Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Annexes

Méthodologie

Texte intégral

1La mise en évidence des « schémas personnels d’interprétation et d’appropriation », ainsi que nous avions dénommé notre programme de recherche, se situait d’emblée dans une approche d’anthropologie cognitive et d’ethnométhodologie. Les médiations techniques que nous voulions observer ne devaient pas être seulement des indices pour une autre réalité car elles constituent l’activité elle-même sans que nous puissions dire a priori quel statut elles pourraient avoir. Nous ne prétendions pas modéliser le comportement de ces lecteurs-internautes mais restituer leur propre construction du sens de l’activité qu’ils mènent. Cette posture semblait modeste, mais elle était exigeante puisque notre appareil théorique préliminaire et, surtout, nos conclusions devaient être issues de travaux empiriques d’observation et d’énoncés d’acteurs.

2Nos observations devaient suivre au plus près ces activités visibles mais aussi dicibles : nous avions adopté une méthode d’enregistrement vidéo et de traçabilité sur les machines qui permettait de procéder à des autoconfrontations (méthode classique pratiquée en ergonomie des interfaces notamment). Cela éviterait notamment de faire peser sur l’acteur une double charge d’activité et de réflexivité (ou de verbalisation à destination de l’observateur), double tâche qui a bien été identifiée comme paralysante. C’est seulement après coup que vient la verbalisation, ce qui se fait d’ailleurs couramment dans la vie quotidienne, constituée de récits de ce que l’on a déjà fait.

Choix des populations

3Les populations que nous devions observer devaient être, dans chaque cas, différenciées en « preneurs » et « pris », c’est-à-dire en utilisateurs de Linux d’un côté et en abonné d’AOL de l’autre (sans nous intéresser à leur ancienneté dans l’usage de l’Internet). C’était une hypothèse massive de départ qui devait être affinée au cours de l’étude et qui manifestait la spécificité de la question de l’appropriation dans toute activité d’interprétation et de manipulation. Ce profil était détecté dès le premier entretien téléphonique sommaire et nous a permis de faire varier les populations étudiées selon ce critère. Mais la variation en question n’a donné lieu à aucune exploitation statistique.

  • 1 L’auteur décrit la manière dont il a procédé pour approcher son échantillon en mettant à contributi (...)
  • 2 L’auteur, étudiant la déviance, cherche à interroger des fumeurs de marijuana. Lui-même étant music (...)

4Notre souci était de construire une population aussi diverse que possible, ce qui n’a pas été le cas, puisque la part de jeunes qui ressemblaient à notre équipe est de fait plus importante, ce qui provient directement du mode de recrutement fait en grande partie à l’aide de nos réseaux personnels. Le recueil des données s’appuie en effet sur la « méthode de proche en proche », à la manière de Boltanski1ou de Becker2par exemple. Elle consiste à demander à un premier interviewé potentiel de désigner d’autres interviewés possibles et ainsi de faire la chaîne. Ce dispositif repose sur la mobilisation des relations sociales et devient très opératoire dès lors que l’on fait peu d’entretiens (gain de temps, absence de relais institutionnels, etc.). L’un des inconvénients réside dans la « proximité culturelle » qu’il peut susciter entre l’enquêteur et l’enquêté, c’est-à-dire que se dessine nettement la prépondérance d’un milieu social qui représente plutôt celui de l’enquêteur.

5Nous avons néanmoins tenté de constituer un échantillon le plus hétérogène possible en vue d’éviter un déséquilibre manifeste de l’échantillon. Cet objectif d’obtenir des personnes de types sociaux différents a cependant été tenu, sans pour autant respecter des critères de pondération statistique. Dans la mesure où notre approche délibérément qualitative n’exploite pas ces différences de propriétés sociales, nous nous en sommes tenus à une exigence de diversité raisonnable d’une part… et praticable d’autre part !

Dispositif d’enquête

6Nous avons construit quatre dispositifs d’observation différents de façon à faire varier la familiarité avec l’environnement et à apprécier « la portabilité » des schémas que nous postulions.

Phase 1 : une situation « naturelle personnalisée »

710 internautes devant leur propre microordinateur, dans leur environnement habituel (domicile et travail), pratiquant leurs usages habituels de l’Internet.

Phase 2 : une situation « naturelle collective »

810 internautes devant des stations de travail accessibles dans un lieu public (la Bpi), pour un usage non déterminé (ce que fait l’internaute habituellement, ce pour quoi il est venu).

Phase 3 : une situation « naturelle réduite »

910 internautes devant leur propre microordinateur devant suivre un protocole précis composé de trois types de tâches bien différentes (formulaire, recherche d’information précise, constitution d’un dossier documentaire). Cette étape n’a été mise sur pied sous cette forme qu’après les deux premières phases car dans notre premier projet de phase 3, les internautes devaient apporter leur machine dans un site d’observation où ils ne disposaient plus d’autres repères que cette machine. La nécessité de travailler plus en détail les questions des types d’activité sur l’Internet nous a conduit à modifier le protocole en reprenant à domicile des « épreuves » qui, au départ, étaient prévues seulement en phase 4.

Phase 4 : une situation « expérimentale »

10Les personnes déjà observées en phase 3 sont venues à la Cyberbase de la Cité des sciences pour effectuer trois tâches déterminées sur le Web, sans aucun appui sur les dispositifs habituels de leur activité.

11Ces observations ont été conduites en présence non masquée de l’observateur qui se chargeait de noter tous les éléments techniques et verbaux de la situation mais qui pouvait s’appuyer sur un enregistrement audio complet et sur un dispositif de tracking (ou de mouchard) installé sur les machines pour récupérer le « film » des écrans consultés en même temps [Lotus Screencam puis ODS (copie toutes les 5 secondes) car les fichiers de Lotus étaient trop lourds pour les machines des internautes]. Ce recueil des écrans a permis une autoconfrontation à la suite de la manipulation, sans être contraints de se contenter de la mémoire des internautes. Les écrans ainsi collectés ont pu être sélectionnés lorsqu’ils manifestaient clairement un apport à l’argumentation et, notamment, pour permettre aux autres membres de l’équipe de s’imprégner plus précisément de la situation. Mais l’exploitation systématique de ces matériaux n’a pas été effectuée et serait vite devenue trop longue.

12C’est dire à quel point nous restons dépendants de ce que disent les personnes observées sur leur propre activité et à quel point le langage reste la médiation qui permet le traitement le plus rapide des données.

13Nous avons mené les entretiens d’autoconfrontation à partir de l’activé observée. Il s’agissait de « faire parler » l’internaute en vue de donner sens au déroulement de ses activités sur le Web. Les changements de supports, les activités d’annotation, de classement, de traces diverses ont été bien sûr privilégiées. Dans l’autoconfrontation, il était aussi nécessaire d’obtenir le réseau social et sémantique qui avait permis à la personne d’effectuer sa tâche : cela supposait parfois de faire expliciter des références, des liens personnels, des univers de représentation, sans les supposer évidents ou a priori connus.

Les paramètres pris en compte dans le montage des observations

14Cet appareil méthodologique d’observation devait donc tenir compte des différents paramètres constitutifs d’une situation d’exploitation de documents numériques sur réseaux, en particulier :

Du type de documents

15Ou de réseaux documentaires explorés, type « ouvert » (comme le Web) ou « fermé » (comme un hypermédia classique développé sur CD). Nous avons choisi d’emblée de travailler sur le Web, dans un réseau documentaire ouvert, ce qui aboutit à des protocoles expérimentaux différents et à des résultats sans doute non comparables. Dans le premier cas, celui du Web, nos hypothèses de travail sont plus « larges », sur le style de navigation par exemple de l’usager (problèmes de « cartographie » ou chronologiques de « sédimentation » de l’activité, notamment en utilisant des mouchards et en capitalisant toutes les données matérielles comme la prise de notes, l’analyse de l’historique ou des bookmarks). Les problèmes de représentation ou de repérage (sur le modèle de Lynch) ou de « rhétorique hypertextuelle » (Bernstein) liés à la dimension de l’appropriation deviennent cruciaux. Dans le second cas, celui du cédérom, fermé, les situations très contrôlées par l’observateur permettent des expérimentations en situation où l’on tente de mesurer (le plus souvent à partir d’applications dédiées ou de systèmes hypertextes locaux) l’efficacité, la pertinence, la rapidité d’un parcours, ce qui suppose que l’on ait préétabli un chemin type dans une structure dont on connaît tous les éléments et leur organisation. C’est à partir d’une consigne claire et d’un parcours type connu par l’observateur que l’usager exerce une activité de RI (recherche d’information) à propos de laquelle on peut calculer des coefficients de rappel (nombre de cibles ouvertes / nombre total de cibles), coefficient de précision (nombre de cibles non-ouvertes / nombre total de cibles), coefficient d’économie (nombre de cibles différentes ouvertes / nombre d’ouvertures). Dans ce second cas de figure, on peut même établir des « cartes » de navigation qui permettent de comparer les types exploratoires et les stratégies cognitives qui les guident. Notre approche est plutôt celle du premier cas de figure, en privilégiant notamment l’analyse du processus d’appropriation. Mais nos phases 3 et 4 empruntent cependant aux protocoles destinées à des espaces documentaires fermés en demandant aux internautes de réaliser des tâches précises. Il reste que les contextes sont si différents qu’il est impossible de les comparer et notamment de mettre sur pied des grilles de performance dans le cas du Web.

Du type de tâche

16On distingue en général les tâches de recherche d’information (RI critériée avec consignes précises de l’observateur et prise en compte du temps d’accomplissement de la tâche) et de navigation dans le cadre de tâches exploratoires, globales, à long terme ou à but flou. Les deux types de tâches prédéterminent largement l’ensemble de la situation d’observation ; c’est du moins l’hypothèse que nous faisions. Devant l’importance de la dimension de la « manipulation » sur le Web, nous avons ajouté une tâche spécifique de remplissage de formulaire : celui de Air France (pour obtenir des tarifs) fut particulièrement instructif et difficile pour les internautes. Nous n’avons cependant jamais cherché à déterminer des variations entre internautes selon les types de tâches ou à en faire un critère discriminant de quelconque façon. En réalité, notre souci était avant tout de ne pas nous focaliser a priori sur un type de tâche donné, que ce soit le surf informel ou une tâche plus orientée par un but précis, et de fournir ainsi des hypothèses quant au travail d’interprétation et d’appropriation qui ne soient pas biaisées par un contexte de tâche particulier. Rappelons ici que même si la question de la matérialité des supports était une trame conceptuelle permanente de tous nos travaux, nous n’avions pas prévu de la développer autant : c’est l’observation qui nous a contraint à réviser notre point de vue sur la lecture Web pour prendre en compte cette dimension massive de la manipulation qui change totalement de poids par rapport aux contextes de lectures non numériques.

Du type de site dans lequel l’activité se réalise

17Le protocole était organisé de façon très stricte autour de ce passage d’une situation familière (environnement personnel à domicile) à une situation publique (Bpi et Cyberbase, environnement non connu ou tout au moins non paramétrable, sans supports annexes personnels importants). Ce choix était rendu nécessaire par l’hypothèse de départ sur l’appropriation, sur l’importance des supports techniques distribués permettant de cadrer l’activité quand on est à domicile. Pour observer l’émergence de véritables schèmes personnels ou leur persistance, il fallait se donner les moyens de les mettre à l’épreuve dans une situation dont l’équipement n’était plus personnel. Entre les phases 1 et 2, les populations étaient différentes, mais pour la phase 4, les personnes devaient avoir été déjà observées dans une des autres phases (en fait, nous nous sommes limités à ceux observés dans la phase 3 pour pouvoir comparer leurs activités dans le cadre de tâches précises). Cette variation a contribué à mettre en évidence toutes les prises manipulatoires permises par les situations familières et les difficultés créées lorsqu’on les ôte, ce qui explique aussi l’importance prise dans notre recherche par la manipulation. Mais cet aspect n’a pas conduit cependant à mettre en évidence d’autres différences portant sur les schémas d’appropriation ou d’interprétation. Il est probable que d’autres méthodes seraient nécessaires pour effectuer des comparaisons systématiques et un suivi de la persistance de ces schémas. Plus encore, c’est la nécessité de qualifier plus finement ces schémas eux-mêmes qui apparaît : les éléments fournis dans cet ouvrage constituent des pistes sérieuses, selon nous, mais encore largement provisoires.

Le traitement des données

18Le traitement de ces données a donné lieu :

  • à une transcription intégrale des traces audio ;

  • à une relecture par les chercheurs qui avaient fait l’entretien ;

  • à une deuxième relecture associée aux écrans par un chercheur qui n’avait pas participé en direct à l’observation ;

  • à des lectures séparées de deux chercheurs au moins qui confrontaient ensuite leurs lectures ;

  • à un encodage systématique selon des grilles (présentées en annexe) qui ont subi trois remaniements au fur et à mesure de l’enquête.

19Les catégories de codage ont été préconstruites en même temps que la grille d’observation, aussi libre soit le protocole d’observation de la première phase notamment. Pour cela, des préobservations ont été effectuées auprès de trois personnes qui ont permis de monter une première grille de codage, en se posant à chaque fois les questions suivantes :

  • Que cherchons nous à valider ?

  • Comment peut-on le voir très pratiquement, de façon directe à partir de l’observation en situation ?

  • Comment obtenir des verbalisations sur cette question si l’observation est insuffisante pour rendre compte du sens d’une pratique ?

  • Comment combiner éventuellement certains indicateurs bruts d’observation ou de verbalisation pour produire des catégories d’analyse dites « reconstruites » ?

20Plusieurs catégories ont été ainsi regroupées ou supprimées car la démonstration empirique était impossible à appuyer sur des indicateurs fiables. D’autres ont été éliminées à partir de certaines phases car nous avions recueilli suffisamment de données pour cela.

21Les entretiens ont ainsi fait l’objet d’une double étude :

  • compréhensive, dans la continuité du cours d’action à travers les verbalisations recueillies de façon à comprendre le style propre à une personne donnée ;

  • analytique, de façon transversale à tous les entretiens sur la base des codages des catégories que nous avions construites. Des corpus liés à chaque catégorie ont ainsi été constitués et font d’ailleurs la matière des analyses proposées dans cet ouvrage.

22Nous avons finalement privilégié ce deuxième aspect au détriment de la dimension compréhensive qui aurait permis de restituer le style propre à une personne donnée dans toutes ses dimensions. C’était pourtant le type d’approche qui aurait été cohérent avec notre posture de départ. Nous avons cependant constaté que nous manquions de termes et même de théories pour produire même ces styles ou ces schèmes qui étaient notre objectif de départ. Et c’est pour cette raison que nous avons dû privilégier un travail plus analytique pour étudier chacun des processus et chacune des médiations à l’œuvre afin de pouvoir enfin dire quelque chose sur ce travail d’interprétation mobilisant des présomptions d’isotopie ainsi que sur le travail d’appropriation mettant en œuvre des styles d’usage. C’est seulement à l’issue de ce travail que nous serions en mesure de proposer des protocoles d’enquête débouchant sur une approche vraiment compréhensive.

23Nous pouvons ainsi constater à quel point les oppositions rituelles parfois très tranchées entre tenants d’approches compréhensives ou analytiques sont toujours très relativisées sur le terrain : il faut en effet découper son objet pour pouvoir le comprendre, mais pour le découper de façon pertinente il faut l’avoir compris, telle pourrait être une version du paradoxe méthodologique déjà énoncé par P. Champagne sous une autre forme, et vécu ici de façon aiguë !

Notes

1 L’auteur décrit la manière dont il a procédé pour approcher son échantillon en mettant à contribution les rares personnes de ce milieu de cadres qu’il côtoyait. Boltanski (L.), Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982.

2 L’auteur, étudiant la déviance, cherche à interroger des fumeurs de marijuana. Lui-même étant musicien de jazz professionnel, il mobilise ainsi son réseau de musiciens dont il sait que la consommation de drogue ne leur est pas étrangère. Becker (H. S.), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 [1re éd. 1963].

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access