Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Conclusion. À propos du « document » numérique

Texte intégral

1La lecture sur le Web pose donc des questions massives et complexes que l’enquête n’aura fait qu’aborder et qui impliquent que soient prises ensemble les dimensions de la manipulation technique, de l’appropriation sociale et de l’interprétation logique. Si l’on veut bien aussi considérer la lecture comme la conquête d’un espace à l’intérieur duquel ces dimensions se déploient, il faut bien avouer que nous sommes encore loin d’en avoir isolé les propriétés, ou seulement aperçu toutes les implications.

Le rôle des formats techniques

2Parmi les questions qui nous auront accompagnés et qui constituent aujourd’hui des chantiers d’investigation, celles des effets « logiques » de l’interactivité et des relations entre document et corpus (ou plus simplement entre le document et son environnement technique) paraissent les plus urgentes pour comprendre l’originalité des formats imposés par le numérique.

  • 1 Pour s’en tenir à la définition du symbole que propose J. Gagnepain entendu comme la liaison d’une (...)
  • 2 Expression reprise à C. Ginzburg, Mythes, traces, emblèmes. Morphologie et histoire, Flammarion, 19 (...)
  • 3 Une expression dont se sert M. Foucault pour qualifier la « quête des similitudes » du Quichotte (L (...)

3La question de l’interactivité, tout d’abord, qui semble intimement mêlée à celle des systèmes d’écriture, de leur statut et du rôle « cognitif » qu’ils jouent anthropologiquement. La recherche systématique des « aspérités réactives » par balayage de la souris, le relevé des indices typographiques signalant l’ancre hypertexte, les tentatives d’activation de signes « inertes », l’attention portée aux effets mécaniques des « réponses » apportées par le document illustrent le fait que le signe, dans l’univers numérique, compte autant pour ce qu’il désigne que par l’indice qu’il constitue d’un accès au « sens ». En d’autres mots, tout peut devenir l’indice d’un sens (promis, estimé, posé par hypothèse) dans une dynamique de l’association « ouverte », parfois très subjective comme l’a illustré le concept « d’isotopie ». À titre de technologie intellectuelle, le numérique a paru annoncer la généralisation d’une certaine forme de rationalité grâce au principe du calcul qui le gouverne, le recensement systématique des sources, l’arrivée d’outils universels de compilations et de recherche automatique, le développement sur les réseaux des classements et des hiérarchies. Or l’usager, de son côté, semble se mouvoir de proche en proche, parfois seulement éclairé des indices qu’il relève à la surface de l’écran. Les relations symboliques1que les « lecteurs » croient ainsi apercevoir, et qu’ils étendent à l’ensemble de la surface du « document », semblent liées aux procédés interactifs, dont l’hypertexte Web. Si l’on a beaucoup insisté sur la modélisation des tâches cognitives impliquée dans la « recherche d’information », il serait aussi pertinent de s’interroger sur les effets de la généralisation d’une sorte de paradigme indiciaire2qui fait de l’écriture comme un ensemble « de signes assoupis qu’on doit réveiller pour qu’ils se mettent de nouveau à parler3 ». Pour nos usagers l’indice et le sens se superposent ainsi à l’ancre et à la cible, sans compter la promesse qu’ils annoncent d’un « accès direct à l’information » comme dirait Jeff.

  • 4 De nombreuses études sur le sujet existent aujourd’hui, notamment dans ce que l’on a appelé l’analy (...)
  • 5 Les propriétés dont nous parlons sont plus ou moins aisées à isoler selon « l’endroit » du Web que (...)
  • 6 J. Kleinberg, op. cit.
  • 7 Il faut entendre par là les opérations automatiques de qualification du contenu du document, essent (...)
  • 8 Hubs et Authorities sont des vocables empruntés aux travaux de J. Kleinberg. Webrings est un type d (...)

4Un autre champ d’interrogation concerne la nature de l’espace documentaire que représente le Web. Il s’agirait, précisément, de décrire l’organisation topologique de certains « lieux » du Web à grande échelle, de façon à en isoler des propriétés génériques. On pourrait ainsi comprendre comment un « document » s’y loge, évolue, se développe ou disparaît. Une partie de la recherche actuelle sur le numérique s’est en effet inscrite aux deux premières échelles de l’architecture documentaire, celle du signe et du document, et de leurs rapports mutuels. Mesurer les effets sémiotiques de l’interactivité du signe numérique, de son rôle inédit dans la construction d’un récit ou d’un procédé discursif, des nouveaux principes d’organisation du « texte » ou de tout espace signifiant constituent de riches champs d’investigation et bénéficient de l’apport d’un nombre significatif de travaux. On pourrait compléter l’analyse en isolant des propriétés liées à la morphologie des réseaux pour comprendre l’articulation mutuelle qu’elles partagent avec celles du « document ». L’enquête nous a contraint à plusieurs reprises à essayer de décrire et de typifier les stratégies d’exploitation de l’interactivité et du fenêtrage qui guident les usagers dans leur construction du document4ou d’une série de documents. Ces aspects théoriques de l’enquête ont tous en commun de poser la question de la topologie du document numérique que l’on a définit d’abord comme un « système de relations temporaires » entre des objets d’une grande variété sémiotique et de formats de calcul. À une échelle supérieure, ce pourrait être aussi la définition du Web et l’on découvre depuis peu qu’il est un milieu régi par différents types de régularités, aussi éloignés du chaos que d’une structure hiérarchique rigide. Des travaux théoriques et expérimentaux, qui mobilisent le plus souvent la théorie des graphes, ont permis d’isoler quelques-unes des caractéristiques topologiques du Web. Regroupés selon les niveaux d’exploration5en « agrégats6 », les documents se distribuent selon des propriétés qui sont à la fois « sémantique7 » et topologiques. On peut ainsi supposer qu’ils sont constitués de différents types d’objets topologiques comme ces centres attracteurs que sont les hubs, ces repères que sont les authorities ou ces circularités générées par les Webrings8. La topographie de ces agrégats commence à montrer leurs différentes « densités » et certains de leurs rapports mutuels. C’est aussi par ce type de propriétés organiques que se définit peut-être un « document numérique ». Une telle perspective nous obligerait en tous les cas à réviser un vocabulaire descriptif qui, de la « page » au « site » en passant par le « document » ou les « rubriques », correspond parfois si mal à l’originalité topologique des parcours de l’usager.

Approprier le « Web chewing-gum » : l’expérience de l’outre-machine

5De l’interactivité des signes à la topologie inédite du Web, la question de la frontière supposée du « document » numérique aura en fait guidé toutes les analyses portant sur l’interprétation comme sur l’appropriation, qui constituent notre programme d’exploration : organisation plastique, dimension temporelle originale et interactivité constituent des remises en cause des conventions établies que l’on a parfois appelé « contrats de lecture », en oubliant le plus souvent la diversité des supports et des situations auxquelles pouvaient s’appliquer ce cadre théorique.

6Ces dimensions ont un impact direct sur l’activité de l’usager puis qu’elles exigent de lui un travail, certes présent sur l’imprimé, mais qui ne peut jamais donner lieu à tant de paramétrages et de variations personnelles. On pourrait pourtant imaginer un espace numérique d’exploitation de certains documents qui ne soit en rien paramétrable, où les formats sémiotiques et manipulatoires seraient stables. Mais la condition en serait la mono-fonctionnalité de l’espace d’information en question et du terminal ou, tout au moins, de l’interface qui l’exploiterait. Comme nous l’avons vu, les lecteurs du Web doivent en effet effectuer un travail considérable de composition entre des modes de lecture divers dans un espace technique, voire discursif, supposé identique. Ce que nous avons appelé « l’unité écologique du Web », du point de vue des visées d’information comme de l’insertion dans des activités signifiantes, contraint à (et ne peut être compensé que par) une plasticité considérable, une temporalité composite ainsi qu’une offre d’interactivité indispensable.

7La mobilisation de traditions aussi diverses que celles du panneau de commande, de l’imprimé et de l’audiovisuel (Manovich) est certes intégrée dans la structure même du Web, comme on vient de le rappeler, mais c’est aussi un prérequis pour les usagers eux-mêmes s’ils veulent prétendre avoir prise sur ce monde multiforme. Les modes de lecture déjà étudiés par Richaudeau sont certes exploités, comme le montre l’enquête, mais c’est au niveau même des modes de regard que l’on doit en même temps descendre pour percevoir toute la contrainte nouvelle apportée par ces espaces imagiers dynamiques.

8C’est pour cette raison que l’on doit à la fois parler de lecture, car les compétences de lecture les plus classiques sont des prérequis mais, au-delà, parler d’outre-lecture car c’est une culture du regard d’une part et de la manipulation d’autre part qui doit être mobilisée. La lecteur doit constituer lui-même une niche écologique qui lui soit propre, pour habiter le Web, là où on lui propose un milieu nouveau, à la fois homogène techniquement et hétérogène quant au sens des activités qu’il peut y effectuer.

9On conçoit dès lors que tout ce qui peut faire « prise » (Bessy et Chateaureynaud, Norman) devient essentiel : la qualité de la prise sur le Web dépend de la stabilisation de « conventions » (Orléan) permettant d’associer une ressource manipulatoire et un indice interprétable mais aussi un totem. Toutes les ancres et autres balises sont certes des prises potentielles mais, dès lors qu’elles n’offrent pas les trois dimensions en même temps, elles perdent de leur pertinence. Or, les conventions étant encore peu stabilisées, la désorientation est quasiment inévitable avec son corollaire, le repli sur des mondes prédécoupés et routinisés.

10Les totems sont essentiels à l’orientation sociale d’une société et l’enquête a bien fait apparaître comment tous les indices devaient être exploités par les internautes pour faire office de marqueurs sociaux, de cadres de la navigation sociale. Repères que l’on trouve sur le Web mais aussi en dehors, comme c’est le cas des marques. Le Web comme univers socialement approprié n’existe pas sans un travail de composition mixant les références et les réputations sociales acquises dans l’univers du Web et dans l’autre monde. Là encore, pas d’enfermement possible dans un supposé « espace diégétique » (Genette) mais, au contraire, composition permanente d’une outre-lecture. Or, l’incertitude sur les autorités est désormais constitutive de cet espace. Il ne peut y avoir délimitation d’un espace diégétique parce qu’il n’y a pas d’auteur. Certaines techniques et certains médiateurs peuvent, certes, tenter de restaurer les frontières et des communautés comme le voulaient les modèles traditionnels ou encore des centres et des références expertes comme le voulait le modèle moderniste. C’est plutôt la figure de la tangente qui s’impose pour survivre, par opportunisme, à tout ce qui passe, à ce qu’on croise, sans qu’on puisse dire où cela commence et où cela finit : ce « Web chewing-gum » est certainement l’expérience la plus fréquente faite par les internautes, loin de ces supposés toile, réseau ou même bibliothèque. Il n’est pas encore proche le temps des traces collectivement constituées en références provisoires que nous cherchons à explorer (Boullier, 1999, 2002) mais l’enjeu est considérable quant aux formes d’institution de la société à travers ses savoirs ou plutôt à travers ses connaissances.

11L’expérience du Web chewing-gum doit être traitée comme expérience au sens le plus anthropologique ou encore phénoménologique du terme et elle est d’une portée considérable dans le rapport à son propre univers d’appartenance pour tout internaute. Elle se redouble d’une autre expérience tout aussi riche et inquiétante, celle de l’activité du système. Parler d’un document dans le cas du Web n’a guère de sens du point de vue de cette expérience de l’altérité (mais aussi de l’altruisme) que constitue toute confrontation à une technologie intellectuelle. Il n’y avait, en effet, que dans les contes et légendes où les grimoires et les manuscrits se mettaient à agir et à réagir, à se transformer et à prendre leur lecteur littéralement en eux. Or, avec le Web, le supposé document réagit certes aux injonctions de l’utilisateur, c’est le moins qu’on puisse lui demander dans le statut moderne d’esclave que nous avons donné aux machines, mais il se met aussi à agir de lui-même, parfois pour le bien de celui qui le manipule mais parfois aussi pour sa perte. Approprier le Web devient dès lors une expérience de prise réciproque avec un système qui possède son autonomie, qui nous dépasse, comme le dit Latour. Et personne ne sait dire si le système en question, c’est le hard, le soft, le réseau, le local, le distant, etc., et pourtant « ça » agit sur l’internaute, sur son travail, sur ses repères. En le prenant en charge ou, au contraire, en le laissant à lui-même, en traitant les asymétries de multiples façons, sans pour autant appliquer des cadres et des conventions. Aucune « loi de la robotique » ne réglemente la répartition des pouvoirs et chacun doit faire l’expérience de cette incertitude fondamentale.

12Il est dès lors contreproductif de parler d’appropriation en termes d’apprentissage de l’humain face à une machine supposée stable et contraignante : ce serait déjà théoriquement erroné puisqu’il s’agit toujours de couplage (Simondon) mais il se trouve que, pour le Web, c’est aussi phénoménologiquement faux. Les internautes d’aujourd’hui doivent accepter le couplage avec une entité qui leur échappe, qui les dépasse (Latour) de façon manifeste et c’est sans doute leur seule chance de survie dans cet univers. Faire l’expérience de l’outre-lecture, c’est aussi aller vers l’outre-machine, c’est mettre en cause la frontière dite naturelle que les modernes ont tracée entre les humains et les choses, c’est se mettre en danger, c’est vivre dans la frayeur (Nathan) pour le meilleur et pour le pire. On peut concevoir que cela génère des peurs, que cela fatigue, mais on ne peut évacuer la radicalité de cette expérience avec cette entité que nous avons créée, le Web et ses supports numériques.

Interpréter simultanément le corpus, le document et le signe : contrainte et expérience fondatrice du Web

13Lorsque ce travail, au sens technique et manipulatoire du terme, a été effectué (plus ou moins), lorsque ce cadre interactionnel a été assumé (plus ou moins), alors peut se poser la question de l’interprétation à laquelle on ramène souvent le travail de lecture sur imprimé. En réalité, cette chronologie, ce prérequis, nous conduirait à l’impasse, puisque ces machines bavardes multiplient les indices linguistiques et sémiotiques en général qui font appel aux compétences d’interprétation nécessaires à la fois pour interpréter, pour manipuler et pour approprier. C’est une autre dimension de l’expérience nouvelle faite par l’internaute (mais elle dérive de toute l’informatique) : autant lire devient un travail effectif, avec tâches techniques et constitution matérielle du cadre qui n’est plus donné, autant tout ce travail se fonde désormais sur la lecture et donc sur cette compétence d’interprétation des signes.

14L’internaute procède ainsi d’emblée à l’aide de représentations qui mêlent indistinctement indices verbaux, prises manipulatoires et marques sociales. Ces horizons d’attente constituent les conditions de possibilité des interprétations. Ils ne se situent jamais à un seul niveau, celui du déchiffrage du signe, comme pourrait le faire croire un usage trop restrictif du concept de présomption d’isotopie forgé par Rastier. Il est particulièrement évident, dans l’usage du Web, que l’internaute doit mobiliser à chaque instant des cadres cohérents d’hypothèses sur les capacités du moteur à détecter les bons sites, les propriétés sociales du site mentionné, sur la confiance et la réputation du site, sur les probabilités d’y trouver l’information, sur l’adéquation des termes avec ses propres catégories, sur les actions possibles pour prendre en main le site, sur la valeur et les risques des chaînages proposés vers d’autres pages ou d’autres sites, etc. Cette attention constante aux propriétés de l’environnement n’était quasiment jamais mise en évidence dans les analyses de lecture sur imprimé, parce que les tâches de détection du document dans un corpus étaient toujours séparées et détachées de l’activité de lecture « elle-même » qui était supposée se cantonner à l’interprétation des signes au sein même du document.

15Or, le Web rassemble dans un même milieu écologique les trois niveaux (corpus, document, signe) qui ont pourtant toujours constitué toute notre activité de lecture. Il a donc la capacité de nous « révéler » ce que nous faisions déjà auparavant en nous obligeant à redécouper les unités d’observation pour parler de la lecture. Mais, et c’est plus troublant, l’unité écologique du Web est telle que toutes ces tâches et tous ces niveaux sont à la fois constamment mêlés et constamment remodelables. Ce qui suppose de mener une activité de lecture toujours associée à une métalecture (sur le cadre même de sa lecture et sur le formatage de l’accès au document par exemple) mais aussi une lecture réflexive (la valeur des stratégies mises en œuvre par l’internaute lui-même). C’est aussi dans ce sens que nous devons parler d’outre-lecture. L’internaute peut très rarement s’engager durablement dans le travail d’interprétation en ignorant le cadre technique ou les propriétés sociales des auteurs par exemple. Non seulement certains pratiquent le surf, en restant à la surface des documents, mais tous doivent être en permanence vigilants quant à l’état du corpus, du document et du signe, à la fois. En grande partie d’ailleurs parce que le Web est un dispositif actif plutôt qu’interactif et qu’il possède une capacité de reconfiguration qui peut inquiéter.

16C’est pourquoi l’analyse du travail d’interprétation dans le cas du Web ne peut se contenter de reprendre ce qui a pu être dit sur le travail de présomption d’isotopie centré sur une page Web quelconque. Une fois ce découpage effectué (la page), il serait en effet aisé de reprendre les mêmes processus, comme nous l’avons vu à propos de la lecture dont les styles (Richaudeau) éprouvés pour l’imprimé peuvent aussi être mobilisés pour le Web. Mais ce centrage, cet ancrage, est précisément incertain dans le cas du Web et l’unité supposée du document est en question, non pas seulement théoriquement mais pratiquement, dans l’expérience que chaque internaute fait : est-ce une seule page, plusieurs pages, ces liens sont-ils internes ou externes, renvoient-ils à un site directement relié ou au contraire à des promotions commerciales, etc. Ce travail d’outre-lecture exige dès lors une capacité à circuler non seulement dans un espace topographiquement peu structuré (la navigation) mais à plusieurs niveaux conceptuels. Cette circulation dans des niveaux logiques, analogue à l’enchâssement, possède aussi sa matérialité (un moteur, un site, une page) et sa topographie plus rarement représentée. C’est la manipulation constante de cette matérialité qui représente un travail pour l’internaute dans des proportions inédites par rapport à l’imprimé.

17C’est aussi ce qui le conduit à une réflexivité constante sur sa propre activité d’interprétation, non plus seulement en termes de pertinence ou d’intérêt mais d’économie et de stratégie de navigation. Les cadres techniques, sociaux et interprétatifs doivent en permanence être réévalués et révisés et surtout ils doivent être coordonnés. La quantité de décisions à prendre lors d’une consultation du Web est énorme sur ces trois plans, qu’il faut croiser avec les trois niveaux déjà évoqués. Il est dès lors quasi inévitable que, par exemple, malgré une bonne connaissance des moteurs et des indices des sites tant sur le plan manipulatoire que sémantique ou de validation sociale, l’arrivée sur une page donnée produise pourtant une inadéquation par rapport aux attentes interprétatives, un blocage technique ou une incertitude sociale. C’est le lot de toute lecture, n’en doutons pas. Mais les paramètres multiples qu’il faut combiner dans les compétences d’outre-lecture rendent encore plus probable les insatisfactions, les déceptions.

18Plus grave, cependant, ces malajustements, ces malentendus ou ces malfaçons ne permettent que rarement d’engager des révisions des modèles projetés, des présomptions faites. Car le milieu Web, comme toute l’informatique, ne permet pas de tirer des leçons de ses erreurs, des pannes ou des déceptions : l’incertitude informatique se cumule avec l’incertitude auctoriale (des autorités) pour rendre les apprentissages eux-mêmes « incertains ». Ce qui peut ne pas être équivalent à « nuls » (car on peut apprendre à survivre dans ce milieu) mais qui l’est pourtant souvent. Il faut donc mobiliser une capacité de présomption d’isotopie beaucoup plus large, qui permet paradoxalement l’anticipation de l’incertitude, et qu’on pourrait appeler l’interprétation floue, c’est-à-dire une interprétation qui rendrait impossible des déclarations sur les valeurs de vérité des propositions. Malheureusement, cette interprétation floue ne possède pas encore les outils des mathématiques floues pour l’usage quotidien dans la consultation du Web. Alors que la logique floue a permis de sortir de formalismes trop fermés supposant des états nets des propositions, en s’inspirant de l’analyse des catégorisations les plus courantes dans la vie quotidienne (qui sont effectivement très souvent floues), il se trouve que c’est le Web qui met en œuvre cet univers du flou et qui oblige les internautes à pratiquer une relativité de leurs propres repères à tous les niveaux de leur activité.

19Cette expérience est, sans aucun doute, en elle-même, une bonne introduction à l’hypermodernité qui est la nôtre. Mais on attend encore les outils qui permettraient de faciliter la transition pour les internautes ordinaires, malgré tout formés et formatés dans des cadres d’interprétation et d’activité issus principalement de l’imprimé. L’outre-lecture ne devrait plus ainsi leur faire craindre de basculer dans l’outre-monde.

Notes

1 Pour s’en tenir à la définition du symbole que propose J. Gagnepain entendu comme la liaison d’une « indice » et d’un « sens » sans préjuger de la nature de l’un ou de l’autre (Du Vouloir Dire I, du signe, de l’outil, Livre et Communication, 1986).

2 Expression reprise à C. Ginzburg, Mythes, traces, emblèmes. Morphologie et histoire, Flammarion, 1986.

3 Une expression dont se sert M. Foucault pour qualifier la « quête des similitudes » du Quichotte (Les Mots et les Choses, Gallimard, 1966, p. 61).

4 De nombreuses études sur le sujet existent aujourd’hui, notamment dans ce que l’on a appelé l’analyse du clickstream behaviour.

5 Les propriétés dont nous parlons sont plus ou moins aisées à isoler selon « l’endroit » du Web que vont explorer les outils de recherche et de recensement.

6 J. Kleinberg, op. cit.

7 Il faut entendre par là les opérations automatiques de qualification du contenu du document, essentiellement le relevé de ses mots-clés et l’extraction fulltext.

8 Hubs et Authorities sont des vocables empruntés aux travaux de J. Kleinberg. Webrings est un type d’objet plus rare mais très connu des communautés d’acteurs sur les réseaux.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access