Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outre-lecture

 | 
Dominique Boullier
, 
Franck Ghitalla
, 
Laurence Le Douarin
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1« Lisez-vous sur le Web ?

2– C’est évident, puisqu’il y a surtout des textes, même pour les publicités !

3– Allons, ça n’a quand même rien à voir avec la lecture d’un roman ! »

4Problème : où sont les mots et donc les concepts qui nous permettent de penser cette activité apparemment nouvelle et pourtant si proche de « l’ancienne lecture », celle du support imprimé ? Loin de faire preuve de courage sur cette question ou de prendre des paris audacieux, notre équipe de recherche avait fait œuvre de prudence en intitulant son travail « Schémas personnels d’interprétation et d’appropriation dans les usages des supports numériques ». Nous croyions avoir éloigné le syndrome du nouveau, de l’ancien et du pas si nouveau ou du plus tout à fait ancien, qui n’a vraiment guère d’intérêt en sciences humaines. Nous parlions « d’usages » pour y noyer la lecture, nous parlions de « supports numériques » pour y fondre le Web et le tour était joué. Pas pour nos divers interlocuteurs qui nous apostrophaient régulièrement en parlant de notre étude sur la « lecture Web ». Nous rétorquions qu’on pourrait aussi bien parler de navigation, de consultation, d’usage, et qu’on parlait d’ailleurs d’internaute, d’utilisateur, d’usager et jamais de lecteurs ! Mais à vrai-dire nous n’en savions rien, nous ne pouvions dire nettement pour quelle raison motivée, conceptuellement fondée, il faudrait inventer un nouveau mot ou maintenir l’ancien en le modalisant de diverses façons.

5Pour tout dire, ce flou nous arrangeait bien : nous pouvions même le justifier comme principe de méthode. Les frontières de notre objet devaient rester suffisamment poreuses pour accueillir les observations et leurs contestations possibles du cadre même de notre découpage.

6Si l’on sait a priori qu’il s’agit de lecture, il faut et il suffit d’appliquer les grilles d’analyse de cette activité et de monter des protocoles comparatifs entre supports imprimés et supports numériques. Problème : les « internautes » que nous commencions à observer imprimaient une partie de ce qu’ils consultaient sur l’écran, pas tout et pas toujours, mais pour eux tout cela semblait faire une chaîne, certes complexe et distribuée sur plusieurs machines, lieux et moments mais qui ne prenait son sens que dans toute cette intégration. Plus encore, ils passaient à une vitesse extrême sur certaines pages, se préoccupaient énormément de paramétrer correctement leurs fenêtres de navigation, ou s’énervaient contre une machine qui leur ouvrait précisément des fenêtres de son propre chef : où était la lecture là-dedans ?

7Inversement, si nous savons par avance qu’il ne s’agit plus du tout de lecture, il suffit par exemple de cartographier des parcours, d’observer des productions de dossiers ou des manipulations d’interfaces, selon le point de vue adopté. Mais pourtant, certains internautes entreprenaient de lire en détail une page entière, alors qu’ils avaient visité les précédentes sans s’y arrêter, ils déchiffraient avec attention les listes de sites fournies par les moteurs ou même les messages d’erreur de leurs machines. « Quelque chose comme » de la lecture, au sens le plus trivial du terme, subsistait bien.

8Dans ces conditions, c’est finalement sur le comportement des personnes observées que nous avons décidé de nous caler : ne pas découper trop leur domaine d’activité et voir comment eux-mêmes combinaient tout cela. Cette posture, proche de l’ethnométhodologie, ne devait pas nous empêcher de comprendre le sens de l’activité conduite par les internautes, de prendre en compte sa variété et de la structurer pour la rendre intelligible à nous-mêmes, chercheurs. Nous disposions, avouons le, d’un minimum d’équipement conceptuel, quelque chose comme un aide-mémoire pour ne rien oublier ou d’un garde-fou pour ne pas tout réduire ou mélanger.

  • Les internautes, pensions-nous, manipulent des supports, des interfaces, des éléments divers de la machine et il faut prendre cela au sérieux comme nous l’apprennent la cognition distribuée, la sociologie de l’innovation et les théories du support.
  • Mais ils entrent en relation avec un autre monde, avec des univers sociaux, tant sur le plan des manipulations que sur le plan des contenus : ils doivent donc s’approprier ce Web comme nous l’apprennent l’anthropologie de l’échange, la sociologie des usages ou les théories de l’apprentissage.
  • Enfin, pour ne pas dissoudre la lecture, nous devons admettre aussi que les internautes continuent à interpréter, à inférer un sens à partir des signes, à construire des représentations et à identifier des catégories, comme nous l’apprennent la sémiotique ou la psychologie cognitive.

9Bref, un équipement théorique finalement fort lourd, que Gagnepain avait eu le mérite de rassembler dans un même modèle, celui de sa théorie de la médiation, qui mettait bien en évidence la diversité de nos compétences (qu’il appelle plans de rationalité et auxquels il ajoute un quatrième plan, celui du désir et de la norme que nous avons laissé de côté ici). Manipuler, approprier, interpréter, voilà de quoi nous paraissait faite l’activité des internautes, mais au fond celle des lecteurs de l’imprimé aussi. C’est bien ce plan qui guidera tout ce texte. Cependant, seuls les internautes pouvaient nous dire comment ils procèdent, avec quelles médiations, comment ils combinent ces compétences en situation (car elles se recoupent nécessairement) et surtout dans quelle proportion ils mettent en œuvre ces compétences.

10Mais l’affaire s’est fortement compliquée en cours de route. Certes, nous pouvions éviter de trop délimiter « la lecture » avant de commencer ces observations de façon à voir comment toutes ces compétences se manifestaient, mais nous nous sommes trouvés contraints de dire quelle unité d’observation nous allions adopter : un ou plusieurs univers de connaissances ou d’informations, tout le système Internet, le Web dans son ensemble, un site, un document ou encore une page Web ? Au nom de quoi, là encore, aurions-nous choisi, sinon en postulant une définition provisoire qui, malgré les conseils de Durkheim, a souvent tendance à se durcir et à survivre à tous les démentis de l’expérience ? Étudier l’activité des internautes, c’est sans doute garder toute cette palette d’échelles sans trancher a priori.

11Et pourtant, pour des raisons de faisabilité, nous avons dû trancher en faveur d’une limite haute : pas plus général que le Web (en excluant ainsi le courrier électronique ou les documents papiers qui sont exploités en même temps), mais tout ce qui est compris dans le Web (les moteurs, les sites, les documents, les pages, etc.). Arbitraire est la délimitation, nous n’en doutons pas, mais nous ne pouvions pas non plus matériellement suivre nos internautes lorsqu’ils ne sont plus internautes pour vraiment les comprendre en cours d’activités. Le lecteur verra pourtant que bon nombre d’éléments des situations et de l’environnement reviennent et sont mentionnés par les internautes eux-mêmes qui ne peuvent jamais découper leur activité en de telles tranches.

12Au sein de cette délimitation est demeurée une large zone indéterminée, entre les moteurs, les sites, les pages, par exemple. Grâce à cette recherche, nous avons pu questionner le document comme référence fiable, pour montrer comment l’activité de l’internaute portait à la fois sur le corpus (pour s’orienter et sélectionner dans le corpus), sur le document (qu’il devait cependant en grande partie constituer lui-même à partir des liens qu’il activait) et sur le signe (qui l’oblige à lire pour interpréter comme pour naviguer). Les trois activités manipuler, approprier, interpréter s’exercent tout autant sur les trois niveaux corpus, document, signe.

13Voilà qui complexifie singulièrement cette « lecture » d’où nous étions partis. Et la question n’est pas seulement théorique : elle est aussi pratique et, pourrions-nous dire, politique. Car, à l’issue de cette recherche, nous en sommes venus à nous demander ce que les humains avaient fait, finalement, en inventant le Web : certes, ils ne savent pas ce qu’ils font mais c’est pourtant fait et surtout ça n’en finit pas de se faire ! Le Web est un univers en perpétuelle expansion mais aussi en constant renouvellement, et nous n’en sommes qu’au début. Les internautes que nous avons observés ont tous manifesté à la fois la fascination et le désir que leur inspirait le Web mais aussi la frayeur, la désorientation et l’impuissance qu’il provoquait. Le chemin de nos argumentations sera long et détaillé mais il faut dire d’emblée où il conduit (contrairement à ce qui se passe sur le Web) : vivre le Web est en tant que tel une expérience hypermoderne qui oblige à un remaniement considérable de tous nos repères. Lecteur, oseras-tu entrer avec nous dans l’outre-lecture ? Si tu en as le courage, tourne la page… !

Présentation résumée de la méthode

14Les détails de la méthode et des données concernant les observations réalisées sont présentées en détail en annexe.

15En résumé, cette enquête, financée par la Bpi-Centre Pompidou, s’est déroulée sur le terrain en 2001 et 2002. Elle a concerné 23 personnes pour les phases 1 et 2 et 10 personnes pour les phases 3 et 4. Les populations ont été différenciées en « preneurs » et « pris », c’est-à-dire en « utilisateurs de Linux » d’un côté et en « abonnés d’aol » de l’autre (sans nous intéresser à leur ancienneté dans l’usage de l’Internet et sans référence à leur appartenance effective aux mondes ainsi désignés). Le profil était détecté dès le premier entretien téléphonique sommaire et nous a permis de faire varier les populations étudiées selon ce critère. Mais la variation en question n’a donné lieu à aucune exploitation statistique.

16Nous avons construit quatre dispositifs d’observation différents de façon à faire varier la familiarité avec l’environnement et à apprécier « la portabilité » des schémas d’appropriation, d’interprétation et de manipulation que nous postulions.

  • Phase 1, une situation « naturelle personnalisée » : 10 internautes devant leur propre microordinateur, dans leur environnement habituel (domicile et travail), pratiquant leurs usages habituels de l’Internet.
  • Phase 2, une situation « naturelle collective » : 10 internautes devant des stations de travail accessibles dans un lieu public (la Bpi), pour un usage non déterminé (ce que fait l’internaute habituellement, ce pour quoi il est venu).
  • Phase 3, une situation « naturelle réduite » : 10 internautes devant leur propre microordinateur devant suivre un protocole précis composé de trois types de tâches bien différentes (formulaire, recherche d’information précise, constitution d’un dossier documentaire).
  • Phase 4, une situation « expérimentale » : les personnes déjà observées en phase 3 sont venues à la Cyberbase de la Cité des sciences pour effectuer trois tâches déterminées sur le Web, sans aucun appui sur les dispositifs habituels de leur activité.

17Ces observations ont été conduites en présence non masquée de l’observateur qui se chargeait de noter tous les éléments techniques et verbaux de la situation mais qui pouvait s’appuyer sur un enregistrement audio complet et sur un dispositif de tracking (ou de mouchard) installé sur les machines pour récupérer le « film » des écrans consultés en même temps. Ce recueil des écrans a permis une auto-confrontation à la suite de la manipulation, sans être contraints de se contenter de la mémoire des internautes.

18Nous avons tenu compte, dans notre méthode, de trois critères :

  • Le type de documents ou de réseaux documentaires explorés, type « ouvert » (comme le Web) ou « fermé » (comme un hypermédia classique développé sur cd). Nous avons choisi d’emblée de travailler sur le Web, dans un réseau documentaire ouvert, ce qui aboutit à des protocoles expérimentaux différents et à des résultats sans doute non comparables par rapport à ce qui a pu être fait sur l’exploration des cédéroms.
  • Le type de tâche. On distingue en général tâche de recherche d’information (ri critériée avec consignes précises de l’observateur et prise en compte du temps d’accomplissement de la tâche) et navigation dans le cadre de tâches exploratoires, globales, à long terme ou à but flou. Les deux types de tâches prédéterminent largement l’ensemble de la situation d’observation, c’est du moins l’hypothèse que nous faisions et nous l’avons mise à l’épreuve dans les phases 3 et 4 avec deux tâches (rechercher un nom dans une entreprise ou le nombre d’élus d’un conseil général, puis constituer un dossier sur les extraterrestres ou sur la première version de Loft Story). Devant l’importance de la dimension de la « manipulation » sur le Web, nous avons ajouté une tâche spécifique de « remplissage de formulaire » (fnaim puis Air France).
  • Le type d’environnement dans lequel l’activité se réalise. Le protocole était organisé de façon très stricte autour de ce passage d’une situation familière (environnement personnel à domicile) à une situation publique (Bpi et Cyberbase, environnement non connu ou tout au moins non paramétrable, sans supports annexes personnels importants). Ce choix était rendu nécessaire par l’hypothèse de départ sur l’appropriation, sur l’importance des supports techniques distribués permettant de cadrer l’activité quand on est à domicile.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable