Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Chapitre I. Lire, c’est manipuler

Déchiffrer, manipuler

Texte intégral

  • 1 Johnson (S.), Interface Culture : How Technology Transforms the Way We Create and Communicate, Bas (...)

1« S’il y avait des liens. Lesquels étaient reliés… Ce n’est pas très explicite mais bon. » Empêtré dans la rubrique d’un site dont il n’arrive pas à sortir, Geoffroy rappelle ici les contraintes techniques liées à l’exploitation des liens hypertextes en dehors desquelles il ne saurait y avoir de « lecture », ou plus généralement de travail sur l’information sur le Web. La technologie hypertexte a son histoire et relève de l’association de plusieurs dispositifs majeurs, comme l’émergence de protocoles de type html ou la généralisation du bitmapping et des gui1. On connaît aussi, pour l’usager, le cortège de problématiques qui l’accompagne lorsqu’elle gouverne des ensembles aussi vastes que le Web (la « désorientation » en particulier). Dans le cadre de notre étude, le lien hypertexte n’est pourtant que l’un des aspects (le plus important, certes) de la dimension interactive des documents numériques : des roll-over aux fenêtre de saisie de texte en passant par l’activation de scripts, c’est l’ensemble de la géographie du document qui se trouve tissée pour nos usagers « d’aspérités réactives ». En retour, les usagers ont souvent l’impression de « calculer l’information », ou du moins que « ça calcule » pour eux. À condition, bien entendu, d’élaborer les bonnes instructions, et de savoir les valider. Ces dimensions de l’action sur les signes et d’une possible « fabrication automatique du sens » semblent ainsi constituer deux figures majeures de l’interactivité, assez inédites pour de futurs modèles sémiotiques qui doivent pouvoir les intégrer. De l’imprimé aux supports numériques, ces deux propriétés semblent représenter une évolution essentielle dans les rapports qui nous lient aux signes écrits et dans lesquels on intégrera aussi le rôle majeur que les usagers semblent vouloir faire jouer à certains « outils graphiques » comme les cartes, les organigrammes ou les listes.

Les signes de l’interactivité

2L’expression « d’aspérités réactives » n’est pas usurpée dans la mesure où les observés consacrent une partie de leur attention au repérage des zones actives, presque indépendamment des informations livrées par les signes. Écriture, symboles, images ou zones colorées constituent, quelles que soient leurs qualités sémiotiques, cette « surface » de l’écran que l’on maîtrise avant tout pour ses propriétés interactives. Le document est ainsi tout autant l’objet d’un déchiffrage logique que d’un balayage spatial où les métamorphoses du curseur jouent un rôle crucial. Parfois, seul ce balayage semble guider l’activité, comme c’est le cas pour Catherine :

3« Et il faut rechercher, attendre, voir où l’écran devient sensible. Normalement, c’est comme sur les cédéroms, il y a un point sensible. Ça peut être une zone qui est colorée, un point rouge, une petite flèche ou une ligne qui change de couleur. Donc, on sait qu’il y a un changement sur l’écran et que l’on a peut-être la possibilité d’accéder. »

  • 2 Au sens d’indices sémiotiques associés à un « sens ». On peut ainsi voir dans le processus d’indic (...)

4Tous les observés ont montré à divers degrés ce souci de la maîtrise technique de l’interactivité. Cela est d’autant plus important pour eux que l’activation d’un lien peut promettre l’ouverture sur de riches univers d’informations [« C’est une richesse, une bibliothèque. C’est une encyclopédie », dira Karl] comme les attirer dans des impasses qui hypothèquent sévèrement leur activité [« Ça : Informations…, je n’y comprends rien. Je clique sans savoir. Ça va faire comme tout à l’heure. Je pense que ça a dû être coincé. Je n’aurais pas dû cliquer », se dira aussi Catherine]. Entre les deux, le travail sur le sens s’appuie sur la manipulation de signes écrits et d’objets graphiques qui n’indiquent2 pas seulement mais qui contribuent aussi aux métamorphoses matérielles de l’écran.

5« Je n’étais pas sûr de moi. Je me suis dit : je vais faire n’importe quoi. Si je clique, je perds encore du temps en fait. » [Alain.]

  • 3 Cf. « ntic et nouvelles formes d’écriture », Communication & Langages, n° 119, Retz, 1999.
  • 4 Cf. J. Goody, ibid.

6Voilà une propriété qui interroge les définitions que l’on a pu donner des systèmes d’écriture, notamment sous leur aspect de dispositifs techniques. Nous les avons définis3 comme des systèmes techniques de simulation graphiques du « sens », ou plus exactement du signe. À ce titre, ils génèrent littéralement l’espace signifiant, imposant ici ou là suivant les aléas de l’histoire des modes de vectorisation spécifiques (de gauche à droite ou vice-versa, de haut en bas). Ce sont authentiquement des dispositifs dont la vocation anthropologiquement n’est pas seulement « d’enregistrer » le « sens » mais aussi de le produire en jouant sur certaines de leurs propriétés, associant par exemple capacité de simulation du « son » (systèmes phonographiques), simulation des briques élémentaires du « sens » qui sont les morphèmes (systèmes sémiographiques) ou, plus généralement, simulation du « sens » à travers le développement d’une grande variété d’outils graphiques comme la liste ou le tableau pour reprendre deux objets chers à J. Goody4. À ce titre, les supports numériques contribuent grandement à en renouveler les formes techniques, notamment parce qu’ils sont potentiellement dynamiques et interactifs. Ces dernières propriétés semblent inédites à l’échelle de l’histoire et nos observations ont constitué à cet égard un terrain « d’expérimentation sémiotique » dont on peut tirer quelques hypothèses qu’il faudra valider ultérieurement.

C’est souvent dès la page d’accueil d’un site que commence la quête des zones interactives. Plusieurs usagers ne se sont pas seulement focalisés sur les barres de menu et ont balayé aussi les zones de textes.

7L’expérimentation, d’ailleurs, est d’abord du côté des usagers qui cherchent avant tout à comprendre les principes de la distribution des liens hypertextes et des zones actives à la surface de l’écran et/ou dans la géographie du document. Se pose là, évidemment, la question de la constitution de traditions sémiotiques et chacun de nos usagers fait appel aux modèles implicites de documents interactifs qu’il s’est construit par expérience. Ivana, par exemple, se sent « bloquée » devant l’absence d’un « logo-lien » à la fin de la page qu’elle explore :

8« Peut-être qu’il y avait un petit logo en fin de page qui permet d’arriver à la page précédente. Non, il n’y en a pas. Peut-être encore, en cliquant sur Air France, je serais arrivée sur la page d’accueil. En général ça se trouve en fin de page. »

9Cette dimension interactive de l’écriture ou des objets graphiques paraît relativement « transparente » quand les liens sont signalés typographiquement (soulignement ou couleur typique), indiqués verbalement (« cliquez ici ») ou, surtout, concentrés à certains endroits du document (en fin de page, dans des frames ou des barres de menu). C’est sur ce type d’indices et sur une géographie implicite de la distribution des liens dans l’espace du document que Geoffroy, comme tous les autres, se base pour explorer le document : « J’ai cliqué pour la visite virtuelle donc j’ai le temps de charger une petite application. A priori, il y a un clic qui est là pour voir l’intérieur. » A priori seulement car, parfois, il faut déployer tout un effort d’explicitation pour retrouver cette « cohérence » où se mêlent de façon fluide le déroulement d’une argumentation et « bonds » hypertextes : « J’ai essayé de rentrer dedans. C’était marrant parce que ça devenait de plus en plus grand. […] Parce qu’il y a un petit carré qui devient noir. Donc, j’ai cliqué, j’ai cliqué. Je me suis dit : ça y est, j’arrive à rentrer. Et non ! » C’est le cas de Catherine qui trouve ici son schéma interprétatif pris en défaut cliquant sur une zone non active. Mais le cas inverse s’est aussi rencontré ; Didier, par exemple, ne comprend pas la signalisation des flèches pour le retour en arrière ou l’avancement, qui constitue pourtant une convention forte :

10« Oui mais là, qu’est ce que vous attendez pour retourner en arrière ?

11– Je ne vois pas de back, pour revenir en arrière ?

12– Pourquoi, c’est symbolisé de quelle manière sur votre version de Netscape ? Apparemment ce n’est pas la même ?

13– Non, c’était back. »

14Dans certaines situations, ce jeu de frontières entre zones actives et articulation logique du sens peut procurer un certain plaisir. Si l’on se rappelle que toute activation d’un lien est lourde d’hypothèque sur la conduite de l’activité, on peut aussi s’abandonner à la « surprise » des liens. Catherine, encore elle, avoue que « c’est aussi l’esprit que j’aime bien dans les cédéroms. On rentre, on ouvre, on trouve autre chose, on ouvre, on trouve autre chose, etc. Et ça, c’est très intéressant et ludique aussi. Je trouve qu’il y a un aspect ludique ». Parfois, sans même invoquer un rapport au « sens », c’est la seule recherche des « zones sensibles » qui attire Catherine, comme si tout l’espace du document se trouvait tamisé par le filtre de l’interactivité.

  • 5 Un état des lieux sur la fortune historique et scientifique du concept « d’interactivité » élaboré (...)
  • 6 On lira à ce sujet S. Kiousis, « Interactivity : a Concept Explication », New Media and Society, v (...)
  • 7 Cf. S. Johnson, ibid.

15Dans le cadre d’une théorie du support et d’une description de l’activité technique des usagers, on adoptera ici le terme « d’interactivité » plus pour les manipulations qu’il suppose que pour la dimension sociale de l’interaction à laquelle il se trouve souvent associé5. Trop invoquer la dimension des conventions naissantes dont le lien hypertexte est l’objet6, ou même anticiper sur l’ordre du sens dont il est porteur, se serait masquer les spécificités techniques des opérations de repérage et d’activation des « ancres ». Activité de repérage technique, tout d’abord, qui semble fonctionner parallèlement à la dimension de la prospection sémantique ; Manu, par exemple, balaye l’écran de son curseur pour vérifier en même temps qu’il déchiffre que certaines zones sont actives : « Alors ça, c’est marrant, c’est un guide des études. Quand on clique sur Bac + 5, il nous explique ce qu’est un Bac + 5 et c’est tout. » On aura ainsi remarqué qu’avec l’interactivité les mots ont parfois plus d’importance que les phrases, autrement dit le réseau discursif dans lequel ils sont pris. Si l’on veut bien admettre qu’il existe une forme de lecture de « balayage » ou de « scannage » où l’on cherche sémantiquement à repérer des « mots-clés », on comprendra que, dans ce cas, l’interactivité renforce le principe de la granularisation de certains mots qui n’ont alors plus le même statut que les autres7. Si c’est de l’activation des liens hypertextes que dépend la lecture, les acteurs attendent aussi que les zones interactives se signalent sémiotiquement :

16« Pourquoi tu t’attardes là-dessus ?

17– Parce que j’avais aussi en couleur, donc, s’ils le mettent en couleur forcément. C’est une information. » C’est ce qu’attend ici Annie-Laure, les mécanismes de l’interactivité supposant eux-mêmes qu’ils soient décrits par une sorte de mode d’emploi typographique.

18« C’est mal mis en surbrillance. Il faut directement cliquer dessus. C’est tout petit. Code d’accès… Lettre… Je ne comprends pas, là. Logiquement, le code secret, j’avais déjà essayé auparavant, il le met en étoiles. »

19Les remarques de ce type ont été aussi l’occasion de remarquer combien se négocient aujourd’hui les conventions d’indication de l’interactivité, chacun élaborant sa propre grille et ses propres critères d’évaluation de la rhétorique hypertextuelle :

20« Il y a un problème ?

21– Oui. J’ai envie de créer un CV et je mets le code d’accès et le code secret mais ils ne veulent pas.

22– Il ne reconnaît pas…

23– Il faut cliquer dessus. Là, c’est bon. En fait, c’est mal informé. »

  • 8 Cela participe d’une sorte de « mode d’emploi graphique » de l’hypertexte. Indiquer graphiquement (...)

24Le jeu entre lien hypertexte et « information » se manifeste à plusieurs niveaux et nos usagers y sont très sensibles. Comme on l’a indiqué, l’activation des liens est la condition sine qua non de l’apparition de l’information et, de ce point de vue, tout usager du Web est condamné à l’exercice (périlleux) de la « navigation ». Mais, de surcroît, les usagers attendent aussi que les zones interactives soient indiquées (verbalement ou graphiquement). L’utilisation généralisée de l’hypertexte s’accompagne donc de l’apparition d’un type spécifique d’informations destinée à le signaler comme tel8, comme si les signes devaient intégrer leur propre mode d’emploi. Il faudrait ici noter que, de surcroît, les usagers sont très attentifs à l’indication des « effets mécaniques » de leurs actions. C’est le cas, par exemple, de Stéphane lorsqu’il valide les renseignements qu’il a donnés en remplissant un formulaire :

25« J’ai paniqué. Qu’est-ce qu’ils m’ont fait ?

26– C’est possible que ce soit passé.

27– Coordonnées complètes. Apparemment, ils ont enregistré. Je vais juste faire Retour.

28– Qu’est-ce qui vous fait penser que ça a marché ? D’ailleurs, je le pense moi aussi.

29– Il n’y a pas eu d’annonce me disant : il y a tel ou tel problème. »

30Ce type de feed-back mécanique constitue l’une des caractéristiques majeures des supports numériques ou dans ce que, dans le domaine anglo-saxon, on qualifie de responsive documents. En d’autres termes, le document doit « répondre » aux actions de l’usager qui, lui, devient alors sensible à la réactivité du système. Dans une certaine mesure, c’est l’ensemble du dispositif informatique qui est concerné, y compris dans la manipulation du fenêtrage qui sert à bâtir, on le verra ensuite, la géographie technique du document :

31« Depuis trois jours je n’arrive pas à l’ouvrir parce que j’ai toujours cette fenêtre qui est vide. Alors, ou elle ne s’ouvre pas ou il n’y a rien. Ce qui me surprend, c’est que s’il n’y avait pas d’annonces, ce serait marqué. Et les colonnes, là, devraient être existantes. Et elles ne sont pas existantes. Même si elles sont vides. Donc ça laisse supposer que ça ne s’ouvre pas. Parce que s’il n’y avait rien, les colonnes seraient existantes mais les cases vides. Ce n’est pas le cas. » [Karl.]

La fabrique de l’information

32L’activité des usagers intègre pleinement la dimension « réactive » des signes, ce qui les conduit souvent à considérer le document comme une « machine à fabriquer » de l’information. On aurait d’ailleurs tort de limiter cette dimension à la seule fréquentation des moteurs de recherche, même si ces derniers représentent l’outil le plus utilisé au cours des sessions. En particulier, les usagers accordent une grande importance au rôle des requêtes et à leur forme linguistique. Dans la géographie de l’interactivité, les zones de saisie, par exemple, semblent avoir encore plus d’importance que le repérage des ancres hypertextes. C’est notamment le cas pour ces « objets » typiquement numériques que sont la barre d’adressage du navigateur, les écrans de requête des moteurs de recherches et ceux qui sont directement intégrés aux pages Web à titre de fonctionnalité propre d’un site. Encore faut-il pouvoir les distinguer à l’écran. Pour Alain, par exemple, zones d’adressage du navigateur et fenêtre de requête d’une page Web semblent se confondre :

33« À quoi vous attendiez-vous en mettant Lycos dans l’adresse ?

34– Je m’attendais à avoir la page d’accueil Lycos. Donc, il y a un petit espace qui est réservé à une adresse que l’on peut rentrer, un mot thématique. Et en validant ce mot, Lycos me donne l’adresse exacte. »

35Pour lui, outil de navigation (par adressage) et outil de recherche (par requête) se confondent dans ce qu’il appelle un « moteur d’accès » où il suffit de taper un mot dans la barre de navigation pour obtenir l’information recherchée. Les zones où s’effectuent les opérations sur les mots sont donc stratégiques et de leur maîtrise dépend la qualité (et la vitesse supposée) de la recherche. Connaître et entrer les bonnes adresses (et qui sont d’ailleurs souvent mémorisées) et les bons termes semble épargner de longues navigations dans des « arborescences de liens » comme le dit Alain. C’est ce qui explique sa sensibilité à l’orthographe et aux qualités supposées des moteurs de recherche : changer la minuscule par une majuscule et « il est perdu… » ou « il affiche n’importe quoi ».

  • 9 On nomme ici « isotopie », ou plutôt « présomption d’isotopie », tous les phénomènes d’interprétat (...)

36Cependant, alors que les usagers pensent éviter de (lourdes) tâches de navigation hypertexte en opérant directement sur les mots, ils utilisent la troncature de l’adresse pour se repérer et se déplacer dans ce qu’ils supposent être l’organisation sémantique d’un site. Presque tous soulignent l’efficacité des outils et de leurs stratégies (« C’est facile, dit Alain, quand on clique » ou André : « Je mets un nom de plante et ça y est, je trouve tout là-dessus. C’est très rapide »), mais, dans les faits, ils se trouvent en permanence confrontés à des situations problématiques de navigation. Halima « cherche comment retourner à la page d’accueil », Karl « retourne encore en arrière » tandis que Myriam « diminue l’adresse » (troncature) pour retrouver les pages d’accueil des sites sans y parvenir : « En fait je n’arrivais pas à voir comment on retournait après. » On s’aperçoit ainsi que les deux zones de travail sur les mots qui sont censés ouvrir sur des contenus pertinents d’information sont en réalité largement utilisées comme des outils de navigation. La dimension de l’exploitation ergonomique de l’interface laisse donc poindre une forme de navigation linguistique qui n’est pas sans rapport avec ce que l’on a appelé ici « présomption d’isotopie9 ».

37Il n’est donc pas étonnant que les observés souhaitent régulièrement, au cours de leurs recherches, voir « l’information » se calculer automatiquement avec un minimum d’efforts, comme dans un espace parfaitement maîtrisé du point de vue technique. L’idéal, ce serait de voir un document profilé (logiquement) et construit (techniquement) pour l’occasion, comme le rappellent à certains moments Maurice [« OK, on va voir ce qu’il me donne […] ça tourne bien. Bon ! », CyberBase] ou Didier [« … il a l’air de continuer et met en boîte les informations… », Cyberbase]. D’ailleurs, les usagers sont souvent à l’affût de ces « outils de calcul automatique » de l’information qui leur épargneraient de nombreux efforts, comme les moteurs de recherche internes aux sites Web. C’est le cas, notamment, en tâche 1 des enquêtes, à domicile comme à la CyberBase, lorsqu’apparaît le formulaire où chacun des usagers pensait « qu’il allait [lui] calculer en fonction des données [qu’il] lui avait mis au départ » [Benoît, domicile]. Comme le rappelle Marie-Carmen, « Internet, c’est de l’information immédiate » [c’est ce que tout le monde souhaite] mais elle ajoute aussitôt « … donc si tu tombes sur un site Internet… », comme si seulement le hasard pouvait parfois proposer ces fameux raccourcis si précieux en termes de temps passé et de difficultés techniques épargnées. On peut même, à la limite, en faire une stratégie quand il n’y a plus beaucoup de solutions : « Tu t’intéresses à quoi là, dans cette page de résultats ? – Je cherche à avoir du bol… » [Irad, CyberBase.]

Un exemple typique d’objets interactifs situés en fin de page du site d’Air France. C’est ce type d’espace de saisie et de requête que recherchent les usagers pour éviter de (lourdes) tâches de navigation.

38Certaines phases de l’activité sont ainsi entièrement organisées autour de la recherche des outils de fabrication automatique de l’information, ce qui conduit ainsi parfois les usagers à personnaliser littéralement le dispositif. C’est le cas de Karine, dont les remarques sur la « personnalité » du document ou de l’ordinateur rythment constamment ses manipulations à l’écran :

39« Et tu sais comment ça fonctionne un moteur de recherche à peu près ?

40– Non. Je sais que tu tapes ton mot de recherche et ils vont voir en fonction des mots que tu as tapés, mais je ne sais pas comment ça fonctionne. […]

41–Oui, je sais. Pourvoir s’il me propose d’autre chose. S’il dit : Autres sélections, je ne sais pas quoi. S’il me propose d’aller vers autre chose. […]

42– Je voudrais que l’ordinateur comprenne précisément la chose que je cherche et m’y amène tout de suite sans que j’aie besoin de passer par des tas de trucs. »

43Mais tout dépend alors du degré de maîtrise des outils. Dans certains cas, l’exploitation des requêtes paraît proche d’un dispositif « intelligent », et la fabrication de l’information semble ainsi bien réelle à Cyril :

44« Mais il est très bien fait. Tu peux zoomer, tu peux dire : voilà, je pars de Bourg-la-Reine, je vais à Paris 17e, telle adresse. Il va te donner le chemin en stabilobossant le chemin et tout. Il est vraiment bien fait comme site. »

45En revanche, se focaliser sur l’exploitation de ce type d’outils dans ses recherches et échouer dans les opérations, c’est se condamner immanquablement ou se fourvoyer dans un « cul-de-sac ». C’est le cas de Gaëtan qui, faute de « dialogue » avec le site, se résout à explorer une autre piste : « Oui, j’attendais une solution, un champ où mettre une information pour dialoguer avec le site. Et puis, je n’ai rien vu de particulier. » En cas d’échec, on peut aussi imputer des « torts » à la « machine » :

46« Je recherchais en fait Dezondiacs, un groupe de musique électronique et ce sont des titres qui n’ont rien à voir. Il ne prend pas en compte apparemment l’artiste puisqu’il me sort des chansons de X. Donc titre de la chanson et pas le nom de l’artiste. Là, il me sort des choix, des aberrations. »

47Les « aberrations » attribuées au dispositif expliquent grandement, dans ce type de cas, l’absence de remise en cause des stratégies d’action. On peut ainsi isoler un élément d’analyse qui permettrait d’expliquer les « persévérances » de certains acteurs, et l’absence de changement de modèles d’activité auquel devrait pourtant les contraindre le contexte.

Des outils graphiques

48Une attention tout aussi forte est portée sur certains types de signes que l’on pourrait qualifier d’outils graphiques comme les listes et les cartes. Ici, les données sont cependant moins nombreuses qu’en ce qui concerne la question, par exemple, de l’interactivité ;on pourrait même supposer qu’elles sont exclusivement liées au traitement des consignes impliquant le traitement d’informations de nature géographique, comme la listes des conseillers généraux RPR de l’Orne. Mais le thème revient avec une telle régularité quels que soient les objectifs de l’activité qu’il ne peut pas être relégué à l’arrière-plan au moment où il est question de montrer ce que doit tout déchiffrement à une activité de manipulation.

49Il s’agit pourtant pour les usagers autant d’une attente, ou d’un souhait, de voir apparaître listes ou cartes que de manipulations réelles. C’est le cas pour Didier qui espère obtenir « la liste des élus par couleur politique » ou encore de Marie-Carmen qui s’attend « à voir un détail de la compagnie » de transport public à Nanterre à partir « d’une liste des dirigeants ». Ce type d’outil s’inscrit pour eux dans une tradition sémiotique bien connue, contrairement à la question de l’interactivité, celle des outils de recherche visuelle, de classements synoptiques ou des cartes géographiques. Leur attente est donc d’autant plus grande qu’il ne saurait y avoir, a priori, de difficulté pour les exploiter pleinement.

50Il faut dire que certaines propriétés de ces outils graphiques synthétiques contribuent (ou pourraient contribuer) grandement à la réussite d’une recherche d’information ou de son traitement. Annie-Laure, tout comme Laurent, s’attarde sur un « organigramme » d’où elle espère repérer un nom. Benoît regrette plusieurs fois qu’il n’y ait pas de « petits schémas » ou, comme Didier, un « petit diagramme explicatif » à la page d’accueil de sites où ne figurent que des informations textuelles et iconiques. En termes de traitement de l’information, les usagers reconnaissent donc spontanément les qualités synthétiques de ce type d’outil : la liste permet de visualiser un classement, le tableau de corréler des données, le schéma de synthétiser des relations logiques et la carte de proposer un territoire visuel où l’on se déplace en fonction de la localisation des informations. Pour Laurent, par exemple, il s’agit de rechercher d’abord un outil graphique comme le tableau plus qu’une information elle-même : « Je cherche à avoir un tableau… Je n’ai pas trouvé de tableau où je pouvais voir comment cela se répartissait. » La répartition est ici associée au tableau comme la localisation de l’information à la carte : « Ah, d’accord, là, je cherchais le lien pour voir les élus justement, mais en fait, en passant sur la carte, il y a des liens. Donc, là j’ai cliqué sur une région, sur un morceau de la carte. »

  • 10 Cf. E. Le Colinet et S. Pook, « Interfaces zoomables et Control menus. Techniques focus + contexte (...)

51Par certains côtés, ces outils graphiques synthétiques ne servent pas seulement le traitement logique de l’information mais aussi, plus généralement, tout ce qui concerne le repérage dans la géographie du document numérique et la navigation de document à document. C’est notamment le cas lorsqu’ils sont associés aux propriétés de l’interactivité car ils peuvent servir alors de ce que l’on pourrait appeler des signes pivot : leur activation permet d’avoir accès à différents niveaux de hiérarchie tout en conservant leurs propriétés synthétiques. Ils permettent donc « d’explorer en profondeur » des structures d’information mais fournissent en même temps de puissants repères de navigation en contextualisant le parcours10. C’est le cas en particulier des cartes zoomables qui assurent une certaine prévisibilité dans la progression logique de l’information mais aussi dans l’exploration spatiale d’un site. C’est pourquoi Benoît regrette l’absence d’interactivité de la carte qu’il vient de trouver :

52« Je me disais qu’on allait peut-être avoir un plan, et pouvoir naviguer dans les pays, et puis savoir faire des zones pays par pays, pour voir où on était, c’est pour cela que je suis allé là-dessus. C’est une carte simplement qui est statique, je pensais avoir une carte dynamique en dessous, pour pouvoir cliquer et rentrer dans le détail. »

53On comprend dès lors le rôle majeur que devrait jouer ce type d’outil synthétique dans toute navigation sur les réseaux de documents numériques. Gaëtan, parmi d’autres, leur associe concentration et organisation de l’information mais aussi contextualisation de ses parcours, comme ce « genre de sites qui puisse lister tout ce que je recherche » et exploitable via « une carte ou un plan ». C’est aussi le cas de Manu, plongé dans ses recherches de dea en sciences de l’information :

54« Alors là, je suis dans le plan du site Études en France. Je regarde tout ce qu’il y a et a priori il n’y a pas grand chose susceptible de m’intéresser. Alors ça, c’est quelque chose qui se fait particulièrement rare sur le Web aussi à mon avis, ce sont les plans de site. Les index où l’on peut avoir tous les liens sur les pages. »

Notes

1 Johnson (S.), Interface Culture : How Technology Transforms the Way We Create and Communicate, Basic Books, 1999.

2 Au sens d’indices sémiotiques associés à un « sens ». On peut ainsi voir dans le processus d’indication l’un des mécanismes essentiels du symbolisme en général. Cf. J. Gagnepain, Du Vouloir Dire, I, Livres et Communication, 1987.

3 Cf. « ntic et nouvelles formes d’écriture », Communication & Langages, n° 119, Retz, 1999.

4 Cf. J. Goody, ibid.

5 Un état des lieux sur la fortune historique et scientifique du concept « d’interactivité » élaboré par L. Monnoyer-Smith, université de technologie de Compiègne, non publié à ce jour.

6 On lira à ce sujet S. Kiousis, « Interactivity : a Concept Explication », New Media and Society, vol. 4 (3), 1998, p. 355-383.

7 Cf. S. Johnson, ibid.

8 Cela participe d’une sorte de « mode d’emploi graphique » de l’hypertexte. Indiquer graphiquement le statut d’un signe ou la façon de l’interpréter est une capacité inhérente à tout système de signes, y compris les systèmes d’écriture.

9 On nomme ici « isotopie », ou plutôt « présomption d’isotopie », tous les phénomènes d’interprétation liés à l’anticipation, autrement dit ce qui consiste pour le lecteur à « s’attendre à ». Cf. infra, chapitre III.

10 Cf. E. Le Colinet et S. Pook, « Interfaces zoomables et Control menus. Techniques focus + contexte pour la navigation interactive dans les bases de données », Les Cahiers du Numérique, sous la dir. F. Ghitalla, vol. 3 – n° 3, 2002.

Table des illustrations

Légende C’est souvent dès la page d’accueil d’un site que commence la quête des zones interactives. Plusieurs usagers ne se sont pas seulement focalisés sur les barres de menu et ont balayé aussi les zones de textes.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Un exemple typique d’objets interactifs situés en fin de page du site d’Air France. C’est ce type d’espace de saisie et de requête que recherchent les usagers pour éviter de (lourdes) tâches de navigation.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/477/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access