Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les adolescents et la bibliothèque

 | 
Claude Poissenot

Chapitre 2. Le devenir des jeunes inscrits

Texte intégral

1L’enquête réalisée en 1991 dans six équipements du réseau de la Bibliothèque municipale de Rennes a permis de constituer une cohorte de 715 jeunes inscrits. Le suivi nominatif, effectué de 1992 à 1996 montre une érosion forte : sans tenir compte des changements de résidence, 4 jeunes sur 10 ont abandonné la bibliothèque cinq ans après l’enquête. Les trajectoires suivies sont très diverses. Les « fidèles » (30 %) restent toujours inscrits, tandis que les « décrochés » (9 %) ont abandonné définitivement la bibliothèque au bout d’une année. Enfin la moitié des effectifs dansent une « valse-hésitation » : ils reviennent à la bibliothèque après l’avoir délaissée pendant une ou plusieurs années, la quittent à nouveau, à titre plus ou moins provisoire. Pour ces hésitants, plus la durée d’abandon se prolonge, plus les chances de réinscription se réduisent.

2Les équipements fréquentés influent sur le parcours des jeunes inscrits : au fil des années, ce sont toujours dans les mêmes bibliothèques que s’observent les taux de réinscription les plus forts et les plus faibles. Cet « effet bibliothèque » est lié à l’évaluation portée par les jeunes : « l’organisation de l’espace, le fonds (traduction de l’histoire des politiques d’acquisition) et l’atmosphère de l’établissement contribuent à maintenir les jeunes dans la bibliothèque ou à les en faire partir ».

3Que deviennent les jeunes inscrits ? Restent-t-ils plusieurs années à la bibliothèque ? Passent-ils à plusieurs reprises de l’inscription à la non-réinscription ? Ces questions ont donné naissance à cette recherche. Bien sûr, les bibliothécaires ont une expérience directe du phénomène d’abandon au moment de l’adolescence. En ce sens, notre projet consiste moins à révéler un phénomène jusqu’alors inconnu qu’à proposer une évaluation aussi précise que possible d’un phénomène déjà identifié.

  • 1 Cohérente, notre méthode n’en est pas moins faillible puisque, par exemple, les enfants de parents (...)

4Pour cette évaluation, le devenir des jeunes inscrits est appréhendé sous l’angle de la réinscription ou non à la bibliothèque. A la fin de l’année 1991, nous avons constitué une cohorte de 715 jeunes membres d’une des six bibliothèques rennaises retenues. Ils avaient tous en commun d’être âgés de 10 ou 11 ans. Depuis cette date, au début de chaque nouvelle année (1993, 1994, 1995 et 1996), nous avons vérifié systématiquement si chaque jeune était toujours inscrit ou non à la bibliothèque. Si tel n’était pas le cas, il fallait déterminer si sa non-réinscription était liée à une mobilité résidentielle telle qu’il lui était impossible de fréquenter soit sa bibliothèque d’origine soit une autre bibliothèque du réseau de la ville. Nous avons utilisé deux procédés complémentaires pour établir l’absence ou non de mobilité géographique. Tout d’abord, nous avons eu recours à l’annuaire téléphonique disponible par Minitel. La confrontation des adresses dont nous disposions et de celles mentionnées par l’annuaire, nous permettait de conclure à l’absence de déménagement. En revanche, quand nous n’obtenions pas de réponses, nous étions confronté à une pluralité de cas de figures : déménagement, inscription sur la « liste rouge », clôture de l’abonnement à France-Telecom, etc. Dans ce cas, l’unique solution consistait à vérifier sur place la présence ou l’absence du jeune concerné à l’adresse connue1. Grâce à ce travail, nous avons complété le fichier initial et pouvons connaître la trajectoire de chaque jeune sur les cinq années qu’aura duré la recherche.

L’érosion progressive du public

5Dans quelle mesure l’idée d’une désertion de la bibliothèque au moment de l’adolescence est-elle fondée ? Quelle est l’importance quantitative du phénomène ?

Graphique II. 1. Le devenir de la cohorte de jeunes inscrits.

Graphique II. 1. Le devenir de la cohorte de jeunes inscrits.

6Si, en janvier 1992, tous les jeunes partageaient la situation d’inscrit à la bibliothèque, avec le temps, on assiste à une érosion progressive du public. Le taux d’inscrits diminue fortement la première et la deuxième année, puisqu’il fléchit à 71 % et 58 %. La baisse marque une pause la troisième année (54 % de la cohorte reste inscrit) et reprend l’année suivante où moins d’un jeune sur deux est encore inscrit (45 %). La perception par les professionnels d’une désertion de la bibliothèque repose sur un réel phénomène de non-réinscription. En cinq ans, le taux d’inscrits est divisé par un peu plus de deux. L’impression que les adolescents tendent à quitter la bibliothèque reçoit une certaine assise. Les statistiques sur les lecteurs confirment cette tendance : à Rennes en 1994, les 6-10 ans représentaient plus d’un jeune inscrit sur trois alors que les 11-17 ans ne représentaient qu’un peu plus de quatre sur dix. Les déménagements ne constituent pas la principale cause d’érosion du jeune public. Début 1996, ils concernaient 13 % de la cohorte. Il faut rapporter cette fréquence aux 42 % de jeunes non-réinscrits en ce début d’année mais toujours résidents à Rennes. Sur dix jeunes membres de la bibliothèque fin 1991, quatre ont quitté ce lieu pour des raisons autres que celles liées à la mobilité géographique.

Un effet d’âge

7Le suivi de la cohorte sur plusieurs années offre une occasion d’étudier le rapport entre l’âge et la non-réinscription. L’échantillon a délibérément été construit sur deux classes d’âge : à part égale, il se compose de jeunes nés en 1980 et 1981. Dans l’hypothèse d’un effet d’âge, les courbes du taux de réinscription au fil des années doivent être parallèles mais avec un an de décalage.

Graphique II.2. Evolution du taux d’inscrits selon l’année de naissance.

Graphique II.2. Evolution du taux d’inscrits selon l’année de naissance.

8Les jeunes nés en 1981 connaissent un destin semblable à leurs aînés d’un an plus âgés. Leur niveau de réinscription au début 1996 est exactement le même que celui atteint au début 1995 par ceux nés en 1980. La fréquence de leur inscription diminue en même temps qu’ils grandissent. Alors qu’ils étaient tous abonnés à l’âge de 10-11 ans, moins d’un sur deux le sont toujours aujourd’hui qu’ils en ont cinq de plus.

9Dans l’évolution du taux d’inscrits, on observe une baisse sensible dès la première année. Un quart de l’échantillon quitte la bibliothèque (certains pour y revenir plus tard) pendant ce laps de temps, alors qu’il faudra trois ans pour atteindre à nouveau un tel niveau de baisse. Au début de l’enquête, l’échantillon était réparti de façon presque égale entre la classe de CM2 (cours moyen 2e année) et celle de sixième. Le premier relevé a été effectué en janvier de l’année scolaire suivante quand les jeunes étaient, pour la plupart, en cinquième ou sixième.

  • 2 Cf. chapitre 4. Le rapport à la lecture source de fragilité de l’inscription.

10Autrement dit, la première année de l’enquête est celle durant laquelle la moitié de l’échantillon environ passe du primaire au collège. Dans ce nouvel établissement scolaire, ils découvrent une institution qui ressemble à la bibliothèque : le CDI (Centre de documentation et d’information). Nous verrons plus loin2 les conditions dans lesquelles peut s’opérer un glissement de la bibliothèque au CDI. A l’appui de cette idée, le résultat selon lequel les jeunes en CM2 (quel que soit l’âge) ont un peu moins souvent renouvelé leur abonnement l’année suivante (une fois au collège) que leurs camarades en sixième (72 % contre 78 %). L’entrée au collège marquerait un point de rupture au delà duquel l’inscription deviendrait moins systématique. Le poids de chaque tranche d’âge dans la population des moins de 18 ans inscrits à la bibliothèque de Rennes confirme cet âge de 10-11 ans comme celui au-delà duquel l’inscription est moins fréquente.

La diversité des trajectoires

11D’un point de vue macroscopique, nous avons établi l’érosion progressive du jeune public des bibliothèques. Ce résultat est obtenu à partir de l’agrégation de situations individuelles, de trajectoires multiples. Si au terme des cinq années de suivi, les jeunes peuvent être classés entre « toujours inscrits » et « non-réinscrits », ils ont pu suivre des parcours différents pour aboutir à ces catégories. Nous voudrions compléter la vision en termes de résultats par une autre plus microscopique, centrée sur le processus de réinscription ou non-réinscription.

12Depuis le début de l’enquête, tous les ans, chaque jeune pouvait avoir déménagé, renouvelé ou non son abonnement. Nous avons volontairement effectué le relevé annuel des inscriptions pour tous les jeunes, même s’ils avaient renoncé les années précédentes. De cette façon, nous nous sommes donné les moyens d’observer des retours à la bibliothèque après plusieurs années de défection.

Graphique II.3. Arbre des trajectoires suivies

Graphique II.3. Arbre des trajectoires suivies

Des trajectoires hésitantes

13L’arbre des trajectoires suivies montre que tous les cas théoriquement possibles sont effectivement observés. Onze jeunes ont repris leur abonnement en 1996 alors qu’ils avaient quitté la bibliothèque depuis 1993 ; ils effectuent ainsi un retour tardif. Autre exemple : trois jeunes ont systématiquement alterné inscription et non-réinscription depuis le début de l’enquête.

  • 3 En moyenne, à Rennes et sous réserve que le contexte historique demeure identique (est-ce possible (...)

14Si toutes les trajectoires sont possibles, elles ne sont pas toutes aussi fréquentes. Le parcours le plus direct est celui effectué par les jeunes qui n’ont pas cessé de renouveler leur abonnement à la bibliothèque depuis 1991 (les « fidèles »). Ce type de trajectoire concerne 30 % des jeunes. En clair, cela signifie qu’une bibliothécaire qui inscrit un enfant de 10 ou 11 ans a trois chances sur dix3 d’avoir affaire à un usager fidèle qui renouvèlera son abonnement tous les ans jusqu’à 15 ou 16 ans. A ces « fidèles », on peut opposer les « décrochés » c’est-à-dire ceux qui ont quitté la bibliothèque dès le premier relevé et n’ont cessé de confirmer cet abandon par la suite. Ces jeunes (9 % des cas) semblent avoir effectué une expérience infructueuse et pris la résolution de ne pas la réitérer. Entre les « fidèles » et les « décrochés », on entre dans le vaste univers de l’hésitation, vaste puisqu’il concerne presque un jeune sur deux. Pour plus de trois sur dix, cette hésitation les conduit à ne pas revenir à la bibliothèque tandis que pour les 15 % qui restent, leurs doutes les ramènent à la biblio thèque. Ce public se caractérise par une évaluation permanente des inconvénients et avantages de l’inscription. Au gré de l’évolution des demandes, de l’évaluation de l’offre de la bibliothèque mais aussi des autres lieux de lecture, ces jeunes reconsidèrent leur situation et renouvellent ou suspendent leur abonnement.

  • 4 A. O. Hirshman, Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Ed. ouvrières, 1972.
  • 5 Le questionnaire leur donnait l’occasion de s’exprimer. Il faudrait réfléchir sur les conditions d (...)

15Afin de chercher à distinguer et comprendre les trajectoires hésitantes, nous avons comparé les jeunes, selon le nombre d’allers-retours entre inscription et non-inscription. Les plus instables entretiennent un rapport ambigu à la bibliothèque. Ils font plus souvent de la visite à la bibliothèque un de leurs loisirs préférés ; parallèlement, ils sont les plus fréquents à faire état de souhaits de changement en ce qui concerne le décor et le classement des livres. Comme si l’oscillation dans le jugement formait une condition des trajectoires hésitantes entre inscription et abandon. Les jeunes sont suffisamment attachés à l’établissement pour ne pas traduire irrévocablement leur insatisfaction en désertion. Grâce à leur « loyauté4 », ils expérimentent la voie de la « prise de parole » pour exprimer leur déception5. Leur oscillation entre inscription et non inscription montre qu’ils ont aussi recours à la « défection » pour faire état de leur insatisfaction. Les trajectoires les plus instables seraient suivies par des jeunes mécontents, mais attachés à la bibliothèque.

L’usure du temps

  • 6 Pour une réflexion sur l’interprétation de phénomènes évolutifs, cf. F. de Coninck & F. Godard, «  (...)

16L’étude des trajectoires permet de mesurer l’incidence de l’écoulement du temps sur le retour à la bibliothèque. Mis à part les départs définitifs (considérés comme tels : quatre non-réinscriptions successives), les jeunes balancent entre inscription et non-réinscription. Leur décision de renouveler ou non leur abonnement détermine l’avenir. C’est le « cheminement6 » qui rend compte de la situation observée.

Tableau II. 1. Probabilités de reprendre son abonnement selon le temps passé hors de la bibliothèque.

Tableau II. 1. Probabilités de reprendre son abonnement selon le temps passé hors de la bibliothèque.

17Plus les jeunes restent longtemps hors de la bibliothèque, moins ils ont de chances d’y retourner. Ceux qui l’ont quittée un an ont repris leur abonnement deux fois plus souvent que ceux qui l’ont quittée pendant trois ans. Avec le temps, les jeunes perdent la familiarité qu’ils avaient acquise : le personnel, la disposition des lieux et leurs goûts de lecture ont pu changer. A cette dissuasive perte de familiarité s’ajoute l’oubli et ce qui l’a rendu possible : ne disposant plus de la bibliothèque comme source d’approvisionnement en livres, ils ont eu le temps de mettre en place un nouveau système pour se procurer les ouvrages qu’ils souhaitent. A l’inverse, quand les jeunes n’ont passé qu’un an sans abonnement, ils ont eu certes le temps d’apprécier les services que leur rendait la bibliothèque mais sans en avoir disposé suffisamment pour construire un système d’approvisionnement concurrent. Un tel résultat conduit à penser qu’une politique de reconquête du public ayant abandonné la bibliothèque sera d’autant plus efficace qu’elle intervient précocément.

Une érosion inégale entre bibliothèques

  • 7 De la même façon que l’on peut lire des énoncés du type « les Français pensent que... » et non « l (...)

18Dans le cadre de notre recherche, nous avons interrogé des jeunes inscrits dans six bibliothèques du réseau de la Bibliothèque municipale de Rennes. Chaque établissement peut être analysé comme un élément de l’échantillon global ou comme une réalité distincte de toutes les autres. La première solution sera celle retenue pour le prochain chapitre. Elle vise à faire disparaître chaque lieu dans sa spécificité. Une telle décision est absolument légitime, il s’agit de faire disparaître les variables qui ont participé à la construction de l’échantillon7. La seconde solution celle retenue pour le présent chapitre consiste à prendre acte de l’irréductible spécificité de chaque bibliothèque. L’hypothèse est la suivante : la mise en forme de l’offre de chaque équipement exercerait une action spécifique sur son public. Par delà le profil socio-démographique du public, la bibliothèque contribue à la production de la désertion. Par son offre et sa manière d’offrir, elle construit un modèle d’usager dans lequel certains usagers réels ne se reconnaissent pas.

  • 8 L’idée d’effet bibliothèque doit beaucoup à notre lecture de l’article d’O. Cousin, « L’Effet étab (...)

19Nous opérons un renversement de perspective : le maintien ou non dans la bibliothèque ne dépend plus tant des caractéristiques sociales des jeunes que des modalités de l’offre qu’ils rencontrent. Cette approche dynamique (les bibliothèques ne sont plus seulement des institutions uniformes) laisse entrevoir un espace de « liberté » dont disposent les bibliothécaires dans la mise en forme de leur équipement. Limitées par leurs moyens matériels et humains, elles ne bénéficient que d’une étroite marge de manœuvre dans la sélection du public et de ses usages. Par l’examen de l’effet bibliothèque8 (c’est-à-dire la capacité de chaque bibliothèque, en tant que système d’offre, à sélectionner son public et à produire des usages), nous illustrons un des apports possibles de la sociologie des usages de la bibliothèque.

Graphique II.4. Evolution du taux d’inscrits dans chaque bibliothèque.

Graphique II.4. Evolution du taux d’inscrits dans chaque bibliothèque.
  • 9 Pour un examen plus détaillé de ce point, cf. C. Poissenot, Les Jeunes et la BM, Thèse pour le doc (...)

20Pour comparer pleinement l’évolution du taux d’inscrits dans chaque bibliothèque, nous l’avons calculé sur l’ensemble de la population, à l’exception de ceux qui ont déménagé. Le contour général rappelle la tendance à l’érosion progressive du public. Dans le détail, si trois ou quatre établissements occupent une position moyenne, on en observe toujours un au taux d’inscrits le plus élevé (Clôteaux) et un autre au taux le plus bas (Bourg l’Evêque). En clair, cela signifie que les jeunes inscrits à Clôteaux ont plus de chances d’être toujours inscrits cinq ans après le début de l’enquête que ceux qui fréquentent Bourg l’Evêque : 61 % contre 44 %. Les variations entre bibliothèques ne sont pas liées à un effet de structure. Les jeunes inscrits à Clôteaux ne possèdent pas des caractéristiques telles qu’ils ont, de toutes façons (c’est-à-dire quelle que soit la bibliothèque d’inscription), plus de chances de renouveler leur abonnement que ceux de Bourg l’Evêque9. Leurs parents appartiennent plus souvent au milieu populaire, ils sont moins diplômés et aiment moins lire.

  • 10 Cf. par exemple J. Vidal-Naquet, « Les horaires d’ouverture des bibliothèques municipales » in Bul (...)
  • 11 La bibliothèque sélectionne son public par son offre. Dans la lignée de la réflexion de J.-C. Pass (...)
  • 12 Cf. par exemple M. Bozon, F. Héran, « La Découverte du conjoint » in Population, n° 6, 1987, p. 94 (...)

21Qu’est-ce qui explique ces variations du taux de réinscription entre les différentes bibliothèques ? Si la réinscription plus fréquente prend sa source dans la mise en forme de l’offre, les dimensions qui la composent sont pléthoriques. S’agit-il de la politique d’acquisition, du rapport des bibliothécaires avec les usagers, de la disposition du fonds, de la densité de tables ou de fauteuils, du niveau sonore observé, des horaires d’ouverture10, de la facilité d’accès, de la situation de la bibliothèque dans l’espace urbain (ou rural), de l’architecture du lieu, etc. ? Une telle énumération partielle demande à être complétée par des travaux qui pourraient s’appuyer sur la connaissance pratique des bibliothécaires11. Un premier travail d’une recherche sur l’effet bibliothèque consisterait à lister les composantes de l’offre et à construire des indicateurs. Entreprise d’envergure pour laquelle la sociologie de la famille offre des pistes de réflexion. Le choix d’une bibliothèque comporte un point commun avec le choix du conjoint : dans les deux cas, il s’appuie sur une perception globale construite dans la durée12.

22Afin de mettre en évidence un effet bibliothèque, on distingue trois dimensions de l’offre de la bibliothèque : l’espace, le fonds et l’atmosphère. C’est à travers ces angles de vue que nous guetterons une incidence de la bibliothèque sur la pérennité de l’inscription des jeunes.

L’espace

  • 13 E. Goffman, Stigmate, Paris, Ed. de Minuit, 1975, p. 13.

23La spécificité du regard sociologique sur l’espace consiste à prendre en compte sa dimension symbolique. L’espace n’est pas seulement une donnée intelligible par les mesures ou la description physique. C’est un cadre chargé de sens. La fréquentation d’un lieu n’est pas neutre. L’espace constitue un support, un marqueur identitaire. Pour se rendre à un concert classique ou au théâtre, il faut sentir que sa présence dans ce cadre ne provoque pas de gêne. C’est dire qu’un espace devient fréquentable quand un accord se dégage entre l’image que le lieu donne de soi, l’image que l’on se fait de soi et que les autres nous reconnaissent. L’exemple cité par Goffman13, un « bandit professionnel » regardant autour de lui à plusieurs reprises avant de pénétrer dans la bibliothèque, confirme cette analyse. Dans ce cas, la bibliothèque confère une représentation du bandit que lui-même accepte mais qu’il sait entrer en contradiction avec l’image que les autres se font de lui. En pénétrant furtivement dans la bibliothèque, cet homme se protège contre un conflit identitaire qui naîtrait au cas où il serait reconnu par ses pairs : comment être un bandit professionnel, se revendiquer et être reconnu comme tel quand on fréquente une bibliothèque municipale ? Il aurait honte de fréquenter cet établissement démodé et si peu viril.

  • 14 Cf. supra, chapitre 5, La sociabilité des visites : des remaniements difficiles.

24La dimension identitaire de la fréquentation d’un espace offre une piste d’interprétation de la réinscription ou non des jeunes dans la bibliothèque. L’étude des entretiens montre qu’ils sont attachés à la reconnaissance de leur autonomie, notamment vis-à-vis de leur mère14. L’enjeu de ce souci réside dans l’affirmation, pour soi-même et pour les autres, d’une identité séparée des parents. Pour ne plus être « bébé » il faut prouver que l’on ne dépend plus totalement de la tutelle parentale. Notre hypothèse consiste alors à montrer que le renouvellement de l’inscription à la bibliothèque dépend de la dimension identitaire de l’espace fréquenté. La Bibliothèque centrale de Rennes offre ses services dans trois espaces séparés selon l’âge du public. Dans un bâtiment latéral, elle reçoit les enfants jusqu’à 12-13 ans ; à l’étage du bâtiment central, les adolescents de 13 à 17 ans et au rez-de-chaussée, les adultes à partir de 18 ans. Cette structuration de l’offre rend compte, selon nous, du faible taux de jeunes renouvelant leur abonnement. Quand nous les avons interrogés, ils étaient encore à la bibliothèque pour enfants. Dans cet espace, ils étaient les aînés, les « grands » mais la fréquentation de la bibliothèque pour enfants les fige dans ce statut. Les jeunes en détectent des indices dans le fonds qui leur est proposé. Alice nous déclare : « Je trouve que je ferais mieux d’aller à la grande bibliothèque qu’est juste à côté-là (la section adolescents) parce que... je sais plus, les romans sont plus tellement pour moi à la petite. » La connotation de l’espace déteint sur les livres qu’il comporte. Un même ouvrage n’a pas le même sens selon qu’il est proposé dans une bibliothèque pour enfants ou pour adolescents. L’idée que les jeunes se font d’eux-mêmes et de leur âge entre en contradiction avec l’image que le lieu donne de ses visiteurs. La fréquentation d’une bibliothèque pour enfants contrecarre l’aspiration des jeunes à sortir de ce statut. La baisse du taux d’inscrits en 1994 correspond à l’âge frontière atteint par les jeunes de l’enquête (13 ans environ).

25La construction de l’offre en espaces séparés selon l’âge soulève plusieurs difficultés incitant à la non-réinscription. Dans la bibliothèque pour enfants, les jeunes ne fréquentent pas des aînés auxquels ils pourraient s’identifier ou se référer pour bâtir leur parcours de lecteur. Le cloisonnement interdit aussi la continuité de la progression dans ce parcours. Pour avancer dans sa trajectoire, le jeune lecteur doit changer d’espace et découvrir un fonds sensiblement différent sans disposer de ses anciens repères. Le parcours de lecture ne ressemblant pas à une progression continue mais à des évolutions suivies de retours sur d’anciennes lectures, le passage à la section « adolescents » prive les jeunes de ce retour dans lequel ils pourraient se rassurer. On observe souvent des jeunes de 12-13 ans revenir vers des albums J’aime lire, ou vers des petits romans. Le passage à un autre espace impose de s’y familiariser : cela implique un nouvel exercice de repérage du lieu et des normes en vigueur. La tâche est rendue plus difficile par le fait que, dans cet espace déclaré pour adolescents, l’accompagnement maternel entrerait en contradiction directe avec l’aspiration à la reconnaissance de l’autonomie vis-à-vis des parents. Il faut alors s’appuyer sur d’autres intermédiaires (les amis, les frères ou sœurs, les bibliothécaires) ou procéder seul à cette familiarisation. Nous avons constaté en 1995 une remontée du taux d’inscription qui correspond au retour à la section « adolescents » de ceux qui avaient quitté la section enfantine un an plus tôt. Ce cadre spécifique ne fidélise pas pour autant ces « revenants » puisque le taux retombe en 1996 à un niveau parmi les plus bas (49 %).

26L’absence de continuité spatiale de l’offre selon l’âge contrarie la continuité dans la pratique de lecture et dans la construction de l’identité. Dans des bibliothèques assurant dans un même lieu, l’offre de livres pour tous les publics, les conditions sont davantage réunies pour assurer le glissement de l’univers et des livres des enfants à ceux des adolescents et des adultes. Les frontières sont levées, les passages et retour « en arrière » rendus possibles. La disposition de l’offre reconstitue spatialement le parcours des lecteurs. Parmi les six bibliothèques de l’échantillon, trois comportent des frontières physiques (murs ou étage) entre la section jeunesse et la section adulte (Bibliothèque centrale, Longs Champs, Triangle). A Villejean, la frontière n’est pas physique mais elle existe cependant par l’intervention du personnel. Clôteaux et Bourg L’Evêque ont en commun d’organiser sur un seul étage l’offre de documents pour tous les âges. A l’exception de Bourg L’Evêque, les modalités de mise en espace de l’offre rendent compte de la fréquence de la réinscription : Clôteaux s’oppose aux autres bibliothèques. Une telle conclusion militerait en faveur d’équipements de taille limitée de façon à rendre lisible la continuité de l’offre en fonction des âges de la vie.

Le fonds

27Dans l’espace qui est le sien, la bibliothèque offre principalement des livres. On peut différencier les bibliothèques selon ce critère qui se dédouble : le nombre de livres, la nature des documents proposés.

  • 15 On sait qu’une partie du public populaire peut-être « repoussé » par une trop grande abondance d’o (...)

28A propos du nombre de titres, nous pouvons faire l’hypothèse que les jeunes auront d’autant moins de chances de se lasser du fonds que celui-ci est plus étendu. Dans ce cas, nous présupposons (à tort15 ?) que tous les jeunes préfèrent un fonds important à un réduit. A l’appui de cette thèse, le fait que les jeunes inscrits à Bourg L’Evêque sont les plus nombreux à avoir déserté ce lieu, doté du plus faible nombre de volumes. Reste que les jeunes inscrits au Triangle ne sont pas les plus souvent réinscrits, alors que le fonds de cette bibliothèque est plus riche que celui des autres.

29La taille du fonds doit être mise en relation avec l’offre domestique et avec l’intensité de la lecture. Les jeunes évaluent plus ou moins consciemment l’apport de la bibliothèque en tenant compte de ces deux facteurs : à quoi me sert une bibliothèque au fonds étendu si je suis un petit lecteur disposant de nombreux livres chez moi ? A partir de ce raisonnement, nous avons classé les jeunes dans trois catégories. Les premiers sont de gros lecteurs disposant de moins de cent livres pour enfants à la maison ou de moyens lecteurs avec moins de cinquante livres : ils connaissent un déficit de l’offre domestique ; ils n’ont pas beaucoup de livres pour assouvir leur pratique. A l’inverse, les deuxièmes sont de petits ou moyens lecteurs disposant d’au moins cinquante livres pour enfants : ils sont en situation d’excès d’offre. La dernière catégorie regroupe les petits lecteurs avec peu de livres, les moyens avec assez et les gros avec beaucoup de livres : ils se situent davantage en position d’équilibre entre offre et demande de livres. Un tel classement permet de confronter offre et demande de livres dans le cadre domestique.

  • 16 Dans cette section, on exclut la bibliothèque centrale des investigations car elle regroupe en fai (...)

30Tous ces jeunes fréquentent des bibliothèques différentes par l’ampleur de leur fonds. En 1993, le fonds du Triangle était composé de 17 000 volumes contre 12 000 pour Clôteaux et Longs Champs, et 11 000 pour Villejean et 10 000 pour Bourg l’Evêque16. On peut s’attendre à ce que les jeunes en situation de Dans cette section, on exclut la bibliothèque centrale des investigations car elle regroupe en fait deux bibliothèques distinctes.

Tableau II.2. Taux de réinscrits au début 1996 selon le rapport entre offre et demande de livres dans le cadre domestique et l’étendue du fonds de la bibliothèque d’inscription.

Tableau II.2. Taux de réinscrits au début 1996 selon le rapport entre offre et demande de livres dans le cadre domestique et l’étendue du fonds de la bibliothèque d’inscription.

31Quand les inscrits sont en situation de déficit, ils renouvellent leur inscription dans les bibliothèques leur offrant un choix assez large. Plus précisément, ils quittent plus souvent les bibliothèques à fonds restreint. Cherchant une offre publique supplétive de l’offre domestique défaillante, ils aspirent à un vaste choix. Les petites bibliothèques ne parviennent pas à satisfaire leur appétit. Ils les quittent sans que l’on puisse savoir vers quelles sources d’approvisionnement ils se tournent (amis, CDI ?).

32En situation d’excès, les jeunes se détournent des bibliothèques aux larges fonds. Ils restent sensiblement plus souvent inscrits dans les petites bibliothèques que dans les grandes. Ils n’aspirent pas à une offre abondante mais à un fonds restreint qu’ils parviendront plus facilement à maîtriser dans sa variété. Les grosses bibliothèques semblent comme effrayer ces jeunes qui ne sont pas de gros lecteurs. Ces rayonnages de livres les renverraient à leur pratique peu intensive comme le fait déjà le fonds domestique.

  • 17 Ces valeurs ne sont jamais tant visibles et partagées que lorsqu’elles sont menacées. La diffusion (...)

33Si le corps professionnel des bibliothécaires est traversé de lignes de clivage et de tensions, il se caractérise par un sentiment d’appartenance assez aigu. Les bibliothécaires partagent certaines valeurs importantes17. Ainsi, à part les bibliothèques spécialisées, les politiques d’acquisitions ne varient pas tellement entre bibliothèques. Par exemple, d’après les statistiques de 1993, les bandes dessinées représentent entre 3,8 % et 5,2 % du nombre total de documents selon les bibliothèques de notre étude. Du point de vue de la nature du fonds, il n’apparaît donc pas de grandes différences entre bibliothèques. Pour autant, doit-on renoncer à chercher des différences ? Il faut ici distinguer le fonds de l’offre réelle. Le fonds, c’est l’état de la collection à un moment du temps. L’offre réelle désigne ce qui reste du fonds quand celui-ci est approprié par le public, c’est-à-dire ce qui n’est pas emprunté. Quand les jeunes entrent à la bibliothèque, ils n’ont pas accès à la collection mais à un sous-ensemble formé de ce à quoi leurs camarades ont renoncé. Pour schématiser : toutes les bibliothèques possèdent la collection complète des Tintin mais chaque jeune usager n’a à sa disposition qu’un petit nombre d’albums de cette collection.

34Sous ce rapport, des différences apparaissent entre bibliothèques. Pour les mesurer, on utilise le taux de rotation des documents.

  • 18 Nous travaillons à partir de données qui nous ont aimablement été fournies par les services de la (...)
  • 19 C. Combet, « Les 14-18 ans, des clients pour les libraires », in Livres Hebdo, n° 239, 7 mars 1997 (...)

35A titre indicatif, on calcule cet indice pour le seul fonds de bandes dessinées pour enfants dans chaque bibliothèque concernée18. Le choix de ce type de livre résulte de l’absence de données disponibles pour différencier les romans des autres types de livre ou de périodique. Il correspond aussi à un type d’écrit particulièrement prisé par les jeunes. Un récent sondage montre que « la bande dessinée est le genre de prédilection des adolescents19 ».

Tableau II. 3. La place de la bande dessinée dans les différentes bibliothèques de l’enquête.

Tableau II. 3. La place de la bande dessinée dans les différentes bibliothèques de l’enquête.

36Du point de vue, non plus de la part de bandes dessinées dans la collection, mais de celui de l’offre réelle de ce type de documents, les bibliothèques se différencient nettement. Le taux de rotation est deux fois moins élevé à Clôteaux qu’au Triangle. Cela signifierait que les jeunes disposeraient d’un choix beaucoup plus important dans la première que dans la seconde. En quoi cet indice d’offre réelle peut-il contribuer à rendre compte des inégalités entre bibliothèques dans l’érosion du public ? On confronte l’offre réelle de chaque bibliothèque avec la demande qui caractérise son public. La bibliothèque de Clôteaux est celle qui offre le plus de bandes dessinées à ses usagers. Ceux-ci sont aussi parmi ceux qui déclarent le plus souvent avoir lu une bande dessinée en dernier. Devant eux, les jeunes de Villejean se heurtent à une offre réelle faible. N’est-ce pas la convergence d’une forte demande de bandes dessinées avec une offre abondante qui rend compte, au moins pour partie, de la propension accrue des jeunes de Clôteaux à renouveler leur abonnement ? Cependant, il convient de ne pas systématiser cette explication sur la nature du fonds réellement offert. En effet, les lecteurs et amoureux de la bande dessinée devraient être les plus sensibles à cet aspect de la bibliothèque. Si on classe les bibliothèques en fonction de ce taux de rotation, on aboutit à deux ensembles opposant d’une part Clôteaux et Longs Champs, de l’autre Villejean, Triangle ainsi que Bourg l’Evêque. En réalité, les lecteurs de bandes dessinées ainsi que les passionnés de ce type d’ouvrage ne sont pas davantage réinscrits dans le premier groupe que dans le second alors qu’ils disposent d’une offre plus abondante.

L’atmosphère

37De chaque équipement émane une atmosphère particulière due à une multitude de sources. Les jeunes usagers perçoivent l’espace de la bibliothèque et l’évaluent, si ce n’est explicitement du moins à travers leur entrain à le fréquenter. Partant de cette idée, nous émettons l’hypothèse que les équipements recueillant la satisfaction de leurs usagers auront à déplorer un nombre plus limité de non-réinscriptions que les bibliothèques jugées plus sévèrement. L’absence de renouvellement serait une forme d’expression de l’insatisfaction. L’ « effet bibliothèque » émerge non plus à partir des caractéristiques propres à chaque équipement, mais à partir du jugement que les jeunes portent sur lui. Aucune bibliothèque ne suscite les mêmes avis : pour certaines de la satisfaction, pour d’autres, plutôt du mécontentement. Dans cet écart de jugement résiderait la source de la non-réinscription.

38Comment connaître la façon dont les jeunes évaluent l’atmosphère de chaque bibliothèque ? Nous ne sommes pas habilités à (ni capables de) nous prononcer en leur nom. De même, nous n’avons pas fait visiter les six bibliothèques à l’ensemble de l’échantillon interrogé pour qu’ils nous formulent leurs jugements de façon comparative. Dans le cadre de notre enquête, nous disposons de l’avis de jeunes inscrits sur certains aspects de l’offre de leur bibliothèque. Nous reconstituons leur jugement à partir des éléments suivants :

  • La fréquence des demandes de conseils. Nous postulons que plus les jeunes demandent des conseils, moins ils rechignent à le faire, plus le cadre dans lequel ils sont placés les incite à le faire.
  • L’expression de satisfaction. Une question ouverte permettait aux jeunes d’exprimer leurs éventuels souhaits de changement. Nous retenons ici uniquement l’ensemble de ceux qui ont fait part de leurs réticences à l’idée de changements. Ils écrivaient souvent des formules comparables à : « Non, elle est très bien comme ça. » Dans ce cas, l’enthousiasme pour la bibliothèque ne fait aucun doute.
  • Le goût pour l’ambiance. Les jeunes qui déclarent aimer beaucoup l’ambiance de la bibliothèque manifestent leur attachement à cet équipement.
  • Le retour précoce du questionnaire. Les jeunes ont reçu le questionnaire à leur domicile et devaient le renvoyer par la poste grâce à l’enveloppe affranchie qui leur était fournie ou le rapporter à la bibliothèque. Nous avons demandé aux bibliothécaires de noter la date de retour (pour la poste, l’information était accessible grâce à l’oblitération du timbre). Ici, nous estimons que la date de retour fournit une indication de l’attachement. L’empressement à répondre correspond à un intérêt pour ce qui a trait à la bibliothèque. A l’inverse, ceux qui répondent plus tardivement paraissent moins investis, attachés à leur bibliothèque ; peut-être ont-ils été davantage attirés par les lots promis pour le tirage au sort des questionnaires.
  • Le goût pour la visite. Parmi les activités préférées, nous avions glissé celle qui consiste à aller à la bibliothèque, considérant que les jeunes qui la cochent en premier ou en second choix manifestent ainsi leur satisfaction et également l’attrait de la bibliothèque qu’ils fréquentent. Nous préférons le goût pour la visite à la fréquence de la visite tant celle-ci peut appartenir au registre de la prescription parentale ou amicale.

39Notre méthode présente l’avantage de s’appuyer sur un matériau recueilli grâce à une procédure standardisée (le questionnaire) dans laquelle l’enquêteur ne peut suggérer son éventuel goût pour une bibliothèque particulière. Elle postule que les jeunes ont la même façon de juger n’importe quel établissement. C’est-à-dire que les moins satisfaits par leur bibliothèque seraient aussi enthousiastes que leurs camarades qui en fréquentent une autre s’ils étaient à leur place.

Tableau II. 4. Hiérarchie des bibliothèques selon cinq critères destinés à approcher le jugement porté sur chacune d’entre elles par les jeunes.

Tableau II. 4. Hiérarchie des bibliothèques selon cinq critères destinés à approcher le jugement porté sur chacune d’entre elles par les jeunes.

40Note de lecture : La demande de conseils est la plus fréquente à la bibliothèque centrale et à Clôteaux et la plus rare au Triangle.

41Nota bene : Plusieurs bibliothèques peuvent figurer dans une même case quand elles partagent des pourcentages voisins.

  • 20 Cf. J.-F. Barbier-Bouvet, « L’Embarras du choix : sociologie du libre-accès en bibliothèque » in B (...)

42Chaque critère est pensé comme participant de ce que l’on cherche à approcher, le degré d’attachement à l’atmosphère de la bibliothèque. Sa contribution individuelle peut prêter à critique (exemple : le recours aux conseils de la bibliothécaire n’est-il pas culturellement déterminé20 ?). En revanche, la somme de critères (score) parfois approximatifs fournit un indicateur satisfaisant. La mise en parallèle du résultat de cette agrégation de critères avec la fréquence de la réinscription l’atteste.

Tableau II.5. Hiérarchie des bibliothèques selon le jugement que les jeunes portent sur leur atmosphère et la fréquence de leur réinscription.

Tableau II.5. Hiérarchie des bibliothèques selon le jugement que les jeunes portent sur leur atmosphère et la fréquence de leur réinscription.
  • 21 Pour une tentative de déconstruction des modalités de l’offre et d’examen de son incidence sur la (...)

43La position des bibliothèques dans la hiérarchie du jugement sur leur atmosphère suit de près leurs « performances » de réinscription. Les jeunes placent Clôteaux en tête pour son atmosphère. C’est également à Clôteaux que l’on observe le plus de réinscriptions. Quels sont dans la bibliothèque les supports de cette atmosphère qui séduit les jeunes usagers ? Le décor, l’espace, l’accueil, le public21, la combinaison de tous ces éléments ? Par des voies qui restent à éclaircir, l’atmosphère de l’équipement paraît en mesure de modifier le comportement des jeunes en abrégeant ou en prolongeant la durée de leur inscription. Dans le chapitre suivant, nous montrerons que le rapport à la bibliothèque produit des probabilités de réinscription inégales. Jusqu’au troisième rang, les deux ordres (atmosphère, réinscription) sont parallèles puis ils divergent partiellement. La non-superposition parfaite des deux ordres nous montre que si l’effet bibliothèque repose sur l’atmosphère qui s’y développe, il s’appuie aussi sur d’autres ressorts tels que la structuration de l’espace et le fonds disponible.

44Le phénomène de désertion n’affecte pas également toutes les bibliothèques. Certaines sont davantages épargnées que d’autres. Nous avons cherché à rendre compte de ces inégalités non par la composition sociale du public de chaque établissement, mais par les caractéristiques particulières de son offre. L’organisation de l’espace, le fonds (traduction de l’histoire des politiques d’acquisition) et l’atmosphère de la bibliothèque contribuent à maintenir les jeunes dans la bibliothèque (ou à les en faire partir). Dès lors, il devient tentant de chercher une « recette miracle » pour conserver les inscrits. La mise au point de « remèdes » suppose de prendre en compte les caractéristiques du public, réel et potentiel, et de la bibliothèque. Sans doute aussi le jugement des jeunes sur la bibliothèque se construit-il dans la durée, ce qui implique un travail de longue haleine et de tous les instants. S’il n’existe pas de « recette miracle » chaque établissement n’est pas complètement immergé dans sa singularité. A trop insister sur la particularité des situations, le risque est grand de renoncer à toute intervention au nom de la fatalité. Les remèdes adoptés dans certains cas peuvent avantageusement être transposés dans d’autres ou donner matière à réflexion. L’évaluation rigoureuse des effets de chaque expérience et la diffusion sélective des « remèdes » constitueraient deux axes d’une possible politique visant à fidéliser le public.

Notes

1 Cohérente, notre méthode n’en est pas moins faillible puisque, par exemple, les enfants de parents divorcés qui habitent chez leurs mères peuvent avoir un nom de famille différent (si elle a repris son nom de jeune fille) non écrit sur la boîte aux lettres.

2 Cf. chapitre 4. Le rapport à la lecture source de fragilité de l’inscription.

3 En moyenne, à Rennes et sous réserve que le contexte historique demeure identique (est-ce possible ?) ou comparable (sous quel rapport ?). Pour une réflexion sur le domaine de validité des énoncés statistiques, cf. J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991.

4 A. O. Hirshman, Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Ed. ouvrières, 1972.

5 Le questionnaire leur donnait l’occasion de s’exprimer. Il faudrait réfléchir sur les conditions de production de l’insatisfaction en bibliothèque : les cahiers de suggestions peuvent constituer un moyen pour susciter l’expression de mécontentement.

6 Pour une réflexion sur l’interprétation de phénomènes évolutifs, cf. F. de Coninck & F. Godard, « L’Approche biographique à l’épreuve de l’interprétation, les formes temporelles de causalité » in Revue française de sociologie, janvier-mars 1990, XXXI-1, 1989, p. 23-53.

7 De la même façon que l’on peut lire des énoncés du type « les Français pensent que... » et non « l’échantillon de Français interrogés, sélectionnés sur des critères d’âge, de sexe, d’origine socio-professionnelle et de lieu de résidence, pensent que... ».

8 L’idée d’effet bibliothèque doit beaucoup à notre lecture de l’article d’O. Cousin, « L’Effet établissement » in Revue française de sociologie, XXXIV, juil-sept 1993, p. 395-419. L’auteur propose d’intégrer les établissements dans le schéma explicatif des inégalités scolaires.

9 Pour un examen plus détaillé de ce point, cf. C. Poissenot, Les Jeunes et la BM, Thèse pour le doctorat de sociologie (dir. F. de Singly), université de Paris V-Sorbonne, octobre 1994, p. 338-341.

10 Cf. par exemple J. Vidal-Naquet, « Les horaires d’ouverture des bibliothèques municipales » in Bulletin des bibliothèques de France, t. 38, n° 6, 1993, p. 8-14.

11 La bibliothèque sélectionne son public par son offre. Dans la lignée de la réflexion de J.-C. Passeron, il faudrait mener des études sur l’inscription à partir de l’hypothèse d’un effet bibliothèque. Pourquoi les bibliothèques municipales ne développeraient-elles pas des analyses du taux d’inscrit rapporté à la population desservie pour chaque bibliothèque de son réseau ? Conquérir de nouveaux publics nécessite de connaître la façon dont doit se présenter la bibliothèque pour qu’ils franchissent la porte.

12 Cf. par exemple M. Bozon, F. Héran, « La Découverte du conjoint » in Population, n° 6, 1987, p. 943-986 et in Population, n° 1, 1988, p. 121-150.

13 E. Goffman, Stigmate, Paris, Ed. de Minuit, 1975, p. 13.

14 Cf. supra, chapitre 5, La sociabilité des visites : des remaniements difficiles.

15 On sait qu’une partie du public populaire peut-être « repoussé » par une trop grande abondance d’offre. Cf. N. Robine, Les Jeunes travailleurs et la lecture, Paris, La Documentation française, 1984, p. 110.

16 Dans cette section, on exclut la bibliothèque centrale des investigations car elle regroupe en fait deux bibliothèques distinctes.

17 Ces valeurs ne sont jamais tant visibles et partagées que lorsqu’elles sont menacées. La diffusion du rapport Pallier sur la censure à la bibliothèque d’Orange crée une occasion de rassemblement autour des valeurs communes, cf. Libération du 11 juillet 1996.

18 Nous travaillons à partir de données qui nous ont aimablement été fournies par les services de la BM de Rennes.

19 C. Combet, « Les 14-18 ans, des clients pour les libraires », in Livres Hebdo, n° 239, 7 mars 1997, p. 55.

20 Cf. J.-F. Barbier-Bouvet, « L’Embarras du choix : sociologie du libre-accès en bibliothèque » in Bulletin des bibliothèques de France, t. 31, n° 4, 1986, p. 294-298. En fait, si le public de la Bibliothèque centrale est très largement issu de parents très diplômés, ce n’est pas le cas de celui de Clôteaux.

21 Pour une tentative de déconstruction des modalités de l’offre et d’examen de son incidence sur la sélection des usagers et le façonnement de leurs usages à la bibliothèque, cf. C. Loquet, L’Espace bibliothèque : enquête sur les usagers du réseau de lecture publique brestois, mémoire de maîtrise de sociologie, université Rennes 2, (dir. P. Corbel & C. Poissenot), juin 1996.

Table des illustrations

Titre Graphique II. 1. Le devenir de la cohorte de jeunes inscrits.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Graphique II.2. Evolution du taux d’inscrits selon l’année de naissance.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/435/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Graphique II.3. Arbre des trajectoires suivies
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/435/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Tableau II. 1. Probabilités de reprendre son abonnement selon le temps passé hors de la bibliothèque.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/435/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Graphique II.4. Evolution du taux d’inscrits dans chaque bibliothèque.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/435/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau II.2. Taux de réinscrits au début 1996 selon le rapport entre offre et demande de livres dans le cadre domestique et l’étendue du fonds de la bibliothèque d’inscription.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/435/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Tableau II. 3. La place de la bande dessinée dans les différentes bibliothèques de l’enquête.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/435/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Tableau II. 4. Hiérarchie des bibliothèques selon cinq critères destinés à approcher le jugement porté sur chacune d’entre elles par les jeunes.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/435/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Tableau II.5. Hiérarchie des bibliothèques selon le jugement que les jeunes portent sur leur atmosphère et la fréquence de leur réinscription.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/435/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access