Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ésotérisme contemporain et ses lecteurs

 | 
Pierre Lagrange
, 
Claudie Voisenat

Glossaire

Pierre Lagrange

Entrées d'index

Mots clés :

ésotérisme

Texte intégral

1Abellio, Raymond (1906-1986) : Après s’être fait remarquer pendant la collaboration en participant au MSR (Mouvement social révolutionnaire) sous son vrai nom de Georges Soulès, et avoir fuit quelque temps en Suisse à la Libération, Raymond Abellio s’est fait un nouveau nom comme romancier et essayiste spécialisé dans l’ésotérisme. Une bonne partie de son œuvre paraît alors chez Gallimard. En 1955, il lance chez Grasset la collection « Correspondances » dans laquelle il publie des ouvrages sur l’astrologie et l’ésotérisme. Il prend en 1969 la direction d’une nouvelle collection, « En marges », aux éditions Première qui publiera aussi des ouvrages consacrés à l’astrologie, l’alchimie, la métapsychique. Un Cahier de l’Herne lui est consacré en 1979.

2Alleau, René (1917-....) : Spécialiste de l’alchimie, René Alleau publie en 1953 Aspects de l’alchimie traditionnelle aux éditions de Minuit. Fondateur de la collection « Bibliotheca hermetica » chez Denoël, il est aussi l’auteur de plusieurs guides dans la série des « Guides de la France mystérieuse » publiée chez Tchou.

3Amadou, Robert (1924-....) : Robert Amadou a fait ses études chez les Jésuites, puis à la Sorbonne. Il s’intéresse depuis son adolescence à la kabbale et se lie aux milieux ésotéristes. Il fréquente Paul Le Cour, le fondateur d’Atlantis, Robert Ambelain et René Alleau. Il consacre une thèse de doctorat de lettres à Louis-Claude de Saint-Martin et la publiera en 1946 aux éditions du Griffon d’Or sous le titre Louis-Claude de Saint-Martin et le Martinisme. Les milieux littéraires et le public le découvrent en 1950, au moment de la parution de deux livres : L’Occultisme, esquisse d’un monde vivant, et une Anthologie littéraire de l’occultisme qu’il signe avec Robert Kanters. Au début des années cinquante, Amadou devient membre du comité de l’Institut métapsychique international et bientôt le rédacteur en chef de la Revue métapsychique et il se fait alors, aussi curieux que cela puisse paraître, le porte parole des méthodes de la parapsychologie universitaire anglo-saxonne. En 1955, il quitte la direction de la Revue métapsychique pour fonder une revue de bibliothèque, La Tour Saint-Jacques, puis les Cahiers de l’Homme esprit. En 1973, il est codirecteur des travaux du séminaire d’histoire de l’ésotérisme chrétien à l’École pratique des hautes études (section Sciences religieuses), avec François Secret. Ces travaux sont publiés sous le titre Cartarium Esotericum. Il dirigera par la suite une collection d’ouvrages d’entretiens chez Pierre Horay (« Connaissance de l’inconnu »).

4Voir : Tour Saint-Jacques (La).

5Ambelain, Robert (1907-1997) : Après avoir fait ses études à Paris, Ambelain s’intéresse à l’astrologie vers 1921. Il collabora à la revue Consolation en 1935-1936. L’année suivante, il fonde un groupe dédié à l’étude de la géomancie. Entre 1937 et 1942, il publie un Traité d’astrologie ésotérique en trois volumes aux éditions Adyar. Il deviendra plus tard patriarche de l’Église gnostique apostolique. Franc-maçon, il est grand maître du Rite ancien et primitif de Memphis-Misraïm, ainsi que de l’Ordre des Élus-Cohens. Il était également grand maître de l’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix. En 1970, après avoir publié quelques vingt-sept ouvrages traitant d’occultisme, de gnose, de kabbale, et des sociétés secrètes, il publie le premier volume d’une trilogie, Jésus ou le mortel secret des Templiers dans la collection « Les énigmes de l’univers » chez Robert Laffont. Le deuxième volume fut titré : La Vie secrète de Saint Paul (1972) et le dernier Les Lourds secrets du Golgotha (1974). Ces trois livres provoquèrent une vive stupéfaction au sein des milieux franc-maçons où Ambelain était bien connu. Ils développaient les thèses de la survie de Jésus et de sa descendance, thèses qui ont depuis été reprises et revues par les auteurs de L’Énigme sacrée, puis bien sûr par le Da Vinci Code.

6Archéoastronomie : Discipline qui étudie la signification astronomique des monuments antiques, notamment mégalithiques. L’idée que les monuments mégalithiques puissent être des « observatoires » astronomiques préoccupe les archéologues et amateurs d’antiquité depuis le xviiie siècle. Elle va susciter un débat dans les années soixante / soixante-dix, notamment à la suite d’une série d’études conduites sur le site archéologique le plus célèbre d’Angleterre, Stonehenge, dont les différentes étapes de construction se sont échelonnées sur plus de mille ans, entre 2800 et 1500 avant J.-C. En 1963, l’astronome britannique Gerald Hawkins publie un article intitulé « Stonehenge Decoded » dans la revue Nature pour suggérer que Stonehenge a été construit en tenant compte des grands cycles astronomiques de la Lune et du Soleil (ainsi, l’axe principal du site pointe vers le lever du soleil au solstice d’été). Article suivi par un second l’année suivante : « Stonehenge : A Neolithic Computer », dont l’argument est que Stonehenge permet de prédire les éclipses. Les spécialistes de Stonehenge, comme l’archéologue R.J. Atkinson, réagissent très vivement à ces interprétations. Au même moment, d’autres « archéoastronomes », comme Alexander Thom, effectuent des recherches. Dans une recension d’un ouvrage de Thom parue dans Nature en 1971, l’archéologue anglais Colin Renfrew prend parti pour l’archéoastronomie. Pourtant, les choses vont mettre quelque temps à se stabiliser. La revue Antiquity publie des articles sceptiques ; les archéologues résistent à l’invasion de leur discipline par les astronomes. Mais, contrairement à certaines controverses « aux frontières de la science », les astronomes ne sont pas de simples amateurs, ils connaissent les règles du débat. Malgré les résistances, les astronomes ont accès aux revues institutionnelles et ils finiront par se faire admettre à la table des archéologues qui refusaient jusqu’ici leurs « preuves ». Aujourd’hui acceptée comme discipline scientifique à part entière, l’archéoastronomie dispose notamment d’un supplément au Journal of History of Astronomy et d’un Center for Archeoastronomy à l’université du Maryland. En même temps qu’ils investissent les revues d’histoire de l’astronomie puis celles d’archéologie, et qu’ils créent leurs propres revues académiques, les archéoastronomes construisent une frontière avec les « délires archéologiques » qui préoccupent depuis longtemps les archéologues. Donc, quand on explique le rejet initial de cette discipline par la difficulté de séparer la bonne archéoastronomie de certaines spéculations archéomaniaques comme celles sur les ley lines (qui consiste à repérer de grands réseaux de lignes droites sur le territoire britannique qui passeraient pas les sites archéologiques) ou les visites d’extraterrestres dans le passé (qui seraient à l’origine de la mise en place des mégalithes), on ne tient qu’une partie de l’explication car les choses sont plus complexes : la frontière entre ce que l’on considère aujourd’hui comme bonne et mauvaise archéoastronomie était difficile à détecter dans les écrits d’auteurs comme Thom. L’ignorance par les astronomes des données de l’archéologie et l’ignorance par les archéologues de l’astronomie, et surtout l’éloignement des deux disciplines, ainsi que la nécessité de construire un cadre aux débats et des frontières entre les intervenants compétents et les autres fournit certainement une piste plus intéressante pour expliquer la controverse. Autant qu’une querelle sur des faits, il s’agit d’une querelle sur le statut de porte-parole et sur les frontières de la discipline.

7Astrologie : Apparue en Mésopotamie il y a cinq mille ans, l’astrologie est une des premières formes de pensée scientifique attestée dans l’histoire car liée à l’invention de l’écriture qui a contribué, selon la formule de l’anthropologue britannique Jack Goody, à « domestiquer la pensée sauvage ». Au Moyen Âge, l’astrologie, dont l’histoire se confond avec celle de l’astronomie, a contribué à l’essor des sciences par ses techniques de calcul, ses instruments et surtout, note Pierre Thuillier, en substituant « à un univers gouverné par l’arbitraire un univers structuré, où tout se tenait, et qu’il était possible d’étudier méthodiquement ». Les historiens des sciences ont montré également que les controverses à son sujet puis son exclusion aux xviie et xviiie siècles ont été dues non à des raisons scientifiques, mais à des raisons sociales et politiques : l’astrologie était moins jugée fausse que subversive. De nos jours, l’astrologie est volontiers désignée comme l’exemple par excellence de pensée irrationnelle, de pseudoscience. Pourtant, lorsque l’astrologie suscite de nouveau l’intérêt, à la fin du siècle dernier, notamment grâce à Papus, l’inventeur de l’occultisme, sa renaissance ne s’accompagne pas d’un discours antiscientifique. L’astrologie se loge volontiers dans le giron de la science et du positivisme. À côté d’un courant prônant une astrologie traditionnelle, ésotérique, certains porte-parole de l’astrologie sont ingénieurs ou scientifiques de formation, comme Paul Choisnard. La revue L’Influence astrale, sous-titrée « Revue d’astrologie scientifique », « est destinée à reconstituer l’astrologie sur le terrain de la science positive ». Pour ces nouveaux astrologues, il s’agit de faire coïncider la science des astres et les sciences. Les statistiques sont tout particulièrement mises à contribution. Choisnard, le Suisse K.E. Krafft (qui après avoir rédigé une interprétation favorable aux nazis des Centuries de Nostradamus, finira sa vie dans un camp de concentration) livrent de longues analyses statistiques. Dans les années cinquante, alors que les rationalistes, et tout particulièrement l’astronome Paul Couderc, multiplient les attaques contre l’astrologie, considérée comme une fausse science, Michel Gauquelin, psychologue et statisticien, entame la publication d’une série de livres consacrés à l’astrologie et aux « influences cosmiques ». Ces ouvrages seront à l’origine d’une longue controverse.

8Voir : Gauquelin, Michel.

9Atlantide : Célèbre continent disparu décrit par Platon dans le Timée et le Critias. En 1841, le philosophe Thomas-Henri Martin proclame, au terme d’une longue étude érudite consacrée à l’Atlantide de Platon, que cette contrée mystérieuse appartient « à un autre monde, qui n’est pas dans le domaine de l’espace, mais dans celui de la pensée ». Pour l’historien Pierre Vidal-Naquet, la parution de cette « Dissertation sur l’Atlantide » a fixé la frontière entre l’époque où l’Atlantide faisait partie des sujets d’étude normaux des savants et celle où elle sera rejetée. Dès la publication du Timée et du Critias, les disciples de Platon ont discuté de l’existence de l’Atlantide. Au cours du Moyen Âge et au-delà, on cherche à localiser le mystérieux continent. Le premier maire de Paris, Jean-Sylvain Bailly, la situait près du cercle arctique. Rudbeck, le grand naturaliste suédois pensait qu’il s’agissait de la Suède antique. Au xixe siècle, on continua pourtant à rechercher le continent disparu, de plus en plus fréquemment désormais contre l’avis de la « science officielle », mais parfois aussi encore en son sein.

10En 1866, dans Vingt mille lieues sous les mers, Jules Verne évoque longuement l’Atlantide visitée par le capitaine Nemo. Mais c’est la publication de l’ouvrage d’Ignatius Donnelly, Atlantis : The Antediluvian World, en 1882, qui est à l’origine d’un regain d’intérêt pour le continent mythique de la part des romanciers, des théosophes, des occultistes et même d’authentiques géologues ou zoologues. L’Atlantide y est décrite comme le berceau des civilisations.

11Au début du siècle, le météorologue allemand Alfred Wegener propose une nouvelle théorie pour expliquer les relations que semblaient avoir entretenues, dans les temps géologiques, le vieux et le nouveau continents. Contre la théorie des ponts intercontinentaux, alors largement admise, il avance celle de la dérive des continents. L’Europe et l’Afrique n’avaient pas été, selon lui, reliées dans le passé à l’Amérique par des « ponts » de terres émergées qui se seraient petit à petit effondrés, elles se seraient déplacées en s’écartant les unes de l’autre. La théorie de la dérive des continents, qui contribuait bien involontairement à miner l’idée qu’il ait pu exister une Atlantide, fut longtemps rejetée par la communauté des géologues (notamment parce qu’on ne voyait pas par quel mécanisme les continents pourraient ainsi s’écarter). Entre-temps, l’Atlantide, de plus en plus délaissée par le monde savant, avait elle-même commencé à dériver. La quête de l’Atlantide se profilait de plus en plus fréquemment sur fond de nationalisme et d’extrémisme politique. En Allemagne, l’Atlantide, devenue le berceau de la race aryenne, resurgissait dans des ouvrages aussi tristement fameux que Le Mythe du xxe siècle du doctrinaire nazi Alfred Rosenberg. La position de l’Atlantide s’était pour l’occasion déplacée vers les eaux froides de la mer du Nord ou du cercle arctique où certains raciologues situaient l’émergence de l’homme aryen (ce n’était pas la première fois, on l’avait déjà placée près du cercle polaire, par exemple Bailly ou Rudbeck).

12Depuis la fin de la guerre, les seules tentatives pour localiser l’Atlantide considérées comme sérieuses ont concerné les recherches en mer Égée, notamment à Santorin et en Crête. La revue Antiquity publia, avec il est vrai quelques réserves éditoriales, l’étude de l’archéologue grec d’Ignatius Marinatos qui suggérait d’identifier Santorin et l’île de Platon.

13Atlantis : Revue et association fondées par Paul Le Cour, après qu’il se soit séparé de Roger Dévigne, avec lequel il avait créé la Société d’études atlantéennes. Lancée en 1926, la revue « tente de retrouver, par les voies de l’archéologie scientifique et traditionnelle et par la loi d’analogie que constitue le symbolisme, ce que les civilisations anciennes ont appelé la Tradition ». Paul Le Cour dirige la revue jusqu’à sa mort, en 1955. La rédaction en chef est alors assurée pendant une courte période par un juriste passionné de soucoupes volantes, Marc Thirouin, avant de passer entre les mains de Jacques d’Arès, l’un des plus proches disciples de Le Cour. Au début des années soixante-dix elle était tirée à six mille exemplaires. Atlantis paraît encore en 2005 (elle est publiée par Dervy). Quant à l’association, elle se réunit au cours de banquets platoniciens, de célébrations des feux de la Saint-Jean, ou durant des cours d’histoire comparée des religions ou des conférences-débats. Elle organise aussi des voyages organisés sur les hauts lieux de l’archéologie (Crète, etc.).

14Bailey, Alice (1880-1949) : À quinze ans, l’Anglaise Alice Bailey rencontre un inconnu qui lui explique qu’elle a une mission à accomplir. En 1915, elle découvre la théosophie et, voyant un portrait d’un des mahatmas de H.P. Blavatsky, Koot Hoomi, elle reconnaît en lui l’inconnu. Elle devient un membre éminent de la Société. Mais en 1919, un autre membre de la hiérarchie spirituelle, Gjwhal Khul, lui demande d’écrire des livres destinés à délivrer son enseignement au monde. L’année suivante, c’est la rupture avec la Société théosophique. Elle continue d’écrire ces livres sous la dictée de ce maître spirituel. En 1922, elle fonde le Lucis Trust et lance un magazine, The Beacon. L’année suivante elle fonde l’Arcane School. Son but est de créer une religion mondiale qui pourrait unir l’Est et l’Ouest. À sa mort, en 1949, l’Arcane School éclate en différentes tendances.

15Bergier, Jacques (1912-1978) : Né en 1912 à Odessa, Bergier effectue des études de chimie au moment où la guerre éclate. Il entre dans la Résistance et, fait prisonnier, est déporté à Mathausen. De retour d’Allemagne, il devient vulgarisateur scientifique. Passionné de science-fiction depuis les années trente, il s’évertue à introduire en France ce genre littéraire, aidé par son ami George-Hilaire Gallet, fondateur de la première collection du genre, le « Rayon fantastique » chez Gallimard et Hachette. Bergier collabore à Fiction et aux autres revues de SF lancées au cours des années cinquante. Il y apparaît comme un auteur très rationaliste, critique à l’égard des soucoupes volantes et des théories sur l’Atlantide. Bergier est proche de François Le Lionnais, un pilier du rationalisme et cofondateur de l’Oulipo. En même temps, il écrit pour La Tour Saint-Jacques de Robert Amadou. Bergier fait la connaissance de Pauwels vers 1955 grâce à René Alleau. Bergier vient alors de faire paraître un livre intitulé Agents secrets contre armes secrètes (Arthaud, 1954), livre lié à son rôle dans la Résistance. Il publie aussi deux ouvrages en collaboration avec Pierre de Latil chez Gallimard. Puis un livre sur Les Secrets de la vie chez Fayard (1957). En compagnie de Pauwels, il fait paraître en français Le Livre des damnés, de l’Américain Charles Fort, une collection de faits scientifiques étranges. Il est aussi à l’origine de la publication de plusieurs recueils de nouvelles de H.P. Lovecraft (1890-1937), notamment Démons et Merveilles. Après la publication du Matin des magiciens, Bergier prend une part très active à la rédaction de la revue Planète et à la publication des livres qui l’accompagnent. Il participe aussi au Nouveau Planète mais met fin à son contrat en 1969. Il formulera par la suite de vivres critiques à l’égard du lectorat de la revue qu’il juge peu sérieux. Après sa collaboration avec les éditions Planète, il dirigera pendant les années soixante-dix plusieurs collections chez Albin Michel avec Georges Gallet (« Les Chemins de l’impossible », etc.), dans lesquelles il signera plusieurs volumes (Visa pour une autre Terre, Le Livre des anciens astronautes, etc.), il écrira toute une série de livres, notamment dans la collection « L’aventure mystérieuse » chez J’ai Lu (Les Maîtres secrets du temps, Les Livres maudits, etc.). On lui doit aussi plusieurs ouvrages sur la « guerre secrète » (La Guerre secrète du pétrole, La 3e guerre mondiale est commencée, etc.) et sur l’espionnage (L’Espionnage scientifique, L’Espionnage industriel, L’Espionnage politique, L’Espionnage stratégique). Son ouvrage La Guerre secrète de l’occulte permet de relier ses différents centres d’intérêt. Surtout, Bergier est l’auteur d’un nombre impressionnant de préfaces pour des livres de toutes sortes, science, espionnage, paranormal, science-fiction. À la fin de sa vie, il écrit une chronique régulière dans le journal Nostradamus, sorte de France Dimanche du paranormal, et écrit un dernier livre intitulé Je ne suis pas une légende, ouvrage testament paru chez Retz peu avant sa mort.

16Bermudes (Triangle des) : Zone géographique délimitée par l’archipel des Bermudes, la côte de la Floride et l’île de Porto-Rico dans laquelle avions et navires auraient tendance à disparaître mystérieusement. L’expression Triangle des Bermudes est apparue en février 1964, lorsque l’écrivain américain Vincent Gaddis, spécialisé dans le bizarre, publie dans Argosy un article intitulé « The Deadly Bermuda Triangle ». Gaddis y recense les disparitions inexpliquées d’avions et de bateaux. L’affaire la plus célèbre a impliqué cinq bombardiers Avengers, disparus le 5 décembre 1945 au cours d’une mission de routine, ainsi qu’un Martin Mariner parti à leur recherche. Une douzaine d’années avant l’article de Gaddis, un autre article paru dans Fate, un magazine américain consacré à l’étrange, mentionnait déjà « un triangle liquide grossièrement délimité par la Floride, les Bermudes et Porto Rico ». Son auteur, George X. Sand, n’était peut-être que Vincent Gaddis lui-même. Le Triangle des Bermudes suscite l’intérêt populaire général en 1974 avec la publication du best-seller de Charles Berlitz, The Bermuda Triangle, suivi l’année suivante par un deuxième ouvrage du même auteur : Without a Trace (Sans trace). Berlitz évoque l’Atlantide, les failles dans l’espace temps et les soucoupes volantes pour expliquer le mystère. En 1975, un bibliothécaire de l’université d’Arizona, Lawrence David Kusche, fait paraître le résultat de sa contre-enquête chez Harper & Row. Il explique l’ensemble des disparitions par des causes prosaïques : tempêtes, actes de piraterie, désorientation. Régulièrement (1987, 1991) la presse annonce que les avions du vol 19 ont été retrouvés ici ou là. Il s’agit toujours de fausses alertes. Selon Kusche, ils reposent en plein Atlantique, beaucoup plus au nord de la zone où on les a cherchés. De son côté, Charles Berlitz persiste et signe même un troisième ouvrage consacré à une zone mystérieuse située à la même latitude que le Triangle, mais dans la mer de Chine. Pour certains, il n’y a pas une ni deux zones mystérieuses, mais douze. L’ufologue espagnol Antonio Ribeira publie en 1977 un ouvrage consacré aux « douzes mystérieux triangles de la mort », répartis de façon régulière sur le planisphère.

17Besant, Annie (1847-1933) : Militante socialiste, amie de George Bernard Shaw, l’Anglaise Annie Besant a d’abord été active dans les courants de la Libre Pensée. Elle se convertit à la théosophie en 1885 à la lecture de la Doctrine secrète de Blavatsky qu’elle a reçu de l’auteur pour en écrire une recension. Elle devient rédacteur en chef adjoint de Lucifer, l’organe de la Société théosophique. En 1890, elle représente Helena P. Blavatsky aux États-Unis. À la mort de celle-ci, elle devient le deuxième personnage le plus important de la société après le colonel Henry Steel Olcott. Elle fait alors une tournée de conférences à travers les États-Unis, puis part en Inde pour y poursuivre, avec l’aide d’un excentrique nommé C.W. Leadbeater, l’œuvre de Blavatsky. Elle est à l’origine de la création de loges franc-maçonnes féminines en France en 1893. En 1907, elle prend la présidence de la Société théosophique. En 1908, elle découvre le jeune Krishnamurti qu’elle considère comme la réincarnation de Jésus et fonde l’Ordre de l’Étoile d’Orient qui dure vingt ans jusqu’à la démission de Krishnamurti. Partisane de l’indépendance de l’Inde, elle participe à l’émancipation des populations, et surtout des femmes, en créant des écoles.

18Blavatsky, Helena Petrovna (1831-1891) : Fondatrice en 1875, et en compagnie du colonel Henry Steel Olcott (1832-1907), de la Société théosophique. Blavatsky est née à Ekaterinoslav, en Russie, le 31 juillet 1831. Fille du colonel Peter Hahn, elle épouse à dix-sept ans le général Nicephore Blavatsky qu’elle quitte après quelques mois de vie commune. Elle connaît alors un parcours complexe à travers la Russie, l’Europe et le Moyen Orient. Elle exerce notamment un temps l’activité de médium en Égypte. Elle se fait connaître dans les cercles spirites américains dans les années 1870 et fonde la Société théosophique avec le colonel Olcott en 1875. En 1882 ils en installent le siège en Inde, à Adyar. Un rapport de la Society for Psychical Research publié fin 1884 livre les résultats d’une enquête conduite au sujet de divers phénomènes étranges produits par H.P. Blavatsky. Le rapport affirme que ces phénomènes sont le résultat de fraudes. Blavatsky rentre à Londres en 1885 et meurt en 1891. On lui doit, entre autres, deux volumineux ouvrages qui forment la base de la pensée théosophique, Isis dévoilée et la Doctrine secrète.

19Canseliet, Eugène (1899-1982) : Alchimiste français disciple du mystérieux Fulcanelli dont il a assuré la publication de l’œuvre. Né le 18 décembre 1899 à Sarcelles, Canseliet fait des études de beaux-arts à Marseille. Il lit Les Grands initiés d’Édouard Schuré et découvre l’alchimie à l’âge de treize ans à la lecture d’un exemplaire sur papier japon d’Hermès dévoilé de Cyliani réédité par la librairie Chacornac (1re édition 1832). Il se familiarise avec l’occultisme à la lecture de Papus, Stanislas de Guaita, et Fabre d’Olivet. C’est alors que, grâce à une disciple d’un guérisseur mystique très populaire, il est présenté, dit-il, à Fulcanelli. Celui-ci accueille l’adolescent mais les deux hommes ne se fréquenteront assidûment, aux dires de Canseliet, qu’à partir de 1916 et jusqu’en 1922. Fulcanelli lui présente Jean-Julien Champagne, fin connaisseur de l’alchimie et auteur des illustrations des livres de Fulcanelli. Il lui fait lire des ouvrages d’alchimie, à commencer par L’Alchimie et les alchimistes de Louis Figuier, le grand vulgarisateur scientifique du xixe siècle. En 1920, il entre à l’usine à gaz de Marseille et commence alors à pratiquer l’alchimie. Il assiste à une transmutation en 1922. Le reste de l’existence de Canseliet sera rythmé par les multiples rééditions des œuvres de Fulcanelli et par la publication de ses propres ouvrages chez Jean-Jacques Pauvert. Un ouvrage d’entretiens avec Robert Amadou paraît chez Pauvert en 1978.

20Carrouges, Michel (1910-1988) : Juriste, philosophe et compagnon de route des surréalistes. Auteur d’un ouvrage intitulé La Mystique du surhomme chez Gallimard (« Bibliothèque des Idées »), d’un autre consacré aux Machines célibataires (Chêne), Carrouges est aussi l’auteur d’un livre intitulé Les Apparitions de Martiens (Fayard, 1962), consacré aux soucoupes volantes, sujet sur lequel il écrira toute une série d’articles peu connus, parus principalement dans la revue belge Inforespace. Il est plus célèbre pour ses travaux sur Charles de Foucauld, sur les machines célibataires, ou encore sur le romancier américain H.P. Lovecraft.

21Castaneda, Carlos (1925-1998) : Étudiant à l’université de Californie dont la thèse fut à l’origine d’un phénomène éditorial et d’une controverse sans précédent à propos de l’univers chamanique des Indiens Yaqui. Castaneda prétend avoir été initié à la sorcellerie yaqui par un certain Don Juan. Lors de rituels au cours desquels il aurait fait usage de drogues, il aurait eu accès à des réalités différentes. Son premier livre a suscité des commentaires très contrastés dans les publications académiques (il fut même critiqué dans L’Homme au moment de sa parution en français) avant d’être vivement dénoncé par certains critiques et notamment aux États-Unis par Richard De Mille.

22Cayce, Edgar (1877-1945) : Médium américain surnommé le « prophète endormi ». Il livrait ses prophéties dans un état de transe proche du sommeil et établissait également ainsi des diagnostics médicaux. On lui attribue la prédiction de la crise de 1929. En 1934, une Association for Research and Enlightment est créée à Virginia Beach, en Virginie. Elle rassemble les textes de ses lectures, plus de quatorze mille. En 1936, il annonce sa résurrection pour l’an 2100. Après son décès en 1945, il va connaître un immense succès dans les années soixante-dix. De nombreux ouvrages lui sont consacrés et l’on revient sur certaines de ses prédictions qui se seraient réalisées. Ainsi, la découverte de structures englouties et apparemment manufacturées dans la région de Bimini à la fin des années soixante est interprétée comme la résurgence d’une partie de l’Atlantide évoquée dans des prédictions d’Edgar Cayce. Ses visions concernaient la fin du siècle et annonçaient des catastrophes, tremblements de terre et raz de marée qui devaient noyer certaines régions du globe et en faire émerger d’autres, comme la fameuse Atlantide.

23Charroux, Robert (1919-1978) : Pseudonyme de Robert Grugeau, auteur d’une série d’ouvrages chez Robert Laffont consacrés aux énigmes de l’archéologie et aux mystères en général. Après avoir publié un ouvrage consacré aux trésors du monde, chez Fayard, en 1962, Charroux fait paraître, chez Laffont, Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans, premier d’une série de sept ouvrages sur les grands mystères. Le succès de ses livres va conduire à la création de plusieurs Clubs Charroux réunissant des passionnés de mystères archéologiques. Ce que l’on sait moins, c’est qu’à la fin des années quarante Charroux était l’auteur, sous le pseudonyme de Saint-Saviol, de romans d’anticipation et de scénarios de bande dessinées.

24Coelho, Paolo (1947-....) : Né à Rio de Janeiro, Paolo Coelho fait ses études chez les jésuites. Face à son manque de discipline, son père le fait interner en hôpital psychiatrique. Le jeune homme continue de s’opposer aux projets familiaux qui prévoyaient qu’il devienne ingénieur et se fait hippie dans les années soixante. Il participe à un groupe de rock en tant que parolier au début des années soixante-dix. La dictature militaire le met en prison où il est soumis à la torture. Il simule la folie. Coelho raconte avoir eu une sorte de vision ou de révélation au cours d’une visite du camp de concentration de Dachau. Quelque temps plus tard, il aurait rencontré un homme dont il tait l’identité, qui l’aurait engagé dans la voie littéraire tout en le réconciliant avec le catholicisme. En France, on commence à vraiment entendre parler de Paolo Coelho au moment de la sortie, en 1994, de L’Alchimiste, une sorte de roman initiatique inspiré par une nouvelle de Jorge Luis Borges (le conte des deux rêveurs). À mi-chemin entre Le Petit Prince et Le Prophète de Kalil Gibran, le livre décrit la quête d’un jeune berger andalou parti chercher un secret enterré au pied des pyramides de Gizeh. C’est là, dans le désert, qu’il rencontre un mystérieux alchimiste…

25CoEvolution Quarterly : Revue fondée en 1974 par le biologiste Stewart Brand, également fondateur en 1972 du Whole Earth Catalog (un million et demi d’exemplaires vendus en 1972). En 1985, la revue a été rebaptisée Whole Earth Review, pour devenir tout simplement, plus tard, Whole Earth. À la croisée des chemins entre l’univers des nouvelles technologies californiennes, la révolution de la vie privée par ces technologies et le Nouvel Âge, la revue a publié des auteurs aussi différents que Lewis Munford, Gregory Bateson, Usula Le Guin, Ivan Illich, Lynn Margulis. Son projet était en gros de réunir les sciences, la philosophie et la spiritualité. Une version française de ce journal a été publiée au début des années quatre-vingt sous le titre CoEvolution.

26Contactés : Ce terme désigne des personnes qui se prétendent en contact, physique ou télépathique, avec des êtres extraterrestres venus sur terre en soucoupes volantes. Les premiers contactés sont apparus aux États-Unis en 1952. Le plus célèbre d’entre eux est l’Américain d’origine polonaise, George Adamski, qui prétendra avoir rencontré un Vénusien dans le désert de Californie le 20 novembre 1952, avant d’avoir voyagé à bord de soucoupes et de cigares volants (les vaisseaux-mères ancrés au-dessus de l’atmosphère terrestre d’où partent les soucoupes). Au sens large, le terme contacté peut s’appliquer à toute personne qui, même avant l’arrivée des soucoupes volantes, a prétendu être en contact avec des entités extraterrestres. Pendant la vogue du spiritisme, au tournant du siècle, des médiums ont ainsi raconté avoir reçu des messages de Martiens ou de Vénusiens.

27Cryptozoologie : Discipline créée par le zoologiste Bernard Heuvelmans (1915-2001), après la publication de son livre Sur la piste des bêtes ignorées en 1955. En 1948, un naturaliste américain un peu excentrique, Ivan Sanderson, publie un article dans le Saturday Evening Post intitulé « There Could Be Dinosaurs ». Un jeune zoologiste français, collectionneur de récits sur les animaux énigmatiques, Bernard Heuvelmans, lit l’article et, enthousiaste, écrit à son auteur. Une correspondance s’engage. En 1955, Heuvelmans publie donc un épais ouvrage en deux volumes intitulé Sur la piste des bêtes ignorées. À côté de vedettes comme l’ » abominable-homme-des-neiges » (dont Heuvelmans dit qu’il n’est pas abominable et qu’il ne vit pas dans la neige) ou encore le serpent de mer, son livre passe en revue une faune qui s’étend du Nittaewo, un homme sauvage de Ceylan, au lémurien géant de Madagascar en passant par le paresseux géant de Patagonie. L’ouvrage est un best-seller traduit dans de nombreux pays. Heuvelmans reçoit des courriers enthousiastes de savants renommés, comme le biologiste Jean Rostand ou le philosophe des sciences Gaston Bachelard. Le chercheur américain Loren Coleman, dans un hommage diffusé sur l’Internet, rappelle aussi que Heuvelmans se trouve à l’origine des grandes expéditions organisées dans les annés cinquante par le milliardaire américain Tom Slick pour chercher le yéti. Suivront, en 1958, un ouvrage sur le calmar géant et la pieuvre géante à l’existence controversée et, en 1965, un autre sur le serpent de mer où il recense méticuleusement les témoignages, procède à l’examen critique des indices, etc. Dans son ouvrage de référence, Heuvelmans se moque de l’argument avancé par le baron Cuvier au xviiie siècle selon lequel il ne fallait plus compter découvrir d’animaux de grande taille. Les deux siècles qui se sont écoulés depuis ont montré que Cuvier avait tort et Heuvelmans soupçonne non seulement que de nouvelles espèces restent à découvrir mais aussi que bon nombre de récits faisant état de créatures plus ou moins fantastiques comme le serpent de mer, le yéti ou le monstre du Loch Ness sont fondés en réalité. Après avoir répertorié et analysé les témoignages et les récits d’explorateurs, Heuvelmans dresse les portraits-robots de ces animaux. Dans Sur la piste des bêtes ignorées et dans les ouvrages qui suivront (Dans le sillage des monstres marins, 1958, Le Grand serpent de mer, 1965), il cite et rend hommage à ses prédécesseurs comme l’évèque norvégien Erik Pontopiddan (1698-1764), Constantin Rafinesque (1783-1840) ou Rupert Gould (1890-1948). Au cours des années qui suivent, Heuvelmans poursuit son travail d’encyclopédiste de la faune cachée. Il forme des disciples et, en 1982, est créée lors d’un colloque dans les locaux de la Smithsonian Institution, à Washington, l’International Society of Cryptozoology. L’ISC publie un journal, Cryptozoology, consacré aux énigmes du règne animal. Et des discussions s’engagent, notamment autour d’une question centrale : s’agit-il de cryptozoologie ou d’ethnozoologie ? Autrement dit, ces animaux, décrits mais le plus souvent introuvables, relèvent-ils de la biologie ou de la représentation que se font d’autres cultures d’êtres et de créatures plus ou moins fantastiques ?

28De Camp, Lyon Sprague (1907-2000) : Écrivain de science-fiction et auteur d’ouvrages de vulgarisation consacrés notamment à l’Atlantide et aux mystères de l’archéologie, écrits souvent en collaboration avec sa femme, Catherine Crook de Camp, ou avec l’ingénieur et pionnier de la conquête spatiale Willy Ley. Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en français chez Plon (De l’Atlantide à l’Eldorado) ou par les éditions Planète (Les Mystères de l’archéologie).

29Eliade, Mircea (1907-1986) : Historien des religions roumains, Eliade s’est beaucoup intéressé à l’occulte, mais il regrettait le scientisme qui imprégnait selon lui l’étude de ces questions à l’époque contemporaine. Il participa à un congrès sur la parapsychologie organisé par Robert Amadou à Royaumont en 1956. On lui doit aussi une étude sur la place de l’occulte dans le monde moderne et notamment au rôle joué par la revue Planète. Des travaux récents ont permis de documenter les liens, longtemps méconnus, entre Eliade et les courants idéologiques d’extrême droite des années trente en Roumanie.

30Encausse, Gérard (1865-1916) : Au départ médecin (il passe sa thèse en 1894), Gérard Encausse se tourne vers les sciences occultes après avoir lu l’œuvre de Louis Lucas et prend le nom de Papus, du nom du génie de la médecine dans le Nuctemeron d’Apollonius de Tyane. Il fréquente Stanislas de Guaita et Péladan avec lesquels il fonde le Suprême Conseil de la Rose-Croix kabbalistique. Il crée ensuite des loges où se réunissent les disciples de Louis-Claude de Saint-Martin et lance les revues L’Initiation et Le Voile d’Isis. En 1897, il fonde, avec Jollivet-Castelot et Sédir, l’École des sciences hermétiques. Sa réputation franchit les frontières et le tsar Nicolas II l’invite à animer des séances de spiritisme. Ambulancier pendant la Première Guerre mondiale, il décède en 1916 de la tuberculose. Il est l’auteur de plus de deux cent cinquante ouvrages.

31Esalen (Institut) : Fondé en 1962, à Big Sur, en Californie, par Mike Murphy et Richard Price, deux étudiants de l’université de Stanford marqués par la philosophie orientale. Murphy a passé plus d’un an dans l’ashram de Sri Aurobindo à Pondichéry, où il a reçu les enseignements de la « mère ». Cherchant à concilier les sciences les plus avancées et la spiritualité, à fonder un nouvel humanisme, et à opérer la synthèse de toutes les traditions culturelles, Esalen et ses fameuses sources chaudes, se veulent en quelque sorte un laboratoire de la conscience, destiné à explorer ce qu’Aldous Huxley, l’un de ses principaux inspirateurs, nommait le potentiel humain. Un laboratoire mais aussi un lieu d’enseignement (sous forme d’ateliers et de conférences), de réflexion, d’apprentissage de nouvelles techniques transformatives, et même de retraite. Toutes les nouvelles thérapies et psychotechniques s’y retrouvent. On y expérimentera en particulier, y compris à l’aide d’hallucinogènes, les moyens d’induire et de contrôler les états modifiés de conscience. Aldous Huxley, Arnold Toynbee, Carl Rogers, Paul Tillich, Carlos Castaneda, J. B. Rhine, Gregory Bateson, Abraham Maslow font partie des familiers du lieu.

32Ésotérisme : Terme forgé au début du xixe siècle pour désigner les enseignements secrets des philosophes antiques. L’historien Jean-Pierre Laurant nous apprend que le mot apparaît en 1828 chez Jacques Matter (17911864), historien et pasteur. On le retrouve chez Pierre Leroux où il désigne les idées de Pythagore. Il va prendre par la suite (1839) son sens de savoir transmis dans le cadre de sociétés secrètes par le biais de l’initiation. Le Dictionnaire universel de Lachâtre, paru en 1852, le définit ainsi : « Ensemble des principes d’une doctrine secrète communiqué seulement à des affiliés. »

33Ferguson, Marilyn (1938-....) : Née en 1938 dans le Colorado. Études universitaires à l’université du Colorado, puis à l’université de Californie à Los Angeles. Elle publie la Révolution du cerveau en 1973, aux États-Unis (l’ouvrage est traduit chez Calmann-Lévy en 1974). En 1975, elle lance le Brain / Mind Bulletin. Mais elle est surtout connue comme l’auteur de The Aquarian Conspiracy, paru en 1980 et traduit en français sous le titre Les Enfants du Verseau. À travers ce livre, Marilyn Ferguson a tout à la fois révélé et contribué à construire le mouvement qui s’est fait connaître sous le nom de Nouvel Âge. Marilyn Ferguson est membre de l’Association of Humanistic Psychology, de l’Association of Transpersonal Psychology et du bureau directeur de l’Institute of Noetic Sciences, une organisation fondée par l’ex-astronaute Edgar Mitchell.

34Fiction : Revue de science-fiction française fondée en 1953 par Maurice Renault. Le premier numéro de Fiction, version française de The Magazine of Fantasy and Science Fiction, paraît le 15 octobre 1953. Administrée par Maurice Renault, directeur des éditions Opta, déjà éditeur de Mystère Magazine (adaptation de Ellery Queen’s Mystery Magazine), la revue est tout d’abord sous-titrée « la revue littéraire de tous ceux qui s’intéressent à la fiction romanesque dans le domaine de l’étrange, du fantastique, du surnaturel, de l’anticipation scientifique », un sous-titre qui connaîtra bien des fluctuations témoignant des hésitations devant la nécessité de définir le genre littéraire (longtemps les chroniques parlent d’AS, pour anticipation scientifique, et non de SF). Parmi les piliers de la revue à ses débuts, on trouve : Jacques Bergier, Igor B. Maslowski, F. Hoda, Gérard Klein. On peut y lire des études de Jean-Jacques Bridenne, Jacques Van Herp, ou Pierre Versins sur l’histoire de la SF. Et la littérature de SF est loin d’être le seul genre abordé (« désintégré » disait-on à l’époque : la rubrique « livres » était titrée « Ici on désintègre »). Des ouvrages de vulgarisation scientifique sont souvent chroniqués ainsi que les ouvrages traitant de soucoupes volantes ou de « parasciences » (Atlantide) par un Jacques Bergier très rationaliste. Aussi, quelle ne fut pas la surprise de la rédaction, et notamment de Gérard Klein, de découvrir Le Matin des magiciens à la fin de 1960. Après avoir été accueilli favorablement dans les pages de Fiction, sur la foi de l’amitié pour Bergier, le livre sera dénoncé comme une « immense duperie » par Klein, une prise de position qui se soldera par le départ de Bergier.

35Si Fiction a permis, au même titre que les collections lancées par Denoël ou Gallimard, de faire connaître les auteurs de langue anglaise, elle a aussi révélé des talents français. Elle s’est également penchée sur le passé et a ressuscité des auteurs anciens comme José Moselli (La fin d’Illa) Rosny Aîné, ou Maurice Renard. Et, à côté de nouvelles et de romans de SF, elle a publié de nombreuses nouvelles fantastiques. La lecture de la revue illustre la longue lutte de cette culture pour sortir de sa marginalité. Au fur et à mesure que le genre se taille sa place dans le domaine littéraire, la critique évolue. Des auteurs jugés au début avec clémence, voire avec une franche sympathie, comme le romancier populaire Jimmy Guieu, seront au fil du temps et des révolutions du domaine, disqualifiés et rejetés dans les limbes de la SF populaire. Fiction a cessé de paraître au début des années 1990.

36Findhorn : La communauté de Findhorn a été fondée en 1962 par Peter et Eileen Caddy et Dorothy Maclean. Ils étaient venus s’installer en 1957 pour gérer l’hôtel Cluny Hill à Forres dans le nord-est de l’Écosse. Ils prétendirent avoir reçu des instructions de leur divinité intérieure pour s’acquitter de leur tâche. Quelques années plus tard, ils s’installèrent dans le village voisin de Findhorn où ils commencèrent, poussés par la nécessité, à se nourrir en faisant pousser des plantes. Malgré la nature des sols, les cultures se révélèrent être un succès, grâce au contact établi avec l’esprit des plantes selon les promoteurs du jardin de Findhorn. La rumeur fit le reste et les initiateurs du projet furent bientôt rejoints par d’autres, transformant le petit groupe en une communauté dévouée à la volonté de Dieu et à la vie en harmonie avec la nature. En 1967, Eileen publia God Spoke to Me, livre qui lança les presses de Findhorn. En 1970, l’arrivée de l’Américain David Sprangler marqua un tournant. Il définit les enseignements spirituels qui formèrent la base de la culture philosophique New Age de Findhorn. Une université de la Lumière fut lancée. Sprangler resta trois ans à Findhorn, publiant ses écrits visionnaires. La communauté de Findhorn est devenue, en 1972, la Fondation Findhorn et elle se définit comme « un centre international d’éducation spirituelle et de transformation personnelle ». En 1975, elle a racheté l’hôtel Cluny Hill des débuts pour accueillir les nouveaux membres, en nombre sans cesse croissant (trois cents au tournant des années soixante-dix et quatre-vingt). À la fin des années soixante-dix, un centre des arts, Universal Hall, fut construit. Installée au nord-est de l’Écosse, entre Inverness et Aberdeen, la fondation prend la forme d’une œuvre de charité et est reconnue par le Département de l’information publique des Nations unies comme une organisation non gouvernementale représentée lors de sessions à l’ONU. Les milliers de personnes qui sont passées par Findhorn ont exporté son enseignement, construisant un réseau mondial.

37La fondation enseigne l’idée que l’humanité est engagée dans un processus évolutionniste de la conscience et cherche à développer de nouvelles façons de vivre en accord avec des valeurs spirituelles, sans défendre aucune croyance ou dogme particuliers.

38Flammarion, Camille (1842-1925) : Célèbre astronome et vulgarisateur scientifique français, Flammarion s’est aussi beaucoup intéressé aux phénomènes métapsychiques. Né le 26 février 1842 à Montigny-le-Roi, il entre en 1858 comme élève-astronome à l’Observatoire de Paris, sous la direction de Le Verrier. En 1861, il découvre Le Livre des esprits d’Allan Kardec, le fondateur du spiritisme. Il entre en contact avec son auteur et assiste alors à de nombreuses séances de la société spirite, où il fait la connaissance de Victor Hugo. En 1862 paraît la première édition de son ouvrage fameux La Pluralité des mondes habités.

39Flammarion est-il un spirite ? Son opinion sur le sujet a beaucoup évolué. Dans ses mémoires, publiées en 1911, il explique qu’à l’hypothèse de l’intervention d’un esprit, il préfère penser que « la réunion des personnes assemblées crée, momentanément, une personnalité psychique qui les résume. C’est notre être subconscient, notre moi subliminal qui paraît agir ». Il exclue la fraude et reconnaît que « le problème reste fort complexe. Il y a là le témoignage de l’existence de forces psychiques inconnues. Nous vivons au milieu d’un monde invisible. Les ondes hertziennes se meuvent. La photographie met aujourd’hui en évidence des rayons obscurs pour nos yeux. Il y en a bien d’autres ».

40On se souvient donc de Flammarion comme astronome et moins comme métapsychiste, mais il est passé à la postérité surtout comme vulgarisateur. Cette image correspond-elle à la réalité ? La lecture des ses ouvrages comme Rêves étoilés, Excursions dans le ciel, Uranie, entraîne sur une autre piste. Ses hypothèses sur les voyages extatiques permettent de dire qu’il essaie moins de vulgariser que de proposer une autre vision de la science. Il regrette la disparition des penseurs au profit des administratifs en science et la maigre place de l’astronomie physique à côté de l’astronomie de calcul. « Pour moi […] la mission de l’astronomie n’était pas de s’arrêter à la mesure des positions des astres, mais devait s’élever jusqu’à l’étude de leur nature. » Il évoque le comportement de Le Verrier seulement intéressé par le calcul de la position des astres et qui, par exemple, ne chercha pas à voir Uranus de ses yeux. La métapsychique peut apparaître dans ce contexte non pas comme un glissement hors de la science mais au contraire comme l’étape suivante vers une astronomie encore plus proche de la réalité qu’elle étudie.

41Fort, Charles (1874-1932) : Après avoir exercé quelque temps la profession de journaliste, l’Américain Charles Fort publie au début du siècle quatre ouvrages (The Book of the Damned, Lo !, Wild Talents et New Lands) dans lesquels il recueille des milliers de faits, qui vont des pluies de sang ou de grenouilles aux phénomènes aériens non identifiés en passant par les serpents de mer, les phénomènes psychiques et les disparitions mystérieuses. Une bonne partie de ces faits proviennent des rubriques consacrées aux comptes rendus d’observations de phénomènes insolites que l’on trouvait jusqu’au début du siècle dans les revues scientifiques comme Nature ou Scientific American.

42Fort conteste à la science le droit de se débarrasser de ces faits et leur rend leur statut de curiosités, au sens des cabinets de curiosités, insistant sur leur caractère unique et invoquant une possible intelligence extrahumaine à l’œuvre. Les écrivains de science-fiction puiseront dans Fort des intrigues de nombreux romans. La stratégie de Fort consiste à prendre la science à son propre jeu lorsqu’elle affiche en public sa passion pour la recherche de la vérité. Fort accumule toujours plus de faits et montre que la science ne fonctionne pas comme on le dit, qu’elle ignore les anomalies qui gênent la constitution des savoirs et des réseaux scientifiques. La démarche de Fort est ironique : il singe le discours de certains scientifiques mais sans essayer de mettre en place une suprascience, ou une parascience. Aussi, lorsque certains de ses lecteurs enthousiastes décident au début des années trente de fonder une Fortean Society, Fort refuse d’en assurer la présidence.

43Fulcanelli (1841 ?-1923 ?) : Alchimiste qui, aux dires de Canseliet, aurait réalisé le grand-œuvre. Personnage mystérieux, non identifié, auteur d’ouvrages sur l’alchimie publiés sous la responsabilité de son disciple Eugène Canseliet. L’identité réelle de Fulcanelli demeure à ce jour un mystère. Diverses hypothèses ont été proposées : le nom de Fulcanelli aurait caché l’écrivain J.-H. Rosny Aîné ou l’illustrateur de ses livres, Jean-Julien Champagne, selon Robert Ambelain. Les rares détails que l’on possède sur cet homme proviennent du témoignage de Canseliet qui prétend avoir été initié à l’alchimie par Fulcanelli. À l’en croire, Fulcanelli était un ami des Curie, qui auraient pratiqué l’alchimie eux aussi, et de Ferdinand de Lesseps. En 1919, Fulcanelli déclara à Canseliet avoir quatre-vingts ans. Il serait donc né en 1839. Mais Canseliet assure l’avoir revu en 1952 alors que l’homme devait avoir cent treize ans. Fulcanelli appartiendrait à une société secrète regroupant des « individus qui vivent sur un autre plan que le nôtre », une mystérieuse « Fraternité d’Héliopolis ».

44En 1923, Fulcanelli aurait remis à Canseliet des notes qui permirent à celui-ci de rédiger les ouvrages signés Fulcanelli. C’est ce qui a fait dire à certains, qui ont reconnu son style, que Fulcanelli et Canseliet ne faisaient qu’un. Jacques Bergier prétendait avoir rencontré cet homme mystérieux.

45Gallet, Georges-Hilaire (1902-....) : Journaliste et éditeur passionné de science-fiction. Ami de Jacques Bergier, Gallet est l’un des plus anciens amateurs de science-fiction en France. Sans doute le premier Français à lire les pulps américains de science-fiction et à entrer en contact avec d’éminents membres du fandom américain comme Forrest J. Ackerman, Gallet est à l’origine d’une des toutes premières collections de romans de SF (« Le rayon fantastique » chez Hachette, lancé en juin 1951). Dans les années soixante-dix il a dirigé la collection « Les chemins de l’impossible » chez Albin Michel, avec Bergier.

46Gardner, Martin (1914-…) : Né le 21 octobre 1914 dans l’Oklahoma, Martin Gardner a fait ses études à l’université de Chicago où il a obtenu son diplôme en 1936. Très connu pour ses récréations mathématiques publiées dans le magazine Scientific American, Martin Gardner est aussi un grand pourfendeur de « parasciences ». On lui doit un célèbre ouvrage sur le sujet, In the Name of Science (1952), réédité sous le titre Fads and Fallacies In the Name of Science (tr. fr. Les Magiciens démasqués, 1966). L’un des membres fondateurs du CSICOP, il a tenu, entre 1983 et 2002, une rubrique intitulée « Notes of a Fringe Watcher » dans l’organe de cette société, le Skeptical Inquirer. La plupart de ces chroniques ont été réunies dans plusieurs volumes. Il a aussi écrit des analyses détaillées d’ouvrages consacrés aux « pseudosciences » pour des revues comme New York Review of Books.

47Gattefossé, Jean : Ingénieur-chimiste, botaniste, Jean Gattefossé vivait à Casablanca, au Maroc. En 1931, il devient membre de la Société météorologique de France. Membre de la société des amis d’Atlantis fondée par Paul Le Cour, Jean Gattefossé est surtout connu comme auteur d’une bibliographie, publiée en 1924, consacrée aux ouvrages et articles parus sur le thème de l’Atlantide. Au début des années cinquante, il devient correspondant général pour le Maroc du groupe soucoupiste Ouranos, fondé par Marc Thirouin, disciple de Paul Le Cour.

48Gauquelin, Michel (1928-1991) : Psychologue et statisticien français auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’astrologie. Au cours de recherches destinées à réfuter les affirmations des astrologues des années trente, comme Krafft, Gauquelin met en évidence une série d’anomalies, notamment l’effet Mars : certaines catégories de personnes, notamment les sportifs, auraient significativement plus que les autres Mars dans leur ciel de naissance. Ces travaux ont donné lieu à l’une des plus intéressantes controverses « parascientifique » des années soixante-dix et quatre-vingt. Celle-ci produira un schisme au sein d’un des principaux groupes rationalistes, le CSICOP (Committee for the Scientific Investigation of Claims of Paranormal) américain : affirmant que la démarche scientifique permet de faire taire les objections des néoastrologues comme Gauquelin, les sceptiques du CSICOP proposent un défiau Français sous la forme d’un test statistique qui serait appliqué à ses recherches et permettrait de trancher le débat une fois pour toutes. Gauquelin accepte. Mais les rationalistes américains découvrent alors qu’il y a un fossé entre leur vision de la science et sa mise en pratique : le test du CSICOP n’invalide pas les travaux de Gauquelin. Ce dernier ne manque pas de se servir d’un tel argument. Face à ces résultats, une partie de la hiérarchie du CSICOP, fortement embarrassée de devoir reconnaître que son test n’est pas aussi efficace qu’elle l’avait cru tout d’abord et son modèle du fonctionnement de la science inopérante, tente d’étouffer l’affaire, ce qui provoque une scission au sein du groupe, certains n’acceptant pas la censure que tentent d’exercer leurs collègues. Une controverse s’engage, marquée par une série de démissions et d’exclusions, avant que le groupe ne reconnaisse que sa vision du travail scientifique, quelque peu simpliste, ne correspondait pas vraiment à la réalité. En 1999, le CSICOP publie le résultat de nouvelles analyses réalisées par un comité français proche de l’Union rationaliste. Cette fois, les résultats semblent montrer clairement que les résultats de Gauquelin s’expliquent par une sélection des données (les listes de champions ou de savants destinées à tester l’effet Mars). Mais, entre-temps, Michel Gauquelin est décédé et l’on peut légitimement se demander si les résultats auraient été aussi convaincants s’il avait été toujours là. La controverse a disparu faute de combattants.

49GERP : Groupe d’études et de recherches en parapsychologie créé au début des années soixante-dix par des étudiants de la faculté de Nanterre qui avaient manifesté leur intérêt pour la création d’une UV de parapsychologie. Le GERP a représenté l’émergence d’une nouvelle pensée dans ce domaine, prenant en compte d’autres façons de considérer le travail scientifique. On notera ainsi que la revue et le bulletin du GERP ont été sans doute parmi les toutes premières publications en France à signaler l’émergence d’une nouvelle sociologie et histoire des sciences, dans la mouvance des travaux de Thomas Kuhn.

Gestalt Therapy : Voir Perls, Fritz.

50Gnose : Le mot gnose dérive d’un mot grec gnôsis qui signifie connaissance. Il renvoie non à une connaissance de type philosophique ou scientifique, mais à la connaissance de Dieu et de la divinité. Par extension le terme de gnose entraîne l’idée d’un sens derrière la réalité apparente. L’idée de gnose évoque souvent les mouvements gnostiques, courants de pensée chrétiens du Ier siècle qui se présentent comme porteurs d’une révélation permettant une interprétation des textes sacrés. Le gnosticisme sera combattu comme une hérésie par les pères de l’Église. Divers courants gnostiques ont traversé l’histoire, mais, dans l’ésotérisme contemporain qui s’est répandu dans les années soixante, la terme de gnose est souvent associé à l’idée d’une interprétation gnostique du savoir scientifique, d’une vision gnostique de la réalité décrite par la science. Autrement dit, le monde ne serait pas le résultat du hasard et les lois scientifiques n’épuiseraient pas sa description. Le livre du philosophe Raymond Ruyer, la Gnose de Princeton (1974), occupe une place centrale dans la notion contemporaine de gnose en prétendant dévoiler l’existence, au sein de la recherche scientifique de pointe (Princeton !), d’un courant concluant que le monde a un sens. Cette gnose s’oppose très directement à la vision rationaliste de la connaissance qui a marqué la recherche depuis la fin de la guerre et qui s’est souvent imposée comme la philosophie « officielle » de la démarche scientifique. À l’opposé de ce rationalisme, les partisans d’une vision gnostique considèrent que l’univers a un sens. À la suite du livre de Ruyer, un colloque comme celui de Cordoue, organisé par France-Culture en 1979, a été perçu par les porte-parole du rationalisme comme une tentative pour rétablir l’idée que derrière la description des phénomènes scientifiques et tout particulièrement derrière les connaissances de l’astrophysique ou de la biologie, il y avait un sens à retrouver. Le monde n’est pas le résultat du hasard, mais correspond à un plan. Au-delà de l’ouvrage de Ruyer, l’immense succès remporté à la fin des années soixante-dix par le livre de l’astrophysicien Hubert Reeves (un des participants du colloque de Cordoue), Patience dans l’azur, témoigne aussi de l’interrogation selon laquelle les lois scientifiques n’épuisent peut-être pas la description de la réalité cosmologique.

51Golden Dawn : Société secrète fondée en 1887 par des membres de la Societas Rosicruciana in Anglia : un médecin, Wynn Westcott (18481925), un excentrique nommé Samuel L. Mathers (1854-1918) et William R. Woodman (1828-1891), médecin et écrivain maçonnique. Aux alentours de 1900, l’ordre regroupait quelques centaines de membres parmi lesquels ont trouvait William B. Yeats, Arthur Machen, l’astronome royal d’Écosse, Peck, Algernon Blackwood, Bram Stocker, ou encore Sax Rohmer. La Golden Dawn a aussi été marquée par la personnalité du mage Aleister Crowley (1875-1945), qui s’y inscrivit en 1898 et la quitta en 1900 pour fonder une autre société secrète.

52Guénon, René (1886-1951) : Né à Blois d’une famille bourgeoise catholique pratiquante, le jeune René Guénon suit un enseignement religieux à l’école Notre-Dame des Aydes. Élève brillant, il quitte cette école en novembre 1901 à la suite d’un incident à propos d’une copie de français qui le fait classer deuxième. Il obtient son bac de lettres Philosophie avec mention Assez bien en 1903 et vient poursuivre des études de mathématiques à Paris. Mais il se tourne bientôt vers les études spirituelles. Il entre dans l’Ordre martiniste de Papus, devient membre de l’Église gnostique fondée par Fabre des Essarts, et il fondera même un « Ordre du Temple ». Il finit par se persuader que ces sociétés initiatiques ne détiennent aucun véritable enseignement traditionnel et s’en écarte. Il entre alors au sein de la franc-maçonnerie (au sein de la loge Thebah, rattachée à la Grande Loge de France) dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale. Mais l’occultisme parisien le déçoit. Il écrira même deux ouvrages pour dénoncer deux courants occultistes alors très en vogue, le spiritisme et la théosophie de Helena Blavatsky. Guénon se tourne vers l’ésotérisme traditionnel. Il fait la connaissance de deux personnes qui auront une influence déterminante sur la suite de sa vie. Tout d’abord Louis Champrenaud (1870-1925) qui, après avoir été membre de l’Ordre martiniste de Papus se convertit à l’islam et prit le nom de Abdul Haqq (le serviteur de vérité) ; ensuite le comte Albert de Pouvourville (1862-1939), initié au taoïsme (où il prit le nom de Matgoï, « œil du jour » ou soleil en Chinois). En 1912, Guénon est initié au soufisme par le cheikh Abder-Rahman Elish el-Kebir el-Alim el-Malki el-Maghribi. En 1925, il devient directeur de la revue Le Voile d’Isis, publiée par Paul Chacornac. La revue devient en 1935 Les Études traditionnelles. En 1930, il s’installe au Caire où il passe le reste de sa vie dans un dénuement quasi total. René Guénon meurt le 7 janvier 1951.

53Guérin, Pierre (1926-2000) : Astrophysicien français, chercheur à l’Institut d’astrophysique de Paris, Pierre Guérin s’est intéressé, à partir du début des années cinquante, aux soucoupes volantes qu’il considérait comme la manifestation d’un intelligence d’origine extraterrestre. Il est un des premiers scientifiques français à avoir osé dire publiquement son intérêt pour ce sujet. On lui doit notamment un article retentissant dans le mensuel Science et Avenir en 1972.

54Gurdjieff, Georges Ivanovitch (1872 / 77-1949) : Mage né en Arménie russe à une date débattue (1872, 1873, 1877), qui a mené, selon ses dires, une vie errante à travers l’Orient à la recherche d’enseignements initiatiques. Il créé une communauté à Fontainebleau-sur-Avon en 1923 (il revend le domaine en 1933) et l’on croise alors, au sein du groupe qu’il réunit, de nombreuses personnalités notamment issues des milieux artistiques (Katherine Mansfield, René Daumal, etc.). Il a écrit notamment deux ouvrages : Rencontres avec des hommes remarquables et Récits de Belzébuth à son petit-fils.

Heuvelmans, Bernard : Voir Cryptozoologie.

55Hörbiger, Hanns (1860-1931) : Théoricien excentrique autrichien qui prétendait que la Lune était un astre de glace qui avait été précédé de plusieurs autres satellites qui s’étaient écroulés successivement sur la Terre. Dans Le Matin des magiciens, Pauwels et Bergier ont prétendu que Hitler était un disciple de Hörbiger et que les nazis avaient adopté ses théories officiellement. La réalité est plus nuancée. S’il semble incontestable que Hitler ait manifesté un certain intérêt pour le théoricien excentrique, il est tout aussi vrai que ce dernier n’est pas devenu un héros de la science nazie.

56Hutin, Serge (1929-1997) : Serge Hutin est connu du public grâce – ou à cause ? – de la série de livres qu’il a fait paraître, notamment dans la collection « L’aventure mystérieuse », chez J’ai Lu, et par les nombreux articles publiés dans les diverses revues ésotériques connues de nos kiosques au cours des années soixante et soixante-dix. Serge Hutin avait commencé par une thèse, sous la direction d’Alexandre Koyré, à l’École pratique des hautes études, et il collaborait à la revue ésotérique de haute tenue La Tour Saint-Jacques, créée par Robert Amadou en 1955. Serge Hutin avait consacré une partie de sa thèse aux disciples anglais de Jacob Boehme, ouvrage débordant de notes érudites paru dans la collection « La Tour Saint-Jacques » chez Denoël. Débuts prometteurs. Et puis, c’est du moins l’hypothèse qui vient à l’esprit, Le Matin des magiciens est paru chez Gallimard. Une tempête d’occultisme et de « parascience » a alors soufflé sur la France. À peine les rotatives de Gallimard avaient-elles cessé de tourner que l’on voyait paraître chez d’autres éditeurs une série de livres sur les civilisations inconnues, les initiateurs extraterrestres, etc., écrits à n’en pas douter par des gens qui se préoccupaient de ces choses bien avant Pauwels mais qui n’avaient ni son entregent ni son style pour pouvoir paraître dans la « collection blanche ». Parmi ces auteurs, on trouvait Serge Hutin qui passe brusquement des disciples du mystique allemand aux Civilisations inconnues et aux Voyages vers ailleurs, tous deux publiés chez Fayard. À partir de ce moment Hutin va publier de moins en moins de travaux académiques et de plus en plus d’essais où affleure le mystère bon marché. Tant de choses qu’une bibliographie semble, de l’avis de ceux qui l’ont connu, une tâche surhumaine. À côté de ces publications hâtives, on va retrouver Hutin dans le sillage de groupes initiatiques comme l’Ordre rosicrucien. Et pourtant, malgré tout ce qu’il a publié, il ne s’est jamais enrichi. Les témoignages de ses amis le décrivent comme un homme très bon et à l’esprit marchand bien peu développé. Serge Hutin est mort dans la misère en 1997.

57Intraterrestres : À côté de l’idée selon laquelle nous serions visités par des extraterrestres (les ovnis), à côté de l’idée selon laquelle notre civilisation aurait été précédée par d’autres, aujourd’hui englouties (Atlantide, Mu), on trouve celle selon laquelle existent sous la Terre des bases cachées installées par les descendants de ces civilisations antiques ou extraterrestres. Cette thèse provient de l’idée selon laquelle la Terre est creuse et habitée à l’intérieur. Cette théorie, popularisée par Jules Verne, Edgar Poe et Edgar Rice Burroughs, a aussi été défendue sérieusement par certains auteurs. La théorie fut proposée par Edmund Halley à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle. À l’époque, c’était une théorie acceptée. Devenue marginale elle a été reprise par divers auteurs à partir du début du xixe siècle. Dans les années soixante, cette thèse s’est trouvée mêlée à celle de l’existence d’autres plans de réalité (comme dans la théosophie), de l’Agartha, etc.

58Kadath : Revue belge consacrée à l’archéologie parallèle, fondée en 1973. Voici comment la revue présente son programme dans le premier numéro :

« Dans l’œuvre de H.P. Lovecraft, Kadath est la cité légendaire des Grands Anciens, symbole de l’origine des civilisations. La revue Kadath est la première revue d’archéologie parallèle, domaine où, jusqu’à présent, la mystification a côtoyé les recherches les plus sérieuses. Kadath se veut à la fois revue d’actualité, tribune libre et encyclopédie, à laquelle le lecteur pourra se référer utilement. Soucieuse d’objectivité, elle veut faire le point sur toutes les énigmes de l’archéologie en ne retenant que des faits rigoureusement vérifiés et en ouvrant ses colonnes aux auteurs qui, pour appuyer leurs théories, ne se basent que sur des documents irréfutables. »

59Kadath se rattache au programme défini dans Le Matin des magiciens. Elle se sépare par contre d’auteurs jugés peu sérieux comme Robert Charroux ou Erich von Däniken. Elle entre aussi en controverse avec des archéologues rationalistes comme Jean-Pierre Adam, qui accuse ses rédacteurs d’être d’extrême droite. Au fil des ans, la revue évolue et abandonne peu à peu les thèses sur les paléovisites ou les thèses d’archéologie fantastique pour se rapprocher des travaux dans le domaine de l’archéoastronomie, une discipline qui a entre-temps acquis ses lettres de noblesse. Kadath a publié son numéro 100 en 2005.

60Voir : Archéoastronomie.

61Kabbale : Le mot kabbale vient d’un mot hébreu, qabbalah, qui signifie tradition. C’est avant tout une technique de lecture et d’interprétation de l’ancien testament dont le but est de comprendre le mystère de la Création. D’origine divine, cette tradition aurait été enseignée à Adam par l’ange Raziel sur ordre de Dieu, après qu’il ait été chassé du paradis. Moïse aurait reçu lui aussi cette tradition sur le mont Sinaï au moment où Dieu lui remit les tables de la loi. Elle aurait depuis lors fait l’objet d’une transmission orale. La kabbale dérive en fait de la tradition du commentaire de la Torah (formée par les livres du Pentateuque) et du Talmud, et elle s’est construite en plusieurs étapes. Son apparition a été précédée par la rédaction du Sepher Yetzirah (livre de la création) entre le iie et le vie siècle. Le premier véritable exposé de la kabbale apparaît au moment de la compilation du Bahir au xiie siècle. Puis au xiiie siècle, apparaît la compilation du Sepher ha Zohar, le Livre de la splendeur, l’ouvrage le plus important de la kabbale juive. Le but poursuivi par le kabbaliste est de retrouver sous la version écrite de la Torah, la Torah éternelle, autrement dit une connaissance qui précède la Création et qui aurait été remise par Dieu aux anges. En commettant le péché, Adam a empêché les lettres de la Torah, à l’origine en désordre, d’être placées dans le bon ordre. À la fin du xve siècle, les grands textes juifs sont traduits et la kabbale fait l’objet d’une interprétation chrétienne. L’initiateur de ce courant est Jean Pic de la Mirandole (1463-1494). Il désire comprendre l’Ancien Testament et chercher des preuves de la validité de la foi chrétienne. L’expulsion des juifs d’Espagne, en 1492, fait que l’enseignement de la kabbale se répand notamment en Italie. Les autres acteurs importants de cette kabbale chrétienne sont l’Allemand Jean Reuchlin (1455-1522), auteur notamment du De arte cabalistica (1517), ou le Français Guillaume Postel (1510-1581) auquel on doit une traduction du Zohar et du Sepher Yetzirah. La kabbale chrétienne s’oriente alors vers la philosophie occulte. Certaines techniques respiratoires ouvrent la porte à l’idée de pratiques incantatoires et à celle de l’acquisition de pouvoirs magiques. Le symbolisme kabbalistique se transforme alors en un langage magique. Henri-Corneille Agrippa propose une synthèse entre kabbale et philosophie occulte dans son De Occulta Philosophia (1533).

62Kanters, Robert (1910-1985) : Titulaire d’une licence de philosophie, Robert Kanters exerce un temps le métier d’enseignant et celui de précepteur. Il fait la connaissance des milieux artistiques et littéraires (Gaston Gallimard, Camus, Sartre, etc.) sous l’Occupation et à la Libération. En 1949, René Julliard lui confie la Gazette des Lettres et il participe aux réunions de rédaction de La Table ronde. En 1953, il prend la direction littéraire des éditions Denoël. Il crée alors la collection « Présence du Futur » chez cet éditeur. Il rédige aussi un feuilleton littéraire pour Le Figaro et une critique théâtrale à L’Express. Il a participé à l’émission « Le masque et la plume ». Pour ce qui nous occupe, Robert Kanters est resté célèbre pour avoir créé, en mars 1954, la collection de science-fiction « Présence du futur » chez Denoël, qui a révélé au public français des auteurs aussi prestigieux que Ray Bradbury, l’auteur des Chroniques martiennes, ou Howard Phillips Lovecraft. Il déclarera pourtant, au soir de sa vie, son absence d’intérêt pour cette science-fiction ! En dehors de la SF, sa collaboration avec Amadou, avec lequel il publie une anthologie de l’occultisme, témoigne de son intérêt pour l’occultisme qu’il contribuera à diffuser au sein des milieux littéraires.

63Krishnamurti (1895-1986) : Philosophe indien. Krishnamurti est découvert par Annie Besant alors qu’il est enfant. La présidente de la Société théosophique est persuadée qu’il est le nouveau messie et organise autour de lui un Ordre de l’Étoile d’Orient. Mais les plans de la théosophe sont déjoués par le jeune homme qui refuse d’être ainsi placé sur un piédestal et rejette les projets que l’on forge pour lui. Dès lors, il commence à délivrer un enseignement en refusant tout statut de gourou ou de maître, suscitant le respect de nombreux intellectuels, philosophes et scientifiques (on se souvient de ses liens avec David Bohm). En France, c’est notamment un ingénieur, ancien officier devenu objecteur de conscience au moment de la guerre, René Fouéré, qui fera connaître la pensée de Krishnamurti à travers plusieurs livres et de nombreux articles.

64Le Cour, Paul (1871-1954) : Paul Le Cour commence par s’intéresser à la métapsychique. En 1925, il publie une série d’articles dans le Mercure de France sur l’Atlantide, sujet alors populaire. L’année précédente, Roger Devigne a fait paraître un livre proposant la création d’un institut d’étude atlantidien. Le Cour propose à Devigne de créer ensemble cet institut, mais à l’adjectif atlantidien il préfère atlantéen. L’association s’appelle donc Société d’études atlantéennes et Devigne se voit offrir le poste de président. Contrairement au président, Le Cour s’intéresse moins à l’idée de fournir la preuve archéologique de l’existence du continent disparu qu’à en redécouvrir la philosophie et à en faire revivre les traditions. Pour retrouver cette culture, il s’appuie sur des comparaisons linguistiques et sur l’histoire des civilisations du pourtour atlantique. Il publie, en 1927, une version remaniée de certains de ses articles au Mercure de France sous le titre À la recherche d’un monde perdu, l’Atlantide et ses traditions (qui est réédité en 1931). Paul Le Cour est surtout très connu à cause de son livre L’Ère du Verseau, paru en 1937 et constamment réédité depuis. Dans les milieux ésotéristes, Paul Le Cour est vivement critiqué par René Guénon et les deux hommes conserveront l’un pour l’autre une vive antipathie. Autre œuvre de Paul le Cour, la revue Atlantis dont le premier numéro est paru en 1927, après la rupture avec Devigne, et qui paraît encore aujourd’hui.

65Le Lionnais, François (1901-1984) : Spécialiste français de l’histoire des mathématiques, à la fois proche de l’Oulipo et de l’Union rationaliste et cheville ouvrière de l’Association des écrivains scientifiques. Farouchement opposé aux « pseudosciences », Le Lionnais est aussi un ami proche de Jacques Bergier avec lequel il collabore souvent jusqu’à la publication du Matin des magiciens en 1960. Le Lionnais proposera alors d’exclure de l’Association des écrivains scientifiques de France Jacques Bergier et quiconque a témoigné le moindre intérêt pour ce qu’il considère comme des fausses sciences. On lui doit toute une série d’entrées dans le Dictionnaire rationaliste publié en 1965. Il participe, en 1969, à un « Dossier de l’écran » sur les soucoupes volantes.

66Leslie, Desmond (1921-2001) : Desmond Leslie fait ses études au Ampleforth College de York et au Trinity College de Dublin. Pendant son service militaire, il sert dans le Fighter Command de la Royal Air Force, Glaslough, Irlande. Passionné d’occultisme et de théosophie, il devient mondialement connu avec la parution, en 1953, de Flying Saucers Have Landed qu’il cosigne avec un Californien du nom de George Adamski. Celui-ci prétend avoir rencontré un Vénusien dans le désert de Californie fin 1952. Leslie avait proposé un ouvrage sur les ovnis (à base de théosophie et de mythes réinterprétés à la lueur de visites d’extraterrestres dans le passé) à différents éditeurs qui l’avaient tous refusé. Lorsqu’il entend parler du contact d’Adamski et des photos que ce dernier prétend avoir prises d’un engin vénusien, il lui écrit pour lui demander s’il peut utiliser ses photos de soucoupes. Adamski envoie les photos. Mais il ne s’en tient pas là. Peu après, Adamski envoie le récit de son aventure à Leslie, en lui demandant s’il connaît un éditeur intéressé. Entre-temps, le manuscrit de Leslie est accepté par Waveney Girvan qui compte le publier chez Werner Laurie. Décision est prise d’une publication commune : le récit d’Adamski suivra le texte de Leslie. Leslie est l’auteur des vingt premiers chapitres, un historique des soucoupes qui remonte loin dans le temps en puisant dans les écrits d’occultistes et de théosophes. Les trois chapitres suivants sont le récit d’Adamski, relatant sa rencontre du 12 novembre 1952 avec un Vénusien dans le désert de Californie. Adamski et Leslie ne se sont à ce moment encore jamais vus. Le livre, en raison du récit d’Adamski, est un best-seller. Il est traduit en français en 1954, aux éditions de La Colombe.

67Desmond Leslie a longtemps partagé son temps entre le Royaume-Uni et le sud-est de la France où il passait de longs séjours.

68Lévi, Éliphas (Alphonse Louis Constant, dit) (1810-1875) : Alphonse Louis Constant, fils d’un cordonnier pauvre, a suivi le séminaire de Saint-Sulpice d’où il est sorti diacre. Mais en 1836, épris d’une jeune femme, il proclame publiquement son amour pour elle et refuse le sacerdoce (cet épisode aurait provoqué le suicide de sa mère). Il se mêle alors à la vie littéraire, tout particulièrement aux milieux romantiques, et aux débats qui agitent l’époque. En 1839, il publie La Bible de la liberté, qui donne une interprétation révolutionnaire de la Bible. Il est condamné à huit mois de prison. C’est là qu’il découvre la pensée de Swedenborg. La publication en 1844 de La Mère de Dieu, épopée religieuse et humanitaire, une épopée visionnaire, achève de consommer sa rupture avec l’Église. Il se marie en 1846, mais divorce peu après. Trois ans plus tard, il collabore avec l’abbé Migne pour lequel il rédige un Dictionnaire de littérature chrétienne dans lequel il parle beaucoup de lui. Après 1851 il se tourne vers l’occultisme et c’est cette seconde vie qui l’a véritablement fait passer à la postérité. En 1853 il prend son nouveau nom d’Éliphas Lévi. Entre 1854 (année où il fait la connaissance à Londres de Bulwer Lytton avec lequel il s’entretient sur l’existence des esprits) et 1856 il fait paraître son œuvre principale, Le Dogme et rituel de haute magie, suivi, en 1859, par son Histoire de la magie. Les milieux ésotéristes se tournent vers lui. En 1861, c’est la Clé des grands mystères. Son œuvre marque un attachement à la théosophie et à la philosophie de la nature. Il s’oppose au dualisme impliqué par le spiritisme. Il s’intéresse plus aux anges et aux esprits qu’à l’évocation des morts. Dans son œuvre, il popularise le terme d’occultisme. Il meurt en 1875 en laissant un ouvrage inachevé, Le Grand arcane. Terminé et publié par Papus et Chamuel, ce livre fait de lui le père de l’occultisme moderne.

69Ley, Willy (1906-1969) : Zoologiste de formation, Willy Ley se passionne très tôt pour la conquête spatiale. Il est l’un des fondateurs de l’une des toutes premières sociétés d’astronautique, la VfR allemande organisée autour de la personnalité de Hermann Oberth et au sein de laquelle on trouvait aussi le jeune Wernher von Braun, inventeur des V2 et futur organisateur du programme spatial américain. Au moment de la montée du nazisme, Ley part pour les États-Unis où il devient un grand vulgarisateur scientifique. Il écrit de nombreux ouvrages sur la conquête spatiale.

70On lui doit aussi des ouvrages consacrés à la cryptologie et à d’autres énigmes scientifiques comme celle de l’Atlantide et des continents disparus.

71Lhote, Henri (1903-1991) : Explorateur français qui a révélé au public et au monde savant les peintures rupestres du plateau du Tassili dans le Sahara. Ces peintures feront l’objet d’une grande exposition à Paris, en 1957, et d’un livre chez Arthaud. Certaines de ses peintures seront à l’origine de spéculations sur la visite d’extraterrestres civilisateurs dans le passé. En effet, face à certaines figures imposantes, Lhote avait employé l’expression de « grands dieux martiens », que certains auteurs prendront au premier degré. Les peintures du Tassili avaient, dans un premier temps, été découvertes par un explorateur nommé Brenans qui s’intéressait à l’hypothèse de l’origine saharienne de l’Atlantide.

72Martin, Charles-Noël (1923-....) : Physicien nucléaire français devenu vulgarisateur scientifique. Il a écrit dans les années soixante pour des revues comme Science & Vie ou Planète et publié de nombreux ouvrages, notamment dans le cadre de L’Encyclopédie Planète. Charles-Noël Martin est aussi traducteur et on lui doit une nouvelle traduction des Romans martiens de Edgar Rice Burroughs.

73Maslow, Abraham (1908-1970) : Psychologue américain, Abraham Maslow est l’un des fondateurs de la psychologie humaniste. Il est surtout connu pour sa théorisation d’une hiérarchie des besoins de l’homme, une pyramide allant des besoins physiologiques à la base, jusqu’à l’accomplissement de soi au sommet, les besoins supérieurs ne pouvant s’exprimer que lorsque les niveaux inférieurs sont satisfaits. En d’autres termes, celui qui doit lutter pour assurer sa survie (besoin physiologique) ne saurait se préoccuper de ce que les autres pensent de lui (besoin d’estime). Ce système simpliste, qui place la réalisation de soi comme but ultime de toute vie, est devenu une véritable référence en marketing ou management. Bien que sévèrement critiqué par ailleurs (comme l’un des promoteurs du narcissisme qui caractérisait la pensée occidentale contemporaine), il est à la base de tout le secteur florissant du développement personnel.

74Mazière, Francis : Directeur de la collection « Les énigmes de l’univers » aux éditions Robert Laffont, Mazière est au départ explorateur. Il participe à des expéditions en Amazonie et à l’île de Pâques d’où il tire un de ses premiers livres, Fantastique île de Pâques chez Laffont. L’ouvrage remporte un vif succès et lorsque la collection « Les énigmes de l’univers » est créée, il en prend la direction.

75Métapsychique : Ce terme, créé par Charles Richet en 1905, peut être considéré comme synonyme de psychical research ou de parapsychologie. Mais lorsque le terme parapsychologie s’impose en France, au début des années cinquante, le mot de métapsychique va matérialiser une opposition entre deux approches des phénomènes psi, celle des métapsychistes plus qualitative et celle des parapsychologues, plus expérimentale.

76Voir : Parapsychologie.

77Michel, Aimé (1919-1993) : Philosophe passionné par la question des frontières de l’humanité. Après avoir publié un ouvrage sur la montagne (Montagnes héroïques, Mame, 1953), Aimé Michel écrit le premier ouvrage documentaire sur les soucoupes volantes (Lueurs sur les soucoupes volantes, Mame, 1954). Peu intéressé par le sujet lors de son apparition dans la presse en 1947, Aimé Michel change d’avis à la faveur d’une rencontre. Il est alors journaliste à la RTF. En 1951, peu après avoir lu le livre de Donald Keyhoe (Les Soucoupes volants existent, paru la même année en France) il interviewe Roger Clausse, le chef des relations publiques de la Météorologie nationale. La discussion dévie sur l’énigme des soucoupes. Clausse lui tend un dossier. Michel y découvre, « à côté de diverses observations de phénomènes atmosphériques rares », « deux rapports rigoureusement inexplicables ». Aimé Michel modifie son attitude et devient « soucoupiste ». Il se met alors à la recherche de témoignages et de « ceux qui savaient », pense-t-il. Il fait la connaissance, vers la fin 1952 ou le début 1953, d’un militaire qui travaille sur la question, le Capitaine Clérouin, accompagné d’un civil, Jean Latappy, « le premier chercheur historique en matière de soucoupes volantes ». C’est à la suite de cette rencontre qu’il publie son premier livre sur les soucoupes qui paraît donc au printemps 1954. Il est remarqué de quelques personnes qui s’intéressent activement au sujet. Un réseau de lecteurs-correspondants se met en place. Parmi ceux-ci, le poète Jean Cocteau. En 1958, Michel publie une analyse détaillée de la vague de 1954, sous le titre Mystérieux objets célestes (Arthaud, 1958). Cet ouvrage sera réédité plusieurs fois par les éditions Planète. Aimé Michel collabore dans les années soixante à Science & Vie et à Planète. Il publiera aussi de nombreux articles dans la revue Question de fondée par Pauwels dans les années soixante-dix. Il se passionne alors pour la recherche dans le domaine Seti (Search for Extraterrestrial Intelligence) qui lui semble fournir un cadre intellectuel à la réflexion sur les soucoupes volantes. Il meurt en décembre 1993.

78Misraki, Paul (1908-1998: Célèbre compositeur français (« Tout va très bien madame la Marquise ») passionné par l’ésotérisme. Il est l’auteur, sous le pseudonyme de Paul Thomas, d’un ouvrage intitulé Les Extraterrestres, paru chez Plon en 1962, et devient président du Groupe d’étude des phénomènes aériens (GEPA). On lui doit aussi des Dialogues sur la foi avec Vercors. Enfin, on l’oublie souvent, Misraki est le traducteur français du best-seller de Raymond Moody, La Vie après la vie.

79Mouvement pour le potentiel humain (Human Potential Movement) : Né dans les années soixante, aux États-Unis, ce mouvement repose sur la croyance que les hommes pourraient expérimenter une extraordinaire qualité de vie, faite de bonheur, de créativité et d’épanouissement, en développant un potentiel demeuré encore largement inconnu. Se fondant sur des bases à la fois neurologiques (l’idée que le cerveau est encore en grande partie terra incognita) et psychologiques, ce mouvement s’est constitué dans le sillage de la psychologie humaniste (la troisième force) et en particulier des travaux d’Abraham Maslow sur la self actualisation. Aldous Huxley en est le principal inspirateur et l’Institut Esalen en est, encore aujourd’hui, le centre géographique.

80Murphy, Michael (1930-....) : Cofondateur de l’Institut Esalen. En 1950, étudiant en psychologie à Stanford, il s’intéresse aux religions comparées et commence à pratiquer la méditation. En 1951, alors qu’il médite, il connaît une expérience mystique (peak experience). Après son diplôme, il part deux ans comme psychologue de l’armée à Porto Rico, puis passe dix-huit mois, en 1956 et 1957, à l’ashram de Sri Aurobindo à Pondichéry où se forgent ses idées sur l’évolution humaine et le développement spirituel. Revenu aux États-Unis, il rencontre en 1960 Richard Price, ancien étudiant de Stanford lui aussi et tous deux créent, en 1962, l’Institut Esalen, sur un magnifique site côtier appartenant à la famille Murphy et doté de sources d’eau chaude. Il en sera l’animateur jusqu’en 1972 où il décide de se retirer pour écrire. L’un de ses derniers livres, Et les hommes deviendront des Dieux (Robert Laffont, 2003), écrit avec James Redfield et Sylvia Timbers, est un condensé de ses doctrines qui lient mystique New Age et développement personnel.

81Voir : Esalen (Institut).

82NDE (Near Death Experience) : L’évolution des techniques médicales de réanimation est à l’origine de la multiplication de récits d’expériences étranges de la part de victimes d’accidents ou de patients d’hôpitaux ayant subi des arrêts cardiaques. Arrachés à une mort certaine après un accident, des hommes ou des femmes décrivent avoir effectué un « voyage ». Ils seraient sortis de leurs corps et, alors que les infirmiers s’affairaient autour de leur corps, auraient observé quelque temps la scène d’en haut avant d’être happés par un tunnel au bout duquel ils auraient vu une lumière et vécu une expérience mystique. Ces récits, popularisés par l’ouvrage de Raymond Moody, La Vie après la vie, sont depuis une vingtaine d’années l’objet d’intenses débats et de nombreuses études leur ont été consacrés dans les revues médicales.

83New Age : Apparue dans les années trente dans les ouvrages de la théosophe Alice Bailey, l’expression Nouvel Âge (ainsi que celle d’ère du Verseau qui lui est étroitement associée) désigne un mouvement culturel complexe et protéiforme dont tous les observateurs s’accordent à reconnaître qu’il est difficile à appréhender (d’où l’expression de « nébuleuse mystique-ésotérique » employée par la sociologue Françoise Champion), et dont les théoriciens et organisateurs revendiquent le caractère flou (la journaliste Marilyn Ferguson, auteur d’un des ouvrages qui a le plus contribué à faire émerger ce courant dans l’opinion, parle d’un mouvement qui n’a pas de nom et qui échappe à toute description). Associé à un lieu géographique, la Californie, à la contre-culture des années soixante, à des expériences comme l’entreprise d’agriculture écologique de Findhorn en Écosse, il réunit dans un même creuset les hippies et le médium Edgar Cayce, Timothy Leary et le néochaman Carlos Castaneda, une certaine définition de la parapsychologie et l’appel de l’Orient, l’écologie et la mystique de la terre mère Gaïa, Teilhard de Chardin et les sectes. L’idée dominante est celle de l’union de l’homme et de la nature, de retour aux traditions pour éclairer les développements de la science actuelle, et surtout de l’arrivée d’une ère nouvelle, dont la date varie selon les auteurs, mais qui est identifiée au passage de l’ère des Poissons à celle du Verseau. Les critiques ont souvent vu dans ce courant un retour à la pensée magique, au surnaturel, un mouvement antiscientifique, voire fasciste (Michel Lacroix le décrit comme « un laboratoire idéologique où s’élabore une nouvelle forme de fascisme »).

84Pour un sociologue comme Marcello Truzzi, au contraire, la culture populaire qui s’est développée autour de l’occult revival des années soixante, aujourd’hui identifié au Nouvel Âge, ne marque pas un retour au surnaturel, mais un processus de démystification du surnaturel : « l’intérêt populaire actuel pour l’occultisme représente, en fait, une sorte de victoire sur le surnaturel. Ce que nous voyons correspond beaucoup plus à un processus de démystification d’éléments naguère considérés comme effrayants et menaçants ». Truzzi va jusqu’à voir dans ce retour d’un occultisme « ludique » et purgé des peurs ancestrales une contribution au développement « d’une vision scientifique et naturaliste de l’univers ».

85Occultisme : Le mot apparaît en 1840 dans le Dictionnaire des mots nouveaux. Il est popularisé par Éliphas Lévi, de son vrai nom Alphonse Louis Constant (1810-1875) dans son Dogme et rituel de la haute magie (1856). Il désigne une philosophie et un ensemble de disciplines : magie, alchimie, astrologie, etc., qui renvoient aux sciences occultes de la Renaissance. Son principal disciple, Papus, le Dr Gérard Encausse, donnera notamment un Traité élémentaire de science occulte en 1888. Les rationalistes ont contribué à tirer l’occultisme du côté de la controverse sur ce qui est scientifique et ce qui ne l’est pas. Il s’agissait de démontrer que l’occultisme est une fausse science. Par exemple, en 1940, Marcel Boll publie un « Que sais-je ? » intitulé L’Occultisme face à la science. En 1959, Prosper Alfaric publie à son tour un livre, Les Sciences occultes ne sont pas des sciences, aux éditions rationalistes. À côté de cette querelle science-occultisme, il existe un autre occultisme, illustré par le livre publié par Robert Amadou en 1950, L’Occultisme, esquisse d’un monde vivant (Paris, Julliard, 1950). Amadou décrit lui aussi des disciplines comme l’astrologie ou l’alchimie et des courants religieux comme la théosophie, mais il propose une théorie globale de l’occultisme :

« L’occultisme est l’ensemble des doctrines et des pratiques fondées sur la théorie selon laquelle tout objet appartient à un ensemble unique et possède avec tout autre élément de cet ensemble des rapports nécessaires, intentionnels, non temporels et non spatiaux. »

86Cette théorie est celle des correspondances. Antoine Faivre considère que, dans ce cas, l’occultisme correspond plus à l’ésotérisme qu’à l’occultisme du xixe siècle.

87Ovni : Objet volant non identifié, traduction de l’américain UFO (Unidentified Flying Object). Le terme est apparu dans les rapports militaires à la fin des années quarante et a été popularisé par le capitaine Edward

88J. Ruppelt dans son livre The Report on UFOs en 1956. Le sigle OVNI a commencé à être utilisé à la fin des années soixante en France et est véritablement passé dans le langage courant au moment de la grande vague de 1974.

89Le 24 juin 1947, un jeune homme d’affaire et pilote de l’Idaho, Kenneth Arnold, observe neuf engins étranges depuis son avion, au-dessus du mont Rainier, dans l’État de Washington. Le lendemain, il rapporte son observation à deux journalistes de l’East Oregonian de Pendleton. L’un d’eux, Bill Bequette, envoie une dépêche d’Associated Press, dans laquelle il évoque des « saucer-like objects flying at incredible speed », qui déclenche une formidable controverse. De nombreux autres témoins rapportent leurs observations. L’armée de l’air et le FBI lancent une enquête. Celle du FBI s’arrête en octobre, celle de l’armée prend le nom de Project Sign en 1948. Sous différents noms, dont celui de Blue Book, l’étude militaire se prolongera jusqu’en 1969. Contrôlée par les Renseignements militaires, et donc couverte par le secret, l’enquête officielle suscitera des commentaires soupçonneux de la part des premiers auteurs d’ouvrages sur les soucoupes volantes au début des années cinquante. Des extraterrestres nous visitent-ils ? L’armée le sait-elle et cache-t-elle la vérité ? En réaction aux communiqués officiels et aux propos des scientifiques qui tentent de réduire l’énigme à des méprises ou à des canulars, des groupes de « soucoupistes » amateurs sont fondés aux États-Unis et en Europe. Ils enquêtent auprès des témoins, contestent les explications officielles et publient des bulletins. Au départ interprétés comme des armes secrètes, les soucoupes sont désormais des vaisseaux extraterrestres. Donald Keyhoe, un ancien major de l’armée reconverti dans le journalisme, popularise l’hypothèse extraterrestre.

90En 1966, l’armée, incapable de gérer les controverses qui accompagnent ses communiqués sur les ovnis, charge l’université du Colorado d’étudier le dossier. La commission est présidée par le physicien Edward Condon. Elle rend public, en 1969, un rapport de mille pages qui déclenche dans la presse scientifique et populaire une avalanche de commentaires, souvent hostiles. Condon est accusé d’avoir bâclé l’enquête et de ne pas s’être préoccupé des cas les plus intéressants. Plusieurs membres de la commission ont entre-temps démissionné et formulent les même critiques. En France, le CNES crée en 1977 un Groupe d’étude des phénomènes aérospatiaux non identifiés qui conclut, dans une série de rapports, à l’existence d’un phénomène rebelle à toute identification. Pourtant, à la même époque, certains amateurs (les ufologues, de UFO : Unidentified Flying Object) commencent à exprimer de sérieux doutes sur l’existence d’un phénomène original. Deux écoles apparaissent : certains ufologues pensent qu’il s’agit d’engins réels, d’autres soupçonnent que des enquêtes mieux faites résoudraient l’énigme. Réduite à la collecte et à l’analyse des témoignages, l’étude des ovnis n’est pas parvenue à se dégager de l’accusation de subjectivité.

91Pâques (Île de) : Île volcanique située dans l’océan Pacifique et appartenant au Chili. Les amateurs de continents disparus en ont fait l’un des vestiges du vaste continent de Mu. Dans son ouvrage consacré à l’île de Paques en 1941, l’ethnologue Alfred Métraux note que l’endroit « passe pour être le dernier vestige d’un continent englouti qui aurait été jadis le siège d’une brillante civilisation », ajoutant qu’ » aux États-Unis, l’île de Pâques a été associée à un certain continent de Mu dont un livre décrit les fastes disparus ». Le livre (en fait les trois livres) qui défendent cette théorie sont parus quelques années plus tôt, en 1935, sous la plume du colonel James Churchward. Prétendant avoir eu accès à des archives secrètes détenues dans un sanctuaire secret du Tibet, le colonel, qui avait auparavant appris auprès d’un prêtre hindou une très ancienne langue, le naacal, décrivit la civilisation, vieille de deux cent mille ans, et le continent de Mu, qui s’étendait sur dix mille kilomètres entre les côtes de l’Amérique du Sud et l’Australie avant d’être engloutie à la suite d’une éruption volcanique. Les différentes races humaines seraient apparues sur ce continent. À noter que les spéculations de Churchward ont inspiré à Hugo Pratt un bel épisode des aventures de Corto Maltese, Mu.

92Parapsychologie : Le terme de parapsychologie a remplacé, dans les années trente, les expressions de recherche psychique (psychical research) en Angleterre, et de métapsychique en France. La généralisation de l’emploi du terme parapsychologie est liée à l’influence exercée par l’Américain Joseph Banks Rhine, qui fonde en 1934 le Laboratoire de parapsychologie de l’université de Duke (Caroline-du-Nord). Il définit la parapsychologie comme l’étude des phénomènes de perception extrasensorielle (Extra Sensory Perception ou ESP) et de psychokinèse. La psychokinèse concerne la possibilité pour l’esprit d’agir sur la matière (par exemple d’influencer des lancers de dés afin que tel numéro tombe plus souvent que tel autre). Rhine généralise l’usage de la méthode expérimentale et le traitement statistique des résultats obtenus. La reconnaissance des analyses statistiques de Rhine vaudra à la principale association américaine, la Parapsychological Association, d’être admise en 1969 au sein de l’Association américaine pour le progrès des sciences (AAAS).

93Parasciences : Expression apparue au début du xxe siècle mais popularisée surtout après la guerre pour remplacer les expressions de sciences occultes ou de fausses sciences. On parle aussi beaucoup de pseudosciences. Dans une série d’articles parus dans Le Monde en juin 1965, Edgar Morin emploie l’adjectif parascientifique pour qualifier Planète, la revue lancée par Louis Pauwels et Jacques Bergier en 1961 et censée incarner le « réalisme fantastique ». Dans un article de cette même revue Planète, paru en 1966, le psychologue Michel Gauquelin désigne certaines disciplines aux marges de la science comme des « pseudosciences ». Ces termes de parascience et de pseudoscience vont peu à peu remplacer l’expression de fausse science et celle de science occulte, elle-même dérivée de la notion d’occultisme. Quelques années plus tôt, en 1961, le rationaliste Robert Imbert-Nergal avait publié Les Sciences occultes ne sont pas des sciences et signé l’entrée « Sciences occultes » dans le Dictionnaire rationaliste publié en 1964. Pour lui, « les principales sciences occultes sont la magie, la sorcellerie, l’alchimie, l’astrologie, le spiritisme, la radiesthésie, la voyance (sous toutes ses formes) et, jusqu’à preuve du contraire, la métapsychique, devenue parapsychologie, dont les prétentions expérimentales n’ont pas encore satisfait aux obligations de contrôles rigoureux ».

94La question des parasciences est à l’orgine de nombreux débats sur leur scientificité et sur les critères de démarcation entre ce qui est scientifique et ce qui ne l’est pas. Pour Pierre Auger, préfaçant un ouvrage de l’Union rationaliste consacré au « phénomène Planète », les fausses sciences sont une survivance de la pensée magique au sein du monde moderne. Pour l’épistémologue Mario Bunge, c’est pire :

« La superstition, la pseudoscience et l’antiscience ne sont pas des déchets qui pourraient être recyclés de manière utile : ce sont des virus intellectuels qui peuvent attaquer n’importe qui, profane ou scientifique, au point d’affaiblir une culture dans son entier et de la tourner contre la recherche scientifique. »

95Malheureusement pour ces analyses lapidaires, les anthropologues ne croient plus depuis longtemps à l’existence d’une pensée magique nettement différenciée de la pensée scientifique. De leur côté, les historiens ne croient plus à la pertinence de catégories comme celle de superstition, de folklore ou de culture populaire. Enfin, les études sociologiques sur les controverses autour des ovnis ou de la parapsychologie ont bien montré, pour reprendre une expression des sociologues Harry Collins et Trevor Pinch, « qu’en parascience rien ne se passe qui ne soit scientifique ». Il ne subsiste donc plus aucun espace pour glisser l’idée d’un Grand Partage entre la pensée scientifique et une prétendue pensée magique ou pseudo-scientifique, d’autant plus que les scientifiques sont moins caractérisés par leur façon de penser que par leur façon de produire matériellement des faits scientifiques.

96D’autre part, l’évolution des idées sur l’opinion publique face à la science oblige à reconsidérer la notion de parascience d’un point de vue non critique. Dans le modèle classique opposant des experts savants à un public ignorant, les parasciences pouvaient facilement passer pour des imitations de sciences, les parascientifiques mimant les gestes des savants sans en saisir le sens et la finalité. Dans le modèle qui se dégage actuellement des débats sur les sciences et les techniques où les non-experts interviennent jusque dans la négociation des contenus scientifiques (comme on le voit par exemple avec les associations de malades), les parasciences ne sont plus des aberrations mais des forums dans lesquels se négocient des notions comme celles de preuves scientifiques ou d’expertise. La question est sans doute alors moins de savoir si certaines de ces parasciences pourront devenir ou non, et à plus ou moins long terme, des sciences que de décrire l’influence de ces débats sur la redéfinition des frontières de la pratique scientifique.

97À côté de ce débat, de très nombreuses parasciences, et tout particulièrement les médecines parallèles, occupent une telle place qu’on peut remarquer, avec Daniel Boy, que « si la progression de leur usage se confirme dans les années à venir, il sera bientôt plus intéressant d’en analyser les foyers de résistance que les lieux de développement ». Bref, la notion de parascience, avec toute l’épistémologie rationaliste qu’elle véhicule, correspond moins à une description objective d’une situation qu’à une construction historiquement située visant à produire de toutes pièces un partage et une hiérarchie entre des formes de discours. Si les parasciences ont une existence sociale elles n’ont aucune existence épistémologique.

98Pauwels, Louis (1920-1997) : Né le 2 août 1920, il est le fils d’une ouvrière gantoise et d’un père de sang issu de la vieille bourgeoisie de la ville. Il s’épanouit intellectuellement sous l’influence de son beau-père, un ouvrier tailleur, socialiste et philosophe autodidacte, dont il parle longuement dans l’introduction du Matin des magiciens et qu’il compare à Teilhard de Chardin. En 1944, il entame une carrière de journaliste dans la presse socialiste tout en s’intéressant à l’hindouisme. En 1949, il est rédacteur en chef de Combat. En 1952, il dirige la revue Arts et, l’année suivante, publie Monsieur Gurdjieff au Seuil, un témoignage sur la communauté contrôlée par ce personnage étrange venu de Russie, dont il est devenu le disciple après la guerre et qui exerça une véritable fascination sur toute une série d’intellectuels et d’artistes. Il fréquentera aussi des groupes ésotéristes issus de la Golden Dawn anglaise. En 1955, paraît un roman important dans sa carrière littéraire, L’Amour monstre, inspiré par l’affaire Gaufridy, un grand cas de procès de sorcellerie du début du xviie siècle. Ce roman est suivi d’un deuxième, Saint Quelqu’un, en 1956. En 1957, il prend la rédaction en chef de Marie-France.

99Ayant fait la connaissance de Jacques Bergier, les deux hommes écrivent Le Matin des magiciens puis lancent la revue Planète en 1961. Pauwels consacrera un livre à Bergier, Blumroch l’admirable. Après Planète Pauwels fonde la revue Question de avant de créer le Figaro Magazine.

100Pecker, Jean-Claude (1923-....) : Astrophysicien français, professeur au Collège de France, et membre éminent de l’Union rationaliste, Jean-Claude Pecker a consacré de nombreux articles à la lutte contre les pseudosciences. En 1979, il a présidé la création d’un groupe d’étude des phénomènes paranormaux proche de l’union rationaliste.

101Perls, Fritz (1893-1970) : Psychologue américain, né en Allemagne. Tout d’abord formé à la psychanalyse, il se réfugie dès 1934 en Afrique du Sud, puis part aux États-Unis en 1946. À partir des années quarante, il créé, avec sa femme Laura Perls, une théorie de la conscience qu’il baptisera, en 1950, la Gestalt therapy, inspirée par les travaux de Hans-Juergen Walter et de Wolgang Metzger, l’un des représentants de la Gestalt Theory allemande. À partir de 1964, il sera associé aux travaux de l’Institut Esalen. Ses idées serviront notamment de base au développement de la Programmation neurolinguistique (PNL).

102Voir : Programmation neurolinguistique.

103Programmation neurolinguistique (PNL) : Née dans le sillage des travaux de l’école de Palo Alto et influencée par les idées de Fritz Perls, cette forme de thérapie, élaborée par Richard Bandler et John Grinder, propose de reprogrammer les comportements, les compétences et les façons de penser en travaillant sur les associations mentales, l’observation du langage corporel, etc. Il s’agit donc d’un ensemble de techniques dont l’application semble recouvrir de larges domaines, du business au sport, jusqu’aux pratiques occultes. Après sa vogue, dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, on a aujourd’hui de plus en plus tendance à lui dénier tout substrat scientifique et à la considérer comme une thérapie douteuse, participant du bric-à-brac du New Age.

104Psychologie humaniste : C’est une école de psychologie qui se développe à partir des années cinquante en réaction à la fois au behaviorisme et à la psychanalyse. Également connue sous le nom de « Troisième force », donné par Abraham Maslow, ce mouvement considérait que la réalisation de soi, la créativité, l’individualité devaient devenir des considérations majeures pour le développement d’une nouvelle forme de psychologie. Abraham Maslow, Carl Rogers et Rollo May en furent les principaux théoriciens parmi bien d’autres inspirateurs tels R. D. Laing, fondateur de l’antipsychiatrie, Fritz Perls, Erich Fromm, Clark Moustakas, etc. Lancé par deux rencontres à Détroit au début des années cinquante, le mouvement prend peu à peu de l’ampleur. Un Journal of Humanistic Psychology est créé en 1961, bientôt suivi, en 1963, par la fondation de l’Association for Humanistic Psychology (AHP). En 1971, une section de Psychologie humaniste est créée aux marges de l’American Psychological Association (APA). Basé sur une description holiste de la personne et orienté vers la recherche de l’accomplissement de la personne, ce courant de la psychologie est le creuset où se sont élaborées toutes les pratiques centrées sur le développement personnel.

105Psychologie transpersonnelle : Souvent qualifié de « quatrième force » (en référence à la psychologie humaniste), ce mouvement prône le dépassement d’une psychologie de la personne pour intégrer à la compréhension de l’individu une dimension spirituelle et mystique, selon une approche initialement développée par C. G. Jung. Celui-ci utilise pour la première fois, en 1917, le terme « inconscient transpersonnel » pour désigner l’inconscient collectif. Le terme est repris en 1969 par Abraham Maslow, Stanislav Grof et Antony Sutich qui fondent le Journal of Transpersonal Psychology pour tenter d’intégrer leur expérience des mystiques orientales dans le cadre de la psychologie humaniste. Prenant en compte les phénomènes de synchronicité, l’étude des états modifiés de conscience, celle des expériences mystiques…, la psychologie transpersonnelle s’intéresse au supranormal, à son impact sur l’individu et cherche à remettre la personne en contact avec la dimension spirituelle de son être. Née dans l’ère d’influence du Mouvement pour le potentiel humain, cette branche de la psychologie, du fait de sa vocation holiste, a tendance à déborder sur d’autres domaines (comme celui de la santé ou des questions sociales), d’autres disciples (sociologie, anthropologie, cultural studies…) et apparaît de fait comme partie prenante de la « nébuleuse » du Nouvel Âge.

106Voir : Psychologie humaniste, Mouvement pour le potentiel humain.

107Radiesthésie : Terme créé en 1930 par l’abbé Bouly pour désigner les phénomènes regroupés auparavant sous l’expression de sourcellerie. Radiesthésie signifie « sensibilité aux rayons ». Cette discipline naît dans le contexte de la multiplication de découvertes à propos de rayonnements mystérieux de la matière (rayons X, etc.). Il s’agit pour les radiesthésistes de séparer les phénomènes scientifiquement exploitables des fables qui encombrent l’histoire de la sourcellerie à propos de la capacité des sourciers à découvrir des morts, des trésors. La radiesthésie est soumise à la critique de la part de scientifiques, notamment dans le cadre de l’Union rationaliste née, elle aussi, en 1930. Des protocoles sont définis et des expériences sont conduites mais leurs résultats sont négatifs. Le mouvement radiesthésiste éclate alors en différents courants, certains se réclamant d’une démarche scientifique stricte. L’histoire de la radiesthésie a surtout retenu la figure imposante de Yves Rocard, célèbre physicien et l’un des pères de la bombe atomique française. Au début des années soixante il publie un ouvrage chez Dunod, Le Signal du sourcier, ainsi que plus tard un « Que sais-je ? » sur la question. On lui doit aussi un article fameux dans le mensuel La Recherche. Ses travaux seront l’objet de vives discussions, notamment de la part des milieux rationalistes.

Rhine, Joseph Banks : Voir Parapsychologie.

108Richet, Charles (1850-1935) : Prix Nobel de médecine en 1913, il publie un volumineux Traité de métapsychique en 1922. Richet est le premier scientifique à avoir appliqué à la recherche scientifique les méthodes statistiques. En l’occurrence, c’est aux phénomènes psychiques qu’il a appliqué cet outil. Richet participe à la publication d’Annales des Sciences psychiques avant de fonder, en 1919, l’Institut métapsychique international, qui sera reconnu d’utilité publique la même année.

109Rogers, Carl R. (1902-1987) : Psychologue américain, il est l’un des principaux fondateurs, avec Abraham Maslow, de la psychologie humaniste. Il a développé une nouvelle forme de psychothérapie non directive désignée sous le nom d’approche centrée sur la personne (ACP), où il prône le développement d’une relation de conseil et non d’une relation thérapeutique entre le psychologue et son patient (qu’il choisit d’ailleurs d’appeler client), une forme de prise en charge basée sur l’empathie.

110Il est l’un des théoriciens de ce que l’on nomme aujourd’hui le développement personnel, et son idée du fonctionnement optimal de la personne est assez proche de celui de la philosophie bouddhiste : ouverture à l’expérience du monde, vivre dans l’instant présent, suivre ses impressions et sentiments, expérimenter sa liberté et sa créativité. Il fera partie des chercheurs qui graviteront autour de l’Institut Esalen.

111Rose-Croix : Mouvement mystérieux apparu au xviie siècle à la suite de la publication d’ouvrages attribués à John Valentin Andrea. Les Rose-Croix ont beaucoup fait parler d’eux lors de la découverte d’affiches annonçant leur séjour à Paris en 1623. À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, de nombreuses sociétés rosicruciennes se prétendant héritières du mouvement du xviie siècle ont été fondées, notamment en France et aux États-Unis.

112Schatzman, Evry (1920-....) : Astrophysicien français longtemps président de l’Union rationaliste. On lui doit de nombreux articles sur les soucoupes volantes et les « pseudosciences ». En 1951 il publie deux articles dans lesquels il dénonce les soucoupes comme relevant de l’irrationalisme et d’un discours antiscientifique venu des États-Unis (Schatzman est alors membre du PC). Par la suite, il participera activement aux différentes campagnes de l’Union rationaliste, notamment au sujet de la revue Planète dans les années soixante. Avec d’autres rationalistes il donnera des conférences à travers la France pour tenter d’endiguer ce qu’il considère comme un phénomène dangereux pour la démocratie.

113Science & Vie : Magazine de vulgarisation scientifique français créé en 1913. Science & Vie a joué un grand rôle dans les années soixante et soixante-dix dans les controverses autour du paranormal. Dans les années soixante, sous la direction d’André Labarthe, Science & Vie a publié des articles plutôt favorables à ces phénomènes mystérieux comme les soucoupes ou la radiesthésie. Mais à partir de 1974, sous la direction de Paul Cousin, le magazine amorce un tournant très critique, proche par certains côtés de l’Union rationaliste. L’un des principaux journalistes qui traitent ces sujets est alors Michel Rouzé, fondateur de l’Agence française d’information scientifique dont l’adresse se trouve au siège de l’Union rationaliste à Paris.

114Sède, Gérard de (1922-2004) : Ancien résistant devenu journaliste, Gérard de Sède fait paraître, en 1962, un ouvrage intitulé Les Templiers sont parmi nous. En 1967, il publie un autre ouvrage, L’Or de Rennes, qui sera à l’origine de l’extraordinaire popularité du village de Rennes-le-Château. On lui doit aussi d’autres ouvrages insolites comme La Race fabuleuse, paru dans la collection « L’aventure mystérieuse » chez J’ai Lu, dans lequel il explique que les Mérovingiens sont d’ascendance extraterrestre ! Finalement, quelques années avant sa mort, il publie chez Laffont, dans la collection « Les énigmes de l’univers », un dernier ouvrage où il prétend dénoncer les pseudomystères de Rennes-le-Château.

Société de théosophie : Voir Blavatsky, Helena Petrovna.

115Spiritisme : Religion scientifique fondée par le Français Hyppolite Rivail, enseignant socialiste plus connu sous son « ancien » nom d’Allan Kardec. Le spiritisme s’est développé dans le sillage de la vogue des tables tournantes aux États-Unis en 1847. Le phénomène arrive en Europe en 1852. Kardec publie Le Livre des esprits en 1857 et fonde la Revue spirite l’année suivante. Le spiritisme réunit un nombre d’adeptes impressionnant, il est l’objet de congrès, de polémiques, voire de procès. On trouve parmi ses disciples de grands noms comme Victor Hugo, Arthur Conan Doyle ou le physicien William Crookes. René Guénon s’attaque à cette doctrine dans un livre paru en 1923, L’Erreur spirite.

116Steiner, Rudolph (1861-1925) : Passionné dès son plus jeune âge par l’œuvre de Goethe, secrétaire de la Société théosophique, Steiner reproche bientôt à la théosophie son antichristiannisme et ce qu’il considère comme une adhésion au spiritisme. Il fait sécession en 1913, emmène avec lui les membres de la section allemande pour fonder la société anthroposophique. Il fait construire le centre de sa société à Dornach, un bâtiment à l’architecture étonnante appelé Goetheanum, où il réunit ses disciples et dispense ses enseignements. Mais, en 1922, le centre, qui était entièrement en bois, est détruit par un incendie attribué aux nazis. Il est reconstruit en dur tandis que d’autres centres se créent dans le monde.

117Swedenborg, Emanuel (1688-1772) : Savant et mystique suédois, Swedenborg commence par être un scientifique de génie, s’illustrant dans les mathématiques et bien d’autres disciplines. Mais après une maladie, en 1743, il se découvre visionnaire. Il voyage en esprit et rapporte ses rencontres avec les anges. Il déclare l’entrée dans l’ère de la Nouvelle Jérusalem à partir de l’an 1757. De nombreuses études ont été consacrées à Swedenbord au xxe siècle, certaines le considérant comme un exemple de cas pathologique, d’autres, comme celles de Henri Corbin, l’intégrant aux études sur les formes de mystiques.

118Tables tournantes : En 1847, à Hydesville, aux États-Unis, deux sœurs nommées Fox se seraient entretenues avec un fantôme par le biais d’un code composé de claquements de doigts. La technique évolue pour utiliser des tables et un code composé de coups frappés. Le phénomène se répand à tout le pays et traverse rapidement l’Atlantique. Dans tous les salons d’Angleterre et du continent on fait tourner les tables pour parler aux morts. Le phénomène évolue pour donner naissance au spiritisme, religion scientifique fondée par un instituteur socialiste, Hyppolite Rivail, qui prend le pseudonyme d’Allan Kardec.

119Tarade, Guy : Animateur du CEREIC (Centre d’études et de recherche sur les éléments inconnus de civilisation) à Nice, un groupe d’archéologues amateurs passionnés de civilisations disparues et de soucoupes volantes. Proche de Jimmy Guieu et de Robert Charroux, Tarade se fait connaître en 1969 avec la publication d’un premier livre dans la collection « L’aventure mystérieuse » chez J’ai Lu, Soucoupes volantes et civilisations d’outre-espace. Il aurait été alors le « nègre » de Robert Charroux. Après ce premier livre qui remporte un grand succès, il publie une série de livres dans la collection « Les énigmes de l’univers », collections de mystères en tous genres inspirés de ceux de Charroux. Il sera lié à plusieurs affaires de contactés français, notamment celle de Jean Miguères, un ambulancier victime d’un grave accident qui affirmait avoir été sauvé par les extraterrestres, et celle d’une femme connue sous le pseudonyme de Rose C. qui aurait rencontré des extraterrestres dans les années cinquante.

120Teilhard de Chardin, Pierre (1881-1955) : Jésuite et préhistorien français dont l’œuvre philosophique, publiée par les éditions du Seuil après sa mort, en 1953 (l’Église lui avait refusé le droit de publier de son vivant), a été à l’origine d’un riche débat intellectuel à la fin des années cinquante et pendant les années soixante. Entré chez les jésuites en 1899, il est ordonné prêtre en 1911. Il entre au Muséum d’histoire naturelle dans le laboratoire de Marcellin Boulle. Après la guerre, il effectue de nombreuses missions scientifiques à travers le monde mais doit refuser une chaire au Collège de France sur ordre de sa hiérarchie qui lui interdit aussi la publication de ses travaux, hormis des articles de recherche purement techniques. La parution du Phénomène humain, en 1956, est un grand succès. Évolutionniste convaincu, Teilhard défendait l’idée que la matière qui emplit le cosmos contient une puissance spirituelle, qu’elle tend vers la création de l’intelligence et que l’humanité converge vers un point oméga, aboutissement de l’évolution du cosmos et révélation finale. Une société Teilhard de Chardin fut créée, au sein de laquelle on trouvait des scientifiques éminents comme Pierre Paul Grassé ou André Leroi-Gourhan. Aujourd’hui, cette Société Teilhard n’a plus l’audience qu’elle a connue, elle vit repliée sur elle-même tandis que les tentatives pour relancer la discussion sur les théories de Teilhard sont l’objet de violentes dénonciations de la part de groupes rationalistes.

121Sephen Jay Gould a soupçonné Teilhard d’avoir été à l’origine de la fraude de Piltdown qui n’aurait été selon lui, au départ, qu’un canular de jeune chercheur (l’affaire du fossile de « l’homme de Piltdown » découvert dans le Sussex en 1912 est l’un des plus célèbres faux archéologiques). Dépassé par l’ampleur de l’histoire, Teilhard n’aurait pas osé avouer la plaisanterie.

122Thirouin, Marc (1911-1972) : Juriste passionné par l’énigme de l’Atlantide, disciple de Paul Le Cour et fondateur d’un des tout premiers groupes « soucoupistes », la Commission Ouranos. En 1951, il crée avec l’Anglais Eric Biddle la Commission internationale Ouranos. En 1952, il lance un petit bulletin intitulé Ouranos et, l’année suivante, il fonde un groupe du même nom, conjointement avec un Anglais, Eric Biddle, la Commission internationale d’enquête Ouranos sur les soucoupes volantes et problèmes connexes (selon Chaloupek, car les témoignages donnés par Thirouin donnent 1951 comme date de la fondation d’Ouranos). Un réseau d’enquêteurs et de correspondants se constitue, dont les membres les plus actifs sont Garreau, Veillith, etc.

123Tour Saint-Jacques (La) : Titre d’une revue fondée par Robert Amadou en 1955 et d’une collection qu’il a dirigée aux éditions Denoël. Robert Amadou lance la revue à la fin de l’année 1955 après avoir quitté l’Institut métapsychique international et la direction de sa Revue métapsychique. Il s’entoure de spécialistes comme René Alleau, Serge Hutin, Michel Carrouges, Robert Kanters, Marcel Martigny et Robert Tocquet de l’Institut métapsychique international ou Jacques Bergier pour faire une revue qui est a mi-chemin entre l’ésotérisme et l’occultisme d’un côté, et son histoire de l’autre. Entre 1955 et 1958, seize numéros de La TSJ paraissent avant une nouvelle série de Cahiers de la TSJ qui reprennent certains des dossiers publiés auparavant.

124Lorsque paraît le numéro 3 de La TSJ, le lecteur constate la disparition du comité de rédaction. À sa place, un texte précise que : « En raison d’une réorganisation administrative de la revue, le Directeur doit assumer seul l’entière responsabilité du choix et de la présentation des articles. Nous adressons tous nos remerciements aux membres de l’ancien Comité de rédaction pour l’aide et les conseils qu’ils ont bien voulu apporter à La Tour Saint-Jacques et nous souhaitons que chacun d’eux veuille bien continuer de nous apporter sa compétence et son concours. » La revue cesse de paraître en 1958. Elle sera remplacée par une série de Cahiers de la Tour Saint-Jacques qui reprendront les principaux dossiers parus dans la revue.

125Transcommunication : Ce terme désigne une version contemporaine du spiritisme. Les contacts avec les morts s’établissent par le biais de postes de télévision ou de magnétophones.

126Ufologie : Littéralement étude des ovnis. L’expression ufologie s’est généralisée au cours des années soixante-dix. Au début des années cinquante on parle de soucoupisme et de soucoupistes.

127Velikovski, Immanuel (1895-1979) : Médecin d’origine russe qui prétendait que le récit de la fuite d’Égypte dans la Bible mentionnait le souvenir de catastrophes cosmiques déformé par la légende. Pour Velikovsky il s’agissait de rencontres entre la Terre et la planète Vénus alors que celle-ci, née de Jupiter, voyageait dans le système solaire en attendant de trouver son orbite actuelle. Publié en 1950, le premier ouvrage de Velikovsky, Mondes en collision, entraîna rapidement une importante controverse, les scientifiques réfutaient Velikovsky, parfois avec beaucoup de violence, tandis que certains journalistes et, plus tard, un groupe de fervents prenaient sa défense. L’affaire Velikovsky est l’exemple par excellence d’un cosmologue alternatif qui parvient à faire école et, selon certains scientifiques, à menacer l’establishment. Plusieurs ouvrages, de nombreuses réunions, universitaires ou non, et même un colloque de l’AAAS (Association américaine pour le progrès des sciences), dont la nécessité de sa tenue même fut âprement débatue, et auquel Velikovsky fut invité à participer, ont discuté la théorie des Mondes en collision. Lorsque l’AAAS décide d’un débat sur les théories cosmologiques de Velikovsky, certains scientifiques s’opposent à sa tenue « en partant du fait que le public pourrait confondre un symposium pour / contre avec une acceptation non critique des théories de Velikovsky ».

128Von Däniken, Erich (1935-....) : En 1968 paraît en Allemagne un livre intitulé Erinnerungen an die Zukunft (Souvenir du futur). Il connaît un vif succès qui sera confirmé lors de sa traduction en anglais sous le titre Chariots of the Gods. La thèse de Von Däniken est que les récits faisant état de contacts entre les hommes et les dieux sont liés en fait à d’anciens contacts entre nos ancêtres et des émissaires ET venus leur apprendre les rudiments de la civilisation. Éclipsés en France par le succès des livres de Robert Charroux auxquels ils ont beaucoup empruntés, les livres de Von Däniken déclenchent une controverse durable partout ailleurs. De nombreux articles, et même quelques livres, sont consacrés aux thèses de l’auteur autour duquel s’organise une Ancient Astronaut Society qui organise chaque année un colloque.

129En 2003, un Mystery Park dédié aux idées de Von Däniken a été ouvert à Interlaken, en Suisse allemande. Objet d’une vive controverse (limitée à la Suisse, si l’on excepte un article dans Charlie Hebdo), le parc a rencontré un vif succès au moment de son lancement avant de connaître une certaine récession en 2004.

Whole Earth Catalogue : Voir CoEvolution Quarterly.

130Yéti : Créature humanoïde à l’existence controversée signalée en particulier par des alpinistes sur les pentes de l’Himalaya. En septembre 1921, le colonel Howard Bury et ses compagnons, qui tentent l’ascension de l’Everest, observent des silhouettes à la jumelle entre Kharta et le col de Lhapka-La. Le 22 septembre, arrivée sur les lieux, l’équipée trouve d’énormes empreintes de pas. Le chef de l’expédition les attribue à un grand loup gris, les guides tibétains évoquent le Metoh Kangmi (abominable homme des neiges). Howard-Bury télégraphie l’information. Un journaliste du Calcuta Statesman, Henry Newman, traduit Metoh Kangmi par Abominable Snowman, expression qui signifie à la fois abominable homme des neiges et abominable bonhomme de neige. Localement, plusieurs termes désignent ces créatures ou ces démons. Celui de yéti est bientôt adopté par la presse occidentale, notamment à l’occasion d’une série d’expéditions médiatisées. Le 6 décembre 1951, la presse britannique annonce qu’Eric Shipton, Michaël Ward et leur sherpa Sen Tensing ont photographié des empreintes de yéti sur le versant sud-ouest du Menloung-Tsé un mois plus tôt. Les photos font le tour de monde et sont reprises dans tous les livres sur le sujet. Sur la première, on voit la piste, deux autres montrent le détail d’une empreinte. Mais un des membres de l’expédition a confié à l’anthropologue John Napier que la trace isolée n’a rien à voir avec la piste.

131Bernard Heuvelmans distingue deux variétés de yétis. Le premier, de petite taille, correspondrait à un descendant des sivapithèques, un primate hominoïde qui vécu en Asie au Miocène supérieur (il y a plus de cinq millions d’années) et dont on a découvert des restes sur les contreforts de l’Himalaya, ou à un orang-outan primitif. Le second, qui fait plus de deux mètres de haut, serait apparenté au gigantopithèque dont on a trouvé des restes fossiles en Chine et au Viêtnam.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access