Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Chapitre III. Lire, c’est interpréter

Expertise et décision

Texte intégral

Entre doute et certitudes

1Les schémas les plus adaptés au Web ne seraient-ils pas ceux que l’on peut modifier ou que l’on peut faire alterner ? Ceux qui, précisément, sont posés par hypothèse et prêts à être remplacés ? Plusieurs indices pourraient le laisser supposer, notamment si l’on en juge par les certitudes, ou au contraire les déceptions qui ont accompagné les usagers les moins préparés à une telle alternance des schémas interprétatifs dans leur démarche. Jeff, par exemple, reste imperturbable dans la compréhension du fonctionnement de Copernic telle qu’il se l’est forgée :

2« D’accord. Quand tu n’es pas satisfait des résultats que tu as exploités sur la liste que te donne Copernic, est-ce que tu reformules ta requête avec un nouveau mot-clé ?

  • Exactement, oui. Par exemple, j’ai pris un titre plus général de pêche au bar au départ. Les résultats étaient assez généraux et présentaient tous les types de pêche. J’étais à la base intéressé par la pêche au surfcasting. Donc je suis retourné directement taper surfcasting et, là, d’autres sites se sont affichés.

  • D’accord. En fait, est-ce que tu utilises aussi parfois deux mots-clés ? Ou tu n’en utilises qu’un tout le temps ?

  • Deux. Je pense que deux, ça peut rendre une recherche plus précise. Un, ça peut être général. Tout dépend de la recherche que tu fais. Si tu fais ta recherche sur un mot bien précis, il vaut mieux directement taper un seul mot. Pêche au bar, par exemple, ça regroupe plusieurs pêches. Si tu es intéressé par un seul type de pêche au bar, à ce moment-là tu tapes surfcasting, lancer ramener, pêche bateau bar. Éventuellement tu tapes trois mots et tu peux affiner ta recherche. »

3Au contraire, Karine est vite découragée, abandonnant ainsi sa recherche : « Et pourquoi tu laisses tomber ?

4– C’est trop long. Je galère trop. Donc, ça me prend trop de temps. Je laisse tomber […]. Et en général, souvent, je ne cherche rien de particulier. Je vais sur un truc et je me dis : “Oh ! Ça a l’air bien ça.” J’y vais et, en fin de compte, je n’arrive pas à aboutir. Donc, comme je ne cherchais pas précisément, ça m’est égal de ne pas aller jusqu’au bout. C’est souvent ça. »

5La déception est, chez elle, à la mesure des espoirs qu’elle avait mis dans sa recherche. Jeff a peut-être plus de certitudes mais, comme Karine, il conduit son activité sur la base d’un seul schéma interprétatif. L’observation de la pratique du Web chez Jeff ne l’amène d’ailleurs guère à « risquer » la confrontation de son schéma à des situations problématiques puisqu’il a pris le parti de cantonner son activité à la lecture de ses méls et à l’utilisation exclusive de Copernic. Contrairement à Karine et à Jeff, plusieurs observés ont souvent laissé croire à une sorte de relativisation de leurs schémas interprétatifs, comme si la pratique du Web leur imposait un niveau de certitude ou d’exigence plus modeste. C’est le cas de Manu, qui émet des hypothèses différentes pour expliquer une situation de blocage, et qui fonctionne sur le mode du « on ne sait jamais… » :

6« Ils sont vachement intelligents les moteurs de recherche ?

7– On ne sait jamais. Il suffit simplement qu’il y ait un site qui ait une liste de l’ensemble des DESS de France. On ne sait jamais. Je n’y crois pas trop. Liste des DESS urbanisme… Enseignement supérieur, ça, c’est pas mal… Ce n’est toujours pas bon. On va retourner voir Enseignement avec Yahoo. Écoles, Étude des métiers, hop ! Alors là, ça prend quand même un temps fou. Il faudrait inventer un site qui répertorie tout quand même.

8[…]

9–Là, tu es plutôt dans les profils Métiers en fait ?

10– Oui, juste pour voir. Si ça se trouve, ils vont avoir des liens vers autre chose. Là, ils expliquent en fait ce qu’est le métier. Et il n’y a pas de lien. Les métiers du multimédia… Les communications… »

11À l’inverse, un engagement trop grand dans la tâche où se mêlent certitude et espoir peut conduire, en cas d’échec, au plus grand découragement chez Karine :

12« Alors, qu’est-ce qui t’a fait choisir ce site ?

13– Je ne sais pas. Parce que je pensais que ça allait être une agence de voyages qui allait proposer plein de choses. Que je pourrais les rechercher pas loin de chez moi si je voulais vraiment concrétiser. Mais ce n’était pas ça, c’était juste les adresses des agences de voyages. »

14L’importance accordée à un schéma semble proportionnelle à son degré de révision potentielle. Et il est symptomatique de constater combien, aux hypothèses permanentes de Manu, répondent les « fuites » ou les relativisations qui ont parfois caractérisé les explications des usagers les moins « flexibles ». Lorsqu’une recherche a été abandonnée, on note en effet régulièrement un commentaire du type « de toute façon ce n’est pas grave, ce n’était pas important, c’était juste comme ça » (qui peut être aussi une manière de relativiser un échec, en particulier face à une personne étrangère, l’intervieweur). Comme le rappelle Geoffroy, le Web « ça donne un aperçu, mais ça ne remplace pas une visite réelle ».

La révision des schémas

15La question de la révision ou de la persistance des schémas interprétatifs pourrait permettre de classer les usagers. On pourrait, par exemple, considérer comme une forme d’expertise la capacité à modifier un schéma lorsqu’en cours d’activité une situation ne se résout pas à l’horizon d’attente préalable. Une telle hypothèse paraîtrait d’autant plus pertinente que le Web n’est pas un milieu homogène et qu’il réclame constamment une grande capacité d’adaptation étant donné la diversité des formats d’information qu’il accueille. D’une certaine façon, il faut admettre qu’il ne peut exister un « bon » schéma de fonctionnement du Web et de conduite de l’activité, l’expertise résidant plutôt dans la capacité à en mobiliser plusieurs acquis par expérience et suffisamment efficients. La capacité de certains usagers à se déplacer dans des sites de façon « transparente », comme s’ils les connaissaient « par cœur », illustrerait bien ce principe. On voit ainsi des utilisateurs ne pas attendre qu’une page soit entièrement affichée pour commencer à cliquer sur des liens. Certains arrivent à une telle connaissance du système, qu’ils mettent en œuvre de telles techniques, alors qu’ils visitent un site pour la première fois. Il ne s’agit plus là de la connaissance d’un site, mais de la connaissance d’un type de site, comme l’a montré la session de Julien.

16Au contraire, la persistance d’un schéma qui ne semble pas évoluer, ou être spontanément remplacé par un autre, peut vite devenir un handicap. Le cas de Didier est en cela particulièrement éloquent, notamment lors de la tâche consistant à rechercher le nom du PDG d’une compagnie de bus de Nanterre. Didier n’a certes pas une très grande maîtrise technique des outils informatiques mais, dans le cas qui nous intéresse, cela ne représente pas le blocage le plus important. Il s’avère incapable d’envisager de trouver une réponse ailleurs que sur le site de la mairie de Nanterre, incapable d’essayer des mots-clés, d’envisager simplement un parcours : par exemple, commencer par trouver le nom de la compagnie. De même, lors de la tâche sur le site Air France, il bloque complètement sur le terme « sélectionner » qui apparaît en bas du formulaire de renseignement, il ne le comprends pas, il cherche « valider ». De même que, sur ce même site, il aura perdu beaucoup de temps à chercher un lien « tarifs » inexistant, faute d’avoir pu imaginer un parcours complet. Didier est âgé, mais est-ce une raison suffisante ?

17En parallèle, le cas de Pascal est également intéressant. Pascal n’a pas une très grande maîtrise technique de l’Internet, mais est en revanche plein de ressources, notamment quand la tâche lui donne les moyens d’exprimer une certaine créativité stratégique (il patauge sinon plutôt sur les sites « à formulaires »). Il réussit parfaitement la tâche des conseiller généraux RPR de l’Orne, n’ayant pas trouvé son information sur le site de l’Orne (le lien « élus » est indisponible), il se met en quête d’un site local du parti (sur Alençon), et tombe sur un Bulletin des maires de France où il trouve son information, certes il y a aussi une part de chance… Mais on retrouve la même attitude dans la tâche des « bus de Nanterre » : son idée de partir des Pages jaunes pour identifier les compagnies de bus locales est particulièrement efficace. Même s’il n’atteindra pas son but, il se montre aussi capable d’élaborer clairement les étapes d’un projet : vérifier que la compagnie assure bien du transport de personne, trouver de quel grand groupe elle dépend, etc. Mais peut-être sont-ce là, « simplement », les compétences de son métier de journaliste qu’il met en œuvre (et même s’il fait très peu de recherche sur le Web).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable