Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Chapitre IV. Le Web comme « milieu documentaire » inédit

L’activité de lecture

Texte intégral

La lecture constitue toujours le moment central de tout processus de réception / traitement d’information

1Tout au long de l’enquête, nous avons pu constater que la lecture constitue toujours le moment central de tout processus de réception / traitement d’information. Les schémas d’interprétation et d’appropriation du Web ne peuvent se passer de cette activité qu’est la lecture, aussi imprécise soit sa définition dans une première approche. C’est précisément l’intérêt d’une telle confrontation à la pratique du Web que de contraindre à une redéfinition des composantes et du processus de la lecture, de la plus « ordinaire » à la plus équipée sur le plan technologique. Les choix méthodologiques eux-mêmes comportent un risque de réduction a priori de la question et notre méthode a délibérément laissé ouvertes la définition de la lecture (interprétation, appropriation et/ou manipulation, navigation et/ou déchiffrage, perception et/ou action, etc.). Nous aurions pu ainsi distinguer, lors des observations, des périodes de lecture assimilables à la lecture d’un texte et des activités non lectoriales qui viendraient les interrompre : dans ce cas, la question de ce qu’est la lecture et de ses propriétés sur le Web serait résolue par avance et nous dispenserait de toute observation. D’un autre côté, affirmer seulement que tout usage du Web équivaut plus ou moins à une lecture, serait conférer à l’acte de lire les pouvoirs « magiques » des illocutionary speech acts ; or, sur le Web « il faut faire » pour lire, tout comme « il faut lire » pour faire.

2D’ailleurs, toute la question est là : décrire les nouvelles articulations entre « lire » et « faire » devient crucial pour comprendre la mutation de l’acte de lire, c’est-à-dire comment le processus de lecture sur support imprimé (textuelle) se transforme en un processus de réception / traitement / actualisation d’information à formats pluriels sur support numérique.

3Résumons d’emblée l’essentiel de nos conclusions sur ces points. « Lire-sur-le-Web » devient une activité à la fois complexe et multimodale, caractérisée par les aspects suivants :

  • La dimension technique et manipulatoire acquiert une place distincte, de sorte qu’il y a « lecture dans la lecture » pour la régler, la contrôler et l’orienter. Le détachement, ou tout au moins la visibilité de l’acte technique qui constitue toute lecture, devient ici manifeste.

  • Des modes de perception visuelle complémentaires s’activent, jouant un rôle important pour l’interprétation et l’appropriation de l’information.

    • 1 Manovich (L.), The Language of New Media, Cambridge (Ma), mit Press, 2001. De plus, comme le montre (...)

    Plusieurs styles de lecture textuelle sont appliqués, en mobilisant des traditions1(Manovich) de réception d’information qui viennent de divers univers sociotechniques : audiovisuel, panneaux de commande et contrôle en sus de celles, plus connues, qui appartiennent à l’univers de l’imprimé.

  • Les buts et objectifs pour lesquels le lecteur utilise le Web construisent le sens de sa lecture, ils l’orientent ou le désorientent, à tel point qu’un nouveau modèle de lecture y est induit, radicalement différent de ce dont parlent les théories de lecture classiques. De la rencontre, sur le milieu du support, entre les deux mondes de l’auteur et du lecteur, on passe à un « jeu à trois » répété entre support numérique, lecteur et tâche à accomplir (ou plus généralement schéma d’action suivi) par ce dernier. Ce qui permet de réintégrer dans une théorie générale de la lecture des activités situées et équipées fort différentes qui n’avaient guère de place dans les approches traditionnelles, comme la lecture d’une affiche dans la rue, celle d’un message évanescent sur son répondeur ou encore celle des petites annonces. Cette diversité d’activités liées à des supports et à des buts de lecture différentes sont manifestes sur le Web car ils y sont tous présents simultanément, alors qu’on a pris ailleurs l’habitude de ne traiter que d’une situation de lecture « noble », la lecture de livres, voire de journaux.

La complexité de l’acte de lire sur le Web

4Le terme « lecture » est au départ considéré de façon assez large : il désigne ici la réception – ou plutôt le déclenchement d’un processus d’interprétation et d’appropriation de toute forme sémiotique (texte mais aussi image fixe, son et image mouvante) présente sur l’interface numérique. Listons les éléments de composition sur lequel l’activité de lecture peut avoir « prise ».

5Même dans les cas où les internautes se trouvent devant un texte affiché sur l’écran suivant les règles typographiques les plus classiques (comme c’est souvent le cas pour les fichiers de format pdf), ces textes, mis en « pages », sont entourés de boutons cliquables, de curseurs actifs et autres pop-up qui servent à instrumenter leur lecture et dont l’information doit être lue et interprétée pour pouvoir agir.

  • 2 Richaudeau (F.), La Lisibilité, langage typographie signes… lecture, Paris, Denoël, 1969.
  • 3 Voir infra pour une définition du terme.

6Plus souvent encore, les internautes rencontrent des pages Web constituées par une mosaïque de « sous-unités » textuelles, imagières et/ou sonores, relevant de ce que François Richaudeau appelle la typographie foisonnante2. Cette structure spatiotemporelle, qui devient encore plus complexe quand elle comprend des sous-unités avec des éléments évoluant dans le temps (dynamiques) et des signes activables, est d’importance déterminante pour la lecture sur le Web ; c’est la dimension iconique du processus de lecture3sur l’Internet. L’iconicité (Moles), élément déjà inhérent à la lecture sur support imprimé, repéré par les analystes des outils graphiques et des techniques de la typographie, représente une caractéristique majeure du processus de la lecture sur support numérique. On entend par là la perception et l’appropriation par le lecteur de l’image dynamique que constitue l’ensemble du logiciel de navigation avec la/les page(s) Web chargée(s), qui est le produit d’une présentation conçue et scénarisée par le concepteur de la page. Ainsi, l’interface d’un site Web constitue un espace imagier dynamique. C’est cet espace qui est d’abord perçu visuellement, c’est-à-dire regardé par le lecteur. Il ne s’agit pas seulement de la reconnaissance visuelle « automatique » des formes-lettres d’alphabet, mais aussi, en même temps, de tout autre élément visuel constituant l’image interface et de celle-ci comme une forme globale.

7Tant la perception visuelle que la lecture textuelle s’inscrivent dans le cadre d’un parcours navigationnel induit par le support. « Lire » sur l’Internet revient plutôt à « circuler » ou à « naviguer » en mode hypertexte ou hypermédia. Cela consiste, entre autres, à aller d’un fragment d’énoncé à un autre ou d’une page d’un texte à un enregistrement sonore ou à des illustrations fixes ou animées. L’une des particularités principales de la lecture « numérique » réside dans la nature activable de certains signes. C’est sur cette dimension manipulatoire de la lecture que le lecteur s’appuie pour s’orienter dans l’espace dynamique vaste en construisant son propre espace documentaire précis mais toujours ouvert à des nouveaux parcours.

8La lecture donc, en tant que relation entre lecteur, « contenu » et un « schéma d’action » qui la motive, est « encapsulée » dans une relation entre le lecteur en tant qu’utilisateur, son but d’utilisation et le système machine / document / réseau qu’est le Web. La relation entre les actants de l’acte de lecture est donc intrinsèquement double et plus explicitement qu’elle ne l’était dans le cas du support imprimé (quand bien même l’imprimeur, aussi bien que la rotative, était aussi présent dans cette relation).

9Nous avons tenté de présenter visuellement cette double face de la relation lecteur / texte / auteur et utilisateur / machine / concepteur sous la forme d’une schéma, emprunté à la fois à Genette et à Norman, dont le rapprochement sera peut-être étrange mais qui nous paraît pourtant fécond. Admettons, en préalable, que les vocables concepteur / utilisateur, auteur / lecteur valent pour des collectifs dont il faudrait détailler à chaque fois les composantes.

  • 4 Norman (D. A.), The Psychology of Everyday Things, New-York, Basic Books, 1988
  • 5 Genette (G.), « Discours du récit », dans Figures ÌII, Seuil, 1972.

10Comme le dit Norman4, c’est seulement à travers l’image du système que le « concepteur » et « l’utilisateur » communiquent. Pour pousser plus loin son raisonnement, qui donne une grande importance à la perception / action comme reconnaissance de formes, nous proposons de reprendre la distinction que Genette5avait faite entre l’auteur (« réel ») et le narrateur (dans l’espace discursif du texte) ainsi qu’entre le lecteur (« réel ») et le narrataire (inscrit dans l’espace discursif du texte, explicitement ou non). On le voit dans ce modèle de Genette, personne ne peut finalement rendre compte des « ressorts » (Eco) de la lecture en s’appuyant sur des « lecteurs supposés réels », car leur correspondance avec ce qui a été monté dans l’espace discursif est improbable. Si l’on ajoute à cela la prise en compte véritable de la médiation technique de l’acte de lecture, jusqu’ici ignorée dans la narratologie, à l’exception des analyses de textes à montage visuel et manipulatoire, dits de littérature expérimentale, on peut transposer le modèle de Genette à la manipulation, en reprenant les termes de Norman. L’image du système (et non plus l’espace discursif du texte) produit du producteur et du productaire qui, dans le cas du numérique, sont particulièrement actifs, puisque le système peut encore agir effectivement et donc se manifester. Mais ces deux termes, producteur et productaire, ne sont reliés qu’en hypothèse à des concepteurs et à des utilisateurs réels.

11La lecture sur le Web, ayant cette particularité de rendre omniprésent et dynamique le support lui-même, oblige à rendre compte de ces deux plans de l’activité de lecture, en montrant comment ils sont emboîtés l’un dans l’autre, mais aussi comment ils possèdent tous les deux les mêmes propriétés porteuses d’inadéquation de façon constitutive. Lecteur / auteur n’avaient guère de chances de se coordonner « correctement » et de se « comprendre » si ce n’est par approximations et révisions successives. Mais utilisateur / concepteur sont dans la même situation pour ce qui est de se « coproduire » et redoublent ainsi les probabilités de ratages.

12L’activité et la réceptivité du lecteur sont ainsi articulées de façon nouvelle et permettent d’analyser, par rétroaction sur les systèmes de lecture / écriture plus anciens, le processus de lecture. Ce processus est composé de :

  • ce qu’on fait pour lire ;

  • ce qu’on fait en lisant ;

  • ce qu’on fait par lire ;

  • ce qu’on veut faire et qui nécessite ou commande l’acte de lire.

13Ces composantes peuvent être ainsi décrites :

  1. La mise en place des conditions préalables à la lecture, c’est-à-dire les réglages techniques (par exemple, taille et emplacement des fenêtres, choix de polices d’affichage, utilisation de la scrollbar et/ou des touches flèches pour la navigation spatiale).

  2. Les processus perceptifs, dans lesquels peuvent s’inscrire les différents modes de regard liés à la dimension iconique du support.

  3. Les modalités et styles de la lecture « textuelle », c’est-à-dire analytique et interprétative.

  4. Les surdéterminations ou guides sémantiques de la lecture, c’est-à-dire les schémas préalables encadrant l’activité du lecteur (le but de la lecture).

14Parmi ces composantes, la première relève de l’ergonomie (voir notre chapitre « Lire, c’est manipuler ») et la quatrième a déjà été traitée en termes de « présomption d’isotopie » (voir notre chapitre « Lire, c’est interpréter »). La deuxième et la troisième composantes forment en quelque sorte le noyau plus traditionnel du processus de lecture et seront traitées plus en détail ici. Mais le passage au Web remet en cause la métaphore de la chaîne reliant auteur et lecteur utilisée pour l’analyse de lecture « textuelle », comme nous l’avons vu.

  • 6 Manovich (L.), op. cit.

15L’image-interface dynamique qu’est le Web transforme le processus de lecture en un jeu entre trois acteurs : le lecteur, le support et l’objectif de la lecture effectuée (qui correspond aux tâches demandées à nos enquêtés), chaque élément agissant comme médiateur vis-à-vis des deux autres. Ainsi, la relation entre support-porteur de contenu et lecteur mobilise des modes de repérage sur le Web propres à la façon dont les internautes comprennent et réalisent la tâche qui leur est demandée. Ces modes reflètent les traditions dont ils sont porteurs6et qui leur permettent ou non d’identifier certaines prises dans l’offre présente sur le Web. On verra ici appliqué tout le spectre de la typologie traditionnelle des modes de lecture.

16Le support guide souvent la réalisation de la tâche, par son « architecture » et par les formes sémiotiques qu’il contient. La modélisation de ces tâches par les concepteurs crée des conventions sémiotiques émergentes entre le lecteur et le support formaté.

17L’objectif est compris et réalisé à son tour selon le background (socioculturel, professionnel, profil psychologique, etc.) des internautes, qui se distinguent par leurs styles personnels de réalisation de tâches dans lesquelles les traditions s’expriment.

Processus de lecture : perception

18La conception initiale et les moyens de l’enquête n’ont pas permis l’analyse du parcours du regard des utilisateurs. N’ayant pas exploité l’eyetracking ou des techniques similaires, nous nous contentons d’interpréter le discours des interviewés en le mettant en corrélation avec les copies d’écran. Mais le regard est difficilement « verbalisable » ! Il arrive souvent que l’incohérence du discours des interviewés plutôt que leur argumentation donne lieu à des remarques importantes sur le regard. Nous avons toutefois essayé de ne pas nous perdre dans des considérations « psychologisantes » dans nos lectures du contenu des interviews pour repérer ce qui fait saillance du point de vue du lecteur.

19L’analyse fine du regard de l’utilisateur deviendra une composante indispensable de toute recherche future sur ces questions de lecture, car la présence d’éléments imagiers dynamiques se généralise sur le Web (voir les travaux de T. Baccino). Cependant, le risque est grand de penser que ces techniques d’observation vont offrir les pistes d’analyse et les concepts. Nous tentons ici de proposer ce cadre permettant plus tard d’exploiter et de guider la collecte d’observations plus fines du regard. La combinaison de cette analyse par eyetracking avec la verbalisation – autoconfrontation des interviewés – et avec l’étude du support restera un point clé de la méthode.

Modes de regard

20Toute perception visuelle par l’internaute ne donne pas immédiatement lieu à une lecture textuelle. Nous avons donc pu construire des typologies des modes de regard qui ne peuvent pas être identifiés à des modes de « lecture » au sens restreint de textuels.

21Nous distinguons trois modes principaux de regard des internautes :

  • Un mode où le lecteur est frappé par les éléments visuels de la page, semblable à la formation d’un réflexe. Ce mode peut aboutir à une manipulation instantanée (fermer une fenêtre), ou à une reconnaissance de la structure de la page regardée. Nous appellerons ce mode « coup d’œil ».

  • Un mode où le lecteur se laisse consciemment influencer par les éléments visuels de la page, dans le but de se former une impression pour pouvoir ensuite classer, caractériser le contenu de la page, souvent en faisant appel à son expérience. Nous appelons ce mode « regard synoptique ».

  • Un mode qui peut être qualifié de « regard analytique » ou déconstructif, contrairement aux deux premiers.

  • 7 Bühler (K.), Sprachetheorie : Die Darstellungsform der Sprache, Stuttgart, Fischer, 1992 (Reprint). (...)

22Ces trois modes de regard ne constituent à notre avis qu’un regroupement parmi d’autres possibles. Ils se trouvent intimement liés aux propriétés constitutives du signe. Les modes de regard recoupent les trois facettes du signe (Zeichen), selon l’« organon » du langage dans le modèle communicationnel de Karl Bühler7. Ainsi :

  • Le signal en tant que vecteur d’une relation d’éveil (Appell) entre support porteur des signes et lecteur, mobilise le regard « coup d’œil » ;

  • Le symptôme, c’est-à-dire le signe tenant l’expression (Ausdruck) de son auteur, est perçu par le regard « synoptique » ;

  • La fonction du signe en tant que symbole dans la description (Darstellung) d’un contenu, fait appel au regard « analytique ».

« Coup d’œil »

  • 8 Une analyse plus fine de la façon dont les différents modes de regard sont constitués dans le temps (...)

23« J’ai regardé de suite, quand je suis arrivée, site UFA et site France, parce que, en fait, j’ai même pas regardé, j’ai vu les couleurs d’Air France, j’ai même pas regardé… », dit Annie-Laure. Bien qu’elle explique clairement la raison de son intérêt pour le site (« j’ai vu… »), elle s’avère moins précise quant à la description de son comportement (« j’ai regardé… même pas »). Mais on peut constater qu’il s’agit d’un regard de courte durée ou, mieux encore, d’un mode de regard dont la durée n’est pas un élément caractéristique ; il est en quelque sorte « sans durée8 ».

24« Quels étaient les éléments qui vous permettaient de dire dans cette page : “Voilà, ça m’intéresse, je prends des notes” ?

25– Parce que ça se voit tout de suite qu’il y a des explications. La fluorescence, 1/Principes, donc définition. Ensuite, je ne sais pas. C’est expliqué. Ça se voit tout de suite », dit Myriam en décrivant/expliquant son comportement. Là encore, ce n’est pas le caractère évident de la cause de son intérêt qui est mis en avant avec son constat, mais plutôt le mode « sans durée » du regard qu’elle porte sur la page Web en question.

26La même absence de temporalité dans ce mode de regard est constatée lorsque l’enquêteur lui pose directement la question de la sélection d’une page Web :

27« Comment avez-vous fait pour repérer si cette page-là vous convenait, ou pouvait répondre à vos attentes ou non ? Quels sont les panneaux indicateurs, si je puis dire ?

28– Je ne sais pas. Tout de suite, j’ai vu. » Souvent un tel regard sert à évaluer s’il vaut la peine de s’intéresser et de commencer à lire, en interprétant les seuls éléments imagiers de la page : « […] je vais tout de suite avoir une vision du site, et ça va me pousser à fermer la page, et à pas continuer ma recherche. […] » [Annie-Laure.]

29Le coup d’œil n’est pas toujours porté sur une page bien « installée » sur la fenêtre du logiciel de navigation avec des réglages stables et faits d’avance ; il comprend aussi la perception des objets activés automatiquement :

30« Avant de continuer, tu as regardé trop vite sur la page précédente.

31– J’ai rien regardé en fait, j’ai vu que c’était une page de pub, qui était monté toute seule, et que ce n’est pas moi qui l’ai commandée, donc je n’ai même pas regardé ce qu’il y avait dedans. J’ai vu que c’était Amazon, mais je m’en fous. » [Benoit.]

32Il est aussi possible de passer à la lecture (d’image), après avoir été attiré par les saillances d’une image aperçue après un « coup d’œil » : « Je me suis attardée sur les photos, c’est juste ce qui m’a frappée. » [Ivana.]

Regard synoptique

33Souvent ce deuxième mode de regard est l’équivalent d’un filtrage : le lecteur brouille volontairement sa vue pour ne voir que ce qui subsiste au « bruitage », ce peut être essentiel pour une classification :

34« Les petites choses qui bougent, ce n’est pas quelque chose qui m’intéresse, j’essaye de faire abstraction. En tout cas, ce genre de choses ne m’interpelle pas. Quand il y a des fenêtres qui viennent s’ouvrir en plus des fenêtres que moi j’ai ouvertes, je les ferme systématiquement. » [Laurent.]

35« C’est visuel aussi. Je ne lis pas tous les mots mais ce qui est en gras d’emblée m’attire. Je vois des mots qui me parlent. Donc là, je regarde la liste des sites, les trois premiers se ressemblent, le quatrième est différent, donc c’est la raison pour laquelle je l’ai choisi. […] » [Catherine.]

36Ce mode de regard s’applique souvent en parallèle et comme une toile de fond pour l’activité de lecture « textuelle ». L’internaute parfois effectue, afin de la rendre possible, des réglages techniques qui diminuent la lisibilité au niveau des caractères. Les paroles d’Annie-Laure sont à cet égard assez instructives :

37« […] lui c’est en grande police. Et moi, quand c’est en grande police, je trouve que c’est pas lisible. Il y a trop de chose, plus c’est écrit petit, plus t’as une vision globale de la page. » [Annie-Laure.]

38La trace « verbale » d’un regard synoptique peut être une appréciation de la dimension iconique de la page :

39« Là, c’est mieux, c’est assez sérieux. En fait, il est trop carré, je pense qu’ils n’ont pas assez exploité justement le fait qu’on soit sur l’Internet… Il y a ces petits singes qui sont beaux, là, c’est peut être décalqué sur les formules. Cela serait bien de faire les choses un peu différentes. » [Ivana.]

40« Il y a beaucoup de choses parce que… regardez…. des photographies… pas mal de choses-là… photographies d’OVNI… » [Didier.]

41Une des caractéristiques de ce mode de regard tient dans sa durée qui est explicable par le but que se fixe l’internaute, à savoir catégoriser et classer la page selon son schéma de classement. Le regard synoptique le plus bref apparaît quand il s’agit d’un tri binaire (accepter / rejeter) :

42« Au stade du dépouillement, il y a deux phases : celle du survol et ensuite la lecture proprement dite. Cette phase de survol dure quelques secondes. Le délai éliminatoire : trois secondes, pour quelques maladresses qui sautent aux yeux […] », dit Halima en décrivant ce qui est, selon elle, le procédé de sélection de CV de candidats à un travail.

43Le plus long se rencontre quand il s’agit de porter un jugement de « goût ».

44« Qu’est-ce que vous avez regardé ? La visibilité ?

45– J’ai vu les petits encadrés. Ça m’a plu. C’est peut-être bête, mais visuellement ça m’a plu. Du coup, j’ai regardé dans ce tableau et j’ai essayé de […]. » [Catherine.]

Regard analytique

  • 9 Bertin (J.), op. cit.

46Ce mode de regard correspond à la déconstruction de la page regardée en tant qu’image et à l’interprétation des connotations de chaque élément. Le terme même de « mode de regard » n’est pas tout à fait précis pour cet aspect de la perception, dans la mesure où il est indissociablement lié à l’interprétation. Mais il ne doit pas non plus être confondu avec l’interprétation et, de ce point de vue, il reste nettement distinct de la lecture textuelle. Ici, le rôle des conventions sémiotiques (au niveau de la structure morphodispositionnelle de la page, ou au niveau des connotations des images) est fondamental, parce qu’il y a toujours une référence à des éléments visuels attendus car déjà reconnus dans des cas similaires. Jacques Bertin, dans sa Sémiologie graphique9, a déjà fait allusion à ce type de regard analytique concernant les images graphiques : il distingua ainsi trois niveaux de lecture, selon l’aspect (ponctuel, partiel ou global) de l’information recherchée sur une courbe graphique.

47D’après nos observations, cette lecture d’image fait la distinction entre trois niveaux :

  • Voir des « couches » de l’image (fond / surface). « C’est une page d’accueil à fond noir. Je vois des œils, je ne sais pas. » [Marie-Carmen.]

  • –Voir le découpage spatial et la topologie qui y est induite. « C’est de quel côté de l’écran que tu as d’abord regardé ?

  • À gauche, parce que c’est toujours là que les rubriques sont affichées, donc c’est vrai que quand on cherche quelque chose assez général, c’est là que les informations se trouvent. » [Ivana.]

48« La fameuse page “lastminute.com”. La page d’accueil, plutôt agréable au niveau coloris, parce qu’on a un petit rose bonbon, là, qui ressort assez souvent. Disposition assez clean, qui permet de faire une recherche thématique en haut de la page. Et puis, en bas, une recherche un peu plus personnalisée je dirais au niveau des voyages. » [Marie-Carmen.]

49– Voir et interpréter un par un des éléments imagiers.

50« Regarde le truc qui suit la souris, là, tous les drapeaux, remarque c’est bien réfléchi. Parce que forcément tu regardes la flamme pour te calmer tu vois. C’est pas bête. chirac avec la France, bon je clique. » [Annie-Laure.]

51« Et comment tu comprends qu’il ne s’agit pas de site officiel, que c’est un site personnel ?

  • Parce que celle-ci est une page d’accueil typique de site personnel.

  • C’est-à-dire ?

  • Il y a un nom, donc c’est un type qui a écrit le titre… La façon dont c’est présenté, fond noir des photos, un truc pas très professionnel, on sent tout de suite que c’est un truc bricolé dans son garage, quoi. » [Benoit.]

52« Sur la page d’avant, cela fait “charlot” : on met toutes les images que l’on peut avoir, sur ce sujet-là, les doigts bleus, un truc qui vole, je ne me permettrais pas de mettre ça, car cela serait forcément péjoratif. » [Laurent.]

53« Mettre un bocal de poisson pour parler des extraterrestres, je me dis que je me fatigue pour rien. » [Annie-Laure.]

Processus de lecture : styles de manipulation, d’interprétation et d’appropriation

  • 10 Étude publiée en mai 2000.

54D’après une étude menée par Marion Lewenstein de l’université de Stanford, les utilisateurs de l’Internet feraient davantage attention aux textes qu’aux images. Les trois premières « fixations oculaires » porteraient, dans 22 % des cas, sur des images, contre 78 % pour les textes. Généralement, les utilisateurs repéreraient en premier les gros titres ou les brèves10. Pour autant, l’enquête constate qu’une image passe moins inaperçue si elle est étroitement intégrée au texte. À l’inverse, les images offrent une « richesse » et une « ouverture » sémantiques plus grandes que la langue. Les études de Jared

55M. Spool et Matthew Klee ont distingué plusieurs types d’images en fonction de leur degré d’efficacité. Ainsi, les images à caractère « informatif » semblent-elles davantage opérantes, par exemple, en matière d’e-commerce : la photo d’un produit valant plus que mille mots.

  • 11 Étude publiée en décembre 1998.

56Reste à savoir ce qu’il en est de l’attention portée à l’hypertexte et aux images animées. Une étude réalisée en 1998 par InternetWorking a mis en évidence le phénomène de « Banner Blindness11 ». Dans ce cas, le lecteur associe publicité et bannière animée au point de l’éviter du regard. Mais, pour autant, ces animations, selon les auteurs, perturbent au point que les lecteurs « scrollent » en vue d’échapper à ce mouvement. Il ne s’agit pas de dire que les animations n’attirent pas le visiteur. Cet évitement est, au contraire, à la mesure de l’effet des images animées sur le lecteur. Elles attirent le regard. Elles sont comme un signal qui impose un réflexe sans que, nécessairement, le lecteur en décode le message. L’étude de Marion Lewenstein confirme plus ou moins ce propos : près de 45 % des sujets posent leur regard pendant environ une seconde sur les bannières animées (ce qui suffit parfois pour percevoir l’annonce).

57Si ces enquêtes montrent plutôt le règne du texte, il ne faut pas sous-estimer l’importance de la mise en page et de la mise en forme de ce texte. La page Web est constituée de telle manière qu’elle fonctionne comme un tableau dont le spectateur balaye la surface. Le choix des couleurs, de la typographie, l’organisation des unités textuelles et iconiques, le rapport texte / image sont autant de signes qui augmentent la lisibilité et l’utilisabilité d’un site.

  • 12 Chartier (R.), « Lecteurs et lectures à l’âge de la textualité électronique », dans Texte : le text (...)

58« Les écrans de notre siècle sont, en effet, d’un nouveau genre. À la différence de ceux du cinéma ou de la télévision, ils portent des textes – pas seulement des textes, certes, mais aussi des textes. À l’ancienne opposition entre, d’un côté, le livre, l’écrit, la lecture et, de l’autre, l’écran et l’image, est substituée une situation nouvelle qui propose un nouveau support à la culture écrite et une nouvelle forme au livre12. » Ces propos de Roger Chartier résument l’émergence, avec l’Internet et le livre électronique, d’une textualité numérique qui transforme le processus de lecture en amplifiant la dimension « navigationnelle » et iconique.

59Si le livre et l’Internet offrent tous deux un univers textuel, le premier le balise selon un fil directeur auquel le lecteur, en fonction de ses objectifs, peut ne pas se soumettre alors que le second, plus étendu, oblige le lecteur à structurer l’information, à lui donner du sens, à élaborer des recoupements entre les différentes pages activées par les liens ou les labels, en bref, à se forger un fil directeur dans la forêt touffue des informations.

60Cette approche « navigationnelle » est la plus proche du parcours habituel du chercheur à l’intérieur d’un univers informationnel. Sur un support traditionnel, les informations sont structurées, linéaires et hiérarchiques et, même dans les encyclopédies, la mosaïque des informations s’inscrit dans un jeu de renvois toujours circonscrit. Les conditions de la lecture limitent les ruptures thématiques. Sur le Net, les jeux de renvois sont infinis et pas nécessairement bien organisés. Par exemple, on peut lire une page, activer un lien et se retrouver sur un site dont le sujet est éloigné des préoccupations initiales. Dans ce contexte, le lecteur doit mesurer la validité des sources qu’ils récoltent dans ce continuum informationnel, où productions institutionnelles et personnelles se mêlent, où les mêmes genres (littéraires ou scientifiques, etc.) se suivent sans se ressembler, ou encore où des genres différents se suivent en se ressemblant. Citons encore Roger Chartier :

  • 13 Ibid.

61« Si les “formes ont un effet sur le sens”, comme l’écrivait D. F. McKenzie, les livres électroniques organisent de manière nouvelle la relation entre la démonstration et les sources, les modalités de l’argumentation et les critères de la preuve. […] Chacune de ces manières de prouver la validité d’une analyse se trouve profondément modifiée dès lors que l’auteur peut développer son argumentation selon une logique qui n’est plus nécessairement linéaire et déductive mais ouverte, éclatée et relationnelle et que le lecteur peut consulter lui-même les documents (archives, images, paroles, musique) qui sont les objets ou les instruments de la recherche13. »

62Ajoutons que l’une des différences fondamentales entre la lecture traditionnelle et la lecture numérique tient à la manière dont on fait appel à la mémoire. Pratiquer une lecture active suppose que l’on parcourt un texte en fonction de ses attentes, que l’on soit non seulement capable de chercher l’essentiel mais aussi de le retenir. Sur un support traditionnel, le lecteur peut user de sa mémoire visuelle et il arrive qu’en voyageant dans le texte, il se souvienne d’un fait parce qu’il revoit l’endroit où il se situait dans le livre. Sur l’Internet, la continuité des pages n’a ni début, ni fin et le lecteur peut se promener à l’infini dans cet univers. Pour pallier les difficultés de localisation, certains useront de bookmarks, de signets qui sont tout autant des outils de repérage que la mémoire visuelle dans le souvenir du folio. Mais, dans ce cas, c’est à la mémoire des techniques que le lecteur fait appel plus qu’aux techniques de mémoire.

Confusion entre livre et univers navigationnel

63Quelles différences peut-on faire entre lecture et navigation dès lors que l’œil, par des techniques de survol, parcourt les pages Web, que se développe une forme de lecture contemporaine qui fait que le lecteur, dans un livre, peut ne chercher qu’un mot, une date, un auteur, un fait, une anecdote sans se plier à la lecture intégrale ? Le livre, à lui seul, ne devient-il pas un univers informationnel que le chercheur parcourt ? Certes, le livre offre un champ de navigation plus restreint, mais son évolution propose des outils de sélection de l’information (quatrième de couverture, table des matières, titres, sous-titres, hors-texte, index thématique, des auteurs, bibliographie cachée) qui pourraient rappeler ceux alloués par une bibliothèque (fichiers des auteurs, des matières, thésaurus, synopsis, etc.). La différence, entre autres, c’est que le livre permet, sur un même support, recherche et texte dans un espace toujours restreint. La bibliothèque est un agencement complexe, une « chaîne documentaire » toujours en évolution. On peut dire que, sur le Web, la lecture se situe à un niveau micro et se restreint au contenu d’une page ou d’un site alors que la navigation se situe à un niveau macro et s’ouvre sur l’ensemble des pages, des labels et rubriques. Cette distinction reprend la distinction traditionnelle entre la lecture d’un livre et la recherche « navigationnelle » dans tout univers informationnel tel que la bibliothèque.

64Mais cette distinction conserve-t-elle toute sa pertinence dès lors que « livre » et « bibliothèque » ne forment plus qu’un seul et même support ? Pour reprendre les propos de certains de nos enquêtés, l’Internet est-il une grande bibliothèque ou une gigantesque encyclopédie ? Ce que nous voulons souligner, c’est combien désormais la distinction entre « lecture » et « navigation » semble floue.

65Cette confusion, nous l’avons notée chez André par exemple : « C’est magique. On gagne beaucoup de temps avec ça. Mais pour l’instant, ce que je sais faire, c’est écrire et envoyer des lettres, des cartes, chercher de la documentation. Par exemple, je m’intéresse à la botanique et au lieu d’aller là-haut voir dans les livres, je trouve tous les renseignements par ce biais. Je mets un nom de plante et ça y est, je trouve tout là-dessus. C’est très rapide. […] [Lire sur écran] ce n’est pas plus fastidieux que de feuilleter des dizaines de livres. Au contraire. Une plante bien spéciale, il vous donne toute son histoire, ses origines, les soins qu’il faut lui apporter. C’est très rapide. Et on est assis, c’est confortable. Là-haut, parfois il faut être debout pour voir les livres dans les rayons de la bibliothèque. Pour moi, là, c’est assez magique. Je l’ai découvert un peu tard, mais bon… » Et Manuela, qui développe des attentes en considérant l’Internet comme un espace offrant les services d’une bibliothèque, à savoir permettre de mener une recherche informationnelle et accéder au contenu à la façon d’emprunter un livre : « L’intérêt d’aller sur l’Internet, c’est pour avoir plus d’informations détaillées, plus vite, sans se déplacer alors que je dois me déplacer pour acheter un livre, une brochure. »

66Il est donc nécessaire à la fois de réintroduire la diversité des objectifs et des situations de lecture, qui sont tous coprésents sur le même support qu’est le Web, et de les distinguer. Le problème n’existait quasiment pas avec le Minitel : la technique empêchait la publication véritable et limitait de ce fait les usages à un analogue de « l’annuaire électronique », plus ou moins évolué selon les codes d’accès et les services offerts. Avec l’Internet, il faut bien noter que toutes les activités de lecture autrefois présentes sur des supports différents se retrouvent présentes simultanément, ou successivement, mais dans un même cadre technique, ou même institutionnel (un moteur de recherche offre tous types d’activités de lecture en réponse à une interrogation donnée). Lire un menu de restaurant, lire une carte routière, lire un roman, lire un article de journal, lire les petites annonces, lire les panneaux indicateurs sur la route, lire une affiche dans la rue, lire l’annuaire, lire une revue critique scientifique, lire son courrier, et bien d’autres activités encore, sont bien distincts en tous points dans notre vie quotidienne. Distincts par les buts recherchés, par les compétences cognitives mobilisées, par les situations et les contextes, par l’équipement technique nécessaire, par les indices sémiotiques exploités, par les médiateurs sollicités, etc. Or, sur le Web, tout cela se retrouve en même temps ou tout au moins dans le même espace technique voire même discursif. On conçoit la désorientation ainsi provoquée car les conventions de lecture anciennes doivent être mobilisées de façon toujours aussi différente (même sur le Web, on ne lit pas les petites annonces de la même façon qu’un article de journal) mais, dans le même temps, les conventions techniques de manipulation se rapprochent et se résument à quelques opérations sur les interfaces.

67On ne s’étonnera pas, d’ailleurs, qu’une lecture aussi polymorphe et aussi « polytélique » (à plusieurs buts) soit bien assistée par l’ordinateur dans certains cas et pénalisée par lui dans d’autres. Lorsque les développeurs admettront cela, ils pourront enfin accroître leur marge d’innovation par diversification des supports et non par intégration dans une seule machine. Notre méthode, qui distinguait a priori des usages ouverts non guidés puis des usages de plus en plus circonscrits avec tâches fixées, permettait de mettre ces éléments en avant, en réintroduisant la diversité des buts et des situations de l’activité « lecture ». Nous avions créé des situations artificielles à partir de trois types d’activité distingués dans la littérature : information mining, information farming et information strolling. Cette typologie tend cependant à réduire la diversité en question en coupant d’emblée dans la cohérence d’une activité, toujours distribuée entre les personnes, entre des supports, dans le temps. Les styles que nous avons ainsi repérés sont donc des réductions, sans aucun doute, et nous montrerons d’ailleurs leur combinaison mais ils permettent surtout de « réintroduire du pluralisme dans les engagements des lecteurs ». Selon les buts, selon ce qui fait sens dans l’activité du lecteur, les tâches et les procédures ne s’organisent pas de la même façon, même si tous « naviguent », « consultent », « interrogent » ou « lisent ».

68Ce qu’il faut distinguer, ce sont les objectifs de lecture. Entre fureter par curiosité, sans but précis et utiliser le réseau pour approfondir des connaissances précises, les stratégies de lecture varient, certes, mais conservent la dimension de balayage visuel, cette technique de survol qui donne une vue générale du contenu.

La lecture par objectifs

  • 14 Meunier (J. G.), Bertrand-Gastaldy (S.), Paquin (L.C.), « La gestion et l’analyse des textes par or (...)

69Quand les utilisateurs convoitent une certaine information, ils établissent des objectifs de lecture. Ils sont enclins à discerner des indications afin d’atteindre leur objectif. Selon J.G. Meunier et al., « les théories classiques sur le processus cognitif de l’accès au contenu d’un texte ont toujours soutenu que cette activité dépend toujours des objectifs et des projets que se donne le lecteur14 ». Pour la plupart, nos interviewés ont tenté de se donner un projet de lecture pour capitaliser leur temps de recherche pendant l’observation. Que ce soit la recherche d’une bibliographie, d’un essai, d’une synthèse, de critiques cinématographiques, d’un appartement, etc., ils disposaient d’une idée claire sur l’information convoitée (avec les présomptions d’isotopie que cela forge, comme nous l’avons vu dans le premier chapitre).

70Lire, c’est aussi décider de chercher quelque chose, des informations pour combler un manque, un désir de savoir et de se former. Lionel Bellenger use de l’expression « lecture active » pour traduire le choix d’une orientation de lecture, expression que l’on retrouve chez M.J. Couchaere dans l’intitulé de son ouvrage La Lecture rapide (Chotard et Associés, 1986). Cette lecture procède donc d’un effort, d’un investissement mental porté sur l’organisation des idées, la définition de concept, la mise en relation d’informations.

  • 15 Cf. dans F. Richaudeau, op. cit., le chapitre « Du contexte à l’anticipation », p. 67-70.

71La lecture active suppose aussi d’anticiper sur le contenu, de le prévoir15. En allant consulter les rubriques d’un site, le lecteur peut avoir un aperçu de la logique de l’auteur, comme on peut le faire en lisant une table des matières. D’ailleurs, certains concepteurs de sites n’hésitent pas à afficher le plan du site. Cette approche active peut aider à poursuivre l’exploration d’un site Web comme elle peut aider au choix du livre le plus adapté.

72Sur le site du ministère de la Culture, avant toute lecture, Manuela a déjà formulé ses attentes, ce qui aboutit à donner un cadre concret à la recherche. La lecture devient une réponse à ses attentes. Elle sera sélective et exploratoire : » J’ai été très vite[à lire] ! Oui, parce que je sais déjà un peu ce que c’est. Je suis venue ici, j’avais déjà une base assez importante d’informations. Si je lis Fonds national d’art contemporain, je sais déjà ce que c’est et comment ça marche plus ou moins. Justement, qu’est-ce que je suis venue faire ici ? Je voulais obtenir des renseignements supplémentaires et plus détaillés. Et je ne les ai pas vraiment trouvés. » Le questionnement autorise ainsi un accès rapide à des lieux variés à l’intérieur du texte. Très vite, elle repère les onglets du site qui l’intéressent. Très vite, elle juge de la pertinence de tels ou tels morceaux de texte. Les attentes et le questionnement deviennent alors une façon de parcourir des portions de texte que, peut-être, elle n’aurait jamais atteintes ou sur lesquelles elle aurait glissé si elle avait mené une lecture superficielle, sans objectif. On peut supposer qu’elle pratique la technique de l’écrêtage : lire les premiers mots d’une phrase et passer rapidement à la suivante.

  • 16 Richaudeau (F.), Sur la lecture, Paris, Albin Michel, 1992.

73François Richaudeau distingue plusieurs comportements de lecture16.

La lecture d’écrémage

74C’est une pratique qui écarte toute considération littéraire et esthétique, le lecteur éliminant presque 50 % des mots pour doubler sa vitesse de lecture sans diminuer l’information reçue.

L’écrêtage

75Le lecteur peut aussi pratiquer l’écrêtage lorsque, dès les premiers mots d’une phrase, son manque d’intérêt le fait passer à la phrase suivante. Cette technique s’observe chez Halima en quête d’un emploi et se renseignant sur la mise en forme du curriculum vitae. Dans l’extrait suivant, sa lecture à voix haute retrace un parcours où les phrases ne sont pas lues intégralement : « La présentation générale. Cet aspect peut vous sembler superficiel et serait en droit de vous donner raison car… Détrompez-vous ! Au stade du dépouillement, il y a deux phases : celle du survol et ensuite la lecture proprement dite. Cette phase de survol dure quelques secondes. Le délai éliminatoire : trois secondes, pour quelques maladresses qui sautent aux yeux de l’examinateur… N’envoyez pas de double. Le traitement de textes s’est généralisé, mais il y a encore des irréductibles de la machine à écrire. Dans ce cas, faites des photocopies de l’original pour éviter… mauvaise qualité de papier… trop long… deux pages maximum. [Donc, moi, j’envoie toujours une page. Je peux envoyer une deuxième page pour détailler ce que j’ai fait. Ça, c’est si l’on joint une annexe. D’accord.] Format fantaisie d’un CV classique. Absence de marges… Ratures… Pourquoi un cachet « Dossier confidentiel » ? Utiliser un papier à entête… [Tout ça, ce sont des choses évidentes !] Cette remarque s’adresse aux étrangers postulants. Un emploi en France… CV par email… cette absence d’action est tout à fait admise. Attention aux fautes d’orthographe… sont de plus en plus laxistes sur ce point… »

76Ou encore chez Catherine : « Donc là, j’ai vu qu’il n’y avait qu’une page, je regardais les mots-clés : nos objectifs, nos revendications. Comme je sais un peu ce qu’il y a derrière, enfin je m’en doute, j’ai lu les verbes d’action : lutter, revendiquer, participer. C’est tout, je n’ai rien lu d’autre. D’ailleurs, on voit à peu près. J’ai lu jusque-là : lutter pour la disparition. C’est tout. Et après, je lisais comme ça. Pareil : nos revendications, les gays … Je n’ai lu que les premiers mots. »

La lecture de recherche

77La lecture de recherche est un processus qui exclut toute lecture continue des phrases : le lecteur cherche un mot isolé ou un groupe de mots, une date, un chiffre statistique, etc. La fonction « rechercher » que proposent les nouveaux supports numériques aide à cette pêche aux renseignements.

La lecture flexible

  • 17 Richaudeau (F.), « Théories de la lecture et perspectives : de l’oralité des signes à la perception (...)

78La lecture flexible réunit, quant à elle, tous les modes de lecture. Richaudeau précise que le lecteur peut « varier sa vitesse de lecture… et même ne pas lire l’intégralité de son texte ; bref, procéder à des lectures partielles : lecture d’écrémage, de recherche, de survol. Face à un nouveau texte, le lecteur définit sa stratégie, puis entame sa lecture avec flexibilité17 ». Ainsi, le lecteur, par exemple, peut commencer par une lecture de recherche, puis procéder à une lecture d’écrémage et passer à mode de lecture moins superficiel lorsque l’information éveille son attention.

79« Je regardais mais je l’ai plus approfondi celui-là parce qu’il m’intéressait plus. Enfin un peu des deux, je lis vite fait, si je vois que ce n’est pas précisément ce que je cherche, je passe à autre chose. Je lis en profondeur si je suis intéressée ! » [Karine.]

80« Là, je suis allé dans le détail de La chambre du fils ([œuvre cinématographique] que je veux aller voir. J’ai lu, j’ai survolé. Enfin, j’ai vu de quoi ça parlait. Et, de toute façon, j’ai envie de la voir, donc… » [Julien.]

81« Le fait de lire en diagonale, je ne pourrai pas te l’expliquer. En revanche, je pourrais t’expliquer qu’au moment où je m’arrête, c’est qu’un mot me frappe. Par exemple, là, pour les films… Attends, je relis. Tu vois, Psychanalyste, ça, ça m’intéresse. Lui, je le lis en entier par exemple. » [Gaëtan.]

82Bref, le lecteur cherche à trier l’information en identifiant les éléments de certaines portions de texte. Celui-ci peut mettre en œuvre des moyens simples et efficaces comme la recherche des mots outils qui balisent le raisonnement : « En fait, je cherche d’abord des noms, je cherche des mots particuliers mais en balayant toute la page » [Manu] ou ne relever que les signes visuels susceptibles de l’intéresser : « Je n’ai pas tout lu ! J’ai lu en diagonale en fait. Le thème [du film], je le connaissais déjà. J’ai essayé de voir si c’était plutôt du style comique ou très noir, comme ça traite de la drogue. J’ai essayé de voir un peu l’ambiance du film. » [Manu.]

83Le lecteur définit alors des mots-clés qui sont autant de panneaux indicateurs pour orienter sa lecture et diriger le parcours de l’œil.

La lecture aléatoire

84D’autres interviewés adopteront une lecture sans but initial précis. Ils mèneront une recherche plus aléatoire et balaieront la mosaïque du réseau en s’arrêtant sur des signes visuels qui éveilleront leur curiosité au point de procéder, parfois, à une lecture plus linéaire.

  • 18 Richaudeau (F.), Sur la lecture, op. cit., p. 84.

85On peut comparer leur comportement de lecture à celui adopté lors de la vision de la « une » d’un journal. Richaudeau décrit brièvement les étapes de cette lecture aléatoire. Pour paraphraser l’auteur, quand il résume la lecture de la première page d’un quotidien : « L’œil balaye la mosaïque de la page, s’arrête un instant sur chaque titre (ou début de titre) pour choisir un article et passer alors à un mode de lecture moins superficiel18. » Ce sont des mots ou groupes de mots, des images qui sont comme des panneaux indicateurs du parcours. Le lecteur regarde l’entête de certaines phrases ou le début des paragraphes. Il s’arrête sur une image animée, sur des points d’ancrage qui sont souvent d’ordre typographique : lettre capitale d’un début de phrase, mots en italique ou en gras, décrochement à la ligne pour changer de paragraphe, etc.

86Le lecteur ne cherche pas d’information précise. Il se laisse porté par l’offre informationnelle du réseau. Mais il n’est pas interdit, au gré du hasard, de se découvrir un objectif de lecture. La lecture est polymorphe et n’est jamais totalement déterminée par l’objectif initial, et ceci d’autant plus sur ce support si vaste que symbolise le réseau.

Lire, c’est composer entre modes de lecture et réviser

87Le lecteur écrème, repère les mots-clés, recherche une information précise, un signe visuel, passe d’une lecture partielle à une lecture intégrale pour revenir, s’il le désire, à une lecture de recherche. Ainsi, tantôt le lecteur actif parcourt-il le texte à la recherche d’ » appuis », tantôt détaille-t-il certains paragraphes significatifs. Par exemple, nous verrons certains de nos enquêtés jalonner le texte et s’arrêter pour lire en détail, parfois même, en s’aidant du curseur pour souligner l’ordre des mots : « C’est un peu comme quand on met le doigt pour lire sur un livre quand on est petit ! » [Manu.]

88Certains diront ne pas savoir lire en diagonale : « Je suis incapable d’avoir une lecture rapide. C’est d’ailleurs très drôle parce que je lis très lentement. C’est peut-être d’ailleurs pour ça que je lis à voix haute. Parce que ça me permet d’aller plus vite. Quand je lis comme ça, il m’arrive régulièrement de passer deux ou trois fois sur la même phrase alors que je l’ai déjà lue. » [Cyril.] Mais est-ce à dire qu’ils lisent la globalité du texte pour autant ? Plus loin dans l’entretien, Cyril relate n’activer un lien qu’en l’ouvrant dans une nouvelle fenêtre pour ne pas perdre le « fil conducteur » de sa recherche et le fermer « très vite »

  • 19 Il faut également noter que certains de nos enquêtés légitimeront leur mode de lecture rapide par l (...)

89Si le contenu ne l’intéresse pas : « Donc moi, je clique droit, je vais ouvrir une nouvelle fenêtre, je vais lire mon nouveau truc. Si, effectivement, ça ne m’intéresse pas du tout, en général, je vais le fermer tout de suite ! » N’a-t-il pas fait preuve d’un survol rapide pour juger de l’intérêt de cette page19 ?

90Dans une même navigation, on peut mener à la fois des lectures par objectifs et des lectures aléatoires, ce qui conduit parfois à des ruptures thématiques. C’est le cas de Gaëtan pour qui les objectifs de lecture ne sont pas toujours clairement définis.

Déroulement de la session Internet de Gaëtan

91Gaëtan a commencé par consulter son courrier électronique. Ensuite, il a entamé une recherche de location d’appartements en utilisant le méta-moteur de recherche Copernic. Après avoir consulté plusieurs annonces [lecture par objectif], il regarde son horoscope (Interface aol) [lecture aléatoire], recherche le logiciel Napster en vain, pour retourner ensuite à sa quête d’annonces immobilières [lecture par objectif].

92Relativement satisfait, il entame une nouvelle recherche sur la compagnie pour laquelle il travaille en vue d’obtenir certaines informations techniques sur un outil qu’il utilise (séquenceur d’adn) [lecture par objectif]. Cliquant sur un lien que proposait le site de son entreprise, il consulte les offres d’emploi, ce qu’il n’avait guère prévu [lecture aléatoire], et compare les niveaux de salaires avec le poste qu’il occupe [lecture par objectif : il entame alors, plus particulièrement, une quête des annonces qui affichent les salaires].

93Il revient sur l’interface d’aol et ouvre une session Webcam pour visionner le cœur de la Silicon Valley.

94Enfin, il ouvre un site consacré au cinéma (cinefil.com) qu’il avait répertorié dans ses « coups de cœur » en vue d’obtenir des informations sur le film Traffic [lecture par objectif]. Il consulte les critiques tout en téléchargeant la bande annonce.

95Notons combien Gaëtan change de thèmes de recherche. Pour cela, il use du multifenêtrage et joue sur la taille des fenêtres pour revenir facilement sur l’interface d’AOL, celle de Copernic, et le bureau. Ainsi, cumule-t-il les pages, mène-t-il plusieurs tâches à la fois (téléchargement, lecture), manières de faire qui conviennent au type d’extraction qu’il fait de l’information : Information strolling.

  • 20 Nous devons aussi souligner le biais que peut introduire notre étude, l’interviewé cherchant à cons (...)

96Gaëtan a changé plusieurs fois de thèmes d’exploration dont certains, parfois « juste comme ça, pour regarder, par curiosité » et découvrir un intérêt plus tenace au fil de sa lecture en prémices d’une lecture à venir moins aléatoire20.

Quand lire, c’est imprimer

  • 21 Vandendorpe (C.), « Livre virtuel ou codex numérique ? Les nouveaux prétendants », Bulletin des bib (...)
  • 22 Le Loarer (P.), « Lecteurs et livres électroniques », Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, 2 (...)
  • 23 Cité par A.M. Chartier, J. Hebrard, Discours sur la lecture (1880-2000), Paris, Fayard-Bpi/Centre P (...)

97Pourquoi certains individus choisissent-ils de se livrer à une lecture attentive sur un fichier imprimé ? Tous ne le font pas cependant et il serait judicieux d’étudier ces comportements marginaux comme prémices (qui peut le dire ?) d’un comportement à venir. Pour un habitué du traitement de texte qui rédige et se relit sur écran, le passage à l’imprimante n’est pas toujours indispensable. Certains enregistreront sur leur disque dur les fichiers récupérés sur l’Internet et les traiteront directement sur écran. Cependant, comme le remarque Christian Vandendorpe : « Même ceux qui passent plusieurs heures par jour le nez collé sur leur écran sont souvent réfractaires à faire de ce médium leur support de lecture favori. On peut s’en satisfaire pour la consultation de bases de données ou pour lire les grands titres des journaux, mais, dès qu’il s’agit de se livrer à la lecture attentive d’un texte suivi, que ce soit pour son travail ou pour la détente, la plupart choisissent encore de passer par l’imprimante21. » Le manque d’habitude et de confort de la lecture sont les raisons souvent évoquées. Pierre Le Loarer22constate que le lecteur habitué à l’imprimé notera une baisse de la qualité de la lecture sur écran. S’appuyant sur les réactions du public lors du dernier Salon du livre, l’auteur formule quelques constats rapides : les reflets sur l’écran peuvent occasionner des gênes. Écrans antireflet ou rétroéclairage sont les ripostes des industriels sans pour cela réduire totalement cet inconvénient. Une étude menée en juin 1998, par la Beta Research Inc., montrerait que la lecture sur écran dégraderait de 40 % les performances du sujet par rapport à la lecture sur papier. Un déroulement horizontal, comme la page d’un livre, semblerait préférable à un déroulement vertical (qui rappelle le volumen23).

Les prises pour la lecture, les saillances de la typographie

Le repérage et la typographie

98Les travaux sur la lecture contemporaine montrent qu’il y a de la navigation dans la lecture. Nous l’avons vu, le livre offre au lecteur les moyens de pratiquer une recherche et de sélectionner l’information dans la continuité des pages. Les outils du livre, et ceux disponibles sur les navigateurs (bookmarks, fonction « rechercher ») ou dans les sites (moteur de recherche interne, map site), sont supposés se répondre pour le lecteur qui souhaite pratiquer une lecture active.

99Le lecteur, lui-même, développe un comportement de lecture qui trie l’information par la technique du repérage. Le repérage consiste à découvrir la série de mots qui constitue la clé de l’information. Les mots-clés qui organisent ce type de lecture s’appuient sur des points d’ancrage qui sont souvent d’ordre typographique : lettre capitale d’un début de phrase, mots en italique ou en gras, décrochement à la ligne pour changer de paragraphe, titres et intertitres, etc. Dans le repérage, certains vont s’aider du curseur de la souris pour souligner les morceaux de texte découverts. C’est ainsi que André pointera l’écran du doigt quand, à un moment donné, une portion de paragraphe l’intéressera.

100Catherine, ayant une idée du contenu, cherchait à savoir, à travers quelques mots-clés, si le site de l’association « Homosexualités et socialisme » avait restitué les propositions établies lors d’une réunion à laquelle elle avait assisté. Elle tente alors de repérer des mots-clés dans le corps du texte pour juger du contenu des pages Web.

101« Je lis. C’est toujours comme ça. Même dans les livres, on lit en diagonale. Je lis les têtes de chapitres et quelques mots. Mais là, il se trouve que j’ai assisté à toutes les réunions. Donc en photographiant des mots, je voulais absolument savoir ce qu’ils avaient à peu près mis sur le site. Et notamment cette partie : nos propositions. […] Oui, parce que je n’ai pas encore appris par cœur la page principale. Donc là, j’ai vu qu’il n’y avait qu’une page, je regardais les mots-clés : nos objectifs, nos revendications. Comme je sais un peu ce qu’il y a derrière, enfin je m’en doute, j’ai lu les verbes d’action : lutter, revendiquer, participer. C’est tout, je n’ai rien lu d’autre. D’ailleurs, on voit à peu près. J’ai lu jusque-là : lutter pour la disparition. C’est tout. Et après, je lisais comme ça. Pareil : nos revendications, les gays… Je n’ai lu que les premiers mots. »

102Myriam, quand à elle, souhaite approfondir ses connaissances sur le phénomène de « fluorescence » en chimie. Elle parcourt le texte à la recherche du mot-clé « fluorescence » et d’autres expressions qui l’informeraient sur le type de fluorescence dont il pourrait s’agir (médical, chimie, etc.) : « Chercher toujours d’abord un mot. On tombe sur plein de choses. Et là, la fluorescence, c’est aussi dans le domaine médical. Donc là, je suis tombée sur un site qui relève plutôt du médical et qui ne m’intéresse pas du tout. »

  • 24 Vielfaure (C.), « La publicité ? », dans Dreyfus (J.), Richaudeau (F.)(sousladir.de), La Chose impr (...)

103Par ailleurs, la lecture s’appuie sur la typographie, à caractère technique ou artistique, qui permet de visualiser le sens et de donner des prises à la perception et à l’interprétation. Claude Vielfaure, en analysant la typographie publicitaire, montre combien l’utilisation des caractères s’inscrit dans un espace de significations. Ainsi, analysant une affiche publicitaire du Crédit agricole, il remarque que « le caractère est volontairement ordinaire, fuyant l’originalité ; il ressemble au paysage dans lequel il s’inscrit : banal, sans histoire, rassurant, quotidien… comme un placement au Crédit agricole24 ! ». Sur l’Internet, l’utilisation de la typographie revêt les mêmes fonctions. Elle fournit des signes distinctifs qui frappent le lecteur et lui serviront de repères. Elle souligne par ailleurs l’intérêt d’un paragraphe annoncé et suggère parfois l’intention de l’auteur (noblesse d’esprit, revendication, colère, etc.).

104« C’est-à-dire que là c’est en gras donc je ne lis que le gras. Tout ce qui est en gras, plus gros, fait pour attirer, ça vam’attirer. […] Même si j’ai discuté, j’ai quand-même photographié les têtes de chapitres parce qu’elles étaient en gras, ce qui est en italique aussi parce que ça accroche mon œil. Je ne lis pas sur Internet comme je lirais un livre dans mon lit. Parce que là, j’essaie d’abord de voir si ça peut m’apporter quelque chose. Je sais de toute façon que je vais pouvoir le retrouver après. »

Lisibilité

105Catherine est venue à la Bpi pour consulter les annonces d’agences immobilières. Mais très vite, elle change de thème et, fonctionnant par association, bondit de site en site. « La montre au poignet », Catherine avoue ne pas s’attarder à fréquenter des sites à « effet sapin de Noël ». Elle attache beaucoup d’importance à la mise en page et à l’organisation des idées. « Et ce que j’ai assez bien aimé dans l’ensemble, c’est le fait que les liens soient clairement définis. J’aime savoir quels sont les liens les plus récents par rapport à ce genre de chose parce que c’est de l’actualité. Donc d’emblée, là, il y a les dates. Effectivement, j’aurais aimé qu’il y ait 2000-2001 mais c’est peut-être parce qu’ils ne l’ont pas. »

106Elle s’appuie sur des mots-clés qui conditionnent sa lecture, s’arrête sur les titres de chapitres mis en exergue, parcourt les mots mis en gras ou en italique. Typographie et mise en forme sont autant de panneaux indicateurs qui forment un code de conduite de la lecture. Petit dessin, lettrine, point de suspension qu’elle juge comme une invitation à aller plus loin dans sa lecture (en cliquant sur les « … », zones activables, elle accède à la suite des informations) forment tous des indices. Par ailleurs, elle oscille entre lecture partielle et lecture linéaire, préférant juger globalement le site par un balayage visuel rapide pour s’attarder plus longuement sur certaines portions de textes qu’une image, un mot ou une mise en forme invitent à lire.

107Lecture par objectif ou lecture aléatoire, le balayage visuel d’une page ou d’un site participe de l’évaluation rapide du contenu qui conditionne alors la poursuite ou non de la lecture. Stéphane avoue s’adonner à une lecture première, celle du parcours global de la page, avant de continuer. Halima, quand elle n’est pas assurée de la pertinence d’un site, balaye les pages pour juger de leur intérêt et décider ou non d’entamer une lecture attentive et linéaire.

108À côté de ce balayage rapide (véritable photographie de la page), préalable à une lecture en diagonale, nous avons observé des lecteurs menant une lecture sélective à mesure qu’ils déroulent la page. Ainsi, Halima s’arrête çà et là, au fur et à mesure que la page défile, sur l’indice « spontané », mots-clés en vue de repérer les conseils donnés par le site pour élaborer une candidature professionnelle autonome. Lorsque la lecture rapide est trop rapide et qu’elle engendre la confusion, l’œil revient en arrière afin de mieux connaître ce qui précédait. Ainsi, Halima parcourt la page à la recherche du mot-clé « Bilan » et décide de revenir en arrière en vue de lire plus attentivement les passages sélectionnés.

Intégrer les repères qui font les succès du livre

  • 25 Cf. les travaux de Wenger et Payne (1996), Créer des sites spectaculaires. Le design des sites de t (...)
  • 26 Chartier (R.), « Du livre au lire », dans Pratiques de lecture, (sous la dir. de R. Chartier), Pari (...)
  • 27 Voir à ce sujet l’article de C. Vandendorpe et, plus particulièrement, la partie sur « le texte éle (...)

109Si les gênes persistent25, il faut néanmoins constater les progrès de mise en page et de typographie des concepteurs de site Web, lesquels tendent à intégrer de plus en plus les repères qui ont fait le succès du livre. L’évolution de la lecture nous amène à repenser, pour reprendre l’expression de Roger Chartier, « l’esthétique de la réception26 » et à améliorer « la lisibilité ». Au début, le concept de page ne s’appliquait pas à l’Internet : on faisait défiler verticalement à l’écran la colonne de texte. On renouait ainsi avec le rouleau de papyrus que l’on déroulait, un peu à la manière des images d’un film, ce qui rendait plus ardu toute consultation ponctuelle ou tout retour en arrière. Aujourd’hui, « on est en train d’intégrer à l’hypertexte les repères qui ont fait le succès du livre27 », en offrant des outils de repérage supplémentaires. Comme dans le livre, la page devient l’unité fondamentale. En effet, on redécouvre que la page permet de mieux diriger l’activité de lecture, ne serait ce que pour parvenir à une vue d’ensemble du contenu, laquelle constitue l’une des premières étapes de la lecture rapide. Sans pour cela être banni, mieux vaut éviter le défilement et calibrer la longueur de votre texte pour limiter l’utilisation des ascenseurs Car, retenons que « quand c’est long comme ça, généralement, je ne lis pas du tout » [Geoffroy].

L’outre-lecture est une lecture

110Dans Propos sur l’éducation, Alain avait écrit : « Car enfin toute la page est vraie en même temps […] explorer d’un coup d’œil, y revenir, c’est la perfection du lire. » La lecture de l’imprimé est donc flexible, elle est constituée par de microrévisions de stratégies de lecture, permanentes, dont la fréquence dépend des objectifs, des conventions plus ou moins partagées mais aussi de l’expertise du lecteur. Cette flexibilité, Nicolas la décrit aussi quand il commente le parcours de son œil sur l’écran : milieu, droite, gauche. En somme, il ne s’agit plus de balayer des yeux un texte de gauche à droite mais de parcourir le texte de manière flexible. Le parcours est ainsi jalonné de parcours horizontaux et de traversées obliques, de retours en arrière, etc. La lecture de l’imprimé comme du Web relève d’un parcours volontaire des yeux qui vise à décoder des ensembles structurés et signifiants, lesquels ne se suivent pas toujours de manière linéaire. La lecture est jalonnée de panneaux indicateurs, plus ou moins nombreux (mots-clés, typographie, retour paragraphe, ponctuation, image, etc.) et plus ou moins signifiants pour le lecteur.

  • 28 Éditée par Sun Microsystems, 1997. Cf. Useit.com : Jakob Nielsen’s Website.
  • 29 Richaudeau (F.), « Le processus de lecture », op. cit., p. 336.

111« On ne peut pas tout lire », souligne Catherine, que ce soit en raison du temps limité qui est imparti à tout usager de la Bpi, de l’inconfort de la lecture sur écran ou encore de l’ouverture infinie des informations disponibles sur le Net. Si la lecture d’écrémage sélective se pratique déjà sur des supports traditionnels, elle semble de rigueur sur l’Internet. Selon l’étude de Jakob Nielsen28, 79 % des internautes lisent toujours en diagonale, seulement 16 % lisent mot à mot. Le « scannage » n’est pas ancien, il correspond à ce que l’on appelait déjà la « lecture en diagonale ». Selon François Richaudeau, cette super lecture élimine en partie la contrainte de respecter la trame linéaire du texte : « L’œil du lecteur ne se propulse plus inexorablement de gauche à droite le long de chaque ligne, son champ d’action est devenu la page à deux dimensions au sein de laquelle il peut prospecter librement les informations, établir des “ponts” de liaisons mentales entre deux, trois concepts ou plus, procéder à des synthèses, sans passer par le carcan de l’enchaînement linéaire chronologique issu de notre langage oral29. »

  • 30 O’Hara (K.), Towards a Typology of Reading Goals (Technical Report epc-1996-107), Cambridge, Rank X (...)

112Nous l’avons déjà dit, l’activité de lecture sur l’Internet est plurielle et constitue une composition entre plusieurs types de lecture. K. O’Hara30distingue plusieurs manières de lire dont la lecture « réflexive » (nécessitant des interruptions permettant la réflexion), le « parcours » (skim reading), qui consiste à lire rapidement afin d’avoir une idée globale du contenu (lecture d’écrémage pour François Richaudeau) ; le « balayage », qui consiste à parcourir le texte afin de savoir si une information est présente ou pour localiser une information dont on sait qu’elle fait partie du texte (lecture de repérage). Elle dépend du type d’information recherchée, du type de document exploitable (formulaire, dossier) et du projet de lecture. L’internaute lit différemment sur écran selon la tâche qui lui incombe. En demandant à nos enquêtés de s’adonner à trois tâches singulières : remplir un formulaire, chercher une information précise, constituer un dossier sur un thème donné, nous avons fait émerger des modes de lecture spécifiques. Par ailleurs, le support de la page Web elle-même est organisé pour permettre un aperçu synoptique de la page. La distinction entre mode de regard et lecture en diagonale devient floue.

113La navigation elle-même peut alors être considérée comme de la lecture à part entière, dans le cadre d’une activité distribuée sur plusieurs pages ou sites mais toujours encadrée par les mêmes conditions techniques de manipulation. Le lecteur explore, passe d’une rubrique à une autre, lit plus ou moins partiellement, active des liens, revient en arrière, repère les titres et sous-titres, active un autre lien, explore un nouveau site, lit en détail, revient sur la page des résultats du moteur de recherche, se retrouve sur un site, balaye du regard, lit plus linéairement une portion de texte, etc. La lecture devient un projet. Projet car la lecture peut être le produit d’une réflexion anticipée ; projet parce que le lecteur, même s’il surfe, tente de s’organiser en adoptant des points de repère (grâce au repérage de mots-clés, à l’intérêt porté à la mise en forme, etc.).

114La transformation de la lecture sur le Web tient plus de la mise en espace commun, en cadre écologique pourrait-on dire unique, d’informations de nature fort différentes, relevant d’objectifs distincts pour les lecteurs, insérés dans des chaînes d’activité parfois fort éloignées, et mobilisant des modes de lecture spécifiques. Ce qui fait la contrainte propre du Web, c’est avant tout leur unification sur un même support, exploitant les mêmes outils de manipulation, dans une situation ergonomique éventuellement similaire, dans une séquence temporelle parfois continue. « L’outre-lecture » est avant tout une transformation du milieu, une mutation écologique, qui est en train de contraindre « l’espèce lecteur » à s’adapter à grande vitesse et à combiner des savoir-faire jusqu’ici spécialisés.

  • 31 Boullier (D.), « Les conventions pour une appropriation durable des tic. Utiliser un ordinateur et (...)

115Il devient essentiel alors de vérifier comment l’exportation de routines issues de traditions différentes, sur des supports différents, dans le cadre d’activités différentes peut finalement produire des conventions partiellement communes mais aussi partiellement distinctes, pour tenir compte de l’unité manipulatoire de l’ordinateur mais aussi de la différence radicale des activités conduites sur ce support unique. Nous avons ici mis en avant à quel point les prises offertes par les techniques et les traditions associées à l’imprimé peuvent toujours être exploitées, mais la partie précédente nous avait montré comment ce sont les traditions du panneau de commande (les interfaces homme machine graphiques, GUI) qui constituent le répertoire des prises possibles. C’est sans aucun doute sur la tradition, identifiée aussi par Manovich (op. cit.), de l’audiovisuel que notre approche reste plus faible et devra faire l’objet de nouveaux travaux. Cela d’autant plus que l’évolution des produits, des services et des demandes sur le support numérique se fera massivement vers l’image et l’image animée au détriment du texte dans les prochaines années. Il est probable alors que l’on verra se différencier encore plus nettement les supports eux-mêmes (terminaux notamment31) ainsi que les outils de manipulation (cf. la manette des jeux vidéo) qui finiront ainsi par rétablir tout au long de la chaîne technique une diversité des conventions qui n’est finalement que provisoirement mise en commun à travers l’état actuel du Web.

Notes

1 Manovich (L.), The Language of New Media, Cambridge (Ma), mit Press, 2001. De plus, comme le montrent J.B. Bolter et R. Grusin, cette pluralité des traditions que fédère la lecture, reflète aussi le jeux complexe des remédiations sur le terrain du support numérique et sur le Web en particulier [J.B. Bolter, R. Grusin, Remediation : Understanding New Media, Cambridge (Ma), mit Press, 2001, p.196 : » The World Wide Web »].

2 Richaudeau (F.), La Lisibilité, langage typographie signes… lecture, Paris, Denoël, 1969.

3 Voir infra pour une définition du terme.

4 Norman (D. A.), The Psychology of Everyday Things, New-York, Basic Books, 1988

5 Genette (G.), « Discours du récit », dans Figures ÌII, Seuil, 1972.

6 Manovich (L.), op. cit.

7 Bühler (K.), Sprachetheorie : Die Darstellungsform der Sprache, Stuttgart, Fischer, 1992 (Reprint). Bien que le modèle de Bühler pour le langage ait été enrichi par d’autres linguistes – notamment par R. Jakobson – il est intéressant de noter que c’est sur ces catégories initiales que Gömbrich a fondé son approche analytique pour les images.

8 Une analyse plus fine de la façon dont les différents modes de regard sont constitués dans le temps et dans l’espace, dépasserait la portée de notre enquête ; il reste que cet effet d’instantanéité du « coup d’œil » a été suffisamment marquant pour ne pas passer inaperçu. De ce point de vue, notre « découverte » est peu originale : « [La peinture] présente son essence en un seul instant à la faculté visuelle, par le moyen propre dont la sensibilité reçoit les objets naturels et dans le temps exact qu’il faut à la proportionnalité harmonique des parties constitutives », notait Léonard de Vinci dans son Éloge de l’œil (p. 26 de la nouvelle édition, Paris, L’Arche, 2001).

9 Bertin (J.), op. cit.

10 Étude publiée en mai 2000.

11 Étude publiée en décembre 1998.

12 Chartier (R.), « Lecteurs et lectures à l’âge de la textualité électronique », dans Texte : le texte à l’heure de l’Internet, op. cit.

13 Ibid.

14 Meunier (J. G.), Bertrand-Gastaldy (S.), Paquin (L.C.), « La gestion et l’analyse des textes par ordinateur : leur spécificité dans le traitement de l’information », ICO Québec, printemps 1994, p. 1928.

15 Cf. dans F. Richaudeau, op. cit., le chapitre « Du contexte à l’anticipation », p. 67-70.

16 Richaudeau (F.), Sur la lecture, Paris, Albin Michel, 1992.

17 Richaudeau (F.), « Théories de la lecture et perspectives : de l’oralité des signes à la perception mosaïque », Revue de Bibliologie, n° 40, 1994, p. 2632, p. 29.

18 Richaudeau (F.), Sur la lecture, op. cit., p. 84.

19 Il faut également noter que certains de nos enquêtés légitimeront leur mode de lecture rapide par le coût de la connexion. Cependant, ces mêmes individus pourront s’arrêter plus longuement sur un passage dès lors qu’il concorde avec leurs aspirations. Selon nous, plus qu’une question pécuniaire, c’est le projet de lecture et le type d’informations recherchées qui déterminent le passage d’un mode de lecture à un autre. Que la connexion soit forfaitaire ou illimitée, la lecture se veut fonctionnelle, libre et flexible. Par contre, on peut penser que le type de connexion (modem rtc, numéris, câble/ADSL) influe sur la fréquence d’utilisation dans le sens où l’utilisateur s’autoriserait peut-être un recours plus systématique à la consultation sur l’Internet.

20 Nous devons aussi souligner le biais que peut introduire notre étude, l’interviewé cherchant à consulter plusieurs sites pour satisfaire un critère quantitatif que nous n’avons pas souhaité. Bien que nous ayons insisté sur la nécessité de naviguer selon ses habitudes, nous ne pouvons échapper à certains travers. Ainsi, les multiples ruptures thématiques s’expliquent-elles peut-être aussi par un souci de montrer comment il accomplit sa recherche en fonction de différents thèmes abordés ?

21 Vandendorpe (C.), « Livre virtuel ou codex numérique ? Les nouveaux prétendants », Bulletin des bibliothèques de France, t. 45, n° 6, 2000, p. 19.

22 Le Loarer (P.), « Lecteurs et livres électroniques », Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, 2000, p. 27.

23 Cité par A.M. Chartier, J. Hebrard, Discours sur la lecture (1880-2000), Paris, Fayard-Bpi/Centre Pompidou, 2000, p. 734.

24 Vielfaure (C.), « La publicité ? », dans Dreyfus (J.), Richaudeau (F.)(sousladir.de), La Chose imprimée, op. cit. p.396-413.

25 Cf. les travaux de Wenger et Payne (1996), Créer des sites spectaculaires. Le design des sites de troisième génération, CampusPress, 1998 (2e édition), p. 88.

26 Chartier (R.), « Du livre au lire », dans Pratiques de lecture, (sous la dir. de R. Chartier), Paris, Payot & Rivages, 1993, p. 79-113.

27 Voir à ce sujet l’article de C. Vandendorpe et, plus particulièrement, la partie sur « le texte électronique », op. cit., p. 1920.

28 Éditée par Sun Microsystems, 1997. Cf. Useit.com : Jakob Nielsen’s Website.

29 Richaudeau (F.), « Le processus de lecture », op. cit., p. 336.

30 O’Hara (K.), Towards a Typology of Reading Goals (Technical Report epc-1996-107), Cambridge, Rank Xerox Research Centre, 1996.

31 Boullier (D.), « Les conventions pour une appropriation durable des tic. Utiliser un ordinateur et conduire une voiture », Sociologie du Travail, 3/2001, p. 369-387.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable