Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les adolescents et la bibliothèque

 | 
Claude Poissenot

Chapitre 3. Publics fidèles/publics fragiles

Texte intégral

1Plusieurs facteurs interviennent de façon conjointe dans l’attitude des adolescents qui se réinscrivent ou abandonnent la bibliothèque.

2Le sexe : moins nombreux à s’inscrire, les garçons quittent plus souvent la bibliothèque, connotée comme un univers féminin.

3La relation entre aînés et cadets : les aînés, initialement incités par leurs parents à fréquenter la bibliothèque, accompagnent ultérieurement leurs frères et sœurs cadets et leur donnent l’exemple. Les garçons acceptent plus facilement ce modèle de la part d’un frère aîné.

4L’exemple familial. « Lorsque la fréquentation de la bibliothèque s’inscrit dans un cadre familial depuis plusieurs années, elle devient un rituel auquel il est difficile d’échapper. »

5Le nombre de livres pour enfants possédés à domicile témoigne d’une « orientation culturelle des parents » qui se soucient de voir leurs enfants fréquenter régulièrement la bibliothèque. C’est l’intérêt des parents pour la lecture, plus que leur origine sociale ou leur niveau culturel, qui conditionne la réinscription de leurs enfants.

6Le rapport à l’école. Ce sont les bons élèves qui sont le plus fidèles à la bibliothèque et, parmi eux, ce sont les « bons en français » qui sont les fidèles entre les fidèles. La répartition des centres d’intérêts (Français / Histoire-Géographie / Mathématiques / Sport) recoupe souvent les performances scolaires : cinq ans après l’enquête, « les élèves, pas très bons et amateurs de mathématiques et de sport n’ont repris leur abonnement que dans un peu plus de quatre cas sur dix. A l’opposé, les très bons élèves (notamment en français) qui aiment beaucoup l’école restent inscrits dans trois cas sur quatre. »

7Les loisirs préférés.
« Bibliothèque et sport sont en relation antagoniste. » L’amour du sport, majoritairement masculin, va souvent de pair avec un retrait vis-à-vis de la lecture et de la bibliothèque. La fragilité du public sportif tient moins à son origine socio-culturelle qu’à son désir d’affirmer son identité sexuelle : les adolescents « s’adonnent à une activité qui, pour valider leur identité, doit s’opposer à d’autres activités intégrées à l’univers féminin. » La télévision ne concurrence la bibliothèque que pour un public limité : les téléspectateurs les plus fervents se réinscrivent moins souvent mais cette fragilité tient surtout à la distance de leurs parents vis-à-vis de la lecture.

8Le rapport à la lecture. Se réinscrivent les passionnés de lecture et les peu enthousiastes : pour ces derniers, c’est la stratégie des parents, attentifs à compenser la faible motivation de leurs enfants, qui explique leur réinscription.

9La pratique de la lecture joue aussi : la bibliothèque « sélectionne moins ses usagers selon l’intensité de leur goût pour la lecture qu’à partir du temps passé à lire. » La lecture de romans, valorisée par la bibliothèque, favorise la réinscription.

10Le rapport à la bibliothèque. L’ancienneté d’inscription est fondamentale : plus l’inscription est précoce, plus l’enfant se familiarise et s’approprie le lieu.

11Le croisement des facteurs conduit à distinguer cinq profils d’usagers : Les rebelles (24 %) : issus de milieu populaire, ils n’ont généralement pas bénéficié d’accompagnement familial. Ils sont éloignés de l’univers scolaire et des valeurs de la bibliothèque qu’ils quittent dans 60 % des cas. Les scientifiques (18 %). Leurs parents, d’origine populaire, les ont initié à la bibliothèque. Amateurs de sciences, ils apprécient l’école et la bibliothèque dont ils font un usage documentaire. L’insuffisance de l’offre dans le domaine scientifique, la concurrence du CDI rend compte de leur abandon (53 %).

12Les sous-tutelle (18 %). Malgré l’engagement de leurs parents vis-à-vis de la lecture et de la bibliothèque, ces jeunes restent que sous contrainte à la bibliothèque dont ils n’apprécient que les bandes dessinées. Ces garçons (71 %) opposent leur goût du sport à la lecture.

13Les littéraires : issus de milieux socio-culturels privilégiés, ils ont hérité de leurs parents le goût marqué de la lecture et de la littérature. Ils se partagent en distants (22 %), plus réservés vis à vis de la bibliothèque où ils viennent accompagnés de leurs parents, et en enthousiastes (18 %) : ce dernier groupe, très féminin, est encore plus littéraire que le précédent et renouvelle son inscription dans 68 % des cas.

14Le travail minutieux de reconstitution des trajectoires des jeunes inscrits sur cinq ans permet de mesurer l’ampleur de la non-réinscription. Ce phénomène était connu mais nous en proposons une estimation quantitative. Notre tâche ne se limite cependant pas à la mesure du phénomène de désertion de la bibliothèque.

  • 1 Comme l’affirme R. Aron (in La Sociologie allemande contemporaine, Paris, PUF, 1966, p. 82.), rappe (...)

15En effet, au constat de l’abandon d’une partie du jeune public, succède immédiatement la question du pourquoi de ce départ. En l’absence de travaux sur le sujet, plusieurs explications sont proposées par les bibliothécaires. La plupart insistent sur la dimension psychologique du passage à l’adolescence : les jeunes exprimeraient leur désir d’émancipation en rompant avec une institution qu’ils jugent appartenir à l’univers de l’enfance. Partant d’un autre point de vue disciplinaire (sociologique), nous ne pourrons valider ni invalider ce type de proposition. Nous concevons les explications sociologiques et psychologiques non comme exclusives ou concurrentes mais comme différentes. De même que l’érosion est inégale selon les bibliothèques, de même on peut chercher à différencier les publics fidèles des publics fragiles. Quelles sont les caractéristiques des jeunes qui tendent à limiter, ou au contraire à favoriser, le renouvellement de leur abonnement à la bibliothèque ? Refusant de penser le public comme une entité homogène, nous partons de l’idée que celui-ci est traversé de différences nombreuses et importantes. Il est dès lors difficile de promouvoir un élément au rang d’explication unique1. Ces écarts entre les jeunes membres de la bibliothèque expliquent leur plus ou moins grand empressement à demeurer inscrits.

  • 2 Précisons que nous tenons compte de la situation début 1996, quelle que soit la trajectoire suivie. (...)

16Notre raisonnement sera le même que celui qui nous a conduit à différencier la population des inscrits de celle des non-inscrits (cf. chapitre 1). Le principe de différenciation n’est plus, ici, l’inscription mais le renouvellement ou non de l’abonnement. Nous opposerons ainsi ceux qui sont toujours inscrits début 1996 (soit cinq ans après le début de l’enquête) à ceux qui ne le sont plus2. De la même façon, nous présenterons les différences à partir de regroupements de caractéristiques : les origines familiales (socio-culturelles), le rapport à l’école, à la lecture et à la bibliothèque. A travers l’examen successif de chacun de ces thèmes, nous souhaitons montrer que les raisons de la non-réinscription sont à chercher aussi bien à l’extérieur et loin de la bibliothèque qu’au sein même de cet équipement. Nous achèverons ce chapitre en tentant de hiérarchiser ces domaines.

Les origines familiales

17Quelles sont les caractéristiques respectives du public fragile et du public fidèle du point de vue des origines familiales ? L’environnement familial rend compte du maintien ou de l’abandon de l’abonnement. Il est nécessaire de cerner ce contexte de deux manières : par la position des jeunes dans la famille et par la position de la famille dans la hiérarchie sociale et culturelle.

L’identité sexuelle et la fratrie

  • 3 Par ce terme, nous désignons tout rassemblement sous un même toit, de parent(s) et d’enfant(s), de (...)

18Chaque famille3 diffère des autres. Les traits qui les distinguent sont très nombreux et nous ne sommes pas en possession de toutes les informations nécessaires. Notre description repose sur la sélection de deux signes distinctifs : la taille de la fratrie (nombre de frères et sœurs, écarts d’âge entre celui interrogé et celui qui le suit ou le précède, position du jeune interrogé dans la fratrie) et sa composition sexuelle (part de garçons et de filles, identité sexuelle des jeunes interrogés et de l’enfant qui vient juste avant ou juste après eux).

Un univers plutôt féminin

19Le public fidèle se distingue du public fragile d’abord par son identité sexuelle. Les filles ont plus souvent renouvelé leur abonnement que les garçons. Loin de s’atténuer, la féminisation du public s’accroît avec l’âge. Non seulement les garçons sont moins nombreux au départ ils représentent 40 % de la cohorte mais, en plus, ils abandonnent plus fréquemment la bibliothèque. Nous assistons peut-être à un effet boule de neige : la surreprésentation féminine initiale favoriserait l’abandon des garçons. Ces derniers rencontrent un univers plutôt féminin, que ce soit au niveau du public ou du personnel. Venant moins souvent que les filles à la bibliothèque (22 % vont à la bibliothèque rarement ou tous les mois contre 16 % des filles), ils sont plus souvent entourés de filles quand ils s’y rendent. Quant au personnel, dans les six bibliothèques de notre échantillon, les bibliothécaires pour enfants sont toutes des femmes. Il ne s’agit pas pour nous de poser la surreprésentation féminine comme cause définitive de l’abandon plus fréquent des garçons, mais simplement de laisser entendre que le marquage sexuel de l’institution favorise peut-être le désengagement de certains garçons à la recherche d’une validation masculine de leur identité sexuelle. A l’inverse des filles, les garçons trouvent plus difficilement à la bibliothèque un lieu de reconnaissance de leur identité sexuelle par leurs pairs.

  • 4 Logiquement, on exclut de l’analyse les enfants uniques qui sont à la fois aînés et derniers. Ils r (...)

20La deuxième caractéristique familiale importante pour distinguer public fidèle et public fragile réside dans le rang occupé par les jeunes dans la fratrie4. Les aînés restent plus souvent membres de la bibliothèque que leurs frères ou sœurs. Ils semblent montrer la voie à leurs cadets ; leur réinscription prend de l’importance pour leurs parents qui les prennent davantage en charge. Leur dernière visite s’est déroulée avec au moins un parent nettement plus souvent que les jeunes derniers de leur fratrie (47 % contre 28 %). L’intervention parentale est aussi perceptible par le fait que les jeunes qui ne sont pas les derniers sont d’autant plus réinscrits que l’écart d’âge avec leur frère ou sœur suivant est faible. L’exemple fraternel devient lointain quand l’écart équivaut ou dépasse cinq ans ; les parents insisteraient alors moins pour demander la réinscription. Ayant introduit leur premier enfant à la bibliothèque, ils le chargeraient de ce travail pour ses frères et sœurs plus jeunes. C’est ainsi que les cadets (ni aîné ni dernier) se rendent plus souvent à la bibliothèque avec leur frère ou sœur que les aînés ou les derniers (respectivement 30 % contre 13 % et 17 %). Ils sont guidés par leurs aînés ou guident leur cadet. Conscients de cette responsabilité particulière, les aînés (au contraire des derniers) savent que leur abandon risque de fragiliser la situation de leurs cadets. Mais surtout, leur charge accroît leur attachement à la bibliothèque. Ils font état d’un goût plus fréquent pour l’ambiance du lieu grâce auquel ils acquièrent cette responsabilité. Ainsi, la position des jeunes dans leur fratrie se révèle déterminante non seulement dans leur rapport à la bibliothèque mais aussi dans la pérennité de leur inscription.

21Le rang occupé dans la fratrie ne recouvre pas la même réalité que la taille de la fratrie mais le premier dépend de la seconde. Etre aîné dans une famille de deux enfants ne revêt pas exactement le même sens qu’être aîné d’une famille de six. Avant d’entrer dans ce type de considération, il faut s’interroger sur l’incidence de la taille de la fratrie sur la réinscription à la bibliothèque. Il s’agit d’une caractéristique secondaire de la partition du public entre fidèles et fragiles. La seule taille de la fratrie ne parvient pas à accroître ou diminuer la fréquence de la réinscription. En revanche, elle devient clivante quand elle est combinée avec le rang du jeune interrogé. Par exemple, les filles aînées ont renouvelé leur abonnement plus fréquemment quand elles sont issues d’une famille d’au moins trois enfants que si elles n’ont qu’un frère ou une sœur (73 % contre 63 %). Avec la taille de la fratrie, augmenterait la responsabilité de l’exemple et diminueraient alors les risques de déserter la bibliothèque.

22La composition sexuelle de la fratrie permet de distinguer les cas où les garçons sont aussi nombreux que les filles et ceux où on observe une domination, voire une exclusivité, masculine ou féminine. Comme la taille de la fratrie, il s’agit d’une caractéristique secondaire puisqu’elle ne se traduit pas par une variation significative de la fréquence de la réinscription. Cependant, dans une fratrie composée à parité de filles et de garçons, ceux-ci renouvellent moins leur abonnement que dans une fratrie où l’un des deux sexes l’emporte numériquement. Non vérifiée chez les filles, cette relation tendrait à montrer les garçons davantage influencés par la composition sexuelle de la fratrie. Les cas de parité garçons/filles étant principalement constitués de fratries de deux enfants (84 %), l’abandon masculin apparaît comme une manifestation de souhait d’autonomie. Si leur sœur est plus âgée, ils tiennent à ne plus dépendre d’elle tant pour les visites que pour le choix des livres. Le départ de la bibliothèque prendrait place dans un processus de différenciation entre frère et sœur. La plus grande sensibilité des garçons à la composition sexuelle de la fratrie apparaît aussi si on tient compte du sexe de l’enfant précédant celui interrogé. Quand les jeunes ont un frère aîné plutôt qu’une sœur, ils ont plus de chances de rester inscrits (55 % contre 42 %). Leur frère a su leur montrer les ressources que pouvait offrir la bibliothèque à un jeune garçon. De plus, ils n’ont pas à construire leur identité sexuelle par opposition à leur sœur ; la bibliothèque est donc moins victime d’un abandon lié à la volonté de se distinguer de sa sœur.

23Les caractéristiques de la fratrie structurent les chances de demeurer à la bibliothèque cinq ans après le début de l’enquête. Pour prendre la mesure de leur importance, nous pouvons mettre en regard les garçons derniers de leur fratrie, à parité composée de garçons et de filles, réinscrits dans un peu moins d’un cas sur trois et les filles aînées d’une fratrie d’au moins trois enfants qui ont renouvelé leur abonnement dans presque trois cas sur quatre. Alors que les filles sont plus sensibles à la taille de la fratrie et à la position qu’elles occupent en son sein, les garçons reprennent ou non leur abonnement plutôt en fonction de la composition sexuelle de la fratrie.

L’exemple familial

24Quand on pense aux origines familiales, notamment à propos de lecture et de fréquentation de la bibliothèque, on se refère à la position sociale des parents : « pas étonnant que ce soit un grand lecteur quand on voit la profession des parents ! » Nous allons montrer que c’est moins la place des parents dans la hiérarchie sociale qui rend compte de la réinscription que leur engagement dans certaines pratiques culturelles, au premier rang desquelles la lecture.

25Conformément aux résultats déjà mis à jour, le premier critère pour partager public fidèle et public fragile réside dans l’inscription familiale. Les jeunes lecteurs, dont les parents, les frères et les sœurs étaient inscrits en 1991, sont toujours inscrits en 1996 plus souvent que ceux dont les parents et/ou les frères et sœurs ne le sont pas (62 % contre 48 %). L’exemple familial montre son efficacité au-delà de l’âge de 12 ans. Quand la fréquentation s’inscrit dans un cadre familial depuis plusieurs années, elle devient une sorte de rituel auquel il est difficile d’échapper. La visite à la bibliothèque est intégrée dans l’ensemble des habitudes, ce qui rend la réinscription toujours à l’ordre du jour. Ce qui vaut au niveau familial vaut au niveau fraternel. Mais signalons que l’exemple donné par les frères ou sœurs dépend de leur position dans la fratrie. L’inscription d’un frère ou d’une sœur cadette n’accroît presque pas les chances d’être toujours inscrit aujourd’hui (56 % contre 52 %). En revanche, le fait d’être précédé d’un frère ou d’une sœur inscrits augmente considérablement les chances de renouvellement (55 % contre 29 %). L’exemple fraternel est donc bien incarné par les aînés plutôt que par les cadets. Les aînés introduisent leur cadet dans cet espace particulier par ses normes, ses règles et son fonctionnement. Ils donnent du sens à cette pratique (la meilleure preuve du sens de la visite : ils y vont). La position de frère aîné fournit une caution à son discours tout en échappant au caractère parfois contraignant des injonctions parentales.

  • 5 P. Bourdieu, « Les Trois états du capital culturel » in Actes de la recherche en sciences sociales,(...)

26La réinscription dépend aussi de l’investissement des parents dans la lecture de leurs enfants. Nous mesurons ici cet engagement par le nombre de livres pour enfants présents dans le fonds familial. La présence de livres dans l’univers domestique compte moins que celle de livres pour enfants : le nombre total de livres à la maison ne constitue qu’un critère secondaire de partage. A l’inverse, les jeunes dont les parents estiment posséder un fonds minimum de 100 livres « jeunesse » demeurent plus souvent inscrits que ceux qui en possèdent moins. Un tel résultat pourrait paraître paradoxal puisque le fonds domestique devrait entrer en concurrence avec celui de la bibliothèque. En fait, le nombre de livres pour enfants permet de mesurer l’engagement des parents dans la fréquentation enfantine de la bibliothèque. Les détenteurs d’un gros fonds « jeunesse » sont plus souvent inscrits avec leurs enfants et les accompagnent davantage lors de leurs visites. De la même façon qu’ils achètent beaucoup de livres pour leurs enfants, ils se préoccupent de leur fréquentation de la bibliothèque. Le nombre de livres possédés ne se réduit pas à un indicateur du « capital culturel à l’état objectivé5 », c’est aussi un indicateur de l’importance attribuée par les parents à la lecture. Il signale moins un état, une situation statique (le capital) qu’une orientation culturelle.

Aimer lire : dans ou hors les murs de la bibliothèque ?

27Le goût des parents pour la lecture ne divise pas nettement le jeune public entre fidèles et fragiles. En revanche, la satisfaction de ce goût à l’intérieur ou à l’extérieur de la bibliothèque conditionne la réinscription. Quand les parents sont, avec leurs enfants, membres de la bibliothèque, qu’ils ont beaucoup de livres pour enfants et aiment tous les deux beaucoup lire, leurs enfants ont plus de trois chances sur quatre d’être toujours abonnés cinq ans après le début de l’enquête (77 %). Ils suivent les traces de leurs parents : pour les deux générations le goût pour la lecture se développe dans les murs de la bibliothèque. A l’inverse, un quart de l’échantillon est composé de parents au profil particulier. Au plus, un des deux parents et/ou un frère ou sœur se sont inscrits ; les parents aiment beaucoup ou assez lire et possèdent au moins 100 livres au total. Pour ces parents le goût de lire n’implique pas la fréquentation de la bibliothèque qui apparaît comme facultative à la pratique de la lecture. Les jeunes issus d’un tel environnement familial ont renouvelé leur abonnement seulement dans un peu plus de quatre cas sur dix (43 %).

28La première population, qui combine goût pour la lecture et inscription familiale, représente un peu moins de 10 % de l’échantillon. Les parents ont entrepris de longue date de montrer à leurs enfants comment le goût de lire se développe à la bibliothèque. Ils les ont inscrits plus tôt (avant 6 ans). Ils continuent à dispenser leur apprentissage puisqu’au moment de l’enquête, ils accompagnent toujours deux fois plus souvent que les autres leur enfant à la bibliothèque. Cette socialisation littéraire se traduit par un plus grand investissement temporel des enfants dans la lecture ainsi que par un goût plus prononcé pour cette pratique. Elle a aussi des retombées dans le rapport à la bibliothèque : ces jeunes aiment davantage l’ambiance et ont répondu plus tôt au questionnaire. L’acquisition, grâce à leurs parents, d’une familiarité avec la bibliothèque rend compte de leur réinscription plus fréquente. Le recours à la bibliothèque comme la tentation des parents à contourner ses services demandent à être confrontés à la position des parents dans la hiérarchie culturelle. Dans le premier cas, les parents entendent compenser leur position moins favorable par le recours à une institution spécialisée ayant voix au chapitre dans la production des valeurs culturelles. A l’inverse, le contournement s’observe chez des parents légèrement plus diplômés (les deux tiers ont un diplôme supérieur au DEUG contre six sur dix).

29Entre ces deux extrêmes s’intercalent des positions intermédiaires. Le clivage entre public fragile et public fidèle passe par le degré d’appropriation de la bibliothèque par les parents : quand ils intègrent la bibliothèque dans leur entreprise de fabrication de jeunes lecteurs, ceux-ci lui sont davantage fidèles que lorsque les parents contournent cet équipement culturel.

L’origine sociale et culturelle sans effet

  • 6 P. Bourdieu, A. Darbel, L’Amour de l’art, Paris, Ed. de Minuit, 1969, p. 51.

30Les enquêtes sur les pratiques culturelles montrent comment la position dans la hiérarchie culturelle prédit la nature et l’intensité de la pratique. P. Bourdieu et A. Darbel affirment : « Tout semble indiquer que les lois qui régissent la fréquentation des musées valent aussi pour les autres pratiques culturelles, bien que l’action des facteurs secondaires (la résidence ou les revenus par exemple) puisse affecter la relation fondamentale entre le niveau d’instruction et chacune des pratiques considérées6. » Etant donné l’accumulation de résultats convergents, la position occupée par la famille dans la hiérarchie sociale et culturelle ne distingue-t-elle donc pas le public fragile du public fidèle ? Quel que soit le niveau de diplôme des parents, la tendance à renouveler son abonnement reste étonnamment stable (54 % chez les jeunes de parents très diplômés, 48 % chez ceux de parents assez diplômés et 51 % pour ceux de parents peu diplômés). De ce fait, il semble difficile de faire du niveau d’instruction le principal principe explicatif de la réinscription ou de l’abandon. On observe une désertion un peu plus fréquente chez les jeunes de milieu populaire par rapport à ceux de milieu moyen ou supérieur (55 % contre 45 %). L’origine populaire paraît la moins propice à la réinscription. Mais parmi les jeunes de milieu populaire, quelles sont les caractéristiques de la famille d’origine qui favorisent la réinscription ? Contrairement à ce que nous pouvions attendre à partir des résultats déjà obtenus, l’exemple parental en matière d’inscription se révèle sans effet. Pour qu’il devienne efficace, il faudrait qu’il apparaisse dans un univers social qui lui corresponde. Les milieux populaires ne s’approprieraient pas cette institution culturelle. Fréquenter la bibliothèque ne serait pas une pratique « normale », habituelle. L’exemple parental ne recevrait pas la validation du milieu social d’appartenance et ne parviendrait ainsi pas à maintenir les jeunes dans la bibliothèque. Autre surprise : les jeunes dont les parents n’aiment pas, ou peu, lire renouvellent davantage leur abonnement que ceux dont au moins un parent déclare aimer assez lire (49 % contre 32 %). De même, les jeunes dont les parents sont les moins diplômés ont un peu plus souvent repris leur abonnement que les autres (47 % contre 38 %). Ces deux résultats convergent pour indiquer que le public populaire le plus fidèle se recrute dans les fractions les moins proches de l’univers de la bibliothèque. En revanche, le souci de disposer d’un fonds important de livres de jeunesse à la maison se traduit par une réinscription plus fréquente. Comme si la bonne volonté comptait davantage que le niveau des parents dans la hiérarchie culturelle.

Le rapport à l’école

31Lors de la comparaison du public des bibliothèques avec les autres jeunes du même âge, nous avons mis à jour les passerelles qui relient l’univers scolaire à celui de la bibliothèque. Les inscrits se distinguent par un meilleur niveau et par un goût plus prononcé pour l’école. Un tel résultat nous incline à penser que le rapport à l’école constitue un moteur de la partition entre public fidèle et public fragile. Cependant, l’opposition entre la population des inscrits et celle des non-inscrits ne ressemble pas nécessairement à celle entre les jeunes toujours inscrits et ceux qui ne le sont plus. En effet, une bonne partie des non-inscrits est composée de jeunes qui n’ont jamais fréquenté la bibliothèque ce qui n’est pas le cas des non-réinscrits.

De très bons élèves

  • 7 Nous avons mis en relation le niveau déclaré en français avec celui déclaré à l’école (c’est-à-dire (...)

32La position dans la hiérarchie scolaire contribue à distinguer le public fragile et le public fidèle. Les élèves qui se déclarent très bons à l’école restent davantage inscrits que ceux qui n’ont pas leur niveau (63 % contre 49 %). Et si l’on se fie non aux propos des jeunes mais à leur trajectoire scolaire, la tendance reste inchangée : ceux qui ont redoublé au moins une fois ont quitté la bibliothèque plus souvent que ceux d’âge normal ou en avance à l’école (42 % contre 54 %). Demeurent en priorité les brillants éléments. Leur aisance à l’école, leur proximité des valeurs scolaires facilitent leur réinscription. Peu à peu, la bibliothèque voit partir ses membres les moins à l’aise avec l’institution scolaire : la part de jeunes ayant au moins un an de retard passe de 13 % à 10 % entre le début et la fin de l’enquête alors que dans le même temps la part des très bons élèves passe de 20 % à 24 %. L’érosion du public en difficulté scolaire concerne les jeunes issus de parents très diplômés où le taux de très bons élèves augmente de 6 points mais aussi ceux dont les parents sont le moins diplômés (le taux de jeunes ayant déjà redoublé diminue de 8 points). La sélection des meilleurs présente le risque de s’auto-nourrir puisque les jeunes en difficulté scolaire peuvent se sentir de plus en plus étrangers par rapport aux autres usagers de la bibliothèque. Si, dans son ensemble, l’excellence scolaire en général protège de la non-réinscription, celle en français produit le même résultat. Les très bons élèves en français renouvellent leur abonnement plus souvent que les autres (63 % contre 49 %). La conception scolaire de la lecture et notamment du corpus des œuvres valorisées ne recouvre pas parfaitement celle développée dans les bibliothèques. Néanmoins, le commun l’emporte sur le différent puisque les très bons élèves, c’est-à-dire ceux qui se situent au sommet de l’échelle des valeurs littéraires promues par l’école, restent fidèles à la bibliothèque plus que les autres. La spécialisation littéraire de l’excellence scolaire ne se traduit pas par une pérennité accrue de l’inscription. Les jeunes meilleurs en français qu’à l’école en général ne sont pas plus fidèles à la bibliothèque que ceux qui sont meilleurs à l’école qu’en français ou encore que ceux de niveau comparable7. Du point de vue de la pérennité de l’inscription, la spécialisation littéraire de l’excellence scolaire compte moins que l’excellence scolaire elle-même.

Des littéraires

33La spécificité de l’orientation littéraire dans la limitation de la désertion des jeunes se révèle décisive non pas tant sur le plan de l’excellence que sur celui du goût pour cette discipline. Les jeunes pouvaient exprimer leur préférence pour deux disciplines parmi les quatre suivantes : le français, les mathématiques, l’histoire-géographie et le sport. Ceux qui, en 1991, ont choisi le français restent en 1996 plus souvent inscrits que ceux qui n’ont pas fait ce choix (58 % contre 50 %). L’orientation affirmée vers l’âge de 10-11 ans a eu le temps de se traduire dans des comportements de lecteurs et des intérêts qui rendent plus probable le renouvellement de l’inscription.

34C’est le clivage entre « littéraires » et « scientifiques » qui opère dans le partage entre public fidèle et public fragile. Les jeunes amateurs de mathématiques ont moins souvent repris leur carte à la bibliothèque que les autres (49 % contre 57 %). Afin de bien montrer l’incidence de la polarisation des goûts, remarquons que l’ordre de déclaration des préférences se révèle décisif : les jeunes qui disent préférer le français en premier et les mathématiques en second demeurent davantage inscrits que ceux qui ont choisi ces deux mêmes disciplines dans l’ordre inverse (66 % contre 54 %). C’est là une spécificité puisque les autres combinaisons aboutissent à des fréquences comparables quel que soit l’ordre de préférence exprimé. Les jeunes s’identifient, ainsi, à l’une ou l’autre des catégories de « matheux » ou de « littéraires ».

35Une ligne de clivage secondaire passe entre l’histoire-géographie et le sport. Le goût pour l’histoire-géographie accroît un peu les chances de réinscription alors que le goût pour le sport produit l’effet contraire. Le premier parviendrait à être assouvi grâce au large choix de documentaires, mais les amateurs de sport ne trouveraient pas un fonds équivalent pour suffire à leur demande. Cause ou conséquence, leur demande est peut-être aussi moins forte.

36Ces deux lignes de clivage se combinent : les amateurs d’histoire-géographie et de français ont repris leur abonnement sensiblement plus souvent que ceux qui penchent pour le sport et les mathématiques (61 % contre 45 %). La seule exception notable concerne la combinaison des mathématiques avec le français. Les 5 % de jeunes avouant ces goûts tiennent ensemble les contraires et doivent la fréquence élevée de leur réinscription (66 %) à leur participation à l’élite scolaire. Le goût pour le français s’oppose au goût pour les mathématiques dans le cadre de la polarisation des disciplines scolaires mais ces deux disciplines ont en commun plus que l’histoire-géographie et le sport de contribuer à la fabrication de l’élite scolaire.

37Malheureusement pour la bibliothèque, les goûts scolaires qui fidélisent le public sont moins répandus que ceux qui le fragilisent : 37 % des jeunes déclarent préférer le français et 46 % l’histoire-géographie contre 55 % les mathématiques et 62 % le sport. Une politique de fidélisation pourrait prendre pour cible les jeunes aux intérêts sportifs ou scientifiques. Ce serait peut-être aussi un moyen de limiter l’érosion du public de garçons. Ceux-ci se manifestent par un goût beaucoup plus rare pour le français et retiennent davantage les mathématiques et le sport. La féminisation du public passe par la promotion de goûts plus fréquents chez les filles (la littérature) au détriment des centres d’intérêt plus masculins (le sport, les sciences). Il faudrait mettre à jour les modalités par lesquelles les bibliothèques promeuvent effectivement les goûts féminins. S’agit-il de : La politique d’acquisition (fiction/documentaires, nature des périodiques, etc.) ? Les expositions de livres ? Les conseils dispensés ? Dans cet objectif, il conviendrait de comparer plusieurs bibliothèques différentes sous ce rapport, afin de vérifier si varie aussi leur capacité à conserver leur public masculin.

38Le rapport à l’école comporte deux dimensions qui, toutes deux, contribuent à distinguer publics fidèle et fragile. La première (verticale) concerne la position occupée par les jeunes dans la hiérarchie scolaire. La seconde (horizontale) ne porte pas sur le niveau d’excellence mais sur les goûts disciplinaires. Leur combinaison permet de constater qu’elles cumulent leurs effets pour engendrer un surcroît ou un moindre niveau de réinscription. Les élèves moyens et amateurs de mathématiques et de sports n’ont repris leur abonnement que dans un peu plus de quatre cas sur dix. A l’opposé, les très bons élèves en général, et en français en particulier, qui aiment beaucoup l’école sont toujours inscrits dans trois cas sur quatre. Isolé, le goût pour l’école ne se traduit pas par une prime à la pérennité de l’inscription. C’est quand il s’accompagne d’un excellent niveau scolaire qu’il tend à augmenter la fidélité à la bibliothèque.

Les loisirs

  • 8 F. de Singly, Le Soi, le couple et la famille, Paris, Nathan, 1996, p. 127.

39Incontournable institution qui structure une partie de l’existence des jeunes, l’école constitue une dimension importante de la comparaison entre public fidèle et public fragile. Mais l’institution scolaire n’a pas le monopole de la définition des enfants, elle doit composer avec la sphère de l’épanouissement personnel. « L’enfant doit devenir lui-même, tout en respectant les obligations scolaires8. » Les jeunes ne sont pas seulement engagés dans la lutte sur le marché scolaire. Ils entrent dans un âge consacré à la formation et l’affirmation d’une identité personnelle. Les loisirs forment un support en même temps qu’un moyen pour construire et affirmer leur identité personnelle c’est-à-dire aussi ce qui les distingue des autres.

40L’examen des loisirs des jeunes permet d’apprécier en quoi la bibliothèque sélectionne également ses usagers à partir de ces pratiques. Plus simplement, les jeunes investis dans certains loisirs tendent-ils à déserter davantage la bibliothèque que ceux engagés dans d’autres ? Spécifiquement, la télévision est-elle bien un « ennemi » de la bibliothèque ?

Le sport contre la bibliothèque

41A l’école, nous avons montré que le goût pour le sport tendait plutôt à dissuader les jeunes de renouveler leur abonnement. Ce constat déborde le seul contexte scolaire : les jeunes qui font du sport un de leurs deux loisirs préférés, quittent plus souvent la bibliothèque que ceux qui choisissent d’autres activités. Bibliothèque et sport sont en relation antagoniste. La fidélité ou l’engagement dans l’une semble incompatible avec la fréquentation de l’autre. A partir des questions sur le goût pour le sport, la préférence pour le sport à l’école et l’inscription à un club, nous avons construit une échelle d’engagement dans le sport. A une extrémité nous regroupons ceux qui ne rassemblent aucune de ces caractéristiques. A l’autre, les jeunes réunissant goût pour le sport, préférence pour cette discipline scolaire et inscription à un club. Entre les deux, ceux qui totalisent une ou deux caractéristiques sur les trois possibles. Les jeunes se réinscrivent d’autant plus qu’ils sont moins engagés dans le sport (respectivement 43 %, 55 % et 63 %). Etre engagé dans un sport, aimer cette activité et en faire sa discipline scolaire préférée signale un puissant investissement dans cette activité. Les jeunes dans cette situation adoptent des comportements différents de leurs camarades non-sportifs. Ces comportements associés au sport rendent compte de leur abandon plus fréquent de la bibliothèque : ils ont un rapport moins passionné à la lecture puisqu’ils préfèrent moins souvent cette pratique. Leurs goûts et leur pratique sont orientés vers une lecture de la bande dessinée au détriment des romans. Leur niveau d’investissement temporel dans la lecture est plus modéré. L’engagement dans le sport se manifeste par une lecture un peu moins intensive, un goût plus modéré et moins en accord avec le système de valeurs de la bibliothèque. Derrière cette opposition entre sportifs et non-sportifs, ne se cache-t-il pas un clivage en termes de recrutement social ? Les sportifs ne sont-ils pas d’une origine culturelle plus éloignée de l’univers de la bibliothèque ? Les parents des non-sportifs sont moins diplômés et moins souvent de milieu supérieur. Les jeunes très investis dans le sport ne se recrutent pas dans le public populaire. Leurs parents expriment un goût plus vif pour la lecture. La fragilité du public sportif ne tient donc pas à son recrutement dans la hiérarchie sociale et culturelle.

  • 9 Si la catégorie générique « le sport » appartient au monde des garçons, cela ne signifie pas que to (...)

42En revanche, sportifs et non-sportifs ne se ressemblent pas du point de vue de l’identité sexuelle. Chez les premiers, les garçons sont cinq fois plus nombreux que chez les seconds (63 % contre 13 %). Le sport fait partie intégrante de la construction des identités socio-sexuées. C’est une activité prenant plutôt9 place dans l’univers masculin. La fragilité du public de sportifs trouve une partie de sa source dans la partition des activités selon l’identité sexuelle des jeunes. Les jeunes garçons s’adonnent à une activité qui, pour valider leur identité, doit s’opposer à d’autres activités intégrées à l’univers féminin. La lecture fait partie de ces activités à la connotation féminine. La bibliothèque est incluse dans ce jeu d’oppositions : elle prend place dans l’univers féminin ce qui lui vaut de se couper du public sportif.

La télévision ou l’environnement qui l’accompagne ?

  • 10 Cf. A.-M. Chartier & J. Hébrard, Discours sur la lecture, Paris, BPI, 1989.
  • 11 Par exemple, cf. F. Dumontier, F. de Singly, C. Thélot « La Lecture moins attractive qu’il y a 20 a (...)

43Depuis sa large diffusion, la télévision fait l’objet de discours la désignant comme responsable de bien des maux. Elle offre une cible de choix et devient une sorte d’ennemi commun rendant possible la réunion de points de vue divergents. Si les discours de l’école et des bibliothécaires10 ne résonnent pas à l’unisson, ils convergent pour rendre la télévision responsable de la baisse de la lecture. En réalité, les relations entre ces deux moyens d’information se révèlent plus complexes que les rapides mises en accusation11 ne le laissent penser.

44Selon le sens commun, la bibliothèque pourrait bien être « victime » de la « captation » des jeunes par la télévision. Sa néfaste influence s’étendrait de la lecture vers la bibliothèque. En effet, les jeunes qui regardent tous les jours la télévision pendant plus d’une heure sont moins nombreux à se réinscrire que ceux qui ne la regardent que rarement ou jamais. La pérennité de l’inscription à la bibliothèque du public de la télévision apparaît plus fragile. Aux deux extrémités se font face d’un côté les jeunes qui font de la télévision leur loisir préféré et la regardent plus d’une heure tous les jours, de l’autre, ceux qui l’apprécient peu et ne la regardent que rarement ou jamais (41 % des premiers sont toujours inscrits contre 61 % des seconds). Bien sûr, il reste des gros téléspectateurs à la bibliothèque mais la tendance est bien au départ des jeunes appartenant à cette catégorie.

45Comment l’écoute de la télévision peut-elle entrer en contradiction avec l’inscription à la bibliothèque ? La comparaison des populations aux deux extrémités de l’engagement télévisuel nous éclaire sur les passerelles possibles entre télévision et bibliothèque. Les fervents téléspectateurs se distinguent nettement des autres par leurs origines familiales. Leurs parents, moins attachés à la lecture, interviennent moins dans la lecture de leurs enfants. Ils ont globalement moins de livres mais surtout moins de livres pour enfants. Sans doute par manque d’intérêt, ils fréquentent moins la bibliothèque avec leurs enfants. Leur distance à l’égard d’un équipement culturel chargé de promouvoir une pratique qui ne les enthousiasme pas doit être rapprochée de leur position inférieure dans la hiérarchie sociale et culturelle : ils sont moins diplômés et plus souvent de milieu populaire. La télévision ne concurrence pas directement la bibliothèque. La fragilité des téléphiles tient moins de leur pratique télévisuelle elle-même que de la distance des parents à l’égard d’une certaine forme de culture, celle valorisée dans le cadre de la bibliothèque. A l’appui de cette conclusion se trouve le fait que chez les parents moyennement ou très diplômés, les jeunes qui regardent la télévision tous les jours ne sont pas moins réinscrits que ceux qui la regardent plus épisodiquement.

46L’opposition entre télévision et bibliothèque existe, mais elle concerne deux populations extrêmes autant que limitées en nombre à elles deux, elles représentent à peine un cinquième de l’échantillon. Il n’est donc pas possible de systématiser une explication de la non-réinscription des jeunes à la bibliothèque à partir de la concurrence de la télévision. Si elle convient dans certain cas, cela concerne plutôt l’exception que la règle.

Bibliothèque et pratiques culturelles : cumul ou concurrence ?

  • 12 F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989, p. 22.

47Dans Lire à 12 ans, F. de Singly montre que les jeunes de milieu supérieur ont plus souvent que les autres des pratiques institutionnalisées de loisirs extra-scolaires. Il analyse ce phénomène comme le produit d’une stratégie d’« évitement de la télévision12. » Même si ce n’est pas son seul objectif, l’inscription à une activité artistique remplit cette fonction d’évitement avec succès. Les jeunes inscrits à une activité de ce type appartiennent plus souvent à un ménage ne disposant pas de la télévision. Et quand ils en disposent, leur écoute se fait plus rare.

48Du point de vue de la réinscription, l’engagement des jeunes dans les pratiques culturelles assure-t-il plutôt une protection ou bien fait-il office de concurrent ? Entre ces deux situations, la troisième voie consiste en la neutralité. Nous l’observons ici puisque ceux qui font de la pratique artistique leur loisir préféré ne sont ni plus ni moins souvent inscrits que ceux qui optent pour d’autres loisirs.

  • 13 Cf. F. Dumontier, F. de Singly, C. Thélot, art. cit., p. 71.

49Le principe de cumul des activités de loisirs repose sur l’idée que plus les acteurs sont impliqués dans des activités, plus ils ont de chances d’en pratiquer d’autres. C’est ainsi que la relation a été établie entre lecture et pratiques de loisirs : plus les personnes pratiquent d’activités, plus nombreuses elles sont à lire13. Or, la fréquentation de la bibliothèque ne répond pas à cette logique : les jeunes inscrits à une activité artistique sont un peu moins souvent réinscrits que ceux qui ne le sont pas. L’encadrement institutionnel de la pratique artistique s’accompagnerait d’une réticence à encadrer (de façon moins directive peut-être) les pratiques de lecture. Par l’absence d’horaires fixes pour sa fréquentation comme par le caractère informel du contact avec les professionnels, la bibliothèque se distingue des autres pratiques artistiques dans lesquelles les jeunes peuvent être engagés. Ces différences expliquent en partie que l’on n’observe pas de cumul de la fréquentation de la bibliothèque avec l’inscription à une activité artistique. Cette « contradiction » ne s’observe cependant pas toujours. La concurrence se manifeste uniquement chez les parents très ou moyennement diplômés. A l’inverse, chez les. parents peu diplômés, la tendance serait plutôt à constater un effet de cumul. Dans les deux cas, le fait d’être inscrit à une activité artistique va de pair avec des parents plus familiers de la lecture (ils aiment mieux lire et possèdent davantage de livres) et des enfants moins amateurs de sport (ce sont plus souvent des filles). Ces caractéristiques communes débouchent sur une réinscription moins fréquente quand les parents sont très ou assez diplômés et plus fréquente lorsqu’ils sont peu diplômés. Dans ce dernier cas, l’inscription à une activité artistique prend alors le sens d’une aisance accrue avec les valeurs culturelles, transposable dans la fréquentation de la bibliothèque.

Un espace des loisirs hétérogène

50Sport, télévision, activité artistique, des loisirs différents produisant des effets différents sur la réinscription des jeunes. Etudiés séparément jusqu’ici, nous les rassemblons maintenant afin de synthétiser les rapports entre la position des jeunes dans l’espace des loisirs et leur fréquentation de la bibliothèque. Pour cela, nous avons élaboré une typologie permettant de repérer trois attitudes contrastées à l’égard des loisirs. L’échantillon se répartit en trois à partir du degré de ressemblance et de différence de chaque individu avec tous les autres du point de vue des questions portant sur les trois loisirs déjà étudiés.

Tableau III. 1. Présentation des caractéristiques ayant servi à la fabrication de la typologie.

Tableau III. 1. Présentation des caractéristiques ayant servi à la fabrication de la typologie.

51Le premier type regroupe un jeune sur quatre. Nous les désignons sous le terme de « sportifs » tant il est vrai que c’est la dimension qui se trouve au cœur de ce type : tous préfèrent le sport comme activité de loisirs et ils sont plus souvent membres d’un club. Cette activité prévaut sur toute autre considération puisque ces jeunes choisissent le sport comme discipline scolaire préférée et les émissions sportives à la télévision. Pour ces jeunes il s’agit plutôt de garçons le goût pour le sport s’oppose à celui pour la télévision ou pour les activités artistiques. Leur enthousiasme sportif est exclusif puisqu’ils sont systématiquement moins nombreux à mentionner une préférence pour une autre activité de loisir. Leur passion pour le sport naît dans un environnement familier du livre et de la lecture : assez diplômés et de milieu supérieur, les parents aiment tous les deux beaucoup lire, ils possèdent un grand nombre de livres dont beaucoup pour les enfants. Leur abandon ne tient pas à la distance qui sépare leurs parents de l’univers culturel de la bibliothèque. Les sportifs sont de moyens lecteurs et s’approvisionnent plus souvent que les autres dans le fonds domestique plus fourni dont ils disposent. Ces jeunes sont les moins fidèles de la bibliothèque (44 % de réinscrits contre 52 % et 57 % dans le deuxième et le troisième groupe). Leur enthousiasme pour le sport les met à l’écart de la bibliothèque à cause de la concurrence de l’offre domestique, et peut-être aussi à cause des lacunes de l’offre de la bibliothèque qui ne prend pas suffisamment en compte leur passion.

52A l’opposé, se trouve le groupe où la réinscription est la plus fréquente. Ce groupe il représente un tiers de l’échantillon se caractérise par son rejet du sport. Composé de deux tiers de filles, ce groupe se construit en opposition à l’univers masculin du sport. En revanche, exception faite du sport, ces jeunes manifestent des préférences multiples en matière de loisirs : télévision, activité artistique, sortie avec des amis, écoute de la musique ou lecture. Ces jeunes « éclectiques » restent à l’écart des institutions spécialisées dans la prise en charge des loisirs juvéniles : ils sont moins souvent inscrits à une activité sportive ou artistique que les autres. Le faible ancrage institutionnel des pratiques de loisir tient à leur milieu social et culturel d’origine : leurs parents sont peu diplômés et plus souvent de milieu populaire, ils aiment peu lire et possèdent peu de livres. Comment expliquer la forte propension de ces jeunes à renouveler leur abonnement ? Eclectiques, ils sont plus souvent de petits lecteurs mais ils aiment lire. Un peu étrangère à l’univers domestique, la lecture trouve un support, une existence grâce à la bibliothèque. Ils peuvent emprunter des livres, les regarder et en parler. Ils vont plus souvent à la bibliothèque avec des amis, la bibliothèque devient un espace de rencontre, un cadre de sociabilité apprécié (cf. infra, chapitre 5). Parce qu’elle offre aux éclectiques des services originaux, la bibliothèque parvient à les fidéliser.

53Le reste de l’échantillon (41 %) se situe entre les éclectiques et les sportifs. Ils ne sont ni sportifs, ni téléphiles, ni « artistes » mais un peu des trois. La position intermédiaire dans l’espace des loisirs constitue le premier trait de ce groupe. Le second trait majeur concerne les modalités de pratique des loisirs. Les membres de ce groupe sont plus souvent inscrits à une activité artistique et à une activité sportive alors même qu’ils ne sont pas les plus fréquents à affirmer leur attachement à ces loisirs. Pour cette raison, nous désignons ce groupe sous l’appellation d’« encadrés ».

54Ce terme recouvre bien une dimension passive qui spécifie la situation de ces jeunes : ils sont inscrits par delà l’intensité de leur attachement à l’activité considérée. Leurs parents (très diplômés et de milieu supérieur) conçoivent les loisirs de leurs enfants sous une forme institutionnalisée. Ils répugnent à les laisser à eux-mêmes les encadrés sont plus souvent scouts ou éclaireurs que les autres et les inscrivent à des activités organisées. Peut-être procèdent-ils de la sorte afin de détourner leurs enfants du petit écran. Leur inscription et leur réinscription à la bibliothèque prennent alors leur sens dans l’encadrement des loisirs juvéniles, plus que dans l’investissement affectif dans la lecture. Reste qu’il ne faut pas opposer la contrainte familiale à la « liberté » des jeunes. En effet, ceux-ci intériorisent la forme institutionnelle de leurs loisirs et y aspirent : les « encadrés » expriment plus souvent un goût prononcé pour l’ambiance de la bibliothèque. Même en dehors des loisirs, ils manifestent leur attachement aux institutions : ils sont ainsi en tête pour le goût pour l’école. A travers la fréquentation de loisirs organisés, ils acquièrent une familiarité et un attachement aux institutions et à leur fonctionnement. D’ailleurs, ils ne revendiquent pas plus que les autres des changements en ce qui concerne le fonctionnement de la bibliothèque.

La lecture

55Les gros lecteurs sont-ils plus fidèles que les petits ? Le goût de lire constitue-t-il une condition de la réinscription ? Quels sont les types de lecture favorables à une pérennité de l’abonnement ? Toutes ces questions ont en commun de suggérer un lien entre le comportement des lecteurs et leur fréquentation de la bibliothèque. Ce lien ne jouit d’aucune évidence car cette dernière ne dispose pas du monopole de l’offre de livres et peut être utilisée à d’autres fins qu’à celles de lecture.

Le goût de lire et son contraire

  • 14 Nous n’avons pas la prétention de décrire la situation dans chaque bibliothèque. Nous désignons une (...)
  • 15 Pour un exemple de contradiction entre lecture documentaire et lecture-plaisir, cf. F. de Singly, « (...)

56Les bibliothèques ne restent pas à l’écart du processus de diffusion du discours sur le goût de lire. Elles contribuent à propager l’idée selon laquelle la lecture doit s’accompagner d’une forme d’enchantement14. Le temps n’est plus tant à l’exhortation à la lecture instructive, mais bien à l’invitation à découvrir les plaisirs de la lecture. L’attitude subjective à l’égard de l’activité de déchiffrement des textes devient un critère d’évaluation de la pratique. Le plaisir fait partie de la lecture au sens où il est normal (c’est-à-dire il faut) qu’elle suscite un engouement, de l’enthousiasme. Toute activité de lecture qui ne comporte pas cet arrière-plan de plaisir, est dévalorisée, voire ignorée, comme lecture. La lecture technique (mode d’emploi), pratique ou documentaire souffre de la suprématie du modèle de la lecture définie comme un plaisir15.

57Le constat de cette participation conduit à penser que les jeunes qui partagent cette représentation de la lecture-plaisir s’approchent des valeurs en cours dans ces bibliothèques et y sont donc plus fidèles. La réinscription aurait alors pour ressort la communauté de valeurs. En réalité, le public fidèle des bibliothèques se compose de deux populations distinctes sous le rapport du goût pour la lecture. Si l’accord avec les valeurs de la bibliothèque crée les conditions du réabonnement, la distance avec elles y conduit également.

58Les jeunes fortement investis dans la lecture, au point de la choisir comme activité préférée dans une liste de neuf activités, ont plus souvent repris leur abonnement que les autres. Ils trouvent à la bibliothèque un lieu où cultiver leur engouement.

59L’équipement culturel soutient leur attitude et la rend normale (c’est-à-dire socialement acceptable), mais aussi désirable. A l’appui de cette thèse, mentionnons le fait que les jeunes qui aiment beaucoup lire renouvellent leur abonnement plus fréquemment que ceux qui aiment assez. Quand les inscrits partagent avec la bibliothèque le goût de la lecture, ils ont plus de chances d’y rester longtemps.

Tableau III. 2. Fréquence de la réinscription selon l’amour de la lecture.

Tableau III. 2. Fréquence de la réinscription selon l’amour de la lecture.
  • 16 Sur la visite maternelle et le remaniement du cadre de sociabilité, cf. infra chapitre 5.

60La surprise provient de ce qu’un goût faible ramène aussi les jeunes à la bibliothèque. Ceux qui aiment peu lire sont toujours inscrits, autant que ceux qui aiment beaucoup. La distance qui les sépare de la bibliothèque est telle que leur réinscription s’explique largement par une intervention extérieure. Les jeunes qui déclarent lire parce qu’ils sont obligés par l’école ou par leurs parents sont un peu plus réinscrits que ceux qui lisent par plaisir (60 % contre 53 %). Leur présence à la bibliothèque étant identifiée par les parents eux-mêmes comme fragile, ceux-ci mettent en place une forme d’encadrement : les jeunes qui aiment peu lire sont plus souvent allés à la bibliothèque avec au moins un parent. Ces enfants bénéficient d’une stratégie de compensation mise en place par leurs mères. Ce sont surtout elles qui accompagnent leur enfant à la bibliothèque. La fréquence de leur réinscription tient à l’énergie développée par leurs mères pour qu’ils y restent. Ces jeunes restent fragiles car, en grandissant, ils doivent parvenir à fréquenter la bibliothèque en l’absence de leur mère16. La mise en place de cette stratégie de compensation suppose un minimum de familiarité avec les valeurs scolaires. En effet, si tous les parents sont en mesure d’identifier les enjeux scolaires du faible goût pour la lecture, l’accompagnement à la bibliothèque demande des compétences spécifiques (connaître les genres de littérature, le classement des livres, ne pas juger sa présence comme incongrue). Ainsi, autant les jeunes de parents très ou assez diplômés et qui aiment peu lire sont réinscrits dans deux cas sur trois, ceux dans le même rapport à la lecture mais avec des parents peu diplômés, le sont dans un peu plus de deux cas sur cinq. L’origine culturelle supplée inégalement aux défaillances juvéniles en matière de goût pour la lecture. Comme ressort à la réinscription, le goût de lire paraît un peu plus démocratique (au sens où ses effets dépendent moins de l’origine culturelle des parents) que son absence. Rappelons toutefois que les chances d’aimer beaucoup la lecture s’élèvent avec le niveau de diplôme des parents.

61La population la plus fragile se rencontre entre ces deux extrêmes. Les jeunes dans ce cas n’aiment pas assez lire par rapport aux valeurs en vigueur à la bibliothèque ; mais, parallèlement, ils aiment « trop » lire pour que leur situation suscite des inquiétudes et fasse naître, à leur destination, une prise en charge particulière par les parents. Ils souffrent du cumul d’un enthousiasme tiède et de la connotation scolaire de la lecture : l’absence d’intervention parentale tient probablement au fait qu’ils ne sont pas identifiés comme en « difficulté scolaire ». Ils sont certes moins souvent très bons (en français comme en général) que ceux qui aiment beaucoup lire mais néanmoins meilleurs que ceux qui aiment peu lire. Et, après tout, ils n’ont pas plus souvent redoublé que les enthousiastes et nettement moins que les jeunes sans appétit pour la lecture.

Passer son temps à lire

62Le prêt de livres constitue le premier service offert par la bibliothèque. Neuf jeunes sur dix font de l’emprunt l’objet premier ou secondaire de leur visite. L’emprunt c’est-à-dire l’usage dominant de la bibliothèque, suppose donc une « demande » : la lecture. Lire beaucoup revient à créer les conditions d’une utilisation de la bibliothèque qui légitime l’inscription. Il faut une demande pour recourir à une offre. Les probabilités de renouveler l’abonnement augmentent avec l’intensité de lecture des jeunes. Le public fidèle se recrute tout particulièrement chez ceux qui consacrent beaucoup de temps à la lecture.

Tableau III. 3. Fréquence de la réinscription selon l’intensité de l’investissement temporel dans la lecture.

Tableau III. 3. Fréquence de la réinscription selon l’intensité de l’investissement temporel dans la lecture.

63Ce résultat ne reste qu’une tendance. Aussi, peut-on se demander pourquoi certains gros lecteurs quittent la bibliothèque. Quelles sont les zones de fragilité d’un public pourtant plutôt fidèle ? D’abord, par rapport à leurs camarades réinscrits, les non-réinscrits sont moins encadrés par leurs parents : ceux-ci sont moins souvent inscrits eux-mêmes et les accompagnent moins dans leurs visites. Ils bénéficient moins de l’exemple et de la contrainte parentale. Leur non-réinscription se fait plus discrète. Ensuite, ces gros lecteurs non-réinscrits sont des passionnés de sport. Cette orientation est sans doute à l’origine de leur préférence accrue pour les revues, journaux ou magazines. Nous pouvons alors suggérer que leur départ de la bibliothèque est facilité par leur goût littéraire spécifique. Les bibliothèques ne sont pas toujours abonnées aux revues qui les passionnent et, quand elles le sont, il est parfois difficile d’accéder au dernier numéro. L’offre ne pêcherait pas par la quantité mais par sa nature. Enfin, dans la continuité de ce qui précède, les gros lecteurs qui ne renouvellent pas leur abonnement sont plus réservés à l’égard de la bibliothèque. Ils apprécient moins l’ambiance du lieu et font moins souvent de la visite à la bibliothèque leur loisir préféré. Leur moindre enthousiasme transparaît aussi à travers le retour plus tardif de leurs questionnaires. Leur distance critique fragilise leur présence dans la bibliothèque.

64Si une forte intensité de lecture « protège » les jeunes de la désertion, que vaut cette protection par rapport à celle qu’offre le goût pour la lecture ? Vaut-il mieux aimer beaucoup lire ou lire beaucoup ? Les petits lecteurs appréciant néanmoins la lecture, ont moins souvent repris leur abonnement que les gros lecteurs qui ne font pas de la lecture leur activité préférée (48 % contre 54 %). De même, les petits lecteurs qui aiment beaucoup lire sont moins souvent réinscrits que les moyens ou gros lecteurs qui aiment peu lire (49 % contre 63 %). Ces résultats débouchent sur

65la conclusion selon laquelle le degré d’investissement affectif dans la lecture compte moins que l’intensité de la pratique dans la pérennité de l’inscription des jeunes. Autrement dit, la bibliothèque sélectionne moins ses usagers selon l’intensité de leur goût pour la lecture qu’à partir du temps passé à lire.

La prime au roman

66Lors de la comparaison entre la population des inscrits et celle des non-inscrits (chapitre 1), nous avons montré comment la bibliothèque promeut un certain type de lecture au détriment d’autres. A présent, il s’agit de mettre à l’épreuve l’idée d’une incidence de la nature des lectures juvéniles sur la réinscription et non plus sur l’inscription.

67Les lecteurs et passionnés de romans ont plus souvent repris leur abonnement que les autres. A l’inverse, les jeunes qui ont lu une bande dessinée ou un documentaire en dernier ont plus souvent quitté la bibliothèque que ceux qui ont lu un roman (51 % et 69 % contre 44 %). Si la bibliothèque accueille une grande diversité de lectures, certaines pratiques et certains goûts assurent une pérennité plus grande de la présence dans ses murs.

68L’histoire d’Aline (père : sans diplôme ; mère : BEPC) offre l’occasion de montrer, à travers un cas précis, comment le départ de la bibliothèque peut être lié à la définition restrictive de la lecture qui y a cours. L’entretien avec Aline succède à une première rencontre trois ans auparavant. A cette époque, elle avait quitté la bibliothèque notamment parce que, comme elle le répétait, « j’aime pas lire. » Trois ans plus tard, elle n’a guère changé et s’apprête à quitter la bibliothèque une nouvelle fois après y être retournée.

69Contre toute attente, Aline est donc revenue à la bibliothèque à l’âge de 13 ans. Une de ses copines lui a vanté les qualités du fonds. Par ailleurs, elle a repris son abonnement dans l’intention de s’approvisionner en magazines et livres pratiques. Pendant quelque temps, elle trouve de quoi se satisfaire. Pensant qu’il faut emprunter quatre documents de façon impérative, elle emprunte un magazine, un livre pratique ou un livre sur les animaux et « puis deux romans mais je les lisais pas les romans. » Les livres pratiques lui plaisent particulièrement : « J’aime bien tout ce qu’on fait à la main... c’est intéressant parce que on nous apprend comment faire (...), j’en ai pris deux ou trois fois des livres sur la pâte à sel. » Au cours de ces visites, elle découvre les ouvrages de Marie-Aude Murail et en lit plusieurs. Accrochée par le « petit dessin » qui figure sur la couverture et qu’elle juge « rigolo », Aline apprécie dans ces romans la dimension réaliste : « Ça racontait l’histoire de quelqu’un, (...) c’était quelque chose de réel... (...) J’aime pas les choses fantastiques euh... qui n’existent même pas... faut que ça soit vrai. » Cette rencontre fait figure d’exception dans un contexte marqué par le rejet de la lecture. C’est pourquoi Aline s’apprête à quitter une nouvelle fois la bibliothèque. La reproduction de l’expérience et la stabilité du résultat la confortent dans cette décision : « J’ai tenté deux fois l’expérience, la première fois... c’est pareil, je lisais pas mes livres (...). Vu que j’ai déjà tenté l’expérience deux fois et que ça a donné toujours le même résultat et je dirais même sûrement que je n’irais plus jamais. » La rigueur de son raisonnement n’a d’égale que l’irrévocabilité de sa décision. Nous voudrions montrer que sa décision révèle un problème structurel de définitions antithétiques de la lecture.

  • 17 Cf. R. Establet & G. Felouzis, op. cit., p. 101.

70Aline fait preuve de constance en rappelant : « Je déteste lire (rires)... je sais c’est pas bien mais j’aime pas lire. » De quelle lecture parle-t-elle ? Son rejet ne concerne pas tant l’ensemble de l’activité de déchiffrement que celle de certains textes diffusés par des institutions en mesure de définir la forme et le contenu de la lecture. Quand elle affirme détester lire, Aline rejette la définition qui lui est imposée, notamment par la bibliothèque. Elle n’aime pas lire les romans, surtout s’ils sont épais (« Les romans c’est trop long ») c’est-à-dire ce qui occupe le sommet de la hiérarchie des valeurs en matière de lecture. Aline donne sa définition de la lecture : « Moi j’aime bien les trucs à feuilleter, à lire ce qui nous intéresse. » Au sens où elle l’entend, la lecture n’est pas une activité continue mais sélective, visuelle. Sa pratique s’exerce alors sur des supports spécifiques : magazines, catalogues. A propos de la lecture de catalogues de vente par correspondance, elle affirme : « Ouais, ben c’est ça que j’aime bien ! » Sa lecture porte aussi sur un thème privilégié : la télévision. « J’adore la télévision donc en fait je prends des trucs qui ont rapport avec les... les acteurs... leur vie et tout, j’aime bien ça.. je suis assez curieuse. » C’est en fonction de ce goût que ses lectures s’orientent et prennent sens. De même, les passages entre lecture et télévision concernent les films (équivalents fictionnels des romans, dans l’ordre de l’image) : « Quand je vois des films après j’ai envie de lire le livre quand il existe... faut que je connaisse l’histoire pour lire le livre en fait. » Aline établit des passerelles entre lecture et télévision. Elle correspond à un des profils construits par Establet et Felouzis : « Loin de constituer un obstacle à la lecture, la télévision est ici, bien qu’utilisée de manière non rationalisée, un guide et un facteur incitatif des pratiques de lecture17. »

71Les difficultés que rencontre Aline la concernent autant que la bibliothèque. La lecture telle qu’elle la conçoit n’existe qu’à l’état marginal dans cette institution. La bibliothèque défend une définition de la lecture qui limite les passerelles avec la télévision et Aline en fait l’expérience directement à travers le fonds qui lui est proposé. En ce qui concerne les magazines, elle déclare : « Ils les font pas à la bibliothèque (pas ceux qu’elle cherche) hein, ça s’achète, enfin ils pourraient les avoir mais ils les ont pas. » Elle sait que les bureaux de tabacs, plus que la bibliothèque, reçoivent ces publications. De la même façon, elle ne peut compter sur la bibliothèque pour s’approvisionner en livres tirés de films qu’elle a vus. « Par exemple, j’avais vu le film La Cité de la joie et je voulais absolument le lire et ben pendant au moins euh... quatre, cinq mois... il était toujours chez quelqu’un qui ne le rendait pas donc euh... y’a plein de films comme ça que je voulais lire en livre et puis qu’ils avaient pas ou alors qui étaient en attente. » De fait, la bibliothèque n’est pas en mesure de satisfaire sa pratique de la lecture moins pour des raisons pratiques qu’à cause d’une politique d’acquisition qui ne la reconnaît pas.

72Aline prend conscience de l’arbitraire des représentations de la lecture auxquelles elle se heurte. D’abord elle s’aperçoit de l’inexactitude de la relation postulée entre pratique de la lecture et niveau en orthographe. « Il y a une période où ma mère me disait “allez lis... c’est bien pour l’orthographe” mais bon je lis pas et j’ai une très bonne moyenne en orthographe. » Ensuite, elle comprend le lien qui existe entre cette définition de la lecture et la position occupée dans l’espace scolaire. En parlant de son frère et d’elle-même, elle confie : « Tous les deux on n’est pas des matheux de lecture hein (rires). » Tout se passe comme si elle exprimait que la distance qui la sépare de la définition reconnue de la lecture se traduit par une situation scolaire moins prestigieuse (ici exprimée par la notion de « matheux », l’élève occupant le sommet de la hiérarchie scolaire). Son goût et sa pratique excluent les romans. Or ce type d’écrit est constitué par l’institution scolaire comme l’étalon à l’aune duquel est jugée l’excellence en matière de lecture. De ce fait, Aline sait qu’elle se trouve en marge des valeurs scolaires et donc de son élite. Le fait de redoubler sa cinquième la confirme dans ce sentiment.

  • 18 Au contraire, les chiffres montrent que les passionnés de revues ou journaux ont un peu moins repri (...)

73Certes, la bibliothèque ne défend pas exactement les mêmes valeurs littéraires que l’école mais les deux institutions partagent la même valorisation de la lecture romanesque et continue. Aline n’aime pas lire au sens où ces deux institutions définissent la pratique. Une telle analyse suggère que son départ « à jamais » aurait pu être évité. La bibliothèque perd ici son public du fait de la définition de la lecture qu’elle impose. Aline évoque même des moyens par lesquels cet équipement culturel pourrait attirer ou maintenir les usagers ayant son profil. Son goût pour la lecture de magazines trouverait à la bibliothèque un moyen de se satisfaire18. « Un magazine ça se regarde pas pendant une éternité hein... quand on l’a ben on le feuillette deux ou trois jours et puis bon ben... c’est fini hein... donc là en fait je l’achète pas parce que ça coûte cher un magazine. » L’usage volatile de ce type d’écrit se combine mal avec le seul moyen pour y accéder : l’achat. A la bibliothèque, Aline pourrait s’approvisionner en magazines (notamment sur la télévision) et satisfaire ainsi sa demande jusqu’à présent insatisfaite pour des raisons économiques. L’autre ouverture qu’elle propose concerne la mise en place d’un fonds de disques laser : « S’ils faisaient ça... comme j’aime bien la musique... là je pense que oui j’irais effectivement... ça changerait tout hein... parce que la musique... je pratique la danse donc euh... j’adore ça quoi en fait... ah oui, là je m’inscrirais. » Dans le maintien ou l’abandon de la bibliothèque, la politique d’acquisition apparaît, ainsi, déterminante puisque c’est elle qui fixe une définition de la lecture à laquelle les jeunes entendent ou non se plier.

Tableau III.4. Fréquence de la réinscription selon la combinaison de deux informations relatives à la lecture.

Tableau III.4. Fréquence de la réinscription selon la combinaison de deux informations relatives à la lecture.

74L’importance du type de pratique des jeunes pour la réinscription, gagne à être confrontée à celle, déjà constatée, de l’investissement temporel et affectif dans la lecture. La lecture de romans compte-t-elle plus que le goût ou le temps passé à lire ? Grâce à une procédure permettant de comparer deux à deux l’incidence de chaque caractéristique sur le réabonnement (cf. Tableau III 4), nous constatons que le goût pour la lecture

  • approché par les questions sur la préférence et sur l’amour de cette pratique intervient moins que la nature des lectures

  • approchée par le type du dernier livre lu. En revanche, l’intensité de la pratique fait jeu égal avec cette dernière caractéristique : les petits lecteurs qui ont lu un roman en dernier sont aussi souvent réinscrits que les gros lecteurs qui ont lu autre chose qu’un roman en dernier.

Le rapport à la bibliothèque

75Dans le cadre de la recherche d’éléments d’explication de la réinscription des jeunes ou non à la bibliothèque, il nous reste à examiner leur relation à l’égard de cet équipement culturel. Notre hypothèse consiste à penser que la pérennité de l’inscription ne dépend pas seulement de facteurs externes à la bibliothèque (origine familiale, situation scolaire, pratiques de loisirs, comportements de lecteurs) mais aussi de l’appréciation et des usages de l’équipement lui-même. A travers l’attitude des jeunes vis-à-vis de la bibliothèque, nous pouvons essayer de pronostiquer leur maintien ou leur prochain départ.

La bibliothèque, une inscription ancienne

76L’âge à la première inscription fournit une indication de l’ancienneté de la fréquentation de la bibliothèque. Ces années passées à la bibliothèque ont été l’occasion de multiples expériences. Les jeunes ont visité et utilisé plusieurs secteurs de la bibliothèque. Celle-ci devient le support matériel de l’histoire de chaque inscrit. En parcourant les rayons, les jeunes retrouvent des livres et des souvenirs personnels. La bibliothèque n’est plus seulement ce lieu impersonnel, ouvert à tout vent, elle permet à chacun de recomposer son histoire singulière de lecteur.

Tableau III. 5. Fréquence de la réinscription selon l’âge à la première inscription.

Tableau III. 5. Fréquence de la réinscription selon l’âge à la première inscription.
  • 19 Les jeunes inscrits « tardivement » l’ont été après 7 ans. Le caractère tardif de leur inscription (...)
  • 20 A partir des données de T+1, cf. C. Poissenot, « Les Raisons de l’absence » in Bulletin des Bibliot (...)

77Une inscription tardive19 se traduit par un réabonnement plus rare. A l’inverse, les enfants inscrits précocement (avant 7 ans) ont plus souvent repris leur inscription. Nous retrouvons un résultat déjà établi au début du suivi de la cohorte20. Le temps passé à la bibliothèque s’accumule et crée les conditions de son accumulation. Les plus jeunes dans la bibliothèque disparaissent plus vite et plus nombreux que les plus anciens. Cette tendance s’observe dans tous les contextes, que les parents soient très ou peu diplômés, chez les garçons comme chez les filles, chez les passionnés de lecture comme chez les autres, chez les gros lecteurs comme chez les petits, etc. Le caractère systématique de la fragilité de l’inscription chez les jeunes inscrits tardivement (après 7 ans) s’explique en partie par le profil de cette population. De parents peu diplômés et de milieu populaire mais nous avons montré que les jeunes inscrits tardivement et de parents très diplômés ont moins souvent repris leur abonnement que ceux inscrits précocement et issus de parents aussi diplômés -, ces jeunes sont en situation de difficulté voire d’échec scolaire. Ils ont plus souvent redoublé une classe et sont moyens à l’école. Leur niveau moyen ou mauvais en français s’accompagne d’un rejet de cette discipline. Leur situation scolaire, peu favorable, les conduit à déclarer n’aimer qu’un peu l’école.

78Du point de vue de la lecture, les jeunes inscrits tardivement cumulent les traits qui caractérisent le public fragile : ils lisent peu, préfèrent les bandes dessinées ou les livres-jeux au détriment de la lecture romanesque. Leur inscription ne relève sans doute pas d’une initiative parentale : leurs parents ne sont pas inscrits et les accompagnent moins souvent lors de leurs visites à la bibliothèque. La fragilité de ce public s’explique par l’accumulation de ces caractéristiques contradictoires avec le renouvellement de l’inscription. Et même si tous les jeunes inscrits tardivement ne réunissent pas tous ces attributs, ils en accumulent suffisamment pour que, quel que soit le contexte, ils soient toujours les moins souvent réinscrits. Leurs camarades inscrits précocement ont eu le temps de se familiariser avec l’univers de la bibliothèque. Ils ont acquis des compétences et un système de valeurs négociables sur le marché scolaire. Ils obtiennent de l’école une sanction positive qui les place en position de confiance pour retourner à la bibliothèque. D’une certaine façon, la bibliothèque crée ses usagers à son image à travers cette spirale « vertueuse » où chaque élément renforce le précédent.

79Une politique de fidélisation du public semble d’autant plus importante que le public s’auto-fidélise. Cela nous conduit à une conclusion tautologique : pour que le public reste longtemps inscrit, il faut faire en sorte qu’il le soit au moins quelques années.

Des usages annonciateurs

80Le public fragile se détecte-t-il à ses usages ? Au vu des comportements des jeunes, les bibliothécaires peuvent-elles parvenir à identifier ceux qui risquent de quitter leur équipement et ceux qui lui seront fidèles ?

81Il n’existe pas de comportement autorisant une prévision fiable de la trajectoire des jeunes inscrits. Qu’ils viennent se documenter, lire sur place, emprunter pour leurs frères ou sœurs ou qu’ils viennent faire leurs devoirs, ils quittent et restent à la bibliothèque dans les mêmes proportions. Néanmoins, certains comportements peu fréquents, repérés chez les jeunes quand ils ont 10-11 ans, indiquent une fragilité à venir de leur inscription. Ainsi, ceux qui viennent une fois par mois ou plus rarement renouvellent leur abonnement moins souvent que ceux qui s’y rendent au moins une fois tous les quinze jours. Leurs visites épisodiques signalent une absence de demande ou une insatisfaction devant l’offre, qui menace la pérennité de l’inscription.

82La demande de conseils constitue aussi un indice pour estimer le degré de fragilité de l’abonnement. Ceux qui ne demandent jamais conseil aux bibliothécaires montrent une tendance plus aiguë à quitter la bibliothèque. Comme toute population, elle comporte un degré d’hétérogénéité qui rend contestable toute explication monolithique. Cette population se ramène à deux sous-ensembles. Le premier est composé des jeunes qui sont accompagnés de leur(s) parent(s) et se dispensent ainsi des conseils des professionnels. Le second rassemble ceux qui ont en commun une attitude peu favorable à la bibliothèque : peu intéressés par la lecture et par les romans, ils lisent plutôt des bandes dessinées et/ou des livres-jeux. Cette orientation se traduit par un rejet du français à l’école et par un goût plus rare pour l’école en général. Ces petits lecteurs font moins souvent de la visite à la bibliothèque leur loisir préféré et apprécient moins son ambiance. Dans le premier cas, l’absence de demande de conseils indique une prise en charge parentale ; dans l’autre, elle signale une posture de retrait vis-à-vis de la bibliothèque et de son univers. C’est ce retrait qui, avec le temps, se muera en désertion.

  • 21 Cf. F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989, p. 71-84.

83Point commun aux deux sous-populations, le fait de comprendre une proportion particulièrement élevée de garçons. La différence de sexe semble conduire les garçons au mutisme. Peut-être postulent-ils que la bibliothécaire ne saura pas répondre à leurs attentes masculines. Peut-être aussi, la différence de sexe génère-t-elle de la timidité le plus faible engagement des garçons dans la lecture21 (relativement aux filles) se traduirait par un plus fréquent sentiment de honte.

84Dernier usage permettant de distinguer public fidèle et public fragile : la réunion à la bibliothèque. Moins de 5 % des jeunes interrogés déclarent venir à la bibliothèque pour se réunir avec des amis. Ces rares jeunes utilisent la bibliothèque comme si cet équipement culturel n’était pas spécifique et ressemblait à un autre établissement d’accueil. Leur tendance à se réinscrire s’avère plus forte que chez les autres. Il convient cependant de distinguer entre la pratique réelle de réunion amicale et sa déclaration de la pratique. En réalité, les réunions à la bibliothèque représentent plus de 5 % des usages. Probablement, cette pratique est-elle sous-estimée du fait de son statut marginal : les jeunes se disent que la bibliothèque « n’est pas faite pour ça ». La rareté de déclaration de cet usage indique sa faible légitimité plus que sa rareté elle-même. Ceux qui le déclarent ont vaincu leur réticence à avouer ce type d’utilisation. Ils manifestent ainsi leur aisance : ils ont répondu plus vite au questionnaire et aiment un peu plus l’ambiance de la bibliothèque. Leur aisance et leur goût pour l’institution expliquent leur plus fréquente réinscription.

85Faute d’utiliser la bibliothèque, les jeunes qui ne demandent pas conseil ou qui y viennent rarement la désertent. A l’inverse, l’usage (même marginal) de la bibliothèque contribue à pérenniser l’inscription. En conclusion, il semble que s’il n’y a pas d’usage révélateur de fragilité, l’absence d’utilisation des services constitue la source première de précarité de l’inscription. La bibliothèque fait l’objet d’une évaluation permanente pour estimer son « utilité » « utilité » qui semble la condition indispensable pour renouveler son abonnement.

Le goût pour la bibliothèque

86En postulant que le départ constitue une des façons d’exprimer son insatisfaction, nous nous attendons à ce que la réinscription soit d’autant plus fréquente que les jeunes apprécient la bibliothèque. Ils ne quitteraient pas un équipement qui leur donne satisfaction. Nos observations sont conformes à ce modèle : les jeunes qui font de la visite à la bibliothèque leur loisir préféré ont reconduit plus souvent leur abonnement. Les derniers à répondre au questionnaire ont quitté plus fréquemment la bibliothèque. Enfin ceux qui en aiment beaucoup l’ambiance y sont restés plus que ceux qui ne l’aiment qu’assez. Le public fidèle se recrute parmi les enthousiastes à l’égard de la bibliothèque.

87Cependant, une observation contredit le modèle élaboré : les jeunes qui n’aiment que peu ou pas l’ambiance de la bibliothèque ont plus souvent repris leur abonnement que ceux qui l’aiment assez. Une telle « anomalie » demande des explications. Comme ceux qui aiment peu lire, les jeunes peu satisfaits par la bibliothèque bénéficient d’un encadrement familial qui les maintient (artificiellement ?) dans les murs de cette institution. Ces garçons (ils sont tendanciellement plus nombreux) ont été inscrits précocement (avant 6 ans) par leurs parents qui ont un abonnement familial puisque tous les enfants et les parents sont inscrits. Ils font l’objet d’un encadrement perceptible par leur inscription à un club de sport et leur participation à un groupe de scouts ou d’éclaireurs. L’intervention parentale pour les maintenir à la bibliothèque fait partie d’une politique globale visant à répondre à leur situation scolaire. Leur faible investissement, affectif et temporel, dans la lecture s’accompagne (se traduit par ?) d’un niveau plus faible non seulement en français mais aussi en général. Les parents souhaitent ramener dans le droit chemin scolaire ces jeunes sans appétit pour la lecture. Sans doute quitteraient-ils la bibliothèque s’ils en avaient l’autorisation mais la contrainte familiale est à l’œuvre et conserve son efficacité, puisque ces jeunes ont aujourd’hui autour de 15 ans. Cette population, qui représente environ 15 % de l’échantillon, entre dans la catégorie du public fidèle bien que cette fidélité soit « extorquée ».

88Une partie du succès des bibliothèques tient aux enjeux scolaires de la lecture et à leur intériorisation par les parents. Ceux-ci se tournent vers la bibliothèque en lui demandant de faire de leurs enfants des lecteurs et, par voie de conséquence, de bons élèves. La stratégie visible des parents des jeunes aimant peu ou pas l’ambiance de la bibliothèque éclaire un usage implicite de la bibliothèque répandu chez nombre d’autres parents. Le passage d’une société où la reproduction sociale s’effectuait par plusieurs voies (le patrimoine, le titre, l’école, l’entourage), à une société où le titre scolaire domine les autres éléments fixant la position sociale des individus, s’accompagne du développement des services para-scolaires (cahiers de vacances, cédéroms éducatifs, cours particuliers, etc.). Si la bibliothèque ne se résume pas à cette fonction et si les bibliothécaires ne se reconnaissent pas dans cette mission, les parents, voire les enfants, l’utilisent pour une part dans le cadre de cette quête de services para-scolaires. Une des clés du succès des bibliothèques se trouve ainsi à l’école.

89Dans le rapport à la bibliothèque, nous avons mis à jour le caractère déterminant de certaines attitudes juvéniles. Nous voudrions à présent tenter de hiérarchiser ces éléments. Quels sont les comportements des jeunes à la bibliothèque qui sont les plus révélateurs d’un futur abandon ?

Tableau III. 6. Fréquence de la réinscription selon la combinaison de deux informations relatives à la bibliothèque.

Tableau III. 6. Fréquence de la réinscription selon la combinaison de deux informations relatives à la bibliothèque.

90L’ancienneté dans la bibliothèque arrive en tête des informations discriminantes pour la réinscription. Rien n’égale la familiarité acquise par la fréquentation au fil des années. Après cette information arrive celle qui concerne la date de retour du questionnaire. Le retour tardif signale un trop faible engagement dans la vie de la bibliothèque pour générer une réinscription pendant plusieurs années. Ce que nous mesurons avec la date de retour du questionnaire, les bibliothécaires peuvent l’évaluer par d’autres moyens (participation aux animations, discussion avec d’autres usagers, retour de livres en retard, etc.). Le comportement des jeunes constitue une bonne indication de leur avenir probable au sein de cette institution. Pour nous tenir à un exemple, les jeunes qui ont répondu tardivement et viennent moins d’une fois tous les quinze jours restent inscrits dans un peu plus d’un cas sur quatre, alors que ceux qui ont répondu plus rapidement, n’excluent pas de demander conseil et aiment peu ou beaucoup l’ambiance de la bibliothèque, ont repris leur abonnement dans presque deux cas sur trois.

Synthèse : hiérarchie et typologie

91Nous avons assigné à ce chapitre la fonction de différencier les publics selon leur degré de fragilité. Certains éléments sont apparus comme annonciateurs d’une prochaine désertion, tandis que d’autres se sont révélés signe d’une fidélité probable. Condition d’un examen détaillé, l’étude successive des informations, regroupées dans des thèmes (l’école, la lecture, la bibliothèque, les loisirs, l’origine familiale et culturelle), rend difficile une vision synthétique des déterminants de la réinscription. Nous orienterons notre synthèse dans deux directions complémentaires. D’abord, il s’agira de tenter de répondre à la question suivante : parmi la multitude de facteurs jouant sur la réinscription des jeunes, lequel, lesquels sont les plus déterminants ? Quels sont les comportements les plus annonciateurs du prochain abandon de la bibliothèque ? Cette synthèse sera hiérarchique au sens où il s’agira de réduire, sous le critère de l’efficacité, la diversité des informations entrant dans la prévision de la non-réinscription. Il s’agira ensuite de réaliser une synthèse à partir d’un autre angle d’approche et de répondre à ces questions : comment s’articulent toutes les informations dont on a pu voir l’effet isolé ? Quelles sont les combinaisons observées ? Ne peut-on pas les regrouper sous des types (c’est-à-dire un regroupement d’informations) porteurs de sens ?

Trois palmarès

  • 22 Cet exemple montre que, loin d’être abyssale, la distance entre les préoccupations pratiques et les (...)
  • 23 Le rejet des goûts « trop scolaires » fait partie de ce système de valeurs.
  • 24 Rappelons que cette familiarité est mesurée à partir du niveau de diplôme des deux parents. La caté (...)

92Hiérarchiser les facteurs ne se limite pas à une entreprise théorique de confrontation des types de capitaux. Il s’agit d’une opération aux retombées pratiques : si l’on cherche à identifier rapidement le public fragile, quelles sont les informations les plus importantes à rassembler22 ? Cependant, construire un palmarès unique présente l’inconvénient d’une généralisation qui peut être jugée excessive. Les travaux en sociologie de la culture (et notre premier chapitre) montrent que le niveau d’instruction structure les comportements et représentations en matière de pratiques culturelles. L’espace de ces pratiques est traversé par une hiérarchie dont le niveau d’instruction donne une indication. Etre issu de parents très diplômés implique une proximité avec les valeurs scolaires23 (c’est-à-dire peu, assez, très diplômés) et un certain type de comportements. Afin de distinguer ce qui relèverait de l’origine culturelle de ce qui est lié à la non-réinscription à la bibliothèque, nous avons pris le parti de construire un palmarès par niveau de familiarité avec les valeurs scolaires24. De cette façon, chaque sous-population gagne en homogénéité.

93L’élaboration de ces palmarès a suivi deux étapes. Nous avons d’abord identifié, pour chaque degré de familiarité, les informations ayant une incidence effective sur la réinscription ou non des jeunes à la bibliothèque. Ensuite, la hiérarchisation a porté uniquement sur le sous-ensemble de ces informations.

L’abandon des jeunes issus de parents peu diplômés : un manque de familiarité

94Quels sont les signes annonciateurs d’un futur départ de la bibliothèque chez ces jeunes ? Une première façon de répondre à cette question consiste à examiner les informations les plus déterminantes pour chaque thème abordé séparément. La position occupée dans la fratrie apparaît plus importante que l’identité sexuelle. L’abandon touche plus les aînés que les cadets ou les derniers.

95Du point de vue de l’origine socio-culturelle, le nombre de livres pour enfants possédés par les parents et l’inscription familiale à la bibliothèque interviennent davantage dans la tendance à se réinscrire que le goût des parents pour la lecture ou leur milieu social. Si les parents sont peu diplômés, qu’ils possèdent peu de livres pour enfants ou qu’un ou les deux soient membres de la bibliothèque sans autre enfant que celui enquêté, la non-réinscription devient plus probable.

96Dans le rapport à l’école de ces jeunes, il convient d’abord de savoir s’ils ont déjà redoublé, s’ils aiment les mathématiques et l’école en général plutôt que de connaître leur goût pour l’histoire-géographie ou le français. Les informations les plus discriminantes sont celles qui indiquent une position scolaire privilégiée plutôt qu’une orientation thématique (histoire, géographie ou français).

97En matière de loisirs, le goût et le temps passé devant la télévision ont une influence plus grande que la pratique et l’attrait pour le sport. La méfiance à l’égard de ce média trouve une confirmation dans la fragilité des téléphiles et télévores à la bibliothèque. Celle-ci prend plus ou moins consciemment parti pour la lecture contre la télévision.

98La nature de ce qui est lu compte plus que l’investissement temporel ou affectif dans la lecture. La bibliothèque sélectionne ce public, dont les parents ne sont pas familiers des valeurs scolaires, d’abord sur la non conformité des lectures juvéniles avec le modèle dominant de la lecture romanesque. Dans la fréquentation de la bibliothèque, les informations les plus déterminantes concernent la fréquence des visites et l’âge à la première inscription. Les jeunes inscrits tardivement ou qui ne viennent que très rarement sont les plus fragiles. Parce qu’ils ne viennent pas assez et/ou sont inscrits de trop fraîche date, ces jeunes n’ont pas eu le temps de construire un système d’habitudes autour de la bibliothèque. Ils ne sont pas parvenus à « routiniser » leurs visites, c’est-à-dire à leur donner du sens par l’évidence de l’habitude. La sociabilité des visites ou la fréquence de demande de conseils contribue plus modestement à rendre compte de l’abandon de la bibliothèque.

  • 25 Pour hiérarchiser ces informations, nous avons utilisé la notion de pourcentage à l’écart maximum ( (...)

99Si nous ne raisonnons plus par thème, nous pouvons identifier les informations les plus discriminantes25 dans la non-réinscription des jeunes dont les parents sont peu diplômés.

  • 26 Nous avons retenu les six informations les plus discriminantes. Elles peuvent être rapprochées du n (...)

100Voici le début du classement dans l’ordre décroissant26 :

  1. Fréquence des visites

  2. Inscription de la famille à la bibliothèque

  3. Nombre de livres pour enfants chez les parents

  4. Age à la première inscription

  5. Nombre total de livres possédés

  6. Age scolaire

Note de lecture : La fréquence des visites intervient davantage dans l’explication de la réinscription des jeunes de parents peu familiers avec les valeurs scolaires que l’âge à la première inscription à la bibliothèque et elle-même davantage que l’âge scolaire.

  • 27 Chaque information prend place dans la hiérarchie et dans un thème. Pour classer les thèmes, nous c (...)

101La fréquentation de la bibliothèque (1,2, 4), l’origine culturelle (2, 5) et l’âge scolaire (6) sont les trois informations les plus importantes pour expliquer la non-réinscription des jeunes de parents peu familiers avec l’univers scolaire. L’identité sexuelle, le rang, le rapport à la lecture ou les loisirs contribuent à rendre compte de la non-réinscription de ces jeunes mais de façon beaucoup moins forte. La hiérarchisation des thèmes27 confirme cette impression. Ce classement ordonne non plus les facteurs pris séparément mais rassemblés dans un thème. L’origine culturelle arrive en tête puis le rapport à la bibliothèque et, plus loin, les loisirs, la lecture, l’école et l’origine familiale.

102Chez ces jeunes peu familiers des valeurs scolaires, l’abandon est encore plus probable quand ils n’ont pas routinisé leur fréquentation et quand les parents s’investissent peu dans la lecture de leurs enfants (ils leur achètent peu de livres ou ne les inscrivent pas tous à la bibliothèque). Le redoublement traduit, lui aussi, une distance avec les valeurs scolaires, préjudiciable à une inscription durable. La désertion ne tient pas seulement à la position basse des parents dans la hiérarchie scolaire puisque tous les membres de ce groupe sont dans le même cas. Ceux qui abandonnent la bibliothèque sont victimes d’une spirale descendante : leurs parents s’investissent peu dans la lecture de leurs enfants, ceux-ci découvrent tardivement la bibliothèque et ne sont plus très motivés pour venir car ils ont déjà échoué à l’école.

Des parents assez diplômés : un trou dans les mailles du filet

103Comme pour le groupe précédent, l’identité sexuelle ne constitue pas l’information la plus en relation avec la non-réinscription. En revanche, la composition sexuelle de la fratrie (en cas de parité entre filles et garçons) et le fait d’être dernier de la famille constituent deux sources de fragilité chez les jeunes issus de parents assez diplômés.

104La structure de la fratrie se montre aussi déterminante à propos de l’origine culturelle. L’inscription des parents ou le nombre de livres pour enfants pronostique moins un futur abandon que le nombre de frère(s) ou sœur(s) inscrit(es). Avoir un frère aîné ou un cadet non-inscrit laisse présager une non-réinscription. L’exemple fraternel pèse plus que l’investissement parental dans la lecture juvénile.

105La situation scolaire intervient peu dans la non-réinscription. Les bons élèves en général, mais surtout en français, quittent plus la bibliothèque que les autres. On retrouve le phénomène de prise en charge accrue des moyens ou mauvais à l’école, entraînant une moindre désertion que chez leurs camarades pourtant meilleurs. Parmi les jeunes issus de parents assez diplômés, la source de fragilité scolaire provient de ceux d’un niveau bon (c’est-à-dire ni très bon ni moyen ou mauvais). Sur le plan des loisirs, la concurrence ne vient pas tant de la télévision que de la pratique d’une activité artistique, du goût pour le sport ou pour les sorties avec les amis. La « menace télévisuelle » ne concerne qu’une petite partie du public. Dans le rapport à la lecture, un goût ni faible ni fort pour cette pratique et une absence d’intérêt pour les périodiques révèlent une tendance à l’abandon.

  • 28 Le caractère prédictif de ces informations reste fragile. Nos conclusions reposent, en effet, sur u (...)

106Enfin, à propos de la bibliothèque, les informations les plus prédictives28 concernent la fréquence des visites et la bibliothèque fréquentée. Contrairement à leurs camarades issus de parents peu diplômés, ils sont sensibles aux variations observées dans l’offre qui leur est proposée. Leurs camarades perçoivent dans la bibliothèque une institution avec ses contraintes structurelles, plutôt que des espaces ayant chacun sa particularité.

107La hiérarchisation des thèmes les plus importants dans la nonréinscription de ces jeunes ressemble à celle constatée pour le groupe précédent. Le rapport à la bibliothèque suit l’origine culturelle ; il est suivi de l’origine familiale, des comportements de lecteur, des pratiques de loisirs et enfin du rapport à l’école. Cet ordre apparaît dans le sommet du classement des informations prédictives :

  1. Part de la fratrie inscrite à la bibliothèque

  2. Inscription à la bibliothèque de l’enfant qui précède l’interrogé

  3. Inscription à la bibliothèque de l’enfant qui suit l’interrogé

  4. Fréquence des visites

  5. Inscription de la famille à la bibliothèque

  6. Nombre de livres pour enfants chez les parents

108Anticiper le futur abandon des jeunes issus de parents assez diplômés passe par la prise en compte de l’attitude parentale vis-à-vis de leurs enfants plus que par l’analyse des comportements des jeunes eux-mêmes. La fragilité de l’inscription apparaît lorsque l’encadrement familial présente des lacunes. Que les parents ou tous les enfants ne soient pas inscrits ou qu’ils ne possèdent pas beaucoup de livres pour enfants, et les jeunes tendent à quitter la bibliothèque. Les jeunes dont l’engagement reste fragile se caractérisent par opposition à deux populations issus de mêmes parents. Ils ne sont pas de brillants élèves avec des pratiques de lecture conformes aux valeurs de la bibliothèque. Ce ne sont pas non plus des jeunes en retrait vis-à-vis de la lecture dans ses formes les plus académiques (ceux qui ne font pas du roman leur lecture préférée ont plus souvent repris leur abonnement que les amateurs de romans) ou en médiocre posture à l’école. Les premiers ont acquis un goût pour la pratique promue par la bibliothèque qui garantit leur fidélité dans cet équipement. Les seconds sont identifiés par les parents qui les prennent en charge et ne les laissent pas quitter la bibliothèque. La fragilité s’installe dans les eaux intermédiaires, quand la vigilance parentale est trompée par l’absence de difficulté dans la lecture et à l’école.

Jeunes issus de parents très diplômés : des sources personnelles de fragilité

109Dans l’origine familiale et culturelle, les informations les plus prédictives d’un futur abandon sont les mêmes que chez les jeunes de parents assez diplômés. Le rang occupé dans la fratrie (ni aîné ni dernier) compte plus que l’identité sexuelle ; l’inscription de la fratrie à la bibliothèque et le nombre de livres pour enfants comptent plus que le goût des parents pour la lecture.

110La situation scolaire, évaluée par le niveau en français et en général, intervient davantage dans la réinscription que le goût pour le français ou le sport.

111Au niveau des loisirs préférés, écouter de la musique ou adhérer à un groupe de scouts ou d’éclaireurs témoignent d’une plus grande fragilité que l’abonnement à une activité artistique ou le goût pour le sport.

112Pour la lecture, le goût pour la pratique compte moins que sa nature et son intensité. Du point de vue de la réinscription, il vaut mieux aimer lire mais il importe encore plus important de beaucoup lire. Cela peut s’expliquer par ce seul fait : ces jeunes disposent d’un fonds domestique conséquent et le recours à la bibliothèque ne devient indispensable que s’ils mènent une lecture que ce fonds ne peut satisfaire.

113C’est dans le rapport à la bibliothèque que transparaît ce qui nous semble caractériser la fragilité de ce public. L’ancienneté d’inscription ou l’établissement fréquenté produit moins d’effet sur la réinscription que la rapidité de réponse au questionnaire et, surtout, que la fréquence des visites. Le rapport personnel avec la bibliothèque compte plus que les informations plus passives : âge à la première inscription, établissement fréquenté. Même si l’origine culturelle reste le thème le plus important, il semble que la réinscription se joue dans le rapport personnel avec la lecture, l’école et la bibliothèque (respectivement en deuxième, troisième et quatrième position dans la hiérarchie des thèmes). C’est aussi ce qui apparaît au sommet de la hiérarchie des informations explicatives :

  1. Part de la fratrie inscrite à la bibliothèque

  2. Niveau en français

  3. Nombre de livres pour enfants chez les parents

  4. Inscription à la bibliothèque de l’enfant qui précède l’interrogé

  5. Explication par l’enfant de sa pratique de lecture

  6. Investissement temporel dans la lecture

114Si l’origine culturelle fait partie des informations prédictives, l’originalité de ce public réside dans le fait que le rapport à la lecture figure au palmarès. Ne pas invoquer le plaisir pour rendre compte de sa pratique de la lecture et ne lire qu’un peu signalent une fragilité de l’inscription. Un niveau faible ou moyen en français menace aussi la pérennité de l’abonnement. C’est l’encadrement, moins contraignant, qui distingue les enfants issus de parents très diplômés de ceux dont les parents le sont assez. Chez les seconds, l’intervention parentale limite l’abandon des jeunes en difficulté scolaire ou faiblement engagés dans la lecture. A l’inverse, les premiers ne bénéficient pas de cette contrainte.

115L’examen des palmarès pour chaque degré de familiarité des parents avec les valeurs scolaires débouche sur le constat de ressemblances mais aussi de spécificités. L’exemple familial et fraternel notamment pérennise l’inscription quel que soit le niveau de diplôme des parents. Quand la bibliothèque devient une pratique familiale, intégrée à la vie « normale » (c’est-à-dire ayant le statut de l’évidence), l’abandon se fait plus rare. Le premier indice d’une fragilité réside dans l’absence de parents et de frère(s) ou sœur(s) inscrit(es) à la bibliothèque.

116À cette donnée générale, il faut ajouter les spécificités liées à chaque degré de familiarité des parents avec les valeurs scolaires. Quand les parents sont peu diplômés, la fragilité provient d’un manque de familiarité avec la bibliothèque. Moins contraints par leurs parents, les jeunes la quittent plus facilement s’ils sont peu investis dans la lecture et que cela est perceptible par un faible niveau scolaire en français. Enfin, lorsque les parents sont assez diplômés, la précarité de l’inscription prend sa source dans la situation scolaire, ni brillante ni difficile, et un investissement modéré dans la lecture.

  • 29 Le fait d’être investi dans une autre pratique culturelle ne se traduit pas par une réinscription p (...)

117La synthèse des différents classements pour chaque degré de familiarité avec l’univers scolaire offre des éléments de réponse à cette question : quelles sont les informations les plus importantes pour prévoir une prochaine défection ? L’origine culturelle arrive en tête ; elle est suivie du rapport des jeunes à la bibliothèque, à la lecture puis viennent les loisirs et la situation scolaire pour terminer avec l’origine familiale. Une telle hiérarchie suggère que l’avenir dans la bibliothèque se joue surtout au niveau des relations entretenues, par les parents et les jeunes eux-mêmes, avec la bibliothèque. Plus on s’écarte du cœur de cette relation, moins les informations sont déterminantes. La lecture l’emporte sur les loisirs, qui l’emportent sur l’école et l’origine familiale. Un tel résultat conduit à penser que la fréquentation d’un équipement culturel dans lequel les acteurs sont déjà entrés dépend davantage de l’histoire et des modalités de sa fréquentation ou de la présence de parents, frère(s) ou sœurs(s) en son sein que de la position occupée dans la hiérarchie culturelle en général. Le volume de capital culturel serait moins important que sa structure29.

Réinscription ou abandon : cinq types d’usagers

  • 30 Nous contestons la critique qui rejette l’exploration statistique au nom de l’unité, de l’insécabil (...)

118Chercher à isoler les informations les plus explicatives de l’abandon conduit légitimement30 à comparer des usagers réduits à un petit nombre d’éléments. La typologie est un outil d’analyse de données permettant de rassembler des informations isolées et de recomposer des ensembles cohérents. Chaque individu est comparé aux autres et, par ses caractéristiques, entre dans un groupe qui s’oppose aux autres groupes.

119Pour élaborer cette typologie, nous avons retenu les deux ou trois informations les plus significatives pour chaque thème déjà étudié séparément. Cette sélection permet de réunir des informations importantes sans négliger leur variété. Notre échantillon est reconstruit en cinq populations ou quatre types puisque deux populations représentent deux variantes d’un même type.

Tableau III. 7. Caractéristiques des cinq types d’usagers.

Tableau III. 7. Caractéristiques des cinq types d’usagers.

Nota bene : Les caractéristiques indiquées sont tendancielles : par exemple, le groupe des jeunes « sous-tutelle » se compose d’une proportion plus grande de garçons que les autres groupes. Cela ne signifie évidemment pas qu’il se compose uniquement de garçons.

Les rebelles (24 % de l’échantillon)

120Ce type d’usagers représente presque un quart de l’échantillon. C’est dire qu’il ne s’agit pas d’un cas marginal, comme le laisserait penser leur appellation. L’inscription de ces jeunes ne prend pas place dans une politique familiale ancienne. Elle semble plutôt exceptionnelle qu’évidente. Ces jeunes n’ont bénéficié d’aucun exemple familial : ni leurs parents ni leur(s) frère(s) ou sœur(s) ne sont membres de la bibliothèque. Leurs parents sont peu diplômés, ils n’aiment pas ou peu lire et possèdent peu de livres. Ils sont éloignés de l’univers culturel de la bibliothèque, et cela est perceptible par le fait qu’ils formulent moins souvent un commentaire sur la lecture de l’enfant à la fin du questionnaire. Ils ne se sentent pas aptes à formuler des critiques ou même un commentaire.

121Malgré la distance culturelle qui sépare leur environnement familial de l’atmosphère de la bibliothèque, ces jeunes ont poussé les portes de la bibliothèque. Il reste des traces de la distance parcourue dans leur inscription plus tardive (après 7 ans). Parmi les raisons probables de leur venue, leur goût modéré pour la lecture et notamment la lecture de bandes dessinées. Leur passage à la bibliothèque ne se traduit pas par une conversion à des formes plus reconnues de lecture. Nous les qualifions de rebelles pour cette utilisation de la bibliothèque sans conversion aux valeurs qui la caractérisent.

  • 31 Pour un exemple vivant de ce type, cf. l’entretien avec Patrick au chapitre suivant.

122Leur distance à l’égard des valeurs de l’institution (ils n’aiment pas les romans), connaît un prolongement dans l’univers scolaire. Ils ne font pas du français leur discipline préférée et ne sont pas de bons élèves. Ils ont plus souvent redoublé et se déclarent moyen ou mauvais tant en français qu’en classe en général. Leur situation scolaire les conduit à rejeter l’institution : ils n’aiment pas, ou peu, l’école31. Leur écoute intensive de la télévision prend presque le sens d’une résistance aux institutions qui dévaluent ce média au profit de la lecture.

  • 32 Cf. J.-F. Barbier-Bouvet, « Quelle lecture ? », in Médiaspouvoirs, n° 25, jan.mars 1992, p. 113.

123Ces rebelles quittent le plus souvent la bibliothèque. Seuls quatre sur dix sont encore inscrits. Rien ne les retient désormais plus. Les parents ne leur présentent pas la lecture comme une pratique banale. Ils ne disposent que de la contrainte pour maintenir leur enfant à la bibliothèque. Leur situation d’échec scolaire ne les incite pas à lire et notamment pas au sens où la lecture est déclinée dans la bibliothèque. Ils disent ne pas aimer lire et lire peu parce qu’ils ont intériorisé la définition légitime de la lecture. Par ailleurs, le goût pour la bande dessinée connaît une baisse vers 13-14 ans32, ce qui les prive de la principale raison initiale de fréquentation. L’accumulation de ces éléments rend compte de la forte désertion observée dans cette population.

Les jeunes sous-tutelle (18 % de l’échantillon)

124Les membres de ce groupe sont issus de parents assez diplômés et de milieu social moyen. Les deux parents aiment beaucoup lire et ils possèdent un fonds de jeunesse de taille intermédiaire. La bibliothèque fait figure d’institution familiale puisque parents et enfants y sont inscrits. C’est dans le cadre de cette politique familiale que les jeunes sous tutelle ont été abonnés, et de façon précoce (avant 6 ans).

125Dès l’entrée à la bibliothèque, ils ont été pris en charge par leurs parents. Au moment de l’enquête, ils sont encore sous leur tutelle. Ces garçons (le groupe se compose de 71 % de garçons) ne cachent pas leur distance à l’égard de la bibliothèque, de la lecture et aussi de l’école. Ils demandent rarement conseil à la bibliothécaire, ont tardivement retourné le questionnaire et déclarent aimer peu ou ne pas aimer du tout l’ambiance de la bibliothèque. Les jeunes sous-tutelle ne font pas de la lecture leur loisir préféré et ils opposent au goût romanesque leur inclination pour les bandes dessinées. Enfin, sur le plan scolaire, ils sont moyens ou mauvais en français et moins bons dans cette discipline qu’en général. Ce ne sont pas des littéraires, ils sont rares à choisir le français comme discipline préférée. Devant cette situation qu’ils jugent insatisfaisante, les parents interviennent en allant avec eux à la bibliothèque ou en achetant avec eux leur(s) livre(s). L’accompagnement se double aussi de la contrainte. Les jeunes sous-tutelle déclarent plus fréquemment lire parce que leurs parents le leur demandent. Le niveau modéré de leur non-réinscription (53 % comme les scientifiques) s’explique sans doute par la contrainte que les parents exercent pour les faire rester à la bibliothèque.

126Leur inscription semble condamnée. Ils s’opposent à leurs parents, et, tout comme ils optent pour la bande dessinée contre les romans, ils opposent leur préférence pour les sorties avec les amis ou le sport (comme loisir et comme discipline scolaire) au goût de lire et au français. Leur abandon de la bibliothèque fait structurellement face au désir des parents de les voir encore inscrits. La source majeure de fragilité tient au fait qu’ils ne s’approprient pas la bibliothèque et qu’elle reste marquée de l’empreinte parentale.

  • 1 J.-C. Passeron, « Images en bibliothèques », in Bulletin des bibliothèques de France, t. 27, n° 2, (...)
  • 2 Cf. J.-C. Passeron, art. cit.

William : la bibliothèque au service d’un projet personnel
William fréquente la bibliothèque depuis de longues années, il a eu le temps d’accumuler du « capital de familiarité indigène1 ». Il connaît désormais suffisamment la bibliothécaire pour qu’elle lui rende service. Il n’est plus en phase d’initiation et de repérage du lieu et de son fonctionnement. « Je sais comment ça marche... bon ben j’ai pas besoin de demander... au départ si j’étais tout le temps en train de demander, je cherche ça... je cherche ci... maintenant, je sais où ça se trouve, on m’a expliqué bon ben... y ‘a pas de problèmes. » Il a désormais acquis la connaissance du « territoire2 », c’est à dire qu’il sait se repérer dans le libre-accès moins par la maîtrise des modes de classement que par l’expérience directe du lieu. Le capital de familiarité produit des effets perceptibles dans le vécu des visites. « La bibliothèque c’est très bien... là-bas, y’a une bonne ambiance euh... c’est sympathique... je me sens plus détendu. » Connaissant le territoire, il l’approche sans crainte de s’y perdre ou de ne pas savoir comment procéder. Son aisance résulte moins d’une proximité entre l’univers culturel de la bibliothèque et celui dont il est issu que de la longue et progressive imprégnation dans cet espace.
Ce capital de familiarité ne sommeille pas, William l’utilise pour des travaux scolaires ainsi qu’à des fins personnelles. Il n’entend pas quitter la bibliothèque parce qu’elle lui est indispensable pour mener à bien un projet personnel. Passionné par la seconde guerre mondiale, il veut « écrire un livre. » Son projet est assez avancé puisqu’il sait l’histoire qu’il veut raconter. Il dispose d’une machine à écrire et entend consacrer une bonne partie des prochaines vacances à son projet. La bibliothèque constitue sa principale source documentaire. Il a identifié tous les ouvrages susceptibles de l’aider : « Des bouquins d’histoire mais en fait sous forme de BD... y’a La bataille d’Angleterre, y’a Bastogne, y’a La bataille de France... Je les ai lus tous. (...) Je retire assez souvent mais il est souvent emprunté... c’était un livre sur les armes secrètes. (...) J’ai vu un autre livre... en rayon adulte... euh c’est une encyclopédie carrément de la seconde Guerre Mondiale... » Le capital de familiarité est une condition de son œuvre.
L’accumulation de ce capital contribue au maintien en bibliothèque quand il est mis au service d’un projet personnel et du travail scolaire. Le contre-coup de cette familiarité réside dans la dépendance vis-àvis de l’établissement fréquenté. Quand on lui demande pourquoi il ne fréquente pas une autre bibliothèque plus importante, William s’explique de la façon suivante : « Je cherche pas à aller plus loin quoi... parce que j’ai... pour moi j’ai ce qu‘il faut quoi... » Il limite son ambition documentaire au seul lieu dont il maîtrise l’offre. La connaissance pratique du lieu interdit la transposition dans un autre cadre et limite le champ de sa recherche documentaire.

Les scientifiques (18 % de l’échantillon)

127Les membres de ce groupe ressemblent aux rebelles par leur origine sociale et culturelle. Eux aussi sont issus de parents de milieu populaire, peu diplômés, possédant peu de livres et aimant peu ou pas lire. Ces caractéristiques communes ne doivent pas occulter les différences qui les séparent des rebelles.

128D’abord, leurs parents, ou l’un des deux, sont inscrits à la bibliothèque comme s’ils voulaient accompagner leur enfant dans cet univers. L’enjeu est important puisqu’il s’agit de convier l’enfant à un dépaysement culturel scolairement rentable. Et comme il s’agit souvent d’un aîné, sa familiarisation conditionne l’accompagnement des enfants plus jeunes.

129Ensuite, les scientifiques se séparent des rebelles par leur attitude à l’égard des institutions éducatives que sont école et bibliothèque. Ils aiment beaucoup l’école, apprécient l’ambiance de la bibliothèque et font de la visite dans ce lieu une activité préférée, enfin ils ont renvoyé plus tôt leur questionnaire. Nous pouvons attribuer cette bienveillance à l’égard de ces institutions à leur goût scientifique. Ils mettent en première place les mathématiques contre le français. Leur passion scientifique s’exprime aussi à la bibliothèque qu’ils utilisent comme centre documentaire. Amateurs et lecteurs de documentaires, ils motivent plus souvent leurs visites par leur souhait de se documenter. Pour nous, ces jeunes incarnent un peu le modèle de la lecture instructive, c’est-à-dire celle qui instruit son lecteur, le tire de l’ignorance des choses, par opposition à une lecture littéraire, tournée vers les romans. L’inscription des scientifiques présente une fragilité dans le modèle même de leur lecture. Ils ne trouvent peut-être pas à la bibliothèque une offre suffisante et un environnement tourné vers ce qui les motive. Pour ces raisons, ils sont susceptibles de quitter la bibliothèque pour le CDI. L’ancrage scolaire de cet équipement ne constitue pas un handicap puisqu’il s’accorde bien avec leur souci d’une lecture instructive. Si une concurrence existe entre bibliothèque publique et CDI, cela concerne en premier lieu ces usagers avec leurs attentes particulières.

Les littéraires (22 % + 18 % de l’échantillon)

130Cette population se caractérise par un ensemble de traits partagés, complétés par des caractéristiques propres à chaque variante de ce type.

131Les littéraires sont issus d’un univers culturel qui fait une place importante au livre et à la lecture. Leurs parents sont très diplômés et possèdent beaucoup de livres tant pour adultes que pour enfants. Ils ont hérité de cet univers un penchant prononcé pour la lecture et une intense pratique de cette activité. Leurs goûts littéraires ont aussi été modelés à l’image du système de valeurs en vigueur à l’école et à la bibliothèque (mais aussi ailleurs) : ils élisent la lecture romanesque contre celle de la bande dessinée. Littéraires par l’intensité et la forme de leur investissement dans la lecture, ils le sont aussi par opposition. Au goût pour le sport, ils opposent leur préférence pour la lecture, comme leur inscription à une activité artistique.

132Si les littéraires partagent ce tronc commun, les deux variantes se construisent à partir des relations avec la bibliothèque. Les littéraires « distants » (22 % de l’échantillon) montrent moins d’enthousiasme pour cet équipement culturel que les littéraires « en bibliothèque ». Ils sélectionnent moins souvent la visite à la bibliothèque comme loisir préféré. Ils ont renvoyé plus tard leur questionnaire et expriment plus souvent un mécontentement.

133Plus distants, ils sont aussi plus souvent accompagnés d’au moins un parent dans leur visite. En négatif, cela laisse entendre que les « littéraires en bibliothèque » apprécient de manière telle la bibliothèque (« très bien comme ça ») qu’ils se dispensent de la présence parentale. Notons également que les « distants » sont beaucoup plus souvent les aînés de leur fratrie, alors que les autres sont plutôt derniers. L’accompagnement des premiers prend une importance plus grande si les parents souhaitent qu’ils orientent plus tard leur(s) frère(s) ou sœur(s) cadet(tes) dans la bibliothèque.

134Cause ou conséquence, les « littéraires en bibliothèque » paraissent encore plus littéraires que les distants. Ce groupe comporte plus de filles (78 % contre 62 %). A leur goût pour le français à l’école, ils ajoutent « dégoût » pour le sport ou pour les mathématiques. Ils sont d’ailleurs meilleurs en français que dans les autres matières. Leur réinscription, plus fréquente que celle des « distants » (68 % contre 63 %), s’explique par un investissement plus aigu tant dans les lettres que dans l’institution spécialisée dans la promotion de la lecture.

135La bibliothèque accueille le jeune public dans toute sa variété. Le pluriel s’impose pour rendre compte des usages faits de cet espace. L’analyse typologique révèle qu’il existe plusieurs publics, dotés chacun d’une inégale propension à la désertion de la bibliothèque. De façon plus détaillée, il apparaît qu’un même niveau de non-réinscription est atteint par deux types de public. Les jeunes « sous-tutelle » renoncent aussi souvent que les « scientifiques » mais pour d’autres raisons. Le départ de la bibliothèque n’est pas imputable à une cause unique mais à une pluralité (limitée) de causes.

Notes

1 Comme l’affirme R. Aron (in La Sociologie allemande contemporaine, Paris, PUF, 1966, p. 82.), rappelant les idées de Rickert : « Le monde sensible est infini, aucune connaissance ne peut l’épuiser. » Il n’en demeure pas moins que, sauf à n’étudier que le singulier, toute entreprise scientifique vise à réduire l’infinie variété du réel pour le rendre intelligible.

2 Précisons que nous tenons compte de la situation début 1996, quelle que soit la trajectoire suivie. Ainsi, les non-réinscrits comprennent ceux qui viennent de ne pas renouveler leur abonnement autant que ceux qui ont abandonné la bibliothèque depuis 1993.

3 Par ce terme, nous désignons tout rassemblement sous un même toit, de parent(s) et d’enfant(s), de façon permanente ou non. Notons que les jeunes issus de parents vivant seuls sont aussi souvent réinscrits que ceux de parents vivant en couple.

4 Logiquement, on exclut de l’analyse les enfants uniques qui sont à la fois aînés et derniers. Ils représentent environ 10 % de l’échantillon.

5 P. Bourdieu, « Les Trois états du capital culturel » in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 30, 1979, p. 3-6.

6 P. Bourdieu, A. Darbel, L’Amour de l’art, Paris, Ed. de Minuit, 1969, p. 51.

7 Nous avons mis en relation le niveau déclaré en français avec celui déclaré à l’école (c’est-à-dire toutes disciplines confondues). Ainsi, un jeune bon en français et moyen à l’école sera meilleur en français qu’à l’école.

8 F. de Singly, Le Soi, le couple et la famille, Paris, Nathan, 1996, p. 127.

9 Si la catégorie générique « le sport » appartient au monde des garçons, cela ne signifie pas que tous les sports en fassent partie. La gymnastique, par exemple, appartient à l’ensemble des sports plutôt féminins.

10 Cf. A.-M. Chartier & J. Hébrard, Discours sur la lecture, Paris, BPI, 1989.

11 Par exemple, cf. F. Dumontier, F. de Singly, C. Thélot « La Lecture moins attractive qu’il y a 20 ans » in Economie & Statistique, n° 233, juin 1990, p. 63-80 ; ou R. Establet & G. Felouzis, Livre et télévision : concurrence ou interaction ?, Paris, PUF, 1992.

12 F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989, p. 22.

13 Cf. F. Dumontier, F. de Singly, C. Thélot, art. cit., p. 71.

14 Nous n’avons pas la prétention de décrire la situation dans chaque bibliothèque. Nous désignons une tendance générale qui, par définition, comporte des exceptions.

15 Pour un exemple de contradiction entre lecture documentaire et lecture-plaisir, cf. F. de Singly, « Les Jeunes et la lecture », Dossiers éducation & formations, n° 24, janvier 1993, p. 17.

16 Sur la visite maternelle et le remaniement du cadre de sociabilité, cf. infra chapitre 5.

17 Cf. R. Establet & G. Felouzis, op. cit., p. 101.

18 Au contraire, les chiffres montrent que les passionnés de revues ou journaux ont un peu moins repris leur abonnement que les autres.

19 Les jeunes inscrits « tardivement » l’ont été après 7 ans. Le caractère tardif de leur inscription n’est que relative à l’échantillon. Il s’agit du tiers de l’échantillon qui a pris son premier abonnement à la bibliothèque après l’âge de 7 ans et non d’un jugement de valeur porté par nous sur cette population.

20 A partir des données de T+1, cf. C. Poissenot, « Les Raisons de l’absence » in Bulletin des Bibliothèques de France, t. 38, n°6, 1993, p. 23.

21 Cf. F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989, p. 71-84.

22 Cet exemple montre que, loin d’être abyssale, la distance entre les préoccupations pratiques et les questions théoriques est parfois bien mince. Le souci opératoire peut conduire à formuler des questions théoriquement enrichissantes, de même que les questions théoriques donnent des outils d’intervention pratique.

23 Le rejet des goûts « trop scolaires » fait partie de ce système de valeurs.

24 Rappelons que cette familiarité est mesurée à partir du niveau de diplôme des deux parents. La catégorie « peu diplômés » regroupe les jeunes dont aucun des deux parents n’a un diplôme supérieur au BEP ou BEPC ; celle des « assez diplômés » réunit les jeunes dont au moins un des parents a le bac ou un diplôme équivalent au DEUG. Enfin les parents « très diplômés » sont ceux dont au moins un des deux à un diplôme de deuxième ou de troisième cycle.

25 Pour hiérarchiser ces informations, nous avons utilisé la notion de pourcentage à l’écart maximum (PEM). Cette notion est développée par P. Cibois (L’Analyse des données en sociologie, Paris, PUF, 1984). Il l’explique également dans la notice d’utilisation du logiciel Tri-Deux 2.2 dont il est le concepteur.

26 Nous avons retenu les six informations les plus discriminantes. Elles peuvent être rapprochées du nombre total d’informations ayant un effet sur la réinscription des jeunes de parents peu (31), assez (21) ou très diplômés (27). En aucun cas, il ne saurait être question de réduire à ce début de palmarès, l’explication de la réinscription ou non à la bibliothèque.

27 Chaque information prend place dans la hiérarchie et dans un thème. Pour classer les thèmes, nous calculons la position moyenne de chaque information (en relation statistique avec la non-réinscription) dans chaque thème c’est-à-dire la somme des classements, rapportée au nombre d’informations de ce thème.

28 Le caractère prédictif de ces informations reste fragile. Nos conclusions reposent, en effet, sur une analyse rétrospective. Nos informations ne sont prédictives que pour autant que le contexte historique reste inchangé entre le moment où nous avons réalisé notre enquête et aujourd’hui. Des réserves du même ordre doivent être formulées à propos du lieu de l’enquête.

29 Le fait d’être investi dans une autre pratique culturelle ne se traduit pas par une réinscription plus fréquente. Au contraire, chez les parents assez ou très diplômés, les jeunes inscrits à une activité artistique (musique, peinture, etc.) ont moins souvent repris leur abonnement que les autres.

30 Nous contestons la critique qui rejette l’exploration statistique au nom de l’unité, de l’insécabilité fondatrice de l’homme. Etudier des déterminants sociaux à travers des individus ne signifie pas que les individus se réduisent intrinsèquement à ces quelques informations. Il convient de distinguer le statut ontologique (l’essence de l’homme) et le statut épistémologique (l’homme en tant qu’objet de connaissance) de l’Homme ou de l’Individu.

31 Pour un exemple vivant de ce type, cf. l’entretien avec Patrick au chapitre suivant.

32 Cf. J.-F. Barbier-Bouvet, « Quelle lecture ? », in Médiaspouvoirs, n° 25, jan.mars 1992, p. 113.

Notes de fin

1 J.-C. Passeron, « Images en bibliothèques », in Bulletin des bibliothèques de France, t. 27, n° 2, 1982, p. 73.

2 Cf. J.-C. Passeron, art. cit.

Table des illustrations

Légende Un univers plutôt féminin
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau III. 1. Présentation des caractéristiques ayant servi à la fabrication de la typologie.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau III. 2. Fréquence de la réinscription selon l’amour de la lecture.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau III. 3. Fréquence de la réinscription selon l’intensité de l’investissement temporel dans la lecture.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau III.4. Fréquence de la réinscription selon la combinaison de deux informations relatives à la lecture.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/436/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau III. 5. Fréquence de la réinscription selon l’âge à la première inscription.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/436/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau III. 6. Fréquence de la réinscription selon la combinaison de deux informations relatives à la bibliothèque.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/436/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Tableau III. 7. Caractéristiques des cinq types d’usagers.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/436/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Légende Nota bene : Les caractéristiques indiquées sont tendancielles : par exemple, le groupe des jeunes « sous-tutelle » se compose d’une proportion plus grande de garçons que les autres groupes. Cela ne signifie évidemment pas qu’il se compose uniquement de garçons.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/436/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 858k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access