Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Chapitre IV. Le Web comme « milieu documentaire » inédit

L’auctorialité se reconstruit

Texte intégral

Auteur absent, prise en charge impossible ?

1Tout se passe dans ces univers comme dans beaucoup de mondes créés et gouvernés par un modèle technique : il suffirait de mettre en place les dispositifs techniques pour que le sens soit accessible. C’est oublier toute l’économie politique à construire dans tout système d’information, notamment dans le cas de l’imprimé. L’ensemble de ces médiations constitue le système de l’imprimé qui a pu varier dans le temps, le système des livres n’étant pas identique à celui des journaux par exemple. Mais, dans tous les cas, il a fallu du temps pour faire tenir ces médiations, les aligner et produire au bout du compte de véritables conventions. C’est à cette condition que le modèle linéaire souvent associé à l’imprimé a fini par produire des attentes et des règles de production qui se renforçaient mutuellement. L’offre dite linéaire de l’imprimé comportait à la fois une contrainte technique et une contrainte informationnelle. Une prise en charge du lecteur est alors offerte mais elle est grandement facilitée parce que tout l’a anticipé : le lecteur a déjà été formé, les standards se sont imposés selon les genres. Le lecteur peut alors supposer sans trop de risque que les principes qu’il connaît seront mis en œuvre, qu’il garde cependant une marge de contribution non négligeable (qu’on lui favorise éventuellement en fournissant des outils de navigation dans les corpus comme dans les documents) et que l’information elle-même est l’œuvre d’un auteur possédant des intentions.

2Lors de la première tâche (remplir un formulaire), deux personnes observées se réfèrent au Minitel. Le Minitel se caractérise par une organisation très particulière dans la mesure où, bien que l’espace de l’écran existe, sa dimension temporelle est déterminante. Toute l’activité se trouve organisée en pas, devant être validés au fur et à mesure pour avancer. Sur la page Web, les choses sont plus compliquées, plusieurs choses peuvent être demandées en même temps, la réalisation d’une tâche n’est plus aussi bien programmée et délimitée dans le temps avec ces phases successives, et il semble que cela puisse être un facteur de désorientation notable. Si, avec le Minitel, on peut considérer que chaque clic, ou plutôt chaque validation, correspond à la même chose, au même temps, ou plutôt à une étape de même « taille », le clic sur l’Internet est de « dimension » beaucoup plus variable, tant au niveau spatial que temporel. Un « mauvais clic », et ce sont tous vos efforts ruinés, ou une désorientation soudaine et complète. Le Minitel fonctionne réellement comme un « livre électronique », avec ses catalogues et ses hiérarchies dont on doit suivre les prescriptions. C’est une véritable offre structurée.

3Dans le cas du Web, la contrainte de l’offre ne relève en rien d’une convention formée dans un temps aussi long et la nature de l’offre ne constitue plus un corpus préorganisé. L’action de l’utilisateur devient ici non pas possible mais indispensable : c’est par son activité de navigation qu’émerge un univers de connaissances qui n’avaient sans doute jamais été reliées de cette façon avant lui. Le guidage vers un but est impossible sur le Web car il faudrait que le Web ait été constitué en fonction de ces buts supposés et qu’il y ait eu une diffusion suffisante des conventions nécessaires pour faire partager ces buts et les moyens de les atteindre. On ne peut offrir de guidage qu’à la condition que, quelque part, quelqu’un ait pu penser la demande spécifique et organiser le matériau sur lequel elle porte, de telle façon qu’on puisse s’y orienter. Le Web n’est pas structuré en fonction d’un classification a priori des informations (ex : des disciplines), d’un répertoire d’auteurs, d’un rangement physique, de médiateurs permettant d’ordonner le monde, même si les annuaires tentent de le faire, de notices prescrivant des lectures, etc. Dès lors, on peut dire que l’appropriation devient très hypothétique voire utopique, puisqu’on est précisément sans lieu, dans une utopie documentaire. Une utopie dans les deux sens du terme : « qui n’existe pas » et « lieu idéal ». Le second sens renverrait ici à l’activité promotionnelle des providers du Web comme bibliothèque universelle et accessible par tous, le premier à la réalité des pratiques.

De la toile au chewing-gum

4L’un des points clés de cette difficile appropriation repose sur l’indétermination du lien hypertexte. Aucune convention ne fixe la valeur sémantique du lien HTML, pour la simple raison qu’il n’existe aucune autorité pour fixer cela et chaîner toutes les références entre elles (car c’est bien le problème de toute institution que de renvoyer nécessairement à une hypothétique source des références). Or, le Web est, par nature et par fondation historique, sans référent central, sans source, et partant sans validation des sites, des références et encore moins des liens entre eux. L’absence d’autorité laisse la place à la domination d’un système technique opaque qui, lui-même, ne semble pas faire l’objet d’une autorité quelconque et, par là, d’une intention puisque ses prises en main automatiques sont le plus souvent intempestives et surtout aléatoires.

5Du point de vue de l’internaute, il n’est plus possible de s’affronter à un auteur, à un texte supposé organisé par une intention : toute intention a disparu comme principe de communication, pour être remplacée par l’opportunité du contact. Le contact n’engage pas mais autorise précisément le surf que l’on pourrait aussi qualifier de « prise tangentielle sur le monde ».

6Pourtant le Web exerce aussi une emprise, comme on le voit par ses manifestations d’autonomie technique mais aussi par la nature opaque des liens et des repères. C’est l’opacité même ou l’incertitude qui oblige à interroger en permanence le statut de cette entité Web, en produisant sans doute quelque chose d’équivalent à la métaphysique que décrivait Sherry Turkle pour la confrontation des enfants aux ordinateurs. On ne peut pas ne pas supposer un sujet intentionnel logé dans le dispositif informatique et informationnel, pour « commercer » avec lui, pour tenter d’exploiter ce qu’il offre. Mais il devient totalement impossible pourtant de dévoiler les intentions ou la structure sous-jacente du Web comme on pourrait le faire d’un ensemble de documents papier. De ce fait, il n’est pas possible non plus de développer des stratégies, ni même des tactiques, puisqu’il n’y a pas de ligne de conflit ni de principe repérable de domination ou d’asymétrie. On peut ainsi faire l’hypothèse qu’il n’existe aucun ajustement possible entre offre et demande puisque les références communes qui auraient permis les prémontages de cet ajustement ne sont pas présentes. Nous pouvons considérer alors que le type d’emprise qu’exerce le Web et qui génère les asymétries observées et les méfiances de certains internautes, relève de la toile d’araignée, ce qui correspond bien au Web, car très éloignée de l’emprise que peut exercer un texte ou un corpus. Cependant, ce serait encore imaginer qu’existe quelque part un centre, celui où se trouve l’araignée qui tisse sa toile, et qui possède bien une stratégie pour prendre ses victimes. Or, pour le Web, il n’existe pas de centre du tout, et aucun moteur, annuaire ou portail, ne peut prétendre jouer ce rôle, même si certains le tentent ou le proclament. Nous avons plutôt affaire à un chewing-gum, qui n’a ni centre ni intention mais qui piège celui qui se laisse absorber, sans qu’il soit question d’y trouver des repères ou des prises pour s’en sortir. Dans cette métaphore du chewing-gum, revient aussi celle de la rumination qui peut être une piste intéressante à creuser pour comprendre certains des parcours des internautes, qui passent et repassent par les mêmes points sans pour autant s’orienter mieux ou trouver ce qu’ils cherchent.

7Il est certain que nous poussons à l’extrême certaines de nos observations de façon à penser la nature même du processus d’emprise qui se joue. Cela dit, rappelons que nous parlons toujours du Web en général et que nous verrons que l’une des possibilités de reconstituer de l’ajustement possible consiste précisément à produire un monde hors Web, au sens où il s’auto-délimite en neutralisant les effets dévastateurs des liens indéterminés.

Reprendre la main : condamné à être l’auteur de son propre Web !

8Si nous avons insisté sur la difficulté structurelle à s’approprier le Web, et nous devrons encore y revenir, nous ne devons pas ignorer toutes nos observations qui nous montrent que l’on parvient pourtant à « reprendre la main ». Nous distinguerons trois méthodes rencontrées chez les internautes de ces deux phases d’enquête pour se sortir de ce chewing-gum.

Le « cursus interruptus »

9Nous avons trouvé confirmation de ce qu’une observation triviale permettait de constater, à savoir une grande fréquence des interruptions de requêtes ou de refus des propositions faites par les sites. La navigation engagée s’interrompt et parfois cela débouche sur une réorientation complète. On observe ainsi un refus d’attendre la réponse, dès que le navigateur semble « tourner en rond » (encore une métaphore topographique présente dans les icônes des interfaces, notons-le). Refus aussi des fenêtres intempestives, ouvertes sans demande de l’utilisateur et aussitôt fermées. De façon significative, la seule méthode pour ne pas se laisser prendre, c’est de sortir de l’emprise technique imposée par le système. Il ne s’agit pas seulement d’une impatience, mais bien d’un refus de laisser le système prendre la main, en appliquant a priori ses critères. La différence est alors très nette avec les internautes qui vont accepter d’attendre ou qui vont parcourir quand même les informations données par ces fenêtres. Si les internautes paraissent ainsi le plus souvent centrés sur le but à atteindre, on peut noter que cette attitude se retrouve identique lorsqu’il s’agit de surfer sans but précis. C’est bien une forme de bataille pour le contrôle qui se joue.

10« Je me rends compte qu’il ne veut toujours pas, donc j’arrête » [Marie-Carmen], « La recherche est trop longue, je vais arrêter » [idem].

11« On ne va pas faire toutes les pages, je ne pense pas que cela soit utile. » [Marie-Carmen.]

12« Je suis un petit peu fainéant, parce que ça me saoulait de lire toutes les réponses, j’ai vu site officiel, je me suis dit tu peux y aller. » [Dov.]

L’ancrage dans un référent de substitution

13Nous avons indiqué à quel point il était impossible de trouver un centre sur le Web et que, de ce fait, tout le chaînage des références était mis en cause. Pourtant certains internautes travaillent à reconstituer des centres de substitution en s’appuyant par exemple sur un centre officiel ou encore en se réjouissant dès lors qu’ils trouvent des bibliographies. Dans les deux cas, il s’agit de retomber sur une topographie institutionnelle connue, celle présente dans le monde non-Web, où des réputations ont été construites ainsi que des références collectées et ordonnées selon des règles documentaires établies. On néglige trop souvent la différence considérable qui existe entre une citation extraite d’une revue référencée et celle extraite d’un site Web. Dans un cas, une référence à des conventions et à des autorités est toujours présente, alors que dans le cas d’un site Web, les internautes expriment très souvent leur doute sur le statut des informations recueillies. On voit ainsi que le montage institutionnel de la croyance repose sur des chaînes de référence qui ne se construisent pas dans le vide et surtout en ignorant l’histoire et la généalogie de ces références. Les internautes prennent ainsi l’habitude de différencier au moins deux grandes entités dans le Web, les sites perso et les sites officiels, souvent aisés à différencier par certains traits visuels. Cependant une grande quantité de sites se situent précisément dans un statut incertain qui génère le doute déjà évoqué.

14« Donc, il va falloir des sources officielles. Je m’aperçois que c’est pas aussi officiel que ça, c’est facile de s’y perdre. Les couleurs, les titres en rouge, encadrés et tout, c’est grossier, ça fait pas très officiel, alors qu’il y a peut-être de bonnes infos. Moi, ça me donne pas envie de continuer sur ce site. » [Annie-Laure.]

15« Par contre, quand tu vas dans des sites comme Science presse Québec, tu cliques sur un lien qu’ils te proposent, c’est là que tes recherches commencent à être intéressantes. » [Annie-Laure.]

16« Encore un truc perso !

17– À quoi tu le vois ?

18– À la présentation. Le fond de page, c’est pas un professionnel, la présentation n’est pas linéaire. » [Marie-Carmen.]

19« On est sur un site un peu léger, pas très sérieux, je le trouve mal annoncé, ça fait kitsch quand même comme présentation, je sais pas, je me trompe peut-être. » [Dov.]

20« C’est un mec qui a tout relooké le Spielberg, j’ai peur que ce soit un

21peu un attrape-nigaud ». [Loana.] « Je voudrais plutôt accéder à leurs archives. » [Pascal.] « Quand il dit “bibliographie”, j’adore. » [Pascal.]

La reconstitution d’un centre par l’internaute lui-même

22En l’absence d’ancrage possible, et dans le refus de s’abandonner à un système aléatoire, l’internaute peut toujours prétendre faire le travail lui-même, ce travail de mise en ordre d’un monde chewing-gum. La tâche peut paraître impossible mais elle constitue pourtant la posture dominante, qui permet encore de conduire des recherches orientées vers un but (au-delà du surf).

23« Je suis en train de mesurer l’ampleur du problème. Il faudrait l’aborder sous plusieurs angles. Je cherche une possibilité d’approche. » [Pascal.]

24Certains internautes décident ainsi d’adopter des stratégies, de les mettre en œuvre en parallèle si nécessaire, de se positionner comme un vrai centre de décision en guerre face à cet univers incertain : les personnels formés à la recherche sur l’Internet peuvent d’ailleurs affirmer qu’ils sont capables de ruser avec cette incertitude pour s’orienter et trouver ce qu’ils cherchent. D’autres, plus modestes, mais aussi plus fréquents, se contentent de procéder à une sélection de ce qui leur est offert par défaut, en hiérarchisant par élimination, quand bien même les critères de cette élimination reposent sur des indices non systématisables. Ainsi, on ne lira que la première page des résultats d’un moteur de recherche ou encore on ne lira pas du tout les informations fournies sous certains formats, etc. (ce qui peut s’appuyer sur les distinctions déjà évoquées entre sites officiels ou non, ou plutôt sites professionnellement conçus ou non). On connaît dans les deux cas la relativité de la prétention à se proclamer « centre de recherches » lorsque le milieu d’investigation est aussi mouvant, mais on peut toujours « faire comme si », surtout quand on ne sait pas comment faire autrement. C’est une façon d’appliquer l’adage : « ces événements qui nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs », tant l’incertitude est une posture difficile à supporter.

Topographies et styles cognitifs

25Il nous est possible de faire un certain nombre d’hypothèses sur les montages de conventions, déjà en cours, qui permettront de traiter cette question de l’appropriation impossible du Web. Le parcours, à partir des entretiens recueillis, nous a conduit à poser qu’il n’existe pas de « lecture » ou « d’usage » qui ne soit constitué comme couplage entre une offre et une demande, entre un producteur et un utilisateur, entre un émetteur et un récepteur. Dans chaque couplage, les médiations sont différentes mais une dimension commune tient dans la définition simultanée et réciproque des termes de la relation, suivant en cela le modèle transductif de Simondon. C’est ce que nous voudrions prolonger ici pour comprendre comment le Web est en ce moment en train d’expérimenter certaines formes de couplages, que certains appellent modèles économiques, d’autres modèles éditoriaux et d’autres, plus généralement, conventions. Leur mise en forme explicite est sans doute un état important et un stade décisif, mais on a sans doute trop tendance à aller vite en besogne, en oubliant de caractériser vraiment la nature de ce couplage. Pour nous, il doit se situer entre, d’une part, des topographies du Web et, d’autre part, des styles cognitifs que nous préférons appeler styles d’appropriation car le vocable cognitif en vient à marquer tout et n’importe quoi (on notera bien entendu que ces deux aspects peuvent se trouver synthétisés dans le concept de Lynch sur les « cartes mentales », mais nous préférons ici garder leur disjonction pour mieux comprendre leur construction). Les deux éléments se construisent ensemble et il est inutile de chercher l’origine, mais il est aussi inutile de chercher à les évacuer en plaquant des modèles a priori. Nous distinguerons quatre formes de couplages qui peuvent éventuellement être groupées en deux sous-ensembles de niveau supérieur :

  • La construction communautaire du Web ;

  • La référence à des médiateurs réputés ;

  • La cueillette avec traces ;

  • L’opportunisme.

La construction communautaire du Web

26Elle combine une topographie en îlots, bien identifiés, dont on peut faire la cartographie, dont les étiquettes sont normalisées, par une autorité ou par ajustement dans le temps. Cette procédure renvoie à un style cognitif d’appropriation par territorialisation, par définition de frontières, par installation dans un espace familier. Ce travail peut très bien être effectué par chacun individuellement à travers sa politique de signets : les signets ou favoris sont les outils essentiels d’une politique des savoirs fondée sur des communautés de significations (supposées) partagées.

La référence à des médiateurs réputés

27Elle propose une topographie à centres de référence, fort visibles, devenant des points de passage obligés pour s’orienter. La construction de la réputation est en grande partie appuyée sur des références acquises à l’extérieur, mais il n’est pas exclu que certains acteurs du Web parviennent à gagner un statut de référent uniquement sur le Web, comme le tente Yahoo / Google. Le style cognitif correspondant se construit par appui sur des autorités reconnues, par demande et acceptation de la prise en charge dans toutes les dimensions informatiques et informationnelles. Les médiations sont ici reconnues et même demandées.

28Ces deux formes de couplage peuvent se combiner pour reproduire en fait sur le Web les repères du monde non-Web. Toutes ces stratégies sont en fait des méthodes pour sortir du Web et de son incertitude constitutive. Cette approche politique est la mieux résumée dans tous les projets de Web sémantique, aujourd’hui fort répandus : on ne peut « ajouter du sens au Web » qu’à la condition de requalifier l’ensemble de son offre, de ses outils, de ses médiations à travers un lourd travail de construction de repères supposés partagés. Que cela se fasse a priori, plutôt que par la mise en avant des centres réputés ou sur une base communautaire, importe peu, dans la mesure où il s’agit dans tous les cas de retrouver les modes canoniques et doxiques d’organisation des savoirs, avec les équipements déjà présents dans des bibliothèques, par exemple. La métaphore de la bibliothèque peut donc revivre, avec cette réserve que cela suppose de découper l’espace bibliothèque en question dans l’univers du Web pour en faire un sous-ensemble soustrait aux aléas de la « toile chewing-gum ».

29Deux autres topographies et styles d’appropriation peuvent être décrits, moins visibles sur le plan des politiques de recherche, mais en fait constitutifs de l’originalité du Web :

La cueillette avec traces

  • 1 Boullier (D.), L’Urbanité numérique. Essai sur la troisième ville en 2100, Paris, L’Harmattan, (...)

30Nous entrons ici dans une topographie des traces, des parcours en tant que tels, eux-mêmes constituant l’espace qu’ils explorent. Nous insistons sur les traces car elles sont la base de ce que nous avons appelé, en 19991, l’indexation subjective et qui nous paraît proche de ce qui est actuellement désigné couramment comme navigation sociale. Une partie des items repérés peuvent en fait être reliés à la stratégie de reconstitution de centres de réputation mais une autre partie reste totalement dépendante d’expériences, de compétences et de réseaux fortement personnalisés. En exploitant techniquement et sémantiquement ces traces, et en les couplant avec des profils utilisateurs, on mesure qu’il est aussi possible de rejoindre l’autre axe de construction fondé sur les communautés. Toute la différence tient dans le fait que ces communautés ne sont pas prédéclarées mais construites en action, construites dans un vrai couplage actif dans le cours même du parcours. Le style d’appropriation qui peut lui être associé est celui de la cueillette. La cueillette repose sur un art d’exploiter son environnement tout en marchant, en gardant bien un objectif en tête, ce que font les internautes qui se lancent quand même dans une recherche, mais sans pour autant prétendre avoir une stratégie (qui est une métaphore guerrière supposant une attaque et non un parcours, et un ennemi identifié et non un environnement instable). C’est donc un art de la survie dans un milieu mouvant qui est au cœur du style d’appropriation dit de la cueillette, les informations ne prenant d’ailleurs souvent de valeur que rétroactivement : de même que le bricoleur accumule au cas où, le cueilleur profite des opportunités aussi en fonction d’un but, lui-même toujours en réorganisation. Ses outils d’annotation et de graphie des parcours sont les équipements techniques qui permettent de rendre visibles les parcours effectués et de les échanger.

L’opportunisme

31Il se constitue sur une topographie mouvante, acceptant l’absence de centre, l’absence de principes d’orientation et profitant des « moments » plus que des espaces constitués. La topographie de ce Web est celle qui existe actuellement, avec son faible encadrement sémantique, avec sa faible traçabilité, avec l’indétermination des liens qui l’organisent. Des internautes mobilisent un style d’appropriation congrûment avec cette topographie, ce sont les surfeurs par définition opportunistes, connaissant la brièveté des occasions de contact avec l’information pertinente. Cette posture ne nécessite ni centre, ni frontières, ni même traces, elle se contente de tangentes. Elle n’a pas de prétention stratégique ni tactique, elle est plus de l’ordre du dandysme érigé en politique de connaissances. Son équipement est léger comme il se doit pour un surfeur. Paradoxalement, c’est pourtant ce style qui s’adapte le mieux au Web actuel et qui génère les plus grands « experts ». On sait par ailleurs que cet art de l’opportunité fait précisément partie de ces compétences que l’on ne peut formaliser et qui sont le propre des experts. Le type de capitalisation de leur expérience ne permet pas de constituer un centre de ressources identifiables mais plutôt un ensemble de savoir-faire et de veille, non éloignée de celle qu’on demande lorsqu’on traite des signaux faibles.

32Ces quatre postures peuvent, en fait, se retrouver à différents moments, selon les internautes observés, mais il est certain que des styles se construisent en même temps que des topographies sont en cours d’équipement. Dans tous les cas cependant, il s’agit de vraies politiques des savoirs et de leur fabrique (au sens le plus technique du terme). Il est important de marquer à quel point le dispositif se construit sous forme d’un couplage où utilisateur et architectures (techniques et sémantiques) se codéterminent, au-delà des stéréotypes, sur les déterminations techniques ou sociales, sur les conceptions centrées sur le système ou les utilisateurs.

33En revenant sur cette construction qui émergeait du travail de terrain, nous nous sommes rendus compte que ces quatre postures (topographies / styles d’appropriation) se construisaient vraiment dans un couplage et non par causalité réciproque, et qu’elles pouvaient être ordonnées selon un schéma que nous élaborons actuellement comme cartographie des positions dans une modernité en crise. Le principe de combinaison repose sur l’opposition entre acceptation de l’incertitude constitutive des mondes contemporains et son refus (ou le retour réclamé à des certitudes, voire à des dogmes), d’une part, et sur l’opposition entre les attachements à tous les éléments constitutifs de nos mondes d’appartenance et le détachement exigé par le projet moderne, d’autre part.

Notes

1 Boullier (D.), L’Urbanité numérique. Essai sur la troisième ville en 2100, Paris, L’Harmattan, 1999.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable