Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel à Beaubourg

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet

Conclusion

Texte intégral

1La médiathèque de langues, tout comme la Bibliothèque Publique d'Information du Centre Pompidou qui l'abrite, est plus qu'un équipement nouveau de diffusion culturelle, fut-il le plus original. Elle est le révélateur d'usages sociaux qui, quoique observés en un point précis de l'espace et du temps, acquièrent une signification qui dépasse largement l'institution où ils s'expriment.

2Certes les informations statistiques ponctuelles que nous avons recueillies sur les pratiques sont propres à ce lieu ; mais l'étude des démarches qui sous-tendent ces pratiques a permis de dégager une variété de comportements d'usage de la langue dont la médiathèque apparaît comme le microcosme ; et ces démarches elles-mêmes expriment plus profondément une attitude d'autogestion du savoir qui déborde le seul domaine linguistique. Pratiques, démarches, attitudes, trois niveaux "emboîtés" d'analyse auxquels nous nous sommes constamment référés et qui renvoient à des niveaux de généralité, donc des possibilités d'extrapolation hors de la B.P.I., croissants.

  • 1 op. cit.

3L'utilisation de la médiathèque relève de ce que Dumazedier1 appelle l'"auto-formation orientée" : utilisant à des degrés divers une aide pédagogique sous forme de méthodes ou de programmes, mais se réservant de se guider elle-même, à son rythme, sans contrôle extérieur. Elle se distingue donc de l"'auto-formation indépendante" acquise à l'aide de livres, de voyages ou d'expériences effectuées hors de toute utilisation des institutions prévues à cet effet ; encore qu'elle ne s'y oppose pas : la fréquentation des laboratoires de langues peut suivre, pour la consolider, ou précéder, pour en préparer les bases, une auto-formation indépendante acquise sur le terrain. Elle se distingue aussi, en sens inverse, ce "l'auto-formation guidée", qui s'accompagne d'un suivi périodique des étapes et des moyens grâce à des évaluations ponctuelles par des tests ou par des enseignants.

4Nous sommes loin de l'autodidaxie d'hier, palliatif du manque de formation scolaire ou universitaire, du manque à s'instruire en quelque sorte. Encore que cette attitude ne soit pas absente de la médiathèque.

5Nous sommes tout aussi loin de la formation permanente d'aujourd'hui, qui n'est souvent qu'une extension du modèle scolaire, continuation de l'école par d'autres moyens.

6Ce qui frappe à la médiathèque, c'est la diversité à la fois des publics et des usages. Le pluriel doit être ici de règle. En l'absence de toute imposition de progression et de tout contrôle de niveau, tout est permis, même si tout n'est pas possible : apprentissage pour les uns (qui appartiennent à cette espèce nouvelle en voie d'expansion : les enseignés sans enseignants), information pour les autres, jeu pour d'autres encore, voire même à la limite retour à la langue maternelle pour quelques uns, exemple-type de ces "détournements d'usage" dont le Centre Pompidou est coutumier.

  • 2 Nous empruntons ces concepts de tactique et de stratégie, dans le sens qu'il leur attribue, à Mich (...)

7Car l'apprentissage d'une langue étrangère est loin d'être le seul objectif assigné à la médiathèque par son public ; et quand bien même s'agit-il d'apprentissage, il en existe plusieurs formes de nature radicalement différente. On a vu apparaître tout au long de cette enquête un certain nombre de grandes oppositions qui traversent les comportements et qui, loin de se réduire les unes aux autres, se superposent en une combinatoire complexe : opposition entre une démarche d'approfondissement des langues, qui vise d'abord à l'amélioration de leur niveau, et une démarche de diversification des langues, qui vise à la multiplication des prises de contact avec des parlers nouveaux ; opposition entre une auto-formation de rattrapage, plus populaire, et une auto-formation de complément, plus fréquente chez les utilisateurs d'un niveau d'étude élevé (les plus nombreux) ; opposition entre une autodidaxie finalisée, accumulant les outils de pratique en vue d'une productivité précise, et une autodidaxie proprement linguistique, accumulant les connaissances de principe, qui est à elle-même sa propre fin ; opposition enfin entre ceux qui privilégient le moment de l'opération de consultation de la langue elle-même, l'occasion saisie, et ceux qui privilégient la durée, fondée sur un calcul et supposant un vouloir et un pouvoir. Cette dernière distinction n'est rien d'autre qu'une distinction entre des tactiques, ces pratiques quotidiennes au coup par coup qui produisent sans capitaliser c'est-à-dire sans maitriser le temps, et des stratégies, qui s'ancrent sur la permanence d'un lieu leur permettant de cumuler les avantages acquis et de préparer des expansions futures2.

8La médiathèque est ce lieu ambivalent qui accueille à la fois stratégies et tactiques, lieu propice où les tactiques peuvent à l'occasion se muer en stratégies, mais aussi lieu fatal où les stratégies se dissolvent parfois devant les dures réalités de l'apprentissage linguistique, cette longue patience.

9Rien n'est jamais acquis, et la connaissance des langues étrangères, à la différence de certains autres champs du savoir, est par définition un état précaire. Provisoire, elle ne peut qu'évoluer, s'améliorant quand il y a apprentissage en cours ou pratique, s'estompant en l'absence d'entretien. Mais elle n'est jamais stationnaire, sauf lorsque l'on a atteint les sommets du bilinguisme, ou que l'on gît encore dans les abîmes de l'ignorance. Sur le chemin qui mène de l'un à l'autre, ou qui musarde entre l'un et l'autre, la médiathèque de langues de la Bibliothèque Publique d'Information n'est rien d'autre que ce que ses usagers en font.

LES GRANDES OPPOSITIONS DE COMPORTEMENT

LES GRANDES OPPOSITIONS DE COMPORTEMENT

Notes

1 op. cit.

2 Nous empruntons ces concepts de tactique et de stratégie, dans le sens qu'il leur attribue, à Michel de CERTEAU : L'invention du quotidien : arts de faire. Paris, Union Générale d'Edition (10/18), 1980.

Table des illustrations

Titre LES GRANDES OPPOSITIONS DE COMPORTEMENT
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 571k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable