Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les adolescents et la bibliothèque

 | 
Claude Poissenot

Chapitre 5. Formes de sociabilité et avenir dans la bibliothèque

Texte intégral

1Les entretiens dénotent l’importance du cadre de sociabilité : « visites maternelles » en compagnie de la mère, « visites amicales » en compagnie d’amis, les « visites fraternelles » avec un frère (ou une sœur) aîné, visites « en solitaire ». En général, c’est la permanence d’un certain type de visite qui compromet les chances d’inscription.

2A partir d’un certain âge (l’entrée au collège), la « visite maternelle » risque de porter préjudice à la reconnaissance de l’autonomie de l’enfant. Celui-ci doit adopter un autre mode de visite s’il ne souhaite pas être perçu et se percevoir comme « bébé » ou « fils à maman ». Cette quête d’autonomie s’exprime de différentes façons : soit les jeunes revendiquent, non seulement la responsabilité du choix mais aussi leur autonomie dans le mode de lecture des livres sélectionnés, soit ils recourent à l’arrêt de ce type de visite. Dans ce dernier cas, l’impossibilité de glisser vers la « visite amicale » peut conduire à l’abandon de la bibliothèque.

3Les « visites amicales » assignent souvent à la bibliothèque le statut d’un lieu convivial, cadre de réunions et de discussions autour des livres. Lorsque le lien amical est l’élément prépondérant, l’adolescent pourra être amené à quitter la bibliothèque suivant ses copains qui se détournent de la lecture ou optent pour le CDI.

4La « visite fraternelle » se place entre les deux premiers types, liée à l’univers familial mais avec une complicité qui la rapproche de l’univers des amis. Cette position fragilise les chances d’inscription de l’enfant lorsque l’aîné abandonne la bibliothèque.
La visite « en solitaire » passe par un engagement plus fort dans la bibliothèque et une plus grande autonomie de l’enfant.

5De manière générale, ces deux derniers éléments conditionnent la fidélité à la bibliothèque : ce sont les enfants les plus investis dans la bibliothèque qui « donnent du sens à leurs visites » et parviennent à « réussir le passage » de la visite maternelle ou fraternelle à la visite amicale ou solitaire.

  • 1 Nous intégrons la visite en solitaire dans les modalités de sociabilité des visites. Venir seul in (...)
  • 2 Par commodité et malgré son incorrection, nous utiliserons l’expression de « visite amicale », « v (...)

6Les visites à la bibliothèque se caractérisent par le fait qu’elles sont accompagnées ou non par des personnes occupant un statut particulier (parents, frères-sœurs, amis). A travers notre corpus d’entretiens, nous avons cherché à mettre à jour en quoi un mode de sociabilité de la visite à la bibliothèque conduit les jeunes à renouveler leur abonnement ou, au contraire, à y mettre fin. Le mode de sociabilité des visites n’est pas neutre, il recouvre des enjeux de différentes natures. Le sens de la visite se construit en référence à son contexte de sociabilité. Les jeunes ne se comportent pas de la même façon selon qu’ils sont seuls1, accompagnés de leur mère d’un frère ou d’ami(e)(s), parce que ceux qui les entourent n’attendent pas qu’ils se comportent de la même façon. Visites « amicales2 » et visites « maternelles » se distinguent en ce que les secondes peuvent insister sur l’emprunt de livres reconnus par l’institution scolaire, tandis que les premiers mettront l’accent sur la participation à un groupe et le partage de ses valeurs.

  • 3 M. Burgos, « Lectures privées et lectures partagées » in Pratiques, n° 80, décembre 1993, p. 78.

7Les visites des jeunes à la bibliothèque se déroulent alors qu’ils sont impliqués dans un procès d’individuation3 qui les conduit à s’affirmer en tant qu’individu. Par ce processus, les jeunes acquièrent une autonomie relative qui ne se traduit pas par un repli définitif, mais au contraire par la confrontation de sa singularité avec autrui. La réinscription ou non à la bibliothèque peut prendre son sens en relation avec ce processus dans lequel ils sont engagés.

8Les visites des jeunes à la bibliothèque, ainsi que le sens qu’ils leur donnent, dépendent des autres sources d’approvisionnement dont ils disposent. Sous certaines conditions, la bibliothèque peut être concurrencée par d’autres lieux du livre. La prise en compte de ces autres sources éclaire les enjeux du mode de sociabilité de leur visite. Par exemple, le sens de l’accompagnement maternel est perceptible par la politique d’acquisition mise en œuvre dans le cadre domestique.

9Les enjeux associés à la sociabilité des visites, le rôle de la fréquentation de la bibliothèque dans le processus d’individuation, la concurrence des autres sources d’approvisionnement sont le théâtre de changements au cours de la période durant laquelle les jeunes sont inscrits et fréquentent la bibliothèque : entrée au collège, découverte du CDI, rencontre de nouveaux amis, non-réinscription d’un grand frère à la bibliothèque, etc. L’étude de la sociabilité des visites des jeunes à la bibliothèque comme outil d’intelligibilité de la réinscription (ou non) implique une approche dynamique, évolutive. Quels sont les chemins qui mènent d’un mode de visite à un autre ? Comment un cadre de sociabilité des visites conduit-il ou non les jeunes à renouveler leur inscription à la bibliothèque ?

Visite avec la mère : un avenir incertain

10L’étude du maintien ou du départ des jeunes de la bibliothèque, à partir de la visite avec la mère, nécessite de prendre en considération les enjeux associés à cette forme de sociabilité. La visite maternelle devient le cadre d’une tension entre les intentions pédagogiques de la mère et la revendication des jeunes à une certaine autonomie vis-à-vis de cette dernière.

11Tout d’abord, nous étudierons la visite en compagnie de la mère comme un cadre de sociabilité problématique. Puis, nous définirons les conditions de la permanence de la visite maternelle. Enfin, nous examinerons comment ce mode de sociabilité de la visite conduit à la non-réinscription.

Mère-enfant : la bonne distance

12Pour un certain nombre d’enfants, la bibliothèque forme un cadre spécifique de sociabilité maternelle. Ils viennent, plus ou moins exclusivement, en compagnie de leur mère. Etant donné leur âge (ils ont entre 10 et 12 ans), le statut de la visite maternelle est ambigu. Par la sociabilité de la visite se joue une partie de la relation mère-enfant. Quelle autonomie laisser à l’enfant ? La mère doit-elle renoncer à toute prétention éducative, n’est-elle plus un intermédiaire recevable pour la socialisation littéraire de l’enfant ? Suivant les contextes culturels, la visite en compagnie de la mère renvoie à un investissement éducatif, qui se heurte plus ou moins avec la nécessaire autonomie concédée à l’enfant. Nous distinguerons trois modèles de visites maternelles selon le degré d’intervention de la mère dans la fréquentation de la bibliothèque par son enfant. Nous suivrons une sorte de continuum qui part de la visite maternelle comme problématique, s’enchaîne par une tentative de compromis entre mère et enfant et s’achève par le retrait maternel.

L’émergence de la norme

13Les relations parents-enfants donnent lieu à négociation dans un cadre normatif. Parents et enfants occupent un statut qui les oblige à se comporter de façon conforme aux règles qui lui sont associées. Ainsi, le statut d’enfant implique de respecter ses parents, de ne pas les battre, les injurier et de se soumettre à leurs injonctions sous peine de provoquer la désapprobation générale exprimée par l’ensemble des acteurs sociaux. Les parents sont eux aussi soumis à des normes. L’expression « parents indignes » illustre des situations où ils n’ont pas respecté leur devoir de parents.

14S’agissant des visites avec la mère, l’entretien avec Julien (père : cadre moyen à la SNCF ; mère : secrétaire) souligne l’existence d’une norme mettant en relation l’âge et la sociabilité de la visite. Julien est fils unique, la plus grande partie de ses livres lui viennent de ses parents : ils possèdent un stock familial, lui achètent des revues éducatives depuis longtemps déjà (Je lis déjà, J’aime lire, Mikado, Je bouquine) et l’ont abonné à l’Ecole des Loisirs. Les quelques exceptions à cet approvisionnement parental concernent de rares emprunts à des copains ou des cadeaux de livres qu’ils lui font. La bibliothèque n’échappe pas à cette emprise parentale. Jusqu’à présent, sa mère l’a toujours accompagné à la bibliothèque. Julien se réjouit de la sociabilité de ses visites : « Je préfère aller avec maman parce que c’est plus... je sais pas, moi j’aime mieux. » La bibliothèque est un cadre privilégié de la relation mère-enfant, mais cette exclusivité de la visite en compagnie de sa mère est menacée par l’injonction à la visite solitaire dont fait état Julien : « Les gens de l’école, ils y vont plutôt avec leurs parents ou alors tout seul. Moi j’y vais pas avec mes copains, d’ailleurs tout seul, ça va commencer là maintenant, en ce moment, parce que j’ai l’âge d’aller tout seul. » Une sorte de calendrier associant l’âge et la sociabilité des visites s’imposerait comme une norme à respecter. Tout se passe comme si, alors qu’il rentre en sixième (l’entretien a été réalisé trois jours avant la rentrée des classes), ses visites devaient devenir plus souvent solitaires. Ce qui était acceptable durant la scolarité primaire ne le serait plus quand on entre au collège. Reste à savoir par qui et comment s’imposerait cette norme ? Comment Julien sait-il qu’il a « l’âge d’aller tout seul ? » Comme souvent dans l’univers social, les normes les plus prégnantes sont celles que l’on a intériorisées et que l’on s’impose soi-même. C’est vraisemblablement aux yeux de ses copains qu’il souhaite aussi se rendre seul à la bibliothèque. Pour lui, l’enjeu c’est la reconnaissance par ses pairs. Des visites exclusivement avec sa mère risqueraient de nuire à la reconnaissance de sa maturité. Pour l’instant, Julien a intériorisé cette norme et consent à s’y soumettre sans grand enthousiasme : « J’aime bien y aller avec ma maman, si il faut y aller tout seul, moi je veux bien. » Au seuil de cette nouvelle ère, Julien semble soumis, résigné à adopter une nouvelle forme de sociabilité des visites. Il décrit la transition : « Avant, j’y allais tout le temps avec maman. Sinon, j’irai encore avec maman, mais tout seul aussi. » Du « tout maman » il passe à un système mixte qui conserve l’ancienne forme de sociabilité et intègre la nouvelle. Cela s’effectue avec difficulté puisqu’il désigne sa mère par « maman », alors que les autres jeunes interrogés la nomment « ma mère ».

15La spécificité de la visite en compagnie de la mère réside dans le fait qu’elle est soumise à une norme prenant en compte l’âge de l’enfant. A partir d’un certain âge (l’entrée au collège), la visite maternelle risque de porter préjudice à la reconnaissance de l’autonomie de l’enfant. Celui-ci doit adopter un autre mode de visite s’il ne souhaite pas être perçu et se percevoir comme « bébé » ou « fils (fille) à sa maman ».

Entre l’intervention maternelle et l’autonomie enfantine : le compromis

  • 4 Cf. R. R. Powell, M. T. Taylor, D. L. McMillen, « Childhood socialization : its effect on adult li (...)
  • 5 F. de Singly, « La Lecture de livres pendant la jeunesse : statut et fonction » in M. Poulain (dir (...)

16La visite en compagnie de la mère ne bénéficie pas d’une très forte légitimité, elle est contestée par l’injonction des pairs à l’autonomie. Or, derrière la visite maternelle, se cache un investissement éducatif dont l’objectif, avoué ou non, est de familiariser l’enfant avec la lecture et un certain type de livres. Et en effet, il semble que le fait d’avoir été accompagné par un parent et d’avoir fréquenté plus de dix fois par an la bibliothèque quand on était jeune, soit associé positivement au fait d’être un gros lecteur à l’âge adulte. De même, « les gens qui étaient de fréquents utilisateurs de la bibliothèque étant jeunes ont des chances de continuer d’être de gros usagers de la bibliothèque4. » Les enjeux maternels et enfantins entrent en contradiction. D’une part, les mères, par leur présence, sont en mesure d’intervenir sur le choix des enfants, de les conseiller et les guider dans leurs déplacements dans l’établissement culturel. D’autre part, les jeunes, le cas de Julien nous l’a montré, doivent se présenter et se représenter comme autonomes vis-à-vis de leurs parents dans leurs visites. A l’enjeu éducatif des mères s’oppose l’enjeu identitaire des enfants (comment se définissent-ils ? Comment sont-ils reconnus ?). Ceux-ci ne suivent pas seulement le souci pédagogique de leur mère, « ils ont à se construire eux-mêmes en tant qu’individus5. » Devant cette contradiction, mère et enfant passent des compromis de différentes natures.

  • 6 Dans la section précédente, nous avons décrit les relations mère-enfant telles qu’elles ne sont dé (...)

17Julien envisage la visite en solitaire comme allant se réaliser sous peu6. Jusqu’à présent, il se rend à la bibliothèque en compagnie de sa mère. Le déroulement même de ces visites nous informe du compromis passé avec sa mère. Lui demandant quels livres il avait choisis en premier lors de sa dernière visite avec sa mère, Julien me donne la liste dans l’ordre :

Deux Achille Talon
Un numéro du périodique Image Doc
Les contes de Grimm
Le monde fascinant des chiens.

18Julien utilise en permanence la première personne du singulier pour relater son choix : « J’ai choisi mes deux BD (...), je les ai vues comme ça, je les ai pris en arrivant. Ensuite (...) j’ai été voir les Image Doc, j’ai pris celui-là. Et ensuite j’ai été voir dans les livres des plus grands et j’ai pris d’abord les contes de Grimm et ensuite j’ai pris voilà, le guide des chiens. » Si la question l’induisait à répondre par « je », son recours obstiné laisse penser que c’est un moyen pour lui d’affirmer son autonomie en s’attribuant la responsabilité de ses choix. De fait, Julien prend au départ l’initiative de se rendre au bac à bandes dessinées. La non-ingérence de sa mère signale une forme de concession. Celle-ci n’intervient qu’ensuite, une fois rendue dans le rayon des livres (romans et documentaires). Son intervention se fait progressive : « L’Image Doc, j’ai., elle m’a dit “ça pourrait être bien l’Image Doc”, j’ai choisi l’Image Doc. » Sa mère lui suggère ce périodique mais lui laisse choisir du numéro précis qu’il emprunte. La revue offrant des garanties de qualité (c’est une publication du groupe Bayard Presse, elle se trouve à la bibliothèque), la mère lui concède une autonomie relative puisqu’il prend le numéro qu’il souhaite. En ce qui concerne le choix des Contes de Grimm, l’autonomie de Julien se trouve réduite. « Les Contes de Grimm elle m’a dit “ça pourrait être bien”, je l’ai pris ». Limitée, l’autonomie de Julien subsiste simplement par l’emploi du conditionnel par sa mère : elle ne fait que suggérer la qualité de cette lecture. Le processus de sélection des livres montre à quel point la visite en compagnie de la mère fait l’objet de négociations entre l’enfant et sa mère. Julien s’est constitué un domaine réservé : les bandes dessinées (et son livre sur les chiens). La mère conserve un champ d’intervention notamment à propos des contes, même si le choix de ce type de livre apparaît comme une forme de concession. Ils sont (ou sont perçus comme) plus faciles à lire, moins longs et s’adressant à des enfants plus jeunes que les romans. Les Image Doc se situent à mi-chemin entre le domaine réservé de Julien et celui de sa mère. Le compromis entre l’enfant et sa mère prend forme au niveau de l’emprunt des livres.

19Une autre forme de compromis s’observe non plus à partir de l’emprunt des livres mais dans l’alternance entre visites en compagnie de la mère et visites amicales.

20Deux formes d’approvisionnement et deux types de sociabilité entourent Sébastien (père et mère : sans diplôme). D’une part, sa mère et sa sœur (futur professeur d’histoire-géographie) l’alimentent en livres utiles pour l’école. Soit par la mise à disposition du fonds de la sœur, soit par l’achat maternel de romans, notamment quand les notes d’expression écrite de Sébastien baissent. D’autre part, lors de ses visites à la bibliothèque avec des copains, Sébastien lit des bandes dessinées avec eux. La bibliothèque se trouve ainsi au cœur de la tension entre ces deux types de sociabilité. D’un côté, la lecture est une pratique scolairement valorisée et un outil d’ascension sociale (ou au moins de lutte contre le déclassement). De l’autre, la lecture de bandes dessinées est une activité propre au groupe des pairs de milieu populaire dans lequel évolue Sébastien. La spécificité de la bibliothèque réside dans le fait qu’elle n’est pas le lieu exclusif d’une seule définition de la lecture, mais que les deux y trouvent leur place. Le compromis entre Sébastien et sa mère repose sur deux définitions totalement opposées des visites. Dans un cas, il se rend à la bibliothèque avec ses copains, ils lisent des bandes dessinées sur place, discutent et s’en vont. Dans l’autre, c’est la mère qui prend l’initiative : « Quand on s’embêtait, elle me disait “viens, on va aller lire à la bibliothèque, on attendra un peu et puis quand on en aura marre, on reviendra”. » Ce type repose sur une lecture collective. Sébastien pratique deux modèles collectifs de visites qui s’opposent strictement. La visite avec ses copains lui permet d’affirmer son autonomie, sa maturité. Avec sa mère, sa lecture est prise en charge, accompagnée. La particularité de la bibliothèque par rapport aux autres sources d’approvisionnement, c’est de rendre possible des visites avec des protagonistes et des objectifs divergents. Reste que la dualité des visites présente le danger, pour Sébastien, de réunir en un même lieu et au même moment des acteurs avec lesquels il ne partage pas la même définition de la lecture et de la bibliothèque. On imagine le trouble que provoquerait une visite avec sa mère pendant laquelle Sébastien rencontrerait ses copains...

21La bibliothèque apparaît comme le lieu du compromis et des tensions entre des attentes différentes de la mère et de l’enfant.

22Grâce à la diversité du fonds, Julien et sa mère parviennent à délimiter des domaines réservés. L’emprunt fait alors l’objet de négociations où l’enfant met en avant son autonomie et la mère son désir de l’initier à une lecture plus cultivée, reconnue et valorisable sur le marché scolaire. Par le libre-accès et les horaires d’ouverture, la bibliothèque rend possible des visites divergentes quant à leur objectif.

23Deux modèles de compromis se dégagent : le compromis par la négociation autour du choix des livres (Julien) et le compromis par l’alternance de la sociabilité des visites (Sébastien).

Le retrait maternel

24Le dernier modèle de visite enfantine en compagnie de la mère repose sur la neutralité maternelle. Dans les deux cas que nous examinerons, les deux jeunes filles habitent suffisamment loin de la bibliothèque pour que cela justifie la présence des mères (au moins à titre d’accompagnateur).

25La sociabilité des visites avec la mère s’appuie sur cette contrainte topographique. Mais, quelles que soient les motivations réelles ou supposées qui président à l’accompagnement maternel, la visite réunit dans un même cadre la mère et sa fille. Ni l’une ni l’autre ne peuvent oublier ou ignorer la présence de l’autre. Aussi, chacune doit négocier sa situation par rapport à l’autre.

26Pour cause d’éloignement géographique, Judith (père : diplôme d’ingénieur ; mère : baccalauréat) ne va jamais seule à la bibliothèque. Elle est toujours accompagnée soit de sa mère, soit de sa sœur aînée auxquelles se joint parfois une copine. La visite ne donne pas lieu à une sociabilité particulière. Judith prend des livres à la maison, en discute avec sa sœur et sa mère, elle en échange aussi avec les copines. La spécificité de leur fréquentation réside dans le fait de se trouver ensemble avec sa mère ou sa sœur dans un lieu public (opposé à l’espace domestique) chargé de la diffusion des livres. Autrement dit, elle peut recevoir en direct les remarques, conseils de sa mère ou sa sœur, quitte à ne pas en tenir compte. Si Judith aime bien disposer d’avis avant de se plonger dans la lecture d’un livre, elle affirme aussi la souveraineté de son jugement vis-à-vis de sa sœur : « Quelquefois, on peut pas avoir les mêmes goûts. » La visite avec mère ou sœur risque de déboucher sur une contradiction : d’un côté Judith affirme la souveraineté de son choix, de l’autre, elle n’est pas seule et ne peut totalement ignorer celles dont elle apprécie les conseils. A propos de sa mère, Judith précise : « Elle me laissait choisir et puis elle regardait d’autres livres. » La mère se place en position de retrait : elle n’intervient pas dans le choix et ne s’autorise aucun commentaire sauf « si elle les connaissait, elle me disait “oh, c’est bien”, enfin elle donnait son avis. » Présente sur le mode de l’absence, la mère ne s’immisce pas dans les choix de sa fille. Tout se passe comme si la lecture était une activité si intime, si privée qu’elle supposerait de la pudeur, de la retenue dans les commentaires qu’elle peut inspirer. La mère craindrait d’enfreindre l’intimité de sa fille par le commentaire qu’elle pourrait faire de ses choix. La sœur adopte une position semblable de retrait. La spécificité de la bibliothèque par rapport aux autres sources d’approvisionnement, c’est que le choix se fait en direct, sous les yeux de la mère (et de la sœur). Au CDI, Judith fait son choix avec des amies mais sa mère n’y assiste pas. De la même façon, ses emprunts dans le stock familial ne donnent pas nécessairement lieu à ritualisation et visibilité. L’emprunt à la bibliothèque montre ce qui se déroule habituellement à l’insu de la mère : l’emprunt au CDI ou dans le stock familial. Le choix se distingue de la publicité du choix. A la bibliothèque, ses deux activités sont regroupées dans un même cadre spatio-temporel. Dans l’emprunt au CDI ou à la maison, ces deux activités sont dissociées ce qui confère à Judith une plus grande autonomie puisque son choix a nettement devancé le commentaire qui peut en être fait. Malgré son attitude de retrait, la présence de la mère lors de la visite à la bibliothèque rend moins serein le choix de ses livres que le recours à d’autres sources d’approvisionnement.

« Elle me laissait choisir et puis elle regardait d'autres livres. »

27Si elle n’en a pas pris l’initiative, la mère d’Ingrid s’est réjouie de son inscription à la bibliothèque : « Elle trouvait que je lisais pas beaucoup (...), elle trouvait ça bien, c’était une bonne idée. » Ingrid vient avec sa mère à la bibliothèque. Elle choisit un roman, reçoit les conseils de sa mère ou lui présente son choix. L’intervention éducative de la mère rencontre deux limites. D’abord, Ingrid dispose de la priorité du choix, elle sélectionne seule son livre. Ensuite, c’est elle qui, en dernière instance, décide de l’emprunt ou non d’un livre : « De toutes façons, je prenais les livres que je... que je pensais que j’aimais bien... si elle aimait pas c’était pas... enfin... je sais pas c’était pour moi qu’il fallait que ça plaise surtout. » Ingrid est parvenue à faire accepter par sa mère la légitimité de la souveraineté de son choix. Une sorte de contrat unit la mère à sa fille : Ingrid lit, en échange de quoi elle détient la responsabilité de sa sélection des livres : « La plupart de mes livres, ça lui fait… elle est contente que je lise mais enfin... ça lui fait pas un immense plaisir que je lise un certain livre. » Enfin, signe supplémentaire d’autonomie, sa mère part chercher la voiture au moment où Ingrid a choisi son livre et s’apprête à sélectionner sa bande dessinée. Sa mère n’est pas impliquée : « Parce que c’était mon choix... je prenais ce que je voulais. » Outre la primauté de son choix de romans sur les commentaires ou les conseils que sa mère pouvait lui donner, Ingrid jouit d’une entière liberté quant à son choix de bandes dessinées. La bibliothèque, cadre spécifique des relations mère-fille à propos de la lecture, donne lieu à un modus vivendi où l’intérêt éducatif de la mère ne réduit pas à néant l’autonomie de la fille dans son choix de livres.

  • 7 J.-C. Chamboredon, J. Prévot, « Le Métier d’enfant », in Revue française de sociologie. XIV, 1973, (...)
  • 8 Il faudrait mener des observations systématiques de couples mère-enfant en cherchant les variation (...)

28La visite en compagnie de la mère occupe un statut fragile. A l’entrée au collège, les enfants sont soumis à une norme selon laquelle ils sont censés s’émanciper de leur mère. Pour eux, il s’agit de se reconnaître et d’être reconnus comme autonomes dans la fréquentation de cet établissement culturel. Ils revendiquent une part de liberté dans le choix de leurs livres. Par la responsabilité de la sélection de livres, ils affichent leur souci d’indépendance vis-à-vis des attentes maternelles. Ce désir d’affranchissement se heurte à l’investissement éducatif des mères. « L’“anxiété scolaire” (...) tend à donner une grande importance sociale aux fonctions de transmission culturelle de la mère7. » Par leur présence, les mères souhaitent intervenir dans la pratique de lecture de leur enfant. Pour elles, il s’agit d’inculquer à leurs enfants un certain type de rapport à la lecture, une définition et un corpus d’œuvres valorisées. Généralement, elles ont commencé leur travail éducatif alors que leurs enfants étaient plus jeunes. Ils sont alors plus malléables et moins réfractaires8. Par les visites avec leurs enfants, les mères prolongent le processus de socialisation à la culture écrite.

29La contextualisation de la visite maternelle laisse apparaître une contradiction entre les aspirations enfantines et maternelles. La visite avec la mère suppose une harmonisation, une conciliation des deux points de vue. Cela passe par une négociation permanente de la place et des prérogatives de chacun : les mères tentent la voie du compromis ou privilégient le retrait. Le compromis s’exprime de deux manières : l’autonomie passe par le choix des livres ou la pratique d’autres modes de sociabilité de la visite. Dans le premier cas, la mère concède à l’enfant une liberté de choix pour certains livres (les bandes dessinées) et pas pour d’autres. Dans le second, elle accepte que l’enfant opère des visites amicales parallèlement aux visites qu’il effectue en sa compagnie. La bibliothèque offre la possibilité de concessions soit grâce à la diversité de son fonds, soit par ses larges horaires d’ouverture.

  • 9 Si les mères (certaines d’entre elles) souhaitent conserver auprès d’elles leurs enfants, le plus (...)

30En se mettant en retrait, les mères renoncent à certaines prérogatives. Elles sont présentes sur le mode de l’absence, c’est-à-dire qu’elles n’interviennent pas dans le choix des livres ou laissent à leur enfant la responsabilité du choix, en dernière instance. Elles n’ont pas forcément abandonné leur projet éducatif mais ne se sentent plus en mesure de l’imposer. Le retrait maternel indique un pas supplémentaire dans l’accès des jeunes à leur autonomie pour recourir à la bibliothèque. Les négociations autour de la visite maternelle ne placent pas la mère et l’enfant dans la même position. Les jeunes semblent occuper une position de force pour deux raisons. D’une part, il existe bien une norme qui définit un âge à partir duquel la « visite maternelle » est contestée : Julien affirme qu’il a « l’âge d’aller tout seul ». Cette norme qui s’impose à tous confère à cet argument une légitimité importante. Les enfants peuvent y recourir : par leur demande d’autonomie, ils ne font que se soumettre à une norme. La leur refuser serait risquer d’enfreindre cette norme. D’autre part, les mères ne suivent pas seulement un projet pédagogique. Leur attachement à la socialisation littéraire ne résume pas l’ensemble de leur souci éducatif. S’il s’agit de « produire » des enfants culturellement développés, cela ne peut se faire au détriment de l’enfant lui-même. Les mères souhaitent sans doute aussi « produire » un enfant autonome et reconnu comme tel. Cet événement, la fin des visites maternelles, constitue une étape parmi d’autres conduisant les enfants à la sortie de la tutelle parentale. Une forme analogue de contradictions s’observe à propos du départ des enfants de la maison9.

31Par rapport aux autres sources d’approvisionnement, la bibliothèque offre toute une palette d’outils pour la négociation mère-enfant. Les jeunes peuvent alterner visites avec la mère et visites amicales ou solitaires, la diversité du fonds permettant aux enfants et aux mères de se définir des domaines réservés. Mais, surtout, la bibliothèque permet aux mères de se retirer sans renoncer à leur souci éducatif. La construction de l’offre et la sélection du fonds font de la bibliothèque un prolongement du travail éducatif des mères. Le système de valeurs qui préside à la constitution du fonds ne s’éloigne pas trop de celui que les mères tentent d’inculquer à leur enfant. Par exemple, en tant qu’institution culturelle, la bibliothèque, comme les mères, valorise davantage la lecture romanesque que celle de bandes dessinées. Ainsi, retrait maternel obligé ne rime cependant pas avec abandon du projet éducatif, car les mères délèguent (ou peuvent se dire qu’elles le font) leur volonté de transmission culturelle à une institution qui assure une certaine qualité de l’offre tout en conservant un certain crédit auprès des enfants. La bibliothèque peut faire office d’agent de transmission culturelle non perçu comme tel par ceux qui en font l’objet.

32Julien s’est réinscrit sur proposition de sa mère. Il a accepté, ce qui le place en position de force dans la négociation qui accompagne le choix des livres. Il aurait pu décliner l’offre de sa mère ; ce qui lui confère un poids plus grand quand il s’agit de décider des ouvrages qu’il empruntera ou qu’il refusera. La visite maternelle est encore possible à l’entrée au collège mais elle implique que l’enfant dispose d’une large autonomie dans le choix des livres. Celui-ci doit, le plus possible, se sentir le seul véritable responsable de la sélection des livres empruntés.

33En dernière instance, il se réserve le droit de ne pas lire les livres qu’il n’aurait pas lui-même choisis. La mère de Julien lui avait suggéré de prendre un roman, il avait accepté. Il ne l’a pas lu et en prolonge l’emprunt lors de sa visite suivante à la bibliothèque. Il expose son plan de lecture des livres qu’il vient d’emprunter : « Je sais très bien ce que je vais commencer ce soir : ça va être soit une BD soit un livre sur les animaux. Après je vais commencer à lire les contes, mon Image Doc et puis je vais garder pour la fin le livre le plus... » Les livres qu’il a choisis sont prioritaires, Julien les lit en premier. Ensuite seulement, il envisage de se lancer dans la lecture des titres suggérés par sa mère. Dans ce palmarès, le roman occupe la dernière place, il le lira s’il n’a rien d’autre à lire mais « comme je vais souvent à la bibliothèque, euh... j’ai peur que la semaine prochaine... »

34La visite maternelle reste possible quand les jeunes entrent au collège mais sous deux conditions. La première concerne l’autonomie dans le choix d’au moins une partie des livres. La seconde, c’est que les jeunes organisent à leur convenance la lecture des livres empruntés. La revendication d’autonomie, mise entre parenthèses à propos du cadre de sociabilité, resurgit fortement pour le choix et la lecture des livres. La quête d’autonomie vis-à-vis des parents concerne tous les jeunes, mais s’exprime différemment par la responsabilité du choix et de la lecture des livres sélectionnés ou par l’arrêt de la visite maternelle. La mise en évidence des facteurs qui donnent forme à cette même revendication supposerait une analyse particulière. A peine peut-on émettre l’hypothèse que l’arrêt des visites maternelles est plus délicat dans le cas de jeunes qui, comme Julien, sont fils uniques et très dépendants de leur mère. La prise d’autonomie par rapport à la présence maternelle s’effectue plus facilement quand les enfants ont des frères ou sœurs.

De la visite maternelle à la non-réinscription

35Comment la visite maternelle conduit-elle les jeunes à la non-réinscription ? Quels sont les chemins qu’ils empruntent ? Comment les jeunes quittent-ils la bibliothèque après l’avoir fréquentée en compagnie de leur mère ?

  • 10 Il s’agit bien de la sociabilité des visites et non des échanges autour de la lecture. Les jeunes (...)

36Plusieurs scénarios mènent les jeunes de la visite maternelle à l’abandon. Ils partagent tous le point commun de ne donner lieu à aucune reconversion du mode de sociabilité de la visite. La non-réinscription suit la visite maternelle sans qu’aucune autre forme de sociabilité10 ne lui ait succédée.

La permanence de la tutelle parentale

37Quand Sylvain est entré au collège, il n’était déjà plus inscrit à la bibliothèque. Ses livres provenaient essentiellement de l’univers domestique. Ses parents lui offraient des livres (par exemple une encyclopédie en plusieurs volumes), l’abonnaient à Okapi et à un organisme de diffusion de fiches documentaires sur les animaux, les pays, etc. Par ailleurs, Sylvain disposait des livres de sa mère (La Comtesse de Ségur) et avait accès à ceux de sa sœur. La sociabilité de ses visites à la bibliothèque prolongeait la forte présence familiale dans sa lecture. Ses parents étaient eux-mêmes usagers de la bibliothèque. Ils l’accompagnaient dans ses visites de telle sorte que, du point de vue de la sociabilité, les visites à la bibliothèque n’étaient pas spécifiques par rapport au cadre de sociabilité des autres lieux du livre. La bibliothèque constituait pour Sylvain une marque supplémentaire de sa tutelle vis-à-vis de ses parents. Il précise bien, au moment de l’entretien, que ses parents restaient chez les adultes et qu’il était seul à l’étage des enfants. Cette précision résonne comme une reconstruction visant à affirmer son autonomie par rapport à ses parents. Son entrée au collège lui en donne l’occasion. Il rencontre un copain avec qui il partage son goût pour les Livres dont vous êtes le héros (« Quand j’allais à la bibliothèque, je connaissais pas mon copain puis dès que le l’ai connu, on jouait au Livre dont vous êtes le héros, on jouait à la console... on jouait au ping-pong, au tennis. ») Ils se les échangent, évoquent mutuellement la situation dans laquelle ils sont placés dans le livre, extrapolent et s’identifient aux personnages de l’aventure (« On se dit “Oh ! la, la, j’ai peur, t’as vu le monstre effrayant qu’y’ont là, t’as vu la force qu’il a euh...” »). L’entrée au collège lui offre l’accès au CDI qui présente l’avantage d’être facilement accessible et de proposer des livres intéressants : Livres dont vous êtes le héros, Livre des records, etc. Son entrée au collège facilite son émancipation de la tutelle parentale. Sa fréquentation de la bibliothèque est toujours restée associée à la dépendance vis-à-vis de ses parents ; elle n’était pas une source d’autonomie. Tout se passe comme si l’aspiration de Sylvain à sortir de la tutelle parentale nécessitait sa non-réinscription. Systématiquement associées à la présence de ses parents, ses visites étaient la marque de sa dépendance. A la stabilité de la sociabilité des visites s’oppose la revendication croissante de visites sans parents. Le fossé entre ses aspirations et la sociabilité de ses visites se creusant, Sylvain est placé devant deux solutions : soit il abandonne la bibliothèque ; soit il en modifie le cadre de sociabilité. Il opte pour la première solution comme si la bibliothèque était à jamais associée à la tutelle parentale. La pérennité de sa présence au sein de cet équipement culturel aurait supposé qu’il remanie la sociabilité de ses visites, qu’il parvienne à opérer un passage de la visite parentale à la visite amicale. L’absence de révision de la sociabilité des visites, alors que les aspirations à une plus grande autonomie s’intensifiaient, a provoqué la disqualification de la bibliothèque comme lieu du livre acceptable. Pour Sylvain, sortir de la tutelle parentale revient à abandonner la bibliothèque de façon à développer un autre cadre de sociabilité à sa pratique de lecture.

De l’émancipation à la reprise en main maternelle

  • 11 Depuis plusieurs années, on assiste à de nombreuses tentatives pour faire reconnaître la bande des (...)

38La pratique de lecture d’Eric (père : CAP ; mère : BEPC) évolue entre deux instances : l’école et sa mère. Dans le cadre des cours de français, Eric lit des livres du CDI qui lui sont imposés. Le CDI est fortement marqué du côté scolaire (« j’y vais que pour l’école »). Sa mère lui achète des livres et l’incite assez souvent à lire autre chose que des bandes dessinées. Lors de leur dernière visite à la bibliothèque, elle lui a pris (sur la carte de son petit frère) un Je bouquine tandis qu’il cherchait une bande dessinée. Pendant les vacances, elle lui a prêté un de ses anciens livres (un roman sur les corsaires). Quand elle l’accompagne, elle lui demande parfois de prendre des livres plus gros. Ces comportements maternels indiquent un fort engagement dans la lecture d’Eric, un désir de faire de lui un lecteur à part entière, c’est-à-dire qui ne se limite pas aux bandes dessinées et maîtrise la littérature, les œuvres reconnues11. Entre sa mère et le CDI, la bibliothèque se présente un peu comme un espace lui laissant une plus grande part d’autonomie. Eric s’est inscrit après avoir été introduit par un copain. Ce sont aussi ses copains qui lui ont offert deux Gaston Lagaffe pour son anniversaire. Un ensemble cohérent se construit autour d’un type de livre (la bande dessinée) et d’une population (les copains). Eric a intégré la bibliothèque à cet ensemble cohérent, à l’écart de l’école et de l’emprise maternelle. Il s’y rend avec un copain, ils y empruntent surtout des bandes dessinées mais n’y séjournent pas comme si cet usage leur semblait à la limite du toléré. Satisfait, Eric a découvert de nouvelles bandes dessinées. La spécificité de la bibliothèque réside dans cet espace intermédiaire - sans école, sans mère - qu’elle occupe.

39Cette situation se modifie pour deux raisons. D’abord, le charme de la nouveauté s’est estompé. Les bandes dessinées qu’il aurait voulu lire sont souvent absentes, ce qui l’amène à en prendre qu’il n’aurait pas spontanément choisies. Et surtout, la mère a préféré inscrire le frère cadet d’Eric. De cette façon, elle se rendait maîtresse de cet espace intermédiaire créé à son insu.

40Pour emprunter des livres, Eric doit désormais utiliser la carte de son frère que détient sa mère, ce qui revient à être accompagné par elle et à prêter le flanc à ses commentaires critiques sur la lecture dominante de bandes dessinées. Fragilisée, la spécificité de la bibliothèque, telle qu’elle avait été construite par Eric, disparaît. Sa mère a repris le contrôle de ses visites. Le passage de la sociabilité amicale à la sociabilité maternelle s’opère au détriment de l’autonomie d’Eric. La bibliothèque perd son caractère d’échappatoire à la contrainte scolaire et maternelle.

41L’arrivée de la mère dans l’institution se double de l’introduction dans cet espace intermédiaire de ce contre quoi Eric l’avait construit. La sociabilité amicale de ses visites lui permettait de sortir de la contrainte scolaire et maternelle entourant la lecture. Sa mère insuffle le souci de la lecture dans l’utilisation de cet équipement culturel. Lui emprunter Je bouquine, c’est lui signifier la délicatesse de son rapport à la lecture définie conjointement par l’institution scolaire et sa mère. Il se voit dépossédé de la spécificité de son recours à la bibliothèque : celle-ci devient le cadre d’un souci utilitaire de la lecture, alors qu’il l’avait construite contre cette tentative d’imposition. A travers la reprise en main maternelle, c’est son autonomie et sa capacité à développer une définition alternative de la lecture qui sont remises en cause. Sa mère ne l’a pas laissé renouveler son abonnement, elle a inscrit son frère de façon à contrecarrer ses tentatives d’évasion d’une définition légitime de la lecture. La modification du cadre de sociabilité des visites est associée à un glissement d’un rapport amical à la lecture à un rapport contraint. Elle rend compte de sa non- réinscription ainsi que de la distance qui s’est recréée par rapport à la bibliothèque. L’abandon de la bibliothèque provient moins de la décision d’Eric que de l’intervention de sa mère. Au nom d’une certaine idée de la lecture, elle dissuade son fils de fréquenter la bibliothèque.

Au terme de l’accompagnement maternel

42Elodie (père : 1er prix du conservatoire supérieur de Paris ; mère : licence de lettres classiques) n’a pas beaucoup fréquenté la bibliothèque. Elle a été inscrite par sa mère qui l’a accompagnée lors des premières visites. A cette occasion, Elodie a emprunté plusieurs livres de la Comtesse de Ségur. La brièveté de son séjour tient à la fin de l’accompagnement maternel et à la place de la bibliothèque dans le système des lieux du livre dans lequel évolue Elodie. Dernière d’une fratrie de quatre filles, celle-ci a accès aux nombreux livres de ses sœurs. Ce fonds s’ajoute à celui de ses parents (la mère est professeur de lettres classiques). Son parrain lui offre des romans et des documentaires. Pour les rares exposés qu’elle doit réaliser à l’école, Elodie se rend au CDI. Ces nombreuses sources d’approvisionnement ont en commun de s’inscrire dans une relation interpersonnelle. Quand Elodie emprunte des livres de ses sœurs, elle leur en parle : « J’ai vu mes sœurs les lire et je leur demande si c’était bien. » Ses visites au CDI sont collectives, elle utilise le « on » pour en parler (« quand on a des exposés »). Les livres que son parrain lui offre forment le cadre de discussions : « Il me demande si ça m’a plu alors euh... je lui dis “oui”... »

  • 12 Il s’agit de classe de collège et lycée où l’enseignement musical occupe une part aussi grande (ou (...)

43Sa mère ne l’accompagnant plus, Elodie est allée par la suite seule à la bibliothèque, elle a emprunté des livres sans en lire sur place comme si elle ne supportait pas d’être seule dans cet équipement. Sa première inscription a été le résultat d’une volonté maternelle de soutenir sa lecture jugée insuffisante. Elodie ne s’est approprié ni le projet maternel ni l’outil qu’elle utilisait, la bibliothèque ne tient donc aucune place dans sa pratique de la lecture. Imposée de l’extérieur, la bibliothèque n’a aucun sens du point de vue d’Elodie si ce n’est celui d’un relais de la volonté maternelle. La solitude de ses visites tranche avec la sociabilité qui entoure ses différents modes d’approvisionnement en livres. Pour Elodie, la lecture n’est pas seulement une activité solitaire, elle donne lieu à échanges et discussions. Sa représentation de la lecture l’éloigné du projet maternel. Elodie doute de l’intérêt et de l’apport de la lecture. Lire des bandes dessinées ne lui « apporte rien de spécial », mais elle le fait parce qu’elle aime ça. Pour les romans policiers, elle les lit parce qu’elle est « obligée » mais « j’ai pas souvenir que ça m’ait apporté quelque chose. » Sa représentation de la lecture l’éloigne du projet maternel visant à la familiariser avec cette pratique. Les visites solitaires et l’espace dans lequel elle les effectue lui sont imposés. Cette double contrainte rend sa fréquentation de la bibliothèque incertaine et son abandon probable. Notons que l’effort parental de transmission culturelle concerne aussi la pratique musicale. Le père (musicien professionnel) a orienté ses quatre filles vers le conservatoire et les classes à horaires aménagés12. La lecture se présente comme une pratique supplémentaire et secondaire pour Elodie. Les concessions faites pour la musique (pratique dominante) l’autorisent peut-être à en faire moins pour la lecture.

L’échec de l’entêtement maternel

44Les aspirations maternelles en matière de pratique de lecture et de fréquentation de la bibliothèque se heurtent à des obstacles. Les jeunes ne répondent pas toujours à ces attentes et opposent parfois d’autres souhaits et d’autres enjeux.

45Gilles (père : diplôme d’ingénieur ; mère : baccalauréat) fait partie de ces jeunes qui suscitent l’insatisfaction maternelle. Il a été inscrit très jeune, « c’est ma mère qu’a eu l’idée. » Très investie dans l’éducation de ses enfants, sa mère souhaite leur inculquer une certaine lecture et un rapport particulier à la pratique. Elle ajoute à l’inscription un accompagnement systématique à la bibliothèque, pendant plusieurs années. Sur place, elle aide au choix des livres ou procède elle-même à la sélection des livres empruntés : « Elle me prenait souvent des livres... pas des livres de bébé quoi... comme je savais pas lire à l’époque, elle me prenait des... c’est elle qui choisissait... elle prenait des livres avec des grosses écritures... » Par son choix, elle tente de familiariser Gilles avec l’écrit mais le travail de lecture est séparé du lieu d’approvisionnement : « Je lisais jamais à la bibliothèque... et puis on partait... on allait lire à la maison... »

46Cette première période s’achève par une demande d’autonomie. Ce mode de sociabilité ne correspond plus à la norme de son âge (13 ans) : « Je lui ai dit que c’était plus la peine qu’elle m’accompagne, que j’étais assez grand pour aller tout seul... » La sociabilité maternelle perd sa légitimité. Une nouvelle norme s’impose à lui et c’est en vertu de celle-là qu’il doit renoncer à ce mode de sociabilité. Intériorisée, cette norme fait l’objet d’un contrôle social latent de la part du groupe des pairs : « Ils y allaient sans doute sans leur mère alors que moi d’y aller avec ma mère... ça aurait été... ça fait un peu euh... vaut mieux être pareil que les autres... » Gilles anticipe sur le jugement de ses copains. Continuer à venir avec sa mère serait s’engager de façon trop timorée dans le nouveau groupe de référence. L’acquisition d’une autonomie vis-à-vis des parents passe par l’implication dans le collectif des amis. La crainte de la raillerie amicale opère comme un puissant contrôle social dans ce type de groupe. Gilles est contraint de renoncer à la visite maternelle, sous peine de perdre le soutien de ses pairs dans sa construction comme individu.

47Mais avant de passer à la visite amicale, le projet maternel s’est prolongé par l’accompagnement de Gilles par sa sœur aînée. Ce dernier dresse une continuité entre la sociabilité maternelle et la visite avec sa sœur : « Au début j’allais avec ma maman puis après j’ai été avec ma sœur... » L’objectif de l’accompagnement par sa sœur s’inscrit dans la logique parentale : priorité au rendement scolaire de la lecture : « Quand je recevais mon bulletin, quand j’avais pas eu des bonnes notes en français... c’était là surtout que... ils arrêtaient pas de me le dire quoi... de... de lire plus... d’aller à la bibliothèque et tout ça... » Mais par delà cet objectif commun, la sœur bénéficie d’une confiance supérieure à celle que Gilles accordait à sa mère. Il a partagé avec elle des expériences communes, il a emprunté les livres qu’elle lui conseillait : « Je lui faisais confiance... parce que je savais qu’elle était passée euh... comme moi et qu’elle me disait que ça lui plaisait les livres qu’elle avait pris... » Il reconnaît l’expérience de sa sœur comme valide et digne d’intérêt. De plus son expérience lui semble positive : « Elle arrêtait pas de lire... elle lisait beaucoup... donc euh... je me disais que... fallait lui faire confiance... puis elle était bonne en français en plus... » Par l’intensité de sa pratique et la reconnaissance scolaire de sa compétence, sa sœur a reçu sa confiance. Comme si, à l’argument d’expérience (le fait de lire beaucoup), s’ajoutait celui d’autorité (la reconnaissance de sa compétence littéraire). Forte de cette confiance, sa sœur est parvenue à lui suggérer des livres qu’il a, par la suite, appréciés. Il se souvient ainsi d’une collection de livres policiers qu’elle lui avait conseillée et dont il a lu plusieurs volumes : « Elle m’avait dit que... à mon âge... elle me disait les livres qu’elle lisait... » Parce que sa sœur a eu le même âge que lui, il lui fait confiance : l’argument de l’expérience vaut par cette communauté d’âge. Cette seconde période s’achève par l’épuisement et la modification de la sociabilité de Gilles. Sa sœur ne réussit plus à lui proposer des livres qui l’enthousiasment : « Elle me conseillait toujours d’autres livres... j’en prenais un, je lisais le début, je trouvais ça pas bien puis après elle a laissé tomber... elle a dit que j’étais assez grand pour euh... chercher ce qui me plaisait. » Malgré ses efforts, ses conseils, les échecs persistent. Les conditions n’étaient plus réunies pour que ses conseils soient reçus positivement : Gilles se dérobe et construit un nouveau groupe de référence : « J’allais avec mes copains, j’allais moins souvent... on allait moins souvent parce qu’on avait souvent autre chose à faire... » Son appartenance au groupe de pairs implique la participation à de nouvelles activités distinctes de la bibliothèque.

48Gilles délaisse cet équipement culturel et le projet qu’il soutenait (la familiarisation à la lecture) pour un univers différent par les personnes, les lieux et les pratiques qu’il implique. Pourtant, Gilles et ses copains se rendent à la bibliothèque pendant quelque temps. Ils viennent chercher des magazines bien précis sur leur thème de prédilection du moment : « C’était des livres sur les ordinateurs... on prenait des trucs euh... mais vraiment des goûts de notre âge quoi... des adolescents de notre âge... » La logique de sélection ne consiste plus tant à se perfectionner dans la lecture ou à accumuler des références littéraires qu’à nourrir des conversations autour de centres d’intérêts partagés entre pairs. Leur utilisation de la bibliothèque est encore possible car elle satisfait des attentes propres à leur groupe socio-sexué, en leur fournissant des revues sur les sujets qui les passionnent (informatique, science, grosses voitures..). Gilles et ses copains se réunissent autour de goûts propres à leur sexe : tous les thèmes évoqués présentent le point commun de contribuer, en s’y intéressant, à la construction collective de leur identité de garçon. Pour conserver ces jeunes, la bibliothèque doit être en mesure de satisfaire leurs demandes spécifiques de garçons. Ils utilisent uniquement cet équipement culturel dans cette logique de construction de leur identité sexuelle, Gilles rappelle : « On lisait plus de... de livres. » Comme ses copains, il se réfère à un modèle de « masculinité » organisé autour de la maîtrise du domaine scientifique et technique. Il s’identifie à son père ingénieur et se démarque de sa sœur : « Elle me dit que je lis pas et tout ça puis ça lui sert de se moquer de moi aussi... quand moi j’ai des mauvaises notes en français... de toute façon elle elle est pas bonne en maths donc... » L’enjeu de son appartenance au groupe de pairs réside dans le fait qu’il constitue un support à son identification comme « garçon ». Cet enjeu explique la relégation des conseils de sa sœur : « C’est une fille donc elle a des goûts euh... elle a des goûts différents... par exemple quand j’étais petit moi je lisais Les trois détectives elle, elle lisait les Alice donc moi euh... ça m’intéressait pas du tout... » La pratique de la bibliothèque évolue au gré de l’évolution des enjeux associés à la lecture. D’un enjeu scolaire imposé par sa mère et sa sœur, Gilles est passé à un enjeu identitaire d’appartenance au groupe socio-sexué des garçons.

  • 13 Gilles a atteint une taille d’adulte et parle à présent avec une voix grave. Un fossé se creuse en (...)
  • 14 L’utilisation de cette notion soulève une question théorique. Parler de « profit identitaire » sup (...)

49Gilles abandonne la bibliothèque en partie à cause de l’insatisfaction de ses attentes. Sa demande de revues était contrariée par le maigre volume de l’offre : « C’est vrai qu’il y’en avait pas tellement non plus... (...) quand on arrivait y’avait les casiers où on prenait les revues... on était deux ou trois donc euh... il en restait plus beaucoup à la fin... » L’insatisfaction de leur demande, alors même qu’elle est chargée d’un puissant enjeu identitaire, crée les conditions de leur retrait. De plus, la bibliothèque ne prendrait pas suffisamment leur âge en considération. Par exemple, Gilles et ses copains renoncent à l’emprunt de bandes dessinées : « On trouvait ça trop gamin à la fin... (...) parce que euh... les gens de notre âge ils prenaient pas ça... puis c’était rangé où y’avait tous les petits surtout... » Ils sont sensibles à la connotation, à l’image de l’espace qu’ils fréquentent. Séjourner dans un lieu prévu pour les enfants, déclaré et utilisé comme tel, c’est prendre le risque d’être perçu comme « gamin », ce qu’ils n’apprécient pas, au nom de l’image qu’ils se font d’eux-mêmes et qu’ils souhaitent leur voir reconnue13. Par défaut de « profits identitaires14 »,

50Gilles et ses copains délaissent la bibliothèque, elle sort de leurs préoccupations : « On y pensait plus on avait la tête ailleurs... on jouait... puis on y pensait plus... » La bibliothèque disparaît de leur univers familier. Elle resurgit malgré tout : « On y pensait que quand les notes arrivaient quoi... parce que les notes de français elles étaient pas fameuses... » Par un enchaînement de catégories mentales intériorisées, un lien s’établit entre les mauvaises notes en français et la bibliothèque. Schématiquement, les résultats en français dépendraient de l’investissement dans la lecture, lequel serait symbolisé par la fréquentation de la bibliothèque. Cette association d’idées n’est pas fortuite, elle résulte d’une construction dominante de la lecture comme pratique scolairement rentable et de la bibliothèque comme soutien à cette pratique scolaire. L’ « image de la bibliothèque » se loge dans ces enchaînements de catégories mentales : cet équipement reste solidaire d’une représentation de la lecture comme pratique scolaire.

51L’abandon de Gilles ne marque pas la fin de son histoire avec la bibliothèque. Sa mère ne renonce pas à son projet initial. Gilles ne fréquente plus la bibliothèque, et sa mère n’est plus en mesure d’imposer sa présence, ce qui restreint sa marge d’intervention. La solution consiste alors à lui emprunter des livres. Gilles lui donne des instructions floues (« Je lui disais les livres de science... »), et elle se met en quête de livres pouvant l’intéresser. Cette pratique d’emprunt délégué se présente comme un ultime sursaut avant l’abandon effectif. Il crée les conditions d’une insatisfaction et d’une légitimation de l’arrêt de la pratique. Gilles critique ce que lui rapporte sa mère : « Elle se trompait un peu... c’était trop scientifique (...) c’était pas quelque chose qui me plaisait. » Il se sert de l’argument du plaisir pour rejeter les propositions maternelles. Il n’est pas dupe et avoue presque la fonction d’un tel argument : « Comme j’aimais pas trop lire euh... moi ça m’arrangeait aussi hein... parce que je leur disais... ouais j’aime pas ce livre-là... comme ça ils arrêtaient de me casser les pieds... » En imputant son refus de lire au déplaisir que lui inspire un livre particulier, Gilles parvient à résister à l’incitation parentale sans se montrer désobligeant, c’est-à-dire sans se placer en situation d’infraction par rapport à la norme des relations parents-enfants. Il réussit à sortir de la tutelle parentale autour de la lecture sans remettre en cause leur autorité.

Visite amicale et avenir dans la bibliothèque

52La visite amicale recouvre une pluralité de sens selon le contexte dans lequel elle s’inscrit. Elle sert d’alternative à l’emprise maternelle, nourrit une imagination collective ou laisse aux jeunes la possibilité de définir le cadre de leur visite. Ce cadre de sociabilité s’accompagne de contraintes propres, liées à la présence des amis.

53Ces caractéristiques de la visite amicale fournissent une clé pour la compréhension de l’avenir des jeunes dans la bibliothèque. Leur réinscription ou leur non-réinscription est accessible par le sens qu’ils attribuent à ce mode de visite et par les contraintes qu’il fait peser sur eux. Les jeunes construisent un sens à leurs visites en fonction des relations qu’ils entretiennent avec leurs amis, mais aussi en fonction des autres modes potentiels de sociabilité. C’est dans le sens que prend pour eux la bibliothèque, dans les contraintes dont ils font l’objet tant au sein de l’équipement culturel que dans l’environnement familial, que leur réinscription ou leur abandon puise sa signification.

Visite amicale et réinscription

54Quels sont les chemins qui conduisent de la visite amicale à la réinscription ? Quel est l’apport de la bibliothèque pour que les jeunes prolongent leur fréquentation ? Comment justifient-ils leur réabonnement et quel sens prend-il ? S’ils se réinscrivent, c’est qu’ils ont des raisons de le faire. Il nous appartient de détecter ces raisons, de cerner l’apport spécifique de cet équipement culturel.

La bibliothèque : un lieu convivial

55William (père : BEP ; mère : certificat d’étude) s’est inscrit alors qu’il était à l’école primaire. Ses copains l’ont initié : « Les copains là, ils discutaient "viens, je vais à la bibliothèque ” des trucs comme ça, “tu vas venir avec moi”. Puis comme j’ai vu que l’abonnement était pas trop cher et puis qu’y’avait des choses intéressantes, ben, ben j’ai pris. » La fréquentation de cet espace culturel n’était pas évidente pour lui, d’où l’importance de l’intervention et du soutien des copains pour cette démarche.

56Le cadre même de la bibliothèque influe sur l’aisance avec laquelle William fréquente l’établissement culturel. Son changement de bibliothèque lui a donné l’occasion de comparer et d’apprécier la capacité de chaque établissement à rendre l’espace convivial ou sans âme. Sa nouvelle bibliothèque lui procure une entière satisfaction du point de vue du climat qui y règne. La convivialité suppose un équipement de taille restreinte : à la surabondance initiale s’oppose la lisibilité d’un petit nombre (« les rayons sont mieux quoi, on trouve plus facilement »). La taille de la structure produit des effets sur les relations avec le personnel. Dans son ancienne bibliothèque, « des fois elle (la bibliothécaire) voulait pas me renseigner, ou des fois ils disaient qu’ils avaient pas le temps. » Dans l’établissement qu’il fréquente aujourd’hui, « y’a moins de monde puis ils sont plus sympas (...), ils rigolent avec les gens tandis qu’à Triangle, ils sont pas pareils, ils donnent juste le livre et puis c’est tout. » La taille et la mise en forme de la bibliothèque sont propices à la constitution d’un rapport de convivialité. William y vient seul ou avec un ou plusieurs copains. Le cadre dans lequel prend place sa visite oriente, fabrique un certain degré de proximité avec l’institution. Dans l’ancienne bibliothèque, « je cherchais pas tellement le livre, je regardais dans le rayon quand je voyais quelque chose, je prenais. Puis hop, je feuilletais même pas, j’allais le donner pour le prendre. Donner ma carte. » La bibliothèque se fait hostile, angoissante : il la décrit comme exactement opposée à la convivialité qui caractérise la fréquentation de celle où il est inscrit à présent. « Je sais pas, c’est plus décontracté, là-bas c’est pas pareil, là-bas on a une table, une chaise, au Triangle, faut se taire tout le temps, faut rien dire. Tandis qu’à.., c’est pas pareil, c’est plus décontracté au... à Carrefour 18, y’a des poufs, on s’assoit dessus, on peut quand même parler, on peut plus parler. » La bibliothèque offre un cadre propice aux échanges, à la conversation. La bibliothèque répond aux attentes de William, un cadre « dédramatisé », simple, propice aux relations amicales. Dans ce contexte, on comprend la pérennité de son inscription. Il y trouve un univers peu contraignant, un lieu de convivialité amicale fort apprécié.

« Je regardais dans le rayon. Quand je voyais quelque chose, je prenais. »

57Par rapport aux autres lieux du livre, la bibliothèque occupe une place particulière. Elle donne l’occasion de s’extraire du cadre familial de façon à développer une sociabilité spécifiquement amicale. Elle se distingue aussi du CDI par son existence hors contexte scolaire. Si William apprécie le CDI, il se heurte à son implantation dans l’institution scolaire, qui le contraint à suivre un calendrier et des horaires stricts. La spécificité de la bibliothèque repose sur sa proximité. Proximité spatiale : cet établissement culturel est intégré au quartier de résidence de William. Proximité culturelle : le personnel parvient à établir des relations privilégiées avec les usagers par une certaine décontraction et souplesse notamment sur la norme du silence. Ces dimensions spécifiques jettent les bases d’une convivialité amicale dont la constance devient gage de pérennité de l’inscription.

La bibliothèque, cadre amical de socialisation littéraire

58Mang (père et mère : sans diplôme) est issue d’une famille vietnamienne. Ses parents ne parlent pas ou peu le français et n’en maîtrisent pas l’écriture. Dans ce contexte, le livre fait figure d’étrangeté, sa présence est fortement réduite. Le système des lieux du livre prend, alors, une forme particulière. Mang se procure ses livres à l’extérieur de la sphère familiale, elle ne dispose pas de livres par ses parents, oncles ou tantes. L’ensemble des lieux auquel elle recourt est associé à la présence de copines ou de sa sœur. Le contact avec le livre suppose une socialisation particulière. Ses copines lui offrent ou lui prêtent des livres, elles l’accompagnent à la bibliothèque ou au CDI. Ses copines, comme l’institution scolaire mais d’une autre manière, interviennent dans le processus de socialisation de Mang à l’univers et la pratique de l’écrit. Elle a été introduite par l’intermédiaire d’une copine : « J’étais allée avec une amie. Alors elle, elle était déjà inscrite, elle savait tout alors... » Sa copine la fait pénétrer dans la bibliothèque et lui fournit les connaissances élémentaires pour se déplacer dans cet équipement culturel. Par la suite, Mang s’y rend avec ses copines et, ensemble, elles cherchent des livres (romans ou contes), les commentent, en discutent. La bibliothèque devient alors le cadre d’échanges amicaux sur les livres.

59Leurs activités prolongent le travail de socialisation littéraire entamé par l’école. Celle-ci fait office d’inspirateur de leurs lectures : « Par l’école on travaille sur ça, on a entendu parler des livres... parce que on lit des textes alors y’a des textes, Chat Botté ou des textes alors... on voulait savoir l’histoire. » Mang et ses copines utilisent les allusions scolaires à la littérature pour sélectionner leurs livres. Elles se réapproprient les références littéraires d’origine scolaire. Les listes de livres forment une autre source scolaire de références : « Parce que aussi, à l’école... on a toute une liste de livres alors on regarde dessus. » Mang et ses copines maîtrisent l’étendue du fonds par le recours à des conseils scolaires. L’institution scolaire offre un cadre à leurs lectures, à l’intérieur duquel elles opèrent des choix en fonction de préférences plus personnelles. Ce processus de socialisation littéraire, c’est-à-dire d’apprentissage d’un corpus d’œuvres mais aussi des catégories de leur perception, s’observe à deux niveaux. D’abord, l’institution scolaire fournit des références, des conseils de lecture. Ensuite, Mang et ses copines s’approprient cette littérature par des échanges amicaux à leur sujet.

60La pérennité de l’inscription de Mang tient au fait que la bibliothèque occupe une position spécifique dans le système des lieux du livre. Elle se distingue du CDI par son extériorité institutionnelle. L’institution scolaire lui inspire en effet une certaine crainte qui s’étend jusqu’au CDI : elle hésite davantage à y emprunter des livres (peur de les rendre abîmés, d’être exclue du prêt). Par ailleurs, la richesse du fonds de la bibliothèque offre une palette plus grande pour l’emprunt que le stock limité de livres de ses copines. La bibliothèque occupe une position intermédiaire entre l’institution scolaire et les relations amicales, elle inspire davantage confiance et offre un fonds riche et diversifié. Mang a construit cette position de la bibliothèque dans le cadre de liens amicaux. Avec ses copines, elles partagent sensiblement la même représentation et sont habituées à fréquenter ce lieu du livre spécifique. L’accord des amies autour de la définition de la spécificité de la bibliothèque rend intelligible la pérennité de leur présence en son sein.

61Mang et William ont tous deux réussi à poser la bibliothèque comme spécifique, distincte des autres lieux du livre. La stabilité de leur définition s’est construite autour d’un mode amical de sociabilité caractérisé par sa stabilité. La convergence de ces deux éléments (spécificité de l’apport de la bibliothèque et constance du mode de sociabilité) rend compte du renouvellement de leur inscription. La permanence de la sociabilité des visites installe la bibliothèque dans une position spécifique relativement aux autres lieux du livre et, ce faisant, crée les conditions de la pérennité de leur inscription.

De la visite fraternelle à la « visite amicale »

62Nolwenn (père et mère : licence) a commencé sa « carrière » à la bibliothèque en compagnie de sa sœur aînée. Ses visites se déroulaient en sa présence. Quand sa sœur a émis le souhait de changer de bibliothèque, Nolwenn l’a suivie : « Ma sœur déjà elle était allée à l’autre et je suis allée avec elle. » Aujourd’hui, Nolwenn se rend « presque tout le temps » avec ses copines à la bibliothèque. Ensemble, elles lisent le même livre ou discutent à propos de leurs lectures. La compagnie de la sœur n’est plus systématique. Si elles vont parfois en même temps à la bibliothèque, sa sœur reste en bas (au niveau des adultes) tandis que Nolwenn se rend à l’étage (niveau des enfants). Nolwenn a su convertir ses visites en compagnie de sa sœur en visites amicales. Sa pratique de la lecture reste ainsi socialisée. L’enjeu est conséquent puisqu’à la différence des sorties avec les copines, quand on lit, « on est seul déjà ». L’insertion de la lecture dans un cadre institutionnel et amical lui permet d’échapper à l’ennui. La bibliothèque offre un cadre indépendant de la famille ou de l’école, propre aux échanges amicaux autour de la lecture. La sociabilité amicale de la visite favorise la socialisation de la lecture : par contrecoup la pratique de la lecture elle-même se trouve renforcée. La bibliothèque se distingue des autres lieux du livre (achat, cadeau, stock familial, emprunt amical) par le fait qu’elle forme une structure d’accueil à Nolwenn et ses copines. Sa singularité repose sur sa capacité à réunir en un même cadre des copines et un choix important de livres facilement appropriables par l’emprunt. Ni l’emprunt aux copines ni l’achat ni le stock familial ne remplissent cette double caractéristique.

  • 15 Cf. infra, Un seul être vous manque...

63Partie d’un même cadre de sociabilité que François et Aline15, Nolwenn suit un parcours distinct. Aline et François ne parviennent pas à reconstruire un mode de visite depuis le départ de leur grand frère. Ils sont comme désemparés et ne réussissent pas à transformer le cadre de sociabilité de leurs visites. Nolwenn est progressivement passée d’une visite fraternelle à une visite amicale. Sa sœur n’a pas quitté la bibliothèque, ce qui a rendu possible une transition sans à-coup vers un nouveau cadre de sociabilité des visites. Elle a eu le temps de remanier ses visites en dehors d’un contexte de « fait accompli ». Le passage d’un cadre de sociabilité à un autre supposerait une période de transition qui amortirait les « traumatismes » du changement.

64La visite amicale se traduit par un renouvellement de l’inscription quand la bibliothèque devient le cadre d’une socialisation spécifique. William, Mang et Nolwenn ont en commun de trouver dans leur visite amicale à la bibliothèque un cadre où lecture ne rime pas avec solitude. William y voit un moyen pour retrouver des amis. Nolwenn apprécie ces visites amicales qui font de la lecture une pratique collective. Enfin, Mang trouve dans cet équipement culturel un espace intermédiaire entre l’institution scolaire et les relations amicales, un cadre non scolaire d’apprentissage des catégories littéraires. Ces jeunes ont construit la bibliothèque comme un lieu de socialisation en fonction de leurs attentes propres. Ils parviennent à s’approprier la bibliothèque, ce qui crée les conditions du renouvellement de leur abonnement. La souplesse de l’équipement culturel, associée à son appropriation en fonction d’un projet précis, rend compte de la pérennité des jeunes en son sein.

Visite amicale et non-réinscription

  • 16 A. O. Hirschman, Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Les éditions ouvrières (...)

65Les relations amicales présentent la particularité de tisser des liens étroits mais fragiles. L’appartenance à un groupe implique le partage de normes et de valeurs communes. En ce sens, c’est une instance qui détient un contrôle social fort. Ne pas respecter les règles du groupe, c’est prendre le risque d’en être exclu. La coercition est d’autant plus forte au moment de l’adolescence que le groupe de pairs fait office de groupe de référence alternatif ou complémentaire au groupe familial. Le coût d’une sortie de ce groupe est élevé étant donné l’enjeu identitaire qu’il recouvre. De ce fait, le groupe des pairs suscite un conformisme particulièrement fort. Parallèlement, la défection du groupe des pairs pose moins de difficultés que celle du groupe familial. « Le sentiment d’appartenir au groupe par droit de naissance16 » s’oppose à une entrée résultant d’affinités électives. Ces modes d’entrée dans les groupes structurent leurs modes de fonctionnement. La constitution des groupes de pairs rend plus facile le passage d’un cercle d’amis à un autre. Ces modifications des relations amicales influent sur le sens que les jeunes donnent à leur pratique et donc sur leur fréquentation de la bibliothèque.

Suivre les copains

66Alice (père : internat de médecine ; mère : certificat de sous- bibliothécaire) est très attachée aux relations amicales, notamment en ce qui concerne la lecture. Certes, sa famille intervient par des cadeaux de livres, son abonnement à I love English (que lui ont offert ses grands parents) ou le stock familial. Mais ce qui compte, c’est avant tout les relations amicales. Elle s’est inscrite à la bibliothèque car ses copines lui vantaient ses qualités par rapport aux carences de la bibliothèque de la classe. La bibliothèque constituait un support à la sociabilité amicale : discussion, partage et lecture collective. La spécificité de la bibliothèque reposait sur cette sociabilité intensive.

67L’entrée au collège modifie la place de cet établissement culturel dans l’ensemble du système des lieux du livre. Alice et ses amies investissent le CDI et en font un lieu de rencontres, de réunions et de lecture. Elles trouvent là une offre plus adaptée à leur âge (à la bibliothèque, « les romans sont plus tellement pour moi ») car, dans leur collège, elles disposent d’un CDI réservé aux élèves de sixième et cinquième. Alice s’y rend avec des copines et elles rencontrent d’autres personnes sur place. Elles y vont quand elles ont « envie d’y aller » ou quand elles ne savent pas quoi faire : « On va aller faire un petit tour au CDI. » Alice évolue dans un univers familier, elle connaît les gens, « ça donne plus envie de rester, de bavarder tranquillement et tout ça. » Enfin, à la différence de la bibliothèque, les emprunts au CDI ne font plus l’objet d’aucune surveillance maternelle, même légère. Si la bibliothèque a joué, à une époque, ce rôle de lieu de réunions amicales (elle n’est pas seulement un lieu d’approvisionnement), ce n’est plus le cas. Alice ne connaissait plus les autres visiteurs et quand elle venait seule, son séjour était bref : « Je restais un peu moins longtemps parce que c’est jamais très intéressant de rester toute seule. » Construite sur la sociabilité amicale, la spécificité de la bibliothèque laisse la place à celle du CDI.

68Un certain nombre de points communs assurent la continuité d’un lieu du livre à l’autre. Bibliothèque et CDI s’opposent tous deux à l’achat ou au cadeau par une appropriation temporaire des livres. Ces deux équipements spécialisés dans l’offre de livres s’appuient sur le libre accès au fonds et proposent un cadre rendant possible le séjour collectif. Bibliothèque et CDI se ressemblent suffisamment pour que le glissement de l’une à l’autre s’opère insensiblement. La priorité accordée par Alice aux relations amicales l’a conduite à se retirer de la bibliothèque. Avec ses amies, elles délaissent la bibliothèque au profit du CDI. Autrement dit, pour conserver un même cadre de sociabilité des visites, Alice est contrainte de quitter la bibliothèque. Y demeurer lui aurait demandé de modifier de fond en comble son système d’attentes vis-à-vis de la sociabilité de ses visites. Il lui aurait, par exemple, fallu se convertir à la visite solitaire de telle sorte que la bibliothèque conserve un attrait spécifique. En l’absence de tel remaniement, l’issue était prévisible puisqu’Alice préfère quitter la bibliothèque plutôt que ses copines.

69Le cas d’Alice n’est pas isolé et ne semble pas lié à son origine sociale. Si elle est issue d’un milieu social élevé et inscrite à la Bibliothèque centrale (où la proportion d’enfants issus de parents de milieu supérieur est de l’ordre des deux tiers), Chang (père et mère : sans diplôme), en revanche, est issu de milieu populaire (ses parents sont Laotiens, sa mère est au chômage et son père ouvrier) et inscrit dans une bibliothèque à fort recrutement populaire puisque les deux tiers des jeunes ont des parents de milieu populaire. Il s’est inscrit par l’intermédiaire de ses copains qui jouent un rôle très important dans son approvisionnement en livres : ils lui prêtent ou lui offrent des bandes dessinées, l’accompagnent au CDI ou à la bibliothèque. Sa fréquentation ne tenait que par la sociabilité amicale qui l’entourait. Loin de constituer un lieu du livre spécifique, la bibliothèque s’inscrivait dans le prolongement de la sociabilité amicale. Cette prégnance de la sociabilité amicale s’observe jusque dans l’avenir qu’il envisage dans la bibliothèque : « Si y’avait encore un copain qui s’inscrivait, je m’inscrivais mais si y’en avait plus ben je m’inscris plus. » De la même façon qu’il a suivi ses copains pour s’inscrire à la bibliothèque, de la même façon il les suit quand il s’agit de la quitter. Chang s’est approprié collectivement la bibliothèque et non individuellement. Pour lui seul, elle n’a aucun sens. La disparition des copains lui fait perdre son attrait et, même s’il dit venir avec eux lire des bandes dessinées sur place sans être inscrit, il s’agit davantage d’une réminiscence du passé que d’une pratique solidement installée. C’est la relation amicale qui confère une signification à la fréquentation de la bibliothèque.

70Pour Chang comme pour Alice, la sociabilité amicale prime sur le choix des lieux du livre. Ce qui compte, c’est l’être ensemble, la relation amicale et peu importe le cadre institutionnel ou non dans lequel elle s’investit. La bibliothèque fait les frais de cette rigidité : la stabilité de la sociabilité amicale constituant un impératif, elle soumet les lieux du livre à ses évolutions (désaffection collective, investissement concurrentiel dans le CDI). La bibliothèque n’a pas tant affaire à des individus qu’à des collectifs (plus ou moins importants) d’amis au fonctionnement particulier.

La croisée des chemins amicaux

71Vis-à-vis de sa famille, Morgane joue un rôle d’intermédiaire avec la bibliothèque. Elle emprunte des livres sur demande de sa sœur et emprunte des bandes dessinées qu’elle sait devoir plaire à son frère cadet. Ses parents lisent seulement certains livres qu’elle rapporte. Par son entremise, la bibliothèque remplit la fonction de source périphérique d’approvisionnement pour la famille. Sa copine Isabelle l’a incitée à s’inscrire. Toutes deux ne partageaient pas les mêmes goûts et choisissaient leurs livres de leur côté. Mais parfois, elles trouvaient « un livre qui nous ressemblait (...). Par exemple, si c’était l’histoire de deux jeunes filles ben... ça nous ressemblait quelquefois... ça ressemblait à d’autres personnes et puis on s’imaginait plein de trucs... » A partir du résumé, elles s’imaginaient une histoire, elles rajoutaient des éléments. Ou bien un livre leur fournissait un argument à partir duquel s’engageait une conversation : par exemple les vacances. La bibliothèque offrait la particularité de mettre à la disposition de Morgane et de sa copine un fonds qui servait de support à leur imagination complice. Ce type d’usage spécifique naît de la rencontre de plusieurs caractéristiques : le libre-accès, l’étendue du fonds, la possibilité de converser. Ces conditions étant réunies, les copines peuvent développer alors ce type de comportement. La bibliothèque n’est plus seulement un lieu d’offre de livres, c’est aussi un cadre où les livres constituent un support à l’imagination amicale.

72La bibliothèque permet à Morgane de maintenir la différence de goût qui la sépare de sa copine en leur offrant la possibilité d’assouvir leurs goûts respectifs. Si Isabelle préfère les romans, les « livres épais », Morgane apprécie davantage les bandes dessinées. Quand elle se rend chez Isabelle, Morgane reçoit des conseils de lecture. Isabelle lui parle de livres mais Morgane ne les aime pas. Les propositions de prêt trouvent leurs limites dans l’écart des goûts qui sont à l’origine de la constitution du fonds personnel. Isabelle n’aimant pas tellement les bandes dessinées, elle en possède peu et Morgane aura d’autant plus de mal à trouver un livre qui lui plaise. Le fonds de la bibliothèque se distingue des fonds personnels par sa plus large étendue. Morgane prend deux bandes dessinées et un roman tandis qu’Isabelle se concentre sur la science-fiction et des « gros romans ». Par le large éventail de son fonds, la bibliothèque rend possible cette amitié entre les deux jeunes filles aux goûts littéraires si contrastés.

73Ce difficile équilibre vacille peu à peu. A force de prendre des bandes dessinées, Morgane finit par ne plus en découvrir de nouvelles. Son rythme de lecture ne lui permet plus de faire face à la quantité de livres qu’elle doit lire : ceux de la bibliothèque et ceux que l’école lui impose. Cette situation la conduit à un point critique : elle emprunte les livres mais n’a pas le temps de les lire. Elle se rend à la bibliothèque davantage pour discuter avec sa copine que pour lire. L’équilibre est rompu, la bibliothèque n’est plus qu’un support à la sociabilité amicale alors qu’auparavant, elle parvenait à satisfaire les demandes différentes des deux copines. Pour Morgane, ce contexte devient insupportable et il lui faut abandonner la bibliothèque pour retrouver un nouvel équilibre. Elle accompagne Isabelle à la bibliothèque, elles regardent ensemble des bandes dessinées comme elles le faisaient un peu avant. Ou sinon, Morgane reste passive et ne fait que suivre Isabelle dans son choix de livres.

74Durant toute la période où Morgane a été inscrite (et même après), ses visites se sont déroulées dans un cadre amical. La stabilité de cette sociabilité a masqué le fossé qui se creusait entre les deux copines à propos de leurs pratiques et représentations de la lecture. Cet écart apparaît dans la situation de choix : « Dès qu’Isabelle voyait un livre épais, elle le prenait mais si elle voyait qu’il était tout petit, elle le prenait pas. (...) moi je me dis “plus c’est épais, plus c’est lent donc je prends pas”. » Tandis qu’Isabelle prend le chemin de la lecture dans tout ce qu’elle comporte de légitime (livres épais, petits caractères), Morgane reste attachée aux bandes dessinées et aux ouvrages peu volumineux. Comme elles ne peuvent plus partager autant qu’avant leurs lectures, ce fossé les sépare tous les jours un peu plus. La bibliothèque ne peut plus servir de cadre à leurs rêveries amicales, dans la mesure où elles ne définissent plus de la même façon les livres susceptibles de leur assurer une évasion. Le souci d’Isabelle de s’intéresser prioritairement aux livres épais rend superficiels les échanges à partir des bandes dessinées. Inversement, par réaction, Morgane ne partagera pas facilement les gros romans d’Isabelle. Dans le cas présent, la stabilité de la sociabilité amicale, loin de se traduire par la pérennité de la fréquentation de la bibliothèque, donne lieu à abandon de la part de Morgane. Les évolutions respectives de chacune des deux amies les font se séparer ; et ainsi disparaître ce qui était le fondement de leurs visites amicales : le plaisir de l’imagination collective autour d’un livre.

75Les parcours de Chang, Alice et Morgane conduisent tous à la même issue : la non-réinscription. Ils partagent un point commun : la stabilité de la sociabilité de leurs visites s’accompagne d’une modification du système des lieux du livre dans lequel ils sont impliqués. Les copains de Chang ne renouvellent pas leur abonnement à la bibliothèque ; Alice et ses copines investissent le CDI ; Morgane s’éloigne du rapport à la lecture de sa copine. Dans tous les cas, nous assistons à un paradoxe : les modifications du système des lieux du livre n’entraînent pas de changements dans la sociabilité de la bibliothèque. Tout se passe comme si la sociabilité initiale des visites à la bibliothèque avait figé à jamais le mode « normal » de toute sociabilité au sein de cet équipement culturel. Cette fixité interdit à ces jeunes tout remaniement du cadre de sociabilité de leur visite. Dans l’impossibilité de reconstruire une nouvelle forme à leurs visites, ces enfants ne renouvellent pas leur abonnement. Cette incapacité les pousse hors de la bibliothèque.

76Il s’agit alors de comprendre cette incapacité. Celle-ci naît peut- être de la dépendance première de ces jeunes vis-à-vis de ceux qui entouraient leurs visites. Chang et Morgane se sont inscrits à la bibliothèque exclusivement sous l’impulsion puissante de leurs amis. Sans eux, ils n’en auraient sans doute jamais franchi le seuil. Quant à Alice, même si elle a été inscrite par sa mère dans ses toutes premières années, ses copines fondaient, légitimaient ses visites. Tous ces jeunes ont en commun d’être fortement liés aux intermédiaires qui les ont introduits. Leur appropriation s’est effectuée dans le cadre de cette relation amicale fondatrice. Elle passe par le rapport entre l’initiateur et l’initié. Ces jeunes ne sont pas en mesure de développer une appréhension personnelle de l’équipement culturel. Ils sont directement sous la tutelle de leur intermédiaire. Ils quittent plus aisément la bibliothèque qu’ils ne remanient leurs habitudes de sociabilité des visites.

Le déclin des cadres de sociabilité

77L’inscription et la fréquentation de la bibliothèque par Arnaud (père et mère : BEPC) résultent de la convergence de deux forces différentes puisant leurs sources chez la mère et les copains. La première force à laquelle Arnaud a été soumis est celle de sa mère qui l’a invité à s’inscrire (« c’est ma mère qui voulait »). La volonté maternelle visait à le familiariser avec l’univers de l’écrit. Sa mère l’accompagnait à la bibliothèque et l’initiait à son fonctionnement : « Au départ je regardais comment elle faisait puis après ben... je faisais pareil... » Les copains d’Arnaud incarnent la seconde force qui l’a poussé à s’inscrire : « C’est un peu moi qui voulais au départ... (...) comme mes copains aussi y allaient et ben moi je voulais y aller... » Arnaud a intériorisé la contrainte amicale à un point tel qu’il la fait sienne. Sa volonté de rejoindre les copains devient toute personnelle (« c’est un peu moi qui voulais »). Chez eux, il a découvert des « beaux livres » (il s’agit de bandes dessinées) qui provenaient de la bibliothèque et c’est pour pouvoir y accéder qu’il s’est inscrit. Les visites avec les copains ont remplacé celles en compagnie de sa mère. Ensemble, ils mènent des activités spécifiques au cadre de leur visite : « On prend par exemple un livre... moi je prends un livre de foot et lui aussi mais c’est pas le même et après on se l’échange. » Si la visite amicale rend seule possible ce type de pratiques, elle offre aussi des désagréments par le bruit et les nuisances qu’elle provoque. Ces comportements excessifs et en infraction avec la règle du silence risquent d’attirer l’attention sur Arnaud et ses copains et de faire l’objet de réprimandes. Or, d’après sa mère et son comportement lors de l’entretien (il parle faiblement en baissant les yeux), Arnaud fait preuve d’une assez grande timidité. C’est dire que sa crainte des admonestations du personnel de la bibliothèque doit être particulièrement vive. Il aurait trop peur des remontrances qui pourraient lui être faites. La visite amicale qui succédait à la visite en compagnie de la mère est mise en difficulté par ses excès, ses écarts de l’ordre social. Devant cette situation inconfortable, Arnaud affirme préférer venir seul. Pour cette raison notamment, Arnaud estompe ses visites à la bibliothèque. Il invoque un manque de temps, une activité footballistique plus soutenue pour expliquer son retrait.

78Pendant un temps, sa mère prend le relais et, conservant son projet initial, lui emprunte des livres conformes à ses souhaits. Elle suit les instructions de son fils et effectue, du fait de son absence, un choix stéréotypé qui ne peut lui convenir totalement. Les bandes dessinées qu’elle lui prend ne lui plaisent pas ; il a déjà lu les documentaires sur le sport ou l’histoire que sa mère lui rapporte. Arnaud s’éloigne alors progressivement de la bibliothèque, son volume de lecture diminue ce qui l’amène à prendre du retard dans ses lectures ; il est alors en situation d’infraction au regard du délai de prêt. Sa mère se trouve alors sollicitée pour effectuer la difficile tâche de rendre les livres en retard. Par la suite, elle refusera peut-être d’accomplir cette tâche délicate qui la place en situation d’infraction par rapport à l’équipement culturel. Elle doit faire face à une contradiction entre sa volonté éducative visant à faire lire son fils et le respect d’une norme évidente et partagée dans l’institution. Cette situation l’amène à accepter, à son regret peut-être, l’abandon d’Arnaud. Les deux cadres de sociabilité qui étaient à l’origine de son abonnement à la bibliothèque disparaissent. Pour des raisons différentes, les forces amicales et maternelles qui poussaient Arnaud vers la bibliothèque ne le retiennent plus quand il s’engage dans le chemin du retrait. Devant l’échec de son projet (Arnaud lit moins qu’avant) et les contraintes du retour en retard de ses livres, sa mère se laisse convaincre de la fatalité de la non-réinscription de son fils. Arnaud a préféré se tenir en dehors des situations angoissantes que génère le bruit de ses copains et, ce faisant, s’est affranchi d’une force qui le maintenait à l’intérieur des murs de cet établissement culturel. Sa non-réinscription tient au fait que les forces de rappel (maternelles et amicales) se sont évanouies et n’ont pas été relayées par une appropriation personnelle suffisante de la bibliothèque. Le décrochage des cadres de sociabilité de la visite s’accompagne d’un décrochage de l’institution.

La contradiction des cadres de sociabilité

79Sébastien (père et mère : sans diplôme) organise ses visites sur le mode de la dualité. Il partage ses visites entre la compagnie de sa mère et celle de ses copains. La visite avec sa mère se situe dans le cadre d’une mobilisation familiale et personnelle autour de la lecture. Les visites avec ses copains correspondent à une autre logique : il s’agit de signifier son appartenance au groupe des pairs de milieu populaire qui ne valorise pas tant la lecture en général que celle de bandes dessinées. L’unité du groupe se construit contre la lecture sérieuse ou scolaire, source de leur domination.

  • 17 Son attachement à cette représentation de la lecture est sans doute surévalué du fait de la percep (...)

80Sébastien est tiraillé entre ces deux représentations de la lecture auxquelles renvoient deux cadres de sociabilité de sa visite. D’un côté, sa sœur et ses parents le poussent à adopter une lecture de type scolaire. Il a intériorisé cette conception et cherche à emprunter « des livres qui peuvent aider à lécole17. » D’un autre côté, marquer son appartenance au groupe des pairs, c’est se soumettre au moins en partie au système de valeurs concurrent qu’il propose. Déjà, ses copains n’apprécient pas sa pratique et le lui font savoir : « Jai des copains quand même, ils lisent pas mais quand ils me voient lire, ils me disent que je suis bête de lire. » Il doit fournir des preuves de son attachement à ce type de représentation de la lecture au risque de se faire exclure du groupe. Or, Sébastien n’entend ni quitter le groupe de ses copains ni renoncer à sa représentation scolaire de la lecture. Condamné à cette contradiction, il peut simplement l’estomper en évitant les situations de confrontation de ces deux représentations antithétiques. De ce point de vue, le retrait de la bibliothèque constitue une solution, une alternative à la contradiction. Il ne fréquente plus la bibliothèque, lieu de définitions inconciliables de la lecture, et sort ainsi de cette source de contradictions. En quittant la bibliothèque, il échappe à une contradiction pour se heurter à une nouvelle. Il comble le déficit d’offre de livres inhérent à son abandon de la bibliothèque par des achats qui privilégient les romans au détriment des bandes dessinées « parce que ça m’aide pas trop. » Mais, ayant fréquenté la bibliothèque, il ne peut s’empêcher de penser que « ça sert à rien d’acheter alors qu’on peut en avoir... » Il ne peut plus se rendre à la bibliothèque faute de replonger dans ses contradictions sur la définition de la lecture mais rencontre ce qui lui paraît constituer une irrationalité : acheter des livres alors qu’un équipement culturel propose un service lui permettant d’accéder à des livres à un moindre coût. Il se justifie en vantant les mérites de l’achat : « L’acheter on peut le garder quoi. Il est à nous tandis que quand on l’emprunte, on le rend puis si on a encore besoin on est encore obligé de retourner alors... euh... tandis que si on l’achète, on l’a toujours. » La bibliothèque est le cadre d’un conflit autour de la définition de la pratique de la lecture et de ses objectifs. Chaque définition se cristallise autour d’un mode de sociabilité de la visite (visite amicale ou en compagnie de la mère). En cas de définitions très fortement contradictoires et de refus de privilégier une définition plutôt qu’une autre, le retrait de la bibliothèque permet, par la suppression de son support, d’amoindrir la portée et l’importance de la contradiction.

81La non-réinscription consécutive à la visite amicale à la bibliothèque suit, on le voit, différents parcours. Ceux-ci possèdent tous en commun le fait de supprimer des tensions devant lesquelles se trouvent les jeunes. Quitter la bibliothèque revient à abolir d’insolubles contradictions. Refusant de céder ou de choisir une solution plutôt qu’une autre (quitter le groupe des pairs, abandonner le goût pour la bande dessinée, accepter le bruit produit par les amis dans la bibliothèque), ces jeunes font disparaître la source de leurs soucis en ne renouvelant pas leur abonnement.

La fragilité de la visite fraternelle

82La présence d’un frère ou d’une sœur aînée offre aux jeunes l’assurance d’une certaine familiarité. La complicité fraternelle les introduit dans cet équipement culturel. Ce mode de sociabilité se situe entre une sociabilité amicale et une visite en compagnie de la mère. La relation fraternelle prend place dans le groupe familial dont l’entrée se caractérise par le droit de naissance, et se distingue de la visite maternelle guidée par des soucis pédagogiques. La fragilité de la visite fraternelle s’explique par sa propriété de sociabilité intermédiaire entre mère et amis. La visite amicale suppose un engagement dans le groupe des pairs que ne demande pas la visite fraternelle. La visite maternelle s’accompagne d’incitations, de contraintes que la visite fraternelle ne suppose pas toujours. Les frères et sœurs apparaissent comme des médiateurs peu impliqués dans la visite. La sociabilité fraternelle se présente un peu comme une sociabilité de transition qui prend le relais de la visite maternelle quand celle-ci n’est pas possible ou devient moins acceptable, et qui cède la place à la sociabilité amicale quand celle-ci apparaît (cf. l’exemple de Nolwenn). Transitoire, ce mode de sociabilité fragilise les chances de rester au sein de la bibliothèque. En effet, la non-réinscription du grand frère ou de la grande sœur crée les conditions de l’abandon du frère (ou de la sœur) cadet.

Un seul être vous manque...

83Aline occupe une position contradictoire : d’une part elle affirme et répète qu’elle n’ » aime pas lire », d’autre part, elle fréquente la bibliothèque. Elle oppose la lecture « pour l’école » à la lecture « pour le plaisir ». Pour elle, la lecture n’est pas source de plaisir et ne saurait donc être justifiée par le discours sur le plaisir de lire. Au contraire, la contrainte scolaire justifie à ses yeux une attention soutenue et une lecture intensive. C’est par la voie scolaire qu’elle a franchi les portes de la bibliothèque et non par l’attrait pour une source de plaisir. La lecture fait l’objet de conflits entre Aline et sa mère : la fille ne conçoit cette pratique que comme soutien au travail scolaire tandis que la mère fait le pari du plaisir de lire. Aline s’est inscrite dans une optique opposée à celle de sa mère.

84Dans une situation comparable, son frère fait alors office de garant de la cohérence de sa situation. Présent au début de l’entretien, il affirme : « J’aime pas trop lire, j’ai jamais vraiment aimé lire mais pour travailler, c’est bien, c’est calme et tout, alors j’y vais souvent. » Il justifie et rend acceptable la situation contradictoire où se trouve sa sœur. Se retirant de la bibliothèque, Aline voit disparaître une source de légitimation de sa position. L’absence de son frère la laisse seule devant une situation antagonique. Dès lors, il lui faut supprimer un des termes de la contradiction. Deux solutions s’offrent à elle : soit, elle assouplit son rapport hostile à la lecture de telle sorte qu’il s’accorde avec la conception véhiculée par la bibliothèque ; soit, elle renonce à fréquenter cet équipement culturel. Le lourd contentieux qui l’oppose à sa mère sur la définition de la lecture rend improbable la première solution. Aline ne voit dans la lecture qu’une activité scolaire dont l’objectif réside dans l’obtention de bonnes notes à l’école. Sa mère se représente la lecture comme une source de plaisir et d’évasion. L’ampleur de cette opposition interdit toute tentative de compromis ou de ralliement à une autre conception de la pratique. Dans ces conditions, Aline se voit contrainte d’abandonner la bibliothèque, ce qui passe par une radicalisation de son point de vue.

85L’entretien a été réalisé quelques jours avant une braderie à laquelle Aline compte vendre des livres. Ce projet la conduit à faire une sélection entre les livres qu’elle mettra en vente et ceux qu’elle gardera. Aline souhaite conserver des livres neufs ou anciens dont la couverture lui paraît belle, et ceux dont l’utilité scolaire est certaine : « Comme j’aime pas lire, je vais garder uniquement les livres qui sont vraiment utiles pour l’école : des livres d’anglais, des livres de science, des livres de fête, des livres que j’aime bien quoi. » Sa mère lui interdit de vendre des livres qu’elle avait reçus quand elle avait l’âge de sa fille. De ce fait, les livres qu’Aline espère vendre se limitent aux « Bibliothèque Rose » et un recueil de petites histoires à lire par les parents aux enfants (Une histoire chaque soir). Sa mère s’est découragée à l’idée que sa fille souhaite se débarrasser de ce dernier livre. Elle l’avait « acheté tout exprès pour leur donner le goût de la lecture », elle avait entendu dire que ça « les stimulait pour la lecture plus tard mais ça n’a pas fait beaucoup d’effets. » Son amertume n’a d’égal que le fossé qui la sépare de la représentation de la lecture de sa fille.

86Pour François (père : 3e cycle universitaire ; mère : BTS secrétaire de direction), la présence fraternelle ne prenait pas une importance comparable à celle du frère d’Aline. Son rôle majeur consistait à rendre vivante la visite et à éloigner ainsi la peur de l’ennui : « J’allais avec mon frère (...), il a fait qu’un an. Et puis moi j’ai continué la deuxième année et c’est vrai que c’était un peu moins marrant parce que on rigolait souvent des livres si on trouvait, par exemple, des livres qu’étaient rigolo, on rigolait ensemble mais là, c’était moins rigolo, comme j’ai pas beaucoup., comme je connais pas beaucoup de monde... » Le retrait de son frère le plonge dans des visites solitaires qu’il appréhende. François perd son compagnon de visite, celui qui donnait du contenu à sa présence dans l’équipement culturel.

87Aline et François voient le sens de leur visite disparaître à l’occasion de l’abandon de leur grand frère. Ils ne parviennent pas à développer un nouveau mode de visite ou une nouvelle sociabilité alternative. Cette incapacité à remanier le cadre de sociabilité de leur visite explique leur retrait.

La visite solitaire contre l’abandon

88Devant la disparition des cadres maternels ou amicaux de la visite, la fréquentation solitaire de la bibliothèque représente la solution ultime. Une passerelle existe entre les modes de sociabilité de la visite et la visite en solitaire. Cette reconversion n’est pas immédiate, elle suppose un investissement, une appropriation personnelle. Alors que dans les autres cas la visite prend son sens dans la relation à autrui qui accompagne, les jeunes doivent ici construire seuls un sens à leur fréquentation. La visite solitaire consécutive à une visite amicale ou maternelle implique un investissement particulier dans la bibliothèque, une nouvelle définition du sens de la pratique.

De la visite maternelle à la visite solitaire

89L’histoire de la fréquentation de la bibliothèque par Florent (père : diplôme d’ingénieur ; mère : diplôme d’Etat d’infirmière) se scinde schématiquement en deux périodes. La première débute par son inscription avec sa sœur. Après plusieurs visites en compagnie de ses parents, la satisfaction que leur inspire la bibliothèque les conduit à s’inscrire aussi. Cette première période se caractérise par des visites familiales régulières. Florent ne pouvait s’y rendre souvent car la bibliothèque des Longs Champs était trop éloignée de son domicile. Cette période coïncide avec la deuxième moitié du cursus primaire. A l’époque, « Je ne m’intéressais pas trop aux livres... j’ai commencé à lire petit à petit des livres... de plus en plus compliqués... enfin de plus en plus... compliqués pour moi quoi. » Cette période correspond à sa découverte de la pratique de la lecture et de la bibliothèque.

90La seconde période commence au moment de son entrée au collège, quand ses parents et lui quittent la bibliothèque des Longs Champs pour celle de Cesson nouvellement ouverte. Cet équipement présente l’avantage d’être plus accessible. La plus grande proximité rend possible des visites sans l’accompagnement des parents. A ce moment, il s’est davantage familiarisé avec la bibliothèque et la lecture : « Après... ben c’est une passion quoi... j’adorais lire... » Son aisance plus grande vis-à-vis de cet équipement et de la lecture jette les bases d’une modification de la sociabilité de ses visites. Il a acquis les repères propres à ce type de lieu, son goût pour la lecture crée des besoins de livres et, de surcroît, la proximité spatiale de la bibliothèque lui permet de s’y rendre aisément à vélo.

91Aujourd’hui en classe de quatrième, Florent se rend seul à la bibliothèque trois fois par semaine : « Le mercredi, j’y vais après l’orchestre, une demi-heure, et le vendredi j’y vais avant mon cours de flûte, une heure avant et euh... ben des fois je peux y aller le samedi. » Ses visites prennent place autour de ses activités musicales qui se déroulent dans le même édifice que la bibliothèque. Sur place, il lit d’affilée plusieurs bandes dessinées, s’arrête, opère le choix des deux bandes dessinées et des quatre livres qu’il empruntera puis poursuit sa lecture jusqu’à l’heure de son départ.

92Réminiscence de la première période, il se rend rarement à la bibliothèque « en famille. » Preuve de sa rupture avec ce premier modèle, il n’apprécie pas ce type de visite : « Des fois souvent euh... mon père... ils veulent rentrer tout de suite alors euh... c’est embêtant. » Il cède, rentre avec eux et n’hésite pas à enfourcher son vélo « parce que j’avais envie de lire encore... » Seul, il a pris l’habitude de ne plus être contraint par le rythme collectif des visites familiales. Son désir d’autonomie s’affiche aussi par le refus absolu d’une quelconque soumission à un contrôle parental de ses lectures. Il n’y est pas soumis et ne voit pas « pourquoi ils me surveilleraient les livres que je prends. » Sa pratique de lecture se heurte aux obligations scolaires, ses parents lui ont déjà confisqué ses livres « parce que... des fois, je lis à la place de faire mes devoirs. » Ils s’inquiètent suffisamment à propos du temps qu’il consacre à la lecture pour ne pas, en plus, se soucier de la qualité (les « mauvais livres ») ou de la moralité (les « livres licencieux ») de ses emprunts. Le passage d’un cadre familial à un cadre solitaire des visites s’accompagne de son réabonnement à la bibliothèque parce que celle-ci occupe une place particulière par rapport aux autres lieux du livre.

93Etant donné l’intensité de sa pratique de lecture, l’approvisionnement chez des copains ne peut prendre qu’une dimension complémentaire. « Il faut que j’aille chez lui pour voir » ; Florent se rend trop rarement chez des copains pour qu’ils puissent faire office de source principale d’approvisionnement en livres. La bibliothèque lui semble plus accessible que les livres des copains. Depuis qu’il est au collège, Florent dispose d’un CDI. Il oppose un certain nombre d’arguments à la fréquentation de ce lieu. Comme le CDI est situé dans l’institution scolaire, ses visites dépendent de son emploi du temps qui ne lui laisse qu’ » une demi-heure par semaine ». Sa critique s’adresse aussi en direction du fonds. « Y’a pas de BD (...), y’en a quelques unes mais elles sont dans une langue étrangère. » Le fonds du CDI frustre son appétit pour les bandes dessinées. Le fonds romanesque ne reçoit pas davantage ses faveurs : « Y’a des livres aussi qu’on peut lire mais c’est pas... c’est des livres... c’est... des Balzac ou des Zola... dur... on peut emprunter mais euh... les livres qu’ils ont c’est pas très... c’est pas génial quoi... c’est plutôt des livres assez euh... assez gros ou assez difficiles. » Au fonds classique (Balzac, Zola) du CDI, il préfère celui de la bibliothèque qui comporte des collections moins valorisées telles que Les six compagnons, Alice ou Alfred Hitchcock. Dans le clivage bibliothèque/CDI, Florent prend clairement parti pour la première.

94Le passage de la visite familiale à la visite en solitaire s’accompagne d’autres changements. Durant les deux périodes, il a accru l’intensité de sa pratique de lecture et a changé pour une bibliothèque plus aisément accessible. L’intensité de sa pratique nécessite de fréquentes visites qu’il effectue seul du fait de leur fréquence et de leur durée. La proximité spatiale de l’équipement culturel rend possible ses nombreuses visites. Florent a remanié le cadre de ses visites en fonction des nouvelles attentes que suscitent le degré élevé de sa pratique de la lecture.

De la visite amicale à la visite en solitaire

95Alors qu’elle était en CM2, Marie (père : licence de droit ; mère : BEPC) a découvert la bibliothèque par l’entremise d’une amie : « La première fois que je suis allée à la bibliothèque, c’était avec une amie et puis en en voyant emprunter des livres comme ça qui me paraissaient bien, je me suis dit qu’il fallait que je m’inscrive alors je me suis inscrite. » La socialisation littéraire de Marie passe pour beaucoup par l’intermédiaire des copines. La même année où elle s’est inscrite, Marie a participé à une « bibliothèque tournante ». A l’initiative d’une mère de grande lectrice, douze filles de la même école se sont réunies. Chacune a sélectionné trois livres et, toutes les trois semaines, devait les passer à une autre en même temps qu’elle en recevait trois. Etalée sur toute une année scolaire, cette « bibliothèque tournante » a intégré Marie dans un réseau de copines lectrices. Le rôle déterminant des copines dans ce processus de socialisation littéraire s’observe aussi à propos de ce qui l’a poussé à devenir lectrice.

96« En fait ce qui m’a poussé à lire... avant, l’année dernière, j’aimais pas trop lire... et puis ce qui m’a poussé à lire, c’est que comme je lisais pas du tout, ma maîtresse m’a dit que quand on sera en sixième, ben le jour de la rentrée, la professeur de français nous demandera combien de livres on aura lus pendant les vacances... j’étais paniquée, je me suis dit “un livre, ça va pas être assez” alors bon, je me suis mise à lire, à lire et puis à la fin des vacances, j’en avais au moins lu dix. Et puis ben c’est comme ça que c’est venu. (...) Parce que je pensais que j’allais être la seule puisque je pensais me retrouver dans la même classe que mes amies qui aimaient... y’en a une qui aimait beaucoup lire puis je me suis dit “si je me retrouve dans la même classe que... si y’a beaucoup de gens qu’aiment bien lire dans la classe, je vais me retrouver avec un, deux, trois livres alors que les autres ils en auront sûrement plus” alors ça m’a fait très peur et puis j’avais peur que ma maîtresse me gronde et puis comme je suis déjà pas très bonne en orthographe... »

  • 18 Cf. F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989, p. 16.
  • 19 A ce propos, il serait intéressant de chercher à cerner les modifications induites par le passage (...)

97L’institution scolaire crée des situations de concurrence entre les jeunes. Marie redoute d’être mal classée dans cette course à la reconnaissance. Ce qui la préoccupe, c’est la position qu’elle occupera par rapport à ses copines au niveau de sa lecture. Elle fait face à un triple enjeu de reconnaissance : vis-à-vis de la maîtresse, elle risque d’être jugée médiocre ; par rapport à ses copines, le jugement scolaire ne sera pas sans retombées sur la perception dont elle fera l’objet ; pour son propre compte, elle n’entend pas occuper une position dépréciative dans la hiérarchie scolaire ou dans le groupe de ses copines. L’initiation de Marie par une amie prend place dans ce mouvement de socialisation à la lecture dans lequel elle s’est engagée. Ensemble, elles regardent les noms d’auteurs et consultent le fichier. Par l’intervention de sa copine, Marie passe du goût pour le livre à un rapport cultivé « défini par la sensibilité au nom de l’auteur, et ainsi indirectement au champ littéraire18. » De la même façon, la maîtrise de l’utilisation du fichier signale l’acquisition d’une compétence littéraire peu répandue chez les enfants19. La familiarisation avec la bibliothèque et l’univers du livre s’effectue aussi par le biais de commentaires, d’évaluations discrètes, de conseils : « Elle me demandait si elle pensait que... ce livre-là allait être bien pour elle et puis ben elle me disait, “oui, il va sûrement être bien...” pour moi aussi, je lui demandais aussi et puis ben... Ouais et puis autrement elle me montrait des livres parce que quand elle avait déjà choisi les siens ben... et qu’elle pensait qu’ils allaient peut- être pouvoir m’intéresser et ben... elle m’appelait et puis elle me demandait si il pouvait m’intéresser, elle me le donnait puis ben... » Par l’intervention de sa copine, le fonds de la bibliothèque ne lui paraît pas uniforme. Elle apprend à distinguer les livres selon leur auteur, mais aussi selon le jugement que sa copine porte sur eux. Le contact de Marie avec les livres n’est pas direct, il est médiatisé par sa copine qui participe à leur classement, leur hiérarchisation et à leur appréciation. Le niveau et la forme de l’engagement de Marie dans la lecture se sont construits notamment dans le cadre d’une relation et d’un réseau amical. Lorsque sa copine a quitté la bibliothèque, cela a remis en cause le mode de sociabilité des visites de Marie.

98Cet événement implique un réaménagement du sens de sa visite. D’abord, elle reconstruit l’histoire de la fréquentation de la bibliothèque en compagnie de sa copine. Elle affirme apprécier les visites en solitaire, car « c’était plus facile d’en lire “ou de choisir des livres” autrement on t’appelait tout le temps pour te demander si il allait être bien celui-là... » Elle réinterprète positivement le fait d’être contrainte de se rendre seule à la bibliothèque. Ce type de visite lui est imposé par les circonstances mais elle le valorise et y trouve des avantages. Ensuite, Marie construit la bibliothèque comme un lieu du livre avec ses atouts spécifiques. L’emprunt amical s’accompagne toujours de discussions à l’inverse de l’emprunt à la bibliothèque qui peut s’en dispenser. La bibliothèque se distingue des cadeaux de livres en ce qu’ils sont associés à une certaine dépendance vis-à-vis de celui qui les effectue. Ayant découvert une nouvelle série de la collection « Bibliothèque Rose », elle ne l’a trouvée ni au CDI ni à la bibliothèque. Elle est contrainte de demander à sa mère de lui offrir des livres de cette série à Noël et pour sa communion.

99Quant au CDI, Marie ne l’apprécie guère : « Je trouve qu’au CDI, y’a beaucoup plus de monde, beaucoup plus de bruit puis ben... j’ai pas l’impression d’être dans une vraie bibliothèque donc c’est un peu plus embêtant.

100Q : Ah bon, qu’est-ce que ça veut dire une vraie bibliothèque ? Marie : Ben ça veut dire qu’à la bibliothèque, y’a... quand j’y vais, c’est en début d’après-midi, y’a souvent moins de monde... et puis ben... moins de monde, y’a... et puis y’a moins de bruit tandis que là, ben le CDI ben... souvent on voit des gens qui travaillent enfin... on voit... y’a surtout beaucoup de tables... c’est pas du tout comme la bibliothèque où les tables sont espacées... là elles sont toutes collées les unes entre elles et puis y’a beaucoup trop de bruit. Quand on y va pour faire un travail... on a toujours envie de faire un peu de bruit parce que ben... on est entre amies... et puis ben... c’est plus embêtant. »

101Les conditions de l’offre ne la satisfont pas tellement. Le CDI se heurte à la représentation que Marie se fait d’une « vraie bibliothèque ». De plus, le fonds lui plaît moins que celui de la bibliothèque, les livres sont moins adaptés à son âge. Au CDI, elle ne trouve pas de « Bibliothèque Verte » ou Rose, « Ça commence toujours dans les collections beaucoup plus dures, Cascade, Castor-poche qui sont déjà beaucoup plus dures à lire. » Marie connaît les collections et les situe dans une échelle graduée de difficultés de lecture. C’est par rapport à cette échelle qu’elle évalue le degré de complexité des fonds du CDI et de la bibliothèque. Enfin, le CDI présente l’inconvénient de ne pas être ouvert pendant les vacances, à la différence de la bibliothèque. Marie utilise le CDI comme une source majeure d’approvisionnement documentaire et comme source secondaire pour la lecture de fiction. Les modalités de l’offre et l’offre elle-même du CDI justifient la moindre place que Marie lui attribue par rapport à la bibliothèque.

102Elle tire la légitimité de sa fréquentation solitaire des qualités inhérentes qu’elle discerne dans ce cadre de sociabilité des visites et des apports spécifiques de la bibliothèque par rapport aux autres lieux du livre. La construction positive qu’elle opère de la visite en solitaire et de la bibliothèque assure la transition du cadre de sociabilité amicale à la fréquentation solitaire. Marie soumet tous les lieux du livre à sa pratique de la lecture. Ayant repéré un livre, elle cherche à se le procurer par un des moyens de ce dispositif. Elle exploite les spécificités, les avantages de chaque source. Cette approche privilégie la lecture sur les lieux du livre ou les institutions de sa prise en charge. Cela permet de comprendre les réticences de Marie à l’abandon de la bibliothèque. En effet, ce serait se priver d’une source d’approvisionnement, d’une occasion de lectures.

Formes de sociabilité et pérennité dans la bibliothèque

103Les entretiens avec les jeunes donnent accès à des éléments invisibles par le seul examen statistique. Nous parvenons à reconstruire le processus par lequel ils quittent ou restent à la bibliothèque. L’absence de variations statistiquement significatives de la réinscription selon le mode de sociabilité de la visite ne doit pas conduire à penser que cet élément n’entre pas dans le maintien ou le départ de la bibliothèque. Le sens de la visite (c’est-à-dire les raisons de venir à la bibliothèque) se construit dans la relation à autrui. Venir avec ses parents, son frère ou sa sœur, ou encore avec des ami(e)s change le contenu de la visite. Les valeurs qui orientent les comportements, les enjeux ne sont pas les mêmes. Chaque mode de sociabilité peut conduire à la non-réinscription, nous avons tenté de montrer par quelle voie. Car si chaque entretien présente une situation singulière, les jeunes rencontrent des contradictions qui ne leur appartiennent pas en propre.

104Nous avons ainsi montré comment la visite maternelle et fraternelle entraient en décalage avec l’âge des jeunes. L’injonction à l’autonomie fragilise ces modes de visite trop associés à une tutelle infantilisante. Les jeunes seraient alors contraints de remanier le cadre de leurs visites en s’orientant davantage vers la visite amicale ou solitaire. Venir seul ou en compagnie à la bibliothèque paraît plus acceptable du point de vue des normes des jeunes. Ces modes de sociabilité ont acquis une légitimité dont ne bénéficie plus la visite maternelle ou fraternelle mais imposent des contraintes propres (un engagement accru dans la bibliothèque, accepter le bruit et l’intervention amicale).

105L’importance de la nature de la sociabilité prime sur la stabilité ou le passage d’un cadre à un autre pour comprendre la réinscription ou l’abandon. La transformation du cadre de sociabilité des visites ne se traduit pas fatalement par un retrait. Certains jeunes parviennent à maintenir leur fréquentation alors que la sociabilité de leurs visites se modifie. Plus même, pour certains enfants, il semble que c’est grâce au changement qu’ils effectuent dans le cadre de sociabilité de leurs visites qu’ils continuent à fréquenter la bibliothèque. Florent par exemple, ne serait sans doute plus à la bibliothèque s’il n’était pas passé des visites familiales aux visites en solitaire. Il ne se serait pas approprié suffisamment cet établissement culturel pour en prolonger son usage. Les remaniements salvateurs du cadre de sociabilité supposent une appropriation accrue de la bibliothèque.

106Le mode de sociabilité initial implique une moindre nécessité d’investissement dans l’équipement culturel que le mode de sociabilité final. Le passage d’une fréquentation en compagnie de la sœur à des visites avec les copines signale un accroissement de l’investissement dans la pratique de la bibliothèque. Alors que dans un cas, il suffit éventuellement de suivre la grande sœur, dans l’autre, il faut prendre rendez-vous avec les amies, prévoir sa visite. Cet investissement accru interdit certains enchaînements des cadres de sociabilité. Il ne relève pas simplement du hasard (ou de la relative faiblesse de l’échantillon) que nous n’ayons observé aucun cas où les visites se transforment pour aboutir à des visites en compagnie d’un frère ou sœur ou de la mère. En effet, ces types de visites impliquent a priori un degré moindre d’investissement dans la bibliothèque.

107Si tous les scénarios sont possibles, certains sont plus probables que d’autres. La transformation du cadre de sociabilité s’accompagne d’une pérennité dans l’établissement culturel si elle débouche vers une plus forte appropriation. Nous proposons deux explications à ce phénomène. D’une part nous croyons avoir montré que le cadre de sociabilité des visites n’était pas simplement laissé à la discrétion des jeunes. Ces pratiques sociales sont régulées par des normes définissant celles qui sont acceptables et celles qui sont disqualifiées.

  • 20 Cf. J. Eidelman, M-C. Habib, R. Sirota, Balade en bibliothèque pour lecteurs en herbe, Paris, BPI, (...)

108Ainsi, la visite en compagnie de la mère devient suspecte au regard de cette norme à l’entrée au collège. Julien s’en préoccupe et, s’il n’exclut pas ce type de visite, il affirme qu’il ira aussi seul à la bibliothèque. De crainte d’être perçu et de se percevoir comme « bébé » ou immature par rapport à ses camarades, il se sent dans l’obligation de remanier le cadre de sociabilité de ses visites. Ce processus d’autonomisation et cette injonction à modifier la sociabilité de ses visites s’observent de façon très générale. A la bibliothèque pour enfants de la BPI, il apparaît que de l’âge de moins de six ans à la classe de quatrième, le taux de visites avec les parents ne cesse de diminuer au profit de la visite amicale ou en solitaire20. De façon imperceptible, un glissement s’opère entre la sociabilité maternelle ou parentale et la visite amicale ou solitaire, au fur et à mesure de la sortie de l’enfance. Ce processus d’autonomisation par rapport à la présence parentale ou maternelle s’impose et ne s’opère pas facilement. Il suppose un engagement minimum, une appropriation. La première explication à cette autonomisation résiderait donc dans l’injonction à changer, dans la norme de la sortie de la tutelle parentale. D’autre part, le passage d’une sociabilité maternelle à une sociabilité amicale ou solitaire s’accompagne du réabonnement à la bibliothèque du fait d’une sur-sélection : ceux qui restent ont réussi leur transition, ils étaient investis dans la bibliothèque. Leurs visites ont du sens indépendamment de la présence de leur mère.

La sociabilité amicale.

109A l’inverse, les jeunes peu intégrés ou peu engagés ont la possibilité de ne pas renouveler leur abonnement plutôt que de remanier le cadre de sociabilité de leurs visites. Autrement dit, si le remaniement des visites s’accompagne de la réinscription c’est parce que ceux qui ne parviennent pas à l’effectuer l’abandonnent. Pour demeurer au sein de cet équipement, les jeunes doivent remanier le cadre de sociabilité de leurs visites : ceux qui n’en changent pas s’exposent au « risque » de ne plus rester au sein de cet équipement culturel. Le remaniement du cadre de sociabilité des visites suppose un engagement dans la bibliothèque qui garantit le renouvellement de l’inscription en son sein.

Notes

1 Nous intégrons la visite en solitaire dans les modalités de sociabilité des visites. Venir seul intervient souvent en effet après d’autres modalités de visite (notamment avec la mère).

2 Par commodité et malgré son incorrection, nous utiliserons l’expression de « visite amicale », « visite fraternelle » et de « visite maternelle » pour désigner les visites en compagnie d’ami(e)(s), de frère(s) ou sœur(s) et de la mère.

3 M. Burgos, « Lectures privées et lectures partagées » in Pratiques, n° 80, décembre 1993, p. 78.

4 Cf. R. R. Powell, M. T. Taylor, D. L. McMillen, « Childhood socialization : its effect on adult library use and adult reading », in Library Quarterly, vol. 54. n° 3, 1984, p. 261.

5 F. de Singly, « La Lecture de livres pendant la jeunesse : statut et fonction » in M. Poulain (dir.), Lire en France aujourd’hui, Paris, Cercle de la librairie, 1993, p. 154. Voir aussi, F. de Singly, Le Soi, le couple et la famille, Paris, Nathan, 1996.

6 Dans la section précédente, nous avons décrit les relations mère-enfant telles qu’elles ne sont désormais plus. Pour cette raison, un seul et même entretien peut illustrer deux modalités de l’intervention maternelle.

7 J.-C. Chamboredon, J. Prévot, « Le Métier d’enfant », in Revue française de sociologie. XIV, 1973, p. 307.

8 Il faudrait mener des observations systématiques de couples mère-enfant en cherchant les variations associées à l’âge des enfants. Sur quoi insistent les mères ? Quels sont les moyens utilisés pour parvenir à leur fin ? Quelles sont les tactiques de détournement que mettent en œuvre les enfants ?

9 Si les mères (certaines d’entre elles) souhaitent conserver auprès d’elles leurs enfants, le plus longtemps possible, elles ne peuvent s’opposer à leur départ. S’ils restent trop longtemps au foyer familial, leur capacité d’autonomie sera remise en cause et cette incapacité pourra rejaillir sur leurs mères. Elles n’auront pas été en mesure d’élever leurs enfants de telle sorte qu’ils deviennent autonomes, leur travail maternel sera mis en question. Devant la nécessité de leur retrait, les mères s’inclinent ; cf. E. Maunaye, « La Chambre après le départ de l’enfant » in Dialogue, n° 127, 1er trim. 1995, p. 98-108.

10 Il s’agit bien de la sociabilité des visites et non des échanges autour de la lecture. Les jeunes peuvent renoncer à la bibliothèque qu’ils associent à la contrainte maternelle et mener une lecture dans leur réseau amical, hors de cet équipement culturel.

11 Depuis plusieurs années, on assiste à de nombreuses tentatives pour faire reconnaître la bande dessinée comme ouvrage à part entière : festivals, éditions en format livre de poche, etc. (cf. L. Boltanski, « La Constitution du champ de la bande dessinée » in Actes de la recherche en sciences sociales, n° l. 1975, p. 37-59). Si elle a franchi le seuil des bibliothèques, elle n’a pas encore été adoptée véritablement par les enseignants de français qui lui interdisent ainsi un accès égal à la reconnaissance dont bénéficie la littérature romanesque (que l’on peut elle-même différencier).

12 Il s’agit de classe de collège et lycée où l’enseignement musical occupe une part aussi grande (ou presque) que l’enseignement général.

13 Gilles a atteint une taille d’adulte et parle à présent avec une voix grave. Un fossé se creuse entre son apparence physique, la maturité qu’elle indique et la fréquentation d’un espace fréquenté par des « petits » (au double sens du terme).

14 L’utilisation de cette notion soulève une question théorique. Parler de « profit identitaire » supposerait que la construction de l’identité s’inscrive dans une logique de cumul, de capitalisation des attributs de cette identité. Or, il n’est pas certain que ce processus suive une telle logique. Par exemple, pour prendre des stéréotypes de supports de masculinité, est-ce qu’un homme qui lit une revue de football, s’intéresse à la chasse, fréquente les cafés avec des amis est (se considère et est reconnu) plus « homme » qu’un autre individu qui ne posséderait qu’un ou deux de ces attributs ?

15 Cf. infra, Un seul être vous manque...

16 A. O. Hirschman, Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Les éditions ouvrières, 1972, p. 100.

17 Son attachement à cette représentation de la lecture est sans doute surévalué du fait de la perception de l’enquêteur comme appartenant à l’univers de l’écrit scolaire. Si l’enquêteur avait été un copain, Sébastien aurait certainement moins développé son attachement à cette forme de lecture.

18 Cf. F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989, p. 16.

19 A ce propos, il serait intéressant de chercher à cerner les modifications induites par le passage des fichiers « papier » aux terminaux d’ordinateur sur l’accès et l’exercice de cette compétence.

20 Cf. J. Eidelman, M-C. Habib, R. Sirota, Balade en bibliothèque pour lecteurs en herbe, Paris, BPI, 1985, tableau p. 45.

Table des illustrations

Légende « Elle me laissait choisir et puis elle regardait d'autres livres. »
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende « Je regardais dans le rayon. Quand je voyais quelque chose, je prenais. »
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende La sociabilité amicale.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable