et le latin.

5Le grec a eu une influence sur toutes nos langues, et ce pour plusieurs raisons, dont la première est peut-être celle de l’alphabet. Cet alphabet, les Grecs l’ont emprunté aux Phéniciens avant qu’il ne donne lui-même naissance à notre alphabet latin. Nous avons donc tendance à considérer le grec comme une bonne chose. Nous avons aussi tendance à trouver les racines grecques très jolies. Racines avec lesquelles nous faisons des néologismes, et nous pouvons même aller jusqu’à fabriquer d’autres mots, comme hypnoglotte, qui serait celui qui parle pendant qu’il dort. À partir du mot démocratie – gouvernement par le peuple – nous pourrions penser au fait qu’aujourd’hui, seuls les gens minces sont des gens intéressants, et parler de leptocratie dans le domaine de la mode. La leptocratie étant le gouvernement par les gens minces. Je vous ai pris ces deux exemples pour souligner qu’alors que le français n’est pas une langue hellénique, nous allons souvent puiser dans le grec pour nous aider à fabriquer de nouveaux mots, qui peuvent être savants ou amusants.

6Je disais tout à l’heure que les langues celtiques avaient été repoussées vers l’ouest par l’arrivée des Romains, qui nous ont apporté le latin. Le latin est une langue tout à fait incroyable du fait de son statut paradoxal : d’une certaine manière, le latin a disparu avec la chute de l’Empire romain. Il a disparu, mais pour reparaître autrement. À l’origine, le latin était une langue de paysans, alors que nous considérons aujourd’hui que le latin est la langue de la science – et cela a été vrai pendant des siècles. Si nous prenons le nom du livre, liber, il s’agissait, à l’origine, du tissu végétal entre le bois et l’écorce. Les premiers livres ont été écrits sur ce tissu, ce pourquoi nous les appelons des volumes, du verbe volvere latin, qui signifie « enrouler ». Cette langue est donc paradoxale, puisque d’une part, elle est morte – nous ne retrouvons cette langue que dans des livres – et d’autre part, c’est une langue extrêmement vivante, dans la mesure où elle a donné naissance à beaucoup d’autres langues, les langues romanes.

7Chacune de ces langues romanes a des spécificités, et l’une des formes du latin a pris une importance particulière pour donner naissance à une variété de latin. En ce qui concerne l’italien, il s’agit du toscan, qui est devenu la langue italienne, pour des raisons littéraires. Il y a eu trois grands écrivains toscans : Dante, Pétrarque et Boccace. Tous trois étaient nés à Florence et c’est cette langue qui est devenue la langue italienne. Avec, bien sûr, en parallèle, tous les autres dialectes qui ont continué de vivre leur belle vie jusqu’à nos jours.

8L’espagnol et le portugais sont également des langues d’origine latine, mais qui ont subi très largement l’influence de l’arabe. La langue française Effets de la est, quant à elle, la plus germanique des langues romanes ; elle a subi l’in- mondialisation sur les fluence du francique, la langue parlée par les Francs, très présente dans le langues étrangères vocabulaire français. Comme les autres, cette langue s’est dialectalisée. Non pour des raisons littéraires – comme l’italien –, ou religieuses – comme l’espagnol –, mais pour des raisons politiques. Voilà donc un aperçu de quelques langues qui sont issues du latin, auquel nous allons nous reporter constamment pour fabriquer des mots nouveaux à partir du viiie siècle, d’où la présence de ce que nous appelons les « doublets », c’est-à-dire des mots qui sont deux fois latins : une fois normalement, avec leur évolution particulière, et une seconde fois, reprise du latin à partir du viiie siècle. Le mot latin potionem a ainsi donné naissance à deux mots français : le mot vulgaire poison et le mot potion, qui est une renaissance plus tardive du mot latin. Nous voyons bien cette différence de sens puisque la potion soigne et que le poison tue. Ainsi en est-il des deux langues les plus importantes pour l’ensemble de l’Europe : le grec et le latin.

9D’un autre côté, nous avons les langues germaniques, qui sont également des langues de l’Europe des vingt-cinq et qui ont toutes leurs histoires particulières.

10Le luxembourgeois est un exemple que nous pourrions donner comme modèle dans l’histoire des langues de l’Europe. Au Luxembourg, vivent à la fois la langue française, la langue luxembourgeoise – qui est une langue germanique – et l’allemand. Ces langues cohabitent sans problèmes au Luxembourg, alors que, dans d’autres pays, la cohabitation des langues est beaucoup plus difficile. Je ne vais pas insister maintenant sur les langues germaniques, mais j’y reviendrai tout à l’heure dans mon exposé sur l’anglais. Parmi les langues germaniques, nous trouvons le néerlandais, l’allemand, l’anglais et les langues scandinaves – le danois et le suédois pour l’Europe des Vingt-Cinq. À côté des langues germaniques, nous trouvons les langues slaves. Ce sont des langues que nous connaissons mal : le polonais, le tchèque, le slovaque et le slovène, qui sont toutes écrites avec l’alphabet latin. Le russe, lui, est issu de l’alphabet cyrillique, qui est plus difficile à comprendre pour nous, bien que l’origine soit la même.

11Nous avons également deux langues baltes : le lituanien et le letton. Je voudrais insister sur le lituanien. C’est une langue tout à fait importante dans l’histoire des langues de l’Europe, car c’est la plus archaïque de toutes. C’est la langue qui ressemble le plus à l’indo-européen reconstruit. Si nous voulons connaître les racines des langues de l’Europe, il nous faut étudier le lituanien. Ensuite, il y a les langues finno-ougriennes. Ces langues sont venues des monts de l’Oural aux premiers siècles de notre ère. Nous pouvons insister sur trois d’entre elles : le finnois, langue de la Finlande, l’estonien et le hongrois. Le finnois et l’estonien sont des langues très proches, qui bénéficient d’une intercompréhension entre elles. Le hongrois est différent dans la mesure où il s’est séparé de ce groupe longtemps auparavant. Même si le finnois et l’estonien sont deux langues ayant évolué de la même façon, un de leurs faux amis est très amusant, si j’ose dire, puisqu’il signifie « mariage » en finnois et « complication » en estonien.

12Nous avons aussi une langue sémitique, le maltais, qui est une langue arabe un peu particulière, au sens où il n’est pas parlé par des musulmans Effets de la mais par des catholiques. Ce qui signifie que le locuteur de maltais n’est mondialisation sur les pas tenu par le Coran. Cette langue arabe est écrite avec l’alphabet latin, langues étrangères mais nous allons retrouver beaucoup de termes que nous connaissons de l’arabe. Enfin, nous avons une langue ouralo-altaïque, qui est le turc, et qui, avec le grec, est une des langues de Chypre. Enfin, il y a évidemment toutes les langues non territorialisées, qui sont le tzigane, ainsi que d’autres, si l’on quitte l’Europe des vingt-cinq.

13Je n’ai pas parlé du basque, qui était une langue présente avant l’arrivée des « Indo-européens », donc avant l’arrivée des Gaulois chez nous. Il s’agit d’une langue ancienne et extrêmement intéressante, dans la mesure où elle ne se rattache à aucune autre langue.

14À cette diversité des langues de l’Europe, je voudrais ajouter d’autres langues du monde. Évidemment, nous n’allons pas faire le tour des langues du monde, mais je vais néanmoins vous en citer quelques-unes.

Langues du monde

15Nous avons tout d’abord la famille chamito-sémitique, une famille linguistique qui comprend le berbère, qui est une langue chamitique, et, d’autre part, l’arabe et l’hébreu, ainsi que le couchitique, qui est parlé dans la Corne de l’Afrique. L’arabe et l’hébreu sont des langues qui ont eu des vies tout à fait différentes. L’arabe s’est répandu comme une traînée de poudre entre le viie et le ixe siècle, alors que l’hébreu est une langue qui a vécu en sourdine pendant des siècles avant d’être reprise en Israël par des populations qui ont tenu à la parler.

16Nous comptons également de nombreuses familles de langues en Afrique. La langue bantoue est la plus importante, et c’est elle qui comprend le plus grand nombre de dialectes. Le swahili est peut-être la langue la plus répandue, dans la mesure où c’est une langue dite véhiculaire : elle n’est pas uniquement parlée par des individus d’une région donnée mais elle se répand par rapport à d’autres langues et devient, elle-même, la deuxième langue des populations, c’est-à-dire qu’elle devient une langue de contact. D’une manière générale, les Africains parlent de nombreuses langues. Nous pourrions être jaloux d’eux, car cela ne leur complique pas trop la vie. Ils connaissent déjà trois ou quatre langues lorsqu’ils arrivent en Europe et ils les apprennent beaucoup plus facilement que nous. Ainsi, ils parlent le peul, le wolof, le bambara, qui est également une langue véhiculaire, le haoussa, qui est très influencé par l’arabe. Les langues africaines sont très nombreuses et les Africains eux-mêmes sont d’excellents linguistes puisqu’ils ont l’habitude de passer d’une langue à l’autre, ce qui n’est pas notre cas en Europe, et en particulier en France.

17En Asie, le chinois est une langue extrêmement importante, qui comprend plusieurs dialectes. D’autres langues sont reliées par l’écriture du chinois. Il est intéressant de voir que l’écriture de ces langues, qui est idéographique, est constituée de signes lisibles dans une langue ou dans une autre, ce qui n’est évidemment pas le cas des alphabets. Le vietnamien est une langue qui s’écrit avec l’alphabet latin, ce qui est un peu plus facile pour nous, mais elle est composée de tonalités plus complexes. Sans oublier le coréen ou le japonais. Voilà pour une partie de l’Asie.

18En Inde, parmi une multitude de langues, il y a le hindi, l’ourdou, et des langues dravidiennes dans le sud de l’Inde.

19Nous distinguons quatre langues importantes en Amérique : le français, l’anglais, le portugais et l’espagnol. Sans oublier les langues qui existaient langues étrangères auparavant : des langues amérindiennes qui sont malheureusement de moins en moins parlées aujourd’hui.

20L’Indonésie est, quant à elle, composée de langues indonésiennes et de langues malayo-polynésiennes.

21Enfin, les créoles sont des langues mitigées, mixtes, puisqu’elles ont une base grammaticale de langue africaine et un lexique à base européenne.

Langues les plus parlées

22Voilà un tour d’horizon très rapide des langues du monde. Si nous regardons l’ensemble des langues du monde, nous pouvons essayer de déterminer lesquelles sont le plus parlées. Lorsqu’on utilise pour critère les langues parlées par plus de 100 millions d’habitants, on trouve par ordre décroissant : le chinois, l’anglais, l’hindi, l’espagnol, le russe, l’arabe, le bengali, le portugais, le malais, l’indonésien et le français. Bien qu’il soit très difficile de calculer le nombre de locuteurs d’une langue, nous considérons qu’il y a 1,3 milliard de personnes qui parlent chinois et 129 millions qui parlent français. Cela n’est pas beaucoup, mais nous avons un avantage. Si nous considérons les langues officielles, c’est-à-dire les langues qui sont parlées par un certain nombre de pays, l’anglais arrive en premier, dans 45 pays ; le français, en deuxième, dans 39 pays. L’arabe vient en troisième position avec 21 pays ; l’espagnol en quatrième position avec 20 pays ; le portugais, en cinquième position, avec 7 pays. Je ne vais pas insister sur ce point mais je crois qu’il est intéressant de rappeler que l’anglais et le français coexistent en tant que langues coofficielles dans 5 pays : le Cameroun, le Canada, l’île Maurice, les Séchelles et le Vanuatu. Dans l’ensemble des langues du monde, le français et l’anglais ont cette particularité d’exister sur les cinq continents.

23Dans l’Union européenne, il y a actuellement 20 langues officielles de travail. Le français a ses chances sur le plan international, en raison des chiffres que je viens d’évoquer. Certaines langues ont été importantes pour des raisons religieuses : le sanskrit, l’hébreu, l’arabe ; pour des raisons culturelles : le grec classique. Le latin a joui d’une grande expansion territoriale avec l’Empire romain. Pour les relations diplomatiques, le français s’utilise jusqu’aux xviiie et xixe siècles, et bien sûr l’anglais, pour notre siècle. Cette langue, qui est en train de nous envahir, comprend malgré tout un vocabulaire d’origine français pour plus de la moitié. Je pense donc qu’il ne faut pas avoir peur de l’anglais, surtout parce que la résistance s’organise. Si l’on regarde l’internet, nous pouvons, par exemple, nous rendre compte qu’à ses débuts, il était composé à 99 % d’anglais. Aujourd’hui, il ne l’est plus qu’à 70 %. Nous pouvons donc recommencer à vivre.

24Paul Rasse : Merci pour ce message d’espoir. J’aurais bien une question à vous poser sur le rapport entre langue et dialecte, mais nous reviendrons sur ce point plus tard. Donnons à présent la parole au dernier interlocuteur, qui aura la difficulté de conclure ce débat, mais qui va nous ouvrir sur le regard anthropologique de l’évolution des cultures.

Notes

* Professeur émérite de linguistique à l’université de Haute-Bretagne, présidente de la Société internationale de linguistique fonctionnelle. Voir sa biographie sur le site Le club des rats de biblio-net.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable