Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les adolescents et la bibliothèque

 | 
Claude Poissenot

Conclusion

Texte intégral

  • 1 M. Poulain estime que « les usagers non inscrits représentent plus de 20 % de l’ensemble du public (...)

1Le principal apport du premier chapitre réside dans la déconstruction de notre population d’étude : les inscrits à la bibliothèque. Cette population doit être comparée à celle des non-inscrits afin de ne pas confondre les inscrits avec la population des jeunes en général. Les inscrits, ceux qui représentent l’essentiel de la population qui fréquente les bibliothèques1, ont franchi une première sélection. Meilleurs à l’école, ce sont de meilleurs lecteurs - au sens où leur rapport à la pratique est plus valorisé. Les inscrits se distinguent des non-inscrits par leur origine sociale et culturelle supérieure.

2Dans la comparaison entre réinscrits et non-réinscrits, la situation des parents dans la hiérarchie culturelle (approchée par le diplôme) ne produit aucun effet. La tentation serait grande alors de conclure à l’absence de sélection du public de la bibliothèque sur le critère de la familiarité avec les valeurs scolaires. En réalité, si ce principe de sélection n’opère plus pour la réinscription (en aval), il intervient de façon sensible au moment de l’inscription (en amont). La bibliothèque sélectionne son public à partir de sa familiarité avec les valeurs scolaires surtout au moment de la prise de l’abonnement. Quand les jeunes dont les parents sont peu familiers des valeurs scolaires ont surmonté l’obstacle de l’entrée, ils souffrent moins de leur origine culturelle pour renouveler leur abonnement. La bibliothèque serait victime d’un a priori de la part du public le moins diplômé qui trouverait des arguments pour considérer que cet espace ne les concerne pas. Mais, une fois le processus d’appropriation et de familiarisation suffisamment accompli, la différence s’estompe vis-à-vis des jeunes dont les parents sont plus diplômés.

L’impossible évaluation

  • 2 C. Thélot, L’Evaluation du système éducatif, Paris, Nathan, 1993, p. 11.

3En introduction, nous rappelions le contexte favorable à l’évaluation dans lequel avait émergé notre recherche. Nous prenions appui sur les réflexions de C. Thélot à propos de l’Ecole. Il montre qu’une politique doit être évaluée à l’aune des objectifs qu’elle s’est fixé. La loi d’orientation sur l’Ecole de 1989 définit ses objectifs : « transmettre des connaissances, des savoirs, une culture ; préparer à la vie professionnelle ; former à la vie en société et, dans une démocratie comme la nôtre, à la citoyenneté, et, par là, contribuer à la construction et à l’identité du pays2 ». De façon transversale, pour chacun de ces objectifs, l’Ecole doit satisfaire « une exigence d’équité ».

4A la différence de l’institution scolaire, les bibliothèques ne disposent pas d’objectifs définis par le législateur. Si le système éducatif s’est décentralisé en impliquant les collectivités locales dans la gestion des établissements, il reste encore fortement centralisé. De ce fait, les pouvoirs législatif et exécutif imposent leurs objectifs à l’ensemble des écoles du pays. Les bibliothèques municipales ne disposent pas d’une tutelle nationale. Certes, le ministère de la Culture attribue des subventions pour des projets ponctuels, mais, en l’absence de loi, il ne dispose pas du pouvoir de fixer les objectifs à atteindre. Le conseil municipal est la seule instance en mesure de définir la politique à mettre en œuvre. Dès lors, il n’existe pas un objectif que toutes les bibliothèques doivent chercher à atteindre mais autant d’objectifs que de municipalités.

  • 3 Sur cette instance, cf. M. Melot, « Le Conseil supérieur des bibliothèques », in Bulletin des bibl (...)

5En réalité, les objectifs ne sont pas si divers. La diffusion du modèle de la lecture publique (libre accès, ouverture à tous, etc.) contribue à standardiser les politiques municipales. Les bibliothécaires sont des agents de la diffusion de ce modèle. Ils ont intériorisé des valeurs qui demeurent implicites. L’expression de cet idéal s’observe notamment quand il est menacé (cf. les réactions face à la censure à Orange en juillet 1996). Devant les contours incertains des missions assignées aux bibliothèques municipales et le pouvoir accru des municipalités dans la définition des objectifs à atteindre, le Conseil supérieur des bibliothèques3 propose une Charte des bibliothèques (adoptée en novembre 1991). Celle-ci explicite la fonction de développement de la lecture dévolue aux bibliothèques et la participation des communes à cette politique (article 24).

6L’évaluation des bibliothèques municipales est impossible parce que, malgré les initiatives que nous venons de rappeler, les objectifs qui leur sont assignés demeurent trop flous. Quelles missions doit remplir la bibliothèque ? Quelle est sa place spécifique dans la cité ? Quels services doit-elle offrir ? A quel public ? L’absence de projet politique explicite (au sens d’une politique définie par les élus) laisse aux bibliothécaires une grande autonomie pour agir selon leur système de valeurs. Or, nous avons montré comment la proximité avec les valeurs scolaires favorise l’inscription à la bibliothèque (cf. chapitre 1). Autrement dit, l’absence de politique ne revient pas à créer une institution ouverte à tous. Malgré le discours des bibliothécaires sur la diffusion de la lecture, une partie de la population reste mal à l’aise, impressionnée par la bibliothèque. Nous avons tenté de montrer que ce qu’on désigne parfois par « obstacles socioculturels » ne se situe pas tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la bibliothèque. Cette institution promeut un projet dont l’intention universaliste masque en partie des valeurs propres à un groupe social dominé par son aspiration à faire partie de l’élite culturelle. Du fait de leur formation universitaire très souvent littéraire et de cette aspiration, les bibliothécaires opèrent une sélection dans la production éditoriale voisine de celle de l’institution scolaire. Ils réinvestissent dans leur situation professionnelle des valeurs, des références culturelles acquises et intériorisées dans l’univers scolaire. Et s’il existe des différences dans les choix des bibliothécaires et des enseignants, elles ne peuvent s’exprimer que par la présence de valeurs communes. Il faut, en effet, accepter la notion de littérature pour débattre de l’appartenance d’un auteur à cet ensemble. L’accord sur l’idée de « littérature » se construit sur le rejet de la « non-littérature ». Cet accord tacite entre bibliothèque et institution scolaire sélectionne en partie le public des bibliothèques. Les « obstacles socio-culturels » auxquels se heurte la bibliothèque naissent de l’écart entre les valeurs défendues par les bibliothécaires et celles partagées par certaines catégories de leur public. Les élèves jugés « mauvais » en français à l’école n’entrent pas à la bibliothèque ou la quittent car ils ont intuitivement détecté cette connivence entre école et bibliothèque. Et, pour les garçons, à cette différence sur le plan des références culturelles s’ajoute un écart lié à la surreprésentation féminine dans le personnel de la bibliothèque. Ils trouvent peut- être moins facilement que les filles des livres portant sur leurs centres d’intérêt et aussi des conseils ou des modèles auxquels s’identifier.

  • 4 Notre recherche montre que, loin de constituer l’exception, la contradiction représente plutôt la (...)
  • 5 Sur cette tension, cf. C. Grignon, J.-C. Passeron, Le Savant et le populaire, Paris, Hautes Etudes (...)
  • 6 J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991, p. 345.

7Il convient de prendre acte de la contradiction entre le désir d’atteindre tous les publics et la promotion d’une définition restrictive de la lecture. La fusion des contraires constitue plus un idéal qu’une réalité observable4. Dès lors, la fonction d’arbitrage, remplie par le pouvoir politique, pourrait s’exercer. Les municipalités pourraient trancher entre ces contraires : mettre l’accent sur les valeurs littéraires ou sur le développement de la lecture, y compris au risque d’une redéfinition de la pratique et de son corpus. Elles pourraient choisir entre les deux termes de l’alternative suivante : sachant qu’il n’est pas toujours possible d’atteindre les deux objectifs, vaut-il mieux promouvoir un corpus d’œuvres reconnu par les instances culturelles, au risque de créer les conditions de non lecture d’une partie du public ou accepter des écrits considérés comme de « piètre » qualité afin de créer les conditions d’une lecture (au sens de la maîtrise de la compétence) des jeunes qui, pour l’instant, ne fréquentent pas ce lieu ? Un arbitrage s’impose entre ces deux objectifs. L’hymne au plaisir de lire ne saurait faire disparaître cette tension. Il cache souvent la défense d’un corpus reconnu d’œuvres littéraires. D. Pennac ne vante pas les plaisirs de la lecture des romans-photo ou des revues de jeux électroniques. Dans la tension entre misérabilisme et populisme5, la bibliothèque penche plutôt vers le premier terme de l’alternative. Pour elle, la misère réside dans ce qui lui semble être une absence de lecture. Or, cette absence provient de sa définition restrictive de la lecture : il existe une façon de lire et une seule, de même, la littérature s’oppose à la para-, sous-, non-littérature. Si donc, il s’agit de promouvoir la compétence de la lecture (la capacité à déchiffirer un texte), il conviendrait, non pas tant d’en louer les charmes, que d’accepter une redéfinition plus extensive de la pratique et du corpus. Comme le souligne J.-C. Passeron6, le projet de favoriser la pratique de la lecture ne peut se concilier avec celui de faire sortir les membres des classes populaires de la culture populaire.

8La bibliothèque peut remplir d’autres fonctions que celle de développer une certaine pratique de la lecture. Les municipalités pourraient chercher à créer une cohésion sociale à travers la fréquentation d’un même équipement par des publics différents.

  • 7 Cf. A.-M. Bertrand, Les Bibliothèques municipales, Paris, Cercle de la Librairie, 1994, p. 57-68.
  • 8 Il conviendrait d’étudier les contours de la population des usagers non-inscrits. Où se situent-il (...)

9Elles cherchent parfois à enrichir leur image, leur prestige ou à satisfaire les usagers-électeurs. Le flou sur les objectifs assignés à la bibliothèque résulte des compromis passés entre les protagonistes : élus, bibliothécaires et usagers7. Montrer que les inscrits ne ressemblent pas à ceux qui ne le sont pas permet de montrer que les « usagers » ne représentent pas toute la population8. Ne pas ou ne plus fréquenter la bibliothèque revient à prendre silencieusement part au débat sur la définition des objectifs que doit suivre cette institution. Notre recherche a tenté de mettre à jour qui sont ces acteurs sans voix et quelles sont leurs logiques dans leur variété.

Notes

1 M. Poulain estime que « les usagers non inscrits représentent plus de 20 % de l’ensemble du public » (M. Poulain, « Les Publics des bibliothèques » in M. Poulain (dir.), Lire en France, Paris, Cercle de la Librairie, 1993, p. 232). C’est dire que les quatre cinquièmes du public environ possèdent une carte d’abonnement.

2 C. Thélot, L’Evaluation du système éducatif, Paris, Nathan, 1993, p. 11.

3 Sur cette instance, cf. M. Melot, « Le Conseil supérieur des bibliothèques », in Bulletin des bibliothèques de France, t. 35, n° 5, 1990, p. 290-295.

4 Notre recherche montre que, loin de constituer l’exception, la contradiction représente plutôt la règle. Quelques expériences ponctuelles peuvent parvenir à conduire certains jeunes sur la voie de la lecture (lecture continue, d’œuvres reconnues). Ces exceptions permettent de rejetter la contradiction. Celle-ci reste néanmoins visible. Ainsi, C. Vitrant relatant une expérience de bibliothèque de rue (« Sur les pavés, les livres » in « La Culture pour s’en sortir », Télérama/Hors série, janvier 1996, p. 32- 35.) explique que « les animateurs cherchent à dissocier la lecture de la discipline scolaire, pour que les enfants comprennent que le livre fait partie de la vie ». La générosité du propos ne doit pas faire oublier la nécessité d’une définition de « la lecture » et de « la vie ».

5 Sur cette tension, cf. C. Grignon, J.-C. Passeron, Le Savant et le populaire, Paris, Hautes Etudes/Gallimard/Le Seuil, 1989.

6 J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991, p. 345.

7 Cf. A.-M. Bertrand, Les Bibliothèques municipales, Paris, Cercle de la Librairie, 1994, p. 57-68.

8 Il conviendrait d’étudier les contours de la population des usagers non-inscrits. Où se situent-ils dans la hiérarchie culturelle ? Sont-ils d’anciens inscrits ? Quels usages font-ils du lieu ? etc.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access