Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Chapitre I. Lire, c’est manipuler

Introduction

Texte intégral

1Les hésitations des usagers dans leur manipulation de l’espace de la page Web, les difficultés qu’ils éprouvent à repérer des zones actives ou les impasses dans lesquelles les conduit leur navigation nous ont rapidement indiqué qu’un système comme le Web devait aussi se construire, pour eux, comme un espace organisé d’activité. On ne peut le réduire, en tous les cas, à un « système d’informations » tant ont pesé sur leur démarche les conditions matérielles et techniques des manipulations à l’écran.

2En effet, l’activité de nos usagers a été grandement marquée par la question de la maîtrise des formats techniques du document Web. Cette question n’est d’ailleurs pas simplement périphérique, comme si les contraintes imposées par l’interface relevaient du simple « design » ou d’options « esthétiques ». On sait aujourd’hui que le champ du document électronique a ouvert la voie à tout un ensemble de technologies, d’expériences et de réflexions sur l’analyse de son « contenu » que l’on espère pouvoir traiter automatiquement pour produire des résumés, des traductions, des classements. Et c’est un peu selon cette perspective que fonctionnent nos moteurs de recherche ou d’autres outils, comme si le Web était une grande bibliothèque d’informations listées et ordonnées. Nos usagers ont d’ailleurs largement adopté cette vision mais l’observation de leur pratique montre très clairement qu’ils ont d’abord affaire à une organisation technique qui leur échappe souvent et dont ils ont du mal, parfois, à comprendre la logique par rapport au document papier ou imprimé. Ils ont ainsi passé beaucoup de temps à chercher ou à repérer les zones actives du document, celles où il faut d’abord cliquer pour ouvrir d’autres univers d’informations. Ils ont aussi passé beaucoup de temps à essayer de comprendre comment fonctionnent les zones de saisie de requête à l’écran, et surtout la « logique » des résultats restitués. Mais plus encore : chacun de leur déplacement sur le réseau nous a semblé dépendre d’abord de leur capacité à gérer le fenêtrage, ou plutôt la multiplicité des fenêtres qu’il leur a fallu organiser en un tout cohérent pour assurer à leur navigation des repères précis. La liste des opérations techniques impliquées dans la recherche d’information pourrait ainsi être longue et nous en avons synthétisé ici les principaux aspects. Mais l’important est de souligner ce leitmotiv qui guide encore notre réflexion : il n’y a pas d’accès au « sens » ou à « l’information » sans maîtrise, au moins partielle, de la forme technique du document. Et cela paraît vrai quel que soit son propre niveau d’expertise en « informatique ».

3Ces contraintes sont d’ailleurs en partie d’un autre ordre que celles qui pèsent sur l’exploitation de documents imprimés. C’est pourquoi la question des nouvelles conventions de lecture et d’interprétation du document numérique figure au cœur de l’enquête qui a été menée. Mais ces contraintes, inédites ou non, jouent d’abord un rôle essentiel dans la conduite de l’activité : elles ouvrent sur un ensemble de possibles que les usagers cherchent à stabiliser sous forme de « routines d’action ». À l’évidence, nombre d’éléments figurant dans ce que nous avions appelé au début de l’enquête la « gestion ergonomique de l’activité à l’écran » appelaient une réflexion plus large sur la constitution de véritables espaces d’action sans lesquels il n’est pas matériellement « d’information ».

Information, ergonomie et théorie de l’activité

  • 1 Goody (J.), La Raison graphique, Minuit (Le sens commun), 1977.

4La dimension de l’« ergonomie » dont on parlera ici n’est pas à entendre comme la déclinaison périphérique d’algorithmes que l’on pourrait juger plus essentiels, en d’autres mots une affaire de pur design graphique. On ne l’entendra pas, non plus, comme l’analyse de l’activité en termes de « tâches », « procédures », « buts » et « sous-buts » qui peut aboutir, dans le champ classique de l’ergonomie des ihm, à l’évaluation des performances de l’usager ou de la conception de l’interface. Elle implique plutôt la mise en jeu d’une théorie générale de la technique et de l’activité, notamment dans le champ de ce qu’après J. Goody1 on appellera les technologies intellectuelles. Dans le cadre de l’enquête il serait difficile d’anticiper sur les façons dont le numérique contribue à modifier la nature de l’information et du savoir ; il est possible, en revanche, d’esquisser les modifications qu’il induit quant à ses conditions d’accès. L’orientation donnée ici s’intègre donc modestement dans l’hypothèse d’une constitutivité technique de la cognition. Elle paraît d’autant plus impérieuse que l’on est en présence de supports numériques dont on commence seulement à apercevoir les spécificités, et surtout la façon dont ils peuvent conditionner la nature de l’information et l’organisation de l’activité critique. Chercher, lire, interpréter, comparer ou juger sont en effet des opérations qui ne s’exercent jamais dans des espaces purement logiques et désincarnés. Et cela est vrai de l’univers numérique comme de l’univers du livre. La lecture, pour se borner à elle, s’appuie toujours sur des contraintes matérielles et corporelles, ne serait-ce parce que le texte impose autant la manipulation de son format matériel qu’il délivre une information. À observer nos usagers, on pourrait même dire qu’il ne délivre une information qu’à condition d’être manipulé. L’exploitation ergonomique de l’interface et de ses fonctionnalités pose donc tout le problème de la maîtrise technique de l’espace documentaire. Et nos observations, à chaque session, nous en auront presque montré la genèse.

5La question de l’ergonomie n’est donc pas ici secondaire car elle draine dans son sillage un ensemble complexe de problématiques liées à la question de cette matérialité de « l’information ». Chaque session d’activité, quel que soit l’usager, a été l’occasion d’interroger cette question des formats techniques de l’information et d’en apercevoir, en quelques sortes, la genèse phénoménale. Qu’un usager n’arrive pas à repérer les zones actives d’une page Web et l’on comprend que la maîtrise de l’interactivité relève d’une conduite de l’activité spécifique au support numérique. Que l’irruption d’une fenêtre dans une autre le désoriente et l’on aperçoit à quel point chacune de nos manipulations du document dépend aussi de schémas préalables acquis par l’expérience ou légués par l’histoire. D’où la question passionnante de savoir ce que nous importons de la culture de l’imprimé dans un univers numérique qui n’est jamais vierge de traditions sociotechniques. Qu’il se montre peu aventureux dans sa navigation hypertextuelle en revenant systématiquement à la liste de résultats fournie par un moteur de recherche et l’on comprend que toute exploration des réseaux de documents numériques suppose aussi une maîtrise raisonnée de l’espace phénoménal des déplacements. Il n’est pas dans notre ambition de traiter ici tout cet ensemble de problématiques mais simplement de faire apercevoir que nos observations les impliquent toutes à divers degrés.

Un système de contraintes réelles

6C’est peut être en termes de contraintes techniques qu’il faut d’abord envisager les dispositifs informatiques, les interfaces et leurs fonctionnalités pour comprendre, alors seulement, les possibles qui s’ouvrent pour le traitement de l’information ou les formes de la lecture. Il en va d’ailleurs de même pour nos bureaux, nos feuilles de papier imprimées ou manuscrites, nos dossiers de carton, nos étagères ou les allées des bibliothèques : ils constituent l’infrastructure matérielle d’un savoir indiquant aussi les modalités de son exploitation. La relative nouveauté des supports numériques à l’échelle de l’histoire explique que cette dimension soit si présente dans l’activité des usagers, comme si les cadres matériels de l’information étaient à reconstruire pour eux. Ces cadres, d’ailleurs, sont d’autant plus transparents que l’histoire, au travers des traditions, nous en livre des formes canoniques (les figures de l’écriture manuscrite ou imprimée, la forme du livre, l’espace de la bibliothèque) et nous les épousons dans l’activité de façon largement naturalisée. La rencontre de l’information et de son corps matériel y est, en quelque sorte, déjà cristallisée : l’affiche et son slogan, l’organisation et l’épaisseur de l’encyclopédie, le roman et son format « de poche ». On s’installe d’autant plus naturellement à demeure dans une théorie de l’information, ou même de l’interprétation, que le cadre technique de l’univers documentaire est déjà matériellement constitué. Sautant pardessus l’étape de leur constitution matérielle, le riche univers des « lexies » (pour parler comme R. Barthes ou U. Eco), des théories du « sens » ou de la « lecture » se déploient souvent dans l’oubli de leurs contraintes techniques et dans les espaces abstraits de l’expression du « sens ». La proximité que suppose l’observation d’usagers en situation domestique ou publique nous a condamné salutairement, en revanche, à situer l’activité critique comme un procès contextualisé techniquement.

7L’interface et les modalités de son exploitation auront constitué l’élément central de l’observation de l’activité des acteurs. Pour chacun d’eux, l’interface a représenté un espace d’action authentique où se jouaient les conditions même de l’accès au « sens ». En d’autres termes, espaces d’action et espaces de compréhension ne font qu’un, d’où l’urgence à chaque session de s’assurer de la maîtrise technique d’une sorte de « géographie documentaire ». Si nous n’avons pas filmé les usagers, les retranscriptions en laissent apparaître très nettement le principe et les frontières. Par delà l’utilisation des « clics », des « barres de défilement », des « touches retour » l’usager se déplace, se repère, fait apparaître des documents, les dispose ou les fait disparaître. Tout ce qui « est directement accessible » est dans « la barre là-haut » [Julien], pour « reculer » on utilise « l’historique » [Julien], on « ouvre une nouvelle page » et on fait des « allers-retours » [Geoffroy] ou encore on « ne sait pas comment sortir » d’un site [Karine]. Deux situations nous ont d’ailleurs semblé borner ces champs manifestes de l’activité : l’une dans laquelle les problèmes d’exploitation technique sont tels qu’il n’est tout simplement pas d’information à traiter ; l’autre où l’usager « tombe » sur l’information recherchée, et de façon miraculeuse. Quitte à en faire une stratégie, comme pour Geoffroy qui « cherche à avoir du pot ». De l’une à l’autre de ces deux situations, la diversité est grande en termes de conduite de l’activité, ouvrant ou hypothéquant la nature de l’information, les mécanismes de l’interprétation.

8Au terme de l’enquête, il apparaît (encore une fois) que le caractère numérique des documents et des applications informatiques n’enlève rien à la dimension matérielle et corporelle de l’exploitation du dispositif technique. Situer les dispositifs informatiques comme des « machines symboliques » nous éloignerait de la question. Dire de l’interface qu’elle les rend « sensibles » ne suffit pas non plus, à peine peut être en guise de préambule. L’activité dont il s’agit est bien réelle et il faut se garder de faire de l’écran un espace seulement simulé numériquement, composé métaphoriquement d’objets graphiques et interactifs, dédié à des formes évanescentes d’exploration virtuelle. Le degré « d’engagement dans la tâche » n’est pas feint chez les usagers, et il faut accorder toute son importance aux « persévérances » de Didier à la Cyberbase de la Cité des sciences quand il vérifie le câblage de l’ordinateur parce qu’il n’arrive pas à activer une zone qui, en réalité, n’est pas active ! Ou encore cette enseignante, l’une de nos premières observées, qui se plaint d’avoir « la tête qui tourne » quand plusieurs fenêtres se superposent à l’écran. Les espaces documentaires qu’ils ont à construire, maintenir et enrichir se nourrissent d’actions, de déplacements, de manipulations qui rappellent ainsi toute la dimension « technologique » de la cognition.

Les échelles d’une architecture documentaire

  • 2 Selon l’expression de B. Latour, « Ces réseaux que la raison ignore : laboratoires, bibliothèques, (...)

9Reste à organiser les principes de cette « géographie de l’activité », et peut être déjà les régions. Celle, tout d’abord, des signes et des systèmes d’écriture où se noue, semble-t-il, la question de l’interactivité. Sa maîtrise entraîne celle de cet espace de transformations qu’est l’écran mais elle suppose, au préalable, un repérage des zones actives et l’anticipation des effets de leur activation. À un autre niveau, la construction des frontières de ce que l’on appelle un « document » pose toute une gamme de problèmes à l’usager. Le multifenêtrage ou la conception de pages Web en « mosaïque sémiotique » représentent des formes difficiles à appréhender, sans compter la dimension réactive des documents et des outils qui y sont intégrés. Enfin, la construction d’un espace documentaire de navigation suppose la mise en œuvre de stratégies spécifiques de déplacement et pose la question des moyens de contrôle d’un univers qui échappe souvent aux usagers. À ces trois échelles de ce que l’on pourrait appeler une architecture documentaire numérique, il s’agit de repérer les formes de l’activité et leurs zones de concentration dans un environnement où le sens est d’abord produit. Enfin, cette architecture est bâtie autour d’une dynamique propre et de lieux spécifiques où se distribue l’activité. À domicile, au travail ou sur station publique comme à la Bpi ou à la CyberBase, les usagers mettent en place un vaste réseau de connexions dont les dispositifs domestiques représentent le centre de gravité. Assurant la circulation entre différents lieux de travail, les acteurs façonnent « l’information » par transformations successives, dans une sorte de chaîne de traitement qui pourrait s’apparenter à un centre de calcul2 individuel.

Notes

1 Goody (J.), La Raison graphique, Minuit (Le sens commun), 1977.

2 Selon l’expression de B. Latour, « Ces réseaux que la raison ignore : laboratoires, bibliothèques, collections », dans Le Pouvoir des Bibliothèques, sous la dir. de M. Baratin et Ch. Jacob, Albin Michel, 1996, p. 23-45.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access