Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Babel à Beaubourg

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet

II - Le choix des langues

Texte intégral

1Le portrait de l’utilisateur de la médiathèque est maintenant tracé ; portrait de groupe et non portrait individuel, car il apparaît clairement que l’« utilisateur moyen » n’existe pas : on rencontre dans les laboratoires de langues de la B.P.I. non pas un mais plusieurs publics socio culturellement différenciés.

2Mais si nous les avons définis par leurs conditions d’insertion dans la vie économique et sociale, nous ne les avons pas encore définis par leurs conditions de consultation des langues que la médiathèque leur offre. Qu’y viennent-ils étudier ?

3Mettons nos pas dans ceux d’un visiteur qui pénétrerait dans la médiathèque pour la première fois. Pour exercer son choix, il va disposer de cinq types d’informations :

4Première information, affichée sur un imposant tableau placé à l’entrée des laboratoires : la liste de 75 langues qu’il peut étudier. Qu’il soit venu sans idée préconçue et qu’il choisisse à la lecture de cette liste, ou qu’il se rende à la médiathèque pour apprendre une langue précise, on imagine aisément qu’il puisse éprouver quelque vertige devant toutes ces langues qu’il ne parle pas, voire pour certaines dont il ignorait même jusqu’à 1’existence.

5Une fois la langue choisie, il lui faut alors déterminer la méthode qu’il souhaite utiliser, ou les documents visuels (films) ou sonores (disques, bandes) qu’il veut regarder ou écouter. S’il opte pour un apprentissage systématique, il a souvent le choix pour la même langue entre différentes méthodes d’enseignement, certaines générales et d’autres spécialisées (par exemple dans le domaine économique, ou scientifique, ou les affaires, etc…), certaines d’initiation et d’autres de perfectionnement. Il devra consulter les listes de méthodes, avec présentation de leurs principales caractéristiques, qui sont à sa disposition dans des classeurs. C’est le second niveau d’information.

6La méthode la plus adaptée est sélectionnée. Reste à vérifier que son contenu correspond bien à ce qu’on cherche, et surtout à déterminer le numéro de la leçon par laquelle on souhaite commencer. Pas de problème s’il s’agit d’une initiation absolue : il suffit de prendre la première leçon de la méthode. Par contre, si notre lecteur souhaite rafraîchir des connaissances estompées ou perfectionner sa maîtrise d’une langue, il lui faut se situer précisément et repérer la leçon ou la partie qui correspond à son niveau. C’est la raison de la présence, à proximité immédiate des laboratoires, d’un rayonnage contenant en libre consultation tous les livrets d’accompagnement et tous les manuels de chacune des méthodes possédées par la B.P.I.

7Mentionnons une autre forme d’information, de nature un peu différente : un fichier recensant tous les autres centres d’enseignement des langues, privés ou publics ; de la région parisienne. Pour chacun sont indiquées l’adresse, les activités, et les conditions d’accès (horaires, prix, démarches, etc...). Il est donc possible, si l’on ne trouve pas à la médiathèque ce que l’on souhaite, de s’orienter vers d’autres organismes offrant des prestations différentes ou complémentaires.

8Enfin, last but not least, il y a l’information que fournira à l’impétrant, s’il le souhaite, le personnel chargé de l’accueil, qui pourra le guider et le conseiller à chaque stade de son choix.

9La question du choix des langues est une question complexe : elle se double d’une question du choix des niveaux. Comment à l’intérieur d’une méthode, détermine-t-on le niveau le plus approprié ? Faute de l’évaluation "objective" que donneraient des tests dûment étalonnés ou le jugement de tiers (spécialistes, enseignants, etc...) les utilisateurs de la médiathèque se livrent de fait à une auto-évaluation subjective. du point au-delà duquel leur ignorance l’emporte sur leur connaissance. Nous présenterons donc dans ce chapitre, après l’analyse des langues utilisées, l’analyse - qui nous paraît indissociable - des niveaux linguistiques et de leur estimation.

1 - DU FRANÇAIS AU SWAHILI : LA HIÉRARCHIE DES LANGUES

  • 1 De février 1980 à janvier 1981. Il s’agit en fait d’un sondage au quart, réalisé à partir du compt (...)

10La statistique précise des langues est reliées à la médiathèque est relativement facile à établir : toute consultation d’un document, qu’il s’agisse d’une méthode d’apprentissage classique, d’une méthode audiovisuelle, d’un document sonore ou d’un document visuel, suppose le remplissage préalable d’un bulletin précisant la langue choisie et ses références. Nous avons donc utilisé le dépouillement systématique de ces bulletins effectué par le service de la médiathèque pour analyser l’impact des différentes langues au cours d’une année complète de fonctionnement.1 Rappelons qu’il s’agit ici d’un reflet des usages effectifs – c’est-à-dire de la proportion des séances affectées à chaque langue–, et non des usagers – c’est-à-dire de la proportion des utilisateurs de chaque langue dans le public, indépendamment de la fréquence de leur pratique–.

TABLEAU 7 - UTILISATION DES LANGUES A LA MÉDIATHÈQUE. (Dépouillement des bulletins de demande, effectué sur 12 mois février 1980 à février 1981)

TABLEAU 7 - UTILISATION DES LANGUES A LA MÉDIATHÈQUE. (Dépouillement des bulletins de demande, effectué sur 12 mois février 1980 à février 1981)
  • 2 On peut même penser qu’elle serait plus importante encore si les 20 places du labo 2 n’étaient pas (...)

11Les français arrive très largement en tête, avec plus du tiers des demandes (37,1 %). En seconde position l’anglais, avec un peu moins du quart des demandes (23,2 %), chiffre en réalité un peu supérieur si on y ajoute l’américain (2,8 %). La prépondérance du français et de l’anglais est écrasante ; et logique : il s’agit des deux langues dominantes, la première dans le pays d’implantation de la médiathèque, la seconde dans les relations entre les pays de la planète.2

12Entre ces deux langues vedettes et les 73 autres langues disponibles à la médiathèque, un immense fossé : (cf tableau 7) la langue qui arrive en troisième position, l’italien, ne représente que 6,8 % de l’ensemble ; elle forme avec l’allemand et l’espagnol, également autour de 6 %, un groupe qui correspond aux "deuxièmes langues" les plus courantes dans l’enseignement scolaire français. Vient ensuite, entre 1 et 3 %, le groupe de quelques "grandes" langues d’importance mondiale par le nombre de personnes qui les parlent, ou par leur poids économique (arabe, russe, portugais, japonais, chinois). Toutes les autres langues tombent en dessous de 1 %, et même pour 47 d’entre elles en dessous de 0,1 %.

13Il est intéressant de revenir sur le rapprochement que nous venons d’esquisser entre la place de chaque langue dans la pratique des utilisateurs de la médiathèque et leur rayonnement dans la population mondiale. En d’autres termes, les langues les plus demandées à la médiathèque sont-elles les langues les plus utilisées dans le monde ?

14Parmi les 11 premières langues étudiées à la B.P.I., 9 figurent parmi les 11 premières langues parlées dans le mon et réciproquement. On pourrait voir là une certaine cohérence d’ensemble ; pourtant, l’ordre d’importance des langues est loin d’être le même dans les deux cas :

TABLEAU 8 - CLASSEMENT DES PRINCIPALES LANGUES UTILISÉES A LA MÉDIATHÈQUE ET PARLÉES DANS LE MONDE.

TABLEAU 8 - CLASSEMENT DES PRINCIPALES LANGUES UTILISÉES A LA MÉDIATHÈQUE ET PARLÉES DANS LE MONDE.
  • 1 y compris le panjabi et l’ourdou
  • 2 y compris l’américain

Note (1)1
Note (2)2

  • 3 Il va de soi que la fréquence de consultation des langues à la médiathèque est aussi en partie lié (...)

15Trois phénomènes apparaissent à la lecture de ce tableau :3

  1. Certaines langues, parmi les plus parlées dans le monde, sont très peu demandées à la médiathèque : le chinois, première langue par le nombre de locuteurs mais langue tout-à-fait secondaire dans les échanges internationaux, ne recueille qu’à peine plus de 1 % des demandes à la médiathèque. De même que l’hindi, troisième langue mondiale, et le bengali, qui n’atteignent même pas la barre des 0,1 %.
  2. Mouvement inverse en ce qui concerne bien sûr le français, première langue demandée à la B.P.I. mais onzième langue parlée seulement, et aussi en ce qui concerne l’allemand et surtout l’italien. L’effet de proximité joue ici naturellement : nous sommes en France, et au centre de l’Europe.
  3. Troisième ordre de phénomène : l’équivalence relative de certaines langues dans les deux hiérarchies que nous sommes en train de confronter. C’est le cas en particulier de l’anglais, qui occupe dans les deux cas la seconde place, ainsi que, à des rangs plus modestes, de l’espagnol, de l’arabe, du portugais et du japonais.
  • 4 Sur la distinction entre les deux modes de classification et l’analyse détaillée de la classificat (...)

16Quittons maintenant les langues pour les groupes linguistiques. Il nous paraît en effet tout à fait légitime de regrouper les langues non plus selon leur importance - regroupement logique du point de vue de leur impact économique ou humain mais hétéroclite du point de vue de leur structure et de leur contenu -, mais selon leur origine. Nous utiliserons ici, plutôt que la classification "typologique", la classification "généalogique" élaborée par les linguistes.4

TABLEAU 9 - RÉPARTITION DES LANGUES ÉTUDIÉES A LA MÉDIATHÈQUE SELON LES PRINCIPAUX GROUPES LINGUISTIQUES

TABLEAU 9 - RÉPARTITION DES LANGUES ÉTUDIÉES A LA MÉDIATHÈQUE SELON LES PRINCIPAUX GROUPES LINGUISTIQUES

17La famille indo-européenne représente à elle seule près de 92 % de l’activité de la médiathèque (cf tableau 9). Encore faut-il distinguer en son sein la branche romane, la plus importante du fait de la présence du français, et la branche germanique, elle aussi fortement représentée, tandis que les branches slaves et indo-aryennes et les langues isolées comme le grec ou l’arménien, font un score très faible.

18Les autres familles occupent la portion congrue : la famille sémito-chamitique, avec essentiellement l’arabe, la famille sino-thibéthaine, avec essentiellement le chinois, et le japonais qui n’est réductible à aucune autre famille. Quant aux familles ouralo-altaïque et négro-africaine, au sein desquelles aucune grande langue ne domine véritablement les autres, elles ne sont étudiées que par de très rares visiteurs de la médiathèque.

  • 5 Le dépouillement statistique des bulletins de demande qui nous a permis de mesurer l’impact des di (...)

19Les données linguistiques que nous avons présentées jusqu’ici concernaient l’ensemble du public, toutes caractéristiques personnelles, sociales et culturelles confondues. Elles sont fondamentales ; elles sont aussi, sur le plan sociologique, insuffisantes : la hiérarchie de la demande qui s’est établie entre les différentes langues a-t-elle une portée générale, ou connait-elle des variations significatives selon les diverses catégories d’utilisateurs ? Pour prendre un exemple, le besoin ou l’envie d’apprendre l’anglais, l’allemand ou le grec n’est pas forcément équivalent dans les différents milieux sociaux, et à plus forte raison chez les français et chez les étrangers5.

  • 6 par contre on rencontre parfois des étrangers qui viennent consulter des documents audiovisuels da (...)

20Ce critère de nationalité est, on s’en doute, le plus important. Au-delà de l’évidence - on ne trouve pas de Français qui apprennent le français6 alors que notre langue vient en tête des apprentissages étrangers - plusieurs points doivent être soulignés (voir graphique III) :

  1. D’abord, tous les étrangers qui fréquentent la médiathèque n’apprennent pas le français plus du tiers d’entre eux (38 %) s’initient ou se perfectionnent dans d’autres langues, parmi lesquelles essentiellement l’anglais (15,5 %) et, plus curieusement l’italien (7 %) sont les mieux placées ; derrière elles viennent l’allemand, l’arabe, l’espagnol, et le russe ; enfin, l’ensemble des autres langues réunies atteint à peine 7,5 % des consultations : les "petites" langues sont donc particulièrement négligées par les étrangers.
  2. La pratique de la médiathèque présente un profil tout-à-fait différent chez les Français : la demande n’est pas concentrée sur quelques langues seulement, mais beaucoup plus diversifiée. L’anglais règne, certes, mais il ne gouverne pas7. 37,5 % des français -37,5 % seulement serait-on tenté de dire- utilisent la médiathèque pour apprendre l’anglais, tandis que les autres se répartissent entre pratiquement toutes les autres langues, parmi lesquelles on peut distinguer trois groupes : les principales "secondes langues" du système scolaire, dont le score tourne autour de 7 à 9 % (espagnol, italien, allemand) ; l’arabe, le grec, le russe et le portugais, avec entre 3 et 4 % chacune ; les "petites" langues enfin qui, si elles représentent individuellement moins de 2 % chacune, n’en atteignent pas moins réunies 28,5 % de la fréquentation française de la médiathèque chiffre somme toute considérable. Les langues "rares", en prenant cet adjectif dans une acception européocentrée, c’est-à-dire les langues d’usage pour nous exceptionnel8 semblent donc très prisées par nos compatriotes qui utilisent les laboratoires de langues de la Bibliothèque Publique d’Information.

GRAPHIQUE III - PRINCIPALES LANGUES UTILISÉES A LA MÉDIATHÈQUE SELON LA NATIONALITÉ DES UTILISATEURS

GRAPHIQUE III - PRINCIPALES LANGUES UTILISÉES A LA MÉDIATHÈQUE SELON LA NATIONALITÉ DES UTILISATEURS

21L’usage des langues à la médiathèque n’est pas seulement différencié nationalement, il est aussi différencié socialement. Si l’on regroupe les langues selon quelques grands ensembles (Français, Anglais + Américain, Allemand + Espagnol, langues du laboratoire n°2) on voit apparaître des variations tout-à-fait significatives de leur place relative dans chacun des groupes de population qui fréquentent la B.P.I. :

TABLEAU 10 - UTILISATION DES LANGUES DE LA MÉDIATHÈQUE SELON L’APPARTENANCE SOCIALE

TABLEAU 10 - UTILISATION DES LANGUES DE LA MÉDIATHÈQUE SELON L’APPARTENANCE SOCIALE
  • 9 Calculée sur 100 usagers et non sur 100 usages (sur la distinction entre les deux notions, cf part (...)

Note (2)9

22C’est chez les étudiants que l’on apprend le plus fréquemment le français. Il faut voir là l’effet direct de la composition du public étranger de la médiathèque, dont nous avons constaté plus haut (chapitre 1) qu’il était principalement composé de personnes venues en France pour effectuer leurs études.

  • 10 On trouvera en annexe la justification et le contenu des regroupements opérés au sein de la nomenc (...)

23Plus significative est la comparaison entre les deux groupes sociaux qui s’éloignent le plus, par leur demande linguistique, de la moyenne du public : les couches intellectuelles des classes moyennes (professions littéraires et scientifiques, instituteurs, professeurs, journalistes, chercheurs, etc...), et les classes populaires (employés et ouvriers)10 :

24Les utilisateurs appartenant aux couches intellectuelles sont proportionnellement les plus nombreux à utiliser le second laboratoire, c’est-à-dire à apprendre des langues réputées "rares", et pour certaines "exotiques". On peut y voir la manifestation de comportements, typiques de ce groupe et sur lesquels nous reviendrons, d’accumulation des expériences linguistiques par la multiplication des prises de contact avec des langues nouvelles plutôt que l’approfondissement des langues déjà connues.

25À l’opposé, les utilisateurs appartenant aux classes populaires sont les plus nombreux, et de loin, à apprendre l’anglais, ainsi que dans une moindre mesure l’allemand et l’espagnol : ce sont les langues "de base", les plus utilisées dans la vie économique et, pour des gens qui voyagent peu ou ne voyagent le plus souvent que dans les pays limitrophes de la France, les plus utilisées dans les activités touristiques ; les plus utilisées donc les plus utiles : l’autodidaxie linguistique en milieu populaire ne s’investit pas à l’aveugle dans des parlers apparement gratuits, mais tend à se concentrer sur des langues qui sont, réellement ou virtuellement, monnayables socialement, et d’une certaine manière "rentables".

2 - DES DÉBUTANTS AUX POLYGLOTTES : LA HIÉRARCHIE DES NIVEAUX.

26Tous les enseignants en langues connaissent le problème crucial de l’évaluation des niveaux. Problème que les enseignés eux-mêmes connaissent également bien. l’indication des langues que l’on parle et de la maîtrise qu’on en a fait désormais partie de ces renseignements signalé tiques standard, avec l’âge, le sexe, la nationalité ou l’adresse, que l’on est sommé de donner dans un nombre de circonstances de plus en plus élevé, et pas seulement lors de la rédaction de son curriculum vitae.

27Encore faut-il pouvoir déterminer précisément son niveau. Si l’on exclut les cas où cette évaluation est effectuée par des tiers, généralement dans le cadre d’un enseignement - et ce sont les cas les plus rares -, l’individu doit se contenter d’une auto-évaluation nécessairement subjective, car il est à la fois juge et partie, et nécessairement non-étalonnée, car il est à lui-même sa propre référence.

28C’est la situation la plus fréquente, et celle dans laquelle se trouve en particulier toute personne qui aborde la médiathèque de la B.P.I. Le seul niveau qu’il soit facile et. licite d’évaluer est finalement le niveau zéro, c’est-à-dire l’ignorance...

  • 11 si tant est que la construction d’un indicateur "universel" de niveau, pertinent quelle que soit l (...)

29Plutôt que d’essayer de construire, par une batterie de questions précises, un indicateur objectif11 des capacités linguistiques de chacun, ce qui reviendrait à placer nos interlocuteurs dans une situation artificielle, nous avons choisi délibérément de les laisser s’exprimer seuls, et avec les termes approximatifs qui sont presque toujours les leurs en ces circonstances. A charge pour nous d’essayer de reconstruire, à partir de leurs réponses, une échelle de niveau qui rende compte de la situation réelle de la manière la plus approchée possible.

30En d’autres termes, notre recherche vise ici paradoxalement à tenter d’établir un indicateur juste à partir de bases "fausses". Si nous y parvenons, cette échelle devrait pouvoir être extrapolée à d’autres publics que celui de la médiathèque et posséder une valeur générante puisqu’elle se fonde sur des concepts de jugement généralisés.

31Mais ces bases sont-elles si fausses que cela ? Rappelons d’abord les critères d’auto-appréciation les plus usités : la lecture, la parole et la compréhension. On dit souvent d’une langue qu’on la lit, ou qu’on la parte, ou qu’on la comprend, ou encore de manière moins précise quant à l’usage mais plus explicite quant au niveau, qu’on en a des "notions". Est-ce que parler une langue suppose plus de connaissances que la lire ? Que signifie chez certains de signaler qu’on lit une langue mais qu’on ne la parle pas, ou qu’on la parle sans préciser qu’on la lit ? Sans doute s’agit-il là de pratiques de nature différente entre lesquelles il est difficile d’établir une hiérarchie de principe ; et il n’est pas question d’assimiler abusivement performance (lire, parler, etc...) et compétence (un peu, beaucoup ; bien, mal ; etc...). Il n’empêche que les capacités linguistiques de ceux qui disent seulement lire par exemple, et de ceux qui disent lire et parler, sont probablement de niveau significativement différent.

32De telles auto-évaluations subjectives sont certes à la fois incontrôlées et contradictoires, donc imprécises. Elles ne sont cependant en aucun cas aléatoires, c’est-à-dire dénuées de sens. Il nous paraît dès lors tout à fait légitime de tenter d’en extraire, par approximation, une échelle relative de niveau.

  • 12 Les lecteurs pressés nous pardonneront le caractère méthodologique de l’exposé qui va suivre. Il n (...)

33Partons du questionnaire12. Il était demandé aux utilisateurs d’indiquer si, dans la langue qu’ils étaient en train d’étudier, ils avaient des notions, la lisaient, la comprenaient et / ou la parlaient. Les réponses se sont distribuées ainsi :

  • Notion 36%
  • Lue 21%
  • Comprise 28%
  • Parlée 30%
  • (sans réponse) 12%

34L’information la plus importante n’est pas ici le score de chaque éventualité, mais leur total : il est nettement supérieur à 100 %, signe qu’une partie des personnes interrogées ont spontanément associé plusieurs réponses pour exprimer leur niveau, tandis que d’autres se limitaient à la réponse qui leur semblait le mieux exprimer leur compétence, sans que l’on sache à priori si les autres réponses possibles de rang inférieur se trouvaient implicitement inclues ou exclues de facto.

35Poussons plus loin l’analyse : quelles sont les différentes associations, ou les différentes exclusions effectuées par le public entre les réponses proposées ?

  • 13 Correspond-elle à un refus ou à un oubli de répondre, inévitable dans tout sondage, ou à une forme (...)
  • 14 C’est le seul principe de hiérarchisation à priori qui semble incontestable : si quelqu’un lit, ou (...)

36Sur les quinze combinaisons possibles de réponses, quatorze ont été effectivement utilisées par les personnes interrogées pour évaluer leur propre niveau, auxquelles vient s’ajouter cette forme de réponse ambiguë qu’est l’absence de réponse13. La représentation graphique de cette combinaison permet de mieux saisir l’organisation de l’ensemble (cf graphique IV). Elle permet aussi de progresser : il apparaît tout de suite clairement que certaines frontières entre deux catégories de réponses n’ont pas de raison d’être et masquent des équivalences : ainsi peut-on regrouper sans dommage les réponses "notions + lue + compris" par exemple avec les réponses "lue + compris", qui a été regroupé avec "notions/lue/parlée" impliquent bien évidemment des notions, ou plus généralement toutes les réponses "notions" associées à d’autres réponses14. Cela permet de réduire le nombre d’éventualités pertinentes à 9 seulement, y compris les non-réponses (cf graphique V)

  • 15 - "notion/comprise" a été regroupé avec "compris"
    - "lue/parlée" a été regroupé avec "notions/lue/p (...)

GRAPHIQUE IV - AUTO-ÉVALUATION DU NIVEAU LINGUISTIQUE (réponses détaillées : 16 catégories)15

GRAPHIQUE IV - AUTO-ÉVALUATION DU NIVEAU LINGUISTIQUE (réponses détaillées : 16 catégories)15

N.B. Les cercles représentent toutes les combinaisons possibles de réponses. Leur objet est de permettre de visualiser la logique de ces "ensembles", et non de traduire leur poids respectif les surfaces ne sont pas proportionnelles aux effectifs.

37Ce processus de décantation effectué, reste à hiérarchiser. Pour ce faire, nous sommes partis du niveau objectif des méthodes proposées par la médiathèque. On sait en effet précisément, pour tout document emprunté, s’il relève d’une méthode d’initiation, d’une méthode de perfectionnement ou d’une méthode de spécialisation ; cette classification, pour être un peu générale, n’en est pas moins incontestable, et ordonnée. Il est alors possible de confronter le niveau "objectif" de la leçon suivie avec le niveau "subjectif" (auto-évalué) de la personne qui l’a demandée, et de répéter ce croisement sur les 750 utilisateurs interrogés dans l’enquête, afin de déceler des régularités et des cohérences (tableau 11) :

GRAPHIQUE V - AUTO-ÉVALUATION DU NIVEAU LINGUISTIQUE (RÉPONSES REGROUPÉES EN 9 CATÉGORIES, ARRONDIS)

GRAPHIQUE V - AUTO-ÉVALUATION DU NIVEAU LINGUISTIQUE (RÉPONSES REGROUPÉES EN 9 CATÉGORIES, ARRONDIS)

N.B. Les cercles représentent toutes les combinaisons possibles de réponses. Leur objet est de permettre de visualiser la logique de ces "ensembles", et non de traduire leur poids respectif : les surfaces ne sont pas proportionnelles aux effectifs.

TABLEAU 11 - TYPE DE MÉTHODE UTILISÉE, SELON LE NIVEAU LINGUISTIQUE DE L’UTILISATEUR

TABLEAU 11 - TYPE DE MÉTHODE UTILISÉE, SELON LE NIVEAU LINGUISTIQUE DE L’UTILISATEUR

38Que voit-on à la lecture de ce tableau ? Essentiellement que le choix des méthodes n’est bien évidemment pas le même selon le niveau proclamé des usagers de la médiathèque : ainsi près de 90 % de ceux qui disent n’avoir que des notions dans une langue utilisent une méthode d’initiation, contre 10 % une méthode de perfectionnement ou de spécialisation. A l’opposé, 11 % seulement de ceux qui disent lire, comprendre et parler la langue utilisent une méthode d’initiation contre près de 89 % une méthode de perfectionnement ou de spécialisation. Tout cela paraît d’une logique irréfutable et point n’était besoin d’une enquête pour aboutir à un tel constat. La question essentielle est en fait ailleurs : comment entre ces deux extrêmes dont l’opposition est évidente s’étagent les unes par rapport aux autres, les autres catégories de réponse ?

39Connaissant la proportion moyenne, sur l’ensemble de l’échantillon, de ceux qui ont utilisé une méthode d’initiation (56 %) et de ceux qui ont utilisé une méthode de perfectionnement ou de spécialisation (44 %), il était possible de voir si chaque groupe d’utilisateurs de même niveau subjectif s’écartait peu ou beaucoup de cette moyenne et dans quel sens. De manière plus formalisée, cela revenait à calculer deux coefficients d’écart à la moyenne pour chaque niveau, l’un par rapport à l’initiation, l’autre par rapport au perfectionnement et à la spécialisation, ces deux coefficients n’étant que l’expression symétriquement inversée de la même réalité.

40La hiérarchisation des niveaux se déduit immédiatement de la hiérarchie des indices :

TABLEAU 12 - CROISEMENT TYPE DE MÉTHODE X NIVEAU LINGUISTIQUE. (COEFFICIENTS D’ÉCART À LA MOYENNE)

TABLEAU 12 - CROISEMENT TYPE DE MÉTHODE X NIVEAU LINGUISTIQUE. (COEFFICIENTS D’ÉCART À LA MOYENNE)
  • 16 On trouvera les valeurs de i, p, Mi et Mp dans le tableau précédent.

Note (1)16

41La réponse "Lue / Parlée" correspond à un niveau réel probable plus élevé que la réponse "Parlée", la réponse "Comprise" a un niveau plus élevé que la réponse "Lue", etc.

42Certains coefficients sont très proches les uns des autres, signe que certaines réponses apparemment différentes renvoient à des niveaux effectifs sensiblement équivalents. Nous les avons donc regroupés, aboutissant à une échelle ordonnée. définitive en 5 points :

  1. Il n’y a pas d’écart sensible de niveau entre quelqu’un qui affirme lire, comprendre et parler une langue et quelqu’un qui affirme seulement la lire et la parler (il va de soi en ce cas qu’il la comprend).
  2. Par contre, dire que l’on parle une langue, sans autre précision, correspond à un niveau moindre, quoique encore relativement élevé, de maîtrise linguistique.
  3. Troisième niveau, toujours par ordre décroissant : la compréhension. S’il s’agit d’une réponse isolée, elle renvoie à une maîtrise moyenne de la langue, de même que si elle est associée à la réponse "parlée".
  4. A un niveau encore inférieur, on trouve les personnes qui disent seulement lire une langue, soit sans autre précision, soit en signalant en même temps qu’ils la comprennent.
  5. Enfin, au niveau le plus bas, on rencontre bien évidemment ceux qui n’ont que des notions dans la langue concernée.

AUTO-ÉVALUATION DU NIVEAU LINGUISTIQUE (regroupement définitif et hiérarchisé en 5 catégories)

AUTO-ÉVALUATION DU NIVEAU LINGUISTIQUE (regroupement définitif et hiérarchisé en 5 catégories)

N.B. Les cercles représentent toutes les combinaisons possibles de réponses. Leur objet est de permettre de visualiser la logique de ces "ensembles", et non de traduire leur poids respectif : les surfaces ne sont pas proportionnelles aux effectifs.

43Remarquons en passant que, de toutes ces formulations spontanées, celle de "compréhension" est la plus ambiguë : hors le cas où elle est employée seule, qui reflète le plus souvent une incapacité à situer précisément son niveau réel en termes d’efficacité, et renvoie en fait nous venons de le voir à un niveau moyen, elle n’a pas de signification en soi : mentionnée avec lecture et parole associées, elle ne correspond à aucune plus-value particulière ; mentionnée avec la lecture seule, elle renvoie à une compétence faible, plus proche des simples "notions".

44Quant aux non-réponses, dont nous nous demandions plus haut si elles ne constituaient pas en fait une modalité particulière de réponse, elles ont une double signification : un examen attentif du TABLEAU 11 nous montre qu’elles correspondent sans doute pour près des deux tiers à une réponse de faiblesse, à une manière d’indiquer que l’on ne possède que quelques rudiments de la langue, moins que des notions, ou que l’on en ignore tout. Pour un tiers seulement elles renvoient à un refus délibéré de répondre (principalement chez ceux qui ne se reconnaissent pas dans le système d’évaluation proposé par le questionnaire ou en contestent la formulation) ou tout simplement à un oubli.

  • 17 et à plus forte raison à la B.P.I. où l’autodétermination et l’indépendance des lecteurs sont un p (...)

45La preuve est donc faite que l’on peut, à partir des catégories spontanées. du langage courant, recueillies dans les termes mêmes où elles. s’expriment, construire. un indicateur hiérarchisé de capacité linguistique. Non que les catégories orthodoxes du langage savant, celles des professeurs et des linguistes, nous paraissent superfétatoires bien au contraire : elles sont infiniment plus précises et plus fiables que celles-ci ; mais elles nous semblent inapplicables dans la plupart des situations courantes, car elles supposent un appareillage conceptuel préalable de tests et d’exercices auquel il est rare de pouvoir soumettre les gens,17

46La relation d’ordre que nous avons établie ici, relation de portée générale qui dépasse largement le seul cadre de la médiathèque, de langues de la B.P.I., et qui pour la première fois a pu être vérifiée de manière expérimentale, permet d’établir un niveau réel probable à partir d’un niveau simplement affirmé.

  • 18 Il serait dangereux de pousser l’analyse au delà du classement hiérarchique, et de donner non pas (...)

47Cette notion de probabilité est fondamentale : on ne peut en effet proclamer à coup sûr que telle personne qui dit parler l’anglais soit d’un niveau supérieur à telle autre qui dit lire l’anglais, par exemple ; comme le montre le TABLEAU 13 et le graphique VI, on trouve à chaque niveau des personnes qui utilisent des méthodes d’initiation comme des personnes qui utilisent des méthodes de perfectionnement et il n’est pas douteux qu’une certaine dérive puisse exister entre l’auto-évolution des uns et l’auto-évaluation des autres. Mais globalement la probabilité qu’il en soit ainsi est statistiquement significative. Et cette probabilité d’adéquation entre la capacité avouée et le niveau effectif est d’autant plus élevé que l’on va vers les extrêmes de l’échelle linguistique, c’est-à-dire les réponses "lue/comprise/parlée", ou "lue/parlée" d’une part et "notions" d’autre part18.

48Il faut, après ce long détour méthodologique, revenir aux données propres à la médiathèque de langues de la Bibliothèque Publique d’Information, en utilisant l’échelle ainsi mise au point : quel est le niveau linguistique de notre public ?

TABLEAU 13 et GRAPHIQUE VI. CORRESPONDANCE ENTRE LE NIVEAU PERSONNEL AUTO-ÉVALUÉ (regroupé en 5 postes) ET LE NIVEAU GLOBAL DE LA MÉTHODE UTILISÉE.

TABLEAU 13 et GRAPHIQUE VI. CORRESPONDANCE ENTRE LE NIVEAU PERSONNEL AUTO-ÉVALUÉ (regroupé en 5 postes) ET LE NIVEAU GLOBAL DE LA MÉTHODE UTILISÉE.

TABLEAU 14 - NIVEAU LINGUISTIQUE DU PUBLIC DE LA B.P.I.

TABLEAU 14 - NIVEAU LINGUISTIQUE DU PUBLIC DE LA B.P.I.
  1. Le groupe le plus nombreux est constitué de ceux qui ont un niveau très faible, voire nul, dans la langue qu’ils viennent étudier : 31,5 %, auxquels viennent s’ajouter la fraction des non-réponses significatives d’un niveau inférieur, soit au total environ près de 40 % du public. La médiathèque de langues est d’abord, une médiathèque d’initiation, ou de prise de, contact avec des langues nouvelles.
  2. C’est ensuite une médiathèque de soutien : les trois groupes de niveau plus élevé ont des effectifs sensiblement équivalents moyen-inférieur, moyen, et moyen-supérieur varient chacun entre 15 et 20 % des effectifs.
  3. Le groupe le moins nombreux est finalement le groupe de niveau le plus élevé, avec seulement 7,5 % de l’ensemble du public. Il semble que les laboratoires de langues de la B.P.I. ne soient que faiblement utilisés pour aider à franchir le cap qui sépare l’expression correcte dans une langue du bilinguisme effectif.

49À trop vouloir isoler les composantes d’un phénomène pour mieux en rendre compte, on court le risque d’en perdre de vue la complexité. Certes les choix, opérés par le public de la médiathèque de la B.P.I. sont à la fois le reflet, d’un niveau et l’expression d’un besoin lié à une langue particulière, et il était bon d’analyser séparément ces deux dimensions fondamentales. Mais il serait paradoxal, au terme de ce chapitre, de ne pas tenter de retrouver les rapports de dépendance qu’entretiennent langue et niveau : rien ne permet d’affirmer en effet que l’on rencontre dans le public de chaque langue la même répartition d’utilisateurs débutants, moyens ou avancés que celle que nous avons découverte pour l’ensemble du public, toutes langues confondues.

50L’examen attentif du TABLEAU 15 et des courbes qui l’accompagnent fait bien apparaître cette diversité : schématiquement, on peut distinguer trois types de demandes :

  1. Les personnes qui viennent à la B.P.I. pour apprendre le français. Elles sont rares à tout ignorer de notre langue, ou à n’en posséder que des rudiments. Il n’y a là rien de surprenant quand on sait (cf chapitre 1) qu’il s’agit dans la plupart des cas non pas d’étrangers de passage, mais d’étrangers séjournant en France. Mais, à l’autre extrême, elles sont également rares à bien posséder notre langue et à venir à la médiathèque pour parachever leur apprentissage. Ce qui distingue en fait essentiellement ces usagers des autres utilisateurs des laboratoires de langues de la B.P.I., c’est leur possibilité de pratique effective, hors médiathèque, de la langue qu’ils y apprennent ; d’où la prédominance chez eux de la parole, c’est-à-dire finalement d’un type de performance plutôt que d’un type de compétence.
  2. La connaissance de l’anglais se distribue également selon une courbe tout à fait originale : la demande n’y est pas concentrée à un niveau particulier ; on trouve à peu près autant d’utilisateurs aux différents échelons de notre échelle de capacité linguistique, à l’exception des utilisateurs les plus avancés qui restent, là comme ailleurs, minoritaires.
  3. La plupart des autres langues attirent un public aux caractéristiques globalement semblables : une très forte majorité de débutants ; des utilisateurs qui sont progressivement en nombre décroissant au fur et à mesure que l’on va vers les niveaux les plus élevés. Ce phénomène, déjà très net pour l’allemand et l’espagnol, est encore plus marqué pour les "petites langues" du labo 2, où la découverte d’un univers linguistique nouveau semble bien être la règle la plus générale.

TABLEAU 15 ET GRAPHIQUE VII. NIVEAU DE COMPÉTENCE DES UTILISATEURS DE LA MÉDIATHÈQUE, SELON LA LANGUE ÉTUDIÉE

TABLEAU 15 ET GRAPHIQUE VII. NIVEAU DE COMPÉTENCE DES UTILISATEURS DE LA MÉDIATHÈQUE, SELON LA LANGUE ÉTUDIÉE

51On est en droit de parler ici de trois profils de compétence, linguistiquement différenciés.

Notes

1 De février 1980 à janvier 1981. Il s’agit en fait d’un sondage au quart, réalisé à partir du comptage exhaustif des bulletins de la première semaine de chaque mois. cf en annexe le fac-similé des bulletins de demande.

2 On peut même penser qu’elle serait plus importante encore si les 20 places du labo 2 n’étaient pas strictement réservées aux autres langues.

3 Il va de soi que la fréquence de consultation des langues à la médiathèque est aussi en partie liée à la qualité et surtout à la quantité de méthodes que nous proposons. Pour le Wolof ou le Yiddish par exemple, il est certain que la consultation serait plus importante si nous disposions de méthodes plus adaptées. Reste que la logique même du classement des demandes n’est sans doute pas fondamentalement affectée par ce problème, sauf pour quelques langues sous-représentées à la B.P.I..

4 Sur la distinction entre les deux modes de classification et l’analyse détaillée de la classification généalogique, voir Roland BRETON : Géographie des langues. PUF, Paris, 1976. On se reportera également à l’encyclopédie de la Pléiade consacrée au langage. Gallimard, Paris 1973.

5 Le dépouillement statistique des bulletins de demande qui nous a permis de mesurer l’impact des différentes langues n’est plus ici d’aucun secours. Seule l’enquête sociologique par questionnaire réalisée auprès d’un échantillon d’utilisateurs permet d’obtenir ce type d’information. C’est à elle que renvoient les données qui vont suivre.

6 par contre on rencontre parfois des étrangers qui viennent consulter des documents audiovisuels dans leur propre langue, pour le plaisir d’entendre ces sonorités dont ils sont coupés depuis qu’ils séjournent en France. Cette réappropriation culturelle imprévue est un exemple caractéristique de ces nombreux "détournements d’usage" positifs dont le Centre Pompidou est le théâtre.

7 l’expression est généralement appliquée... aux monarques anglais.

8 L’expression de "langues rares", que l’on rencontrera à plusieurs reprises dans ce rapport, revêtira toujours ce sens bien précis. Nous nous sommes appuyés ici sur les statistiques d’apprentissage scolaire publiées par le Ministère de l’Éducation Nationale (rapport 1980-1981). Il ne faut donc bien évidemment pas attribuer ce qualificatif à la répartition des langues sur la surface de la planète.

9 Calculée sur 100 usagers et non sur 100 usages (sur la distinction entre les deux notions, cf partie I).

10 On trouvera en annexe la justification et le contenu des regroupements opérés au sein de la nomenclature de l’I.N.S.E.E. pour passer du découpage traditionnel des catégories socioprofessionnelles au regroupement en catégories sociales pertinentes que nous utiliserons désormais dans l’analyse.

11 si tant est que la construction d’un indicateur "universel" de niveau, pertinent quelle que soit la langue considérée et quel que soit le mode d’usage qu’en fait le locuteur, s’avère possible et surtout ait un sens...

12 Les lecteurs pressés nous pardonneront le caractère méthodologique de l’exposé qui va suivre. Il nous a semblé indispensable, étant donné l’enjeu à la fois scientifique et pratique de ce point, de présenter avec précisions tous les maillons de la chaîne déductive. Ils peuvent toutefois, s’ils souhaitent aller directement aux principaux résultats, passer à la page 53.

13 Correspond-elle à un refus ou à un oubli de répondre, inévitable dans tout sondage, ou à une forme particulière de réponse qui équivaudrait à "moins que des notions", ou si l’on préfère "débutant absolu" ? Nous y reviendrons.

14 C’est le seul principe de hiérarchisation à priori qui semble incontestable : si quelqu’un lit, ou parle, ou comprend une langue, c’est qu’il a au minimum des notions dans cette langue, et sans doute plus.

15 - "notion/comprise" a été regroupé avec "compris"
- "lue/parlée" a été regroupé avec "notions/lue/parlée"

16 On trouvera les valeurs de i, p, Mi et Mp dans le tableau précédent.

17 et à plus forte raison à la B.P.I. où l’autodétermination et l’indépendance des lecteurs sont un principe fondamental.

18 Il serait dangereux de pousser l’analyse au delà du classement hiérarchique, et de donner non pas seulement un ordre aux différentes réponses possibles, mais aussi une distance entre ces réponses (en se fondant sur la disposition du Graphique VI) : c’est-à-dire de leur faire correspondre une note de performance linguistique, variant entre 0 et 20 par exemple.

Notes de fin

1 y compris le panjabi et l’ourdou

2 y compris l’américain

Table des illustrations

Titre TABLEAU 7 - UTILISATION DES LANGUES A LA MÉDIATHÈQUE. (Dépouillement des bulletins de demande, effectué sur 12 mois février 1980 à février 1981)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre TABLEAU 8 - CLASSEMENT DES PRINCIPALES LANGUES UTILISÉES A LA MÉDIATHÈQUE ET PARLÉES DANS LE MONDE.
Légende Note (1)1Note (2)2
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre TABLEAU 9 - RÉPARTITION DES LANGUES ÉTUDIÉES A LA MÉDIATHÈQUE SELON LES PRINCIPAUX GROUPES LINGUISTIQUES
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre GRAPHIQUE III - PRINCIPALES LANGUES UTILISÉES A LA MÉDIATHÈQUE SELON LA NATIONALITÉ DES UTILISATEURS
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre TABLEAU 10 - UTILISATION DES LANGUES DE LA MÉDIATHÈQUE SELON L’APPARTENANCE SOCIALE
Légende Note (2)9
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre GRAPHIQUE IV - AUTO-ÉVALUATION DU NIVEAU LINGUISTIQUE (réponses détaillées : 16 catégories)15
Légende N.B. Les cercles représentent toutes les combinaisons possibles de réponses. Leur objet est de permettre de visualiser la logique de ces "ensembles", et non de traduire leur poids respectif les surfaces ne sont pas proportionnelles aux effectifs.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre GRAPHIQUE V - AUTO-ÉVALUATION DU NIVEAU LINGUISTIQUE (RÉPONSES REGROUPÉES EN 9 CATÉGORIES, ARRONDIS)
Légende N.B. Les cercles représentent toutes les combinaisons possibles de réponses. Leur objet est de permettre de visualiser la logique de ces "ensembles", et non de traduire leur poids respectif : les surfaces ne sont pas proportionnelles aux effectifs.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre TABLEAU 11 - TYPE DE MÉTHODE UTILISÉE, SELON LE NIVEAU LINGUISTIQUE DE L’UTILISATEUR
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre TABLEAU 12 - CROISEMENT TYPE DE MÉTHODE X NIVEAU LINGUISTIQUE. (COEFFICIENTS D’ÉCART À LA MOYENNE)
Légende Note (1)16
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre AUTO-ÉVALUATION DU NIVEAU LINGUISTIQUE (regroupement définitif et hiérarchisé en 5 catégories)
Légende N.B. Les cercles représentent toutes les combinaisons possibles de réponses. Leur objet est de permettre de visualiser la logique de ces "ensembles", et non de traduire leur poids respectif : les surfaces ne sont pas proportionnelles aux effectifs.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre TABLEAU 13 et GRAPHIQUE VI. CORRESPONDANCE ENTRE LE NIVEAU PERSONNEL AUTO-ÉVALUÉ (regroupé en 5 postes) ET LE NIVEAU GLOBAL DE LA MÉTHODE UTILISÉE.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre TABLEAU 14 - NIVEAU LINGUISTIQUE DU PUBLIC DE LA B.P.I.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre TABLEAU 15 ET GRAPHIQUE VII. NIVEAU DE COMPÉTENCE DES UTILISATEURS DE LA MÉDIATHÈQUE, SELON LA LANGUE ÉTUDIÉE
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/627/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable