Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel à Beaubourg

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet

IV - Du bon usage de la médiathèque

Texte intégral

1 - LE RAPPORT AU TEMPS

1On ne passe pas de l'ignorance à la connaissance comme on franchit un seuil ou on achète un bien culturel. En ce domaine la révélation n'existe pas, et depuis ce jour lointain de la Pentecôte où les apôtres ont reçu soudainement le don des langues nous ne connaissons pas d’exemple d’apprentissage linguistique qui ne s’inscrive dans une progression, ni de progression qui ne s'inscrive dans une durée.

2Le temps est la dimension fondamentale de la pratique de la médiathèque. Temps individuel de l’auto-formation, avec ses rythmes - c'est à lui que nous consacrerons l'essentiel de ce chapitre - mais aussi temps collectif de. la B.P.I., avec ses cycles.

  • 1 De février 1980, date d'ouverture du laboratoire n° 2 avec la création de 20 places supplémentaire (...)

3Car l'institution elle-même "respire" si l'on peut dire, selon une périodicité qui n'a rien d'aléatoire, mais obéit à des cycles saisonniers tout à fait caractéristiques. Le graphique IX présente les fluctuations de la fréquentation de la Bibliothèque et des laboratoires de langues sur une année complète1.

  • 2 Encore que, on l'a vu, le laboratoire n° l, réservé aux langues les plus courantes, soit saturé pe (...)

4Sur longue période, la tendance générale de la fréquentation, corrigée des variations saisonnières, est à la hausse. En d'autres termes, la médiathèque de langues de la B.P.I. accueille un nombre de plus en plus élevé de personnes ; la création de 20 places supplémentaires en février 1980 a élargi les capacités d'accueil et épongé en partie le surcroît d'affluence2, mais depuis cette date le nombre de places disponibles n'a pas augmenté alors que la demande continue à croître. Ce phénomène est d'autant plus remarquable que pendant le même temps la bibliothèque, elle, a connu une stabilisation des entrées. La hausse de la fréquentation de la médiathèque n'est donc pas la conséquence mécanique des variations de fréquentation de la B.P.I. qui l'abrite, mais bien un fait autonome, un phénomène de l'ordre de l'accumulation ; non pas l'accumulation des pratiques, dont nous avons parlé au chapitre précédent, mais l'accumulation des pratiquants par effet d'entraînement.

  • 3 "élasticité" diraient les économistes.

5Sur plus courte période, la courbe de fréquentation affecte une sinuosité accentuée. Plus accentuée d'ailleurs dans le cas du laboratoire n° 1 (anglais, français, allemand, espagnol) que dans le cas du laboratoire n° 2 (langues moins usuelles). Le trait mérite d'être souligné : l'amplitude des variations indique une plus grande sensibilité3 de la demande des langues les plus courantes à la conjoncture économique (emploi), universitaire (examens, études) ou de loisir (voyages). Reste que ces variations se font dans le même sens pour les deux laboratoires : moindre fréquentation au printemps, montée pendant l'été, maximum à l'automne, plateau élevé en hiver.

GRAPHIQUE IX - ÉVOLUTION DE LA FRÉQUENTATION DE LA MÉDIATHÈQUE ET DE LA B.P.I.

GRAPHIQUE IX - ÉVOLUTION DE LA FRÉQUENTATION DE LA MÉDIATHÈQUE ET DE LA B.P.I.
  • 4 Nombre d'entrées mensuelles à la médiathèque.
  • 5 Nombre d'entrées mensuelles à la B.P.I.

Note (1)4
Note (2)5

6La médiathèque manifeste ici une autonomie relative par rapport à la bibliothèque ; les mouvements de l'une ne recoupent pas en effet les mouvements de l'autre. Là où la B.P.I. connaît une crue de printemps, la médiathèque connaît son étiage. Là où la B.P.I. connaît un creux d'été, la médiathèque voit sa fréquentation augmenter. Seule période où les deux mouvements sont en phase : la saison froide (automne / hiver), qui correspond dans l'un et l'autre cas à une situation de forte fréquentation.

7La temporalité collective n'est pas la somme des temporalités individuelles. Ou plutôt, elle ne renvoie qu'à une seule de ses composantes : l'occurence, c'est-à-dire le moment de l'utilisation.

8Mais le temps n'est pas que de la durée, c'est aussi de la répétition, c'est aussi du rythme, c'est aussi de l'intensité.

9La complexité du rapport au temps, temps vécu de l'usage d'une langue, nous semble pouvoir être analysée à partir de quatre dimensions élémentaires :

  • La fréquence, c'est-à-dire le nombre de contacts systématiques avec la langue à travers les documents de la médiathèque (que l'on peut mesurer en nombre de séances). On la considérera comme un indicateur d'accumulation des connaissances.
  • l'ancienneté de l'apprentissage, c'est-à-dire la période qui s'est écoulée depuis le premier contact avec la médiathèque. Cette notion ne se confond pas avec celle de fréquence (on peut venir depuis longtemps, mais rarement, ou depuis peu de temps, mais souvent).On la considérera comme un indicateur de familiarité avec le lieu et ses méthodes.
  • La régularité, c'est-à-dire le caractère plus ou moins systématique de l'assiduité à la médiathèque. Il s'agit d'une dimension indépendante (à nombre de séances égal, on peut les suivre de manière ponctuelle, ou aléatoire). On la considérera comme un indicateur d'organisation de la pratique.
  • La durée, ou plus exactement la durée de chaque séance. On la considérera comme un indicateur partiel d'assimilation du document consulté.

10Les formulations de l'enquête ont été conçues de telle sorte qu'elles reprennent cette distinction et que le questionnaire, un peu comme un prisme, décompose le temps en ses différents éléments irréductibles.

111 - La DURÉE doit être traitée à part. Autant qu'à l'attitude de l'utilisateur, elle est liée au mode de fonctionnement même des laboratoires de langues : Alors qu'aucune contrainte n'existe dans le labo 2, elle est impérativement limitée à une heure dans le labo 1 (réservé à l'anglais, à l'allemand, à l'espagnol et au français).

12Cette limitation à la hausse n'empêche pas les variations à la baisse : les usagers du labo 1 ont toujours la ressource de partir avant la fin de l'heure, s'ils ont terminé, ou s'ils sont saturés. Un sur six environ parmi eux ne s'en prive pas.

TABLEAU 28 - DURÉE INDIVIDUELLE D'UTILISATION DU LABO 1

TABLEAU 28 - DURÉE INDIVIDUELLE D'UTILISATION DU LABO 1

13Mais c'est au labo 2 seulement que l'on peut analyser correctement les durées spontanément adoptées comme optima, quand une flexibilité horaire totale est possible et que l'individu est le seul maître de sa décision. Cette notion de "durée naturelle" est importante pour comprendre les phénomènes d'assimilation et de saturation.

TABLEAU 29 - DURÉE INDIVIDUELLE D'UTILISATION DU LABO 2

TABLEAU 29 - DURÉE INDIVIDUELLE D'UTILISATION DU LABO 2

14On retrouve un auto-ajustement à des durées inférieures à une heure chez un nombre à peu près identique de personnes dans le labo 2 (un sur cinq) que dans le labo 1. Signe qu'il y a bien pour une fraction du public un niveau de saturation bas, dont l'existence est attestée par sa permanence.

15La moyenne, qui est ici en même temps le mode (c'est-à-dire la position occupée par le nombre le plus élevé d'utilisateurs) s'établit autour d'une heure. C'est pourrait-on dire le seuil d'assimilation naturel le plus fréquent dans un laboratoire de langues auto-utilisé, sans guidage par un enseignant.

16Beaucoup cependant se situent au-dessus de cette norme : les plus nombreux à proximité immédiate (24 %, un sur quatre, restent environ une heure ½) ; une minorité (16 %), dans la zone des performances en matière de résistance et de capacité d'attention (deux heures ou plus), sans que l'on sache très bien si le document audiovisuel a encore à ce moment-là une réelle efficacité.

GRAPHIQUE X - VARIATION DES EFFECTIFS SELON LA DURÉE DE SÉANCE (LABO 2)

GRAPHIQUE X - VARIATION DES EFFECTIFS SELON LA DURÉE DE SÉANCE (LABO 2)
  • 6 Une telle recherche, de nature pédagogique dépasse très largement le cadre de notre étude, et relè (...)

17À ce point de l'analyse se pose une question essentielle : ces variations dépendent-elles principalement des conditions de l'usage, c'est-à-dire du type de méthodes ou de documents utilisés et de la langue étudiée, ou trouvent-elles aussi leur principe chez l'usager lui-même ? Nous n'avons pu, à l'occasion de cette enquête, examiner sérieusement l'incidence des différentes méthodes de langue sur le rythme de leur utilisation6.

18Mais le dépouillement des tableaux de corrélation fait apparaître qu'il existe effectivement des variations individuelles significatives, et que les plus fortes d'entre elles sont liées à des facteurs d'ordre social (culturels ou socio-culturels) plutôt qu'à des facteurs d'ordre personnel.

19Les deux facteurs les plus corrélés sont l'appartenance sociale et le niveau d'étude.

TABLEAU 30 - DURÉE D'UTILISATION DU LABO 2 SELON L'APPARTENANCE SOCIALE

TABLEAU 30 - DURÉE D'UTILISATION DU LABO 2 SELON L'APPARTENANCE SOCIALE
  • 7 Il s'agit pour la plupart des personnes qui viennent pour la première fois, qui ne peuvent donc se (...)

Note (1)7

20La durée d'utilisation est très nettement fonction du milieu d'appartenance, évalué à partir de la catégorie socio-professionnelle des utilisateurs : les membres des classes les plus favorisées par le capital économique ou le capital culturel (classes dominantes et couches intellectuelles des classes moyennes) supportent des séances beaucoup plus longues que les membres des couches techniciennes ou administratives des classes moyennes, ou des classes populaires.

TABLEAU 31 - DURÉE D'UTILISATION DU LABO 2 SELON LE NIVEAU D'ÉTUDES

TABLEAU 31 - DURÉE D'UTILISATION DU LABO 2 SELON LE NIVEAU D'ÉTUDES

21Le niveau d'étude a lui aussi une incidence sur l'occupation des cabines du laboratoire de langues : incidence directe dans le cas des utilisateurs encore en cours d'étude ; incidence indirecte dans le cas de ceux qui sont déjà rentrés dans la vie active. Dans un cas comme dans l'autre, on reste d'autant plus longtemps qu'on possède un niveau d'étude élevé. Bien plus que l'effet mécanique d'un meilleur entraînement proprement scolaire (habitude prolongée des cours ou des travaux pratiques), il faut voir là, surtout chez ceux qui ont quitté le système d'enseignement depuis quelques temps, le reflet d'un niveau culturel général plus élevé, gage tout à la fois d'un entretien régulier d'un certain type d'activité intellectuelle (par le biais de réunions, rédactions de rapports, lectures professionnelles, etc..) et de l'appartenance à un milieu social plus favorisé.

222 - L'ANCIENNETÉ : le premier contact avec la médiathèque de langues peut remonter très loin. Au moment de l'enquête, le Centre Pompidou était ouvert depuis près de trois ans et demi, et l'on trouve effectivement dans le public une minorité de fidèles (2,5 %, soit un sur quarante) qui montait déjà la garde à la porte du laboratoire au printemps de l'année 1977. Ces utilisateurs "historiques" sont sans doute les dépositaires de la mémoire collective de la médiathèque, mais ils ne sont à coup sûr guère représentatifs. Sans remonter jusqu'à ces extrêmes, la fréquentation de longue durée demeure l'exception (cf Tableau 32 et graphique XI) : 20 % de nos visiteurs seulement viennent depuis un an ou plus.

  • 8 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.20

23À l'autre extrême, les nouveaux venus : ils sont un peu plus du quart (28 %) à pénétrer dans la médiathèque pour la première fois. Néophytes de la médiathèque, ils ne le sont pas pour autant de la B.P.I. : la plupart la fréquentaient déjà auparavant, et avaient ainsi découvert l'existence des laboratoires de langues, même s'ils n'en avaient pas jusque là profité ; seuls 29 % de nos nouveaux utilisateurs ont découvert simultanément la médiathèque et la bibliothèque.8.

24Mais le mode principal de fréquentation reste la période brève : la majorité du public vient depuis moins de trois mois (32,5 %) ou environ trois mois (9,5 %) Il semble que le cycle d'apprentissage le plus courant soit le cycle court, ce qui se traduit au niveau des effectifs par un turn-over, c'est-à-dire un renouvellement, important et constant.

253 - Autre dimension fondamentale de la pratique : sa FRÉQUENCE. Nous le savons, elle n'est pas une fonction linéaire de l'ancienneté, même s'il existe entre les deux un rapport direct, sur lequel nous reviendrons tout-à-l’heure.

TABLEAU 32 - FRÉQUENTATION DE LA MÉDIATHÈQUE SELON L'ANCIENNETÉ D'UTILISATION

TABLEAU 32 - FRÉQUENTATION DE LA MÉDIATHÈQUE SELON L'ANCIENNETÉ D'UTILISATION

GRAPHIQUE XI - COURBE CUMULÉE D'ANCIENNETÉ DE FRÉQUENTATION

GRAPHIQUE XI - COURBE CUMULÉE D'ANCIENNETÉ DE FRÉQUENTATION

26Arrêtons-nous sur les nouveaux utilisateurs, ceux qui viennent pour la première fois. Nous savons déjà qu'ils représentent 28 % du public ; du public, mais non des cabines occupées. Si" l'on comptabilise non plus les personnes mais les séances, le plus assidu occupera au total un nombre de places proportionnel à l'intensité de sa fréquentation, alors que celui qui n'aura pénétré dans la médiathèque que de manière exceptionnelle ne comptera que pour un.

27Ainsi, ces nouveaux venus n'ont au total occupé que 16 % des cabines ; dans le même temps les fidèles (venus plus de 10 fois à la médiathèque) occupent près d'une place sur deux (47 %), alors qu'ils ne représentent qu'un peu plus d'une personne sur trois (37,5 %) (cf. tableau 33 et graphique xii).

28Entre les deux, on trouve un nombre à peu près équivalent d'utilisateurs (36,5 %) à avoir déjà derrière eux entre 1 et 10 visites à la médiathèque.

  • 9 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.12

294 - La RÉGULARITÉ enfin introduit encore une dimension supplémentaire, liée au projet qui sous-tend l'utilisation de la médiathèque : que l'on vienne systématiquement une fois par mois, une fois par semaine, ou une fois par jour, ce n'est pas tant ici l'intervalle de temps qui importe que cette systématicité même : elle traduit une auto-discipline consciente, organisée et volontariste. Consciente, car les visiteurs interrogés sont capables de nous en définir très précisément la cadence ; organisée, car ce rythme est calculé en considération à la fois de la disponibilité horaire, arbitrage entre ses contraintes personnelles et les contraintes d'affluence de la médiathèque, et de l'urgence du but à atteindre ; volontariste, car la régularité se rencontre d'autant plus souvent que l'usage du laboratoire de langues est orienté vers une fin plus utilitaire : les personnes qui ont besoin de maîtriser une langue étrangère pour poursuivre leurs études, trouver un emploi ou améliorer celui qu’elles ont déjà sont dans l'ensemble plus régulières que celles qui n'ont d'autre objectif que leur culture générale.9

TABLEAU 33 - FRÉQUENTATION DE LA MÉDIATHÈQUE SELON LA FRÉQUENCE D'UTILISATION

TABLEAU 33 - FRÉQUENTATION DE LA MÉDIATHÈQUE SELON LA FRÉQUENCE D'UTILISATION

GRAPHIQUE XII - COURBE CUMULÉE DE DURÉE DE FRÉQUENTATION

GRAPHIQUE XII - COURBE CUMULÉE DE DURÉE DE FRÉQUENTATION

30Ce comportement organisé est relativement répandu dans le public de la médiathèque de langues : 44 % des utilisateurs des deux laboratoires de la B.P.I. ont répondu y venir régulièrement tandis que 28 % seulement (deux fois moins) reconnaissent que leur fréquentation est tout à fait irrégulière ; la question n'avait pas de sens pour les autres, qui venaient pour la première fois ou depuis si peu de temps que la notion de régularité ne pouvait encore être invoquée

GRAPHIQUE XIII - RÉGULARITÉ D'UTILISATION DE LA MÉDIATHÈQUE

GRAPHIQUE XIII - RÉGULARITÉ D'UTILISATION DE LA MÉDIATHÈQUE

31De quel principe de régularité s'agit-il ? ou si l'on préfère, sur quelle périodicité repose-t-elle ?

TABLEAU 34 - PÉRIODICITÉ DE LA FRÉQUENTATION DU PUBLIC RÉGULIER DE LA MÉDIATHÈQUE

TABLEAU 34 - PÉRIODICITÉ DE LA FRÉQUENTATION DU PUBLIC RÉGULIER DE LA MÉDIATHÈQUE
  • 10 La médiathèque de langues, comme le Centre Pompidou, est fermée le mardi.

32La régularité s'accomode mal d'un rythme trop lâche. Rares sont ceux qui reviennent systématiquement à échéance de la quinzaine ou du mois. Même la semaine, qui constitue pourtant l'unité vécue la plus prégnante de l'alternance travail / loisir, avec l'opposition du week-end aux autres jours, n'est pas le principe de régularité dominant de la fréquentation. La norme, c'est finalement le "coup de collier", la multiplication des séances au cours de la semaine, presque tous les jours (57 %). Certains, moins nombreux, poussent l'opiniâtreté jusqu'à venir tous les jours, c'est-à-dire en fait six jours sur sept10, week-end compris (12 %). Ce rythme peut monter à l'extrême jusqu'aux cadences atteintes ailleurs par les stages intensifs que proposent divers organismes et écoles de recyclage linguistique ; plusieurs fois par jour (2 %). Nous sommes loin des dilettantes que nous avons rencontrés au début de ce chapitre...

33La fidélité à la médiathèque (mesurée par l'ancienneté), l'assiduité de son usage (mesurée par la fréquence) et l'opiniâtreté dans la démarche (mesurée par la régularité) sont bien sûr dans une relation de dépendance : ou si l'on préfère, en termes de comportement, la familiarité, l'accumulation et l'organisation.

34De dépendance, mais non d'équivalence. Pour prendre les deux dimensions apparemment les plus corrélées, on devrait logiquement constater une proportionnalité directe entre la durée de fréquentation et le nombre de séances suivies (ou si l'on préfère : plus on vient depuis longtemps, plus on a suivi de séances, et inversement). Or la matrice des combinaisons de l'une avec l'autre fait apparaître des situations qui semblent défier cette proportionnalité.

TABLEAU 35 - CROISEMENT DE LA FRÉQUENCE ET DE L'ANCIENNETÉ

TABLEAU 35 - CROISEMENT DE LA FRÉQUENCE ET DE L'ANCIENNETÉ

35Certes il existe effectivement une progression sensible du nombre de séances selon l'ancienneté de la fréquentation, les plus anciens étant en gros les plus expérimentés, et les plus récents les plus novices dans la manipulation des cabines de langues de la B.P.I.. Mais on trouve aussi des réponses à presque toutes les autres intersections du tableau : ainsi d’utilisateurs récents qui ont déjà suivi une quantité impressionnante de séances, ou de vieux usagers qui n'en ont qu'un nombre très réduit à leur actif, sans compter tous les cas de figure intermédiaires.

36Avouons que ce tableau, s'il est statistiquement très rigoureux, n'est pas sous sa forme brute sociologiquement très parlant, hors la mise en évidence du phénomène de dispersion que nous venons de commenter. Cet effet de "nébuleuse" ne doit pas masquer l'existence de polarités de comportement tout à fait significatives. Les énoncer, c'est faire passer au sein du réel des séparations, introduire des seuils, effectuer des regroupements : toutes opérations qui reviennent à introduire du discontinu là où il y avait apparemment du continu : pour l'ancienneté, on distinguera ceux qui viennent depuis trois mois ou moins, et ceux qui viennent depuis plus longtemps (trois mois, nous l'avons vu est une période charnière) ; pour la fréquence, on distinguera au delà et en deça de 10 séances à la médiathèque.

  • 11 Nous avons par exemple introduit une coupure à ± 10 séances. Nous aurions pu aussi bien choisir co (...)

37Dès lors, cinq groupes d'utilisateurs se dégagent très clairement : si leurs frontières n'ont pas valeur absolue11, la réalité de l'existence de ces groupes est quant à elle tout à fait indéniable.

TABLEAU 36 - TYPOLOGIE DES UTILISATEURS, SELON LE RYTHME DE LEUR FRÉQUENTATION

TABLEAU 36 - TYPOLOGIE DES UTILISATEURS, SELON LE RYTHME DE LEUR FRÉQUENTATION

38Comme toute typologie, celle-ci demande, pour devenir "parlante", à être baptisée. Les noms attribués à ces groupes n'ont pas la prétention de résumer la totalité de l'information les concernant mais de rendre plus présent, par leur pouvoir évocateur, le profil de chacun d'entre eux.

39Faisons les présentations :

40– Les NOUVEAUX (28 %), que nous connaissons bien, viennent pour la première fois à la médiathèque. Parmi eux, deux types d'utilisateurs très différents, mais qu'il est encore trop tôt pour démêler :

41Ceux qui viennent "une fois pour voir", poussés par la même curiosité que celle qui leur fait essayer à la bibliothèque la consultation des différents médias, en particulier audiovisuels (microfilms, films, diapositives, etc...), sans projet bien précis. On les retrouve souvent au laboratoire n° 2, où ils demandent de préférence une langue rare, la nouveauté, du parler redoublant, la nouveauté, de la manipulation.

42Et ceux pour qui cette séance constituera la première d'une série qui les fera passer dans l'un des autres groupes que nous allons examiner maintenant.

  • Les NÉOPHYTES ZÈLES (14 %). Nouveaux venus à la médiathèque, qu'ils ne fréquentent que depuis quelques semaines, ils en ont une pratique intensive, la plupart du temps systématique (9 sur. 10 sont des utilisateurs réguliers) et ont déjà accumulé un nombre élevé de séances de laboratoire. Typique de cette démarche, le "coup de collier", recyclage ou apprentissage intensif sur courte période.
  • Les APPRENTIS DE LA MÉDIATHÈQUE (28 %). Nouveaux venus eux aussi, ils ont une fréquentation nettement plus espacée, et totalisent un nombre réduit de séances.
  • Les COMPAGNONS DE ROUTE (8 %). Vieux utilisateurs de la médiathèque, qu'ils ont découverte il y a plusieurs mois, ils en ont une pratique qu'on pourrait qualifier d'extensive : épisodique, intermittente, avec parfois de longues éclipses, et finalement au total peu de visites ; ils font souvent la "médiathèque buissonnière"12.
  • Les HABITUÉS enfin (22 %), qui à la fois viennent depuis longtemps et viennent souvent. Nombre d'entre eux (7 sur 10) ont adopté un rythme régulier, même s'il n'est pas nécessairement très élevé. Ils constituent le public de fonds de la médiathèque de langues, son noyau stable.

43Tous ces utilisateurs ne poursuivent pas, tant s'en faut, le même but. Peut-on dire pour autant que les différences passent plus entre les individus, ou au contraire entre les types ; en d'autres termes, cette cohérence que nous avons relevée dans le mode de fréquentation renvoie-t-elle à une cohérence du même ordre dans les genres de motivations, ou au contraire retrouve-t-on, au sein de chaque type, tout l'éventail des motivations ?

  • 13 Les effectifs et les pourcentages correspondants figurent en annexe, tableau A.11

44La réponse, on s'en doute, est complexe. On rencontre effectivement un certain nombre de correspondances significatives entre type de public et but poursuivi, mais aucune ne revêt un caractère suffisamment systématique pour qu'on puisse, d'un rythme de fréquentation, inférer un objectif, ou réciproquement. Un tableau simplifié résumera les principales affinités rencontrées13 :

TABLEAU 37 - CORRESPONDANCE ENTRE TYPOLOGIE DES USAGERS ET BUTS DE L'USAGE

TABLEAU 37 - CORRESPONDANCE ENTRE TYPOLOGIE DES USAGERS ET BUTS DE L'USAGE

45La motivation d'ordre scolaire ou universitaire pousse à une fréquentation qui relève plus du moyen ou du long terme que du court terme ; elle implique un suivi, qu'il soit régulier ou irrégulier ("compagnons de route" et "habitués").

46À l'opposé, ceux qui s'apprêtent à faire un séjour prolongé à l'étranger (ou l'effectuent déjà, pour les étrangers installés en France) se retrouvent plus nombreux parmi les "néophytes zélés" et les "apprentis de la médiathèque", donc dans le court terme.

47La recherche d'un emploi, ou la volonté d'améliorer par une meilleure connaissance des langues un emploi insatisfaisant, explique la présence d'une partie des "néophytes zélés". C'est cependant une motivation que l'on retrouve aussi, quoique dans une moindre proportion, dans tous les autres types, à l'exception des "compagnons de route" chez qui elle est nettement en retrait.

48Contrairement à ce que l'on pouvait penser, la préparation d'un voyage ne pousse pas à une démarche assidue ("néophyte zélé") ; À court terme, elle se traduit plutôt par une fréquentation épisodique ("apprentis de la médiathèque") ; à long terme, elle se traduit souvent par un apprentissage de longue haleine ("habitués").

49Quant à la recherche de culture générale, elle se manifeste surtout au sein de deux types opposés : les "compagnons de route", fidèles mais à la pratique irrégulière et intermittente ; et les "nouveaux", venus par curiosité intellectuelle s'essayer au laboratoire de langues.

  • 14 Voir l'exposé méthodologique en pages 80 et 81 et l'exemple de mode de lecture des graphiques de s (...)

50Définis à la fois par leur rythme d'utilisation de la médiathèque de langues et par la finalité qu'ils lui assignent, les différents types de publics que nous avons isolés demandent encore à être décrits à partir des caractéristiques socioculturelles et linguistiques des personnes qui les composent. Mais l'incidence du choix de la langue étudiée, du niveau de connaissance dans cette langue, du niveau scolaire en général, de la familiarité avec l'audiovisuel, de l'âge, de l'origine sociale, etc… sur la pratique forme un tout dont les différentes parties sont interdépendantes entre elles ; à les traiter séquentiellement comme on fait trop souvent dans les enquêtes, on court le risque de créer une série d'artefacts sociologiques où les différents éléments du statut social et culturel, baptisés variables, acquièrent une autonomie qui est plus un effet de construction qu'un reflet de réalité. Ce risque est limité quand les situations analysées sont relativement simples, mais non quand il s'agit de rendre compte d'une dimension complexe. Nous avions déjà rencontré ce problème lors de l'interprétation de la motivation -ambiguë-de "culture générale". Nous emploierons ici la même méthode d'analyse que celle que nous avions alors mise au point : la segmentation14.

51Le graphique XIV présente l'arbre de segmentation classant par ordre décroissant d'importance les critères et combinaisons de critères qui permettent d'expliquer et de caractériser précisément les différents types de publics de la médiathèque de langues.

52Le critère le plus important n'est pas d'ordre socio-culturel mais d'ordre linguistique : le niveau dans La langue étudiée partage fondamentalement le public en deux groupes inégaux : d'un côté ceux qui n'ont que des notions extrêmement vagues ; de l'autre côté tous les autres, tous niveaux confondus. Cette distinction est particulièrement pertinente pour analyser les "nouveaux", significativement nombreux dans le premier groupe (partie droite du graphique). Qu'est-ce à dire, sinon que les personnes qui viennent pour la première fois à la médiathèque s'essayent plus volontiers à une langue dont ils ignorent tout ou presque qu'à une langue qu'ils connaissent déjà un peu (on aurait pu aussi bien imaginer l'inverse : les nouveaux venant surtout s'assurer que la médiathèque leur convient pour améliorer ce qu'ils savent déjà). À démarche, nouvelle, on assigne donc plus volontiers une langue, nouvelle.

GRAPHIQUE XIV - TYPOLOGIE DES USAGERS : SEGMENTATION

GRAPHIQUE XIV - TYPOLOGIE DES USAGERS : SEGMENTATION

53Cette tendance est encore plus forte (second niveau de segmentation) chez ceux qui fréquentaient déjà la bibliothèque auparavant pour ses livres, ses revues ou ses documents audiovisuels ; la médiathèque leur est l'instrument d'une découverte supplémentaire, sans pour autant qu'ils envisagent nécessairement de la transformer en instrument de travail.

54La perspective est toute différente chez ceux qui viennent uniquement pour la médiathèque, du moins chez les étrangers apprenant le français (troisième niveau de segmentation) : eux ne sont pas des curieux mais des débutants véritables, venus vérifier sur place la possibilité de suivre gratuitement des cours dans notre langue, dont ils ont entendu parler à l'extérieur du Centre Pompidou.

55Laissons là ceux qui ignorent encore tout ou presque de la langue qu'ils viennent consulter à la médiathèque et venons-en à ceux qui en possèdent déjà au minimum les bases (partie gauche du graphique). C'est le niveau général d'instruction qui introduit en leur sein la première distinction, séparant les usagers ayant fait des études supérieures de ceux qui les ont arrêtées plus tôt, ou qui ne les ont pas encore achevées. On trouve parmi eux une proportion sensiblement plus élevée d'"apprentis de la médiathèque" d'une part, "d'habitués" d'autre part.

56Le critère suivant (3ème niveau de segmentation) précise cette double tendance :

57Les "habitués" sont encore plus nombreux parmi ceux qui ont déjà eu, à l'extérieur de la B.P.I., une certaine pratique de l'audiovisuel appliqué aux langues (autres laboratoires, méthodes à domicile, etc...). Familiarisés avec cette technique, ayant pour certains connu les abandons des premiers essais, ils s'installent d'autant plus facilement ici dans la longue durée. Surtout les 25-40 ans (cf 4è niveau de segmentation : l'âge), ni trop jeunes - et donc pratiquant l'audiovisuel depuis trop peu de temps -, ni trop vieux - et ayant souvent découvert l'audiovisuel trop tard dans leur formation.

58Les "apprentis de la médiathèque" pour leur part sont encore plus nombreux parmi ceux qui n'ont découvert les méthodes audiovisuelles qu'en venant à la médiathèque de la B.P.I. Ils sont rejoints, avec les mêmes caractéristiques (minimum de bases dans la langue, études supérieures, découvertes de l'audiovisuel), par une partie des "néophytes zélés" : leur zèle est ici celui des nouveaux convertis, néophytes non d'une, langue, mais d'une, technique.

59Restent les autres, qui n'ont pas fait d'études supérieures ou n'ont pas encore achevé leurs études. Leur fréquentation des espaces de la Bibliothèque Publique d'Information fait ici la différence (3ème niveau de segmentation, extrême gauche du graphique). Ceux qui jouent la complémentarité médiathèque / B.P.I. et fréquentent à la fois l'une et l'autre, se distinguent comme nos plus fidèles utilisateurs. Qu'importe que ce soit leur venue à la médiathèque qui leur ait fait découvrir et pratiquer la bibliothèque ou l'inverse, remarquons simplement, du point de vue de l'étude des comportements culturels, que le caractère cumulatif des pratiques porte, à leur permanence, que ce soit dans l'ordre de l'intensif (les "habitués") ou dans l'ordre de l'extensif ("les compagnons de route"). Cette différence secondaire entre les deux vient d'ailleurs en partie de l'âge (4ème niveau de segmentation) : les plus jeunes, comme les plus âgés, se retrouvent plus volontiers du côté de la pratique extensive, tandis que les utilisateurs de 20 à 40 ans comptent ici plus d'"habitués".

60Quant aux utilisateurs qui dissocient la fréquentation de la médiathèque de celle de la B.P.I., privilégiant l'une au détriment voire même à l'exclusion de l'autre, ils ont, du moins chez les étrangers apprenant le français (4ème niveau de segmentation) une nette propension à privilégier le court terme, qu'il s'agisse des "apprentis de la médiathèque" ou des "néophytes zélés".

2 - LE RAPPORT A L'ESPACE DE LA B.P.I.

  • 15 Ce qui explique en partie le nombre important d'abandons en cours de route des méthodes de langue (...)
  • 16 Sur les missions du Centre Pompidou, cf les rapports d'activité du CNAC-GP

61On ne peut dissocier l'analyse du rapport au temps de l'analyse du rapport à l'espace. Certes la dimension temporelle est première dans tout processus d'acquisition, et c'est délibérément que nous lui avons accordé une place centrale dans notre recherche. Mais il n'y a pas de pratique sans lieu, fut-il le plus neutre possible. L'apprentissage à la médiathèque, lieu monovalent, s'oppose radicalement à l'apprentissage à domicile, lieu polyvalent : l'espace du premier est tout entier consacré à la seule fonction linguistique, même s'il, est investi- nous l'avons vu-par de multiples usages, tandis que l'espace du second remplit une infinité de fonctions, et n'accueille l'enseignement audiovisuel des langues que comme une activité surajoutée15. Cette spécialisation de l'espace de la médiathèque est cependant tempérée par son insertion au cœur de la Bibliothèque Publique d'Information, espace plurifonctionnel par nature (la caractéristique principale de la B.P.I. est d'être une bibliothèque multimédia : on y trouve des documents sonores : disques, visuels : diapositives, audiovisuels : films, et écrits sous toutes ses formes : livres, périodiques, microfilms, microfiches), laquelle appartient elle-même à un ensemble plus vaste, le Centre Pompidou, espace plurifonctionnel par destination16. S'il n'est pas possible à qui pénétrer dans la Bibliothèque Publique d'Information de n'y voir que le laboratoire de langues, rien n'empêche cependant de négliger délibérément les autres outils de connaissance qu'elle propose.

62L'enquête a permis de découvrir un groupe important, et spécifique, d'utilisateurs exclusifs de la médiathèque. On a pu l'évaluer à 1/3 de notre public (33 %). seulement intéressés par le service que rend ce complexe d'apprentissage linguistique de 60 cabines et 75 langues, unique par sa richesse et son accessibilité, ils ont une utilisation purement instrumentale de la B.P.I., focalisée sur un seul usage, sans dérive vers les autres sollicitations du lieu. La bibliothèque est perçue comme un simple environnement culturel, plus que comme une offre culturelle. La recherche d'efficacité s'accommode mal pour eux de la dispersion.

  • 17 on trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.32 et A.33

63Cette attitude est plus fréquente dans certaines fractions du public que dans d'autres, sans pour autant que dans aucune elle ne revête un caractère systématique17 : ainsi des étrangers qui apprennent le français, dont 40 % ne viennent à la bibliothèque que pour leurs "cours" de langue ; ainsi également des usagers appartenant aux couches techniciennes et administratives des classes moyennes et surtout aux classes populaires (employés, ouvriers) : la proportion d'utilisateurs exclusifs de la médiathèque atteint chez eux respectivement 44 % et 49 %, soit près d'un sur deux, contre un sur trois en moyenne sur l'ensemble du public.

64D'une certaine manière, la médiathèque a bien rempli ici le rôle de pôle d'attraction qui lui est parfois dévolu : moyen de faire pénétrer dans la bibliothèque des personnes qui pour certaines n'y viendraient pas spontanément, avec l'espoir qu'elles découvrent à cette occasion ses autres activités. Mais elle y a sans doute trop bien réussi, puisque nombre d'entre elles s'y cantonnent. Il n'est cependant pas exclu que cette osmose qui ne s'est pas réalisée pendant la période de fréquentation de la médiathèque ne soit que différée, et même volontairement différée. Tout entier à son apprentissage, soucieux avant tout de ne pas se laisser envahir par des messages "parasitaires", l'utilisateur exclusif de la médiathèque peut encore devenir, à l'issue de son cursus linguistique, un utilisateur de la bibliothèque.

  • 18 En sens inverse, 4,5 % des utilisateurs de la bibliothèque sont simultanément des utilisateurs de (...)

65Reste que, d'ores et déjà, les deux tiers (67 %) des utilisateurs de la médiathèque sont simultanément des utilisateurs de. ta bibliothèque18, l'association de la pratique de l'une et de l'autre pouvant se faire avec une intensité variable selon les individus ; tout au plus faut-il souligner l'existence parmi eux d'une petite minorité (11 %) qui fréquente en fait presque exclusivement la bibliothèque, leur passage dans les laboratoires de langue restant tout à fait secondaire et accidentel : Là motivation qui préside à la consultation d'une langue n'est, on s'en doute, pas étrangère à l'adoption de tel ou tel mode de fréquentation de l'espace de la B.P.I.

  • 19 On trouvera les résultats détaillés, effectifs et pourcentages en annexe, tableau A.10

66Le tableau ci-dessous en résume les principales relations19

TABLEAU 38 - MOTIVATION X MODE DE FRÉQUENTATION

TABLEAU 38 - MOTIVATION X MODE DE FRÉQUENTATION

67Comme souvent au cours de cette étude, nous constatons à la fois que toutes les combinaisons sont possibles, et qu'il existe des points de fixation, des interrelations privilégiées.

681 - La pratique exclusive de la médiathèque se rencontre avec une fréquence plus élevée dans deux groupes d'utilisateurs très différents, voire même opposés puisqu'il s'agit des plus et des moins "utilitaristes" :

  • 20 Ou attestée par un emploi antérieur, donc une expérience.

69Les premiers sont à la recherche d'un emploi. Ils attendent de la B.P.I. une assistance précise, centrée sur le point faible de leur formation au regard du marché du travail - les langues -et celui-là seulement. Leurs connaissances autres que linguistiques ne sont pas en cause ; ou si elles le sont, leur actualisation ne pourrait se satisfaire, comme pour les langues, d'une démarche autodidactique. Non que cette démarche ne puisse être efficace ; mais alors que dans le cas des langues l'affirmation d'une compétence suffit, sans que l'on aie à préciser son origine, dans le cas des autres qualifications professionnelles elle n'est réellement crédible que sanctionnée par un diplôme20 qui seul lui confère une légitimité reconnue. La B.P.I. est rarement invoquée dans les curriculum vitae...

70Les seconds se recrutent parmi nos "curieux" des langues, souvent rencontrés au cours de cette étude, qui poursuivent un objectif de culture générale. Nous ne nous attendions guère à en retrouver parmi les utilisateurs qui délaissent les autres sollicitations de la bibliothèque. C'est que culture générale ne signifie pas nécessairement intérêt universel. Se trouve ici confirmée l'existence d'une démarche autodidactique originale, non pas de type encyclopédique mais consacrée exclusivement à un seul champ de savoir, sans lui assigner d'autre finalité que ce savoir lui-même, en bref, une autodidaxie exclusivement linguistique.

712 - La fréquentation conjuguée de la médiathèque et de la bibliothèque est la pratique la plus courante, quelle que soit la motivation qui y préside. Elle est cependant encore plus répandue chez ceux qui poursuivent des études d'une part, et chez ceux qui souhaitent améliorer leur emploi d'autre part. Deux situations qui renvoient, si on y regarde attentivement, à une logique de même nature : la recherche d'une progression à l'intérieur d'un statut : progression de grade dans l'entreprise chez celui qui travaille ; progression de niveau dans l'école ou l'université chez celui qui étudie.

723 - Quant à ceux qui utilisent principalement la B.P.I., et ne fréquentent que de manière tout à fait secondaire la médiathèque de langues, on les retrouve plutôt parmi les lecteurs qui préparent un voyage. Puisant l'essentiel de leur information dans les livres, les guides ou les cartes, certains ne recourent aux laboratoires de langues que pour se familiariser avec le parler comme ils se sont familiarisés avec l'art ou les paysages de la contrée où ils doivent aller. La démarche, n'est plus d'apprentissage, mais bien de documentation.

73Pratique conjointe ou pratique complémentaire de la bibliothèque et de la médiathèque ? Relever simplement l'association fréquente de la première chez les usagers de la seconde ne suffit pas, aussi important que soit ce constat. Ou pour reformuler la question en termes de comportement ; peut-on, de la juxtaposition des pratiques, inférer ta complémentarité des démarches ?

74Rien ne prouve à priori que la lecture de livres ou de périodiques (ou le visionnement de films ou de diapositives) qu'effectue une fraction importante de notre public avant ou après son passage en médiathèque prépare ou prolonge nécessairement sa "consultation" des langues. Il suffit pour s'en convaincre de regarder les titres des ouvrages que lisent les personnes qui font la queue devant les laboratoires de langues, en attendant qu'une place se libère ; ils sont on ne peut plus divers, et la plupart n'ont rien à voir avec l'objet de l'acquisition linguistique. Après tout, la B.P.I. n'est-elle pas, avec ses 400 000 ouvrages et revues disponibles, La salle d'attente la mieux achalandée du monde...

75La création d'une médiathèque de langues au sein d'une grande bibliothèque encyclopédique et multimédia (et multilingue 30 % des documents proposés sont rédigés dans une langue étrangère) visait explicitement à favoriser la complémentarité des différents modes d'information et de formation : en d'autres termes, et pour la première fois à cette échelle et de cette manière, inscrire l’apprentissage de la langue dans le contexte de son usage.

76Jusqu'à quel point les lecteurs eux-mêmes jouent-ils cette complémentarité ? Pour le savoir, nous avons demandé aux utilisateurs de la médiathèque s'ils consultaient aussi à la B.P.I. des ouvrages dans la langue qu'ils étaient en train d'apprendre.

GRAPHIQUE XV - PRATIQUE DE LA BIBLIOTHÈQUE ET DE LA MÉDIATHÈQUE

GRAPHIQUE XV - PRATIQUE DE LA BIBLIOTHÈQUE ET DE LA MÉDIATHÈQUE

77Si la proximité spatiale de la bibliothèque et de la médiathèque favorise effectivement le glissement de l'une à l'autre, constaté chez 2 utilisateurs sur 3 (67 %), le passage direct in situ de l'apprentissage à la pratique, c'est-à-dire à la lecture dans la langue, n'est effectué que par 1 utilisateur sur 3 (36 %). Pour les autres, les connaissances acquises à la B.P.I. débouchent, quand elles débouchent, sur une pratique uniquement externe au lieu (dans le pays concerné, dans le travail, dans les études, ou chez soi).

78Au total, on trouve donc trois types de comportements, plus ou moins éloignés du schéma "idéal" d'interaction multimédia entre bibliothèque et médiathèque. Le public se partage à effectifs à peu près égaux entre :

  • une pratique exclusive de la médiathèque (33 %) : la bibliothèque constitue alors une simple structure d'accueil, sans caractère propre.
  • une pratique multimédia, indépendante (31 %) : que ce soit la bibliothèque ou la médiathèque qui ait bénéficié de l'antériorité, la fréquentation de l'une a été l'occasion de la découverte de l'autre ; mais sans association directe des documents proposés dans les laboratoires de langues et de ceux proposés dans les salles de lecture.
  • une pratique multimédia interférente (36 %) : l'utilisation des méthodes de la médiathèque s'accompagne d'une consultation du fonds de la bibliothèque disponible dans la même langue. Cette liaison n'est pas nécessairement systématique : épisodique chez 16 % des utilisateurs, elle n'est véritablement fréquente que chez 20 % d'entre eux. Mais elle traduit dans tous les cas une démarche de diversification des modes d'acquisition et d'utilisation des connaissances dont seule la B.P.I. permet, dans le même temps et dans le même lieu, la mise en œuvre immédiate.

79La médiathèque n'est pas un état dans l'état : les "passerelles" entre son contenu et celui de la bibliothèque, entre son mode de fonctionnement et celui de la bibliothèque, sont trop nombreuses ; sans compter que l'essentiel de son public vient des salles de lecture. Mais c'est fondamentalement un espace dans l'espace ; le seul, dans la B.P.I., qui soit clairement différencié et partiellement isolé. Cette situation est à l'origine du développement de phénomènes secondaires de sociabilité qui lui sont propres :

80Apparemment, on ne saurait être plus isolé qu'à la médiathèque, royaume d'une autoformation totalement individuelle et individualisée ; la présence même de cabines isophoniques et opaques matérialise les obstacles délibérément mis à la communication interpersonnelle : pas de relations entre pairs (chacun pour soi, le groupe des utilisateurs ne préexiste pas comme groupe à l'usage du lieu, comme dans un cours de langues), ni non plus de relations avec le "père" (le père symbolique qu'est le professeur ou l'enseignant).

81Pourtant, à défaut d'être collectif, le lieu est hautement socialisé. Comme la bibliothèque certes, mais alors qu'à la B.P.I. se côtoient toutes les démarches et tous les supports, ici dans une zone réduite et circonscrite prévaut la similarité des situations ("la consultation" de langues étrangères) et des supports (audiovisuels).

82D'où l'émergence de deux types de sociabilité, limités mais réels :

  • 1'interconnaissance entre les utilisateurs et les bibliothécaires. Même restreint, le rapport avec le personnel de la médiathèque est obligatoire (pour chaque cassette demandée). Sa répétition peut contribuer à créer des liens qui n'existent que rarement aux bureaux d'information des espaces de lecture, dont l'utilisation est facultative (1/4 des lecteurs seulement y ont recours21) et épisodique. Cette relation s'établit plus facilement au labo 2, moins surchargé, et dégagé des pointes d'affluence horaires.
  • l'entraide entre utilisateurs. La proportion importante d'habitués, l'exiguïté de l'espace, favorisent les "retrouvailles" entre les mêmes utilisateurs que certains mettent parfois à profit pour lier connaissance sur la base de leur intérêt commun pour les langues. On voit même apparaître des phénomènes spontanés d'entraide, les anciens guidant les nouveaux dans le choix des méthodes ou le remplissage des bulletins de demande, en particulier au laboratoire n° 1 où l'attente implique une cohabitation prolongée et souvent oisive.

3 - LE RAPPORT À LA LANGUE

83On ne vient pas "innocemment" à la médiathèque de langues de la B.P.I. Chacun apporte avec lui son passé linguistique, ce capital de connaissances, d’expériences, et de jugements constitué au cours des apprentissages antérieurs. Ce passé peut être déterminant, non seulement dans la décision d'utiliser ou de ne pas utiliser la médiathèque - la nature de notre enquête nous impose de nous limiter à l'étude de la première - mais aussi dans la manière même de l'utiliser, et dans les objectifs qu'on assigne à son usage.

84L'accumulation primitive du capital culturel.

85Connaissance et expérience. La distinction, trop rarement faite, est essentielle : la plus ou moins grande maîtrise déjà acquise de la langue que l'on se propose d'étudier, et de manière plus générale le nombre d'autres langues étrangères dont on possède déjà au moins les rudiments, sont des facteurs décisifs de toute progression nouvelle. Mais ce sont loin d'être les seuls. Au-delà de la simple connaissance linguistique, l'expérience non plus des langues mais des "outils" de leur apprentissage, et en particulier des outils audiovisuels (laboratoires de langues, méthodes à domicile), joue un rôle fondamental.

  • 22 cf chapitre 2, partie 2.
  • 23 C'est à dessein que nous employons ici le terme de plurilinguisme plutôt que celui de polyglottism (...)
  • 24 C'est donc un indicateur, qui vaut essentiellement par et pour l'enquête qui a permis de le constr (...)

861 - Comme l'évaluation du niveau22, l'évaluation du nombre de langues étrangères connues pose des problèmes méthodologiques complexes. Complexes et incontournables : leur résolution est un préalable à l'analyse. Se contenter de demander aux utilisateurs interrogés dans l'enquête de donner ex abrupto un chiffre est aussi simple en apparence que contestable dans son principe : Entre les oublis des uns et les surévaluations des autres, la définition restrictive des plus rigoureux et la définition extensive des plus laxistes, il n'est possible de rien contrôler. Certes tout arbitrage est arbitraire en la matière : à partir de quand peut-on dire que quelqu'un "connaît" une langue ? Il est possible cependant de parvenir à construire une mesure précise, à défaut d'être universelle, du plurilinguisme23 à la condition qu'elle repose sur des critères explicites et systématiques. Explicites : nous avons demandé aux gens de citer précisément les langues qu'ils disaient connaître, et d'évaluer pour chacune d'entre elles leurs performances (lue, écrite, parlée). Systématiques : nous avons décidé de retenir finalement toute langue dont on possède au moins la connaissance relative, mesurée selon l'échelle de niveau mise au point précédemment par n'importe laquelle des positions exceptée la plus basse ("notions"). Il s'agit d'un choix délibéré, qui vise à rendre compte de la familiarité avec les langues plus que de la maitrîse à les utiliser couramment.24

87Sur le critère de plurilinguisme ainsi défini, notre public se distribue de la façon suivante :

  • 25 Non compris la langue maternelle, mais y compris la langue en cours d'apprentissage à la B.P.I.

TABLEAU 39 - NOMBRE DE LANGUES ÉTRANGÈRES CONNUES25

TABLEAU 39 - NOMBRE DE LANGUES ÉTRANGÈRES CONNUES25

88Ce qui frappe ici, c'est la relative répartition des réponses, et donc des performances, sur l'ensemble des niveaux de familiarité linguistique. La médiathèque n'a été monopolisée ni par les plus polyglottes (au sens traditionnel) des lecteurs de la B.P.I., soucieux d'accroître encore à peu de frais leur capital linguistique, ni par les plus "ignorants" d'entre eux, séduits par l'accessibilité d'un équipement qui pourrait leur permettre enfin de combler leur handicap. Le phénomène est d'importance quand on sait que dans tout contexte de rareté de l'offre culturelle (et ici le nombre de cabines est limité, sans possibilité d'extension) l'accaparement de l'espace par les uns se traduit nécessairement par l'exclusion des autres.

89La connaissance des langues varie sensiblement selon l'origine sociale des utilisateurs : la propension à parler un nombre élevé de langues n'est pas que l'effet d'un hypothétique don individuel qui ne devrait son existence qu'au hasard, et son développement qu'à la persévérance. L'enquête fait apparaître des écarts importants entre les couches favorisées de la population (par le savoir ou par le pouvoir économique) et toutes les autres. La comparaison des moyennes est éloquente : la moyenne générale s'établit autour de 2,4 langues connues (c'est aussi le score du groupe des étudiants). Mais elle monte jusqu'à 2,6 langues chez les utilisateurs issus des classes dominantes et des couches intellectuelles des classes moyennes, alors qu'elle est à peine supérieure à deux langues dans les couches techniciennes et administratives des classes moyennes et les classes populaires. L'écart est d'importance, même si l'unité de mesure employée pour la mettre en évidence n'est autre qu'un artefact arithmétique, la moyenne : nous n'avons encore rencontré personne qui parle 2,4 langues ou 2,6 langues... !.

GRAPHIQUE XVI - NOMBRE MOYEN DE LANGUES CONNUES SELON L'ORIGINE SOCIALE

GRAPHIQUE XVI - NOMBRE MOYEN DE LANGUES CONNUES SELON L'ORIGINE SOCIALE
  • 26 Rare du point de vue du pays d'implantation de la médiathèque bien entendu, c'est-à-dire la France (...)

90Il est un autre critère, de nature très différente, qui introduit aussi des écarts importants dans le nombre de langues étrangères connues : le choix même de la langue étudiée à la B.P.I. le plurilinguisme est d'autant plus répandu parmi, nos utilisateurs qu'ils apprennent, une Langue plus rare26

GRAPHIQUE XVII - NOMBRE MOYEN DE LANGUES CONNUES SELON LA LANGUE ÉTUDIÉE A LA MÉDIATHÈQUE

GRAPHIQUE XVII - NOMBRE MOYEN DE LANGUES CONNUES SELON LA LANGUE ÉTUDIÉE A LA MÉDIATHÈQUE

91Sans aller jusqu'à parler de "loi" d'acquisition des connaissances linguistiques, on peut cependant souligner le caractère systématique de la relation ainsi mise en évidence : on ne s'essaye généralement aux langues les moins courantes que lorsqu'on connaît déjà les langues "essentielles". Toute évidente que puisse paraître à posteriori cette chronologie linguistique, elle n'en revêtait pas moins au départ aucun caractère de fatalité.

92Outre une relation d'ordre, nous avons pu mettre en évidence une relation d'intensité : chez un nombre significativement important d'utilisateurs de la médiathèque, l'accumulation des langues pousse à l'accumulation d'autres. Langues plutôt qu'à l'amélioration du niveau de celles qu'on connaît.

93Trois "indices" permettent d'étayer cette proposition :

94– Le changement de langue à la médiathèque : certains sont venus étudier ou consulter successivement plusieurs langues étrangères différentes à la B.P.I. C'est un phénomène relativement répandu (30 % du public), que l'on rencontre d'autant plus fréquemment chez nos usagers qu'ils connaissent déjà un nombre élevé de langues. On peut voir là le reflet d'une tactique de curiosité et de diversification linguistiques.

TABLEAU 40 - CHANGEMENT DE LANGUE A LA MÉDIATHÈQUE SELON LE NOMBRE DE LANGUES CONNUES

TABLEAU 40 - CHANGEMENT DE LANGUE A LA MÉDIATHÈQUE SELON LE NOMBRE DE LANGUES CONNUES

95– Logiquement, si ceux qui parlent le plus de langues venaient surtout à la médiathèque pour approfondir leurs connaissances, ils devraient utiliser des méthodes d'un niveau moyen ou élevé (perfectionnement, spécialisation). Or ce sont eux qui utilisent le plus souvent des bandes de niveau faible (initiation), signe qu'ils partent à l'exploration de langues pour eux encore nouvelles.

TABLEAU 41 - NIVEAU DE LA MÉTHODE UTILISÉE SELON LE NOMBRE DE LANGUES CONNUES

TABLEAU 41 - NIVEAU DE LA MÉTHODE UTILISÉE SELON LE NOMBRE DE LANGUES CONNUES

96– Enfin, la réponse la plus basse de notre échelle.de niveau (avoir seulement des "notions" dans la langue qu'on étudie à la médiathèque) est paradoxalement d'autant plus fréquente que l'on connaît plus de langues : se trouve confirmée la corrélation par le niveau que nous venons d'établir à propos de la méthode : ceux qui savent déjà beaucoup de langues sont portés à la B.P.I. à en "essayer" une de plus.

TABLEAU 42 - NIVEAU INDIVIDUEL DANS LA LANGUE APPRISE A LA BPI SELON LE NOMBRE DE LANGUES CONNUES

TABLEAU 42 - NIVEAU INDIVIDUEL DANS LA LANGUE APPRISE A LA BPI SELON LE NOMBRE DE LANGUES CONNUES

97Le développement de cette forme particulière d'autodidaxie fondée sur l'accumulation des langues est sans doute une des originalités de la médiathèque de la Bibliothèque Publique d'Information.

982 - Reste à analyser l'autre dimension du capital linguistique de nos usagers : la maîtrise de ce que nous avons appelé les "outils" de l'apprentissage. Deux particulièrement retiendront notre attention : la fréquentation d'autres laboratoires de langues et la pratique de méthodes à domicile. Mais avant d'aborder le rôle des expériences qui ont précédé la venue à la B.P.I., arrêtons nous un instant sur une forme d'apprentissage qui, elle, lui est simultanée : on peut fréquenter la médiathèque en même temps qu'on continue à suivre des cours dans la même langue à l'extérieur et l'utiliser très consciemment comme complément d'un enseignement systématique.

99Cette démarche est relativement répandue dans notre public : près du quart (23 %) des usagers de la médiathèque associent ainsi une formation dirigée (avec enseignant, programme et contrôle des connaissances) et une auto-formation d'appoint librement déterminée. La possibilité de disposer à toute heure d'un laboratoire gratuit n'est bien évidemment pas étrangère à cette stratégie. Reste que la signification même du processus d'apprentissage à la médiathèque s'en trouve transformée ; son efficacité ne doit plus être jugée pour sa valeur propre mais pour sa "valeur ajoutée" à un autre enseignement.

100On trouve bien sûr un nombre important d'étudiants étrangers apprenant le français, à l'Alliance Française ou ailleurs, venus compléter leurs cours par des "travaux pratiques" systématiques (12 %) ; mais ils n'ont pas, tant s'en faut, le monopole de ce comportement : une minorité d'entre eux (3 %) apprennent une autre langue que notre langue maternelle, et nombre de Français (8 %) jouent aussi l'alternance entre la B.P.I. et les cours extérieurs :

GRAPHIQUE XVIII - FRÉQUENTATION CONJOINTE DE LA MÉDIATHÈQUE ET DE COURS DE LANGUE

GRAPHIQUE XVIII - FRÉQUENTATION CONJOINTE DE LA MÉDIATHÈQUE ET DE COURS DE LANGUE

101Revenons aux apprentissages strictement audiovisuels : un nombre important d'usagers de la médiathèque (43 %) avaient déjà utilisé dans le passé un laboratoire de langues :

TABLEAU 43 - UTILISATION ANTÉRIEURE D'UN LABORATOIRE DE LANGUES

TABLEAU 43 - UTILISATION ANTÉRIEURE D'UN LABORATOIRE DE LANGUES
  • 27 Sous-total supérieur à 43 %, certaines personnes ayant fréquenté des laboratoires de langues de pl (...)

Note (1)27

102Dans trois cas sur quatre, cette première expérience s'est faite dans un laboratoire scolaire ou universitaire, fréquenté dans le cadre de la poursuite d'études. Cadre relativement contraint donc mais, comme la B.P.I, gratuit et de service public, par opposition au cadre privé de l'entreprise ou de l'école de langues, beaucoup moins souvent utilisés par notre public.

103Cette fraction du public qui a déjà reçu son "baptême de l'audiovisuel" a aussi bien pu à l'époque étudier une autre langue que celle pour laquelle elle vient aujourd'hui : 23 % apprenaient alors une autre langue, et 20 % la même langue ; c'est pour ceux-là, et ceux-là seulement, que l'on peut parler d'un prolongement direct par la médiathèque d'une pratique antérieure du laboratoire.

104Une autre forme de pratique audiovisuelle peut préexister à la fréquentation de la médiathèque : l'utilisation d'une méthode à domicile, sur disque ou sur cassette. Moins nombreux sont ceux qui en ont déjà fait l'expérience (30 %) et moins nombreux encore ceux qui n'ont pas abandonné en cours de route. C'est semble-t-il la marque distinctive de tels procédés pédagogiques que d'être rarement menés à leur terme. Au sein de notre public, la moitié (16 %) de ceux qui ont essayé d'apprendre seuls chez eux une langue y ont renoncé : le cadre domestique, avec toutes ses sollicitations nées de la familiarité avec les lieux, les choses qu'il contient et les personnes qui y habitent, implique pour ne pas succomber à la tentation de la distraction une détermination qui confine à l'ascèse. Transporter l'apprentissage de la langue dans un autre lieu qui lui est propre constitue une stratégie d'autodiscipline efficace.

  • 28 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.46

105Est-ce à dire que la médiathèque récupère les "ratés des méthodes Do it yourself" ? Les choses ne sont pas si simples : Parmi les 16 % d'utilisateurs ayant abandonné une méthode à domicile, 9 % tentaient d'apprendre chez eux la même langue que celle qui a motivé ensuite leur venue à la B.P.I. ; 9 % c'est-à-dire au total, sur l'ensemble du pub lie, environ une personne sur dix28. C'est pour ceux-là seulement que l'on peut parler du choix de la médiathèque comme d'une solution de secours après un échec patent. Conscients de la nécessité d'un cadre plus institutionnel, tout en demeurant jaloux de leur indépendance et soucieux de rester maîtres de leur rythme, ces transfuges des méthodes à domicile trouvent à la médiathèque un outil adapté à leurs exigences.

106Expérience d'autres laboratoires de langues et expérience d'un apprentissage à domicile peuvent, selon les cas, se combiner ou s'exclure :

TABLEAU 44 - PRATIQUE ANTÉRIEURE DES LABORATOIRES DE LANGUES ET DES MÉTHODES A DOMICILE CHEZ LES UTILISATEURS DE LA MÉDIATHÈQUE

TABLEAU 44 - PRATIQUE ANTÉRIEURE DES LABORATOIRES DE LANGUES ET DES MÉTHODES A DOMICILE CHEZ LES UTILISATEURS DE LA MÉDIATHÈQUE
  • 29 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.37

107Il existe des "cumulards" de l'audiovisuel (18 % de notre public. Ils ont déjà tout essayé : les disques ou les bandes chez soi, les cabines dans les laboratoires de langues, et maintenant la médiathèque de la Bibliothèque Publique d'Information. Familiers des apprentissages linguistiques comme d'autres le sont des langues elles-mêmes, on pourrait les qualifier de polyapprentis comme il y a des polyglottes. Les deux pratiques sont d'ailleurs, on s'en doute, significativement corrélées29. Mais si elles peuvent chez certains se rejoindre, elles ne s'équivalent cependant pas : on trouve à la fois des personnes qui connaissent une seule langue étrangère bien qu'elles aient tâté de multiples apprentissages, et des personnes qui connaissent un nombre élevé de langues bien qu'elles n'aient utilisé jusque là que des méthodes traditionnelles.

108L'essentiel est cependant ailleurs. Il est dans ces 45 % d'usagers - presque la moitié - qui ont découvert pour la première fois à la B.P.I. l'usage d'un laboratoire de langues, et même tout simplement l'usage de l'audiovisuel appliqué aux langues étrangères. Jamais jusqu'à présent ils n'avaient pénétré dans une cabine de langues, ni utilisé chez eux ou ailleurs ces méthodes qui, depuis le temps qu'elles sont qualifiées de nouvelles, ne le sont plus pour grand nombre mais l'étaient restées pour eux. La médiathèque n'est pas seulement l'initiatrice d'une langue, elle est aussi l'initiatrice d'une démarche.

Notes

1 De février 1980, date d'ouverture du laboratoire n° 2 avec la création de 20 places supplémentaires, à février 1981. On trouvera en annexe, tableau A. 48, les résultats détaillés de la fréquentation.

2 Encore que, on l'a vu, le laboratoire n° l, réservé aux langues les plus courantes, soit saturé pendant une partie de la journée ; la courbe des entrées ne reflète pas la totalité des demandes potentielles, mais seulement les demandes qui ont pu être effectivement satisfaites.

3 "élasticité" diraient les économistes.

4 Nombre d'entrées mensuelles à la médiathèque.

5 Nombre d'entrées mensuelles à la B.P.I.

6 Une telle recherche, de nature pédagogique dépasse très largement le cadre de notre étude, et relève d'autres modes d'approche que l'enquête sociologique.

7 Il s'agit pour la plupart des personnes qui viennent pour la première fois, qui ne peuvent donc se prononcer sur leur durée habituelle d'utilisation.

8 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.20

9 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.12

10 La médiathèque de langues, comme le Centre Pompidou, est fermée le mardi.

11 Nous avons par exemple introduit une coupure à ± 10 séances. Nous aurions pu aussi bien choisir comme seuil 9 séances, ou 12 séances. La précision est ici finalement assez artificielle. Par contre ce qui ne l'est pas, c'est l'ordre de grandeur, dont le choix correspond à un phénomène bien identifié.

12 L'expression est de Joël PLASSARD, ancien responsable de la médiathèque.

13 Les effectifs et les pourcentages correspondants figurent en annexe, tableau A.11

14 Voir l'exposé méthodologique en pages 80 et 81 et l'exemple de mode de lecture des graphiques de segmentation en annexe page 184.

15 Ce qui explique en partie le nombre important d'abandons en cours de route des méthodes de langue à domicile.

16 Sur les missions du Centre Pompidou, cf les rapports d'activité du CNAC-GP

17 on trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.32 et A.33

18 En sens inverse, 4,5 % des utilisateurs de la bibliothèque sont simultanément des utilisateurs de la médiathèque : on compte en moyenne 10 270 entrées par jour à la B.P.I. (salles de lecture des 1er, 2ème et 3ème étage), et 450 entrées par jour dans les deux laboratoires de langues.

19 On trouvera les résultats détaillés, effectifs et pourcentages en annexe, tableau A.10

20 Ou attestée par un emploi antérieur, donc une expérience.

21 Source : enquête de fréquentation sur le public de la B.P.I. Mai 1978.

22 cf chapitre 2, partie 2.

23 C'est à dessein que nous employons ici le terme de plurilinguisme plutôt que celui de polyglottisme : on associe généralement au qualificatif de "polyglotte" l'idée d'une connaissance approfondie, dans un nombre élevé de langues. La définition que nous proposons est beaucoup moins restrictive.

24 C'est donc un indicateur, qui vaut essentiellement par et pour l'enquête qui a permis de le construire. Il ne mesure rien dans l'absolu, mais permet de comparer sur une base commune et contrôlée les performances relatives de chaque utilisateur de la médiathèque.

25 Non compris la langue maternelle, mais y compris la langue en cours d'apprentissage à la B.P.I.

26 Rare du point de vue du pays d'implantation de la médiathèque bien entendu, c'est-à-dire la France. Nous nous sommes déjà expliqués sur ce qualificatif.

27 Sous-total supérieur à 43 %, certaines personnes ayant fréquenté des laboratoires de langues de plusieurs types.

28 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.46

29 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.37

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE IX - ÉVOLUTION DE LA FRÉQUENTATION DE LA MÉDIATHÈQUE ET DE LA B.P.I.
Légende Note (1)4Note (2)5
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre TABLEAU 28 - DURÉE INDIVIDUELLE D'UTILISATION DU LABO 1
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre TABLEAU 29 - DURÉE INDIVIDUELLE D'UTILISATION DU LABO 2
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre GRAPHIQUE X - VARIATION DES EFFECTIFS SELON LA DURÉE DE SÉANCE (LABO 2)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre TABLEAU 30 - DURÉE D'UTILISATION DU LABO 2 SELON L'APPARTENANCE SOCIALE
Légende Note (1)7
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre TABLEAU 31 - DURÉE D'UTILISATION DU LABO 2 SELON LE NIVEAU D'ÉTUDES
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre TABLEAU 32 - FRÉQUENTATION DE LA MÉDIATHÈQUE SELON L'ANCIENNETÉ D'UTILISATION
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre GRAPHIQUE XI - COURBE CUMULÉE D'ANCIENNETÉ DE FRÉQUENTATION
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre TABLEAU 33 - FRÉQUENTATION DE LA MÉDIATHÈQUE SELON LA FRÉQUENCE D'UTILISATION
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre GRAPHIQUE XII - COURBE CUMULÉE DE DURÉE DE FRÉQUENTATION
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre GRAPHIQUE XIII - RÉGULARITÉ D'UTILISATION DE LA MÉDIATHÈQUE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre TABLEAU 34 - PÉRIODICITÉ DE LA FRÉQUENTATION DU PUBLIC RÉGULIER DE LA MÉDIATHÈQUE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre TABLEAU 35 - CROISEMENT DE LA FRÉQUENCE ET DE L'ANCIENNETÉ
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre TABLEAU 36 - TYPOLOGIE DES UTILISATEURS, SELON LE RYTHME DE LEUR FRÉQUENTATION
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre TABLEAU 37 - CORRESPONDANCE ENTRE TYPOLOGIE DES USAGERS ET BUTS DE L'USAGE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre GRAPHIQUE XIV - TYPOLOGIE DES USAGERS : SEGMENTATION
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 738k
Titre TABLEAU 38 - MOTIVATION X MODE DE FRÉQUENTATION
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre GRAPHIQUE XV - PRATIQUE DE LA BIBLIOTHÈQUE ET DE LA MÉDIATHÈQUE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre TABLEAU 39 - NOMBRE DE LANGUES ÉTRANGÈRES CONNUES25
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre GRAPHIQUE XVI - NOMBRE MOYEN DE LANGUES CONNUES SELON L'ORIGINE SOCIALE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre GRAPHIQUE XVII - NOMBRE MOYEN DE LANGUES CONNUES SELON LA LANGUE ÉTUDIÉE A LA MÉDIATHÈQUE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre TABLEAU 40 - CHANGEMENT DE LANGUE A LA MÉDIATHÈQUE SELON LE NOMBRE DE LANGUES CONNUES
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre TABLEAU 41 - NIVEAU DE LA MÉTHODE UTILISÉE SELON LE NOMBRE DE LANGUES CONNUES
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre TABLEAU 42 - NIVEAU INDIVIDUEL DANS LA LANGUE APPRISE A LA BPI SELON LE NOMBRE DE LANGUES CONNUES
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre GRAPHIQUE XVIII - FRÉQUENTATION CONJOINTE DE LA MÉDIATHÈQUE ET DE COURS DE LANGUE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre TABLEAU 43 - UTILISATION ANTÉRIEURE D'UN LABORATOIRE DE LANGUES
Légende Note (1)27
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre TABLEAU 44 - PRATIQUE ANTÉRIEURE DES LABORATOIRES DE LANGUES ET DES MÉTHODES A DOMICILE CHEZ LES UTILISATEURS DE LA MÉDIATHÈQUE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/629/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter