Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Chapitre III. Lire, c’est interpréter

Introduction

Texte intégral

1L’étude des phénomènes interprétatifs mobilisés au cours de la navigation constitue un enjeu d’importance, notamment si l’on part de l’hypothèse selon laquelle le support peut conditionner en partie la nature même de l’activité critique. C’est en ce sens qu’au cours de l’enquête le concept de « présomption d’isotopie » a guidé notre réflexion, car il permet d’agréger différents aspects de ce qui semble relever de l’activité cognitive chez les usagers.

  • 1 Rastier (F.), Sémantique interprétative, PUF, 1997
  • 2 Eco (U.), Lector in fabula, Grasset, 1985.

2On nomme ici « isotopie », ou plutôt « présomption d’isotopie », tous les phénomènes d’interprétation liés à l’anticipation, autrement dit ce qui consiste pour le lecteur à « s’attendre à ». François Rastier, dans son ouvrage Sémantique interprétative1 décrit la présomption d’isotopie, mécanisme-clé de l’interprétation, dont le principe général est la contextualisation d’un terme (par actualisation ou virtualisation de sémèmes). Notre contexte n’est pas celui de la linguistique et notre approche se veut beaucoup plus globale, le terme « (présomption) d’isotopie » nous paraît cependant bien s’appliquer aux phénomènes que nous cherchons à décrire. Rastier lui-même décrivant l’humain comme « un animal sémiotique » (qui ne peut pas s’empêcher d’interpréter tout ce qu’il perçoit), cet élargissement ne nous paraît pas abusif. L’Internet constitue un environnement extrêmement riche, offrant de nombreuses sollicitations, et au milieu duquel il faut pouvoir tracer sa route pour créer un parcours signifiant, l’interprétation (et donc l’anticipation) y a donc un rôle fondamental. Le Web semble constituer un environnement dans lequel s’exerce d’abord la nécessité pour l’usager de construire (ou d’investir) des cadres de référence qui semblent d’autant plus faire défaut que la figure de « l’auteur » n’est plus forcément là pour guider le lecteur au fil d’un récit écrit d’avance2.

3Le Web est un univers hétérogène et discontinu mêlant sur les mêmes pages des éléments issus de traditions différentes : les références au livre et à la bibliothèque, à l’écrit en général sont bien sûr convoquées en premier, mais il ne faudrait pas en rester là. Parce que, sur l’Internet, on ne trouve pas que du texte, mais aussi du son et des images en quantité, mais aussi parce l’activité y est massivement orientée vers l’action. La lecture d’un texte n’est souvent que le point d’orgue de toute une recherche pendant laquelle l’objectif principal aura été l’orientation et la mise en place et la réévaluation de stratégies. La diversité des mécanismes cognitifs en jeu est très vaste, et c’est donc dans cet environnement totalement inédit que l’internaute va devoir faire sens, anticiper, et pour cela « contextualiser », en réunissant des éléments qu’il n’avait pas l’habitude de trouver côte à côte sur un même support. La nécessité de construire des repères et des stratégies d’orientation dans un univers documentaire inédit a ainsi souvent conduit nos observés à fondre la question du sens avec celle de sa localisation.

4Le fait que des mécanismes cognitifs différents soient en jeu en même temps nous a longtemps fait hésiter quant au nom que nous donnerions à notre catégorie : Recherche ? Interprétation ? Tactique ? Sans parler des liens étroits entretenus avec l’activité de lecture. C’est finalement sur le nom de présomption d’isotopie que nous sommes restés parce que, justement, il ne décrit pas une activité précise, difficilement isolable, mais un mécanisme général qui nous permet d’intervenir à plusieurs niveaux dans la description des phénomènes interprétatifs en jeu. Méthodologiquement, le concept de « présomption d’isotopie » est donc d’abord un concept générique et temporaire sous lequel se regroupent différents aspects de l’activité interprétative qui mériteraient, en principe, d’être parfois dissociés. Les moments de panne, de doute, d’échec dans la conduite de l’activité chez les usagers ont cependant permis d’apercevoir le caractère opératoire du concept, notamment lorsque se fait sentir tout le poids des cadres de représentation, préconstitués ou en cours de construction, qui orientent l’activité.

Notes

1 Rastier (F.), Sémantique interprétative, PUF, 1997

2 Eco (U.), Lector in fabula, Grasset, 1985.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access