Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les adolescents et la bibliothèque

 | 
Claude Poissenot

Chapitre 1. Une population singulière : les jeunes inscrits

Texte intégral

1Les données de l'enquête réalisée en 1988 sur un échantillon national montrent la singularité de la population des jeunes inscrits en bibliothèque. Leurs parents ont plus souvent fréquenté le lycée ou l'université, apprécient davantage le livre et la littérature et utilisent plus souvent la bibliothèque. Ces jeunes sont de gros lecteurs et déclarent aimer beaucoup la lecture. Ils adhèrent plus souvent au concept de la « lecture-plaisir » : leur rapport au livre débouche sur les valeurs privilégiées par la bibliothèque (discussions et échanges à propos des livres, préférence donnée aux romans). Ils font plus souvent preuve d'une « compétence littéraire » : ils manifestent une connaissance des auteurs, des éditeurs, des collections. Bons élèves en classe, ils se signalent par leur « amour de l'école » où ils brillent, d'abord en mathématiques mais encore plus en français.

  • 1 ARCmc, « L'Expérience et l'image des bibliothèques municipales » in Bulletin des bibliothèques de F (...)

2Qui sont les jeunes inscrits à la bibliothèque ? En quoi se distinguent-ils de ceux qui ne le sont pas ? La réflexion sur les publics de la bibliothèque a été enrichie par plusieurs enquêtes. Celles sur les pratiques culturelles des Français présentent l'avantage d'être (jusqu'à présent) renouvelées régulièrement. En 1979, le ministère de la Culture et de la Communication a passé commande d'une enquête en cours de renouvellement sur « l'expérience et l'image des bibliothèques municipales1 ». Cette enquête, qui porte sur un échantillon national, insiste notamment sur les différences entre inscrits et non-inscrits. Dès lors, la notion de « public » au singulier devient difficile à conserver. Ce qui jusqu'alors pouvait être perçu et analysé comme « le public » demande à être remanié. La comparaison des inscrits avec les non-inscrits débouche sur la reconnaissance de l'hétérogénéité des publics de la bibliothèque.

  • 2 F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989.

3L'enquête de F. de Singly2 porte sur un échantillon de jeunes de 12 ans. A la différence des précédentes, qui reposaient sur un échantillon de Français de 15 ans et plus, celle-ci permet de mener la comparaison entre inscrits et non-inscrits pour la seule population des 12 ans. Réalisée auprès des jeunes et de leurs mères, l'enquête permet aussi de prendre en compte les différences d'origine familiale.

  • 3 En 1994, le taux d'inscrits sur la population desservie était de 17,7 % pour l'ensemble de la popul (...)

4Au cœur de ce chapitre se trouve l'idée que les jeunes inscrits à la bibliothèque ne ressemblent pas à leurs homologues non-inscrits. Nous montrerons qu'ils proviennent tendanciellement de familles différentes, qu'ils développent des goûts différents et sont dans une autre situation scolaire que leurs homologues non abonnés. Il s'agit de montrer, grâce à cette comparaison, la singularité de la population des inscrits et donc l'erreur qui consiste à réfléchir sur « les jeunes et la lecture (ou la bibliothèque) » à partir de l'examen des seuls inscrits de la bibliothèque. A fréquenter cet équipement culturel, on risque d'oublier que ses usagers ne représentent qu'une partie minoritaire de la population globale3. Il nous appartient de montrer maintenant en quoi cette population est bien singulière.

Des parents différents

5L'idée que les comportements et les pratiques juvéniles découlent des parents est désormais banale. La diffusion des travaux sociologiques et psychologiques contribue à imposer le modèle de la transmission comme système d'interprétation des comportements des enfants. Nous reprenons ce modèle et le reformulons à partir de la spécificité de la question de l'inscription des jeunes en bibliothèque. Par quels traits les parents des jeunes inscrits se distinguent-ils de ceux des jeunes qui ne le sont pas ? Qui transmet quelles caractéristiques ? En quoi cela constitue-t-il une incitation à l'inscription ?

La familiarité avec le système de valeurs scolaires

6Dans cette « quête » des sources de l'inscription juvénile, le sociologue ne part pas totalement démuni. Grâce notamment aux enquêtes déjà citées, il connaît les traits particuliers de la population des inscrits âgés de 15 ans et plus. Pour que les jeunes s'abonnent à la bibliothèque, peut-être faut-il que leurs parents ressemblent à cette population. La sociologie de l'éducation constitue son deuxième pôle d'inspiration. De nombreuses enquêtes ont établi une forte relation entre la trajectoire scolaire des enfants et les attributs sociaux des parents. Dès lors, peut-être est-il possible de chercher dans cette direction des éléments d'explication de l'inscription des jeunes en bibliothèque.

  • 4 Cf. notamment P. Bourdieu & A. Darbel, L'Amour de l'art, Paris, Ed. de Minuit, 1969.
  • 5 Cf. pour une synthèse sur la sociologie de l'école, J.-M. de Queiroz, L'Ecole et ses sociologies, P (...)

7Au confluent de ces deux sources d'inspiration, se trouve la familiarité des parents avec l'univers scolaire. Des travaux ont montré l'incidence forte et récurrente du niveau de diplôme sur la fréquentation des équipements culturels4 et sur la trajectoire scolaire des enfants5. Le contact prolongé des parents avec l'univers scolaire favorise l'acquisition du système de goûts et de valeurs promu par cette institution. L'intériorisation de ce système de valeurs crée les conditions des pratiques culturelles (telles que les concerts classiques, visites de musée, théâtre, spectacles de danse) et du succès scolaire. Afin de mesurer cette familiarité des parents avec l'institution scolaire, nous avons décidé de retenir comme indicateur le dernier établissement scolaire fréquenté. Moins précis que le diplôme possédé, il présente l'avantage de prendre aussi en compte les études sanctionnées par un échec. La familiarité des parents avec l'univers scolaire repose sur la combinaison des réponses de chacun des deux à la question sur le type du dernier établissement scolaire fréquenté. Nous distinguerons trois niveaux de familiarité : faible (les parents ont tous les deux fréquenté l'école primaire ou le collège, ou un des deux est allé jusqu'au lycée mais l'autre s'est arrêté en primaire), moyen (au moins un des deux parents a fréquenté un lycée d'enseignement général et aucun des deux ne s'est arrêté en primaire) et supérieur (les deux parents ont fréquenté l'enseignement supérieur).

8La fréquence de l'inscription des jeunes à la bibliothèque s'élève avec le degré de familiarité des parents avec l'univers scolaire. De 32 % en cas de faible familiarité, elle passe à 39 % pour une familiarité moyenne et atteint 57 % pour les parents ayant tous les deux suivi des études supérieures. Les parents des jeunes inscrits se différencient de ceux qui ne le sont pas par leur plus longue scolarité. L'inscription des enfants à la bibliothèque constitue d'autant plus une évidence que les parents sont familiers des valeurs et goûts de l'institution scolaire. La définition par les mères de ce qu'apporte la lecture offre un exemple de la variabilité des valeurs et des goûts selon la proximité de l'univers scolaire. Plus les parents sont familiers des valeurs scolaires, moins les mères font de la lecture une source de progrès en matière de vocabulaire et d'orthographe (66 % des mères de niveau supérieur de familiarité contre 28 % de celles de niveau faible) et plus elles se tournent vers une définition de la lecture comme apportant du plaisir (46 % des mères de niveau supérieur de familiarité contre 19 % de celles de niveau faible). Dans le cadre scolaire, si les fautes d'orthographe sont sanctionnées, la lecture est valorisée quand elle est déclinée sur le mode du plaisir.

L'atmosphère culturelle locale

9Le degré de proximité avec les valeurs scolaires constitue une différence importante entre les parents des jeunes inscrits et les autres. On peut dès lors chercher à mettre en évidence d'autres différences à niveau d'instruction égal.

  • 6 P. Moulinier, Politique culturelle et décentralisation, Paris, Ed. du CNFPT, 1995, p. 70.

10L'intensité de la « vie culturelle », c'est-à-dire les occasions de pratiques culturelles, fluctue selon l'ère géographique habitée. Le lieu de résidence fait office d'indicateur de cette atmosphère culturelle locale dans laquelle baignent les enfants et leurs parents. Selon qu'ils résident dans une commune rurale, une (petite ou grande) ville de province ou Paris, les enfants sont soumis à de plus ou moins fortes sollicitations, ont plus ou moins l'occasion de pratiquer une activité culturelle et d'être en contact avec ce type d'incitation. Les dépenses publiques à destination des activités culturelles sont inégales. « L'argent de la Culture se concentre dans les grandes villes où se trouvent les grandes sources de vie culturelle6. »

11Afin de cerner l'incidence de cette atmosphère culturelle locale, le tableau suivant compare la fréquence de l'inscription selon le lieu de résidence des jeunes et de leurs mères.

Tableau 1.1. Fréquence de l'inscription selon la taille de la commune ou de l'agglomération de résidence et la familiarité des parents avec le système de valeurs scolaires.

Tableau 1.1. Fréquence de l'inscription selon la taille de la commune ou de l'agglomération de résidence et la familiarité des parents avec le système de valeurs scolaires.

Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).

12Le niveau d'instruction varie selon le lieu de résidence. Etudier uniquement l'inscription en bibliothèque selon la taille de la commune de résidence risque de conduire à retrouver, par un effet de halo, une incidence du niveau d'instruction. Quel que soit le degré de familiarité des parents avec l'univers scolaire, les jeunes de 12 ans qui résident dans des communes rurales (moins de 2 000 habitants) sont moins souvent membres d'une bibliothèque que leurs camarades demeurant dans des agglomérations de plus grande taille. A l'opposé, on observe le taux d'inscrits le plus élevé chez les jeunes habitants de Paris et de son agglomération.

13On peut attribuer la faiblesse de l'inscription des jeunes des communes rurales à un défaut d'offre. Réalisée en 1988, l'enquête prend en compte le développement du réseau de la lecture publique à cette date. Malgré la multiplication des BDP (Bibliothèque départementale de prêt), toutes les communes rurales ne disposaient pas d'une bibliothèque ou d'un dépôt de livres. Reste que ce défaut d'offre ne fournit pas une explication suffisante. L'offre en bibliothèque des grandes villes de province n'est pas toujours moindre qu'à Paris (agglomération comprise). Une atmosphère culturelle locale marquée par une abondance de pratiques culturelles crée des conditions plus favorables à l'inscription. La propension à exercer ce type de pratique augmente avec le nombre d'activités pratiquées. Le succès des bibliothèques parisiennes découle de ce cumul des pratiques culturelles non plus à l'échelle d'un individu mais collectivement, à l'échelle d'une agglomération urbaine.

Des parents engagés dans des pratiques culturelles

14Le principe d'une pratique culturelle facilitée par le cumul d'autres pratiques peut être transposé au niveau familial. On peut formuler l'hypothèse d'une inscription plus fréquente des jeunes dont les parents sont le plus engagés dans ce type d'activité. Ainsi, l'inscription d'au moins un parent à une bibliothèque comme l'engagement des deux parents dans la pratique de la lecture ou le nombre de visites maternelles au musée forment autant de pratiques culturelles susceptibles de générer une atmosphère propice à l'inscription des jeunes à la bibliothèque.

Tableau 1.2. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon l'inscription d'au moins un parent en bibliothèque et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.

Tableau 1.2. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon l'inscription d'au moins un parent en bibliothèque et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.

Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).

15L'exemple parental se révèle déterminant. Les parents inscrits manifestent un intérêt pour la lecture telle qu'elle est définie par la bibliothèque. Les enfants héritent de cet engouement et, comme leurs parents, investissent cet équipement culturel pour l'assouvir. Par ailleurs, l'inscription des parents facilite celle des enfants pour des raisons d'apprentissage et d'initiation. Grâce à leurs parents, ils apprennent à cerner l'offre proposée et à connaître le fonctionnement de l'institution. Cette formation informelle facilite leur fréquentation. La transmission des parents aux enfants repose sur l'acquisition par les seconds d'une double compétence en matière de lecture et de fonctionnement de la bibliothèque. L'incidence de l'inscription des parents est-elle la même quel que soit leur niveau de familiarité avec les valeurs scolaires ? L'exemple parental est-il aussi important pour les enfants dont les parents sont faiblement familiers de l'univers scolaire que pour ceux dont les parents le sont fortement ? L'effet de transmission de l'inscription apparaît plus fort chez les parents faiblement familiers des valeurs scolaires. Chez ces derniers, l'écart d'inscription juvénile selon l'inscription des parents s'élève à 60 points (80-20) contre 55 (85-30) pour les parents fortement familiers (cf. Tableau 1.2). L'exemple parental se révèle d'autant plus fort qu'il émerge dans un contexte éloigné de l'univers culturel de la bibliothèque. Toutefois, les jeunes ne disposant pas d'un exemple parental mais de parents fortement familiers sont plus souvent inscrits que ceux sans exemple parental et de parents faiblement familiers (30 % contre 20 %).

16Les inscrits se distinguent des autres jeunes par le fait d'avoir majoritairement des parents membres de la bibliothèque. Cette caractéristique est la plus prédictive de l'inscription ou non des enfants. Son pouvoir explicatif dépasse largement celui plus habituel en sociologie de la familiarité avec l'univers scolaire : les jeunes de parents fortement familiers mais non-inscrit(s) en bibliothèque sont beaucoup moins souvent membres de cet équipement que ceux de parents faiblement familiers et inscrit(s) (30 % contre 80 %). Certes, l'inscription parentale est socialement produite, notamment par la familiarité avec l'univers scolaire : les parents faiblement familiers sont inscrits dans un cas sur cinq tandis que ceux qui le sont fortement le sont dans presque un cas sur deux. Reste que, une fois la barrière de l'inscription franchie, l'expérience directe de l'équipement prime sur la position occupée dans la hiérarchie culturelle.

  • 7 F. de Singly, op. cit., p. 36. Celui-ci a mis au point un indice synthétique de l'ambiance livresqu (...)

17La lecture entre dans les pratiques culturelles présumées déterminantes pour l'inscription à la bibliothèque. L'engagement des parents dans la lecture semble le signe d'une atmosphère plutôt favorable à l'inscription de leurs enfants. Nous avons cherché à mesurer cet engagement et à le différencier en reprenant l'indice mis au point par F. de Singly7.

Tableau 1.3. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon l'ambiance livresque familiale et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.

Tableau 1.3. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon l'ambiance livresque familiale et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.

Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).

18De façon systématique, les jeunes issus de parents faiblement engagés dans la pratique de la lecture ont moins de chances d'être membres de la bibliothèque que leurs camarades dont les parents y sont fortement investis. Tendanciellement, les jeunes inscrits ne ressemblent pas à leurs homologues non-inscrits car ce sont des enfants de lecteurs intensifs.

  • 8 O. Donnat, D. Cogneau, Les Pratiques culturelles des Français 1973-1989, Paris, La Découverte/La Do (...)

19Après l'inscription en bibliothèque et l'engagement dans la lecture, cherchons des spécificités chez les parents des jeunes abonnés à propos des visites au musée. O. Donnat et D. Cogneau8 ont montré que le public des musées est resté stable entre 1973 et 1989. Cette constance numérique s'accompagne d'un accroissement de la part des visiteurs des catégories cadres supérieurs ou professions libérales. L'évolution de la structure socio-démographique de la population française ne suffit pas à rendre compte de cette augmentation, ce qui conduit à conclure à un accroissement de la propension des personnes de ce milieu social à pratiquer ce genre de visite. Etant donné son recrutement social, la visite de musée peut être intégrée dans les pratiques culturelles au sens restreint de pratiques cultivées. Dans ce contexte, nous formulons l'hypothèse que les enfants dont la mère fréquente les musées sont plus souvent inscrits que ceux dont la mère ne mène pas ce genre de visites.

Tableau 1.4. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon la visite de musée par les mères les trois derniers mois et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.

Tableau 1.4. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon la visite de musée par les mères les trois derniers mois et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.

Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).

20La fréquentation maternelle de musées se traduit-elle par un accroissement des probabilités de l'inscription des jeunes ? L'enquête de F. de Singly n'offre pas de réponse univoque. Chez les parents faiblement familiers des valeurs scolaires, le fait de visiter un musée ne se traduit pas par une hausse du taux d'inscription des jeunes. Comme s'il fallait des accointances minimum avec les valeurs scolaires pour que cette pratique culturelle se révèle déterminante. Le seuil à partir duquel la visite de musée devient un élément favorisant l'inscription est atteint chez les parents moyennement familiers de l'univers scolaire. Dans ce cas, la combinaison d'une pratique culturelle et d'un degré minimal d'assurance vis-à-vis des valeurs scolaires crée un contexte plus favorable à l'inscription en bibliothèque. Chez les parents ayant suivi des études supérieures, la relation entre la visite maternelle de musée et l'inscription juvénile en bibliothèque n'est pas linéaire. Les jeunes dont les mères ont visité au moins deux musées dans les trois derniers mois ne sont pas plus mais moins souvent inscrits que ceux dont la mère déclare avoir visité un seul musée (56 % contre 69 %). Ce résultat surprend parce qu'il rompt avec l'idée de pratiques culturelles capitalisables et conduisant à d'autres pratiques culturelles et vers des positions dominantes dans la hiérarchie des comportements culturels. Dans un contexte de forte familiarité des parents avec les valeurs scolaires, le fait d'avoir une mère grande visiteuse de musées diminue les chances d'inscription. La bibliothèque est-elle délaissée à cause d'une orientation des investissements culturels dans d'autres directions que la lecture ou à cause du niveau élevé de capital culturel : l'abondance de l'offre domestique tant en termes de fonds que de compétences livresques (maîtrise des systèmes de valeurs et de la position des auteurs et collections sur ces échelles) rendrait facultative la fréquentation de cet équipement.

21Aucune de ces deux thèses ne reçoit de validation empirique claire. Par rapport aux autres, les enfants dont la mère est grande visiteuse de musées ne lisent pas moins. Le seul résultat net dans ce registre concerne leurs goûts : ce sont plus souvent des inconditionnels du roman. La principale différence entre les deux populations de jeunes réside dans l'inscription des parents : lorsque la mère est grande visiteuse de musée, les parents sont moins souvent inscrits que lorsqu'elle est une petite visiteuse. Peut-être les grandes visiteuses jugent-elles davantage facultative la fréquentation de la bibliothèque et, ce faisant, ne forment pas un exemple pour l'inscription de leurs enfants. Les mères petites visiteuses occupent une position moins élevée dans la hiérarchie culturelle. A ce titre, la fréquentation de la bibliothèque répond au souci de s'adjoindre les conseils d'un équipement spécialisé afin de soutenir leur jugement et d'améliorer leur connaissance de la littérature. Leurs enfants bénéficient de leur inscription qui se trouve ainsi retransmise.

22Les jeunes inscrits ont des parents qui ne ressemblent pas exactement à ceux des jeunes non-inscrits. Plus familiers des valeurs scolaires, ils sont aussi tendanciellement plus engagés dans des pratiques culturelles, au premier rang desquelles on relève leur abonnement dans une bibliothèque.

Des jeunes plus investis dans la lecture

23Les enquêtes sur les comportements des jeunes lecteurs montrent l'incidence des caractéristiques familiales. Elles révèlent aussi que les jeunes se modèlent eux-mêmes comme lecteurs. Dans notre comparaison entre les jeunes inscrits et ceux qui ne le sont pas, cherchons maintenant à mettre en évidence des différences sur le plan du rapport à la lecture. Se pose la question suivante : les éventuelles différences doivent-elles être interprétées comme le produit de l'abonnement à la bibliothèque ou comme déjà existantes ? Nous nous bornerons ici à constater ces écarts puisque notre chapitre se limite à montrer en quoi la population des jeunes inscrits ne saurait être confondue avec la population globale.

De grands lecteurs

24Une première façon de caractériser le rapport à la lecture consiste à mesurer l'intensité de la pratique. Il s'agit ici de la lecture entendue au sens de lecture de livres à l'exclusion des livres scolaires, journaux et bandes dessinées. Les grands lecteurs sont ceux qui passent le plus de temps à cette pratique les jours d'école et le dimanche. La relation est directe entre l'intensité de l'investissement dans la lecture et la propension à être membre d'une bibliothèque. Plus les jeunes consacrent de temps à cette activité, plus souvent ils sont inscrits : petits lecteurs (31 %), moyens lecteurs (43 %), gros lecteurs (58 %). Comme si la bibliothèque venait satisfaire une demande de lecture préexistante ou qu'elle suscitait la pratique.

  • 9 Ce cas montre l'intérêt, pour les sociologues et les professionnels, de pouvoir repérer le degré d' (...)

25Ce constat vaut pour tous les jeunes, quel que soit le degré de familiarité des parents avec les valeurs scolaires. L'inscription formelle, c'est-à-dire non-accompagnée d'une intense pratique de la lecture, reste marginale. Elle est d'autant plus rare que les parents occupent le bas de la hiérarchie culturelle. Le taux de jeunes petits lecteurs inscrits est deux fois plus faible chez ceux issus de parents faiblement familiers de l'univers scolaire que chez ceux dont les parents sont fortement habitués (23 % contre 45 %). Pour les premiers, l'engagement dans la lecture constitue la principale justification de l'inscription, y compris chez les parents. Ne sont pas rares ceux qui conviennent avec leurs enfants de l'inutilité de l'inscription en cas de non-lecture. Tandis que chez des parents plus familiers de l'univers scolaire, on a trouvé un exemple de jeune en rupture avec la lecture et toujours inscrit par la seule volonté de sa mère : celle-ci renouvelle l'abonnement de tous ses enfants quelle que soit leur situation vis-à-vis de la lecture. Gilles avoue ainsi ne plus aller à la bibliothèque tout en étant toujours inscrit9.

Des passionnés de lecture

  • 10 On doit cet indicateur à F. de Singly, « L'Engagement dans la lecture chez les collégiens : inégal (...)

26Le goût pour la pratique constitue une deuxième dimension du rapport à la lecture. Mais avant d'étudier l'amour pour la lecture, l'on peut examiner les conditions mêmes de ce goût pour la lecture. La maîtrise technique de la pratique constitue une condition du plaisir. On se demande alors si l'inscription n'est pas plus fréquente chez les enfants qui sont à l'aise avec la lecture en tant que compétence technique. Nous évaluons la maîtrise technique de la lecture par le fait de ne pas avoir rencontré de difficultés lors de son apprentissage10. Quelle que soit la position des parents dans la hiérarchie culturelle, les jeunes qui maîtrisent le mieux la technique de la lecture sont plus souvent inscrits que les autres (43 % pour ceux qui n'ont pas rencontré de difficulté contre 24 % pour les autres). La bibliothèque attire à elle en priorité les jeunes qui ne rencontrent pas de difficulté dans la lecture. Certes, ce constat issu d'un échantillon national ne doit pas ignorer les initiatives locales. Reste qu'il n'est pas possible de soutenir la thèse selon laquelle la fonction principale de la bibliothèque serait le rattrapage des enfants en difficulté face à la lecture.

27La bibliothèque recrute aussi en premier lieu les passionnés de lecture. Les jeunes qui font de la lecture leur première ou seconde activité préférée sur une liste de neuf activités, sont systématiquement plus souvent inscrits que ceux qui ne font pas ce choix (56 % contre 37 %). De même, les passionnés sont plus souvent inscrits que ceux qui avouent aimer peu lire ou ne pas aimer du tout. Les passionnés de lecture trouvent en la bibliothèque un espace leur permettant d'assouvir leur goût. Cette interprétation peut être complétée par une autre : en tant qu'institution vouée à la promotion de la lecture, la bibliothèque diffuse un modèle mettant l'accent sur le goût et le plaisir de lire. Ses adhérents intérioriseraient ce modèle auquel ils sont davantage exposés que leurs camarades non-inscrits. Préexistant ou produit par l'institution, le goût pour la lecture distingue les jeunes inscrits de ceux qui ne le sont pas.

28En l'absence de goût pour la lecture, comment rendre compte de l'inscription en bibliothèque ? Les jeunes dans cette situation font l'objet, de la part de leurs parents, d'un traitement particulier, alliant la confiance à la contrainte. Ils ont moins souvent le droit de regarder n'importe quelle émission de télévision. Plus souvent inscrits à la bibliothèque, les parents incitent plus régulièrement leur enfant à lire. Ils ont choisi l'allemand comme première langue vivante. Ces parents donnent le sentiment de mettre en place une stratégie de rattrapage à l'égard de leur enfant peu enthousiaste devant la lecture. Cette distance à la lecture est analysée comme compromettant la trajectoire scolaire et sociale de l'enfant. L'inscription à la bibliothèque participe de cette entreprise de familiarisation avec la lecture. Les parents cherchent à donner confiance à leur enfant en l'autorisant à donner son avis dans toute conversation familiale.

29Le goût des jeunes inscrits pour la lecture se décline sous la forme d'une opposition à la contrainte. Ceux qui déclarent lire par plaisir sont toujours plus souvent inscrits que ceux rendant compte de leur pratique par la contrainte familiale ou scolaire ou même que ceux qui réinterprètent la contrainte (« je lis parce qu'on me le demande mais cela ne me déplaît pas »). La fréquentation de la bibliothèque ne s'accorde pas avec un rapport de contrainte. Cet équipement culturel constitue un temple voué à la lecture, entendue comme pratique de plaisir. Une des sources des inégalités culturelles à l'inscription se situe dans cette définition d'un modèle de lecture. Presque la moitié des mères fortement familières des valeurs scolaires soutiennent cette conception de la lecture comme source de plaisir, tandis que ce n'est le cas que d'une mère peu familière sur cinq. Inversement, presque les troisquarts de ces dernières font de la lecture un moyen pour perfectionner son orthographe et enrichir son vocabulaire, contre une sur trois des premières. Le modèle de lecture de la bibliothèque s'approche davantage de celui en vigueur dans le haut de la hiérarchie culturelle que de celui partagé par ceux qui occupent le bas de cette hiérarchie. Les jeunes issus de mère défendant l'idée d'une lecture désintéressée sont plus souvent membres de la bibliothèque que ceux dont la mère ne partage pas ce point de vue. L'assimilation de la lecture à un plaisir appartient en priorité à l'univers des membres de la bibliothèque.

Des lectures proches des canons scolaires de la « bonne lecture »

30Pour analyser la lecture, on examine non seulement l'intensité de la pratique, le goût pour cette pratique mais aussi la nature de l'activité. Que lisent les personnes interrogées ? Comment catégorisent-elles leurs lectures ? La fréquence de l'inscription à la bibliothèque est-elle équivalente quel que soit le type de livre lu ? Il s'agit désormais d'entrer dans le contenu de la pratique. Une lecture intensive de romans ou de contes ainsi qu'un goût affirmé pour ce type d'écrit créent les conditions d'une inscription plus fréquente. Quelle que soit la position des parents dans la hiérarchie culturelle, la lecture et le goût romanesque sont associés à une tendance accrue à l'abonnement en bibliothèque. A l'opposé, le goût pour la bande dessinée (et non la lecture de ce type d'ouvrage) et celui pour les livres-jeux se traduisent par une moindre propension à fréquenter ce lieu. Les goûts littéraires ne sont pas sans conséquences. Quand ils entrent en cohérence avec le système de valeurs en vigueur à la bibliothèque, ils génèrent une inscription plus fréquente.

  • 11 Dans une bibliothèque rennaise (Le Triangle), en 1993, les romans représentent plus du quart du nom (...)

31A la bibliothèque, la valorisation du genre romanesque est perceptible par la politique d'acquisition mise en œuvre. L'offre en romans n'est pas proportionnelle mais supérieure à la demande11. Elle est aussi perceptible par les conseils de lecture fictionnelle dispensés par les bibliothécaires qui donnent la priorité à ce type d'écrit ou par les pratiques de limitation du nombre de bandes dessinées que les jeunes sont autorisés à emprunter. La bibliothèque sélectionne une partie de son public à partir de son système de valeurs favorable aux romans. Elle contribue à produire des usagers lecteurs et amateurs de romans ou de contes. La bibliothèque n'attire pas son public par sa dimension documentaire. Elle n'est pas perçue par les jeunes comme le lieu privilégié d'accès à ce type de livre. Remarquons une exception chez les jeunes issus de parents peu familiers de l'univers scolaire : les amateurs de documentaires fréquentent la bibliothèque davantage que ceux qui ne mentionnent pas cette préférence. Le documentaire forme une passerelle pour l'entrée des jeunes de cette origine culturelle à la bibliothèque.

32Si la bibliothèque remplit une mission de documentation, la lecture et le goût du documentaire ne forment-ils à leur tour pas un élément favorisant l'inscription ? Tout se passe comme si cette fonction documentaire semblait évidente aux usagers. Seuls ceux qui ne lisent jamais de documentaires connaissent un taux d'abonnement moindre que les autres. L'orientation documentaire des lectures juvéniles n'accroît pas la probabilité d'être inscrit mais l'absence de ce type de lecture la diminue.

  • 12 Cf. F. de Singly, op. cit., p. 15. La liste est la suivante : Les Contes du chat perché de M. Aymé,(...)
  • 13 On doit ce concept à F. de Singly dans Lire à 12 ans.
  • 14 C. Poissenot, Les Techniques d'emprunt, rapport à la BPI, juin 1994.

33Une autre manière d'approcher l'incidence des types de lecture sur l'inscription en bibliothèque consiste à suivre les variations de ce taux selon le nombre de livres lus parmi une liste de sept titres « de nouveaux classiques scolaires c'est-à-dire des livres qui figurent au programme des livres étudiés souvent au collège12 ». De cette façon nous pouvons distinguer les jeunes selon qu'ils ont lu peu de classiques (moins de 2) ou beaucoup (au moins 4). L'abonnement à la bibliothèque est d'autant plus fréquent que les jeunes ont lu beaucoup de ces livres. L'appropriation de ces classiques scolaires forme une sorte de passerelle pour la fréquentation de la bibliothèque à moins que ce ne soit la bibliothèque qui conduise à la lecture de ces ouvrages. La sélection du public des bibliothèques passe par la lecture des classiques scolaires. Elle passe aussi par l'acquisition d'une compétence littéraire13 c'est-à-dire la capacité à percevoir les ouvrages à l'aide des catégories en vigueur chez les acteurs du champ littéraire. Identifier un ouvrage par son titre, son auteur, son éditeur, relier un titre à un auteur sont autant de compétences acquises au détriment d'autres modalités : couleur de la couverture, format, type de reliure, etc14. Les jeunes acquièrent cette pratique de catégorisation par la fréquentation de l'institution scolaire, où l'œuvre apparaît comme indissociable de son auteur. La maîtrise de cette compétence littéraire augmente la fréquence de l'inscription à la bibliothèque. Quelle que soit la familiarité des parents avec l'univers scolaire, plus les jeunes sont en mesure d'attribuer correctement les auteurs aux sept titres qui leur sont soumis, plus souvent ils sont membres de la bibliothèque. Par ses outils (classement, catalogue alphabétique), la bibliothèque repose sur ce mode de catégorisation. Dès lors, elle attire à elle davantage les jeunes qui maîtrisent cette compétence littéraire. Sans elle, les jeunes sont comme perdus : à la quête d'un Oui-Oui, un enfant cherchait la collection « Bibliothèque Rose » dans les rayons. Ne trouvant pas, il s'adresse à la bibliothécaire qui, après réflexion, traduit sa demande et se rend à la lettre « B » du rayonnage pour Enyd Blyton. Une telle observation illustre bien le décalage dans les façons respectives qu'ont la bibliothécaire et cet enfant de maîtriser la diversité de la production littéraire.

La lecture : un sujet de conversation

  • 15 Pour un exemple récent, cf. M. Burgos, C. Evans, E. Buch, Sociabilités du livre et communautés de l (...)

34Depuis plusieurs années, les sociologues cherchent à rompre avec l'emprise du modèle de la « lecture solitaire ». Ils tentent de déconstruire les sociabilités autour de cette pratique et montrent comment elles donnent du sens à la lecture15. Dans la continuité de ces travaux, il est intéressant de savoir si le fait d'être engagé dans des conversations autour de la lecture se traduit par une inscription plus fréquente.

35Les jeunes qui discutent régulièrement de lecture avec leurs amis sont plus souvent inscrits que ceux qui n'en parlent jamais (48 % contre 31 %). De la même façon, plus les parents parlent régulièrement avec l'enfant de ses lectures, plus il a des chances d'être membre de la bibliothèque. Ces résultats valent quelle que soit la position des parents dans la hiérarchie culturelle. Ils se retrouvent aussi pour chaque degré d'investissement des jeunes dans la lecture. Qu'ils soient grands ou petits lecteurs, issus de parents fortement familiers ou éloignés des valeurs scolaires, les jeunes engagés dans un processus de conversation autour de leurs lectures sont plus souvent inscrits que les autres.

  • 16 R. Chartier, Lectures et lecteurs d'Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987, p. 199.
  • 17 Cf. M. Poulain, J.-F. Barbier-Bouvet, Publics à l'œuvre, Paris, BPI/La Documentation française, 198 (...)

36En quoi la bibliothèque sélectionne-t-elle davantage les jeunes qui discutent autour de leurs lectures ? Comment suscite-t-elle des conversations sur la lecture ? Pour la fréquenter, il faut accepter de céder un peu sur le principe d'une lecture « comme acte par excellence du for privé, de l'intimité soustraite au public, de l'investissement intense, affectif, intellectuel ou spirituel16 ». L'inscription n'est pas possible si l'on refuse d'entreprendre la lecture d'un livre lu par un autre lecteur anonyme. La rencontre des lecteurs avec la bibliothèque peut être ramenée à une interaction entre un domaine privé et un domaine public autour d'une même activité. M. Poulain & J.-F. Barbier-Bouvet ont montré comment cette interaction se traduisait par des pratiques de privatisation de l'espace de la bibliothèque par les usagers17. Les anthropologues nous ont appris que dans les situations de rencontre entre deux cultures, l'acculturation était un processus affectant les deux univers culturels concernés. Dans cette perspective, si les usagers importent, dans un espace public de lecture, des cadres et des gestes qui appartiennent à leur univers privé (privatisation), ils sont également influencés par cet espace public. Les usagers mènent, sous le regard des autres, en un même lieu et dans le même temps leur propre activité de lecture. Ils empruntent des livres qui sont déjà passés entre d'autres mains. La lecture constitue un sujet de conversation entre usagers mais aussi entre usagers et professionnels. De ce fait, la bibliothèque montre que la lecture peut devenir un sujet de conversation, d'échange. Elle contribue à produire un modèle de lecture laissant une plus large place à la sociabilité, aux échanges verbaux sur les livres. Dès lors, elle reçoit davantage les personnes qui partagent ce modèle, en même temps qu'elle y convertit ses usagers.

Le cumul des ressources littéraires

37Dans leur rapport à la lecture, les jeunes inscrits ne ressemblent pas à leurs camarades qui ne le sont pas. De l'intensité de la pratique à la sociabilité autour des lectures, ils ne développent pas les mêmes comportements. Afin de montrer la relation entre rapport à la lecture et abonnement à la bibliothèque, nous avons rassemblé six questions, déjà étudiées séparément, sous une seule qui les recouvre toutes : le score de ressources littéraires. Certains comportements de lecteurs sont plus valorisés par la bibliothèque que d'autres, ce qui entraîne une inscription plus fréquente. On peut alors risquer l'hypothèse que plus les jeunes cumulent des comportements valorisés, plus souvent ils sont inscrits. Concrètement, les jeunes rassemblent de zéro à six points selon qu'ils possèdent ou non les caractéristiques suivantes : pas de difficultés d'apprentissage de la lecture à l'école primaire, préférence pour les romans, aimer beaucoup lire, être un grand lecteur, parler régulièrement de ses lectures avec des amis, attribuer avec succès au moins trois auteurs aux sept titres proposés.

Tableau 1.5. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon le score de ressources littéraires et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.

Tableau 1.5. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon le score de ressources littéraires et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.

Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).

38Globalement, plus les jeunes accumulent des ressources littéraires, plus souvent ils sont inscrits à la bibliothèque. Quand leurs parents sont faiblement familiers de l'univers scolaire et des modèles de lecture valorisés, le rapport à la lecture apparaît déterminant : ceux qui détiennent au moins trois points sont inscrits dans plus de la moitié des cas contre une chance sur cinq pour ceux qui n'ont aucun point.

39Le cas général ne doit pas éclipser l'exception. Chez les parents les plus familiers de l'univers scolaire (les deux ont fréquenté un établissement d'enseignement supérieur), l'accumulation de ressources littéraires n'accroît pas systématiquement la fréquence de l'inscription. Au delà de trois points, la probabilité d'abonnement diminue régulièrement. Ce résultat est important puisqu'il établit que la fréquentation de la bibliothèque ne répond pas à la loi du cumul des ressources culturelles. Il n'est pas exact d'affirmer que la bibliothèque s'adresse surtout aux jeunes les plus familiers de la lecture et dont les parents sont les plus diplômés. La relation entre l'inscription et la détention de ressources littéraires doit être bornée, au sens où certaines fonctions mathématiques ne sont valables qu'entre deux valeurs. Lorsque les parents se situent au sommet de la hiérarchie culturelle, les jeunes accumulant un niveau de ressources élevé semblent se détourner de la bibliothèque comme si elle leur devenait facultative étant donné le fonds domestique et les conseils parentaux disponibles.

De meilleurs élèves

  • 18 Cf. Annexe à l'arrêté du 14 nov. 1985, complément « Lire au collège », p. 25.
  • 19 Idem, p. 31.

40Enseignée dans le cadre de l'institution scolaire, la lecture conserve les traces de cet apprentissage. L'école définit un type de lecture, des objectifs à atteindre et un corpus de livres de référence. Les instructions officielles précisent ce qu'il faut entendre par « savoir lire » : « Reconnaître les signes et saisir le sens de l'écrit ; trouver dans l'écrit matière pour la réflexion et l'esprit critique ; recourir à l'écrit par besoin et par goût18. » Ces dimensions se cumulent : « Savoir lire, c'est savoir accéder, à travers l'écrit, de manière autonome, à la pensée d'autrui. » La lecture trouve sa finalité dans la « pensée d'autrui » et non dans le divertissement. De fait, cette définition exclut une certaine forme de lecture. Selon les instructions officielles, à la fin du collège, les enfants doivent pouvoir lire de façon autonome et silencieuse, leur lecture doit être consciente (comprendre et critiquer le sens et les idées contenues dans le texte) et ils doivent avoir acquis « le goût de la lecture (...) qui répond aux appels de l'intelligence, de la sensibilité et de l'imagination. » La lecture est fortement associée à l'intelligence, que cela soit dans sa forme (lecture autonome, silencieuse, consciente, accompagnée d'esprit critique) ou dans ce qui la nourrit. Les objectifs de l'institution scolaire seraient de former des citoyens autonomes et pourvus d'esprit critique. Enfin, la lecture scolaire se définit par son corpus de livres : le recours au manuel et à la presse ne doit pas faire oublier qu'il est demandé de « donner la priorité à la littérature » de façon que « celle-ci soit devenue l'objet privilégié de leurs lectures » à la fin du cycle. Tous les types de livres ne sont pas également bons, l'insistance est portée sur la « littérature », les « œuvres littéraires » c'est-à-dire ce qui est reconnu comme tel19. Les instructions officielles fournissent une liste d'œuvres correspondant à cette définition : Balzac, Colette, V. Hugo, M. Pagnol, J. Verne, etc. Par la définition qu'elle en donne, les objectifs qu'elle se fixe et le corpus qu'elle défend, l'école promeut une forme restrictive de la lecture. Son autorité pédagogique et sa capacité d'évaluer les élèves la mettent en mesure d'imposer cette conception.

41L'école intervient dans le rapport que les jeunes entretiennent avec la lecture. Le choix de leurs livres, l'intensité et le goût qu'ils lui portent prennent un sens particulier vis-à-vis de l'école. Toutes les pratiques de lecture ne se valent pas du point de vue de l'institution scolaire. Rapport à la lecture et rapport à l'école ne sont pas indépendants. Toute pratique de lecture ne reçoit pas la même validation de l'institution scolaire. L'écart entre les pratiques des jeunes et celles en adéquation avec l'institution fait l'objet d'un jugement et d'une sanction scolaire. La lecture ne se réduit pas à une activité neutre ; le « plaisir de lire » n'est pas exempt d'enjeux et d'intérêts proprement scolaires. Si les travaux scientifiques rencontrent des difficultés à établir les relations entre pratiques de lecture et réussite scolaire, les représentations communes posent comme certaine l'existence de ce lien. Pour faire de la lecture un enjeu scolaire, il suffit de penser qu'un lien existe entre lecture et réussite scolaire. Au reste, la maîtrise de la langue et d'une culture littéraire demeure au fondement de l'évaluation du travail scolaire (aussi bien pour les épreuves de français du baccalauréat que pour d'autres disciplines). Les représentations sociales ne se construisent pas par hasard ; faire de la lecture un enjeu scolaire c'est prendre acte de l'importance que revêt cette pratique dans l'institution scolaire, du fait que la lecture (et pas n'importe laquelle) y constitue une valeur en cours.

42Rechercher ce qui distingue les jeunes inscrits nous conduit à observer l'incidence du rapport à l'école sur l'inscription. Il s'agit d'examiner si la façon dont ils sont jugés et dont ils jugent l'école, crée des conditions favorables à leur inscription. Quelles sont les caractéristiques scolaires des jeunes que sélectionne cet équipement culturel ? La bibliothèque reçoit-elle plutôt les exclus ou l'élite de l'institution scolaire ?

Un niveau globalement meilleur

  • 20 Cf. P. Merle, L'Evaluation des élèves, Paris, PUF, 1996.
  • 21 Dans l'enquête de F. de Singly, nous n'avons pas connaissance directement du jugement des enseignan (...)

43L'institution scolaire et ses représentants construisent leur jugement sur les élèves de façon quotidienne et continue20. Ce jugement s'exprime dans des catégories stéréotypées de « très bon », « bon », « moyen » ou « mauvais » élève21. La somme des jugements quotidiens (et de plusieurs enseignants à partir du collège) se cristallise autour de la notion d'âge scolaire, l'écart entre la classe dans laquelle se trouve l'élève et celle où il devrait se trouver si on ne tient compte que de son âge. Les enfants peuvent ainsi être « en retard », d' « âge normal » ou « en avance » pour leur âge à l'école. La combinaison du jugement quotidien (« très bon », « bon »...) avec l'âge scolaire offre une évaluation synthétique depuis l'entrée de l'enfant à l'école primaire. On distingue ainsi les élèves en retard de ceux qui sont d'âge normal mais moyens en classe et de ceux qui sont en avance ou d'âge normal mais bons ou très bons.

44Aux deux extrémités de la hiérarchie, les bons élèves (en avance ou d'âge normal mais « bons » ou « très bons ») sont systématiquement plus souvent inscrits que les autres. C'est quand les parents ont fréquenté en dernier le collège ou l'université que la bibliothèque recrute davantage les bons élèves. A un niveau intermédiaire (le lycée), le niveau scolaire n'a pas d'incidence sur la fréquence de l'inscription. Dans ce dernier contexte culturel, la décision d'inscription appartiendrait moins aux jeunes que dans les deux autres. Sans doute les parents poussent-ils davantage à l'inscription en cas de retard scolaire, mais l'inscription des enfants paraît plus systématique, elle dépend moins du niveau scolaire. En position moyenne dans la hiérarchie culturelle, ces parents recourent à la bibliothèque dans le cadre d'une politique de soutien scolaire. Suffisamment proches de l'univers culturel de la bibliothèque (à la différence des parents occupant le bas de la hiérarchie culturelle) pour la fréquenter, ils ne sont pas assez à l'aise pour se dispenser de ses services dans l'éducation de leurs enfants (à la différence des parents au sommet de la hiérarchie).

De bons élèves en mathématiques et surtout en français

45Le jugement global porté par l'institution scolaire repose sur une suite d'évaluations disciplinaires. L'analyse de la fréquentation de la bibliothèque selon le niveau en français et en mathématiques permettra de tester deux hypothèses non exclusives. Selon la première, l'excellence en français indique un certain type de rapport des jeunes à l'écrit et à la lecture, rapport voisin de celui qui prévaut au sein des bibliothèques. Dans ce cadre, c'est la proximité des conceptions de la lecture en œuvre dans les deux institutions qui établit un lien entre l'excellence en français et la fréquentation de la bibliothèque. La seconde hypothèse repose sur l'idée que le domaine d'excellence importe moins que l'excellence elle-même. La fréquentation de la bibliothèque résulterait plutôt d'un niveau élevé à l'école. La bibliothèque serait, dans ce cadre, une sorte d'attribut attaché aux très bons élèves, quelle que soit la discipline où ils excellent.

46Nos deux hypothèses sont vérifiées. Les très bons élèves en français ou en mathématiques sont toujours plus souvent inscrits que les moyens ou les mauvais. La fréquentation de cet équipement culturel est bien associée à une certaine aisance scolaire. Elle dépend du niveau des jeunes à l'école plus que de la spécialité dans laquelle ils l'atteignent. Le contenu même de l'excellence en mathématiques rend difficile l'établissement de liens entre cette discipline et la fréquentation de la bibliothèque. A l'appui de cette thèse de l'indifférenciation de l'excellence scolaire, pouvons-nous arguer du fait que les jeunes meilleurs en français qu'en mathématiques sont aussi souvent inscrits que ceux aussi bons dans une discipline que dans l'autre. Au-delà du lien direct entre niveau en français et fréquentation de la bibliothèque, c'est le bon rapport que les jeunes entretiennent avec l'institution scolaire qui augmente leurs chances de se rendre au sein de cet équipement culturel. L'orientation littéraire de l'excellence n'apporte-t-elle aucun atout supplémentaire pour l'inscription à la bibliothèque ? Ce n'est pas le cas : si le fait d'être très bon en mathématiques augmente les chances d'inscription par rapport à ceux qui sont moyens ou mauvais, l'accroissement est moins fort que pour le français. Par exemple : chez les parents au faible niveau d'instruction, 48 % des très bons élèves en français sont inscrits contre 24 % des mauvais (+ 24). Pour les mathématiques les fréquences sont respectivement de 39 % contre 30 % (+ 9). L'excellence littéraire compte plus que celle en mathématiques (24 > 9). Lorsque les parents sont fortement familiers des valeurs scolaires, les jeunes meilleurs en mathématiques qu'en français sont moins souvent inscrits (49 %) que ceux meilleurs en français ou aussi bons dans l'une que dans l'autre matière (62 % et 60 %). On assiste à une spécialisation précoce des investissements scolaires en direction des mathématiques. Une telle stratégie s'accompagne d'un retrait de la bibliothèque, perçue comme non pertinente dans le cadre de la nouvelle orientation.

47Le profil des très bons en français éclaire le lien entre excellence littéraire et inscription. Ces élèves n'ont pas été confrontés à des difficultés d'apprentissage de la lecture à l'école primaire. Leur rapport à la lecture n'a pas connu d'obstacle. Aujourd'hui, ils aiment beaucoup lire et déclarent lire par plaisir comme si ces débuts n'avaient fait que se confirmer. Ils lisent intensément avec une préférence affichée pour les romans ou les contes. Leur passion pour la lecture épouse les formes du modèle valorisé par l'école. Les très bons élèves en français goûtent comme leur professeur, la lecture des livres étudiés en classe. Leurs goûts personnels recouvrent les normes scolaires de la lecture. Que ce soit par le type de livre qu'ils préfèrent ou par le contenu même du plaisir littéraire éprouvé, ces élèves satisfont aux attentes et reçoivent de l'école une sanction positive. Leurs pratiques et leur adéquation avec les normes scolaires remplissent des conditions favorables à l'amour de l'école : les très bons élèves en français déclarent aimer beaucoup l'école. L'échange d'un comportement conforme mais pas nécessairement conformiste aux attentes contre un jugement favorable se déroule dans un bon climat affectif. La fréquence élevée de l'inscription à la bibliothèque observée chez ces jeunes tient au fait qu'au sein de cet équipement culturel, leurs comportements correspondent à ceux espérés. Ecole et bibliothèque ne partagent pas nécessairement les mêmes valeurs en matière de comportements de lecture, mais toutes deux apprécient les lecteurs « investis » et amateurs de romans. Cet arbitraire commun autorise une continuité entre ces deux institutions. Les très bons élèves en français trouvent à la bibliothèque de quoi alimenter leur pratique de lecture qui, en retour, conforte leur position scolaire.

Le goût pour l'école au cœur des différences culturelles

48Progressivement, l'idée se fait jour de relations entre le rapport que les jeunes entretiennent avec l'école et leur inscription. Leur niveau scolaire global et dans deux disciplines importantes telles que les mathématiques et le français, influe sur leur fréquentation de cet équipement culturel. L'amour de l'école forme une autre dimension du rapport des jeunes à cette institution.

49De façon générale, plus les jeunes apprécient l'école, plus ils ont de chances d'être membres de la bibliothèque. Bien sûr, celle-ci accueille aussi des jeunes en rupture avec l'institution scolaire mais cela demeure un phénomène marginal. Le profil des jeunes qui déclarent aimer beaucoup l'école confirme cette continuité entre goût pour l'institution scolaire et fréquentation de la bibliothèque. Ces amoureux de l'école partagent le goût de la lecture : ils disent préférer lire en premier ou en second plutôt que de faire autre chose, ils affirment aimer beaucoup lire. Leur enthousiasme ne prend pas n'importe quelle forme mais retient prioritairement la lecture romanesque : ils préfèrent les romans ou les contes et déclarent en lire régulièrement. L'orientation et l'intensité de leurs lectures réjouissent les parents qui jugent leurs enfants « très intellectuels » et leur volume de lecture suffisant. Leur pratique converge vers les normes scolaires puisqu'ils identifient un nombre important d'auteurs à partir du titre d'une de leurs œuvres ; ces jeunes ont intégré en partie le rapport cultivé à la lecture qui associe l'œuvre à son auteur. Un tel acquis est reconnu par l'école qui les juge très bons en français. Enfin, parallèlement à leur excellence littéraire, ils sont jugés très bons en mathématiques.

50Les passerelles entre l'univers de la bibliothèque et celui de l'école rendent compte des variations de l'importance du goût pour l'école selon le milieu culturel d'origine. Ce goût est d'autant plus marqué qu'il s'exprime chez des jeunes dont les parents sont en bas de la hiérarchie culturelle. Si, au sommet de la hiérarchie, l'amour de l'école n'accroît pas les chances d'être inscrit, en bas cette fréquence est multipliée par deux entre ceux qui aiment beaucoup l'école (51 %) et ceux qui l'aiment peu ou pas (25 %). En bas de la hiérarchie, l'institution scolaire constitue la principale (voire l'unique) source de contact avec les références culturelles légitimes. Au contraire, au sommet de la hiérarchie, les relations familiales et amicales plongent les jeunes dans cet univers. Autant, pour les premiers, le goût pour l'école forme une condition de l'entrée à la bibliothèque, car il manifeste une reconnaissance une identification ? de l'univers culturel légitime, autant pour les seconds, ce goût est-il facultatif tant la bibliothèque présente une offre et des modalités d'offrir qui leur sont déjà familières. Dans un cas, l'investissement affectif dans l'école constitue une condition pour accéder à l'univers culturel de la bibliothèque ; dans l'autre, il est totalement facultatif.

51De telles différences culturelles concernent non seulement le goût pour l'école mais plus généralement l'ensemble du rapport à l'école. Distinguons les jeunes selon qu'ils détiennent tout ou partie des caractéristiques déjà étudiées : bon élève, très bon en mathématiques, très bon en français, aimer beaucoup l'école. Si les élèves dotés d'au moins deux de ces caractéristiques sont plus souvent inscrits que ceux qui n'en disposent d'aucune, les bonnes relations avec l'institution scolaire influent sur l'abonnement selon l'univers culturel d'origine. Lorsque les parents ont tous les deux fréquenté l'université, le bon rapport à l'école compte moins qu'au milieu ou en bas de la hiérarchie culturelle. L'institution scolaire offre de l'aisance et de la familiarité à ceux qui sont en bons termes avec elle. Ils acquièrent des valeurs, des goûts qui créent les conditions et les motivations pour fréquenter la bibliothèque. L'institution scolaire devient le cadre d'une socialisation secondaire à l'efficacité réelle. Reste que la socialisation primaire produit des effets plus forts que la secondaire : les jeunes sans aucune ressource scolaire, mais issus de parents fortement familiers de l'univers scolaire, sont plus souvent inscrits que ceux qui disposent d'au moins deux ressources mais dont les parents sont faiblement familiers (54 % contre 47 %).

Ecole et bibliothèque

52A plusieurs reprises, nous avons observé que la proximité avec l'univers scolaire se traduit par des chances d'inscription accrues. Ainsi, la scolarité des parents, la lecture des classiques scolaires ou le rapport à l'école structurent les chances d'accès à la bibliothèque. Quelles relations entretiennent ces deux institutions ? Comment s'opère le passage entre proximité de l'univers scolaire et inscription ?

  • 22 Cf. C. Rives, « Bibliothèques et écoles », Bulletin des bibliothèques de France, 1991, n° 2, p. 92- (...)

53Les bibliothèques ne sont pas des annexes de l'école. Les bibliothécaires sont soucieux de se démarquer du rôle d'enseignant22. L'histoire des relations entre enseignement et univers des bibliothèques est marquée par une nette différenciation. Des luttes persistent notamment autour de la définition des œuvres valorisées. Leur enjeu réside notamment dans le souhait des bibliothécaires de faire partie des institutions dont le jugement est effectivement reconnu. A travers cette revendication à faire partie du « club restreint » des avis légitimes, s'exprime la volonté de défendre un corps professionnel conçu comme autonome. Ces aspirations sont peut-être d'autant plus fortes que, comme nous le montrent nos résultats, la frontière entre l'univers scolaire et celui des bibliothèques se révèle poreuse : les jeunes inscrits ont lu plus de nouveaux classiques scolaires que ceux qui ne le sont pas.

  • 23 B. Seibel, Au nom du livre, Paris, BPI/La Documentation Française, 1988. p. 47.
  • 24 G. Felouzis, « Interactions en classes et réussite scolaire », in Revue française de sociologie, XX (...)

54L'efficacité des richesses scolaires à accroître les probabilités de fréquenter la bibliothèque résulte de valeurs communes aux deux institutions. La conception de la lecture, les modes d'intervention sur autrui connaissent quelques spécificités mais le commun l'emporte sur le différent. Le cursus scolaire des bibliothécaires donne sans doute la clé de l'espace commun entre école et bibliothèque. Plus de la moitié des bibliothécaires ont un diplôme supérieur ou égal au premier cycle universitaire23. B. Seibel note que les bibliothécaires de catégorie B sont plus diplômés que les instituteurs. C'est dire que ces professionnels du livre ont reçu et intériorisé les références culturelles défendues par l'école. Ils se sont imprégnés et appropriés les valeurs scolaires et ses critères d'excellence. La formation des bibliothécaires se caractérise par son orientation littéraire, que ce soit au niveau de la filière du baccalauréat ou de la discipline universitaire. Elle est marquée par la place éminente qu'occupe l'école. Devenus professionnels, ils conservent les valeurs et les références culturelles qui leur ont été inculquées. Dans ces conditions, le transfert des ressources scolaires enfantines vers la fréquentation de la bibliothèque est assurée. Il passe par les références culturelles que l'école transmet et que la bibliothèque défend mais aussi par des catégories de perception moins visibles. Les jeunes qui aiment beaucoup l'école, les très bons élèves, ont incorporé les règles scolaires de conduite, ils les reproduisent au sein de la bibliothèque et sont appréciés du personnel. Les comportements bruyants, extravagants, agités observables à l'école comme à la bibliothèque concernent sans doute des jeunes en situation scolaire difficile : « les plus mauvais élèves tendent (...) vers des comportements de chahut plus fréquents24. » Ils extériorisent leur situation de domination culturelle par leur corps qui exprime la violence symbolique dont ils sont l'objet. Au sein de la bibliothèque, de tels comportements risquent d'être rejetés ou interdits, ce qui dissuade ces jeunes de la fréquenter. Le transfert de l'excellence scolaire (et notamment littéraire) vers la bibliothèque est assurée par le lien que représente le cursus scolaire des professionnels entre l'école et la bibliothèque.

  • 25 L'insistance des bibliothécaires sur la littérature de jeunesse contre les indéracinables « classiq (...)

55Au cœur de ce transfert se trouvent les pratiques et représentations de la lecture. Bien sûr des divergences existent entre bibliothèque et école, notamment sur le corpus d'œuvres à mettre en avant25. Néanmoins, toutes les deux s'accordent sur certaines valeurs telles que l'enthousiasme pour la pratique, la priorité à la lecture par rapport à la télévision, le rejet de la sous-littérature, l'attachement à la notion d'auteur. Ces valeurs « en négatif », forment le fond commun qui assure le passage d'une institution à l'autre. Les jeunes en bons termes avec l'institution scolaire fréquentent davantage la bibliothèque car ils ont la garantie d'y retrouver un minimum de valeurs déjà partagées.

La bibliothèque ouverte à tous les jeunes ?

56Le projet de ce chapitre consistait à décrire la population des jeunes inscrits afin de montrer sa singularité. Au cours de son développement, nous avons tenté d'expliquer, de donner du sens aux différences qui sont apparues : pourquoi les jeunes dotés de telle caractéristique sont-ils plus ou moins souvent membres de la bibliothèque ? Quels sont les mécanismes à l'œuvre dans la sélection du public ?

57Les bibliothèques accueillent tous les jeunes, elles ne font aucune discrimination à l'inscription. Dans le cadre d'une politique de démocratisation de la lecture, la question doit donc être reformulée : le jeune public de la bibliothèque ressemble-t-il à ceux qui sont hors de ses murs ? Notre enquête a consisté à comparer minutieusement ces deux populations. Force est de reconnaître la singularité des inscrits. Plus investis dans la lecture valorisée par la bibliothèque (lecture romanesque, source de plaisir et supposant des compétences littéraires), ces jeunes sont meilleurs à l'école et ont des parents culturellement proches de l'univers de la bibliothèque (ambiance livresque favorable, au moins un parent inscrit, une mère visiteuse de musée). Non, le jeune public des bibliothèques ne saurait être assimilé à la population des jeunes dans son ensemble.

Notes

1 ARCmc, « L'Expérience et l'image des bibliothèques municipales » in Bulletin des bibliothèques de France, t. 25, n° 6, 1980, p. 265-299.

2 F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989.

3 En 1994, le taux d'inscrits sur la population desservie était de 17,7 % pour l'ensemble de la population française. Pour les jeunes (c'est-à-dire les moins de 18 ans), on peut estimer ce taux à 27 % (contre 13 % pour les adultes).

4 Cf. notamment P. Bourdieu & A. Darbel, L'Amour de l'art, Paris, Ed. de Minuit, 1969.

5 Cf. pour une synthèse sur la sociologie de l'école, J.-M. de Queiroz, L'Ecole et ses sociologies, Paris, Nathan (Coll. “128”), 1995.

6 P. Moulinier, Politique culturelle et décentralisation, Paris, Ed. du CNFPT, 1995, p. 70.

7 F. de Singly, op. cit., p. 36. Celui-ci a mis au point un indice synthétique de l'ambiance livresque familiale à partir de l'intensité de la lecture (mesurée à partir du nombre de livres déclarés lus en un mois) du père et de la mère. Une ambiance défavorable correspond à un maximum de deux livres lus mensuellement par le couple parental ; une ambiance neutre à une lecture mensuelle de trois à six volumes et une ambiance favorable à plus de six.

8 O. Donnat, D. Cogneau, Les Pratiques culturelles des Français 1973-1989, Paris, La Découverte/La Documentation française, 1990.

9 Ce cas montre l'intérêt, pour les sociologues et les professionnels, de pouvoir repérer le degré d' « activité » des inscrits dans la bibliothèque. Au clivage inscrits-non-inscrits, il faudrait ajouter celui d'actifs-inactifs pour mieux cerner le public des bibliothèques.

10 On doit cet indicateur à F. de Singly, « L'Engagement dans la lecture chez les collégiens : inégal et fragile » in J.-M. Privat, Y. Reuter (dir.), Lectures et médiations culturelles, Villeurbanne, Maison du livre, de l'image et du son, 1991, p. 103.

11 Dans une bibliothèque rennaise (Le Triangle), en 1993, les romans représentent plus du quart du nombre total de volumes alors que les bandes dessinées représentent moins de 10 %. Les concepteurs du logiciel utilisé par la Bibliothèque de Rennes (GEAC) ont construit un indicateur de « rotation », comptant le nombre de fois qu'un ouvrage est emprunté en une année. Dans le fonds jeunesse, alors que chaque livre (roman, conte, documentaire, album) ou périodique est emprunté en moyenne 4 fois par an, le taux de rotation des bandes dessinées s'élève à 29,1.

12 Cf. F. de Singly, op. cit., p. 15. La liste est la suivante : Les Contes du chat perché de M. Aymé, La Gloire de mon père de M. Pagnol, L'Enfant et la rivière d'H. Bosco, Poil de Carotte de J. Renard, Le petit Nicolas de Sempé & Goscinny, Le grand Meaulnes d'A. Fournier et L'Appel de la forêt de J. London.

13 On doit ce concept à F. de Singly dans Lire à 12 ans.

14 C. Poissenot, Les Techniques d'emprunt, rapport à la BPI, juin 1994.

15 Pour un exemple récent, cf. M. Burgos, C. Evans, E. Buch, Sociabilités du livre et communautés de lecteurs, Paris, BPI, 1996.

16 R. Chartier, Lectures et lecteurs d'Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987, p. 199.

17 Cf. M. Poulain, J.-F. Barbier-Bouvet, Publics à l'œuvre, Paris, BPI/La Documentation française, 1986, p. 131.

18 Cf. Annexe à l'arrêté du 14 nov. 1985, complément « Lire au collège », p. 25.

19 Idem, p. 31.

20 Cf. P. Merle, L'Evaluation des élèves, Paris, PUF, 1996.

21 Dans l'enquête de F. de Singly, nous n'avons pas connaissance directement du jugement des enseignants. Nous approchons ce jugement par les mères. Le caractère stéréotypé des jugements mais aussi leur diffusion et leur assise sur des bulletins de note limitent les risques de distorsion.

22 Cf. C. Rives, « Bibliothèques et écoles », Bulletin des bibliothèques de France, 1991, n° 2, p. 92-103.

23 B. Seibel, Au nom du livre, Paris, BPI/La Documentation Française, 1988. p. 47.

24 G. Felouzis, « Interactions en classes et réussite scolaire », in Revue française de sociologie, XXXIV, 1993, p. 208.

25 L'insistance des bibliothécaires sur la littérature de jeunesse contre les indéracinables « classiques scolaires » participe de ces luttes de classement entre les deux institutions.

Table des illustrations

Titre Tableau 1.1. Fréquence de l'inscription selon la taille de la commune ou de l'agglomération de résidence et la familiarité des parents avec le système de valeurs scolaires.
Légende Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Tableau 1.2. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon l'inscription d'au moins un parent en bibliothèque et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.
Légende Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 1.3. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon l'ambiance livresque familiale et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.
Légende Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/434/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 1.4. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon la visite de musée par les mères les trois derniers mois et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.
Légende Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/434/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 1.5. Fréquence de l'inscription à la bibliothèque selon le score de ressources littéraires et selon la familiarité des parents avec les valeurs scolaires.
Légende Source : Enquête auprès des jeunes de 12 ans, Observatoire France-Loisirs de la lecture (F. de Singly, 1988).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/434/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable