Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel à Beaubourg

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet

Annexes

Annexe I. Fonctionnement de la médiathèque

Texte intégral

  • Présentation de la médiathèque
  • Texte d'orientation sur les objectifs et l'organisation de la médiathèque (J.P, BERMAN)
  • Liste des langues disponibles
  • Plan des laboratoires
  • Bulletins de demande

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA MÉDIATHÈQUE DE LANGUES

1 - LE FONDS

1Il comprend : des méthodes, des documents sonores et des films. Tous sont communiqués sous forme de cassettes (son ou vidéo) accompagnées d'un support imprimé (le manuel dans le cas d'une méthode, la transcription et/ou traduction dans le cas d'un document sonore ou visuel ).

21.1 - LES MÉTHODES sont des ensembles pédagogiques. Toutes conçues par définition pour l'apprentissage, elles peuvent néanmoins être assez différentes les unes des autres. Tout d'abord selon leur niveau de difficulté : pour "débutants", "faux débutants" (cas d'une personne ayant auparavant commencé à étudier une langue, puis ayant abandonné et tout oublié, ou presque : la progression des premières leçons pourra être rapide), "étudiant avancé" ou "très avancé". Les méthodes sont également construites de façon différente selon l'importance plus ou moins grande qu'elles attachent à un aspect de la langue plutôt qu'à un autre. Elles peuvent même s'attacher exclusivement à l'un de ces aspects : grammaire, ou conversation, ou phonétique. Enfin, à côté des méthodes qu'on pourrait dire "générales", il en existe d'autres destinées à l'apprentissage de langues spécialisées, par exemple l'anglais médical, le français technique, le russe scientifique, l'espagnol commercial, etc... Il est à noter que cette distinction méthodes générales / méthodes spécialisées ne recouvre pas nécessairement celle des niveaux de difficulté (il existe des méthodes spécialisées, telles celle de russe scientifique, qui débutent réellement à zéro, par l'alphabet, et sont construites comme une méthode générale ; la différence réside dans le vocabulaire qui est, lui. spécialisé dès la première leçon) ; toutefois, dans la pratique le cas inverse est le plus fréquent : il faut déjà avoir quelques bases de la langue générale pour s'attaquer à la langue spécialisée.

31.2 - LES DOCUMENTS SONORES sont des enregistrements en langues originales, de formes diverses : interviews, conférences, pièces radiophoniques, théâtre, bandes d'actualité, poésie, morceaux de littérature, etc. Ce sont des documents d'une difficulté linguistique généralement assez notable. Ils s'adressent donc principalement à des personnes d'un bon niveau, mais ils peuvent aussi être utiles à d'autres ne serait-ce que comme test pour aider à situer ses lacunes et donc le type de méthode le plus adapté à ses besoins personnels.

41.3 - LES FILMS, comme les documents sonores, aident principalement au perfectionnement dans la pratique de la langue et à la connaissance de la civilisation. Il est exceptionnel qu'il s'agisse de méthodes d'apprentissage (c'est le cas d'une série anglaise de la B.B.C. consacrée à la communication dans l'entreprise et de 3 documents : HINDI, CHINOIS, ITALIEN) ; dans presque tous les cas il s'agit de films (court, moyen, ou long-métrages ; documentaires ou de fiction) sélectionnés pour leur intérêt linguistique et leur contenu de civilisation.

51.4 - Outre le fonds décrit ci-dessus, et consultable exclusivement dans les cabines des laboratoires, la médiathèque possède un rayonnage de livres (dictionnaires, grammaires, doubles de manuels) qui permet aux lecteurs de préparer leur séance en cabine : ils y choisissent leurs documents et peuvent préparer la leçon qu'ils vont ensuite suivre sur magnétophone.

61.5 - La totalité du fonds du Laboratoire proprement dit est répertoriée et décrite dans le catalogue. Celui-ci se présente sous forme de classeurs à l'intérieur desquels les documents sont rangés par sections : initiation, perfectionnement, spécialisation, documents sonores, vidéo. Chaque document y est l'objet d'une description (titre, éditeur, niveau, durée totale de l'enregistrement, objectifs poursuivis et particularités) et d'un dépouillement indiquant le contenu de chaque cassette.

7Sur l'un des panneaux vitrés servant de cloison au laboratoire, se trouve un tableau d'affichage des nouveautés du mois en cours. Chaque nouveau document mis à la disposition du public y fait l'objet d'une petite notice indicative. Le lecteur intéressé doit alors consulter le catalogue où figure la description détaillée du document pour rédiger son bulletin de demande.

2 - MATÉRIEL ET FONCTIONNEMENT

8Le laboratoire I compte 40 cabines. Toutes sont équipées d'un clavier de commande et d'un microcasque. Six d'entre elles possèdent un téléviseur ayant ses propres commandes et son propre casque. Le laboratoire II compte 20 cabines, toutes ont un magnétophone complet et 4 d'entre elles possèdent un téléviseur.

92.1 - ACCÈS AUX LABORATOIRES

10Laboratoire I : réservé à l'allemand, américain, anglais, espagnol et français. L'accès du public se fait en général par tranches horaires. A la demie précédant chaque heure (12h30, 13h30... 20h30) des tickets numérotés sont distribués en fonction des cabines disponibles aux personnes assises sur les fauteuils "d'attente". Les lecteurs munis de ce ticket, inscrivent le numéro sur leur bulletin de demande et déposent celui-ci au bureau d'accueil.

11À l'heure moins 3 mn, un appel général est fait depuis la con -sole demandant aux utilisateurs en cours de séance de bien vouloir libérer leurs cabines. En sortant le public dépose ses livres sur le chariot mis à sa disposition à côté de la console tandis que les cassettes sont retirées du rack. Puis à l'aide de l'afficheur lumineux le personnel appelle les numéros distribués dans la ½h précédente. Cet appel se fait par tranches de 10 maximum, ce qui évite les confusions pour les affectations de cabine. Les cassettes sont mises dans les magnétophones et les livres remis au public avec indication orale du n° de cabine attribuée. Il en est de même des vidéocassettes.

12Toute personne déclarant venir pour la première fois est accompagnée en cabine où lui est expliqué le maniement des appareils.

13Lorsque très peu de personnes attendent, l'accès se fait au fur et à mesure des sorties.

14Laboratoire II : Toutes les autres langues. L'accès du public se fait au fur et à mesure des arrivées. Le lecteur doit être en possession d'une pièce d'identité (carte d'identité, passeport, permis de conduire, carte de séjour) qu'il remet en même temps que son bulletin de demande où doit obligatoirement figurer l'heure d'entrée.

15Muni de ces documents le personnel lui remet le(s) manuel(s) et la cassette et lui attribue une cabine. L'utilisateur récupère sa pièce d'identité à la sortie, contre remise de la cassette et du manuel. La durée de la séance n'est pas limitée.

162.2.- LA CONSULTATION DES DOCUMENTS AUDIO-ORAUX se fait sur magnétophones bi-piste qui, dans le labo II sont dans les cabines et dans le labo I sont disposés en racks dans la zone du personnel.

17L'intérêt du système audio-actif-comparatif (A.A.C.) est de permettre à la fois l'écoute du modèle pré-enregistré sur la piste "haute" de la bande magnétique et l'enregistrement de la voix de l'élève sur la piste "basse". A la ré-audition, celui-ci peut donc comparer les deux et, si besoin est, recommencer l'opération autant de fois qu'il le juge nécessaire.

182.3 - LE VISIONNEMENT DES FILMS se fait sur téléviseur. Comme les magnétoscopes sont rangés dans la zone du personnel, les lecteurs en télécommandent le fonctionnement grâce à un clavier situé devant le récepteur de la cabine. Chaque magnétoscope est accompagné d'un "moniteur" (petit récepteur TV) permettant le contrôle du bon défilement du film.

192.4 - LA CONSULTATION DES DOCUMENTS A.V.A.C. se fait sur le téléviseur propre à ce système. La procédure générale est la même que dans le travail sur cassette son, à ceci près que les plages de répétition ménagées dans l'enregistrement (filmé) du modèle permettent celui-non seulement de la voix- mais aussi de l'image de l'utilisateur, grâce au déclenchement automatique d'une caméra fixée au téléviseur. Grâce au clavier de télécommande, le lecteur peut -- à loisir - revoir sa "performance" et la recommencer si nécessaire.

20Le contrôle par le personnel de l'ensemble des manifestations des utilisateurs se fait depuis un pupitre de commande, ou "console", permettant notamment la communication avec une, plusieurs ou toutes les cabines et la prise en charge de leur fonctionnement à la place des utilisateurs.

3 - LE SERVICE INTÉRIEUR DE LA MÉDIATHÈQUE

21Le personnel de service intérieur a pour tâche essentielle de rechercher, acquérir et mettre en service les documents. A cet effet, le travail est réparti selon de grands domaines linguistiques à l'intérieur desquels chacun traite intégralement les documents qui lui reviennent. Les acquisitions se font par les filières traditionnelles pour les langues bien représentées sur le marché de l'édition. Pour les autres, le recours à des instituts, associations, voire à des particuliers - est souvent nécessaire. Enfin, dans le cas de langues assez fréquemment demandées et pour lesquelles aucun document valable n'a pu être trouvé, la médiathèque peut rassembler les concours nécessaires à la création d'une méthode adaptée à l'enseignement auto-didactique dans notre laboratoire. Ont été réalisés : "l'arménien sans maître" ; "le petit poisson noir" (document en persan) ; " Éléments de base de l'Arabe parlé en Tunisie" ; "passeport pour Hong Kong" et en cours "Initiation au grec moderne". Outre le fichier intérieur, recensant tous les documents (commandés, arrivés, mis en service),la médiathèque possède un dossier cartonné pour chaque langue dans lequel sont consignées (dans l'ordre chronologique) toutes les démarches ayant été faites dans le but d'accroître le fonds par les filières "parallèles" indiquées plus haut.

J.P. BERMAN : INSTALLATION D'UNE MÉDIATHÈQUE DE LANGUES AU CENTRE POMPIDOU. TEXTE D'ORIENTATION (AVANT-PROJET -MAI 1975)

22Cet avant-projet a pour but :

  • de proposer une définition de la finalité au sein de la B.P.I. d'une "aire" comportant des cabines de langues ;
  • de décrire ce que devrait comporter cette aire au niveau des documents utilisés et des matériels ;
  • d'établir les procédures d'utilisation.

23C'est en examinant, le plus brièvement possible, l'évolution des laboratoires de langues, dans le temps, que se dégagera la spécificité du système à introduire à la B.P.I.

24RAPPEL HISTORIQUE

25* Des 1904, on songea à utiliser les appareils capables de reproduire la parole pour enseigner les langues (Edison aux USA ; en France l'Abbé Rousselot et son "Pathégraphe" où un texte défilait devant les yeux du lecteur au son d'un gramophone).

26* En 1918 furent définis à l'Université de Yale les principes de base de l'enseignement audio-oral mécanisé : une machine, qui ne se fatigue pas, propose un modèle, enregistré par un natif.

27* En 1930, à l'Université de l'Ohio, fonctionne un laboratoire de langues (à tourne-disques) dont les conceptions se retrouvent dans la plupart des laboratoires de langues actuels : "en diffusant d'une source centrale (la console) un cours à plusieurs postes (ayant la possibilité d'enregistrer), on permet l'imitation orale d'un modèle concret pouvant être répété indéfiniment.

28* La deuxième guerre mondiale amène les USA à créer, pour ses besoins militaires, un programme de formation accélérée en langues, l'A.S.T.P. (Army Spécial Training Program). L'arrivée du magnétophone, l'envergure des moyens techniques employés, le concours de spécialistes en linguistique, implantent définitivement les laboratoires de langues.

29* 1955 - 1965 : En France, l'armée (Centre de Langues de l'École Militaire), le Centre Audiovisuel de l'E.N.S. Saint-Cloud, l'Université de Besançon, la Chambre de Commerce de Paris installent les premiers laboratoires de langues et créent les premières méthodes.

30Cependant on peut remarquer que la disposition matérielle de la plupart des laboratoires -une console face à un groupe de "n" cabines- n'est qu'un démarquage des plus traditionnels de l'ensemble chaire professorale/bancs d'élèves...

31* 1965 - 1970 : malgré leur coût élevé, les laboratoires de langues s'implantent dans l'enseignement supérieur et quelques centres pilotes du secondaire et dans le secteur privé.

32Un premier bilan est possible : il est statistiquement négatif si l'on met en avant la notion du rapport coût-performance.

33Entre les engouements naïfs des inconditionnels de la technique ou les rejets que cette dernière provoque et les promesses inconsidérées des marchands d'illusions du secteur privé, il reste peu de place pour les expériences efficaces et convaincantes. Cependant, elles existent : (C.A.R.E.L.-Université de Poitiers ; C.R.A.P.E.L.-Université de Nancy ; CELSA-Université de Paris IV ; E.S.C.P.-Chambre de Commerce de Paris ; I.L.A. Université de Strasbourg).

34Des travaux de ces centres (et de centres équivalents à 1'étranger)peut être tirée une conclusion indiscutable : il est démontré que l'utilisation exclusive d'une seule méthode (ce sur quoi est fondée la stratégie de presque tous les centres privés) est un facteur certain de sclérose et donc d'échec et que, par contre, les réussites sont directement liées à la richesse du parc des méthodes et documents employés.

35* 1970-1975 : lentement mais sûrement, un concept nouveau apparaît, celui de médiathèque des langues. Le laboratoire n' apparaît plus ni comme une machine miraculeuse (1955-1965) ou à conditionner (1965-1970), mais beaucoup plus simplement comme le lieu privilégié d'accès à une "information linguistique" sonore et visuelle avec l'introduction de la TV en circuit fermé dans le laboratoire.

36Cette "information" ne se résume plus uniquement à l'écoute et à l'enregistrement d'exercices, mais à l'écoute et au visionnement de documents authentiques de toutes natures (conférences, débats, discours, nouvelles, pièces de théâtre, reportages touristiques, économiques ou culturels, films de long ou court métrage).

37Compléments naturels et indispensables s'ajoutant à l'étude de méthodes plus scolaires, ces nouveaux. types de matériaux, par l'intérêt et la qualité d'attention qu'ils suscitent, permettent la mise en place, dans les Centres Universitaires précédemment nommés, d'accès au libre-service et font oublier les théoriciens qui estimaient que les séances de laboratoire ne devaient pas excéder 30 minutes.

38Tout naturellement, ce type de document suppose la ré-introduction de l'imprimé dans le "laboratoire" devenu "sono-vidéothèque" et une initiation à une méthode rationnelle d'exploitation.

I - FINALITÉ

39Ce survol de l'évolution des laboratoires de langues nous semble devoir permettre de déterminer :

401. Ce que l'"aire laboratoire de langues" ne doit pas être, a savoir ce qui existe déjà :

  • une implantation traditionnelle de type scolaire,
  • un centre de langues de type privé faisant double emploi avec les organismes de ce genre,
  • un centre destiné à de futurs spécialistes et- dispensant des exercices de type universitaire nécessitant le contrôle d'un professeur assistant.

412. Ce que cette "aire" doit tendre à être, à savoir ce qui n'existe pas ailleurs :

  • un centre audiovisuel de documentation regroupant un maximum de langues (des langues de grande communication aux langues rares),
  • un centre d'information et de consultation portant sur l'ensemble des méthodes audio-oro-visuelles existantes et accessibles en "libre-service",
  • un centre de formation de type original : ainsi, par exemple, bien que le médium d'échange le plus probable pour un français se rendant au Danemark, en Chine ou en Iran, soit l'anglais, il n'est pas exclu de penser que la possibilité d'acquérir dans une cabine individuelle de travail :
    • quelques notions de base de la langue danoise, persane ou chinoise (formules de politesse, remerciements, etc..
    • un aperçu culturel et économique avec quelques données de base, sur bande vidéo pourra être un atout certain.
  • un centre de culture et de loisir offrant :
    • la possibilité de visionner, en l'écoutant dans la langue originale, une pièce de Shakespeare jouée par l'Old Vic, etc...
    • le loisir d'écouter (et de voir) dans la langue originale une vie de W. Churchill ou de Cervantes, etc...

42Remarques

43a) Dans le cadre de la mission de conservation d'une grande bibliothèque et parallèlement aux langues choisies et aux méthodes et documente sélectionnés, doivent s'ajouter :

  • une série d'enregistrements de dialectes parlés
  • une série d'enregistrements des accents régionaux

44b) Des applications sortant des limites du domaine des langues (+ dialectes et accents) doivent être envisagées :

  • entraînement à la diction
  • "Expression orale",
  • Contraction de texte,
  • Apprentissage, entraînement de la mémoire.

45Ainsi, et conformément à l'évolution signalée dans le rappel historique, il apparaît que le concept de "Laboratoire de langues" peut être dépassé pour faire place à celui de "Médiathèque des langues".

II - DESCRIPTION DE L'AIRE "MÉDIATHÈQUE DES LANGUES"

46Sur un territoire dont la superficie dépendra du nombre de postes de travail, mais que l'on peut évaluer a priori à 200 M2, si le chiffre de 40 postes est retenu, il conviendra de déterminer 4 zones :

471. Une zone A d'"accès à l'information et à la documentation" : sous forme verbale, imprimée et audiovisuelle, seront indiquées les possibilités de choix et dispensés les conseils méthodologiques.

482. Une zone B "demande de service" : passé la zone A, et ayant ainsi déterminé un choix, l'utilisateur formulera son désir au seuil Β et sera ainsi piloté sur la zone C.

493. Une zone C de "consultation et entraînement ". Cette zone comportera "n" postes de travail regroupes en "carrel", c'est-à-dire en blocs de 3, 4, 5, 6, 7 ou 8 postes.

50Les postes de travail comporteront

51– l'ensemble des commandes d'un magnétophone d'enseignement à cassettes (Arrêt ; marche Avant, marche Arrière, Enregistrement, Relecture ; touche automatique de repérage de la phrase précédente),

52(le magnétophone lui-même sera installé en zone D).

  • un écran de télévision (pour un certain nombre de cabines) ;
  • un micro-casque ;
  • un plan de travail (prise de notes, etc…)

53Remarque

54Dans le cadre dune recherche spécifique à la B.P.I., il sera intéressant de prévoir dans l'ensemble des postes de' travail, deux (ou plus) unités expérimentales, dites "à voie de retour" : cela revient à dire que ces postes de travail seraient dotés, en plus d'un écran de télévision incorporé, d'une caméra de télévision permettant (selon le système existant déjà dans la téléphonovision) d'obtenir pour l'utilisateur :

  • un enregistrement visuel (et sonore) de sa performance,
  • un dialogue avec un interlocuteur "modèle" pré-enregistré,
  • application : prononciation, diction, etc…

554. Une zone D de "stockage et diffusion".

56Cette zone D, véritable centre opérationnel de l'ensemble de la médiathèque, et donc capitale comprendra :

57a) – le système de distribution du son, à savoir un nombre "n" de magnétophones à cassettes (correspondant aux postes de travail) et disposés en "rack" ;

58– le système de distribution d'images, à savoir un nombre "X" de magnétoscopes à cassettes et de lecteurs de vidéodisques reliés aux cabines dotées d'un écran de télévision ;

59– un système de contrôle du son et de l'image de l'ensemble du système ;

60– un système autonome de duplication de cassettes.

61b) Un important dispositif de stockage des programmes :

62• programmes (méthodes et documents) sur bandes et cassettes audio,

63• programmes filmés, stockés sur bandes, cassettes et disques vidéo,

64Note : le support vidéocassette s'est avéré, dans ce type d'utilisation, le seul véritablement opérationnel comparé au film fixe, à la diapositive et au film S8 ou 16 mn.

65• programmes imprimés, livres.

66L'agencement de la zone D représente, dans le projet, l'élément le plus complexe et nécessitant le maximum de prévisions.

67C'est dans son organisation, et sa richesse, que résidera le succès de la médiathèque de langues.

68Il va de soi que- dans le cadre de ce système, l'accès direct aux programmes audio-oro-visuels (cassettes, bandes et vidéodisques) est exclu. Seuls les documents imprimés ou livres seront confiés aux utilisateurs (après remise d'une carte, par exemple).

LISTE DES LANGUES DISPONIBLES (AU 15 AVRIL 1980 : 75 LANGUES)

69AFRIKAANS, ALLEMAND, ALSACIEN, AMÉRICAIN, ANGLAIS (anglais standard et dialectes régionaux), ARABE (classique et commun, AFN, Égypte, Orient, Algérien), ARMÉNIEN :

70BAMBARA, BAMILEKE, BAOULE, BASAA, BASQUE, BELEP, BENGALI, BERBÈRE, BRÉSILIEN, BRETON, BULGARE ;

71CAMBODGIEN, CATALAN, CHINOIS, CORÉEN, CORSE, CROATE ;

72DANOIS, DIOULA. DOUALA ;

73ESPAGNOL, ESPERANTO, EWONDO ;

74FANG, FINNOIS, FRANÇAIS ;

75GAELIQUE. GALLOIS, GASCON, GÉORGIEN, GREC moderne ;

76HÉBREU, HINDI, HONGROIS ;

77INDONÉSIEN. IRLANDAIS, ISLANDAIS, ITALIEN ;

78JAPONAIS ;

79KURDE ;

80LATIN, LITHUANIEN ;

81MACÉDONIEN, MALAIS ;

82NÉERLANDAIS. NORVÉGIEN ;

83OCCITAN, OURDOU ;

84PERSAN, PEUL, POLONAIS, PORTUGAIS. PROVENÇAL ;

85ROUMAIN, RUSSE ;

86SERBO-CROATE, SLOVÈNE, SUÉDOIS, SWAHILI ;

87TAGAL, TCHÈQUE, THAÏ, TIBÉTAIN, TURC,

88TZIGANE ;

89UKRAINIEN ;

90VIETNAMIEN ;

91YIDDISH.

92Liste des langues devant, dans les prochains mois, enrichir notre fonds

93Ewe,

94Flamand, Frison,

95Haoussa,

96Maya,

97Ousbek,

98Rheto romanche,

99Soninké.

PLAN DE LA MÉDIATHÈQUE DE LANGUES

BULLETINS DE DEMANDE

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende LABORATOIRE 1
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende LABORATOIRE 2
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/632/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter