Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Chapitre II. Lire, c’est approprier

Des styles d’appropriation

Texte intégral

1Les observations que nous avons recueillies ne sont pas, rappelons-le, uniquement le fait d’internautes inexpérimentés ou désorientés. On pourrait même dire que ceux qui ont la prétention de garder une maîtrise sur l’univers de l’Internet sont les plus attentifs aux pièges déjà évoqués. Dès lors il est possible de distinguer des styles d’appropriation sommaires à partir de notre public :

  • Ceux qui se font avoir, qui tombent dans les pièges, qui suivent des consignes erronées, qui attendent patiemment que les sites s’affichent, qui lisent tout et qui donnent leurs infos sans se méfier ;
  • Ceux qui refusent de se faire avoir, qui veulent toujours avoir la main, qui soupçonnent a priori les sites de leur soutirer des informations, qui critiquent leurs mises en forme et les quittent dès que quelque chose dysfonctionne ;
  • Ceux qui savent qu’ils peuvent se faire avoir et rusent avec le système, jouent avec lui mais qui acceptent aussi de se faire embarquer là où ils ne voulaient pas aller ou de profiter des occasions.

2Didier représente le type même de l’internaute qui se fait avoir. À chaque fois, lorsque sa stratégie ne fonctionne pas, il semble incapable de la réviser et d’en envisager une autre. À la recherche du directeur de la compagnie de bus de Nanterre, il ne décollera pas du site de la mairie de Nanterre, qui a pourtant rapidement montré ses limites. Didier se place dans une posture scolaire, il doit trouver une bonne solution et une seule. Il a donc plutôt tendance à se culpabiliser, à se voir en mauvais élève, plutôt qu’à tirer parti de ses expériences. Didier utilise l’expression « tourner en rond » pour signifier son désarroi. Elle est une métaphore de l’enfermement dans la piste ouverte par le Web. Ce thème de l’enfermement (ou de la solitude) est également repris par Pascal, qui a besoin d’avoir toujours une sortie sous la main (sur le site d’Air France, il s’assure qu’il y a bien un bouton « sortie ») :

3« Des fois il y a des moments où on a vraiment l’impression de s’être engagé dans un piège. » Il paniquera en sentant que l’Autre a pris le dessus « […] et il n’y a rien pour nous sauver ? […] Comment est-ce que je l’arrête ? ! ».

4À l’opposé, la souplesse d’Irad, prompt à envisager toute expérience de façon positive peut être vue comme une capacité à renégocier ses propres frontières, sans se placer dans une logique de défense, sans être jamais engagé dans un quelconque duel contre la machine. Irad se laisse aller un peu au hasard, en fonction de ses trouvailles, il sait qu’il ne contrôle pas tout mais il en tire profit. Irad, cependant, comme Benoît, s’irrite lorsque tout ne se passe pas comme prévu, mais la faute vient d’emblée de « l’autre », le site, le moteur, le système, sans qu’il soit pour autant ressenti comme « dangereux », alors que Didier, lui, se culpabilise.

5Ces types ne sont plus reliés à des positions d’experts ou novices, ils ne sont plus non plus associés réellement à notre distinction AOL / Linux, car la question est moins celle de la prise en charge a priori que celle de l’acceptation de cette prise en charge. De ce fait, on peut très bien, sur AOL, avoir une posture « prendre » et, sur Linux, une posture « se faire prendre », mais on admettra qu’elle tend alors aisément vers le troisième volet (ils savent qu’ils peuvent se faire avoir). Autant le choix d’un fournisseur qui prend en charge ouvre l’éventail des styles possibles, car on peut toujours refuser la prise en charge d’AOL tout en restant sur AOL, autant, dès lors qu’on adopte des pratiques « à la Linux », on se place d’emblée dans une capacité à s’échapper des pièges tendus.

6Mais rappelons, malgré tout, que notre distinction de départ n’était pas fondée sur le statut effectif d’abonné d’AOL ou d’utilisateur de Linux. Il s’agissait a priori de postures de demandes ou de refus de la prise en charge. Or, notre observation tend à montrer que la question n’est pas pertinente car la prise en charge sur le Web est très faible, et ce cadrage que les fournisseurs d’accès avaient pu commencer à faire en délimitant leur Web (aux tous débuts du Web) a disparu. Il faut donc trouver, de façon cohérente avec notre méthode, les formats d’offre qui correspondent aux trois styles d’appropriation que nous avons évoqués, car c’est bien le couplage qui est en cause. C’est ce que nous ferons dans le chapitre suivant en étudiant l’offre qui constitue des formes d’auctorialité différente : la matérialité de ce statut d’auteur pourra alors être décrite sous forme de topographies différentes, qui sont autant de marques d’un couplage débouchant sur des styles d’appropriation différents. Pour approprier, faut-il le rappeler, il faut être au moins deux et que la configuration des deux êtres engagés puisse être affectée par l’appropriation : nous sommes au moins sortis d’une vision du monde centré sur l’utilisateur qui, finalement, ne faisait que décaler de façon mécanique la vision centrée sur le système (ce qui rejoue, en matière de technologies et de supports, le vieux faux débat entre individu et société !).

7La question s’est en fait transformée en choix ou en refus de se laisser prendre par des indices techniques ou interprétatifs qui ne sont pourtant en rien des pistes de guidage et de prise en charge sérieuse. La mise en échec de toute demande de prise en charge renvoie plutôt à des attentes, à des styles préformés d’appropriation qui sont reproduits et qui doivent alors être révisés. Toute appropriation repose sur une procédure de révision des prises réciproques, qui se déroule dans le temps. Mais ces révisions sont d’autant plus possibles que le « contenant », que le cadre général de compréhension des règles de l’échange, peut fonctionner. Certains internautes et certains secteurs du Web sont totalement en décalage et ne peuvent mobiliser un cadre élémentaire pour gérer ces révisions. C’est alors que la désorientation apparaît ou qu’il faut engager une révision générale, une métarévision sur les cadres mêmes de possibilité de l’échange. Cela n’empêche pas certains internautes de procéder à des révisions mineures, de chercher à reconstituer des indices ou un Web où l’on pourrait obtenir un guidage. Avec toutes les limites de la métaphore, on peut rappeler que certains usagers des bibliothèques refusent a priori tout conseil d’un documentaliste et préfèrent chercher dans des fichiers seuls, d’autres ne savent pas chercher et préfèrent être pris en charge, d’autres enfin préfèrent vagabonder dans les rayons pour « tomber sur » des ouvrages qu’ils ne connaissent pas, à condition cependant que ces ouvrages soient rangés par thème, ce qui leur permet d’anticiper un minimum sur ce qu’ils peuvent y trouver. Imaginons, cependant, qu’il n’y ait pas de documentalistes, ou qu’ils soient incapables de renseigner, que les ouvrages ne soient pas groupés par thème et que les fichiers soient en vrac, et l’on voit que, de toutes façons, toute demande de prise en charge est vouée à l’échec. La stratégie la plus lucide ne serait-elle pas, dès lors, celle du vagabondage, ou encore celle du surf ? Cela suppose, en même temps, une certaine maîtrise technique de l’activité, rappelons-le. On se situe alors à la limite de l’engagement, dans un renoncement à l’appropriation dans ses formes classiques pour rejoindre des formes de superficialité proches de la civilité chère à Simmel et qu’on peut résumer par le terme de « contact » ou encore par la forme topologique de la tangente. Cette déprise acceptée éloigne un peu plus de la version moderne de la « prise de connaissance », supposée organiser le cadre de l’activité de lecture classique.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access