Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 3 avril 2006. L’avenir du politique dans un monde globalisé

L’État face aux défis de la mondialisation : déclin ou résistance ?

Samy Cohen

Texte intégral

  • * Directeur de recherche au ceri (Centre d’études et de recherches internationales) et professeur à (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Mes deux prédécesseurs ont très largement empiété sur mon sujet qui s’intitule : « L’État face au défi de la mondialisation : déclin ou résistance ? » Pour Jean-François Bayart, il n’y a pas déclin ; Bernard Cassen a eu un discours plus nuancé sur lequel je voudrais revenir. Je vais essayer de me situer sans répéter ce qui a été dit, sans contredire pour contredire et tenter, peut-être, d’y voir plus clair.

  • 1 Cooper, Robert, The Postmodern State and the World Order, Londres, Demos, 1996; 2000.

3Tout d’abord, je voudrais vous avertir que je ne suis pas un politique, je suis un chercheur, plutôt politologue qu’économiste. Je me suis intéressé à la capacité d’intervention ou de non-intervention de l’État sur le plan international. Une des questions qui m’a toujours interpellé, lorsqu’on parle de l’État, est celle de ce refrain sur le « déclin de l’État », qui a émergé pendant les années 1990. Il s’agit du fait que l’État déclinerait en raison de l’ouverture des frontières, de la dérégulation des marchés, de la diminution de son intervention dans le fonctionnement des économies nationales. Il déclinerait aussi en raison de la montée en puissance de ce que l’on a appelé les acteurs non étatiques, les acteurs transnationaux, les firmes multinationales, les ong, les mafias, les organisations terroristes, les phénomènes migratoires... Nous serions en fait, selon nombre d’analystes qui ont étudié la mondialisation, dans un cycle de déclin de l’État. Ce qui me semble important est d’essayer de savoir, au fond, de quel État il est question. C’est une question majeure. Il ne faut pas essentialiser la notion d’État, ne pas la réifier. Il n’y a pas un État, mais plusieurs types, tous ne sont pas en déclin, tous ne sont pas perdants. Je me réfère au très bon travail d’un auteur que seuls les spécialistes, les politologues et les économistes connaissent, Robert Cooper, qui a été vice-ministre de la Défense en Grande-Bretagne et qui est collaborateur de Javier Solana, ministre de la Politique extérieure et de Sécurité commune. Il a écrit un de la mondialisation : livre qui s’intitule The Postmodern State and the World Order1, publié en déclin ou résistance ? 1996, lequel, à l’époque, est passé complètement inaperçu. Ses thèses ont été aussi republiées dans plusieurs revues, notamment dans Le Débat. Mais, que dit Robert Cooper ?

États postmodernes et prémodernes

4Concernant la capacité d’exercer la souveraineté, la capacité d’exercer une action sur la scène internationale, il existe trois grands types d’États.

5L’État prémoderne : Cooper parle de l’État dans des pays tels que l’Afghanistan, le Libéria, la Somalie. Ce sont soit des États très fragiles, soit des États qui ont sombré dans le chaos et qui n’ont pas, à véritablement parler, de politique étrangère, n’ayant plus grand-chose à négocier. L’État, dans ce cas-là, n’exerce pas le monopole de la violence légitime, telle qu’elle a été définie par Max Weber. En effet, il est trop faible pour la notion de souveraineté et pour être porteur d’un sens quelconque. C’est dans ces États que nous pouvons parler d’influence des acteurs transétatiques, mais je reviendrai sur ce point.

6Le deuxième type d’État est l’État moderne. Cooper donne comme exemple la Chine – on pourrait aussi citer le Pakistan ou d’autres États. Par « moderne », il veut dire que ce sont des États qui, très attachés à la notion d’État-nation, peuvent prétendre encore détenir le monopole de la violence légitime – violence qu’ils pourraient envisager d’utiliser contre d’autres États. Pour eux, la défense de la souveraineté nationale joue un rôle très important dans la politique étrangère et ils sont soucieux de mesurer les enjeux internationaux en termes d’intérêts et de rapports de force.

7La troisième catégorie d’État décrite par Robert Cooper est l’État postmoderne. Cette catégorie renvoie, pour dire vite, aux vieux États occidentaux ayant globalement rejeté l’usage de la force pour régler leurs différends, et dont la sécurité repose en grande partie sur la transparence de leur politique étrangère, sur l’interdépendance des économies et sur un système de surveillance réciproque. La notion de frontière y tient une place moins importante, la raison d’État de Machiavel a cédé la place à une conscience morale appliquée aux relations internationales. La création de la Cour pénale internationale est, selon Cooper, un exemple frappant qui caractérise les relations entre les États postmodernes.

8Bien entendu, nous pouvons discuter de ces classifications dans la mesure où nous pouvons nous interroger sur les États postmodernes. Sont-ils tous vraiment ce que nous pensons ? De la même façon, n’y a-t-il pas des postmodernes qui seraient plus unilatéralistes, comme les États-Unis ? N’avons-nous pas des États postmodernes qui jouent davantage de la « diplomatie morale » ? Je pense à des États comme l’Autriche, le Canada, l’Australie ou la Belgique.

9Et puis, une troisième sous-catégorie d’État serait celle des États pragmatiques, comme la France ou la Grande-Bretagne, qui s’adaptent au coup par coup. Dans tous les cas, ce sont toujours les vieilles démocraties, celles qui ont joué le jeu de l’ouverture des frontières, du déclin de la souveraineté, de la construction européenne, qui sont sur la sellette. Ce seraient celles qui auraient le plus souffert de la mondialisation. Ce que je trouve paradoxal. C’est exactement le contraire : ce sont ces États postmodernes qui se sortent le mieux de la mondialisation. Bernard Cassen l’a dit très justement, la mondialisation n’est pas tombée du ciel : elle est une construction des États. Et il s’agit des États postmodernes, c’est-à-dire d’abord les États-Unis, la Grande-Bretagne, suivis ensuite par la plupart des États européens et le Japon. L’ouverture des frontières, un système de dérégulation, entre autres, a été mise en place par des décisions pouvant être précisément datées et signées par des chefs d’État.

10Mais ceux qui en subissent le plus les effets sont les États prémodernes, ceux qui sont incapables de constituer un État digne de ce nom, disposant du monopole de la violence légitime. Ce sont ces États qui connaissent les conflits civils, où les phénomènes de guérillas se sont le plus développés, et non les États postmodernes. Ce sont d’ailleurs ceux qui ont souffert le plus de la mondialisation, ceux qui sont le plus attaqués par les phénomènes migratoires ou de drogue.

11Ainsi, lorsque nous disons que l’État n’a pas décliné, ce n’est pas n’importe quel État qui n’a pas décliné. C’est l’État postmoderne, ce sont les vieilles démocraties, auxquels il est fait référence. Et ce sont ces États qui, je trouve, sont les plus intéressants à analyser, car les États prémodernes n’ont jamais réussi à mettre sur pied des institutions légitimes ou un gouvernement accepté. Ils sont constamment traversés par des guerres civiles, souvent sanglantes.

Les vieilles démocraties

12Certes, ce phénomène de la mondialisation est ancien, je suis tout à fait d’accord en cela avec Jean-François Bayart, qui a situé son origine à deux siècles – Fernand Braudel remonte encore plus loin dans le temps. En ce qui concerne les démocraties, ce sont des décisions qu’elles ont prises mais non des concessions à sens unique. À cet endroit, je ne m’accorde pas aux propos de Bernard Cassen, lequel évoque des cessions sans retour, en parlant de la construction européenne. À mon avis, ce n’en sont pas. La construction européenne a été une décision politique majeure, tout de suite après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, entre la France et l’Allemagne. Elle s’est faite par étapes et avait un objectif politique très clair qui était celui de réconcilier la France et l’Allemagne, de ne plus jamais retomber dans cette situation conflictuelle que nous avons connue. Ce projet politique a pris une ampleur extraordinaire, une dimension économique, commerciale, mais pas encore sociale. À chaque fois, toutes les étapes de la construction européenne ont été des étapes de décision politique. C’est le Conseil européen, représentant les États, qui a pris des décisions. Ainsi, toutes les principales étapes ont été prises à l’échelon politique. Ce sont des décisions politiques, prises par des personnes qui nous représentent tous et pas seulement par des fonctionnaires.

13Or, les dirigeants politiques ont tendance à rejeter la responsabilité sur les fonctionnaires. C’est proprement scandaleux. Ce sont des décisions qui sont prises par le Conseil européen, par des chefs d’États européens. Ils sont élus par nous tous, par tous les citoyens européens. C’est ce que j’appelle le rejet de la responsabilité sur des fonctionnaires au lieu d’assumer cette responsabilité. Et je crois que le grand problème et la grande faiblesse des dirigeants politiques sont de ne pas avoir assumé les décisions, de ne pas avoir admis qu’elles n’étaient pas très bonnes, voire bancales, et qu’il fallait peut-être les corriger. Ce discours-là, les hommes politiques ne le tiennent pas, quasiment pas. Je trouve que c’est un des grands défauts de la démocratie française certainement, et peut-être des autres démocraties.

14Ce que je voulais aussi dire sur le problème de la réversibilité, évoquée par Bernard Cassen tout à l’heure, c’est qu’elle est totale. Des pays européens ont joué le jeu de la construction européenne, d’autres l’ont refusé. La Grande-Bretagne a refusé pendant un certain temps d’entrer dans l’Union européenne. Elle n’est pas dans l’Union monétaire et elle n’est pas la seule. Il n’y a aucun phénomène d’engrenage. Il est possible que la France puisse se retirer, si elle le souhaite un jour ou l’autre, des projets dans lesquels elle s’est engagée. D’ailleurs, chacune des dernières réformes concernant la Constitution, concernant le projet de Nice, en 2000, fait l’objet de discussions extrêmement dures entre les dirigeants européens pour savoir qui va obtenir le maximum de pouvoir au sein des institutions européennes. Ce n’est pas une machine qui s’emballe et échappe aux dirigeants politiques. C’est une bataille de chiffonniers qui s’opère en réalité entre le président français, le chancelier allemand, le Premier ministre espagnol et le Premier ministre irlandais. À cet endroit, le politique pèse très fortement.

15Par ailleurs, lorsque les choses vont mal, les démocraties peuvent revenir sur les décisions et on l’a très bien vu. Au moment du 11 septembre 2001, nous disions du pays de l’ultralibéralisme, les États-Unis, que c’était le pays où la déréglementation était la plus poussée. Mais lorsqu’il a fallu soutenir l’aviation civile, toutes les industries qui étaient atteintes par les attentats, le gouvernement américain est revenu. Lorsque la France veut soutenir le Crédit lyonnais, bien que le Crédit lyonnais coûte une fortune au contribuable français, elle le soutient, il n’y a aucun problème. Lorsque des enjeux majeurs concernant les intérêts vitaux sont en discussion, les États reviennent comme si de rien n’était. Donc je ne dirais pas, comme Bernard Cassen, qu’il s’agit d’une cession sans retour, je n’ai pas cette même vision pessimiste de la construction européenne. Nous pouvons discuter la construction européenne, nous pouvons la critiquer, mais je crois que Bernard Cassen s’est surtout appuyé sur Élie Cohen qui est l’auteur de La Tentation hexagonale. Un de ses arguments est que la construction européenne a quand même apporté un certain nombre de bienfaits aux pays qui l’ont jouée. Bien entendu, il existe des perdants, mais globalement ces pays ont pu progresser sur le plan économique.

Le rôle des acteurs internationaux

16En ce qui concerne maintenant les acteurs que nous appelons les acteurs transnationaux – les firmes, les mafias, les ong internationales –, nous avons souvent dit que ces acteurs affaiblissent le rôle de l’État sur la scène internationale. Sur ce point, j’ai une vision un peu différente. Globalement, je crois que la plupart d’entre eux ont tendance à renforcer le rôle de l’État sur la scène internationale. Par exemple, que veulent les ong ? En réalité, les ong demandent davantage d’intervention de l’État dans pratiquement tous les domaines : humanitaire, environnement, Droits de l’homme... Il y a constamment un contact entre les représentants des ong et les représentants de la diplomatie, des pouvoirs politiques, pour que le politique intervienne davantage dans telle région où les populations sont menacées, dans telle région où les Droits de l’homme ne sont pas respectés. Une pression est constante en ce sens. Y parviennent-ils tout à fait ? C’est un autre problème. L’État a une capacité de résistance extraordinaire. Il décide en fonction de ses possibilités, d’un calcul coût/bénéfice. Contrairement à la grande influence que les ong ont sur les entreprises, l’influence des ong sur les États est beaucoup moins forte. Je me réfère à une expression de Bruno Rebelle, l’ancien directeur de Greenpeace France. Il faisait une distinction entre le citoyen électeur et le citoyen consommateur. En tant que consommateur, nous sommes extrêmement sévères, nous sommes beaucoup plus sévères vis-à-vis des firmes dont nous consommons les produits. Et en tant que citoyen votant, nous soutenons beaucoup moins les ong que nous ne soutenons l’État. Les thèmes majeurs que soutiennent les ong – environnement, Droits de l’homme, humanitaire – ne sont pas des thèmes qui font l’objet d’enjeux électoraux majeurs. Les enjeux électoraux majeurs sont toujours les mêmes : l’emploi, le chômage, les problèmes de la santé, la précarité. Toutes les enquêtes montrent que ce sont des problèmes sur lesquels les ong internationales, au fond, n’interviennent pas beaucoup.

  • 2 Le Parti des travailleurs du Kurdistan.

17Les guérillas qui interviennent pour constituer des États jouent en fait en leur faveur. Que veulent les guérillas ? Ce n’est pas la défaite d’un État. Généralement, elles s’en prennent à un État dont elles veulent faire cession pour créer leur propre État. Ainsi, depuis 1945, nous progressons vers une très grande multiplication des États. Que veut le pkk2 ? Que veulent les Palestiniens ? Ce n’est pas la fin de l’État-nation, cela n’aurait pas de sens. Les guérillas ont pour objectif la création d’un État-nation qui soit le leur, avec leur drapeau, leur territoire. En fait, il n’y a pas plus amoureux de l’État-nation que toutes ces guérillas qui luttent en faveur de leur propre identité et de leur propre nationalité. Je prends le problème du terrorisme transnational. On a souvent dit que le terrorisme transnational montrait bien la fragilité des démocraties. Si les États-Unis avaient pris les mesures qui s’imposaient et avaient essayé de faire face aux menaces qui étaient prévisibles depuis longtemps à la fois par le fbi et par la cia, par les attentats de 1993 contre le World Trade Center, par d’autres attentats qui ont eu lieu ici ou là contre d’autres intérêts des États-Unis, s’ils avaient pris les mesures correctes, je ne suis pas sûr qu’ils seraient arrivés au 11 septembre 2001.

18D’ailleurs, quel est le résultat du phénomène terroriste transnational ? Il renforce la capacité, le pouvoir de coercition à l’intérieur de l’État, pour reprendre l’expression de Bernard Cassen. Partout où le terrorisme naît, ce sont les gouvernements en place qui se renforcent. Georges W. Bush s’est renforcé face au terrorisme, en tous les cas, pendant son premier mandat. Après le second mandat, cela a commencé à flotter, non pas à cause du terrorisme mais à cause des échecs en Irak. Le terrorisme continue à réunir les Américains autour de lui. Prenez le cas d’Israël : après les attentats des années 2000, 2001, 2003, 2004, il y a eu, alors que Sharon n’était pas très populaire, une sorte de soutien, de ralliement autour d’un personnage qui incarne le gouvernement, l’État, pour se protéger contre cette menace. Je dirai de même pour les mouvements de la mondialisation : altermondialistes, lesquels vont dans le sens du renforcement de l’État. Ils sont éminemment étatistes ; toutes les pressions que font les mouvements altermondialistes vont dans le sens d’une demande de plus d’État, de plus de régulation. Sont-elles très efficaces ? C’est un autre problème. De plus, je crois que les gouvernants sont assez rusés pour savoir recevoir à l’Élysée ou à Matignon les associations, pour leur donner raison et leur dire qu’ils feront tout leur possible. Mais, quelquefois, des concessions sont possibles. Jacques Chirac, récemment, après beaucoup d’années d’hésitation, a proposé de taxer les billets d’avion. Mais après combien de temps ? Dans beaucoup d’autres domaines, ce n’est pas tout à fait probant. Le processus est très lent car les États résistent beaucoup. En ce qui concerne l’aide à la pauvreté dans le tiers-monde, des avancées ont été faites, mais elles ne sont pas suffisantes. Quant à la lutte contre le sida dans les pays du tiers-monde, les avancées sont aussi très lentes ; c’est quelquefois désespérant.

Coopération internationale et « désouverainisation »

19Alors que conclure ? Sommes-nous en de bonnes mains ? Ce n’est pas quelque chose que je pourrais affirmer de manière aussi claire. Je ne suis pas sûr que les politiques publiques qui sont conduites par les dirigeants politiques soient intelligentes et éclairées. Nombre de domaines sont délaissés par les pouvoirs en place pour des raisons que l’on peut discuter mais qui sont généralement assez claires. Ce sont des raisons d’intérêt, des conflits d’intérêts à l’intérieur des sociétés. Par exemple, l’action des États pour lutter contre le blanchiment de l’argent sur le plan international est quasiment nulle. Tout cela parce que le blanchiment de l’argent passe par des plaques offshore et aucun État ne veut faire la guerre à un État offshore d’autant plus que la majorité des démocraties, la France comprise, y a des intérêts. Cela devient-il une lutte impossible ? Prenons le cas de la lutte contre la drogue. Les États qui sont producteurs de drogues sont souvent des amis européens proches. Ce sont des pays dont les chefs d’État ont des relations directes et personnelles. Il n’est donc pas possible de s’en prendre à un chef d’État, à un pays, simplement parce qu’il produit de la cocaïne.

20Je crois que pour la majorité des chefs d’États européens, la mondialisation a ses effets positifs et négatifs. Les effets positifs sont les avancées possibles sur le plan économique. Les effets négatifs sont, entre autres, tous les phénomènes de blanchiment d’argent, de drogue, de prostitution, de réseaux illicites, illégaux. Je pense que, malheureusement, les dirigeants sont prêts à accepter l’aspect négatif pour ne pas défaire l’autre. Selon moi, la solution serait celle d’une coopération internationale, et d’une « désouverainisation ». Il a déjà été fait allusion à un monde où les États n’exerceraient plus de souveraineté. Au contraire, sur tous les sujets qui leur importent le plus, ils exercent une capacité de protection et de souveraineté très grande. Mais la lutte contre tous les fléaux mondiaux passe par une plus grande coopération, et donc, par moins de souveraineté.

21Philippe Thureau-Dangin : Merci Samy Cohen. Je retiens deux mots notamment dans votre exposé. La responsabilité des acteurs politiques me paraît extrêmement importante dans la conjoncture actuelle et la souveraineté – qui n’avait pas, je crois, été évoquée par nos deux orateurs précédents – est au cœur de la question dont nous débattons ce soir, c’est-à-dire de l’avenir du politique dans un monde globalisé. Je me tourne maintenant vers notre dernier intervenant, Jean Pisani-Ferry. Il a été un petit peu attaqué par les allusions de Bernard Cassen qui a parlé de l’Union européenne comme un faux-nez de la globalisation. Vous avez intitulé votre exposé « l’Union européenne comme acteur global ».

Notes

1 Cooper, Robert, The Postmodern State and the World Order, Londres, Demos, 1996; 2000.

2 Le Parti des travailleurs du Kurdistan.

Notes de fin

* Directeur de recherche au ceri (Centre d’études et de recherches internationales) et professeur à l’Institut d’études politiques de Paris.

Auteur

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable