Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ésotérisme contemporain et ses lecteurs

 | 
Pierre Lagrange
, 
Claudie Voisenat

Deuxième partie. Des lecteurs sur le Net

Les prophéties de James Redfield ou les vertus de l’expérience

Claudie Voisenat

Entrées d'index

Mots clés :

ésotérisme, sociologie

Texte intégral

« Vous aviez raison, vous. N’importe quelle donnée devient importante si elle est en connexion avec une autre. La connexion change la perspective. Elle induit à penser que chaque aspect du monde, chaque voix, chaque mot écrit ou dit n’a pas le sens qui apparaît ; mais nous parle d’un Secret. Le critère est simple : soupçonner, toujours soupçonner. On peut lire par transparence même un panneau de sens interdit. »
Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, op. cit., p. 470.

  • 1 Dans sa seule version de poche, aux éditions J’ai Lu, le livre s’est vendu à près de 630 000 exemp (...)
  • 2 Si le premier livre est, comme on peut s’y attendre, celui qui s’est le mieux vendu, les autres n’ (...)

1La Prophétie de Andes de James Redfield, publiée en France en 1994, fait aujourd’hui figure de classique de la littérature ésotérique. Cet ouvrage fait partie de ceux que l’on trouve mentionnés dans les forums sous la rubrique « Les livres qui ont changé votre vie », souvent cité aux côtés de L’Alchimiste de Paolo Coelho ou de L’Étranger d’Albert Camus. À en croire la quatrième de couverture de son édition de poche (J’ai Lu), « plus de cent millions de lecteurs ont été bouleversés par ce livre exceptionnel1 ». Il s’agit en fait du premier d’une série de six livres : trois romans, deux guides pratiques et un recueil de commentaires et conseils qui proposent aux lecteurs un ensemble progressif de révélations leur permettant d’accéder à un plus grand degré de conscience, à une nouvelle connaissance de l’univers, à des façons inédites de gérer leurs émotions et leurs relations2. Très influencé par la pensée bouddhiste et dans la droite ligne du Mouvement pour le potentiel humain*, il propose une vision holiste d’un univers en évolution permanente depuis le big bang originel, un univers dans lequel tous les aspects de l’homme, intellectuel, biologique, spirituel, sont intégrés, en interaction permanente et toujours en évolution, une évolution que nous pouvons apprendre à provoquer et maîtriser spirituellement.

2Loin de délivrer un simple corps de doctrines (croyance en la réincarnation, aux anges, en une vision énergétique de l’univers), les livres de Redfield tressent sans cesse le lien entre cette perspective spirituelle et les aspects les plus ordinaires de notre vie : les façons de nous alimenter, de gérer nos relations avec les autres, de vaincre nos peurs inconscientes, de nous soigner, de mieux protéger la nature…, tous ces aspects étant inséparables les uns des autres et même soumis les uns aux autres. Nous sommes bien là, comme l’annonce le titre de son second livre, devant des « leçons de vie » et devant le « nouveau paradigme » annoncé par Marilyn Ferguson où fusionnent religion, science et médecine.

3Le monde dont il nous donne la clé est régi par les coïncidences (ou ce que nous avons l’habitude de qualifier ainsi), l’intuition, l’énergie et la toute-puissance de la pensée. Comme le dit l’auteur lui-même, cet ensemble synthétise son intérêt pour la psychologie interactive, les philosophies orientales et occidentales, les sciences, le futurisme, l’écologie, l’histoire et le mysticisme. Bref, tout ce qu’il faut pour devenir une bible du Nouvel Âge.

4James Redfield est né en 1950, en Alabama, dans une famille méthodiste. Étudiant en sociologie, il va se passionner pour les philosophies orientales (en particulier le taoïsme et le zen). Travaillant comme éducateur auprès d’adolescents victimes de violences, il s’intéresse au Mouvement pour le potentiel humain* (Human Potential Movement), en particulier pour ses théories sur l’intuition et les phénomènes psychiques. En 1989, il quitte son travail pour se consacrer à l’écriture de la Prophétie des Andes (The Celestine Prophecy), le premier livre de la série, qu’il termine en avril 1991.

5En 1992, après plusieurs refus d’éditeurs, James Redfield décide de le publier à compte d’auteur et les copies commencent à circuler de main en main. Il rencontre au même moment celle qui deviendra sa femme, Salle Merrill, et tous deux sillonnent les routes d’Alabama, de Floride, de Caroline-du-Nord et de Virginie pour déposer des exemplaires chez les libraires. De bouche à oreille, le succès grandit, au point que l’année suivante, Warner Books achète les droits. Un an plus tard, en 1994, le livre est publié en France, chez Robert Laffont, puis en poche aux éditions J’ai Lu (collection « Aventure secrète. Chemins du Nouvel Âge »). En 1995 et 1996 il est l’ouvrage américain le plus acheté dans le monde3. Dans la foulée de ce succès phénoménal, les titres se succèdent. Ils sont ici donnés en français, l’année est celle de leur parution aux États-Unis, et entre crochets, celle de leur traduction française.

  • Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, en 1995 [1995] (le guide pratique d'accompagnement des neuf révélations du roman).
  • La Dixième prophétie, en 1996 [1997] (la suite du premier roman).
  • L’Expérience de la dixième prophétie, en 1996 [1998] (le guide pratique de cette suite, écrit avec Carol Adrienne).
  • La Vision des Andes, en 1997 [1998] (un livre de commentaires et de conseils).
  • Le Secret de Shambhala, en 1999 [2001] (c'est la onzième révélation).

6Dans le premier roman, le héros, un éducateur américain travaillant auprès d’enfants traumatisés, vient de quitter son travail pour faire le point sur sa vie. Alerté par une amie, Charlène, il part au Pérou à la recherche d’un mystérieux manuscrit. Celui-ci, récemment découvert, datant de 600 ans avant J.-C. et écrit en araméen, prédit une transformation radicale de la société dans les dernières années du xxe siècle. Il comporte neuf parties et neuf révélations qui doivent conduire l’humanité vers une culture entièrement spirituelle. Le gouvernement péruvien et l’Église tentent de détruire ce document qu’ils considèrent comme subversif tandis que certains prêtres, comprenant qu’il donne un sens nouveau aux enseignements religieux, en font circuler des copies dans la clandestinité. Le héros va donc suivre la piste de ces neuf révélations. Dans le second roman, le héros part à la recherche de son amie Charlène, disparue alors qu’elle tentait de s’opposer à de mystérieuses expériences scientifiques menées sur un site sacré des Appalaches. Il y retrouve Will, le compagnon de ses aventures péruviennes qui lui fait découvrir la dimension de l’après-vie. Dans le troisième roman, c’est Will qui l’appelle au secours. Tentant de découvrir la cité de Shambhala, au Tibet, il est en danger et doit affronter les autorités chinoises. Ils finissent par trouver la vallée cachée où une communauté secrète œuvre pour l’évolution spirituelle de l’humanité, juste avant qu’elle ne soit détruite et contrainte de se projeter dans une autre dimension.

7L’ensemble de l’œuvre cherche à illustrer la nature des savoirs du nouveau paradigme : tout à la fois ésotériques, traditionnels et syncrétiques. À cet égard, le choix des lieux où se déroulent les aventures du héros et de ses compagnons n’a rien d’innocent. Ce sont, à chaque fois, des lieux d’antique sagesse : maya (bien que l’action se situe au Pérou), indienne, tibétaine. Le manuscrit, ne l’oublions pas, est écrit en araméen. On se trouve donc face à un savoir extrêmement ancien, jusqu’alors connu de quelques initiés (chamanes, mystiques chrétiens, sages orientaux) et qui bouleverse notre vision de l’histoire et de l’univers. Il explique ainsi la disparition mystérieuse des Mayas parvenus à un si haut niveau de vibration qu’ils ont cessé d’exister aux yeux du monde. Pour cause de New Age, et parce que le temps de l’évolution est venu, ces savoirs réservés doivent maintenant être connus du plus grand nombre. Le héros, qui se demande en permanence s’il ne ferait pas mieux de rentrer chez lui et ce que diable il est venu faire dans cette galère, un homme ordinaire donc, est poussé en avant bon gré mal gré. Il va donc parcourir le monde, cheminer en quête d’un savoir qui est la synthèse des grandes traditions mystiques du passé, une nouvelle spiritualité où l’âme se réincarne mais où les corps peuvent ascensionner comme le Christ et les saints ; où les animaux nous délivrent des messages et où l’univers entier conspire à notre évolution. Sous un aspect qui semble au premier abord beaucoup plus anodin que celui des Enfants indigo par exemple, plus proche aussi de la psychologie et du développement personnel, ce sont donc bien les mêmes thèmes que l’on retrouve et qui, plus poussés de livre en livre, entraînent le lecteur vers un univers où l’homme est doté de tous les pouvoirs.

  • 4 Il est assez probable qu’elle concernera les anges qui font une timide apparition dans Le Secret d (...)

8En attendant la douzième révélation4, dont le site officiel de l’auteur nous annonce la prochaine parution, Redfield et son épouse Sally parcourent le monde en donnant des conférences, animent un journal The Celestine Journal, et un site Internet, tout en continuant de publier. Le dernier livre de Redfield, Et les hommes deviendront des dieux, écrit en collaboration avec le psychologue Michael Murphy*, l’un des cofondateurs de l’Institut Esalen, sorti en France en mars 2003, toujours aux éditions Robert Laffont, apparaît comme une sorte de résumé pratique des doctrines du Nouvel Âge.

Entre guide, modèle et preuve

9S’il est une chose que le lecteur, même le moins éveillé, ne peut manquer d’avoir compris au bout de quelques dizaines de pages, c’est qu’il ne lit pas La Prophétie des Andes par hasard. Tout d’abord, parce que le hasard n’existe pas, et ensuite parce que s’il lit ce livre, en ce moment précis de sa vie, c’est forcément parce que celui-ci a quelque chose à lui apporter, un message à lui délivrer. Cette nouvelle façon de captiver le public (au double sens de séduire et de rendre captif) est posée dès les premières lignes, dans la note de l’auteur qui sert de préliminaire au roman.

  • 5 Redfield (James), La Prophétie des Andes, Paris, Robert Laffont, 1994, p. 7 et 8.

« Depuis plus d’un demi-siècle, une nouvelle conscience s’est fait jour dans l’esprit humain, une conscience que l’on ne peut qualifier que de transcendante, de spirituelle. Si vous êtes en train de lire ce livre, vous ressentez déjà ce qui se passe, vous le sentez au-dedans de vous-même… L’histoire qui suit est une contribution à cette évolution [de l’humanité]. Si elle parvient à vous toucher, si elle cristallise en vous quelque chose que vous avez perçu dans votre vie, alors n’hésitez pas, faites partager votre expérience à quelqu’un d’autre5. »

10Tout à la fois guide, modèle et preuve, le livre ne cesse de renvoyer à lui-même en un perpétuel redoublement des conseils donnés par l’auteur pour sa lecture et des péripéties fictionnelles du manuscrit perdu et des personnages lancés à sa recherche. Ainsi, le livre est de ceux que l’on doit prêter, conseiller, faire circuler le plus largement possible, exactement comme les copies du manuscrit qui passent de main en main clandestinement pour profiter au plus grand nombre. Nouvelle forme de marketing, nouveau système de distribution, le livre participe de la nouvelle économie dont parle la neuvième révélation et cherche à prouver par son exemple même que l’idéal décrit est à portée de main.

11De même, l’auteur nous apprend, dans un livre suivant, comment le contenu même des révélations se manifestait à lui dans son processus d’écriture, lui faisant précisément vivre les phénomènes qu’il tentait de décrire et lui permettant ainsi de mieux les exprimer.

  • 6 Redfield (James), La Vision des Andes, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 23.

« De façon tout à fait surprenante, plus je me souvenais d’expériences antérieures, plus j’écrivais à leur propos et les intégrais dans mon récit d’aventures, et plus des coïncidences frappantes se produisaient et illustraient des points particuliers que je voulais souligner. Des livres apparaissaient mystérieusement, ou je rencontrais juste au moment opportun le type exact de personnes que j’essayais de décrire. Parfois des inconnus s’ouvraient à moi sans raison apparente et me parlaient de leurs expériences spirituelles. Cela me poussa à leur faire lire mon manuscrit, et leurs réactions me permirent à chaque fois de préciser ma pensée ou de la développer6. »

  • 7 Comme le fait qu’un livre soit dicté par une entité spirituelle est la preuve de l’existence de ce (...)

12Comme souvent dans le cas de la littérature ésotérique, les conditions de production de l’écriture apparaissent comme une preuve de ce qui est écrit7. Dans le cas de Redfield, il en est d’ailleurs de même des conditions de publication. Ses premières tentatives pour trouver un éditeur s’étant soldées par un échec, il s’en trouva profondément affecté et le résultat de son découragement se fit instantanément sentir :

  • 8 Redfield (James), La Vision des Andes, op. cit., p. 24.

« Toutes les coïncidences cessèrent et je me sentis complètement bloqué. Quand je me rendis compte de ce qui se passait, je redoublai d’attention et modifiai mon manuscrit à plusieurs endroits, en développant certains points. En ce qui concerne ma propre vie, je savais que je devais analyser cette situation comme je le ferais avec n’importe quel événement. Quelle était sa signification ? Quel était le message ? Quelques jours plus tard, une amie m’informa qu’elle avait rencontré quelqu’un qui avait récemment quitté New York pour venir habiter dans notre région. Il avait travaillé dans l’édition pendant de nombreuses années… Il voulait désormais s’occuper d’auteurs qui envisageaient de s’éditer eux-mêmes8. »

  • 9 Id., Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, Paris, Robert Laffont, 1995, p. 9.

13Le fait même que le lecteur tienne le livre entre ses mains, cette expérience toute simple qu’il est en train de vivre, est donc présentée comme une preuve de la véracité des révélations. À un double niveau. Tout d’abord parce que l’existence même de cet objet dont le lecteur fait physiquement l’expérience, puisqu’il peut en sentir le poids, en toucher les pages, est le fruit même des révélations qu’il contient. D’autre part, parce que le fait de se tenir justement là, avec ce livre précis, est présenté comme un signe, une preuve donc « que la vie est vraiment beaucoup plus mystérieuse que nous ne le croyions9 ».

14Et s’il importe d’ancrer dans l’esprit du lecteur que le fait même de lire ce livre est une expérience qui participe des révélations, qui a quelque chose à voir avec le message que le livre cherche à faire passer, c’est que l’idée que le nouveau paradigme ne relève pas d’un savoir mais d’une expérience est au cœur même du projet de James Refdfield. Et comme dans une mise en abyme, tout nous ramène toujours à ce message essentiel : l’expérience de l’auteur, l’expérience du lecteur, l’expérience du héros et jusqu’à la structure même du récit.

La fiction de l’expérience

15La Prophétie des Andes comporte neuf chapitres, un par révélation. Tous, sauf le premier qui doit poser les bases de l’histoire, sont construits de manière identique : le héros, qui parle à la première personne et dont on ne connaît pas le nom, cherche quelque chose (une des révélations, à retrouver un compagnon…) ; une série de coïncidences et d’intuitions l’amène à être confronté à un événement ou le plus souvent à faire une rencontre qui va lui permettre d’expérimenter le contenu de la révélation en question. Une fois qu’il a vécu corporellement et spirituellement le message, des explications lui sont fournies et il a accès à l’une des copies de la partie correspondante du manuscrit.

Les neuf révélations
1. Une transformation globale est en train de se produire. Elle se manifeste par une insatisfaction, une inquiétude diffuse qui est la marque d’un appel de la conscience. L’univers offre de mystérieuses coïncidences nous aidant à nous acheminer vers notre destinée. Si nous y sommes attentifs, nous deviendrons plus conscients de ce qui est en train de se produire et contribuerons à atteindre la masse critique qui permettra l’éclosion d’une nouvelle société basée sur la spiritualité.
2. En nous penchant sur le passé, en en faisant une relecture, nous comprenons que nos nouvelles perceptions s’inscrivent dans une histoire qui leur donne sens : la scission à la Renaissance de la science et de la spiritualité, l’avènement d’une conception laïque et matérialiste du monde. Aujourd’hui, le temps de la survie et de l’accumulation des biens matériels est passé, nous devons nous ouvrir à une autre conception de l’univers et prendre collectivement conscience de notre nature fondamentalement spirituelle.
3. L’univers est pure énergie et celle-ci subit l’effet de nos intentions, faisant de nous des cocréateurs. Cette conscience de l’énergie universelle permet d’élever notre niveau de vibration. On peut ainsi apprendre à visualiser les champs d’énergie autour des plantes, des objets ou des êtres humains. La contemplation de la beauté est un moyen d’augmenter notre énergie.
4. La vie quotidienne est un échange perpétuel d’énergie dont nous ne sommes même pas conscients. L’homme passe son temps à chercher à combler son besoin d’énergie, le plus souvent en en soustrayant aux autres. C’est là la base de tous les rapports de pouvoir. Celui qui visualise les champs d’énergie peut les voir se déplacer d’un individu à l’autre.
5. Nous pouvons apprendre à nous relier mystiquement à l’énergie de l’univers qui en est une source inépuisable. Au fil de l’évolution, les hommes seront de plus en plus nombreux à se relier à cette source universelle, rendant inutiles les luttes pour le pouvoir.
6. Pour comprendre le sens de notre vie nous devons prendre conscience de notre héritage parental. Ce que nos parents nous ont légué explique ce que nous sommes et notre mission sur terre. La petite enfance détermine aussi nos mécanismes de domination, les moyens que nous utilisons pour prendre l’énergie des autres. Les hommes se répartissent en quatre grandes catégories : les intimidateurs, les interrogateurs, les indifférents et les plaintifs qui interagissent les unes sur les autres.
7. L’homme est capable d’évoluer consciemment. Pour entrer dans le flux de l’évolution, il doit apprendre à poser les bonnes questions et à accueillir ses intuitions ou les signes qui lui apportent des réponses.
8. À mesure que l’homme apprendra à utiliser l’énergie universelle, de nouveaux types de relations humaines vont se développer. Les hommes fonctionneront en groupes d’affinités et collaboreront pour élever leur niveau d’énergie et faire apparaître les phénomènes synchroniques (coïncidences). Le grand amour pouvant être un frein au développement spirituel et déboucher sur des conflits d’énergie, mieux vaut favoriser une relation platonique jusqu’à ce que chacun soit devenu un cercle complet unifiant l’énergie mâle et femelle. De nouveaux rapports, plus respectueux, s’instaureront avec les enfants.
9. La société de demain sera soucieuse de l’environnement et des sources d’énergie naturelles. Les hommes vivront dans la nature mais à faible distance de centres urbains de technologie douce qui fourniront les moyens de survie indispensables. L’argent deviendra inutile. Les naissances seront limitées. Toute la société sera fondée sur les principes spirituels y compris son économie basée sur une dîme spirituelle. Certains groupes au niveau de vibration plus élevé deviendront invisibles aux yeux des autres tout en restant présents et en vivant sous une forme spirituelle. La mort finira par être transcendée lorsque les hommes parviendront à se relier durablement à l’énergie de Dieu.

16En fait, le manuscrit (ou plus exactement ses copies) ne sont là que pour les besoins de la narration : les révélations se transmettent essentiellement oralement et par l’expérience. Il est toujours question du manuscrit de façon indirecte, par les commentaires et les événements qu’il provoque, mais aucun passage supposé en être extrait ne nous en est jamais cité dans le texte. Le but de la quête n’est pas le manuscrit en tant qu’objet historique, ce n’est pas son texte en tant que vérité révélée, c’est le cheminement même dont il est le prétexte. Nous ne sommes pas dans une religion du livre, mais dans une religion de l’expérience intérieure que tous doivent pouvoir partager. Il faut d’ailleurs remarquer que dans les deux romans suivants, la fiction du manuscrit est abandonnée puisque les révélations ne sont pas encore écrites.

17Ce mode de construction nuit grandement à l’intérêt de l’intrigue. Les révélations tombent une à une avec une régularité de métronome, les coïncidences cousues de fil blanc nous y conduisent aussi directement qu’une autoroute, le héros est sans consistance, le manuscrit objet prétexte de la quête réduit à des photocopies que l’on trouve dans toutes les poches. Bref, aucun suspens, aucun retournement de situation ne viennent entretenir l’attention du lecteur. Autant dire que La Prophétie des Andes n’a rien d’un thriller. Mais il n’a pas non plus vocation à en être un et l’auteur, qui passe son temps à justifier dans ses livres les intentions de ceux qu’il a écrits précédemment, explique qu’il considère ce roman « comme une parabole en forme d’aventure », un récit allégorique. Loin de chercher à travailler la matière romanesque de son histoire, Redfield a plutôt construit son récit comme une façon de faire passer un message à plusieurs dimensions : les révélations elles-mêmes, mais aussi les conditions de leur réception et celles de leurs transmissions. Des conditions qui ne passent justement pas par un livre, ce qui entraîne une situation de paradoxe permanent dont nous tenterons de cerner les effets sur les lecteurs. En fait, la faiblesse de la construction fait la force du message, car la répétition régulière des modalités, toujours identiques, d’émergence des révélations, est une façon d’amener le lecteur à comprendre qu’il doit apprendre à lire les signes du destin et à adopter la bonne posture pour s’ouvrir à eux.

  • 10 Redfield (James), Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, op. cit., p. 7.
  • 11 Moody (Raymond), La Lumière de l’au-delà, Paris, Robert Laffont, 1988, cité dans un compte rendu d (...)

18Cette posture est celle, aventureuse, de l’expérimentateur. Il faut se mettre en route, se garder ouvert aux coïncidences et aux intuitions qui sont autant de signes qui nous mènent vers une plus haute spiritualité, accepter de se laisser guider par les autres et laisser advenir les révélations qui apparaîtront dès lors que l’on sera prêt à les recevoir, non pas comme un savoir intellectuel mais comme une connaissance incorporée. Cette « nouvelle conception du monde n’est pas seulement un ensemble de réalités intellectuelles qui doivent être débattues et passées au crible de la critique. Bien plus qu’un système d’idées il s’agit d’une démarche fondée sur l’intuition et l’expérience de chacun. En fait, ceux qui ont une approche strictement intellectuelle face à cette démarche seront certainement les derniers à pouvoir l’adopter10 ». Pour l’auteur cela ne fait aucun doute, l’éveil spirituel est une aventure et il est aussi, pour reprendre les termes du Dr R. Moody à propos des nde, « une expérience noétique, une expérience qui se justifie elle-même puisque c’est une forme de connaissance. Elle est personnelle au point de se trouver au-delà des mots. Et elle transforme profondément l’existence11 ». C’est une expérience qui constitue en elle-même une preuve.

Les dixième et onzième révélations
La dixième révélation explique comment maintenir la Vision du Monde que les neuf premières révélations ont permis de faire émerger. C’est de notre capacité à conserver cette vision que dépend l’avenir du monde : « Nous pouvons soit nous laisser dominer par la crainte que la civilisation ne disparaisse, soit conserver la Vision que nous sommes en train de réveiller. Dans les deux cas, notre attente constitue une forme de prière, une force qui provoquera le futur que nous imaginons. Chacun de nous doit choisir consciemment entre ces deux avenirs. » (La Dixième prophétie, p. 314.)
« Il faut donc approfondir le recours à l’intuition et aux rêves, apprendre à guérir et se guérir grâce aux techniques bioénergétiques, prendre conscience des mécanismes de l’après-vie (réincarnations, revues de vie, groupes d’âmes…), se souvenir de sa vision de naissance, c’est-à-dire de sa tâche en cette vie, comprendre que l’enfer est intérieur et qu’il est le fruit de nos propres peurs. Il faut créer avec d’autres individus des groupes conscients capables de fusionner avec l’énergie de leurs groupes d’âmes et apprendre à collaborer avec les forces de la nature, l’esprit des fleuves et des forêts pour conserver la Vision, c’est-à-dire “la vivre pour vous-même et projeter l’intention d’un bien supérieur pour l’avenir”. » (L’Expérience de la dixième prophétie, p. 483.)
La onzième est la prise de conscience de la force de la prière. Chacune de nos attentes constitue un champ de prière qui va faire advenir dans la réalité ce que nous pensons. Si nous croyons qu’une chose négative va se produire, elle se produira effectivement, si nous nous efforçons de n’imaginer que des choses positives ce sont elles qui adviendront. Cette prise de conscience du pouvoir tout puissant de la pensée passe par quatre extensions : « Tout commence avec la prise de conscience que notre énergie de prière est réelle, qu’elle s’écoule hors de nous et affecte le monde extérieur. Une fois que nous avons admis cette idée, nous pouvons comprendre que ce champ, cette influence que nous avons sur le monde extérieur, peut être élargi, mais il nous faut commencer par la Première Extension. Nous devons améliorer la qualité de l’énergie que notre corps absorbe physiquement [par l’alimentation et par le fait de se relier à la beauté comme indiqué dans les révélations]… Mais maintenant nous savons que, en visualisant cette énergie comme un champ s’écoulant devant nous, où que nous soyons, nous pouvons acquérir une force plus durable. La Deuxième Extension commence lorsque nous savons régler ce champ de prière afin qu’il augmente le flux synchronistique de notre vie… La Troisième Extension implique une nouvelle attente : nous anticipons que notre champ de prière rayonne et accroisse le niveau d’énergie chez les autres ; qu’il les pousse à se centrer sur leur connexion intérieure avec le divin et sur l’intuition de leur Moi supérieur. C’est l’éthique interpersonnelle dont nous avions déjà entendu parler au Pérou, mais nous savons maintenant comment utiliser le champ de prière pour la fortifier. La Quatrième Extension commence quand nous découvrons l’importance qu’il y a à ancrer et à conserver le flux de notre énergie, malgré les situations qui déclenchent notre peur ou notre colère… Nous devons toujours rechercher un sens positif, et toujours, toujours, anticiper que le processus nous sauvera, quelle que soit la situation. » (Le Secret de Shambhala, p. 265-267.)

19Dans ce contexte de primauté de l’expérience, les conditions d’accès aux révélations sont particulièrement importantes. L’apprentissage du héros ne se fait pas dans le cadre d’une relation de maître à disciple, mais bien plutôt dans une relation de coopération entre chercheurs partageant le même but et qui peuvent être plus ou moins avancés sur le chemin. Si le héros est le plus souvent en position de récepteur d’informations, il lui arrive aussi d’en transmettre à ceux dont les connaissances sont moins développées. Le message de l’auteur est clair et il y revient plusieurs fois au fil de ses livres, mettant en particulier ses lecteurs en garde contre les sectes : celui qui cherche peut éventuellement avoir besoin de guides, comme ceux que le héros va rencontrer, qui le mettent dans les conditions où il pourra lui-même expérimenter les choses et donc les comprendre. Il n’a nul besoin d’un maître. En fait, et comme le montrent les romans, tout peut servir de guide : des rencontres de hasard, des intuitions, des animaux…

  • 12 Selon le titre originel de celui qui accompagne le premier roman, The Celestine Prophety : an Expe (...)
  • 13 Il s’agit peut-être moins du sophisme de l’éphémère, tel que l’avait défini Diderot : « celui d’un (...)

20C’est d’ailleurs le rôle des livres qui accompagnent les romans : être des guides, des experiential guides12. Un pari risqué en l’absence de dimension fictionnelle qui, aussi ténue soit-elle dans La Prophétie des Andes, apporte un effet de spiritualisation, de globalisation, de l’expérience individuelle ordinaire. La fiction semble bien être pour le Nouvel Âge un outil de résolution des sophismes13. En son absence, le lecteur est renvoyé à la contradiction inhérente à toute la littérature non fictionnelle du Nouvel Âge : amener à prendre connaissance intellectuellement d’un savoir qui est justement supposé échapper à l’intellection. L’auteur en est d’ailleurs bien conscient qui souligne lui-même cette tension :

  • 14 Redfield (James), Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, op. cit., p. 8.

« Il existe une différence entre entendre parler de cette nouvelle approche de la vie et posséder les moyens nécessaires pour la faire sienne. Je crois fermement que ce niveau de perception sera demain celui de toute l’humanité, mais aucun d’entre nous ne peut l’acquérir tant que nous ne le découvrons pas en nous-même et que nous ne l’élaborons pas dans nos propres termes. Par conséquent, une telle conscience semble devoir se communiquer au mieux à travers des récits et des paraboles, en partageant avec d’autres des expériences vécues, et sous l’influence déterminante d’une personne qui décèle une vérité supérieure dans notre vie ; finalement, en faisant nous-même, tout seul, la même expérience. Vous pouvez donc comprendre les sentiments ambivalents que j’ai éprouvés à l’idée d’écrire ce guide. Je sentais qu’un tel projet devrait apporter une définition stricte d’idées et de perceptions qu’il aurait mieux valu laisser à l’interprétation personnelle du lecteur14. »

  • 15 Tous ces exemples font partie du commentaire à la septième révélation.
  • 16 Ainsi, pour la troisième révélation, la plus concrète de toutes puisqu’il s’agit d’apprendre à vis (...)

21Tout le travail de l’auteur va donc être de maintenir la fiction de l’expérience personnelle à travers des exercices et le lien à cette expérience primordiale qu’est la lecture du roman. Ainsi, comme dans Les Prophéties, chaque chapitre est consacré à une révélation. Après un bref résumé des péripéties et de l’expérience que le héros acquiert dans le chapitre correspondant du roman, l’auteur propose une sorte de commentaire fait d’exemples, de recommandations, de conseils pratiques (testez vos coïncidences, comment confronter vos images de peur, comment vous débarrasser de votre besoin de contrôle, quelle est la pièce manquante dans le puzzle de votre vie15…), suivis des exercices « pratiques » à mettre en œuvre, soit dans le cadre d’une « étude individuelle », soit dans celui d’un atelier dont l’auteur précise la durée et la répartition en différents groupes selon le nombre de participants. Il faut noter que ces ateliers comportent peu d’exercices réellement pratiques, mais beaucoup de discussions et d’interactions entre les membres du groupe16.

22À propos du fonctionnement en ateliers, Redfield prévient le lecteur que les groupes doivent être formés de personnes qui collaborent les unes avec les autres et met en garde contre ceux qui pourraient vouloir exploiter le guide à des fins commerciales ou de promotion personnelle. On retrouve là sa défiance vis-à-vis des situations d’enseignement qui peuvent servir de prétexte à des relations de pouvoir :

  • 17 Redfield (James), Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, op. cit., p. 8-9.

« Ce guide est destiné à la fois au lecteur qui voudrait le lire seul comme à celui qui voudrait en discuter dans le cadre de groupes d’étude. Dans ce dernier cas, il n’est pas nécessaire de désigner un accompagnateur ou un responsable. Conformément à la huitième révélation, les membres d’un groupe d’étude peuvent chacun à leur tour diriger les débats, à des moments déterminés à la fois par leur intuition et par l’accord des participants. Si vous tombiez sur une personne qui vous demande une rémunération pour vous faire connaître les concepts de la Prophétie des Andes, je crois que vous devriez montrer autant de prudence que si vous achetiez un objet à un inconnu. Il n’y a pas d’école de formation accréditée pour enseigner la Prophétie des Andes et il n’y en aura jamais. Nous ne donnons notre aval à aucune des personnes qui organisent des stages à ce sujet, bien que beaucoup de gens admirables semblent avoir la vocation pour ce type d’activité17. »

  • 18 Voir à ce propos le dernier livre de James Redfield, écrit en collaboration avec Michael Murphy et (...)

23On se trouve là au cœur même de la tension paradoxale qui habite le Nouvel Âge : il lui reste de son héritage théosophique l’idée que tout accès à la spiritualité est un parcours initiatique balisé par des guides spirituels qui vivent soit dans notre monde physique, soit sur un autre plan mais peuvent rentrer en communication avec les hommes par des séries de signes ou par l’intermédiaire de médiums. Tandis que d’un autre côté, l’héritage des années soixante et soixante-dix, tel qu’il est surtout représenté par le Mouvement pour le potentiel humain, met en avant l’importance de l’expérience individuelle comme correspondant à l’expérience du divin, la relativité de toute vérité en dehors de cette appropriation personnelle, aussi bien que le lien entre spiritualité et développement personnel au sens le plus matériel du terme18.

24Dans cette tension, qui voit le curseur se déplacer plus ou moins selon les auteurs vers un pôle ou un autre, James Redfield penche incontestablement, du fait de ses liens avec le MPH, du côté de l’expérience et du gourou intérieur sans cependant pouvoir faire l’économie des guides spirituels qu’il a toutefois tendance à traiter en groupes et non comme des entités isolées. Le héros n’aura pas un seul instructeur mais chaque rencontre le fera progresser, chaque individu reçoit l’aide spirituelle d’un « groupe d’âmes », les anges ne sont pas individualisés mais prennent la forme anonyme de « dakini »

25Cette primauté de l’expérience sur le savoir pose aussi un autre problème. Elle subordonne la croyance au fait que le lecteur parvienne à ressentir, à vivre les phénomènes qui sont décrits. Le fait de présenter la lecture comme une expérience est certes une trouvaille, qu’utilisera également Bernard Werber dans Le Livre du voyage, par exemple, mais elle est loin de suffire aux lecteurs qui se trouvent souvent en panne sur le chemin des révélations, chacune étant considérée comme une étape nécessaire pour aborder la suivante. Afin de pallier cet inconvénient, l’auteur fait appel à l’une des idées force du Nouvel Âge : l’expérience transformative ne se décrète pas. Non seulement on ne peut obliger personne à croire, mais il ne suffit pas de vouloir changer de regard pour y parvenir. Dès lors, chacun allant à son propre rythme, les révélations viendront à point nommé et rien ne sert de vouloir précipiter les choses. Son raisonnement en arrive parfois à prendre des allures jésuitiques : les révélations sont en elles-mêmes leur propre preuve puisqu’elles passent par l’expérience personnelle, mais le fait de ne pouvoir les expérimenter ne doit pas décourager d’y croire, bien au contraire, puisque c’est en continuant à croire et à chercher que l’aspirant parviendra au degré d’éveil qui lui permettra d’y accéder.

  • 19 Redfield (James), Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, op. cit., p. 81.

« Selon la troisième révélation, par exemple, nous pouvons apprendre à voir les énergies invisibles entourant les plantes et les gens. Certains d’entre nous voient ce champ énergétique, et beaucoup d’autres le verront dans un proche avenir. Ce sera plus facile pour certains que pour d’autres, mais l’essentiel en ce qui concerne la troisième révélation, c’est d’admettre la réalité de l’énergie universelle19. »

26En bref, il suffit d’y croire pour cesser de douter !

27Le livre construit donc une injonction forte qui oriente les façons de lire le récit, et cherche à donner au lecteur les moyens (ou leur illusion) d’en transmuer l’expérience dans sa propre vie. Mais comment celui-ci réagit-il ? Nous avons principalement analysé deux grands forums20, qui durent depuis plusieurs années, sur La Prophétie des Andes. Ils représentent plusieurs centaines de pages de commentaires, questions, débats sur ces ouvrages. On ne s’étonnera pas d’y retrouver les deux axes problématiques qui parcourent l’œuvre elle-même, que nous avions déjà croisés à propos de la réception des Enfants indigo et qui traversent tout le courant du Nouvel Âge : la question de l’expérience et le rapport à l’autorité.

Participer de la fiction : stratégies et limites des lecteurs

28Les romans, comme les essais, ne cessent de répéter qu’il ne suffit pas d’avoir une connaissance intellectuelle des révélations mais qu’il faut les ressentir et que la lecture doit participer de cette expérience. Cette injonction de base n’est jamais remise en cause et les faiblesses narratives du récit sont considérées comme sans importance puisque celui-ci, loin d’être une simple source de divertissement, n’est que le prétexte à un tout autre enjeu. Il est clair pour tout le monde que la lecture doit ouvrir à une expérience transformative. Et d’ailleurs, beaucoup de lecteurs témoignent que ce livre a changé leur vie ou leur façon de voir le monde. Est-ce à dire que tous se sont finalement révélés capables de voir circuler les énergies ? En fait, aux stratégies de l’auteur pour construire la fiction de l’expérimentation, répondent des stratégies des lecteurs pour intégrer les révélations à leur propre vie, les construire à leur tour comme une expérience.

« La connaissance, c’est bien, mais toucher à la co naissance c’est mieux, tout passe par l’expérience, savoir et ne pas expérimenter ça sert à quoi ? Ça sert à se remplir le ciboulot. La connaissance-savoir existe mais toucher à la co naissance pratique, là c’est du sérieux, là c’est du concret. Co naissance = naître avec. Vois-tu c’est comme l’alchimiste dans le livre L’Alchimiste de Omberto Paolo… (sic) qui à la fin se dit “je sais mais je n’ai jamais essayé”. Pourtant un simple berger qui, lui, a expérimenté, en savait plus que l’intellectuel. Co naissance ou connaissance, faites votre choix. Le mien est fait ! » (Oncto, Globe-trotter.)

29Une fois encore, on se trouve face à une sorte de contrat tacite qui lie l’auteur et le lecteur et transforme celui-ci en un agent actif : de la simple participation à la circulation du livre à l’inscription dans des groupes d’étude des révélations, en passant par un travail d’introspection qui constitue le livre comme expérience intérieure.

Les révélations comme révélation

30On se souvient que Redfield présentait la lecture même de son livre comme une preuve de son contenu et donc comme faisant déjà partie de l’expérience transformative. Les lecteurs lui emboîtent allègrement le pas en développant l’idée que les révélations les ont brusquement révélés à eux-mêmes.

« Ce livre a été une vraie révélation, mais chacun y trouve ce qu’il veut y trouver. » (Capy, Anarchiste couronné.)
« Pour moi ce bouquin est une révélation (dzl pour le jeu de mot). Ça a totalement changé ma façon de voir la vie. » (Kashmir, Anarchiste couronné.)

  • 21 Attesté chez Mme de Staël, 1807. Voir Dictionnaire historique de la langue française. Pour le sens (...)

31Cette collusion du sens ancien et religieux du terme « révéler » et de son sens moderne et plus psychologique de « se faire connaître sous un aspect encore ignoré21 » montre bien que les lecteurs ont compris l’essentiel du message : il s’agit effectivement d’entamer une mutation psychologique sur la base d’une expérience spirituelle. Cette révélation présente deux caractéristiques : elle est immédiate et donc totalement indépendante du long cheminement qu’impose l’accès aux révélations proprement dites.

« Je viens d’ouvrir le premier livre et déjà cela me fascine à tel point que je lis tout d’un trait. Je suis à la recherche depuis l’enfance sur le sens de la vie. J’ai maintenant cinquante-sept ans et que d’épreuves j’ai déjà passées ! Passant par le yoga, les gourous et les lectures orientales, je m’aperçois que la prophétie vient juste à point, juste au moment qu’il faut. » (Aguamarina, Globe-trotter.)

« Bonjour, je viens de dévorer La Prophétie des Andes, La Dixième prophétie et je suis toujours sous le choc. J’ai vingt ans et mon entourage n’a pas l’air de vouloir parler de ces questions… Je cherche un groupe de personnes qui pourrait se réunir dans ma région (Basse-Normandie, dans la Manche). » (Jub, Globe-trotter.)

32C’est la révélation dans sa toute-puissance, l’aperçu instantané (insight) d’une autre réalité, le moyen d’accès dont parle Marilyn Ferguson et qui ouvre aux étapes de la transformation.

33Vécue sur le mode du choc, cette révélation est donc présentée comme une expérience qui présente une seconde caractéristique troublante, celle de ne rien apprendre mais bien plutôt de dévoiler (sens latin de revelare, de velum, voile) un savoir que le lecteur portait déjà en lui.

« Bonjour à toutes et tous. J’ai découvert La Prophétie des Andes il y a un an et j’avais l’impression en le lisant que je savais déjà tout ça, que ces révélations étaient “en moi” depuis toujours et le fait d’en prendre conscience m’a vraiment bouleversé, depuis j’ai acheté la série, lu La Dixième prophétie et je travaille avec un groupe depuis 2 mois. » (Emmanuel, Globe-trotter.)

« Bonjour à tous… Je viens de finir La Prophétie des Andes ! Ouaaah terrible… je vais essayer de mettre en mot mes premières impressions : […] Dès que je me sentais lasse, déprimée, pas bien dans ma peau, je montais sur mon “caillou” et j’y restais jusqu’à ce que je me sente mieux… généralement c’était le coucher du soleil… Je ne savais pas pourquoi. Une autre impression, globale cette fois, est que j’ai déjà appliqué chaque prophétie inconsciemment, il manquait des mots pour mettre dessus… Enfin peut-être est-ce un peu prétentieux de dire cela, mais c’est mon impression. Ce soir, je vais aller me poser sur un autre “caillou” et essayer de voir l’énergie… et surtout faire le plein… Et ceci consciemment. À bientôt. » (Delf, Globe-trotter.)

  • 22 Ou peut-être, plus exactement, ce que Marshall Sahlins appelle une anthropologie occidentale indig (...)

34Comme dans le cas des enfants indigo, on se trouve devant un effet de reconnaissance qui est, par définition, inquestionnable. C’est le prototype même de l’expérience noétique : c’est vrai parce que je l’ai toujours su, même si je ne savais pas que je savais. Ce sentiment, extrêmement fort chez la plupart des lecteurs, repose essentiellement sur leur appréciation personnelle de deux types de phénomènes : les coïncidences et les modalités de circulation de l’énergie. Curieusement, il ne semble venir à l’idée de personne que si ces révélations nous semblent si familières c’est, en partie, parce qu’elles exploitent un fonds de croyances « populaires » occidentales qui restent encore très profondément enracinées dans nos mentalités22. C’est d’autant plus étonnant qu’une telle constatation pourrait très bien tourner à l’avantage des révélations. Il serait aisé en effet de retourner le problème sur le modèle de la poule et de l’œuf et d’expliquer que ces systèmes de représentation reflètent en fait une antique sagesse mystique aujourd’hui perdue, selon un mode de raisonnement classique de la pensée ésotérique. Curieusement, personne n’a pensé à développer cet argumentaire. Comme si ce type de preuve apparaissait, dans ce contexte précis, moins probant que l’expérience noétique de la reconnaissance et que l’idée que chacun porte en soi l’intuition de ces révélations.

La lecture des coïncidences

« Bonjour à tous et toutes ! Je m’appelle Jean-Michel et cela fait un an que j’ai évidence et conscience des coïncidences dans ma vie de tous les jours. Elles ont provoqué des rencontres, des orientations professionnelles et personnelles. Après la lecture, cet été, de L’Alchimiste, cela m’a réconforté qu’il y avait bien quelque chose. Puis une coïncidence m’a fait rencontrer une personne qui, après plusieurs rencontres et discussions, m’a indiqué La Prophétie des Andes !!! Et là !!!!! Le choc pour moi !!!! Depuis une semaine où je l’ai dévoré ! J’ai FOI en ce récit parce que je le vis, le sens tous les jours depuis un an ! ! Ayant essayé de parler des coïncidences dans mon entourage, je me suis vite aperçu que l’on me prenait pour être un peu bizarre… Donc je me sens un peu seul et j’aimerais trouver des personnes avec qui discuter, échanger et pourquoi pas participer à un groupe s’il en existe. Merci de m’orienter et de m’aider. Que la force soit avec vous ! Très sincèrement. » (Jean-Michel, Globe-trotter.)

35S’il est une chose qui vient fonder cet effet de reconnaissance des révélations, c’est bien l’existence des coïncidences que Redfield met très judicieusement au centre de son dispositif narratif. Les forums sont remplis d’anecdotes qui viennent attester que oui les coïncidences existent, oui elles sont signifiantes, oui on a tout à gagner à les suivre et à obéir à son intuition.

« Bonjour ! Moi aussi je viens de terminer La Phophétie des Andes et la dixième… et là je suis sur le c… C’est le cas de le dire, c’est pour moi une révélation et en plus il y en a dix. Donc je commence à travailler l’ensemble, j’en parle à droite à gauche, ma copine est en train de le lire, et là elle me dit “va voir sur Internet si il n’y a pas des gens avec qui en parler” et boum, je tombe ici, “quelle coïncidence”. » (Yannoux, Globe-trotter.)

« Coïncidences… J’ai acheté le livre pour une amie Sophie… Elle ne connaissait pas le Livre (sic) et j’ai pensé qu’il lui ferait du bien de le lire. Le jour où j’ai pris le Livre pour le lui remettre, je savais que j’allais la rencontrer dans le métro. Nous le prenons toutes les deux à des horaires différents en temps normal. Elle avait eu la même prémonition de me trouver dans le métro. Et ce jour précisément, elle se trouvait dans le métro. Je lui ai donc remis le Livre. J’ai interprété la chose en me disant que le livre lui ferait du bien. » (Yaelle, Globe-trotter.)

36Ces phénomènes quotidiens, et souvent anodins, si abondamment et complaisamment décrits, un peu sur le modèle des recueils de hasards étranges ou de coïncidences extraordinaires publiés dans les collections de parapsychologie, revêtent un importance tout à fait particulière dans le corps de doctrines du Nouvel Âge du fait de la place centrale qu’y occupent les théories et les pratiques analytiques de Carl G. Jung et le principe de synchronicité qu’il a développé des années trente à cinquante.

  • 23 L’expression est employée par Marie-Louise Von Franz, une des dernières élèves de Jung, dans son l (...)
  • 24 C’est le sous-titre d’un ouvrage d’un physicien anglais, F. David Peat : Synchronicité, le pont en (...)
  • 25 Les phénomènes synchronique seraient facilités par tout ce qui vient troubler le fonctionnement ha (...)

37Toute l’œuvre de Jung est marquée par sa réflexion sur la spiritualité dans laquelle s’enracine sa rupture avec Freud. S’intéressant à l’occultisme, aux philosophies orientales, aux mythes, à l’alchimie, il va élaborer au fil des années une théorie singulière qui tente de concilier psychologie, spiritualité et sciences de la matière, et qui le fait, par bien des points, apparaître comme un préfigurateur des aspirations du Nouvel Âge. Il n’y a donc rien d’étonnant, et ses disciples y ont veillé, à ce que son œuvre apparaisse aujourd’hui comme la clé de voûte des nouveaux savoirs sur « l’homme du Verseau23 ». Sa théorie repose sur l’existence d’un inconscient collectif formé d’archétypes (sortes d’images primordiales : le féminin, le masculin, la mère, la nuit, le vieux sage, le héros, l’homme fort, la femme fatale, la bête…) qui forment comme un répertoire universel, une mémoire de l’humanité, une âme du monde infuse dans l’univers et susceptible d’entrer en résonance avec la psyché individuelle selon un principe a-causal qui est justement la synchronicité. Créant une sorte de pont entre l’esprit et la matière24, la synchronicité, via l’inconscient collectif, créerait entre l’univers objectif extérieur et certains états psychiques25 des liens basés sur le sens et la ressemblance et non sur des rapports de cause à effet. L’univers semblerait alors envoyer à l’individu des signes qui seraient autant de réponses à ses préoccupations subjectives. Ainsi s’expliquerait, à côté des coïncidences simples et qui obéissent tout bonnement aux lois de la probabilité, l’existence de coïncidences qui nous semblent plus mystérieuses ou qui revêtent pour nous une signification plus troublante tant elles semblent faire écho à l’état de nos pensées. Mais la synchronicité expliquerait aussi d’autres phénomènes, tant au niveau de la physique (elle permettrait de rendre compte de la non-séparabilité des particules) que de la parapsychologie où elle expliquerait par exemple les prémonitions ou les phénomènes de télépathie. Si Jung parle de synchronicité dès 1930, à propos du Yi King, ce principe ne trouvera vraiment sa pleine expression que dans le cadre de ses échanges intellectuels avec le physicien W. E. Pauli, le découvreur des neutrinos, prix Nobel en 1945, qui fut son patient au cours des années trente et dont Jung analysera les rêves dans Psychologie et Alchimie. Ils entretiendront une longue correspondance, de 1932 à 1958, année de la mort de Pauli. C’est dans cette tentative de trouver un point de convergence entre les sciences physiques et celles de l’inconscient que le principe de la synchronicité trouvera à s’affirmer. Pour Jung, ce phénomène complexe, dont Hubert Reeves (La Synchronicité, l’âme et la science, Paris, Poiesis/Payot, 1985) dit que nous ne possédons même pas les mots pour le décrire, et qui a des similitudes avec les correspondances sympathiques entre microcosme et macrocosme qui fondaient la cosmologie de Paracelse, est une façon d’affirmer le unus mundus, la réalité unique de la matière et de la psyché, l’union de la physique, du psychique et du spirituel dont il lui arrive parfois de faire l’expérience :

  • 26 Jung (Carl Gustav), Ma Vie. Souvenirs, rêves et pensées, Paris, Gallimard, 1973, p. 263.

« Par moments, je suis comme répandu dans le paysage et dans les choses et je vis moi-même dans chaque arbre, dans le clapotis des vagues, dans les nuages, dans les animaux qui vont et viennent et dans les objets26. »

38De cette théorie extrêmement complexe, Redfield ne retient qu’une vision très simplifiée : les coïncidences ne sont pas de simples hasards, elles sont signifiantes, elles se produiront d’autant plus facilement que s’accentuera la recherche spirituelle, elles servent à guider l’individu sur le chemin de sa transformation et contribuent ainsi à l’évolution de l’homme. De l’ensemble de la proposition, les lecteurs ne retiennent d’ailleurs le plus souvent que le début. Ce qui est somme toute normal puisqu’ils sont moins supposés construire une réflexion intellectuelle qu’expérimenter l’existence des coïncidences. Mais comment construire les conditions de cette expérimentation ? Redfield va jouer des ambiguïtés mêmes du principe de synchronicité. Il ne semble en effet pas faire de différence entre les coïncidences pures, dues aux lois de la probabilité, et les phénomènes synchroniques supposés être signifiants. Pour Redfield, toute coïncidence est potentiellement signifiante. Il conseille ainsi à ses lecteurs d’être extrêmement attentifs à tout ce qui peut leur arriver, de façon à repérer des coïncidences auxquelles ils ne prêteraient normalement pas attention, et comprendre ainsi les messages qui leur sont adressés. Il joue aussi de ce que l’on pourrait appeler le « degré de signifiance », qui est par définition extrêmement subjectif et donc entièrement laissé à l’appréciation du lecteur. Clins d’œil du destin troublants et exceptionnels chez Jung, les phénomènes synchroniques tombent ici dans la plus parfaite banalité, celle des mots prononcés en même temps, des regards que l’on croise, des amis rencontrés « par hasard »… Le résultat en est une accentuation de l’effet de preuve qui est sans nul doute tout à fait intentionnel chez l’auteur. Des coïncidences se produisant tous les jours, les lecteurs ne peuvent manquer de reconnaître leur existence. Comme on leur explique qu’elle sont signifiantes, ils vont bien entendu chercher leur signification. Comme le principe du sens est que l’on en trouve toujours lorsque l’on en cherche ou que l’on s’attend à en trouver, ils seront donc convaincus que l’auteur a raison.

39On voit donc ici comment fonctionne le mécanisme de reconnaissance que le livre cherche à induire chez le lecteur : une extension des phénomènes de synchronicité à l’ensemble des coïncidences qui tend à donner du sens à toute une série de détails de la vie quotidienne, selon une tendance déjà présente dans la vie de tout un chacun.

« J’attends mon avion et je lis un texto d’une copine me demandant le nom de l’auteur de La Prophétie des Andes, un livre qu’elle souhaitait relire et en levant la tête je vois un jeune gars en face de moi lisant ce fameux livre et lui demande le nom de l’auteur [il s’agit de James Redfield] et je sais déjà que je vais faire un bout de chemin avec lui. Il s’appelle Sébastien, un jeune Breton qui vient rejoindre sa copine australienne qui habite Adélaïde, il a d’ailleurs pris le même avion que moi ce matin. D’ailleurs dans l’avion nous sommes presque côte à côte et comme deux places se libèrent, on en profite, j’aurai certainement l’occasion de le revoir durant mon séjour. » (Extrait d’un récit de voyage sur le forum d’un portail de stages sportifs27.)

40Ici, la coïncidence signifie qu’elle est signifiante et on peut presque parier qu’ils auront échangé leurs adresses avant la fin du voyage.

De l’énergie ou des vertus de la métaphore

41Si l’observation des coïncidences ne pose aucun problème, puisque « le hasard fait bien les choses » et qu’il suffit de chercher des phénomènes synchroniques pour en trouver, il n’en va pas tout à fait de même de la question de l’énergie. Selon la troisième révélation, en effet, l’énergie dont les êtres, les végétaux, les objets même sont porteurs est observable comme une sorte d’aura colorée qui les entoure, susceptible de grandir ou de diminuer en fonction de l’état physique et mental de l’individu et d’interagir avec les énergies environnantes. Le héros, grâce à un certain nombre de techniques qui sont encore développées dans le guide-compagnon, apprend à visualiser cette aura et le lecteur est supposé pouvoir en faire autant. L’enjeu est d’importance, même si Redfield a pris la peine d’expliquer que chaque chose venant à son heure, cette capacité d’élargissement de la perception sera plus immédiate pour certaines personnes que pour d’autres. De fait, nombre de témoignages viennent, dans les forums, attester de la perplexité de lecteurs qui n’arrivent pas à voir les énergies ou ne parviennent pas à les stocker.

« Salut à tous ! J’ai lu La Prophétie des Andes et maintenant je lis La Dixième prophétie et j’ai déjà acheté les Leçons de vie de la prophétie des Andes. Mon opinion est que ces livres sont tout à fait exceptionnels !!!!!! Depuis les premières pages de lecture je fais tout mon possible pour appliquer les révélations mais j’ai de la difficulté à me brancher sur l’énergie divine, la source première. » (Karinette, Globe-trotter.)

« Salut à tous. Comme tous ceux qui sont ici, j’ai été touché par La Prophétie des Andes. Je commence la lecture de La Dixième prophétie. Même si j’ai pratiquement compris ce que les révélations disaient, je ne les ai pas mis en application. J’en suis seulement qu’à la deuxième. Je voudrais savoir si quelqu’un pouvait me donner plus de précision, comment voir l’énergie ? Merci. » (Icewing, Globe-trotter.)

42Il y a alors souvent un participant complaisant pour expliquer les techniques préconisées par Redfield et que le lecteur connaît déjà, ou au contraire pour défendre l’idée qu’il ne faut pas confondre les révélations avec la prestidigitation :

Question : « J’aimerais voir l’aura, l’énergie… tous ces trucs, mais je n’y arrive pas. Aidez-moi s’il vous plaît ! » (Kashmir, Globe-trotter.)

Réponse : « Salut à tous, en effet il ne s’agit pas de chercher de la magie, les choses sont simples. Il s’agit de se laisser sentir. La lecture sera comme un pont pour s’approcher de cette réalité qui nous habite et que nous méconnaissons. Lire et lâcher prise pour qu’une première expérience prenne place. Bonne chance. » (dgr1, Globe-trotter.)

43Dans tous les cas, le fait de voir ou ne pas voir les énergies n’est jamais considéré comme une preuve de la véridicité du livre. Ne pas les voir ne signifie pas que les énergies n’existent pas, cela veut simplement dire que l’on n’est pas encore prêt pour cela. Si personne ne vient contredire cette affirmation, c’est que la preuve par l’intime conviction, que nous avons maintenant l’habitude de voir fonctionner, est là aussi à l’œuvre et que l’auteur et les lecteurs s’accordent pour la rendre plus probante que le témoignage de nos sens.

« Depuis longtemps sans même le savoir je ressens toutes ces choses, toute cette énergie… Croyez-vous que ce soit un “hasard” si vous êtes attiré par une personne plutôt que par une autre ? ? Nos énergies s’attirent entre elles pour nous apporter de la force, la force de continuer et comprendre ce que nous avons à faire ici. » (Anonyme, Anarchiste couronné.)

  • 28 Cette allusion au sort n’est pas innocente ; on pourrait aussi faire une analogie entre cette éner (...)

44L’un des ressorts de cet effet de reconnaissance repose sur une confusion soigneusement entretenue sur les différents sens donnés au mot énergie. Dans la cosmologie du Nouvel Âge, l’univers est un tout organique animé par une force, une énergie qui est l’âme ou l’esprit de Dieu. Mais cette énergie n’est pas uniquement mystique, elle est une vibration à très haute fréquence sur laquelle il convient de se brancher pour se trouver en harmonie avec le cosmos. S’appuyant cette fois sur la théorie de la relativité (l’idée de l’équivalence masse énergie) et la mécanique quantique, le Nouvel Âge développe toute une série de métaphores qui aboutissent à l’idée que cette énergie est potentiellement mesurable et observable, qu’elle est une onde et donc de même nature que la lumière (d’où des expressions telles que « guerriers de lumière », « êtres de lumière »…), et que, selon le niveau de vibration, l’énergie peut se transformer en matière ou la matière en énergie, expliquant ainsi par exemple que des individus vibrant à un très haut niveau puissent, tels des quarks, se dématérialiser aux yeux de leurs semblables sans pour autant disparaître. Le raisonnement poussé à son terme aboutit à l’idée que la pensée (en tant que projection d’énergie positive ou négative) peut faire advenir ce que l’on désire ou craint dans le monde réel. On voit ici la physique de pointe venir s’adosser à la méthode Coué et à de vieux dictons selon lesquels il n’est jamais bon d’évoquer le malheur de peur de l’attirer, en une nouvelle tentative des hommes de maîtriser leur sort, bon ou mauvais28. Autre avatar, cette énergie est aussi, celle, calorique, que les aliments apportent aux organismes pour leur permettre de croître, fonctionner, se reproduire. Elle est enfin, celle, psychologique, qui dans le langage courant vous fait vous sentir à plat, vous fait recharger vos accus, péter le feu…, une énergie fluctuante en fonction des saisons, des événements de la vie, et des relations avec les autres. Ce dernier aspect va être largement développé par Redfield et fonde en grande partie l’adhésion des lecteurs à l’ensemble de sa théorie de l’énergie. La vulgate psychologique qu’il a composée autour des captations d’énergie et des mécanismes de domination est d’autant plus efficace qu’elle est simpliste. Les lecteurs semblent y projeter sans peine leur propre vécu. Que celui qui n’a jamais pensé que tel collègue lui pompait l’air, que sa belle-mère l’épuisait ou qui ne s’est jamais senti vidé à l’issue d’une réunion conflictuelle leur jette la première pierre ! De fait, c’est en bricolant à partir de ce sens commun que les lecteurs parviennent à étayer ce qu’ils considèrent comme leur expérience de l’énergie. Si quelques participants aux forums racontent être capables de voir les auras, la très grande majorité d’entre eux fondent leur croyance en l’énergie sur un tout autre registre.

« Je crois que le principe des mécanismes de défense est une thèse qui a du sens et qu’il est vrai que nous pouvons nous améliorer en tant qu’individus. Le fait de me savoir plaintive m’a permis de comprendre ce que je faisais pour attirer l’attention des autres et de me départir de ce réflexe stupide n’a pu être que bénéfique pour moi. Aussi je ne me laisse plus tirer l’énergie par un intimidateur et je ne m’en porte que mieux. Cependant, ce n’est pas parce qu’on lit la prophétie qu’on va se mettre à voir les auras ou à disparaître. Et ce n’est pas nécessaire non plus. L’important c’est l’ouverture sur le monde que ce livre apporte… L’énergie est un principe fondamental et c’est ce qui nous guide. Je crois en l’énergie pour l’avoir expérimentée concrètement, pour l’avoir sentie. » (Anonyme, Anarchiste couronné.)

« Salut à toi, Énergie : Lorsque je me sens bien, j’ai l’impression que les autres me regardent, ne serait-ce que de me voir (sic). Si je me sens mal dans ma peau j’ai l’impression de passer inaperçu. Explication rationnelle : je suis mal donc je ne suis plus capable de m’apercevoir de grand-chose ; je suis bien donc je suis souriant, heureux, gai débordant d’amour et certains s’en aperçoivent et je le vois. J’ai quand même l’impression qu’il y a encore autre chose : aura ou je ne sais quoi qui m’est invisible. Bien à, vous. » (Jicé, Globe-trotter.)

45Si cette posture est la plus répandue, elle n’empêche pas d’autres types d’approche d’exister. En fait, les lecteurs appliquent aux prophéties la règle essentielle du Nouvel Âge et que nous avons déjà largement commentée à propos des enfants indigo : chacun y prend ce qu’il veut bien trouver. Il y a donc des versions minimalistes :

« J’ai lu ce bouquin et il m’a passionné. Il m’a été conseillé et je l’ai conseillé. Personnellement j’ai justement mis de côté la partie un peu trop ésotérique avec les énergies, etc. Ce que j’en ai tiré c’est plus un conseil… s’ouvrir au monde, aux gens, etc. C’est un principe très simple et facilement applicable et qui peut effectivement changer la vie ! J’ai appris grâce à ce livre que les rencontres et la curiosité, l’ouverture d’esprit sont un enrichissement personnel très important !… Ce livre a été une vraie révélation mais chacun y trouve ce qu’il veut y trouver. » (Capy, Anarchiste couronné.)

46Et des perspectives plus élaborées, où le réel est interprété en fonction de la grille d’analyse des révélations :

« À la lecture de chacune des prophéties je vivais exactement cette même prophétie. Je ne suis pas seul à qui ceci est arrivé. Laissez-moi vous raconter une anecdote. Un jour dans un parc je me suis senti très très attiré vers une belle énergie féminine. Je sentais à l’intérieur de moi un appel. Je regardai donc autour de moi et cherchai d’où cela venait puis je vis au loin une belle jeune femme qui lisait. Je m’approchai d’elle et effectivement mon cœur se mit à battre à la chamade. Je passe les détails les plus… Toujours en est-il que, à un moment donné, je lui demandai ce qu’elle lisait. Elle me dit La Prophéties des Andes. J’en étais sûr. Je lui demandai quelle prophétie, quel chapitre ? Celui qui traite de son pouvoir de séduction. Oui, oui, je connais j’en subis aussi les effets, je lui racontai donc mon attirance vers elle avant même de l’apercevoir. Elle s’excusait, elle voulait tout simplement tester… Non, non, pas d’excuse. Toujours en est-il que nous ne sommes pas allés plus loin dans cette optique après s’être parlés à un niveau plus spirituel que physique. Ainsi ce fut pour moi une autre preuve qu’à la lecture d’une prophétie en particulier chaque personne vit quelque chose qui s’y rapporte. » (Oncto, Globe-trotter.)

47On voit donc que si la plupart des lecteurs répondent à l’injonction d’expérience transformative dont le livre est porteur, ils le font à des niveaux très différents. Tout se passe comme si la quantité et la qualité du changement comptaient moins que son affirmation. L’important est d’avoir passé l’étape décisive du « saut quantique » provoqué par le « moyen d’accès », d’être entré dans la communauté de ceux qui ont accepté l’ébranlement du réel.

Une expérience communautaire

48Dans les stratégies mises en place pour transformer les révélations en une expérience transformative, les conseils donnés au lecteur pour collectiviser sa lecture occupent de fait une place importante. Le ton est donné dès le premier roman : le héros est systématiquement poussé à s’ouvrir aux autres, à partager son expérience, à faire circuler à son tour les révélations, et il découvre, bon an mal an, qu’il fait partie d’un groupe beaucoup plus important qu’il ne le pensait où tous aspirent et conspirent au changement de l’humanité. Dans sa note introductive, l’auteur conseille de faire circuler le livre puisque la « conscience nouvelle du spirituel se propage ainsi… par une sorte de contagion psychologique entre les hommes ». On aurait tort de ne voir là qu’une volonté de prosélytisme et une stratégie de l’auteur pour augmenter la diffusion (et les chiffres de vente) de son livre. Ce serait oublier que la première révélation propose justement au lecteur de se considérer comme faisant partie d’un groupe, cette fameuse masse critique qui doit opérer le changement de paradigme. L’expérience du collectif est donc centrale et même primordiale dans le dispositif des révélations. Il ne s’agit pas tant d’enrôler le lecteur dans un groupe préexistant avec ses hiérarchies, ses activités, son entre soi et une carte de membre, sur le vieux modèle du parti, de l’association ou même de la secte, mais plutôt de lui donner le sentiment qu’il participe de quelque chose, qu’il fait partie d’un réseau, non organisé, non hiérarchisé, mais qui prend plutôt la forme d’une sensibilité commune, d’un air du temps, d’une « vision du monde ». Il s’agit surtout de donner un nom à ses attentes, de le convaincre que son insatisfaction, sa déprime, sa sensation de ne pas trouver sa place dans le monde, ses velléités passives vers plus de justice et de solidarité sont le signe qu’il fait partie, sans le savoir, de la grande transition, qu’il est bien dans l’histoire, dans le sens de l’Histoire et même dans le sens de l’Évolution. La découverte, on en conviendra, n’est pas mince, même s’il n’est pas sûr que tous les lecteurs en comprennent la portée. Ce qui est certain, c’est qu’ils en tirent un fort sentiment de réassurance qui participe très largement à cet « effet révélatoire » dont nous avons parlé plus haut. Cette nouvelle appartenance est donc proposée au lecteur au chapitre de ses « identités multiples », et elle est d’autant plus facilement intériorisée qu’elle implique de sa part un engagement très minimal.

49Le premier degré d’implication collective du lecteur se rapporte à la diffusion du livre. C’est là un aspect très important et systématiquement souligné. Les Prophéties sont un livre que l’on conseille, que l’on offre, que l’on prête, en un mot qui circule.

« J’ai acheté ce livre plusieurs fois et je l’ai offert à plusieurs personnes. Je n’avais jamais fait cela auparavant ni après. » (rmt, Anarchiste couronné.)

50De tels témoignages sont fréquents. La participation à la circulation du livre étant en quelque sorte le minimum requis pour faire partie de la communauté de ceux qui croient au changement, les lecteurs semblent avoir à cœur de préciser qu’ils y apportent bien leur contribution. De façon caractéristique, les participants aux forums paraissent aussi attacher une grande importance à la façon dont ils en sont venus à lire ce livre. Ces circonstances sont d’ailleurs souvent précisées dans leurs récits dont elles constituent souvent le prologue ou, au contraire, la conclusion (la découverte des prophéties venant dans ce cas clore une longue série de malheurs). Dans bon nombre de cas, la situation qui provoque la lecture est présentée comme illustrant un effet de coïncidence, donc donnée par le lecteur comme une preuve du contenu des révélations, suivant ainsi pratiquement à la lettre ce que Redfield lui-même dit à ce propos.

« Pour ma part, tout a commencé récemment, il y a quelques mois (juillet), une amie me l’a conseillé. Et si elle ne l’a pas fait avant, c’est parce que je n’étais pas encore prête à le lire. » (Hélène, Globe-trotter.)

« En même temps, j’ai rencontré un homme… Il est tombé par hasard dans une librairie sur La Prophétie, l’a lue et me l’a donnée. Depuis, nous dévorons toute la série des Redfield. » (Marie, Globe-trotter.)

51À cette valorisation de l’épisode initial qui met le lecteur en présence du livre qu’il considère comme un don répond l’obligation dans laquelle il se sent de poursuivre à son tour cette chaîne en faisant part à d’autres de sa découverte. Mais, en même temps, faire lire le livre à ses proches, c’est aussi se donner des interlocuteurs avec lesquels partager cette expérience. Une motivation qui mène aussi les lecteurs vers les forums Internet consacrés à James Redfield.

  • 29 Signalons d’ailleurs que le site Globe-trotter, qui accueille l’un des principaux forums, est celu (...)

52Dans le cas des révélations, en effet, la participation aux forums n’est pas simplement une conversation à bâtons rompus sur un sujet d’intérêt commun, c’est une partie de l’expérience transformative et un lieu où tester la huitième révélation sur la nouvelle éthique des relations humaines. Précisons que Redfield ne dit pas un mot sur les forums et que son site officiel (http://www.celestinevision.com) n’en comporte pas. C’est donc en dehors de toute injonction de l’auteur que les lecteurs s’engagent dans la pratique de la discussion en ligne et du groupe virtuel29. L’intervention sur un forum semble liée à deux sortes de circonstances : dans le premier cas, la découverte du livre et le choc initial poussent le lecteur enthousiasmé à chercher d’autres personnes pour partager cette « révélation ». Dans le second, la lecture est plus ancienne, le lecteur n’a pas trouvé d’écho dans son entourage, il se sent seul et a le sentiment qu’il n’arrive pas à mettre en pratique les enseignements du livre. Les messages prennent alors un peu la forme d’appels au secours.

53Quoi qu’il en soit de la motivation de départ, lorsque la participation se fait régulière le groupe de discussion devient une sorte de prolongement du livre, un lieu où frotter sa « vision du monde » à celle des autres. C’est tout d’abord le premier endroit où le lecteur peut faire l’expérience de la « masse critique » :

« Je suis heureux de voir autant d’amour et d’entraide autour d’un sujet aussi difficile que la quête de la spiritualité. J’ai pu remarquer en lisant tous vos messages que les gens ayant pris conscience des prophéties se ressemblent et tentent de “ramer” dans le même sens. Ainsi, nous faisons partie de la masse critique, et j’espère du fond du cœur que nous ferons changer la face du monde… » (Zamdal, Globe-trotter.)

54C’est aussi un lieu où tester ses propres capacités à guider les autres, à participer à cette chaîne d’entraide qui, sur le modèle des protagonistes de romans, amène chacun à expérimenter tour à tour la position de celui qui conseille et de celui qui apprend.

« Bonjour à tous. Je suis en train d’étudier L’Expérience de la dixième prophétie et je ressens le besoin d’être en contact avec des personnes qui sont dans les mêmes démarches que moi… J’ai envie d’échanger mes réflexions, mes découvertes et de connaître celles des autres. En fait, je me sens un peu seule, car il n’y a pas beaucoup de gens autour de moi qui sont sur ce chemin et je n’ose pas en parler facilement. S’il vous plaît… répondez-moi ! » (Pascale, Globe-trotter.)

55Quelques pages plus loin, ce message trouve un écho :

« J’ai lu La Prophétie des Andes de la première à la dernière. Ça me fait drôle de tomber sur ce site par hasard. Juste de lire ce que chacun d’entre vous a écrit m’a fait trouver la réponse à ma question. C’est pas tout de lire La Prophétie des Andes, quand on est seule dans son coin on fini par oublier ce qu’on a compris… Pascale, tu dis que tu te sens seule, qu’il n’y a pas beaucoup de monde autour de toi qui vont dans ce sens. Si tu en parlais aux gens autour de toi, je suis certaine que tu serais surprise du nombre de personnes qui l’ont lue et qui comme toi ont peur d’en parler par peur du ridicule ou de ce que vont dire les autres. » (Nimo, Globe-trotter.)

56Il peut cependant arriver que certains se figent dans une posture de « maître » qui a réponse à tout ou que d’autres tiennent des discours grandiloquents sur des pages entières, faisant soupçonner une pathologie indéfinissable et laissant peu de place à la discussion. Les forums consultés semblent avoir une assez grande capacité à tolérer et gérer ces dérives, mais il arrive aussi que des conflits éclatent, moins pour des querelles d’opinion que pour des questions de susceptibilité (X a eu l’impression que Y se moquait de lui, avait un ton méprisant, etc.). Une étude systématique de l’apparition et de la gestion des conflits dans les groupes de discussion serait extrêmement intéressante. Pour ceux qui nous concernent, nous nous contenterons de dire que les différents sont pour l’ensemble des participants l’occasion de rappeler (en une mise en pratique toute virtuelle) le contenu des révélations. Un ou plusieurs médiateurs ne manquent en effet pas de se manifester, qui appellent les protagonistes à plus de sagesse. Le tout se termine généralement par un grand mea culpa avec communion redfieldienne en acmé, sortie de crise d’autant plus aisée quand l’un des protagonistes a abandonné le champ de bataille :

« Comme tu le sais bien, chaque rencontre a quelque chose à nous apprendre. Ce n’est pas que coïncidence si Abyssal est passé par ici… Si j’avais été moins sur mes gardes et plus ouvert, j’aurais pu savoir ce que Abyssal savait et aurait pu me dire. D’un autre côté, Abyssal est parti sans écouter non plus ce que j’avais à lui dire, soit : j’aurais bien aimé que Abyssal puisse aider les gens et ne pas que chercher que des gens qui puissent l’aider. Ainsi il aurait certainement trouvé ce qu’il cherchait en se mettant sur la même longueur d’onde empathique d’amour et d’aide vis-à-vis d’autrui. » (Oncto, Globe-trotter.)

Réponse : « Chacun de nous a un rôle à jouer, une vibration différente qui interfère sur les autres. Toutes les vibrations d’un même niveau regroupées ensemble peuvent aider à l’avancement de chacun de nous. Chacun a un message à livrer et recevoir. Je suis d’accord avec Oncto quand tu dis que Abyssal avait un message à nous livrer. J’espère qu’il le fera. Si on centre notre pensée sur lui, je suis sûre qu’il nous en fera part très bientôt. » (Nimo, Globe-trotter.)

57Dans tous les cas, la lecture des prophéties sert de fil d’analyse à ce qui vient de se produire. Le forum est donc le lieu où le lecteur vient expérimenter le fait d’appartenir à un groupe qui tente de partager les mêmes valeurs et ses capacités à analyser les situations réelles et à y réagir selon les nouvelles règles d’éthique qui régiront demain les relations entre les hommes. À cet égard, le forum fonctionne comme une sorte de laboratoire d’expérimentation. D’où un agacement certain lorsque quelqu’un vient troubler cet entre soi en tenant de façon par trop agressive et ostentatoire des propos hostiles à l’ouvrage ou à son auteur et en refusant de jouer le jeu de l’analyse redfieldienne des rapports humains.

Petit extrait d’une longue dispute
« Je veux annoncer en toute primeur que la 10e prophétie des anges était : Tanana ! Que l’auteur allait faire une masse d’argent sur votre dos ! (Denise, Globe-trotter.)
— Moa pas comprendre ce que Denise veut dire. Tanana ! (Jap’s.)
— Jap’s si tu comprends pas, c’est que t’as seulement 40 de Q.I… Contente-toi donc d’aller surfer sur le site des Télétubbies. (Denise.)
— Eillllle Denise, ne serais-tu pas encore “Myriam” sous un autre pseudo ??? Tu dis les mêmes conneries. Si le sujet de la Prophétie ne t’intéresse pas, alors va voir ailleurs et arrête d’écœurer le peuple. (Aniel.)
— Voyons Aniel, calme toi. J’ai toujours été correcte avec toi alors pourquoi tu prends ce ton, quelle mouche t’a piqué ?… Puisque tu m’interpelles, sache que j’ai lu La Dixième prophétie des Andes et j’y ai rien trouvé d’extra, j’ai le droit non ? Et j’ai le droit de le dire que vous en avez pas eu pour votre argent. J’ai émis mon commentaire qui ne touchait personne en particulier et si par la suite j’ai répondu aussi durement à Jap c’est que j’ai senti qu’il ou elle s’est moqué de moi. J’ai le droit de me défendre quand même !… Tu te prends pour qui, un dictateur ? Non je ne suis pas Myriam, Myriam, elle, insultait tout le monde, moi je me suis défendue, c’est tout. (Denise.) »
Suivent quelques méls d’éclaircissement sur les différents pseudos utilisés par les uns et les autres.
« Bonjour Denise. Merci pour ces éclaircissements. Tu sais, tu n’as pas besoin de me prouver quoi que ce soit au sujet de tes adresses. Je te crois et je ressens ta franchise. Pour ces messages que nous nous sommes adressés avec un manque de courtoisie, il se peut fort bien que cela s’est produit dans le but de nous faire prendre conscience de quelque chose. Rien n’arrive pour rien et chaque chose a sa raison d’être… Bisous et Amitiés. Aniel. Que la Paix, la Lumière et l’Amour soient de retour parmi nous. (Aniel.)
— Salut après ces échanges, d’abord vous étiez énervés puis ensuite vous discutez et tout va mieux. Donc Denise, tu ne crois peut-être pas à ça, et c’est ton droit, car comme dans le livre personne ne dicte au héros sa conduite, mais il doit la trouver lui-même. Bon et pour en revenir aux derniers messages, lorsque quelqu’un essaye de dominer la situation voilà ce qui arrive, on se dispute et on arrive a rien, la preuve : six messages en tout pour arriver à “je m’excuse” et “j’accepte…”, donc si on s’écoute, si on ne juge pas, mais que l’on échange des idées on évite des attitudes inutiles. Bon le principal c’est d’être heureux. Et comme le dit Aniel c’est pas pour rien si vous vous êtes écrit plusieurs fois, cherchez bien, il y a un message (au moins soyez à l’écoute). C’est là devant nos yeux, ouvrons-les. À +. (Yanoux.)
— Je ne suis pas là pour régler des comptes. Merci de ta patience et de ta gentillesse Denise. Mais as-tu vraiment lu La Prophétie ? Si oui, elle ne t’a servi à rien. Merci encore de ta part. (Jap.)
— Y’a pas de quoi ! (Denise.) »

58Si le forum permet d’expérimenter les nouvelles formes de relations qu’annoncent les révélations, il n’est cependant que d’une utilité très restreinte lorsque les participants souhaitent partager collectivement des exercices plus concrets comme la méditation, la visualisation ou la projection des énergies. Il faut alors constituer des ateliers sur le modèle de ceux qui sont préconisés dans Les Leçons de vie de la prophétie des Andes. Ces groupes sont bien entendu supposés fonctionner sur le modèle de ceux qui sont décrits dans la huitième révélation, l’énergie des uns et des autres se cumulant pour élever le niveau vibratoire de tous. Il s’agit donc de groupes non constitués et non institutionnalisés, créés par les lecteurs eux-mêmes, et non pas d’écoles ou de stages payants.

« Je connais bien La Prophétie des Andes. J’ai lu le roman des neufs premières et celui de la dixième un peu avant l’an 2000. À l’époque j’ai voulu rejoindre un groupe mais il n’y en avait pas dans ma région, j’ai donc laissé tomber. Puis, il y a un peu plus d’un an j’en ai parlé autour de moi et j’ai vu qu’il y avait pas mal de personnes intéressées. Il n’y avait toujours pas de groupe donc je leur ai proposé d’en constituer un. Depuis, nous nous réunissons une fois par mois. C’est vraiment très enrichissant d’aborder les prophéties en groupe, ça décuple les coïncidences et j’ai appris beaucoup sur le fonctionnement d’un groupe. Bien sûr ce n’a pas toujours été facile, une personne est partie tandis qu’une autre est venue plus régulièrement. Notre groupe est maintenant constitué de cinq membres, ce qui est suffisant sans être de trop : au-delà de six ça devient difficile d’écouter chacun à tour de rôle à chaque réunion. Vraiment je vous conseille de tenter l’expérience. » (Stef, Globe-trotter.)

59Malgré des demandes réitérées pour trouver un groupe dans telle ou telle région, il ne semble pas qu’ils soient très répandus en France. La plupart des témoignages concernant le fonctionnement d’ateliers consacrés aux révélations viennent du Canada. Il arrive que des participants à un forum proposent de créer un atelier, mais on a le sentiment qu’il est très rare qu’ils parviennent effectivement à en structurer un. Lorsque cela se produit, ces groupes ne semblent pas très stables et un nombre conséquent d’initiatives paraissent s’être soldées, pour diverses raisons, par un échec : on était trop nombreux, quelqu’un a cherché à prendre le pouvoir… L’expérience collective des révélations reste donc en grande partie virtuelle et il n’est pas anodin que la question des prises de pouvoir au sein de l’atelier constitue une pierre d’achoppement de leur fonctionnement. L’expérience du groupe fonctionnel où toute relation de hiérarchie et d’autorité a disparu au profit d’une émulation toute désintéressée se révèle extrêmement difficile à réaliser, même pour les adeptes des révélations. En fait, tout le système de Redfield repose sur un rapport ambigu à l’autorité qu’un certain nombre de lecteurs ressentent, même de façon confuse.

La question de l’autorité

  • 30 Rappelons, d’ailleurs, que dans la religion catholique le prêtre était considéré comme un directeu (...)

60James Redfield, nous l’avons vu au début de ce chapitre, a lui-même souligné le paradoxe de son propre projet, en particulier en ce qui concerne les guides qui semblent figer un apprentissage qui devrait avant tout être une expérience individuelle, menée au rythme et selon le style de chacun. Fidèle aux doctrines du Nouvel Âge, Redfield ne cesse d’affirmer qu’il n’est de gourou qu’intérieur et que s’il est bon de s’ouvrir à ce que les autres peuvent apporter, il est dangereux de s’en remettre à la volonté d’un maître pour mener son propre chemin. Il y a là une double rupture, par rapport aux traditions ésotériques occidentales et à la notion de maître spirituel30, comme par rapport aux religions orientales où la règle veut que celui qui cherche à s’éveiller se mette tout d’abord en quête d’un homme déjà « réalisé » qui accepte de l’instruire et où la relation disciple-guru est au cœur de la recherche spirituelle. Certains ne manquent d’ailleurs pas de s’en émouvoir, comme Arnaud Desjardins qui fut d’abord l’auteur de remarquables documentaires sur les spiritualités orientales avant de trouver lui-même les Chemins de la sagesse et de devenir à son tour un maître en son ashram de Font d’Isière. Après avoir mis en garde contre ceux qui proposent la libération en quinze jours et souligné l’importance de savoir qui a formé celui à qui l’on est prêt à donner sa confiance, il ajoute :

  • 31 Desjardins (Arnaud), Confidences impersonnelles (Entretiens avec Gilles Farcet), Paris, Albin Mich (...)

« On entend ici et là certains prétendre qu’ils n’ont pas besoin de gourou, que ces structures “autoritaristes” appartiennent à un passé révolu et que dans le “Nouvel Âge”, chacun doit s’en remettre directement au “maître intérieur”… Quelle naïveté, au sens péjoratif du terme, quel contresens et aussi quelle suffisance !… Quant au “maître intérieur”, s’il existe bel et bien et si le « maître extérieur » n’est là que pour nous rapprocher de ce stade où ce qui nous paraît résider au-dehors nous sera révélé comme résidant au plus intime de nous-mêmes, on ne peut s’en remettre à lui qu’après avoir beaucoup progressé en se soumettant à une authentique direction spirituelle. Je ne nie pas l’existence de phénomènes comparables à Ramana Maharshi qui n’eut aucun gourou et connut l’éveil à dix-sept ans ; la spiritualité compte aussi des “Mozart”. Mais s’estimer d’emblée aussi doué que Mozart alors qu’on en est à peine à jouer “au clair de la lune” avec deux doigts ne me paraît ni très lucide, ni de bon augure pour l’avenir. De même que l’on parle d’exercice illégal de la médecine, on pourrait parler d’exercice illégal de la sagesse31. »

  • 32 C’est tout au moins ce dont témoigne le récit teinté d’humour d’un Canadien qui décrit l’une de ce (...)

61En fait, et quoiqu’il s’en défende, Redfield apparaît bien, aux yeux d’un certain nombre de ses lecteurs, comme une autorité. Les révélations sont qualifiées à plusieurs reprises de bible et lui-même fait l’objet d’une admiration qu’il ne manque pas d’exploiter lors de ses tournées de conférences32. Il semble d’ailleurs qu’il puisse aussi cristalliser des haines irrationnelles. Il y a deux ans, un forum (http://www.samsara-fr.com/​forum/​forum.htm) abrita ainsi une singulière polémique. Comme un participant venait de citer La Prophétie des Andes, une femme envoya un post extrêmement violent. Se disant médium et capable de voir les énergies, elle accusait Redfield – qu’elle confondait d’ailleurs avec Twyman, et avec qui elle prétendait avoir correspondu – d’être un obsédé sexuel qui lui aurait fait des propositions malhonnêtes par forum interposé et un pédophile impliqué dans un réseau international mettant en cause les enfants indigo. Comme tout le monde était saisi par ce discours délirant s’étalant sur trois messages successifs, long de plusieurs pages et promettant des preuves toujours repoussées, arriva le post d’un jeune homme totalement désorienté :

« Bonjour tout le monde, je suis nouveau sur ce site et je m’intéresse de plus en plus à la spiritualité. J’ai toujours été attiré par le paranormal et l’ésotérisme mais ça en restait à la lecture. Un livre a changé ma façon de voir la vie : c’est La Prophétie des Andes. Depuis, je lis un maximum de livres sur le développement personnel et la spiritualité. Je me cherche beaucoup et je sais que le chemin sera encore long, mais La Prophétie des Andes était devenue ma référence, je dirais même ma bible. Aujourd’hui j’entends dire que l’auteur n’est pas celui que je pensais. Je suis dans une période de doutes et de remises en question, il ne manquerait plus qu’on me dise que Shakti Gawain ou Deepak Chopra (2 auteurs qui ont écrit des livres qui ont beaucoup résonné en moi) sont de la même trempe et là je n’aurai vraiment plus aucun repère. Beaucoup de personnes sur ce site ont l’air très avancées sur le chemin que je commence à parcourir : mais alors à qui se fier et par où commencer ???? Toute aide serait la bienvenue. Je sens au fond de moi que quelque chose se prépare à notre époque et que je dois en faire partie, mais je ne sais pas encore comment ! Je dois dire que je n’ai eu aucune expérience “paranormale” mis à part des intuitions et des phénomènes de synchronicité très marquants. À tout ceux qui veulent aider une âme dans l’obscurité et qui cherche la lumière. Bien à vous. » (Alex, Samsara.)

  • 33 Yves Baril nous le décrit ainsi : « Puis son fabuleux époux s’amène au micro et commence à nous do (...)

62Il faut cependant souligner que ces réactions sont extrêmes et que je ne les ai rencontrées qu’une fois. Par ailleurs, elles portent moins sur une quelconque relation d’autorité ou de dépendance entre disciple et maître que sur un phénomène de starification qui dépasse largement le genre et le contenu de l’œuvre. Il n’en reste pas moins qu’elles sont révélatrices de l’ambiguïté de la posture de l’auteur. Contrairement à un Lee Carroll qui prétend être en communication avec une entité, Kryeion, qui lui dicte ses messages pour l’humanité, James Redfield, a priori, ne revendique pas d’autre statut que celui de propagateur d’une expérience intérieure, connue de tous les mystiques – et des adeptes du Nouvel Âge –, qu’il a lui-même mise en pratique et qui est à la portée de tout le monde pour peu que le monde en prenne conscience. Il n’en joue pas moins, ne serait-ce que pour les besoins de sa démonstration, le rôle de l’homme « réalisé » capable d’aider, non pas quelques disciples mais des foules, sur le chemin de l’éveil33.

63Toutefois, cette figure de « sage », qu’il diffuse à travers ses conférences, semble peu toucher les lecteurs français qui paraissent ne pas éprouver grand intérêt pour l’auteur d’une œuvre qu’ils jugent pourtant fondamentale. Très curieusement, lorsqu’il est question de lui, ils auraient plutôt tendance à dissocier le contenu des révélations de celui qui les a écrites. Beaucoup semblent en effet gênés par la réussite commerciale de ses livres comme si elle laissait planer un doute sur la sincérité de l’auteur. Le fait qu’il promette toujours une suite et une nouvelle révélation dévoile l’existence d’un projet éditorial et commercial, l’assimilant aux grandes entreprises du moment, type Harry Potter. Sur les forums, dans les critiques émises à l’encontre des Prophéties, cette caractéristique est la plus fréquemment soulignée et même les admirateurs de l’œuvre éprouvent régulièrement le besoin de préciser que si le premier livre a changé leur vie, ils ont moins aimé les suivants, prenant ainsi leurs distances vis-à-vis de ces suites que chacun soupçonne d’être une façon de continuer à exploiter le filon. Quelques lecteurs, fort peu nombreux il faut bien le reconnaître, déplorent aussi le manque de qualité littéraire de l’ensemble qui vient renforcer le soupçon d’une écriture rapide et essentiellement commerciale. Devant ces critiques venues de l’extérieur ou ces doutes formulés à eux-mêmes, les lecteurs ont une riposte toute prête : peu importent la forme, la qualité littéraire, la personnalité de l’auteur, la véracité des informations, seul compte ce que le lecteur en tire et l’aide que cela peut lui apporter dans son cheminement personnel.

« Pour ceux qui ont déjà une longue expérience de développement personnel derrière eux, il est effectivement probable qu’ils n’apprendront pas grand-chose dans ce livre. Mais je ne pense pas que c’est pour ce type de lecteurs que La Prophétie des Andes a été écrite. Je pense malgré tout qu’il y en a un peu pour tous les niveaux. Il y a à mon sens plusieurs degrés de lecture de ce roman (sans que l’auteur en ait été nécessairement conscient)… Bien sûr, je pense également que Redfield, en plus d’écrire des romans initiatiques plutôt réussis, est un homme d’affaire très doué et qu’il a très bien su utiliser la “vague spirituelle New Age” pour amasser une fortune. Mais revenons vingt ans en arrière… À cette époque, le livre de chevet des personnes en quête de spiritualité était je pense le troisième œil de T. Lobsang Rampa, où l’on y “apprenait” que les lamas tibétains subissaient une “opération chirurgicale” pour ouvrir leur troisième œil, consistant en gros à percer un trou dans le front à la chignole (sic). Et pourtant, malgré tout, dans les livres de Rampa également il y avait beaucoup de choses intéressantes, et ses livres ont été un point de départ (vers Ixtlan ? :-)) pour de nombreux Occidentaux. » (Nagual, Samsara.)

« Enfin bon, même si cela n’est que de la manipulation, je ne vois pas qui cela servira et si ces révélations ne sont que pas vraies je m’en fous… Je vais m’en inspirer et je crois à la culture inconsciente donc je lis, je lis, je lis, et je me fais ma propre synthèse (y a du vrai partout). » (Judicael, Samsara.)

64En fait, on voit là en application, une fois de plus, le credo relativiste du Nouvel Âge qui veut qu’il n’y ait pas de vérité absolue et que chacun prenne où bon lui semble ce dont il a besoin. Et les lecteurs l’appliquent d’autant plus facilement aux prophéties que cet exercice du libre arbitre constitue l’essentiel du message qu’ils en ont retenu :

« Les cinq volumes de La Prophétie des Anges (sic) est quelque chose de merveilleux à découvrir pour chacun de nous. Chacun y puise ce qu’il veut bien découvrir et accepter. La prophétie nous fait découvrir la VIE sous toutes ces formes (spirituelle, humaine). Chacun (sic) rencontre que l’on fait, chaque geste si petit soit-il porte un message pour l’ouverture de l’âme, afin que celle-ci puisse avancer à sa guise. La décision appartient à chacun, soit d’accepter la porte qui s’ouvre pour un meilleur bien-être ou tout simplement prendre une autre direction. Il suffit de suivre son instinct, sa voie intérieure. C’est le but de La Prophétie des Anges, suivre son instinct… » (Urantia, Globe-trotter.)

65À cet égard, les adeptes du Nouvel Âge semblent moins risquer de tomber sous la coupe d’une secte que d’être laissés aux prises avec leur seul jugement. Rejetant les systèmes classiques de l’autorité (pédagogique, culturelle, politique…), ils peuvent se trouver confrontés à des pertes de repères et à une grande solitude que le sentiment d’appartenir à la « masse critique » ne vient pas toujours combler. D’où l’attitude fréquente de butinage qui les amène à explorer diverses techniques et à se faire à chaque fois de nouvelles relations sans toutefois y trouver un équilibre. Par ailleurs, si certains semblent être aptes à se forger des certitudes, elles peuvent parfois paraître, vu de l’extérieur, tellement autoréférencées qu’elles semblent frôler une sorte de dérive pathologique. Curieusement, alors que le Nouvel Âge ne parle que de nouvelles formes de sociabilité, de mise en réseau, d’entraide, etc., on a plutôt le sentiment que ceux qui s’y intéressent vivent une situation d’enfermement sur eux-mêmes à laquelle il leur est d’autant plus difficile d’échapper qu’ils sont les seuls étalons de leur vérité individuelle.

« On est seul et pourtant on se ressemble tellement sur certains points. On est seul et chemine seul et tant mieux, on évite ainsi de reproduire les erreurs de ceux qui veulent relier les gens entre eux et se disent détenir le monopole de la vérité. Une quête intérieure se fait dans son propre jardin. On apprend à être soi-même un maître pour soi. Voir le livre L’Alchimiste. » (Oncto, Globe-trotter.)

66Cette solitude, qui apparaît à la fois comme une constatation et une revendication, est en effet le corollaire paradoxal du Nouvel Âge : les hommes cherchent tous la même chose, un monde meilleur, mais chacun ne peut le trouver qu’en soi. Finie la solidarité politique des partis ou des syndicats, l’individu n’est engagé que vis-à-vis de lui-même. Terminés l’enthousiasme et l’élan du partage des valeurs universelles, il n’est plus de bien ni de mal, plus de certitude absolue et donc plus de lutte collective qui vaille la peine.

67Cette profession de foi du Nouvel Âge est l’un des héritages d’une critique du positivisme et de la prééminence des valeurs occidentales, à laquelle l’anthropologie n’est pas étrangère. Le relativisme culturel est né de la prise de conscience d’une confusion entre les valeurs universelles et celles du monde occidental. La remise en cause de l’idée de progrès qui fondait la classification évolutionniste des sociétés, la découverte par l’anthropologie d’autres façons de penser l’histoire, les relations entre l’homme et la nature, le pouvoir, la vie en société…, la critique du colonialisme, le naufrage de l’idéal communiste, le choc moral de la guerre du Viêtnam, le déconstructivisme, le postmodernisme…, tous ces ébranlements du xxe siècle ont sapé les bases des certitudes morales, politiques, scientifiques de l’Occident. Par bien des points, le dogme central du Nouvel Âge repose sur un constat d’échec : puisque nous ne pouvons nous unir pour changer le monde, que chacun change individuellement et la somme de ces transformations parviendra au résultat que les actions collectives du passé n’ont jamais atteint. Puisque tous ont failli, philosophes, hommes politiques, intellectuels de tous ordres, à quoi bon s’encombrer des grandes figures de l’autorité qui fondent une culture ? Il n’y a pas une réalité mais un univers de possibles, plus rien ne fait autorité, hormis soi-même. D’ailleurs, et de façon tout à fait caractéristique, si tous les lecteurs semblent partager cette posture, elle n’est, sur les forums, absolument pas construite intellectuellement ni culturellement. Elle semble moins procéder d’une histoire de la pensée que d’une sorte d’air du temps, d’un sentiment général dont nul ne s’attarde à chercher les prémisses. Il n’est d’ailleurs pas anodin que l’homme du Verseau se vive comme le résultat d’une mutation et non pas d’une mutation graduelle, sur la longue durée, mais d’une transformation soudaine. On se souvient de l’importance, dans le livre de Marilyn Ferguson, des discussions sur les théories de l’évolution. Redfield accorde dans ses livres une place importante à cette dialectique de l’histoire et de l’évolution. Si les lecteurs y font très rarement référence, on se rend néanmoins compte qu’ils l’ont totalement intégrée. D’une certaine façon, la nouvelle humanité est sortie de l’histoire. Elle en commence une autre, sur le principe de la tabula rasa. Le Nouvel Âge est une telle machine à déconstruire les autorités, qu’elle finit d’ailleurs presque toujours par se retourner contre ceux-là mêmes qui viennent l’alimenter. Nous avons vu ce mécanisme fonctionner pour les enfants indigo, nous le revoyons à l’œuvre avec les prophéties de Redfield. Celui-ci l’avait d’ailleurs anticipé, et du même coup provoqué, en exposant ses hésitations à écrire un guide destiné à accompagner les neuf premières révélations. Non contents d’ignorer l’auteur, comme nous l’avons vu, un certain nombre de lecteurs vont plus loin et remettent en cause l’autorité même du livre :

« mais a-t-on besoin d’un manuel de vie, d’un modèle à qui l’on va se conformer et du coup oublier qui l’on est… Notre meilleur modèle c’est nous, non ? Si tu suis ce que qui est écrit à la lettre dans les livres tu ne vivras plus, et si tu espères changer le monde en suivant les conseils pas à pas, tu ne feras que suivre la méthode, tu te conformeras au “principe” c’est selon le livre que tu agiras et pas selon ce que tu penses que cela soit bon ou mauvais… » (Raimon, Anarchiste couronné.)

« Même s’il est vrai qu'à travers ce livre on se pose généralement des questions qu'on aurait jamais imaginées sans ce livre, maintenant pour les réponses il est vrai qu'il ne faut pas les chercher dans un livre. Car les réponses qui sont dans ces livres sont les réponses de l’auteur, pas les nôtres. Ou si ce n’est pas réellement celle de l’auteur il s’agit donc d’une réponse qui plaît généralement à tout le monde. Qui n’a aucun sens mais qui plaît à tout le monde car tout le monde se retrouve dans cette généralité. » (Sniper, Globe-trotter.)

68Les auteurs du Nouvel Âge sont un peu dans le cas du paradoxe bien connu du menteur qui affirme qu’il ment. Eux, affirment détenir la vérité en disant qu’il n’y a pas de vérité. Les lecteurs ne manquent d’ailleurs pas de jouer avec cette idée, dont ils semblent goûter le caractère paradoxal sans toutefois y voir quoi que ce soit d’illogique ou de contradictoire. À cet égard, les préceptes et citations qui, dans les forums, identifient chaque participant, sont assez révélateurs. On y trouve, par exemple, « Ceci n’est pas la vérité », « La vérité est ailleurs… Cherchez en vous-même »… Mais, comme dans le cas des Enfants indigo, on peut se demander dans quelle mesure les lecteurs bénéficient réellement de cette liberté de pensée qu’ils revendiquent.

L’exercice de la critique

69On pourrait en effet s’attendre, devant cette revendication d’une autorité toute intérieure, à ce que le contenu des révélations soit étudié en détail et ce d’autant plus que l’auteur lui-même préconise qu’elles soient soumises au filtre de l’expérience personnelle. Il serait donc logique de trouver dans les forums des positions différentes sur une sorte de continuum, du scepticisme à l’adhésion, certains étant d’accord avec un aspect mais pas avec un autre, proposant des prolongements, des amendements, etc. Il n’en est rien. Tout d’abord, parce qu’ici, nous l’avons vu, expérience n’est pas expérimentation. Il est avant tout question d’aventure intérieure, non d’un outil de vérification. Que le lecteur ne puisse réaliser l’expérience n’invalide en aucun cas l’existence du phénomène dont il est question. Cet échec ne prouve que les limites des capacités du lecteur qui doit encore progresser. Ensuite, parce que le refus de l’autorité auctoriale reste une position de principe – induite par l’auteur lui-même –, mais qui ne change rien au fait que l’adhésion aux postulats proposés se fait sur le mode du tout ou rien. On est ici dans le registre de la foi, cette intime conviction qui emporte la certitude. On y croit ou on n’y croit pas, c’est là un état de fait inquestionnable et qui vient à point nous rappeler que la foi elle-même est, pour la plupart des religions, une expérience noétique, fondatrice et indépassable. Le sujet ne prête d’ailleurs pas à discussion. Du côté des sceptiques la condamnation est sans appel :

« Sans vouloir te faire déchanter, on m’avait prêté La Prophétie des Andes et ça m’a vraiment semblé le gros bouquin bidon d’un mec qui cherche à exploiter un filon pour se faire du fric… Bref, l’opposé de la spiritualité… D’ailleurs le mec a écrit cinq bouquins, et soit tu crois à ce qui est écrit dans le bouquin (donc n’importe quoi), ou alors tu n’y crois pas donc tu sais que le mec ment ou alors il tape des hallus… » (Doctissimo : discussion, des romans qui changent la vie.)

70De façon caractéristique, cette opinion provient d’un forum généraliste et non pas d’un groupe de discussion consacré à La Prophétie des Andes, où il est peu probable qu’un contradicteur aussi tranchant vienne s’exprimer. Signalons également que ces prises de position trouvent peu d’échos du côté des admirateurs de Redfield. Si elles sont généralement suivies de deux ou trois autres posts de sceptiques qui viennent enfoncer le clou, elles n’ouvrent jamais de discussion entre partisans et détracteurs. Si les partisans sont suffisamment nombreux sur le forum, ils continuent leur discussion en ignorant totalement l’intervention. Si, au contraire, le détracteur intervient très tôt, juste après que quelqu’un (toujours favorable) ait lancé le thème, le fil (ou discussion) est généralement stoppé net et il est probable que l’initiateur du sujet ira partager son envie de parler des Prophéties sur un autre forum, plus ouvert à ses préoccupations. Si les sympathisants des doctrines du Nouvel Âge, telles qu’elles sont diffusées par Redfield, semblent aussi peu prosélytes, c’est, rappelons-le encore une fois, que la transformation ne se force pas. Il est vain de vouloir convaincre un sceptique par des arguments intellectuels : le jour où son propre chemin aura conduit ses yeux à se dessiller, ce qu’il ne pouvait comprendre auparavant deviendra pour lui une évidence. En attendant, il est inutile d’apporter des réponses à quelqu’un qui ne pose pas de question. Certains participants font d’ailleurs état dans leur témoignage d’une expérience de ce type : une première lecture peu fructueuse des prophéties qui leur avaient semblé « irréalistes », tout simplement parce qu’ils n’étaient pas « prêts ».

  • 34 Ses adhérents sont, selon les propres statistiques de l’association, essentiellement des hommes, v (...)

71D’un côté comme de l’autre donc, on ne cherche pas à convaincre, on se contente d’énoncer sa posture. Mais si l’on peut comprendre, du fait même des théories de la transformation, ce refus de croiser le fer avec les détracteurs, qu’en est-il de l’exercice de la critique au sein du groupe des sympathisants ? En fait, il apparaît que la raison d’être des forums n’est pas tant de constituer des lieux d’analyse et de discussion, que d’affirmer et d’expérimenter une identité de groupe et l’existence de la fameuse masse critique. Dans ce cadre, qui est, nous l’avons vu, celui d’une expérience collective où l’intellection apparaît comme une entrave à la connaissance, le plaisir de l’analyse n’a pas grand place. Le niveau de discussion dépasse rarement celui que nous avons évoqué dans les parties précédentes : rappel des circonstances qui ont amené à la lecture du livre, descriptions des coïncidences, intuitions et expériences que sa découverte a induites, demande d’informations diverses, revendication d’une autonomie de jugement qui peut aller jusqu’à inclure le livre lui-même. Mais ce serait, je crois, une erreur de ne voir dans cette relative pauvreté qu’un reflet du capital culturel des lecteurs. Encore qu’il s’agisse là d’un domaine sur lequel il est difficile de se prononcer en l’absence d’une analyse quantitative, la grande homogénéité de contenu des forums, en dépit de la diversité de leur « recrutement », me donne plutôt à penser qu’il y a là un effet induit par le livre et le Nouvel Âge lui-même avec son injonction à favoriser l’expérience et à barrer la route au « mental ». Prenons, par exemple, le cas d’une discussion lancée sur le forum « philosophie » de Mensa, un « club » accessible sur test d’évaluation et « fondé dans le but de favoriser les contacts entre personnes ayant un Q.I. situé dans les 2 % supérieurs de la population34 ». La question de départ était : « Je viens de lire La Prophétie des Andes de James Redfield. Faites-vous attention aux signes ou coïncidences dans votre vie ? Faut-il se laisser guider par ses intuitions ? » Si le fil de la discussion va très vite dépasser son prétexte de départ et n’avoir bientôt plus rien à voir avec Redfield pour aborder, à propos de l’intuition, les questions de la mémoire, du conditionnement, de l’instinct…, dans des discussions, d’ailleurs sans grand intérêt, les quelques réponses qui portent sur le livre n’en sont pas moins instructives. L’un des messages commence par : « Pendant des années je n’ai pas osé ne me servir que de mon intuition, “mon feeling”, et très souvent, quand j’utilisais le rationnel, la raison, les preuves, je faisais fausse route. » Suit la découverte des révélations et la dernière phrase conclut : « Voilà pour mon expérience concernant le livre qui m’a apporté la “prise de conscience spirituelle” de ma vie, comme quoi un simple roman peut faire de grandes choses ! » (La tortue.) Même si les références sont peut-être un peu plus diversifiées, on en reste toujours à l’énoncé d’une expérience transformative.

« Ce que tu évoques me rappelle aussi le bouquin de Marilyn Ferguson, Les Enfants du Verseau, où elle évoque la notion de “structure dissipative”. J’ai la flemme de développer car ce serait trop long, mais comme pour La Prophétie des Andes, on ressort transformé par la lecture de ce livre. » (Radix.)

72Tout au plus, un lecteur prend-il la peine de réélaborer dans ses propres termes le contenu des révélations, termes dans lesquels on reconnaît d’ailleurs, sans surprise, Les Fourmis de Bernard Werber :

« Par rapport au roman de Redfield auquel tu fais référence (car c’est un roman fiction, ne l’oublions pas) l’auteur part du principe que nous ne rencontrons jamais une situation ou des gens “par hasard” mais dans un procédé d’interaction complexe ou nous avons tous quelque chose à apprendre (prendre ou donner) à l’autre. Il est sous-entendu dans le roman que nous poursuivons individuellement un but (que nous ne connaissons pas) mais qui est dans l’ordre des choses et collabore au but commun. Théorie très intéressante si on la regarde de près. Faisons référence à une fourmilière. Chaque individu vaque à une occupation et poursuit un but individuel par conception… On ne peut imaginer qu’elle ait conscience du but de survie généré par la communauté. Ses actes vont cependant servir à l’ensemble sans qu’elle “décide” (malgré son autonomie) ce qu’elle doit faire. Mais la fourmilière a un but : faire perdurer l’espèce par la reproduction. Elle est organisée et mobile et poursuit son but de survie dans un ballet parfois d’apparence chaotique. Pourtant, le but est respecté, le système fonctionne. Revenons aux humains, ne serait-on pas chacun chargé d’une “mission” apte à nous sauvegarder nous (individus) à travers la sauvegarde de l’espèce… Redfield imagine donc que nous pouvons accéder à notre but collectif en suivant les guides que sont les coïncidences. La finalité de ce comportement serait un accès à l’éveil dans une communauté vivante interactive entre tous les êtres vivants et le cosmos. Bien ! pourquoi pas ? (Personnellement je suis assez client de l’idée…) Donc je pense, comme Redfield, mais d’une manière légèrement différente, que si nous écoutons (prêtons attention) les choses et les gens qui nous entourent nous pouvons progresser bien plus facilement que si nous essayons constamment d’être maître de tout… Ce qui est intéressant dans le livre de Redfield, c’est qu’on en ressort pas comme avant. De là à en faire un lobbying comme c’est le cas avec des tonnes de sites pour les accros dont un pilier central issu de l’auteur lui-même (celestine prophecy) et trois ou quatre bouquins à suivre Les Leçons de vie, La Dixième prophétie… Ça devient du marketing organisé autour d’un mouvement sectaire teinté d’idéologie magicienne. Car somme toute, si le livre ne manque pas d’intérêt, ce n’est pas un grand moment de littérature. » (Cyclope.)

73On reconnaît là l’habituelle prise de distance vis-à-vis de la personnalité de l’auteur et de ses talents littéraires. Les termes sont choisis, l’orthographe mieux respectée que dans la plupart des posts, mais nous restons bien dans la doxa des révélations.

74Le plus frappant est qu’à aucun moment, sur aucun des forums, ne soit évoqué ou discuté le fait que les prophéties ne proposent pas seulement des techniques de transformation intérieure mais un véritable projet de société où est décrit ce que seront la politique, les techniques, l’économie de demain. Le monde décrit par Redfield, et qui s’insère dans la tradition classique des utopies, ne semble absolument pas porter à discussion. Le message sur la fourmilière est d’ailleurs le seul que nous ayons trouvé qui aborde la question du lien entre individu et société. Personne ne s’interroge, par exemple, sur cette notion peu explicite – et qui pourtant mériterait quelques éclaircissements – de « dîme spirituelle » ou « dîme synchronistique », supposée fonder l’économie de la société du Nouvel Âge.

« La neuvième révélation explique que le don n’est qu’un principe universel de soutien, qui vaut pour les Églises mais aussi pour tout un chacun. Quand nous donnons, nous recevons en retour parce que l’énergie est en interaction dans l’univers. Souvenez-vous que, si nous projetons de l’énergie vers quelqu’un, cela crée un vide en nous-même et que, si nous sommes restés reliés, nous nous remplissons aussitôt d’énergie. Pour l’argent, c’est la même chose. » (P. 293.)

75Il s’ensuivra donc une « économie spirituelle » où chacun recevra des dons pour l’aide spirituelle qu’il apportera aux autres, les vérités qu’il fera découvrir, les réponses qu’il donnera, ou tout simplement parce que quelqu’un aura eu l’intuition qu’il fallait lui donner quelque chose…

« Si tout le monde participait, nous donnerions et recevrions sans cesse, et cette interaction, cet échange d’informations, deviendrait le nouveau travail de chacun, notre nouvelle économie. » (Id.)

76À terme, l’argent devrait ainsi devenir inutile, les dons se faisant en nature. La Vision des Andes vient compléter ces explications succinctes de la version Nouvel Âge du don et du contre-don chers aux anthropologues. Selon Redfield, les mystiques ont toujours pensé qu’il existait une « loi du donner et du recevoir » : la Bible affirme ainsi que l’on récolte ce que l’on a semé, et l’Église a toujours affirmé que ce que nous donnons nous sera rendu au centuple. Chaque fois que nous donnerions de l’amour ou de l’argent, cela provoquerait donc « un effet en retour et une gratification encore plus importante, financière ou autre » :

« La diffusion et le partage plus amples des expériences spirituelles au cours des dernières décennies ont élargi rapidement la compréhension du mécanisme de la dîme. On croit de plus en plus que le fait de donner déclenche tout un processus métaphysique, et cela est parfaitement conforme à l’idée que l’univers réagit à nos demandes… En fait, le versement de la dîme est un processus qui doit toujours s’intégrer au mouvement global des coïncidences dans notre vie. En d’autres termes, nous saurons à qui donner en nous fiant aux coïncidences rencontrées sur notre chemin. » (P. 182-183.)

77Aussi étrange que cela puisse paraître, aucun des lecteurs n’a semblé s’émouvoir ou même s’interroger sur un projet de société qui met la charité au centre de ses échanges économiques et qui compte sur la générosité de tous pour résoudre les problèmes posés par la misère, l’exclusion, le chômage… Le fait est déjà moins étrange si l’on considère que les lecteurs partent du principe que cette société adviendra lorsque tous les hommes auront changé et élevé leur niveau de conscience. On n’ose pas dire qu’ils seront devenus « bons » tant ce terme est étranger au vocabulaire du Nouvel Âge qui considère le bien et le mal comme des données relatives. Quoi qu’il en soit, cela semble une évidence pour chacun : dans une société où tous les hommes seraient « éveillés », rien de mal ne saurait advenir. On pense ici bien sûr à la chanson que popularisèrent Félix Leclerc et Gilles Vigneault : « Quand les hommes vivront d’amour, il n’y aura plus de misère… les soldats seront troubadours et nous nous serons morts mon frère. » Seule différence, les lecteurs de Redfield sont supposés non seulement préparer cet avènement mais y assister.

78Cette absence de réaction est encore plus frappante lorsque l’on aborde la question du politique. Car, quoique Redfield fasse, dans sa narration de l’évolution historique de l’humanité, l’éloge de la démocratie, il reste extrêmement flou sur le mode de gouvernement de sa société idéale dont il préfère décrire le fonctionnement économique ou technologique. De fait, le projet politique du Nouvel Âge semble entretenir avec la démocratie un rapport qui ne relève pas forcément de l’évidence et sur lequel, tout au moins, on aurait pu penser que les lecteurs fassent preuve d’une certaine curiosité. Cet angle mort nous semble au moins tout aussi important que les thèmes sur lesquels les lecteurs s’expriment en abondance.

  • 35 Voir le chapitre sur la conspiration du Verseau.
  • 36 Morin (Edgar), « Pensée en spirale », Nouvelles clés, n° 17, printemps 1998.

79À bien des égards, les aspirations des sympathisants du Nouvel Âge ou ceux que l’on appelle aujourd’hui les nouveaux créatifs culturels35, ne sont pas très différentes de celles des altermondialistes. Le slogan lancé au premier forum social mondial de Porto Alegre en janvier 2001, « Un autre monde est possible », celui, parmi d’autres, d’une des nombreuses associations françaises, Agir ici, « Parce que le monde ne changera pas sans vous », le symbole de l’arc-en-ciel, sont autant de signes qu’une sensibilité commune est à l’œuvre, privilégiant dans un cas l’action politique et citoyenne, dans l’autre l’engagement spirituel. Dans tous les cas, l’intention est empreinte de générosité. Mais à considérer le désintérêt des lecteurs pour le domaine du politique, on se demande si le danger du Nouvel Âge ne réside pas dans la rencontre qui pourrait bien se produire entre ses tendances les plus extrémistes – à la fois millénaristes et élitistes, se reporter aux semences d’étoiles et autres enfants indigo – et cette idée que l’engagement spirituel peut tenir lieu de projet politique, idée qui semble dispenser le lecteur occupé à son introspection et à son développement personnel, de toute position critique et de toute vigilance. Si l’on considère que la critique est par ailleurs un exercice rendu difficile par la doxa relativiste qui nous ouvre les portes de l’ère nouvelle, on ne peut manquer de s’inquiéter avec Edgar Morin de ce que « les progrès de la conscience sont réels, mais que les progrès de l’inconscience sont aussi réels, et peut-être plus rapides36 », et cela même parmi ceux qui ont fait de l’éveil de la conscience un but spirituel.

De la résolution des paradoxes

  • 37 L’ouvrage de Bernard Werber, L’Encyclopédie du savoir relatif et absolu, est d’ailleurs parfaiteme (...)
  • 38 Même si, par bien des aspects, La Prophétie des Andes est une fausse fiction. La meilleure preuve (...)
  • 39 Sur l’efficacité expérientielle de la lecture littéraire, voir Reichler (Claude), « La littérature (...)

80L’une des grandes caractéristiques de la pensée du Nouvel Âge est, nous semble-t-il, de chercher à faire coexister des propositions que nous avons coutume de penser en opposition ou à tout le moins comme dissociées les unes des autres : le relatif et l’absolu37, l’universel et le particulier, la tradition et la modernité, l’individualisme et l’altruisme, l’expérience intérieure et l’enseignement de masse, l’infiniment grand et l’infiniment petit…, on n’en finirait pas de lister l’ensemble des paradoxes que la pensée holiste ne cesse de produire et qui mettent en difficulté nos facultés classiques de raisonnement. En ce sens, le Nouvel Âge est bien une aspiration, un formidable désir de tout concilier, de résoudre des tensions qui semblent de plus en plus intenables. Mais les moyens intellectuels de le faire sont difficiles à mettre en œuvre. Marilyn Ferguson, qui tente de montrer comment les sciences conspirent à l’élaboration de cette pensée, a produit un livre difficile. Lorsque Edgar Morin tente de mettre au point une Méthode permettant de penser la complexité, il y faut six volumes que les lecteurs de Redfield ne connaissent visiblement pas. Le Nouvel Âge, lui, s’épanouit essentiellement sur le mode de la révélation et de l’expérimentation. Qu’importe qu’une proposition semble heurter le bon sens si je l’ai expérimentée en moi-même ou si je crois qu’elle provient d’une quelconque puissance divine ou spirituelle, qu’elle est une vérité révélée. Il n’est donc pas étonnant que les livres sur les conversations avec Dieu, les anges, Sorya ou Kryeon soient des succès de librairie au même titre que les ouvrages de spiritualité pratique qui expliquent comment se guérir avec son énergie, pratiquer le Reiki, retrouver l’harmonie grâce au Feng Shui…, des techniques construites comme autant de preuves qu’il existe bien quelque chose au-delà de ce que la science officielle veut bien reconnaître. Le succès des romans de James Redfield tient sans doute au fait qu’il joue sur les deux tableaux : il parle de révélations (ou de prophéties supposées venir des anciens Mayas mais qu’il situe bizarrement au Pérou) tout en proposant au lecteur de les expérimenter, un exercice auquel, nous l’avons vu, ils se prêtent très activement. À cet égard, il me semble que le fait que trois des livres soient des romans est assez révélateur38. D’une part, parce que la forme romanesque elle-même permet de créer les conditions d’une expérience. Le principe même de la fiction est de faire participer le lecteur à ce que vit le héros dont il lit l’histoire. Il ne s’agit plus là d’une simple connaissance intellectuelle mais d’une empathie sur laquelle les théoriciens de la fiction ne cessent d’ailleurs de s’interroger et qui font de la lecture une véritable expérience, une façon pour le lecteur d’éprouver des émotions qui n’appartiennent pas à son quotidien39. Par ailleurs, la fiction permet aussi de choisir sa distance vis-à-vis de ce qui est écrit : nul besoin, comme dans le livre de Lee Carroll, de sauter un chapitre de peur qu’il n’ébranle la confiance dans le reste du livre, chacun peut choisir de renvoyer ce qu’il veut à un univers purement fictionnel. Enfin, la fiction, parce qu’elle est partiellement libérée de la question du référent est un formidable outil de résolution des paradoxes, une caractéristique qu’elle semble d’ailleurs en grande partie partager avec la pensée magique.

  • 40 Le Figaro, mardi 18 janvier 2005.
  • 41 Sans oublier Didier Van Cauwelaert qui a obtenu le prix Goncourt en 1994 pour Un aller simple et d (...)

81Dans les récits que les lecteurs de Redfield font de leur vie, les romans tiennent une place importante, ils s’entremêlent aux rencontres, aux formations, aux petites ou grandes catastrophes de la vie. Ils se répondent aussi les uns aux autres. Les auteurs les plus cités sont incontestablement Bernard Werber et Paolo Coelho, dont les livres ne sont pas classés dans les rayons « ésotérisme » ou « spiritualité » et ne sont pas considérés comme appartenant à une littérature spécialisée. Et lorsque l’on sait que Bernard Werber avec 1 319 000 exemplaires vendus40 est le second auteur français le plus lu après Marc Levy dont les histoires d’amour se déroulent sur fonds métaphysique avec anges, diable et fantômes, il ne semble pas inutile de s’interroger sur les rapports entre ésotérisme et fiction41.

Notes

1 Dans sa seule version de poche, aux éditions J’ai Lu, le livre s’est vendu à près de 630 000 exemplaires. Initialement tiré à 32 000, il a fallu procéder à un retirage dès le mois suivant et ils se sont régulièrement succédé depuis : 40 000 exemplaires tous les six mois de 1997 à 2000, 50 000 par an depuis (chiffres donnés par le service de presse des éditions J’ai Lu). Ceci sans compter l’édition en coffret de trois volumes. L’édition brochée, toujours en vente chez Robert Laffont, s’est, quant à elle, vendue à 92 500 exemplaires.

2 Si le premier livre est, comme on peut s’y attendre, celui qui s’est le mieux vendu, les autres n’en restent pas moins des succès au regard des chiffres de vente habituels des livres ésotériques : près de 76 500 pour l’édition de poche de L’Expérience de la dixième prophétie, le guide pratique publié en 1999 pour accompagner le second roman, et plus de 38 800 exemplaires du Secret de Shambhala, le dernier roman sorti en 2003.

3 Le site officiel de James Redfield (http://www.celestinevision.com/main.htm) annonce plus de douze millions d’exemplaires imprimés dans le monde dans plus de quarante langues. Cette success story d’un livre tout d’abord rejeté n’est pas sans rappeler celles que l’on raconte à propos de la série des Harry Potter ou même du Da Vinci Code. Elle illustre parfaitement, et ce n’est pas un hasard, la notion de changement de paradigme.

4 Il est assez probable qu’elle concernera les anges qui font une timide apparition dans Le Secret de Shambhala.

5 Redfield (James), La Prophétie des Andes, Paris, Robert Laffont, 1994, p. 7 et 8.

6 Redfield (James), La Vision des Andes, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 23.

7 Comme le fait qu’un livre soit dicté par une entité spirituelle est la preuve de l’existence de cette entité.

8 Redfield (James), La Vision des Andes, op. cit., p. 24.

9 Id., Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, Paris, Robert Laffont, 1995, p. 9.

10 Redfield (James), Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, op. cit., p. 7.

11 Moody (Raymond), La Lumière de l’au-delà, Paris, Robert Laffont, 1988, cité dans un compte rendu de Louis-Vincent Thomas dans Quel Corps ?, n° 38-39, « Hommage à Louis-Vincent Thomas », 1989, p. 309-312.

12 Selon le titre originel de celui qui accompagne le premier roman, The Celestine Prophety : an Experiential Guide.

13 Il s’agit peut-être moins du sophisme de l’éphémère, tel que l’avait défini Diderot : « celui d’un être passager qui croît à l’immortalité des choses », que de celui que l’on pourrait dire du particulier : « celui d’un être individuel qui croit porter l’univers en lui ».

14 Redfield (James), Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, op. cit., p. 8.

15 Tous ces exemples font partie du commentaire à la septième révélation.

16 Ainsi, pour la troisième révélation, la plus concrète de toutes puisqu’il s’agit d’apprendre à visualiser effectivement l’énergie des choses et des êtres, l’étude individuelle propose des exercices destinés à : augmenter la capacité d’apprécier la beauté (visiter souvent pendant un mois ou deux un parc, un temple, un musée), se relier à l’énergie en quatre étapes : voir l’énergie dans la nature, voir l’énergie émanant de vos mains (en écartant les index sur fond de ciel bleu et en fixant l’espace entre eux), voir l’énergie entourant les plantes et les personnes, sentir l’énergie dans vos mains (en frottant vigoureusement les paumes des mains l’une contre l’autre pendant une minute ou deux), accumuler de l’énergie chez soi (en faisant du yoga, écoutant de la musique, jardinant, regardant un bouquet de fleur…), accumuler de l’énergie au travail (en faisant des pauses, arrosant une plante en écoutant l’eau couler, disposant des fleurs ou des photos sur le bureau…). Le groupe d’étude, quant à lui, propose un atelier de deux heures trente dont le premier exercice est une discussion de la troisième révélation (30 minutes), le second consiste à ressentir la beauté d’un objet placé au centre du groupe, à noter sur une feuille son ressenti et à en discuter avec le reste du groupe (5 à 10 minutes pour la réflexion, 10 minutes pour écrire son journal, 20 minutes pour échanger les expériences), le troisième est une réflexion sur la nourriture basée sur le fait de manger une orange, puis de faire part de ce que cette expérience vous a appris (5 minutes pour manger, 10 minutes pour partager l’expérience), le quatrième, dit d’appréciation mutuelle, consiste à s’entraîner à voir la beauté et l’énergie d’une autre personne (10 minutes). Redfield (James), Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, op. cit., p. 91 sq.

17 Redfield (James), Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, op. cit., p. 8-9.

18 Voir à ce propos le dernier livre de James Redfield, écrit en collaboration avec Michael Murphy et Sylvia Timbers : Et les hommes deviendront des dieux, op. cit..

19 Redfield (James), Les Leçons de vie de la prophétie des Andes, op. cit., p. 81.

20 Il s’agit de celui de Globe-trotter (http://www.globetrotter.net), un site de discussion qui a consacré plusieurs topics à Redfield et de celui l’Anarchiste couronné (http://www.anarchistecouronne.com), un site créé par un écrivain et scénariste québécois, Roland Michel Tremblay, et qui abrite un forum littéraire où les visiteurs peuvent partager leurs idées sur les lectures qui les intéressent. Il faut noter ici qu’il n’est pas toujours facile de savoir si un site est québécois, français, suisse, belge… et de connaître la nationalité des participants aux forums. Les visiteurs semblent d’ailleurs totalement s’en moquer, sauf lorsqu’il s’agit d’échanger des adresses d’ateliers : ils précisent alors leur pays et leur région. Les différentes nationalités des participants peuvent aussi être mises en avant pour minimiser des conflits qui sont ramenés à des problèmes d’incompréhension culturelle : par exemple, le fait que les Québécois n’attribuent pas le même sens que les Français à certains termes.

21 Attesté chez Mme de Staël, 1807. Voir Dictionnaire historique de la langue française. Pour le sens le plus ancien : « Révéler, d’abord attesté dans les psautiers, est un mot de religion, signifiant “faire connaître par une voie surnaturelle (ce qui était ignoré des hommes et inconnaissable par la raison)”… Ultérieurement, avec un sujet désignant une chose ou une personne, le mot s’est employé pour “être l’indice, la marque de quelque chose”. » (1803.) On voit que l’emploi de ce terme qui peut se prêter tout à la fois à un usage religieux, policier ou psychologique est parfaitement adapté au propos de Redfield et tout à fait bien compris dans sa polysémie par ses lecteurs.

22 Ou peut-être, plus exactement, ce que Marshall Sahlins appelle une anthropologie occidentale indigène. Voir Culture dans Practice, Selected Essays, New York, Zone Books, 2000.

23 L’expression est employée par Marie-Louise Von Franz, une des dernières élèves de Jung, dans son livre C. G. Jung, son mythe en notre temps, Paris, Buchet-Chastel, 1975, où elle le présente comme « sujet “élu” par la Puissance mystérieuse qui meut l’histoire humaine, pudiquement dénommée par lui “inconscient collectif”, pour vivre et présenter une forme de conscience nouvelle. À la fin de l’ère des poissons, qui a correspondu à celle du christianisme, il annonce l’homme du Verseau ».

24 C’est le sous-titre d’un ouvrage d’un physicien anglais, F. David Peat : Synchronicité, le pont entre l’esprit et la matière, Monaco, Éditions du Rocher, 2001 (1re édition : Le Mail, 1988).

25 Les phénomènes synchronique seraient facilités par tout ce qui vient troubler le fonctionnement habituel de la pensée : situations dramatiques, états modifiés de conscience, recherche spirituelle, troubles psychiques, liens affectifs et empathiques très étroits comme dans le cas des jumeaux, création artistique…

26 Jung (Carl Gustav), Ma Vie. Souvenirs, rêves et pensées, Paris, Gallimard, 1973, p. 263.

27 http://www.stages-center.net/journal/postguest.php?lng=fr&typ=frth&num=4&pg=54

28 Cette allusion au sort n’est pas innocente ; on pourrait aussi faire une analogie entre cette énergie, telle qu’elle est supposée circuler entre les hommes et avoir des effets sur la réalité, et la force que Jeanne Favret-Saada a placée au cœur de sa description de la crise sorcellaire. Voir Favret-Saada (Jeanne), Les Mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977 et Favret-Saada (Jeanne) et Contreras (Josée), Corps pour corps : enquête sur la sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, 1981.

29 Signalons d’ailleurs que le site Globe-trotter, qui accueille l’un des principaux forums, est celui d’un fournisseur d’accès à l’Internet qui propose à ses utilisateurs un espace de discussion sur des thèmes aussi vastes qu’art, environnement, loisirs, emploi, actualité, famille, informatique… et spiritualité. Les participants gèrent eux-mêmes leur espace de discussion, sans intervention de modérateurs.

30 Rappelons, d’ailleurs, que dans la religion catholique le prêtre était considéré comme un directeur de conscience.

31 Desjardins (Arnaud), Confidences impersonnelles (Entretiens avec Gilles Farcet), Paris, Albin Michel, 1994, p. 179.

32 C’est tout au moins ce dont témoigne le récit teinté d’humour d’un Canadien qui décrit l’une de ces soirées où il commence par débourser 34,45 dollars au lieu des 19,95 annoncés, pour écouter quelques morceaux de musique New Age avant que Sally Redfield n’harmonise les énergies en faisant inspirer et expirer tout le monde trois fois et que son époux ne parle des révélations que tout le monde dans la salle connaît déjà. Suit une séance d’étirement dirigée par Sally, puis une méditation de régression de dix minutes pour découvrir sa mission sur terre. « La suite de la conférence est consacrée à James Redfield qui explique alors les dernières révélations et il se livre, à la toute fin, à une période de questions et réponses. En fait, ce sont plutôt des éloges que lui livrent les gens et certains sont dignes de l’adoration du Christ. Lorsque j’en eus assez, je sortis en entendant un homme lui dire merci pour lui avoir changé et sauvé la vie. Vous l’aurez deviné, je suis un peu déçu de cette soirée. Je crois que je m’attendais à rencontrer le Pape… Je m’attendais à entendre autres choses que ce que ses livres racontent. Je m’attendais à beaucoup plus. Je m’attendais à trouver ma mission sur Terre. Je m’attendais à être… Je ne sais plus quoi ! Par contre, $34.45 pour cette conférence… Ça, je ne m’y m’attendais pas du tout… » Yves Baril (http://afm.infinit.net/chro/inex/redfield.htm).

33 Yves Baril nous le décrit ainsi : « Puis son fabuleux époux s’amène au micro et commence à nous dorloter de sa voix calme et de sa mine d’homme heureux. Vous savez, c’est un peu la même physionomie faciale qu’un homme ayant connu l’amour pour la première fois. Enfin le vrai amour qu’il proclame tout au long de sa présentation. Il semble continuellement en état d’extase. » Op. cit. À rapprocher, toutes proportions gardées, du témoignage de Matthieu Ricard expliquant ce qui l’avait attiré chez les lamas tibétains qu’il avait vus dans les films d’Arnaud Desjardins : « J’avais l’impression de voir des êtres qui étaient l’image même de ce qu’ils enseignaient… Ils avaient l’air si remarquables… Ce qui me frappait le plus, c’était qu’ils correspondaient à l’idéal du saint, de l’être parfait, du sage, une catégorie d’êtres qu’apparemment on ne trouvait plus guère en Occident. » Ricard (Matthieu) et Revel (Jean-François), Le Moine et le philosophe, le bouddhisme aujourd’hui, Paris, Nil, 1997, p. 22.

34 Ses adhérents sont, selon les propres statistiques de l’association, essentiellement des hommes, vivant très majoritairement en Île-de-France et âgés de trente à cinquante ans. Donc, une population assez différente de celle des forums « ésotériques », plutôt composés de femmes et d’adolescents ou de jeunes adultes.

35 Voir le chapitre sur la conspiration du Verseau.

36 Morin (Edgar), « Pensée en spirale », Nouvelles clés, n° 17, printemps 1998.

37 L’ouvrage de Bernard Werber, L’Encyclopédie du savoir relatif et absolu, est d’ailleurs parfaitement révélateur de cette culture du paradoxe (voir chapitre suivant).

38 Même si, par bien des aspects, La Prophétie des Andes est une fausse fiction. La meilleure preuve en est sans doute qu’on trouve le livre dans le rayon « ésotérisme » des grandes librairies et les lecteurs ne s’y trompent pas. La fiction n’est qu’un habillage pour mieux faire passer des idées et des techniques. Une forme de pédagogie en quelque sorte. L’ambiguïté est d’ailleurs assez forte pour que l’on assiste parfois sur les forums à des échanges quelque peu décalés. Un participant demande s’il est vrai que les prophéties des Andes ont été écrites en araméen. Un autre lui répond que oui La Prophétie des Andes est écrite en araméen. Un troisième intervient et s’inquiète : « Quand tu dis que La Prophétie des Andes était écrite en araméen, langue qu’aurait parlé Jésus… j’ai du mal à saisir la finesse… et à faire le parallèle avec J.R. Les textes retrouvés écrits en Araméen, ceux qui seraient les textes “bibliques les plus anciens” auraient-ils inspiré l’écriture de La Prophétie des Andes ? » Le second intervenant répond en expliquant que le premier livre de La Prophétie indique que le manuscrit est écrit en araméen, ce qui constitue d’ailleurs une preuve de son authenticité, mais qu’il n’en sait pas plus. À la fin de cette quatrième intervention on est bien incapable de savoir qui parle de quoi, et s’il est question du livre de Redfield ou du manuscrit fictif mais que les lecteurs supposent vrais. La confusion est totale. Il est d’ailleurs à noter que les incipit faisant référence à un manuscrit retrouvé sont un des topoï de la littérature fantastique depuis le célèbre Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki. On pense aussi, bien sûr, au début du Nom de la rose, d’Umberto Eco.

39 Sur l’efficacité expérientielle de la lecture littéraire, voir Reichler (Claude), « La littérature, pour une anthropologie historique interprétative », Lettres actuelles, n° 3, octobre-novembre 1993, p. 62.

40 Le Figaro, mardi 18 janvier 2005.

41 Sans oublier Didier Van Cauwelaert qui a obtenu le prix Goncourt en 1994 pour Un aller simple et dont les romans intègrent de plus en plus des thèmes liés à la parapsychologie et au surnaturel. Il a d’ailleurs préfacé La Vie de l’autre côté de Michèle Decker, une medium, et cosigné Karine après la vie avec Yvon et Maryvonne Dray qui y relatent leur dialogue avec leur fille morte. Il a même organisé avec eux, en France, en 2002, un Cuarto de Luz, une séance de spiritisme dirigée par des chamanes mexicains et où il avait convié journalistes et spécialistes. Marc Menant, d’Europe 1, et Patrice Van Eersel, de Nouvelles clés, en avaient fait des comptes rendus assez ironiques.

Auteur

Claudie Voisenat, anthropologue, chargée de mission pour la recherche au ministère de la Culture, mène ses travaux au sein du Laboratoire interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, IIAC-Lahic,UMR 8177. Enseignante à l’Ecole du Louvre, elle travaille sur les pratiques sociales du patrimoine, les usages contemporains du passé et les liens, à partir du XVIIIe siècle, entre l’émergence d’une conscience patrimoniale et les premiers développements d’une ethnographie de l’Europe. Elle a dirigé sur ces thèmes deux ouvrages publiés aux Editions de la MSH, Imaginaires archéologiques (2009) et Le tournant patrimonial (2016) et fondé l’Encyclopédie en ligne Bérose.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access