Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 24 avril 2006. De la « world culture » au multiculturalisme : paradoxes et contrastes de la mondialisation

Ouverture

Paul Rasse

Texte intégral

  • * Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nice-Sophia Antip (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Bonsoir. Je vous remercie d’être venus si nombreux assister à ce débat sur la culture mondiale et le multiculturalisme. Pour l’aborder, la Bpi a invité Laurent Bayle, qui nous parlera des musiques en nous rappelant les grands enjeux du multiculturalisme. Puis, nous reprendrons cette problématique, mais à partir d’un axe plus économique, avec Françoise Benhamou. Ensuite, pour réfléchir à l’évolution de la diversité culturelle, nous assisterons à la conférence d’Henriette Walter sur les langues dans la mondialisation. Enfin, nous conclurons ce débat sur une approche plus vaste du sujet avec le point de vue anthropologique de l’ethnologue Jean-Pierre Warnier.

3C’est dans cette perspective que je vais commencer. J’ai essayé de réfléchir aux principaux enjeux du débat. En préparant ce dernier, il m’a semblé intéressant de mettre en évidence la question centrale de la diversité culturelle. En effet, ce qui est en jeu derrière la mondialisation, c’est la préservation – l’explosion –, la transformation de la diversité culturelle. La mondialisation, ou rencontre des mondes, provoque-t-elle un appauvrissement ou une explosion de cette diversité ? Je vais essayer de prendre de la hauteur et de la distance par rapport à cette question, pour montrer d’où vient la diversité culturelle. Ensuite, il me semble important d’interroger les deux grandes révolutions qu’ont connu nos méthodes de communication dans la mesure où elles ont justement remis en question cette diversité, ou du moins l’ont transformée.

  • 1 Braudel, Fernand, L’Identité de la France, Paris, Arthaud, 1986.

4Aux origines de la diversité culturelle se situe le terroir. Depuis cinq à sept millénaires, quand l’homme s’installe, il s’installe sur un territoire et ce territoire se referme sur lui. Fernand Braudel explique bien cela : « Quand les gens s’installent, les territoires se referment sur eux1. » Même lorsqu’il s’agit d’envahisseurs, à partir du moment où ils s’arrêtent dans un espace, le territoire se referme sur eux. En l’absence de moyens de communication et de moyens de locomotion, les gens qui s’installent sont obligés de produire tout ce qui est nécessaire à leurs existences dans les quelques kilomètres environnants.

  • 2 Ibidem.
  • 3 Braudel, Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Arma (...)

5Dans ses travaux sur l’identité de la France2 et de la Méditerranée3, Braudel montre bien comment la diversité des milieux va créer la diversité des territoires et celle des terroirs. Il décrit comment chaque communauté – obligée de s’adapter à un milieu pour en tirer les conditions de son existence – va engendrer des cultures finalement très différentes. En effet, nous n’habitons pas de la même façon en montagne, au bord de la mer ou dans un endroit plus hospitalier. En partant du monde méditerranéen, Fernand Braudel montre comment la diversité des milieux constitue une explication des grandes civilisations de l’Antiquité.

6Au départ, nous avons des cultures très diverses, puis il s’effectue une rencontre de ces diversités. Lorsqu’ils s’installent dans un endroit relativement hostile, les hommes sont obligés de construire et d’aller chercher leurs ressources dans les quelques kilomètres alentour. Braudel explique que dans ces communautés, 10 % de ce qui est produit sort du village, 90 % se perd dans l’autoconsommation. Ces 10 % de production sortent pour aller dans le bourg ou la ville d’à-côté. Ces 10 % appartiennent à ce que l’on appelle aujourd’hui « l’économie mondiale ».

7Nous avons donc là des microcommunautés, qui sont obligées de vivre ensemble – si ce n’est en harmonie – et d’extraire leurs conditions de vie de leurs milieux d’existence. Ainsi, les jardins sont-ils structurés différemment selon les endroits habités. Les pays de montagnes, où la neige tombe tous les ans, impliquent des provisions, des maisons plus grandes et un durcissement de l’autorité pour maintenir la communauté, etc. Nous avons donc des systèmes où la nourriture, la façon d’habiter et de vivre en communauté ne sont pas les mêmes. Par exemple, au bord de mer, dans un port, il peut exister un habitat plus ouvert aux apports extérieurs ; avec des moyens de locomotion strictement maritimes – jusqu’à la révolution industrielle. Ici, les influences sont plus fortes, et l’économie est tournée vers la pêche.

8Des économies extrêmement différentes se sont donc développées et structurées progressivement en l’espace de un à cinq millénaires. Car jusqu’à la révolution des moyens de transport, qui a eu lieu au xixe siècle, peu de choses se déplacent. Les élites voyagent, les savoirs circulent, les religions, à la rigueur, se propagent, mais le local est toujours extrêmement prégnant et prédominant. Les apports de l’extérieur sont toujours recontextualisés, parce qu’ils ne représentent qu’une infime minorité et que les communautés sont extrêmement structurées. De plus, plus une culture est diversifiée, plus elle va éprouver de la fascination pour les autres. Pour Fernand Braudel, « tout pays a beau essayer de se satisfaire tout seul, il n’y parvient jamais et a toujours besoin de s’ouvrir vers l’extérieur. Plus il se distingue, plus il est fasciné par ce que les autres produisent, et plus il va avoir envie de rencontrer les autres ». La Méditerranée a d’abord été une terre de communication qui a permis aux hommes de circuler facilement. Son histoire s’est développée autour des réseaux de communication et les technologies y ont évolué lentement.

  • 4 Weber, Eugen, La Fin des terroirs : la mondialisation de la France : 1870-1914, Paris, Fayard, Édi (...)

9Des apports nourrissent toutes les époques, mais deux moments historiques s’imposent : le premier est celui de la révolution industrielle, avec le train et la machine à vapeur. Le train va ouvrir toutes les petites communautés sur l’extérieur. Pour la première fois, les populations vont pouvoir faire venir, à des coûts accessibles, des éléments qui viennent de l’extérieur. Auparavant, à l’exception, à la rigueur, de la transhumance, seuls les hommes voyageaient. Les matériaux, eux, ne voyageaient pas. Des pays isolés vont donc s’ouvrir grâce au transport. Pendant près d’un siècle, nous assistons à la mutation des collectivités qui s’ouvrent entre elles. Il y a un très beau livre à ce sujet d’Eugen Weber, La Fin des terroirs4, qui explique comment les langues locales disparaissent et comment le français progresse au fur et à mesure que le train avance. Ainsi, dans un premier temps, le train va apporter la révélation des terroirs. Les gens vont abandonner l’autarcie – et avec elle l’énergie énorme qu’ils devaient déployer pour produire à la limite de leurs conditions de production – pour restructurer leurs productions sur des pôles d’excellence.

10La ville de Grasse se structure pour devenir la capitale mondiale du parfum. Dans ce petit village tous les coteaux sont plantés d’orangers car le train permet de transporter les fleurs. Les paysans continuent de mener une existence semi-autarcique, mais ils développent dans le même temps une activité semi-industrielle : la production de fleurs d’oranger et son acheminement vers Grasse. Nous pourrions donc dire que toute l’histoire des terroirs français date du xixe siècle, lorsque le train a permis de révéler les produits d’excellence développés par les terroirs.

  • 5 Dans La Fin des terroirs : la mondialisation de la France : 1870-1914, op. cit., Weber situe la fi (...)

11Dans le même temps, la révolution des transports va permettre la rencontre du fer et du charbon. Jusque-là, leur rassemblement était un processus extrêmement complexe, car il nécessitait beaucoup de charbon et de minerai de fer. Le train va permettre de rassembler ces deux éléments pour créer un véritable essor industriel. Un autre élément important va se développer, surtout dans les années d’après-guerre5. Il s’agit de l’émergence d’une société qui fonctionne sur le modèle de la standardisation et de la production de masse. La culture actuelle est issue de ce changement.

12La deuxième révolution des moyens de communication est celle de la connectique. Il s’agit de la rencontre entre l’informatique et la connexion. Il y a deux siècles, nous pouvions envoyer des messages d’un continent à l’autre. Mais depuis quinze à vingt ans, les progrès de la connexion ont changé nos modes de communication. Jusqu’à présent, pour relier les hommes entre eux, il fallait quasiment tisser un fil entre les deux communicants. Le téléphone pouvait relier les hommes sur de longues distances, mais c’était exceptionnel. La révolution qu’a introduit la connectique, c’est le fait de pouvoir lier les hommes et les machines en permanence et à coût zéro. Cela a entraîné l’explosion des communautés et créé de la diversité. Cette révolution est très récente. Ce que nous vivons aujourd’hui constitue les prémices d’un monde à venir qui va connaître une transformation de plus en plus accélérée.

  • 6 Pensons à Taylor et Ford.

13Cette révolution n’ayant que dix ou quinze ans, nous en mesurons encore mal les conséquences. Nous pouvons cependant en déduire deux phénomènes. Le premier concerne l’explosion de la globalisation. Si la globalisation existait déjà au xixe siècle, les gens demeuraient dans leurs communautés. Il y avait de grandes unités identitaires, productrices de cultures stables. Aujourd’hui, la liaison de tous entre tous provoque l’atomisation de la diversité. Le second s’attache aux processus de standardisation. Issus de la seconde moitié du xxe siècle6, ils se développent à l’échelle globale.

  • 7 Lévi-Strauss, Claude, « Race et culture », Revue internationale des sciences sociales, vol. 23, n° (...)

14Nous avons donc à la fois un renouvellement des processus de globalisation et une atomisation de la diversité. Ce double phénomène masque les problèmes. Dans mes exemples, les petits villages que j’ai présentés étaient des villages d’une grande pauvreté. Aujourd’hui, chacun d’entre nous a accès à la diversité comme personne n’a jamais pu y accéder auparavant. Et si l’essor de la diversité constitue une richesse individuelle, elle provoque un appauvrissement au niveau global. En effet, nous prenons conscience du fait que nous habitons une terre fermée. Le brassage des cultures est extrêmement fertile dans un premier temps, mais, dans un second, il contribue à créer une sélection des meilleurs éléments au détriment des autres, qui disparaissent. Or, pour créer une alternative mondiale, il est nécessaire d’avoir des cultures constituées sur la durée, ce qui apparaît peu à l’heure actuelle. Cette idée que la culture est extrêmement fertile, mais sujette à l’épuisement en cas d’absence de renouvellement, est défendue par Claude Lévi-Strauss7. Que va-t-on faire de l’héritage de cette diversité des cultures ? Que peut-on faire pour essayer de contribuer à défendre cette diversité des cultures ? Telles sont les questions que nous allons aborder dans la suite de ce débat.

Notes

1 Braudel, Fernand, L’Identité de la France, Paris, Arthaud, 1986.

2 Ibidem.

3 Braudel, Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1967 ; 1990 ; La Méditerranée : l’espace et l’histoire, Paris, Flammarion ; Champ, 1985.

4 Weber, Eugen, La Fin des terroirs : la mondialisation de la France : 1870-1914, Paris, Fayard, Éditions Recherches, 1983.

5 Dans La Fin des terroirs : la mondialisation de la France : 1870-1914, op. cit., Weber situe la fin des terroirs à la fin de la Première Guerre mondiale ; peu après, la société de consommation se développe.

6 Pensons à Taylor et Ford.

7 Lévi-Strauss, Claude, « Race et culture », Revue internationale des sciences sociales, vol. 23, n° 4, 1971, p. 647-666.

Notes de fin

* Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nice-Sophia Antipolis. Voir sa biographie sur le site du laboratoire de recherche 13m.

Auteur

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access