Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les adolescents et la bibliothèque

 | 
Claude Poissenot

Introduction

Texte intégral

1Ils s’appellent Alice, Sébastien, Virginie, Tarik, Gilles ou Peggy. Ils partagent le fait d’être du même âge et d’avoir été inscrits au même moment à la bibliothèque municipale de Rennes. Ces jeunes et leurs camarades sont les protagonistes principaux de ce livre consacré au jeune public des bibliothèques.

  • 1 Cf. A.-M. Bertrand, Les Bibliothèques municipales, Paris, Cercle de la Librairie, 1994, p. 19.

2Sans le savoir, ce public fait l’objet de plusieurs préoccupations. Les professionnels s’interrogent sur la désertion par les jeunes de leur lieu de lecture : combien sont-ils ? Qui sont-ils ? Pourquoi mettent-ils un terme à leur abonnement ? Leur abandon se double-t-il d’un arrêt de la lecture ? La tendance des jeunes à quitter ou à demeurer au sein de la bibliothèque intéresse également ceux qui ont financé ces équipements culturels. Le ministère de la Culture et les élus municipaux sont attentifs à l’audience de structures auxquelles ils ont permis de voir le jour. Leur investissement de fonds publics reçoit-il une légitimité populaire ? Une trop forte désertion des bibliothèques risque de rendre contestable l’investissement déjà réalisé. Le pays s’est doté d’une offre plus nombreuse et la population desservie a doublé entre 1965 et 19901. Ces progrès de la lecture publique découlent d’un engagement financier accru de la part des collectivités locales puis de l’Etat. Des sommes importantes ont été consacrées à la création de nouvelles bibliothèques.

  • 2 Sur l’évaluation de l’Ecole, cf. C. Thélot, L’Evaluation du système éducatif, Paris, Nathan, 1993. (...)

3En cette période de limitation des dépenses publiques, l’évaluation de la fréquentation des bibliothèques consiste à vérifier que les investissements opérés ont bien atteint leurs objectifs espérés. Les bibliothèques remplissent-elles leur(s) mission(s) ? Parviennent-elles à maintenir en leur sein le jeune public ? La recherche entreprise pour le ministère de la Culture, et dont ce livre tente de rendre compte, prend place dans ce mouvement d’évaluation des politiques publiques2. Mesurer l’ampleur de la non-réinscription des jeunes et tenter de lui donner du sens, revient à fournir des éléments pour conduire une évaluation de cet équipement culturel.

4Reprendre ou non son abonnement à la bibliothèque ne constitue pas en soi une question sociologique. Après tout, il s’agit d’un événement contingent. Les jeunes quittent la bibliothèque sans faire de bruit, d’autres arrivent ; on assiste à des mouvements de populations « naturels » ne donnant pas lieu à investigation sociologique.

5Sans faire de la réinscription à la bibliothèque un phénomène majeur, nous voulons montrer qu’il n’est pas si anodin et remplit une fonction d’analyseur. A travers l’examen de l’inscription et du renouvellement ou non de l’abonnement des jeunes, nous explorons à la fois l’univers de la bibliothèque et l’univers des jeunes. Si nous étudions l’abandon pour lui-même, il nous sert aussi d’outil d’interprétation du rapport des jeunes avec la bibliothèque.

  • 3 A.-M. Bertrand, « La bibliothèque municipale : la carte et le territoire » in A. Kupiec (dir.), op (...)

6Quels sont les comportements de lecteurs valorisés à la bibliothèque ? Quelle lecture garantit le plus la pérennité de l’inscription ? La bibliothèque est-elle en relation de connivence avec l’institution scolaire ? Quels en sont les supports ? De façon générale, notre recherche identifie les éléments favorisant l’inscription et la réinscription et ceux qui les fragilisent. Aux principes du libre-accès et de l’ouverture à tous publics, piliers de la lecture publique, nous opposons l’observation du profil des jeunes inscrits (par rapport à ceux qui ne le sont pas) et des réinscrits (par opposition aux non réinscrits). Nous mettons à jour les principes réels et implicites de sélection du jeune public à la bibliothèque. L’ouverture à tous les publics (« Nul ne doit être écarté de la bibliothèque pour des raisons matérielles, sociales, financières : c’est là un credo très généralement répandu parmi les bibliothécaires3 ») se vérifie-t-elle à une grande échelle, c’est-à-dire en dehors des cas aussi exemplaires que singuliers ? Nous essayons ici de reconstituer certains mécanismes par lesquels se creuse un écart entre le public visé (dans sa généralité) et le public réellement atteint.

7A cette vision macroscopique, nous ajoutons une analyse des processus microscopiques qui conduisent les jeunes inscrits à quitter la bibliothèque. Le passage d’une situation à l’autre résulte d’un cheminement plus ou moins long dans lequel prennent place le rapport à la lecture, le mode de sociabilité des visites mais aussi l’offre de livres dont disposent les jeunes, le jugement qu’ils portent sur la bibliothèque et son public. L’étude de l’abandon ou non de la bibliothèque par certains jeunes, dans leur singularité, offre un accès aux valeurs et au mode de fonctionnement de cet équipement culturel.

  • 4 F. de Singly, « La lecture de livres pendant la jeunesse » in M. Poulain (dir.), Lire en France au (...)

8Notre exploration de la bibliothèque s’accompagne de celle de l’univers des collégiens. A force de les fréquenter, nous avons découvert comment certains enjeux structurent leurs comportements. Durant cette période (entre 10 et 15 ans), ils construisent leur identité personnelle par l’affirmation de leur maturité et de leur appartenance à un groupe socio-sexué. « Les jeunes comme les adultes ne passent pas leur temps à rechercher le plus de profit possible, tout en voulant oublier et faire oublier cette soif d’or social et culturel. Ils ont aussi d’autres chats sociaux à fouetter, ils ont à se construire eux-mêmes comme individus4. » Ce que nous avons découvert à l’occasion d’une recherche sur leur rapport à la bibliothèque peut rester valable pour d’autres secteurs de leur vie. L’affirmation de leur âge et de leur sexe traverse l’ensemble de leur existence et structure nombre de leurs comportements. Nous montrons en quoi les enjeux identitaires propres à cet âge pèsent sur les relations des jeunes avec la bibliothèque. Au delà, les comportements des jeunes vis-à-vis de l’Ecole, de leurs parents mais aussi de leurs pairs prennent leur sens dans la situation tendue (entre accumulation de capital et construction de leur identité personnelle) dans laquelle ils se trouvent.

9Notre recherche s’organise en trois étapes s’appuyant chacune sur un matériau original. Nous avons à la fois utilisé des outils statistiques et procédé à des entretiens permettant de recueillir les paroles des jeunes. Ainsi, dans l’opposition entre approche quantitative et approche qualitative, nous ne prenons pas parti exclusivement pour l’une des deux mais soumettons les deux à notre souhait de rendre intelligible le rapport des jeunes à la bibliothèque.

  • 5 Malgré leur relative ancienneté, ces données conservent toute leur pertinence. La multiplication d (...)
  • 6 Il a publié les principaux résultats dans : F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989. Il r (...)

10La première étape de la recherche forme une sorte de préalable indispensable. La population des jeunes inscrits à la bibliothèque représente une sous population particulière. Dans ces conditions, il nous faut prendre la mesure de la singularité des inscrits par rapport à ceux qui ne le sont pas. En quoi les uns diffèrent-ils des autres ? Etudier la population des inscrits revient à se pencher sur une population qui a déjà franchi la sélection à l’entrée de la bibliothèque. Pour montrer les différences qui séparent inscrits et non inscrits, nous avons eu recours à une enquête réalisée en 1988 auprès d’un échantillon national pour l’Observatoire France Loisirs de la Lecture5. F. de Singly nous a donné accès aux données de cette enquête6 qui comportait une question sur l’inscription en bibliothèque extra-scolaire des jeunes interrogés. L’exploitation secondaire de ces données nous a permis de traiter le clivage entre inscrits et non-inscrits. Le questionnaire comporte des informations sur l’enfant (la lecture, les loisirs, l’école, etc.), sur ses parents et notamment sa mère qui était interrogée après lui. De cette façon, nous disposons d’informations détaillées sur les enfants et leur mère. Deux principes ont présidé à la construction de l’échantillon : les jeunes ont douze ans ou vont les atteindre dans les trois mois qui suivent l’enquête (octobre 1988) ; les parents sont salariés et appartiennent aux catégories socio-professionnelles suivantes : ouvriers, employés, instituteurs, professions intermédiaires, cadres supérieurs et professeurs.

  • 7 Par « effet bibliothèque » nous désignons l’incidence que peut produire la mise en forme de la bib (...)
  • 8 Pour une présentation de la Bibliothèque municipale de Rennes, cf. M.-T. Pouillas, « Rennes, la bi (...)
  • 9 La mobilisation des bibliothécaires et l’organisation d’un tirage au sort, avec de nombreux lots à (...)

11La deuxième étape de notre recherche se scinde en deux. Il s’agit d’abord de mesurer l’ampleur du phénomène de la non réinscription. Ensuite, de trouver une explication à ce phénomène dans ce que nous appelons « l’effet bibliothèque7 » (chapitre 2). A cette fin, nous avons conçu une enquête sur les jeunes inscrits à la Bibliothèque municipale de Rennes. Après avoir sélectionné six bibliothèques du réseau de la ville8, nous avons expédié (en décembre 1991) un millier de questionnaires à tous les jeunes (nés en 1980-81) inscrits dans les établissements retenus. Au total, jeunes nous ont répondu, soit un taux élevé de réponses pour une enquête par voie postale9. Le questionnaire aborde les pratiques de lecture et de loisirs, le rapport à l’institution scolaire, les usages de la bibliothèque et fournit des informations sur l’univers familial (parents, frères et sœurs). Après la passation du questionnaire, nous avons procédé à des relevés ultérieurs (en janvier 1993, 1994, 1995 et 1996) afin de vérifier si les membres de notre cohorte avaient renouvelé leur abonnement.

  • 10 Pour une présentation des bibliothèques retenues, cf. Annexe 1, Note méthodologique, p. 317.

12Cette enquête permet de recomposer la trajectoire suivie par les 715 jeunes interrogés. Elle rend possible une estimation de l’intensité de la non réinscription. Elle a aussi pour objectif de mettre à jour les liens existant entre les profils des jeunes et leur devenir au sein de la bibliothèque (chapitre 3). Quelles sont les caractéristiques du public fragile par rapport à celle du public fidèle ? Quel rôle jouent l’origine sociale et culturelle, le rapport à l’école, les pratiques de lecture et de loisirs dans la réinscription à la bibliothèque ? Notre échantillon n’entend pas être représentatif de la population des inscrits à une bibliothèque municipale ; il se compose des jeunes ayant accepté de remplir et de renvoyer le questionnaire. Toutefois, nous avons pris garde de retenir des bibliothèques situées dans des quartiers différents par leur public dominant10.

13Pour étudier le phénomène de la non-réinscription, nous avons opté pour un échantillon local. Le suivi d’une cohorte exige une attention et une énergie telles qu’il nous aurait été difficile de réaliser une enquête de ce type sur un échantillon national. La dimension municipale de notre population d’étude limite quelque peu la portée de nos résultats. Cela est surtout vrai pour l’évaluation de l’ampleur du phénomène de la non réinscription. Si à Rennes, la bibliothèque perd la moitié de ses jeunes inscrits en cinq ans, cette estimation risque de connaître des fluctuations selon l’histoire et la forme du réseau de lecture publique propre à chaque ville. En revanche, la mise en évidence des sources de fragilité ou de fidélité du public sur l’échantillon rennais, nous semble moins sujette aux variations locales. Les variations sociales d’un phénomène oscillent moins d’un échantillon à l’autre que la fréquence avec laquelle on le rencontre.

14La troisième et dernière étape de notre recherche complète la précédente. Après avoir montré comment la non réinscription à la bibliothèque s’explique par le profil des jeunes et notamment leur plus ou moins grande familiarité avec les valeurs qui y ont cours, nous adoptons une autre grille d’interprétation. L’abandon de la bibliothèque est analysé comme le résultat d’un processus qui peut être long et compliqué. Pour reconstiuer le cheminement conduisant de l’inscription à la non-réinscription, nous avons utilisé la technique de l’entretien. Seule celle-ci permet d’accéder aux détails de la trajectoire individuelle et d’affiner les résultats d’une analyse strictement quantitative.

  • 11 Pour une sociographie des entretiens exploités, cf. Annexe 4, p. 344.
  • 12 A. Blanchet & A. Gotman, L’Enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan, 1992, p. 54.

15Nous avons effectué une campagne d’entretiens auprès de certains membres de la cohorte. Le corpus11 (n = 55) se compose principalement d’entrevues avec des jeunes qui n’ont pas renouvelé leur abonnement à la bibliothèque. A l’instar de l’enquête quantitative, effectuée sur six bibliothèques contrastées, nous avons veillé à réaliser des entretiens avec des jeunes inscrits dans chacune des bibliothèques de notre étude et à équilibrer la part de filles et de garçons. La population de nos entretiens répond ainsi à l’exigence de « diversification12 ». L’objectif était de recueillir le discours que les jeunes entretenaient sur leur pratique de la bibliothèque mais aussi de replacer la bibliothèque dans leur pratique de lecture (sociabilité, approvisionnement) et leur relation à cette activité. Le rapport à la lecture (chapitre 4) et le mode de sociabilité des visites (chapitre 5) nous ont servi de toile de fond afin de recomposer les parcours suivis. Nous avons aussi interrogé les jeunes sur leur non-réinscription en cherchant à saisir la logique qui l’avait produite. Nous avons sélectionné et rassemblé les informations de façon à reconstruire le réseau de contraintes ou de contradictions dans lequel était impliqué le jeune usager.

Notes

1 Cf. A.-M. Bertrand, Les Bibliothèques municipales, Paris, Cercle de la Librairie, 1994, p. 19.

2 Sur l’évaluation de l’Ecole, cf. C. Thélot, L’Evaluation du système éducatif, Paris, Nathan, 1993. Pour les bibliothèques, cf. A. Kupiec (dir.), Bibliothèques et évaluation, Paris, Cercle de la Librairie, 1994.

3 A.-M. Bertrand, « La bibliothèque municipale : la carte et le territoire » in A. Kupiec (dir.), op. cit., p. 64.

4 F. de Singly, « La lecture de livres pendant la jeunesse » in M. Poulain (dir.), Lire en France aujourd’hui, Paris, Cercle de la Librairie, 1993. p. 154. Pour des développements plus généraux sur la tension entre construction identitaire et enjeux de classement, Cf. F. de Singly, Le Soi, le couple et la famille, Paris, Nathan, 1996.

5 Malgré leur relative ancienneté, ces données conservent toute leur pertinence. La multiplication des discours décrivant comme « nouveaux » des aspects de la vie sociale ne doit pas cacher que les structures sociales ne changent pas à grande vitesse.

6 Il a publié les principaux résultats dans : F. de Singly, Lire à 12 ans, Paris, Nathan, 1989. Il reproduit le questionnaire en fin de volume, p. 201-223.

7 Par « effet bibliothèque » nous désignons l’incidence que peut produire la mise en forme de la bibliothèque sur le public. La disposition des lieux, la composition du fonds, l’accueil, etc. ont en commun de générer des comportements et de sélectionner le public.

8 Pour une présentation de la Bibliothèque municipale de Rennes, cf. M.-T. Pouillas, « Rennes, la bibliothèque dans la cité » in Bulletin des bibliothèques de France, t. 37, n° 5, 1992, p. 34-38.

9 La mobilisation des bibliothécaires et l’organisation d’un tirage au sort, avec de nombreux lots à gagner, ont permis d’obtenir un tel résultat.

10 Pour une présentation des bibliothèques retenues, cf. Annexe 1, Note méthodologique, p. 317.

11 Pour une sociographie des entretiens exploités, cf. Annexe 4, p. 344.

12 A. Blanchet & A. Gotman, L’Enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan, 1992, p. 54.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable