Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel à Beaubourg

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet

III - Les enjeux

Texte intégral

1Les philosophes de la connaissance établissent classiquement une distinction fondamentale entre deux types d’acquisition de savoir : APPRENDRE QUE, et APPRENDRE A, ou en d’autres termes entre la connaissance pure et la connaissance finalisée. L’invocation de telles catégories conceptuelles dans le cadre d’une étude sur les acquisitions linguistiques paraîtra sans doute incongrue : on peut leur reprocher d’être scolastiques - et effectivement, avouons-le, elles le sont quelque peu -, mais on peut surtout leur reprocher d’être tout à fait hors de propos : quoi de plus utilitaire en effet que l’apprentissage d’une langue ; ne revient-il pas toujours à apprendre à faire quelque chose : apprendre à parler, apprendre à traduire, apprendre à lire, etc.

2Or, il nous paraît au contraire que cette distinction doit nous contraindre à aller au delà des apparences, et à s’interroger sur les démarches qui sous-tendent les pratiques de la médiathèque : ont-elles toutes réellement pour objet un usage de la langue ?

3Les motivations sont toujours restées jusqu’à présent les terrae incognitae de l’utilisation de la médiathèque. Des caractéristiques personnelles de nos usagers il affleure les plus apparentes : l’âge, le sexe, souvent la nationalité, parfois l’origine sociale ; elles peuvent être sinon évaluées rigoureusement, du moins approchées par la simple observation. De même certaines caractéristiques des pratiques elles-mêmes peuvent être déduites du taux d’emprunt des méthodes de langues, ou de l’examen des modes de manipulation des cassettes. Mais les motivations...

4Chaque utilisateur de la médiathèque est le dépositaire de ce secret qu’il n’est pas sommé de partager pour avoir accès aux documents - l’accès est libre - mais qui seul permet de comprendre sa présence à la B.P.I.

5Il n’était pas possible, dans le cadre d’une enquête de ce type, de mener trop loin l’investigation des raisons profondes qui poussent chacun à apprendre une langue : il aurait fallu pour cela recourir à une toute autre méthodologie de recherche, utilisant l’entretien non-directif ou des techniques projectives. Cependant la procédure du questionnaire fermé, où chaque interrogation est assortie d’un nombre limité de modalités de réponses entre lesquelles il faut choisir, permet de mesurer assez précisément les principales démarches qui sous-tendent la fréquentation de la médiathèque, et à défaut d’en retracer toutes les variabilités individuelles, d’en délimiter au moins les caractéristiques générales.

6Les objectifs assignés à la médiathèque par ses utilisateurs peuvent être ramenés à six grandes catégories. Nous les avons fait figurer explicitement dans le questionnaire : il était demandé à chaque personne interrogée si elle venait apprendre une langue...

  • dans un but scolaire ou universitaire (concours, examen, perfectionnement, etc...)
  • dans le but d’obtenir une amélioration de son emploi ou de sa profession
  • dans le but de trouver un emploi
  • pour préparer un voyage dans le pays où cette langue sera utile
  • pour pouvoir vivre dans le pays où cette langue est pratiquée
  • pour se cultiver.1

7Une remarque sur la formulation de cette question : les expressions employées présentent un caractère relativement simple, et pour la dernière apparemment évasif. Un lecteur (cubain) a d’ailleurs commenté ainsi en marge la formule « pour vous cultiver » : « qu’est-ce que cela veut dire ? C’est un test fait suivant l’idéologie bourgeoise ? ». Effectivement, non seulement cette formulation particulière renvoie à l’idéologie dominante, mais nous nous devons de préciser que c’est, même tout à fait délibéré... La technique de l’enquête nécessite de poser les questions dans les termes mêmes où les gens se les posent généralement, ce que certains sondages dits d’opinion oublient trop souvent. La manipulation, ou le biais si l’on préfère, ne vient pas paradoxalement des "mauvaises" questions aux formulations banalisées, mais des « bonnes » aux formulations épurées et conceptualisées. Cela n’entraine pas que l’analyse se contente de reproduire le discours ambiant (tel serait le cas si elle restait au niveau du simple énoncé de pourcentages) ; la complexité dans l’interprétation des données naît de la prise en compte simultanée et combinée de faisceaux de réponses simples. On verra plus loin que nous ne nous priverons pas de cette possibilité, encore démultipliée par le recours à l’ordinateur.

8Les différentes motivations d’étude des langues se révèlent être d’importance très inégale dans le public de la médiathèque :

TABLEAU 16 - RÉPARTITION DES UTILISATEURS DE LA MÉDIATHÈQUE DE LANGUES SELON LEURS MOTIVATIONS

TABLEAU 16 - RÉPARTITION DES UTILISATEURS DE LA MÉDIATHÈQUE DE LANGUES SELON LEURS MOTIVATIONS
  • 2 Total supérieur à 100 %, certaines personnes ayant donné conjointement plusieurs motivations.

Note (1)2

9Ce tableau fait apparaître une donnée fondamentale pour comprendre les démarches des usagers : la culture générale occupe, et de loin, le premier rang des motivations (40 %). Contentons-nous pour l’instant d’enregistrer le fait, nous y reviendrons ; mais on peut déjà l’interpréter, en première approximation, comme la revendication d’une pratique non finalisée, par opposition à toutes les autres réponses qui renvoient d’une façon ou d’une autre à une utilité, directe sinon immédiate, et en tout cas explicite.

10Au delà de cette opposition principale entre culture générale et applications pratiques, une opposition secondaire est à l’oeuvre au sein même des motivations les plus finalisées :

11Deux d’entre elles, qui recueillent l’une et l’autre environ le quart des réponses, supposent un déplacement dans l’espace partir en voyage, habiter à l’étranger, impliquent l’un et l’autre un usage direct de la langue dans son territoire d’origine, hors de l’espace propre du locuteur, que ce déplacement soit déjà effectué (cas des étrangers résidant en France) ou ne soit qu’en préparation, qu’il soit provisoire ou qu’il soit définitif.

12Les trois autres anticipent un déplacement social et préparent un changement d’état et non un changement de territoire : améliorer son emploi, c’est changer de fonction ; trouver un emploi, c’est changer de statut (de chômeur à travailleur) ; obtenir un diplôme, c’est changer de rang dans la légitimité scolaire ou universitaire.

1 - LES LANGUES ET L’EMPLOI, OU L’EMPLOI DES LANGUES

13Tout le monde s’accorde pour dire que la connaissance.des langues n’est plus, en cette période de crise, le sésame de l’embauche ou de la promotion sociale. Mais elle reste encore une condition nécessaire pour trouver du travail, à défaut d’en être une condition suffisante.

14La médiathèque de langues de la B.P.I., de par sa souplesse d’utilisation et la richesse et la variété de son fonds, a apparemment tout pour être le lieu privilégié d’un recyclage linguistique à finalité professionnelle.

15Elle l’est effectivement, pour un visiteur sur cinq. Un visiteur sur cinq seulement, serions-nous tentés de dire, puisque la motivation professionnelle arrive au dernier rang des objectifs que le public assigne à la médiathèque. Encore s’agit-il la plupart du temps d’améliorer un emploi existant (15 %) plutôt que d’en trouver un, beaucoup plus hypothétique (6 %).

16La place relativement secondaire accordée à l’emploi est une des données les plus surprenantes, et en même temps les plus importantes, de l’enquête. Elle justifie que l’on s’arrête quelque peu sur cette démarche, en tentant d’en mettre à jour les principales composantes.

17Tous ceux qui viennent à la médiathèque dans l’espoir de trouver рlus facilement du travail ne sont pas nécessairement chômeurs : c’est le cas de près de la moitié d’entre eux (3 % sur les 6 % initiaux), mais on compte aussi un tiers d’étudiants (2 %) qui anticipent sur leur future recherche d’embauché, et même quelques personnes (1 %) encore en poste, qui se voient sans doute confrontées à l’obligation de chercher à brève échéance un autre emploi.

  • 3 on trouvera les résultats détaillés en annexe (tableau A.2)

18Quant à ceux qui visent seulement à l’amélioration de leur emploi actuel, ils ne sопt pаs plus nombreux dans une strate professionnelle que dans une autre : les membres des classes dominantes, les cadres moyens, les techniciens et les employés utilisent dans les mêmes proportions la médiathèque comme outil de recyclage linguistique. Seule exception notable. : les professions dites "intellectuelles" (enseignants, chercheurs, auxiliaires sociaux, etc...), chez qui les motivations d’amélioration de l’emploi sont de moitié moins fortes que dans les autres professions3.

  • 4 Certaines personnes interrogées, poussant jusqu’au bout cette logique, ont suggéré que la médiathè (...)

19L’absence de suivi pédagogique, conséquence inévitable de l’absence d’enseignant, explique en grande partie pourquoi les laboratoires de langues de la B.P.I. ne sont pas plus massivement utilisés pour préparer une insertion ou une reconversion dans le domaine de l’emploi. L’impossibilité de recourir à une évaluation externe et ponctuelle de son propre « rendement » est ici d’autant plus cruellement ressentie que la maîtrise de la langue n’est pas une simple plus-value personnelle mais un enjeu économique déterminant4.

20La langue la plus sollicitée à la médiathèque dans une perspective professionnelle est, on s’en doute, la langue anglaise ; impérialisme des affaires oblige, l’anglais se taille la part du lion, avec 43 % des demandes. Pourtant c’est pour l’anglais que la concurrence des autres organismes d’apprentissage des langues dans la région parisienne, publics ou privés, est la plus vive, pour ne pas parler de la concurrence des méthodes d’auto-apprentissage à domicile.

21Alors que l’apprentissage de l’anglais est deux fois plus fréquent chez ceux qui en ont besoin pour leur emploi que dans l’ensemble du public, l’apprentissage des langues proposées dans le labo 2 est lui deux fois moins fréquent (15 %). Pourtant, elles sont beaucoup plus rarement accessibles dans les équipements d’enseignement, certaines même n’étant disponibles qu’à la B.P.I. ; elles devraient donc sembler à priori plus « attractives ». Le service rendu au cadre commercial qui doit traiter avec les russes ou au fournisseur qui veut mieux suivre sa clientèle arabe est essentiel ; mais il reste statistiquement aussi marginal que le sont encore ces langues dans la vie professionnelle. Quant aux langues « courantes » autres que l’anglais, elles suscitent une demande qui équivaut à peu près à celle de l’ensemble du public, toutes motivations confondues.

TABLEAU 17 - LANGUES ÉTUDIÉES DANS UN BUT PROFESSIONNEL

TABLEAU 17 - LANGUES ÉTUDIÉES DANS UN BUT PROFESSIONNEL

22Significativement différents des autres utilisateurs par les langues qu’ils étudient, nos « demandeurs d’emploi » le sont aussi par leur niveau de compétence. Leur connaissance de la langue est dans l’ensemble sensiblement meilleure que celle qu’on trouve habituellement à la médiathèque (cf en annexe tableau A.-8) Certes certains sont venus ici pour commencer l’apprentissage d’une nouvelle langue, dont la maîtrise leur ouvrira les portes d’un emploi, ou l’espoir d’un avancement plus rapide ; mais la plupart cherchent à se perfectionner dans une langue qu’ils possèdent déjà quoique de manière insuffisante, ou qu’ils ont possédé autrefois et ont en partie perdu à force de ne pas la pratiquer.

23C’est donc, dans une perspective profesionnellle, à la recherche d’un approfondissement et non d’une diversification linguistique que la médiathèque semble le mieux adaptée, puisqu’elle a été le plus fréquemment, adoptée.

2 - POURSUIVRE DES ÉTUDES

24Autre objectif que l’on pourrait aussi, d’une certaine manière, qualifier de « professionnel » : l’apprentissage scolaire ou universitaire. Profession provisoire certes que celle d’étudiant, mais activité tout aussi contraignante qu’un emploi, et assortie d’une sanction économique qui ne s’en distingue qu’en ce qu’elle est différée et non immédiate. Dans un cas comme dans l’autre, on attend de la médiathèque de langues non pas seulement une information, mais un rendement.

25Le rapprochement de deux chiffres apparemment contradictoires situe immédiatement l’impact des laboratoires de langues de la B.P.I. : 43 % des utilisateurs de la médiathèque sont des étudiants ou des élèves ; 26 % des utilisateurs de la médiathèque y viennent dans un but scolaire ou universitaire. Qu’est-ce à dire, sinon que tous les étudiants ne sont pas là pour étudier, et qu’on, commettrait une grave erreur en déduisant la motivation du statut, ou en assimilant l’une à l’autre.

26Au-delà de leur simple rapprochement, le croisement entre ces deux dimensions va nous permettre de préciser la nature de l’usage strictement pédagogique, au sens que l’institution du même nom donne à ce terme, de la médiathèque de langues.

TABLEAU 18 - RÉPARTITION DE LA MOTIVATION SCOLAIRE OU UNIVERSITAIRE SELON LE STATUT DES UTILISATEURS

TABLEAU 18 - RÉPARTITION DE LA MOTIVATION SCOLAIRE OU UNIVERSITAIRE SELON LE STATUT DES UTILISATEURS
  • 5 Pourcentages verticaux : sur 100 étudiants, sur 100 actifs, sur 100 inactifs...

Note (1)5

  • 6 Pourcentages horizontaux : sur 100 utilisateurs poursuivant un but scolaire, sur 100 utilisateurs (...)

Note (2)6

  • 7 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.3.

27Un étudiant (ou élève) sur deux seulement - 47 % - utilise la médiathèque à des fins directement liées à la poursuite de ses études. Les autres étudiants viennent pour de toutes autres raisons parmi lesquelles la préparation d’un séjour prolongé à l’étranger (ou déjà sa réalité, pour les étudiants étrangers en France) occupe le premier rang, suivi de la préparation d’un voyage dans un autre pays, et enfin de la préoccupation d’un futur emploi7

  • 8 Cf Tableau 18. Passage des pourcentages verticaux (à gauche) aux pourcentages horizontaux (à droit (...)

28Le problème peut aussi être posé autrement : certes nous venons de voir que tous les étudiants ne sont pas à la médiathèque dans le cadre de leurs études ; mais tous ceux qui y étudient sont-ils étudiants ? On découvre, en renversant le mode de raisonnement, et donc de calcul8 que le quart (24 %) des autres visiteurs visé un objectif d’étude. Pour la plupart déjà actifs, quelques-uns demandeurs d’emploi, ils complètent avec les laboratoires de langues de la B.P.I. un enseignement dispensé par ailleurs dans le cadre d’une formation permanente ou d’un recyclage professionnel. Le rôle de la médiathèque est ici très directement complémentaire.

29Deux précisions pour terminer :

30Sur la nationalité des usagers d’abord. La propension à utiliser la médiathèque à des fins scolaires ou universitaires est deux fois plus forte chez les étrangers que chez, les Français c’est là principalement le fait des étudiants étrangers résidant en France et inscrits dans une université ou une école parisiennes.

TABLEAU 19 - RÉPARTITION DE LA MOTIVATION SCOLAIRE OU UNIVERSITAIRE SELON LA NATIONALITÉ

TABLEAU 19 - RÉPARTITION DE LA MOTIVATION SCOLAIRE OU UNIVERSITAIRE SELON LA NATIONALITÉ

31Sur la nature des études suivies ensuite. Il nous a semblé important de faire une distinction entre les étudiants en langues et les étudiants des autres disciplines. L’hypothèse sous-jacente est évidente : la médiathèque devrait être d’autant plus utilisée par les étudiants que la matière principale de l’enseignement qu’ils suivent à l’extérieur renvoie directement à celui qui est proposé à la B.P.I.

32Or il en va exactement à l’inverse ;

TABLEAU 20 - RÉPARTITION DE LA MOTIVATION SCOLAIRE OU UNIVERSITAIRE SELON LA NATURE DES ÉTUDES POURSUIVIES

TABLEAU 20 - RÉPARTITION DE LA MOTIVATION SCOLAIRE OU UNIVERSITAIRE SELON LA NATURE DES ÉTUDES POURSUIVIES

33Ce sont paradoxalement les étudiants en langues qui donnent le moins souvent comme raison de leur venue la poursuite de leurs études (43 %). Ils assignent plus volontiers à leur présence à la B.P.I. des buts pratiques (voyages, séjours, emploi) que pédagogiques. Par contre la moitié des autres étudiants (50 %) visent la préparation de leur examen ou de leur concours.

34Le paradoxe pourtant n’est qu’apparent. Les étudiants en langues disposent déjà par ailleurs pour beaucoup d’entre eux d’outils techniques d’apprentissage linguistique, et pour tous d’un suivi pédagogique par des enseignants. Pour les autres étudiants l’encadrement comme l’assistance technique sont beaucoup plus lâches alors que, quelle que soit la filière suivie, l’épreuve de langue reste sinon la clé du succès aux examens, du moins si elle est négligée la certitude de l’insuccès. La médiathèque, de simple complément à l’enseignement pour les premiers, en devient un véritable substitut pour les seconds.

3 - VIVRE À L’ÉTRANGER

35Troisième type de motivation possible pour nos visiteurs : le séjour à l’étranger (26 % des réponses). Motivation apparemment sans ambiguïté, mais qui recouvre en fait deux situations radicalement différentes : s’agit-il d’étrangers déjà installés en France qui cherchent à améliorer leur insertion linguistique, ou de Français qui s’apprêtent à quitter la mère-patrie ? Les deux bien sûr, mais les deux dans des proportions à peu près équivalentes. On aurait pourtant pu penser que la balance pencherait de manière beaucoup plus nette du côté des étrangers résidents, puisqu’après tout cette médiathèque est implantée sur le territoire français : sur 100 personnes qui disent apprendre une langue à la médiathèque pour vivre dans un autre pays que le leur, 45 % préparent ce séjour (les Français) et 55 % le consolident (les étrangers).

TABLEAU 21 - NATIONALITÉ DU PUBLIC SELON LA MOTIVATION (SÉJOUR A L’ÉTRANGER)

TABLEAU 21 - NATIONALITÉ DU PUBLIC SELON LA MOTIVATION (SÉJOUR A L’ÉTRANGER)

36La répartition des demandes entre les différentes langues reflète bien évidemment ce double public : dans 40 % des cas, il s’agit du français. : 40 % et non pas 55 %, chiffre correspondant à la proportion d’étrangers à priori concernés ; la différence -15 %- vient de ceux qui apprennent une tierce langue (ni la leur, ni la nôtre) avant de partir séjourner ailleurs encore, dans un pays tiers...

TABLEAU 22 - LANGUE ÉTUDIÉE SELON LA MOTIVATION (SÉJOUR A L’ÉTRANGER)

TABLEAU 22 - LANGUE ÉTUDIÉE SELON LA MOTIVATION (SÉJOUR A L’ÉTRANGER)
  • 9 Toujours au sens où nous les avons définies, page 39 note 1.

37Les autres langues. sont donc étudiées pour la plupart par des Français en instance de départ ; elles présentent un profil de demande intéressant : l’anglais occupe une place somme toute secondaire (18 %) surtout comparée au score qu’il atteint chez les utilisateurs poursuivant d’autres buts ; il se confirme qu’il est beaucoup plus sollicité comme, langue d’échange. que. comme, langue, de séjour. Par contre les langues secondaires9 annonciatrices de séjours dans des contrées souvent lointaines, se voient accorder une importance particulière. La médiathèque, antichambre du dépaysement ?

4 - PARTIR, C’EST PARLER UN PEU

38D’un dépaysement à l’autre... certains départs n’ouvrent que sur un voyage.

  • 10 cf en annexe tableau A. 10

39Quelques jours avant de prendre la route, l’avion ou le train, voire quelques heures pour certains, de nombreuses semaines pour d’autres, les candidats au départ se succèdent à la B.P.I.... A eux seuls, ils représentent plus du quart du public de la médiathèque (26 %). Mais leur préparation au voyage ne se limite pas aux cabines du premier étage : les deux tiers fréquentent simultanément les salles de lecture, où ils peuvent trouver s’ils le souhaitent des ouvrages sur le pays qu’ils comptent visiter, et les laboratoires de la médiathèque, où ils peuvent y entendre parler la langue10.

40La préparation au voyage est très sensiblement plus répandue parmi les usagers de la médiathèque appartenant aux classes populaires ou aux couches techniciennes et administratives des classes moyennes, que parmi ceux qui appartiennent aux catégories plus favorisées par le capital intellectuel ou le capital économique.

TABLEAU 23 - MOTIVATION (PRÉPARATION D’UN VOYAGE) SELON LA CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE

TABLEAU 23 - MOTIVATION (PRÉPARATION D’UN VOYAGE) SELON LA CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE

41Curieusement ce sont dans les catégories sociales où l’on voyage généralement le moins (même si la propension au départ tend à gagner progressivement toutes les couches de la société) que l’on trouve le plus de candidats au voyage.

42La contradiction n’est qu’apparente, à la fois pour des raisons d’ordre matériel et pour des raisons d’ordre culturel :

  • 11 on trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.35

43Les utilisateurs de la médiathèque qui appartiennent à ce que nous avons appelé la classe dominante (cadres supérieurs, professions libérales, chefs d’entreprise, etc..) et aux couches intellectuelles des classes moyennes (enseignants, chercheurs, journalistes, etc..) sont en général nettement plus polyglottes que ceux qui appartiennent aux autres groupes sociaux. Dans notre échantillon, 49 % d’entre eux connaissent trois langues ou plus, alors que cette proportion n’est que de 30 % chez les cadres moyens et les techniciens, et de 34 % chez les employés et.les ouvriers11. Maîtrisant plus de langues, ils ont moins besoin de s’initier à de nouvelles.

44L’autre raison, plus subjective, y est liée même si elle n’y est pas réductible : la crainte de l’inconnu, le sentiment d’impuissance à maîtriser un autre code culturel que le sien, est de manière générale (et pas uniquement sur le plan linguistique) plus répandu dans les fractions dominées que dans les fractions dominantes de la société ; y compris à "compétence" égale, et à plus forte raison comme c’est le cas ici, à compétence inégale.

45Toutes les langues ne sont pas sollicitées au même titre pour la préparation des voyages. On constate chez les candidats au départ une très nette tendance à privilégier les langues secondaires ou rares, plus sensible encore que chez ceux qui se préparaient à vivre dans le pays :

TABLEAU 24 - LANGUE ÉTUDIÉE SELON LA MOTIVATION (PRÉPARATION AU VOYAGE)

TABLEAU 24 - LANGUE ÉTUDIÉE SELON LA MOTIVATION (PRÉPARATION AU VOYAGE)
  • 12 voir en annexe tableau A.8.

46Le niveau linguistique de ces utilisateurs, dans la langue qu’ils sont en train d’apprendre, est de loin le plus faible de l’ensemble du public : près de 50 % n’en ont que des notions, et 25 % seulement sont capables de s’exprimer par oral12.

47On assiste donc le plus souvent, grâce à la médiathèque, à une véritable découverte d’une langue totalement nouvelle ; et beaucoup plus rarement à un approfondissement d’une langue déjà connue. Il ne s’agit pas tant d’un apprentissage que d’un bain linguistique : on se "fait l’oreille" en plongeant dans un parler nouveau comme on se plongeait dans les livres de photos du pays où l’on va aborder. Ce n’est plus la préparation du voyage, c’est déjà le début du voyage.

5 - LE DEVOIR ET LE PLAISIR

  • 13 Nous avons dit plus haut pourquoi nous avons délibéremment employé cette formulation directement d (...)

48Nous avons gardé pour la fin la motivation la plus spécifique à la B.P.I. : ni études, ni voyage, ni séjour, ni emploi, simplement le « goût » des langues. Certes, cette notion de goût est bien imprécise, subjective, polymorphe, tout comme est imprécise la formule introduite dans le questionnaire pour la saisir : on viendrait à la médiathèque pour "se cultiver"13. Mais sa réalité manifeste ne fait aucun doute.

49Près de 40 % des utilisateurs de la médiathèque se reconnaissent dans cette formulation. De toutes les réponses proposées c’est de très loin celle qui vient en tête.

50Il importe d’essayer de cerner de manière rigoureuse ce qui se cache derrière la revendication de "culture générale" proclamée par une partie importante du public. Pas question donc de s’arrêter au simple énoncé statistique du résultat ; la complexité de cette notion, son ambivalence aussi (il est certain qu’elle n’a pas le même sens pour tous) imposent qu’on la confronte, pour chaque personne interrogée, à l’ensemble des réponses qu’elle a données aux autres questions, afin d’en dégager tout à la fois des lignes de force et des principes de variation.

51La recherche de "culture" revêt une signification radicalement différente selon qu’elle accompagne une autre motivation, ou qu’elle est à elle-même sa propre fin :

521 - Dans la moitié des cas (20 %), les utilisateurs de la médiathèque ont donné simultanément une autre raison à leur présence. L’apprentissage de la langue renvoie pour eux à ta fois à une finalité directe de l’ordre du voyage, de l’emploi etc... et à une finalité indirecte de l’ordre de la connaissance. Une telle double démarche est tout aussi éloignée de la consultation strictement utilitariste de certains, totalement tendus vers un usage prévu et précis de la langue, que de celle que pour l’instant nous qualifierons de «gratuite» des autres. Quand par exemple un lecteur nous affirme qu’il vient à la B.P.I. pour améliorer son emploi et pour se cultiver, nécessité fait moins fortement loi que quand il ne vient que dans le but d’améliorer son emploi.

53La recherche de culture générale est associée avec une fréquence identique aux différentes autres motivations, y compris les plus directement utilitaires (comme celles liées à l’emploi par exemple). Seule exception notable : l’apprentissage d’une langue dans le cadre de la poursuite d’études scolaires ou universitaires ; ici, peu de place pour les diversions ou les aspirations, plus larges, mais un recentrage quasi exclusif sur le but à atteindre : efficacité d’abord.

TABLEAU 25 - ASSOCIATION DE LA RECHERCHE DE CULTURE GÉNÉRALE A D’AUTRES MOTIVATIONS

TABLEAU 25 - ASSOCIATION DE LA RECHERCHE DE CULTURE GÉNÉRALE A D’AUTRES MOTIVATIONS

542 - Restent ceux qui n’invoquent aucune autre raison particulière à leur présence à la médiathèque de langues que leur envie d’être là (20 %). Pour eux, la recherche de connaissance ou de culture générale n’est pas le « supplément d’âme » de la préparation parallèle d’un examen, d’un voyage ou d’une promotion professionnelle, mais le seul objet de leur consultation linguistique.

55Cette attitude est relativement ambiguë, d’autant plus qu’elle n’est pas plus précisément explicitée par ceux-là mêmes qui l’expriment. L’analyse en est donc délicate : elle doit permettre à la fois de sortir de cette ambiguïté en rendant compte des ressorts cachés d’une démarche complexe, tout en préservant dans son explication la complexité même qui la fonde. Recourir aux méthodes séquentielles d’analyse des corrélations (passer en revue les variations de la recherche de culture générale selon l’âge, puis le niveau linguistique, puis les habitudes de fréquentation de la médiathèque, etc..) ne serait pas seulement fastidieux - le lecteur qui est parvenu jusqu’à ce point de l’exposé en a vu d’autres - mais réducteur : on risque , à vouloir atomiser et isoler les critères d’analyse, de ne plus rendre compte de l’essentiel, c’est-à-dire de leur interdépendance.

56L’esprit humain peine à envisager simultanément les covariations de plus de deux ou trois facteurs. A plus forte raison des quelques 10 ou 15 qui, à un moment donné de l’analyse, peuvent présenter un caractère pertinent. L’ordinateur, lui, se joue de ce genre de difficultés ; il existe un certain nombre de programmes d’analyse des données, conçus pour les enquêtes sociologiques, qui permettent de travailler sur les interrelations d’un nombre quasi-illimité de critères.

57La segmentation, que nous allons utiliser ici, est une de ces méthodes.

  • 14 On trouvera en annexe, un exemple du mode de lecture des graphiques de segmentation, (page 184)

58Son principe est relativement simple : soit une variable à expliquer, ici la fréquentation de la B.P.I. dans un but purement cognitif ("se cultiver"). La segmentation consiste à passer en revue tous les critères caractérisant les personnes (catégorie sociale, âge, nationalité, niveau d’étude) ou leurs pratiques linguistiques (niveau dans la langue, langue étudiée, habitude de la B.P.I., nombre de langues connues) susceptibles d’expliquer l’existence d’une telle motivation culturelle, et de retenir parmi eux celui qui y est le plus correlé. Au regard de ce critère de premier rang, on partagera la population d’origine en deux groupes : d’un côté celui où la recherche de culture est la plus fréquente, de l’autre celui où elle est la plus rare. Puis on appliquera à chacun de ces groupes à nouveau le même traitement : parmi les plus concernés, quel est le critère qui explique le mieux en second rang la motivation culturelle, et partage ce groupe en deux sous-groupes opposés ; de même parmi les moins concernés. Et à l’intérieur de chacun de ces quatre sous-groupes quel est à nouveau le critère le plus important en troisième rang ; et ainsi de suite jusqu’à arriver à des segments de population très précisément définis, homogènes au regard de la variable d’origine, et hétérogènes entre eux. Le tout peut se représenter graphiquement sous la forme d’une structure en arbre (cf graphique VIII) où l’on voit progressivement se déployer dans toute leur complexité les interrelations entre la motivation de départ, et ce qui la sous-tend14.

59Venons-en aux résultats : le critère le plus corrélé avec l’utilisation de la médiathèque dans une perspective apparemment désintéressée est la langue étudiée : ceux qui apprennent le français, l’allemand ou l’espagnol sont beaucoup plus orientés vers une finalité immédiate (13 % seulement de réponses "se cultiver") tandis que ceux qui apprennent l’anglais ou une langue de moindre importance le font plus souvent sans finalité précise (23 % de réponses « se cultiver »). Nous nous intéresserons donc plus particulièrement à ces derniers. Mais signalons auparavant une exception au sein du premier groupe : si l’on regarde les six segments qui en découlent (en bas du tableau, à gauche) on constate que dans l’un d’entre eux le taux de motivation purement "culturelle" est malgré tout supérieur à la moyenne (33 %). Il s’agit, parmi les gens qui apprennent le français, l’allemand ou l’espagnol, de ceux qui en possèdent déjà les bases, mais non la pratique : ils se situent au niveau "lue", ou "lue / comprise" de notre échelle de niveau. En quelque sorte, il ne leur manque que la parole ... Sans assigner dans l’immédiat d’objectif particulier à l’amélioration de leurs connaissances, ils souhaitent faire le saut de l’écrit à la parole, pouvoir parler la langue qu’ils lisent. Là, réside la plus-value culturelle.

  • 15 Toute l’analyse qui suit renvoie à la partie droite du graphique, auquel il est souhaitable de se (...)

60Le second groupe, le plus concerné, est donc composé des usagers du labo 2 (langues "rares") et des apprentis anglicistes15. On voit tout de suite que la perspective est différente :

  • l’anglais, c’est la langue de la culture sinon universelle, du moins dominante en Occident, la langue sans la possession de laquelle l’individu peut se sentir déclassé. Sa connaissance comporte un enjeu social direct, quand bien même elle n’aurait pas de point d’application immédiat.
  • l’apprentissage des langues rares au contraire renvoie beaucoup plus à une curiosité individuelle ; curiosité éveillée par un voyage, une rencontre, une lecture (peut-être même à la B.P.I.), qu’importe. La motivation est ici beaucoup plus souvent d’ordre personnel beaucoup moins d’ordre social, même si se prévaloir de sa compétence dans une langue peu répandue peut correspondre parfois à une stratégie de distinction.

GRAPHIQUE VIII - RECHERCHE DE CULTURE GÉNÉRALE : SEGMENTATION

GRAPHIQUE VIII - RECHERCHE DE CULTURE GÉNÉRALE : SEGMENTATION
  • 16 Nous laisserons de côté parmi les moins concernés les étudiants et élèves (dont beaucoup apprennen (...)

61Au sein de ce groupe, l’appartenance sociale introduit un second clivage très intéressant, car il ne scinde pas le public, comme trop souvent dans les analyses de comportement culturel, entre les dominants et les dominés, ou les milieux favorisés et les milieux populaires (qu’importe ici la terminologie) : d’un côté on trouve ensemble les extrêmes, classes dominantes et classes populaires pour une fois homogènes sous l’angle de leur rapport au "rendement culturel" escompté de l’apprentissage des langues (18 % de réponses "se cultiver") ; de l’autre les classes moyennes, tant dans les registres techniques qu’intellectuels, beaucoup plus portées(29 %) à accumuler à la médiathèque des connaissances de principe que des instruments de pratique.16

  • 17 C’est le 4ème niveau de la segmentation.

62Chacun de ces deux sous-groupe connaît lui aussi des variations plus subtiles, et c’est le niveau linguistique qui les introduit. Mais il ne les introduit pas de la même manière dans l’un et dans l’autre. Parmi les personnes qui apprennent l’anglais ou une langue rare et qui appartiennent aux deux extrêmes de l’échelle sociale (classes dominantes et populaires) seuls les plus faibles sont vraiment concernés (26 % de réponses "se cultiver" contre 10 % aux autres niveaux). Les étrangers qui prennent contact avec une tierce langue -ni la leur, ni la nôtre - se distinguent ici encore plus particulièrement que les français17.

63Parmi les personnes qui apprennent l’anglais ou une langue rare et qui appartiennent aux classes médianes de la société, les choses en vont autrement : ce sont ceux qui possèdent un niveau moyen dans la langue étudiée qui recherchent le plus volontiers la culture générale (33 %), tandis que les plus forts, comme les plus faibles, se situent généralement un peu en retrait (25 %). Avec, en bout de chaine si l’on peut dire, c’est-à-dire au dernier niveau de la segmentation, deux groupes privilégiés : chez les gens d’un niveau moyen, les visiteurs appartenant aux couches intellectuelles des classes moyennes, qui sont les plus nombreux à revendiquer une pratique désintéressée de la médiathèque, et chez les gens d’un niveau faible ou élevé, ceux qui utilisent toutes les ressources de la B.P.I. et qui associent fréquentation des espaces de lecture et fréquentation de la bibliothèque, au lieu de se limiter le plus souvent soit à l’une soit à l’autre. La complémentarité des documents de la B.P.I. et de ceux de la médiathèque, revendiquée dès l’origine par les concepteurs du système, joue bien dans le sens d’un développement de la curiosité culturelle.

64L’objet de la segmentation est plus à nos yeux de l’ordre de l’analyse (dévoiler la logique sociale et culturelle d’un phénomène) que de l’ordre de la description (énoncer des groupes d’individus définis par des combinaisons de critères) - c’est dans ce sens que nous avons essayé de l’utiliser. Il est cependant intéressant de retenir les caractéristiques des quatre types d’utilisateurs qui se distinguent par leur propension beaucoup plus élevée à utiliser la médiathèque de langues dans une perspective purement cognitive, sans finalité précisément assignée :

  • ceux qui apprennent le français, l’allemand ou l’espagnol en possèdant des bases écrites mais non orales dans ces langues (segment 2),
  • ceux qui apprennent l’anglais ou des langues de moindre importance, appartiennent aux classes dominantes ou populaires, ne possèdent que des notions dans ces langues et sont de nationalité étrangère (segment 10),
  • ceux qui apprennent l’anglais ou des langues de moindre importance, appartiennent aux classes moyennes, possèdent un niveau soit très élevé, soit très faible dans la langue étudiée mais fréquentent parallèlement la médiathèque et la B.P.I. (segment 12),
  • enfin ceux qui apprennent l’anglais ou des langues de moindre importance, appartiennent aux couches intellectuelles des classes moyennes, et possèdent un niveau intermédiaire dans la langue étudiée (segment 13).

65La singularité de la médiathèque, de. la B.P.I. est de, répondre, chez un nombre élevé d’utilisateurs à des objectifs élargis de connaissance. générale, et non pas seulement à des objectifs particuliers orientés vers l’usage pratique..

66Nous voudrions compléter cette analyse des motivations en proposant deux hypothèses qui permettent d’éclairer le contenu de certaines démarches :

671 - L’hypothèse de l’existence d’une pratique ludique des langues, qui trouve en la médiathèque un lieu privilégié d’investissement et d’expression.

68Apprendre une langue sans l’intention de monnayer sa connaissance à court ou moyen terme peut paraître à première vue gratuit. Encore qu’on ne puisse préjuger de l’avenir et que, même sans projet précis, on peut toujours garder à l’esprit le sentiment que "cela pourra servir un jour". C’est cependant une erreur que de vouloir appliquer à tous un raisonnement en termes de projet. La consultation de documents linguistiques peut se prendre aussi elle-même pour objet, retrouvant là une des dimensions possibles de l’autodidaxie ; le moment de l’usage se confond alors avec celui de l’apprentissage. En dernière analyse une des lignes de clivage des comportements observés à la médiathèque est sans doute le rapport au temps : elle passe entre ceux qui privilégient le présent, l’expérience immédiate, et ceux qui investissent sur l’avenir.

69La médiathèque de la B.P.I. favorise, par son fonctionnement même, la cristallisation de pratiques de type ludique : une totale liberté préside à son usage, liberté de rythme, liberté de choix ; une totale indépendance est garantie à ses usagers, puisqu’il n’y a ni contrôle, ni évaluation qui passe par une relation -nécessairement codifiée- avec des personnes, enseignants ou autres.

70Ces pratiques, pour être de même type, ne revêtent pas pour autant toutes la même forme. Il faut distinguer ici :

  • la forme-apprentissage, au sens traditionnel du terme, c’est-à-dire la progression ordonnée,
  • la forme-consultation., recherche de contacts avec des documents linguistiques, c’est-à-dire recherche d’une immersion dans la langue, un "bain d’oreilles" en quelque sorte, indépendamment de toute performance programmée,

71Cette distinction entre deux formes se double d’une distinction entre deux dynamiques, sans pour autant s’y réduire :

  • la pratique ludique peut traduire la recherche d’un exercice intellectuel ("se dérouiller l’esprit", "s’entretenir") gymnastique mentale dont les langues sont en fait le moyen autant sinon plus que la fin.
  • elle peut aussi n’avoir d’autre objet que le plaisir éprouvé à l’écoute et au maniement de langues, d’idiomes, de parlers étrangers ... ou étranges. En témoignent les réponses spontanément exprimées à la fin de la question sur les motivations, laissée ouverte à la libre formulation18 : des appréciations comme "par plaisir", "pour mon plaisir", "l’agrément d’entendre la langue", "c’est une langue jolie", "j’aime l’anglais", "ça me plaît", etc… expriment bien ce qu’il faudra désormais appeler un hédonisme linguistique

72L’investissement ludique, franchit un seuil ou on achète s’il porte bien sûr sur toutes les langues, se concentre cependant surtout sur les moins courantes d’entre elles. Ce s’expriment bien ce qu’il faudra ont les langues consultables au labo 2 qui occupent la première place dans les choix de ceux qui viennent à la médiathèque "pour se cultiver". Notons d’ailleurs que le poids du labo 2, qui était également important chez ceux qui préparaient un voyage, diminue au fur et à mesure que l’on s’éloigne de ces buts librement déterminés pour aller vers ceux qui représentent des niveaux de contrainte de plus en plus élevés.

TABLEAU 26 - LANGUE ÉTUDIÉE SELON LA MOTIVATION EXPRIMÉE

TABLEAU 26 - LANGUE ÉTUDIÉE SELON LA MOTIVATION EXPRIMÉE

732 - Seconde hypothèse : l’existence d’une pratique accumulative des langues

74Les visiteurs qui n’assignent pas d’objectif immédiat ou pratique à leur apprentissage sont significativement plus portés à utiliser la médiathèque pour élargir leur champ de connaissance que pour approfondir des connaissances.

75Un tableau reflète d’ailleurs bien cette forme particulière de capitalisation du savoir culturel : la proportion de gens qui viennent "pour se cultiver" est d’autant plus élevée qu’ils connaissent un nombre déjà élevé de langues.

TABLEAU 27 - MOTIVATION SELON LE NOMBRE DE LANGUES ÉTRANGÈRES CONNUES

TABLEAU 27 - MOTIVATION SELON LE NOMBRE DE LANGUES ÉTRANGÈRES CONNUES
  • 19 Sur la mesure du nombre de langues connues, cf plus loin chapitre 4.

76La distinction entre approfondissement des connaissances et élargissement du champ de connaissance est fondamentale. Dans le premier cas, on vient à la B.P.I. pour améliorer un savoir existant qu’il s’agisse de "sauver" des acquis anciens menacés par l’absence de pratique, ou d’améliorer des performances actuelles. Dans le second cas, on y explore des terres vierges en prenant contact avec de nouvelles langues jusque là ignorées. La fréquentation des laboratoires de langues de la B.P.I. vise alors autant à la multiplication des langues qu’à l’amélioration de leur maîtrise, c’est-à-dire vise autant leur nombre que leur niveau.19

77Instrument sans finalité propre, la médiathèque de la B.P.I. peut être investie par des formes d’autodidaxie tout à fait opposées, et devenir aussi bien l’instrument d’un "rattrapage" que l’instrument d’une diversification.

Notes

1 Quelques lignes étaient laissées en blanc dans le questionnaire, pour y inscrire éventuellement d’autres motivations particulières, qui ne pourraient se réduire à aucune de celles proposées ; très peu de gens ont utilisé cette possibilité qui leur était laissée.

2 Total supérieur à 100 %, certaines personnes ayant donné conjointement plusieurs motivations.

3 on trouvera les résultats détaillés en annexe (tableau A.2)

4 Certaines personnes interrogées, poussant jusqu’au bout cette logique, ont suggéré que la médiathèque délivre des diplômes, ou tout au moins des attestations de présence.

5 Pourcentages verticaux : sur 100 étudiants, sur 100 actifs, sur 100 inactifs...

6 Pourcentages horizontaux : sur 100 utilisateurs poursuivant un but scolaire, sur 100 utilisateurs poursuivant un autre but.

7 On trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.3.

8 Cf Tableau 18. Passage des pourcentages verticaux (à gauche) aux pourcentages horizontaux (à droite).

9 Toujours au sens où nous les avons définies, page 39 note 1.

10 cf en annexe tableau A. 10

11 on trouvera les résultats détaillés en annexe, tableau A.35

12 voir en annexe tableau A.8.

13 Nous avons dit plus haut pourquoi nous avons délibéremment employé cette formulation directement démarquée du langage commun.

14 On trouvera en annexe, un exemple du mode de lecture des graphiques de segmentation, (page 184)

15 Toute l’analyse qui suit renvoie à la partie droite du graphique, auquel il est souhaitable de se reporter pour suivre 1’interprétation.

16 Nous laisserons de côté parmi les moins concernés les étudiants et élèves (dont beaucoup apprennent une langue dans le cadre de leurs études et nous l’avons vu visent l’efficacité avant tout) et parmi les plus concernés les inactifs (qui, sauf les chômeurs font de la médiathèque une occupation de temps libre). Leurs résultats vont de soi, si l’on peut dire.

17 C’est le 4ème niveau de la segmentation.

18 Question 16

19 Sur la mesure du nombre de langues connues, cf plus loin chapitre 4.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 16 - RÉPARTITION DES UTILISATEURS DE LA MÉDIATHÈQUE DE LANGUES SELON LEURS MOTIVATIONS
Légende Note (1)2
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre TABLEAU 17 - LANGUES ÉTUDIÉES DANS UN BUT PROFESSIONNEL
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre TABLEAU 18 - RÉPARTITION DE LA MOTIVATION SCOLAIRE OU UNIVERSITAIRE SELON LE STATUT DES UTILISATEURS
Légende Note (1)5
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Note (2)6
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre TABLEAU 19 - RÉPARTITION DE LA MOTIVATION SCOLAIRE OU UNIVERSITAIRE SELON LA NATIONALITÉ
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre TABLEAU 20 - RÉPARTITION DE LA MOTIVATION SCOLAIRE OU UNIVERSITAIRE SELON LA NATURE DES ÉTUDES POURSUIVIES
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre TABLEAU 21 - NATIONALITÉ DU PUBLIC SELON LA MOTIVATION (SÉJOUR A L’ÉTRANGER)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre TABLEAU 22 - LANGUE ÉTUDIÉE SELON LA MOTIVATION (SÉJOUR A L’ÉTRANGER)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre TABLEAU 23 - MOTIVATION (PRÉPARATION D’UN VOYAGE) SELON LA CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre TABLEAU 24 - LANGUE ÉTUDIÉE SELON LA MOTIVATION (PRÉPARATION AU VOYAGE)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre TABLEAU 25 - ASSOCIATION DE LA RECHERCHE DE CULTURE GÉNÉRALE A D’AUTRES MOTIVATIONS
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre GRAPHIQUE VIII - RECHERCHE DE CULTURE GÉNÉRALE : SEGMENTATION
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre TABLEAU 26 - LANGUE ÉTUDIÉE SELON LA MOTIVATION EXPRIMÉE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre TABLEAU 27 - MOTIVATION SELON LE NOMBRE DE LANGUES ÉTRANGÈRES CONNUES
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/628/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter