Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire, écrire, récrire

 | 
Jean Davallon
, 
Marie Després-Lonnet
, 
Yves Jeanneret
, 
et al.

Conclusion

Jean Davallon, Marie Després-Lonnet, Yves Jeanneret, Joëlle Le Marec et Emmanuël Souchier

Texte intégral

1Au terme de ce travail collectif, deux conclusions essentielles peuvent être formulées. La première a trait à l’apport de connaissances empiriques et théoriques concernant les objets qui émergent des nouvelles articulations entre les textes, les techniques et les usages. La seconde a trait à la position scientifique collective, à la fois conceptuelle, méthodologique et politique que nous avons élaborée sur les thématiques liées au rapport entre le changement social et les nouvelles technologies.

1. Les articulations entre texte, techniques et pratiques

2Nous avons montré, dans le chapitre introductif, comment les trois notions (textes, techniques et pratiques) étaient déjà posées chez les différents chercheurs de cette équipe. Comment ces notions complexes débordaient leur définition empirique, alors que les limites des spécialisations disciplinaires ne permettaient pas de les pousser dans leur logique propre. Les spécialisations méthodologiques peuvent en effet renforcer, dans le champ scientifique lui-même, l’existence de catégories relativement autonomes du texte, de l’usage et de la technique, dans la mesure où elles correspondent à des ensembles homogènes d’» observables »: des corpus textuels, des enquêtes menées auprès d’acteurs sociaux, des objets techniques.

3Dans cette recherche collective, nous avons souhaité aller au-delà de la problématisation du type de phénomènes auxquels ces notions donnaient un accès empirique. Nous avons cherché à nous donner des outils théoriques et méthodologiques, pour passer de la production d’un mode de questionnement à la production de nouvelles connaissances à partir d’objets, et de terrains concrets. Ce que nous appelons « résultats » ne sont pas, en fin de compte, des reformulations critiques de questionnements qui mettraient en évidence de façon plus subtile et plus nécessaire, le besoin d’articuler ces notions. Nous avons choisi, terrain par terrain, de produire des connaissances sur la manière dont elles sont effectivement articulées au plan empirique.

4Prenons l’exemple du volet consacré aux usages des messageries. Dans l’analyse de la couche technique, celle du développement par les ingénieurs du logiciel de messagerie, on constate un véritable effort tendant à faire disparaître toute référence machinique dans les opérations proposées à l’écran.

5Et cet effacement se fait au profit de l’illusion que les usages sollicités ne sont que des pratiques socialement déjà construites (ouvrir une lettre, la jeter, l’envoyer, etc.). Paradoxalement, c’est dans les réactions de l’usager que l’on trouve un modèle de pratique basé sur la compréhension des modes opératoires machiniques: « L’écart entre l’attitude projetée et le comportement effectif ne relève pas d’une méprise dans l’interprétation des signes, mais bien d’un positionnement différent quant à leur statut. Les concepteurs pensent proposer un ensemble d’outils et de fonctionnalités représentés sous une forme graphique, une “mise en texte” des pratiques. Ce que nous disent les gens, c’est: “Je vais ici, je clique là, ça s’affiche ici”, généralement en désignant la zone sur l’écran. Les zones sont très rarement qualifiées: ce n’est pas le bouton “envoyer” ou “relever la boîte” mais la position relative de chaque zone sensible qui est repérée. Dans la grande majorité des cas, le vocabulaire employé pour décrire les tâches réalisées concerne l’aspect “informatique” de l’action: “cliquer”, “sélectionner”. Notre sentiment est que ce que l’un construit comme une pratique naturelle, l’autre le conçoit comme un signe de fonctionnement de l’outil informatique. Les modes opératoires sont fixés, il faut les admettre tels qu’ils sont pour obtenir les résultats attendus. »

6Dans l’analyse consacrée aux sites reliés à Gallica, c’est l’articulation texte pratique qui est observable empiriquement. Le fonctionnement du site en tant que texte signale qu’il existe des opérations, des connexions, des articulations entre lui et la pratique de l’utilisateur, opérations qui font que le texte organise très concrètement les conditions par lesquelles il n’en est plus un dans la pratique qu’il appelle. Le dispositif n’est pas seulement textuel (il ne s’agit pas seulement de produire de l’interprétation et du sens comme un lecteur de livre ou même de cédérom), c’est un dispositif d’action, et la lecture prend place dans une logique d’action. Les éléments textuels sont donc des opérateurs d’action pensés comme tels dès la production.

7Dans l’analyse consacrée à l’appropriation des textes de réseaux, l’articulation entre les catégories du texte et de la technique se dilate dans l’espace des configurations qui organisent les formes dynamiques du texte, au moment où celui-ci est reconnu et pratiqué comme tel. Le protocole d’observation, du fait même de l’artificialité du dispositif d’enquête assumé comme tel, optimise l’implication de chacun. Le lecteur définit ou questionne sa propre posture et son propre rapport au texte, qu’il s’agisse du chercheur ou de chacune des personnes qui va s’engager dans le rapport au corpus à l’écran.

8Dans l’analyse consacrée aux pratiques en bibliothèques, on entre par des unités sociales larges qui contiennent des relations entre usages, textes et techniques. Ce sont les tâches des bibliothécaires qui constituent les unités empiriques par lesquelles sont rendues observables concrètement un ensemble de relations entre des objets (techniques ou textuels), des discours et des situations qui sont mobilisés ensemble de manière organisée dans ces tâches. Elles permettent de constituer un type de données dans lesquelles on fait cheminer le plus longtemps possible le caractère hétérogène et dynamique des relations entre objets, discours et situations.

9Cette approche a fait émerger de nouveaux concepts et de nouveaux objets. Un mode de conceptualisation s’avère, en fin de compte, commun aux équipes: les interprétables y sont analysés autrement que sur le mode d’une partition (là encore, fut-elle une réarticulation) entre la technique, le textuel et l’action. Les objets sont dé-différenciés; un même objet peut-être textuel à un moment donné et selon un point de vue déterminé, technique d’un autre point de vue. Enfin il peut être considéré comme une trace d’action par un enquêté ou par le chercheur. Ainsi, tel écrit d’écran est une chose à cliquer pour un enquêté, une chose à lire pour un autre, une chose faite ou à faire pour un autre encore. La mise en perspective ouverte par la confrontation de plusieurs terrains rend visibles et conscientes la requalification des objets et celle des pratiques.

10Dans le volet consacré aux textes de réseaux, nous avons formulé l’hypothèse de la prédilection sémiotique selon laquelle l’usager définit lui-même le rapport entre le texte observable, le texte représenté et le texte agi. Le lecteur procède à une sélection et à une extraction au sein d’une forme sur-sémiotisée. Mais l’extraction ne porte pas sur des niveaux sémiotiques qui définiraient une typologie des registres de la réception. Des lecteurs peuvent, en effet, extraire une forme documentaire qui leur permet de qualifier des informations, d’autres sont sensibles à un discours et à un cadre de communication, d’autres enfin, évaluent directement la sur-sémiotisation de la forme à laquelle ils ont affaire en émettant un jugement critique sur la complexité affichée à l’écran. La notion de prédilection sémiotique laisse intactes l’hétérogénéité et la mixité des catégories dans lesquelles l’interprétation pourrait se déployer sans se hiérarchiser ni même se décider : sociale, psychologique, sémiotique, etc. Le textiel permet de restituer l’épaisseur des choix possibles et des créations opérées, mais aussi de se passer, pour les discerner et les décrire, d’une partition entre ce qui relèverait de déterminants cognitifs ou sociaux, de contraintes techniques, de potentialités sémiotiques, par exemple.

11Dans le volet consacré à l’usage des messageries, la notion de signe « passeur », technique et textuel, est questionnée et travaillée dans ses dimensions multiples, y compris métaphoriques. Notre souci consiste à prendre en compte l’activité logicielle autrement que comme design et simple optimisation fonctionnelle. L’écriture logicielle est donc vue avec précision par ses effets, sans être cachée par les métaphores et les représentations de ce qu’elle aurait de logiciel a priori. Une fois écarté l’écran d’une représentation fixe, d’un espace logiciel par nature, on tombe sur un espace construit à partir d’une représentation de la situation de communication, qui nous ramène au textiel par une autre voie. Dans le volet consacré aux sites reliés à Gallica, le même objet est envisagé autrement, comme présence sémiotique d’un lien, suggestion d’un acte, dans une approche où les chercheurs s’attachent à la manière dont les actes de médiation sont inscrits dans le média ou l’inscrivent.

12Dans le volet consacré aux pratiques en bibliothèque, parce que le regard n’est pas focalisé sur les objets informatiques, c’est un autre objet qui devient exemplaire de ces statuts multiples, technique, textuel, d’action: le post it. Il pourrait être l’équivalent d’un signe passeur au sens d’un texte qui se désigne comme étant le lien à un autre texte, mais il est avant tout, dans la problématique choisie, un objet qui mute sans cesse. Régulateur de contradictions, ce média articule les traces des actions rendues visibles par l’enquête et les textes « faits pour être inscrits ».

13Dans chaque cas, la réarticulation entre les trois notions « textes, techniques et pratiques » est liée à l’approche. La mise en œuvre des méthodes n’est pas basée sur des liens de complémentarité fonctionnelle entre ce qui relèverait des enquêtes (les usages) et ce qui relèverait de l’analyse de corpus (les textes), mais bien sur la construction d’un cadre d’observation qui puisse réellement dépasser ces divisions fonctionnelles dès le stade du recueil de données. Il s’est agi de ne pas reporter à l’analyse, a posteriori, le soin de valoriser les relations entre usages, textes et techniques, mais de les constituer d’emblée en observables.

14Cette approche est également liée à un mode de conceptualisation des objets complexes, nécessairement différencié selon les terrains, mais parallèle. Nous n’avions pas prévu de nommer de manières différentes un objet commun dont chacun s’attachait à expliciter certaines dimensions, tout en sachant que les autres équipes en assumaient d’autres. Nous y reviendrons dans les propositions de concepts présentées plus loin.

2. Un enjeu collectif : une temporalité de recherche ouverte

15Le même projet a été mené par tous les chercheurs, avec des différences dans la mise en œuvre, qui n’en deviennent que plus essentielles pour la compréhension de ce qui est, à chaque fois, mis en jeu collectivement. Nous avons présenté ces différences dans l’introduction, ainsi du mode d’analyse des articulations entre objets, textes et pratiques qui fait fonctionner sur chaque terrain un modèle sémiotique distinct. La compréhension a posteriori de ce qui s’avère différent dans la construction théorique propre à chaque terrain fait apparaître à quel point l’enjeu théorique est, quant à lui, fondamentalement collectif. La construction collective et différenciée permet de profiter d’une commune tolérance à la temporalité longue et heurtée du processus.

16Il est impossible de restituer précisément ici la double dynamique des recherches par terrain et du séminaire commun. Mais l’un des résultats de celui-ci a été, indéniablement, une confiance dans la nécessité partagée, d’une part de prendre le temps qu’il faut pour construire des objets complexes et, d’autre part, de ne pas conclure trop tôt pour ne pas casser le processus de construction collective qui est encore en cours au moment où nous rédigeons ces dernières lignes. Individuellement, nous aurions été irrésistiblement tentés de nous hâter d’anticiper la portée et les enjeux de ce que nous faisions pour justifier un travail, défendre une position, prendre en charge les « suites » à titre individuel au nom d’un collectif abstrait. Ensemble, nous savons que l’enjeu d’un collectif bien réel a été éprouvé dans sa complexité et sa densité et qu’il n’est pas besoin de le formaliser prématurément sur la base de cette première recherche : les perspectives sont réelles, nous le sentons trop pour les asservir dès maintenant à des nécessités rhétoriques. Une des positions de recherche, renforcée par ce travail, est ainsi la volonté d’installer la production de résultats portant sur des phénomènes liés au rapport entre changement social et technologie dans des temporalités longues et ouvertes, puisqu’elles engagent nécessairement des collectifs de chercheurs et d’institutions impliqués.

17Il est en effet illusoire de vouloir affronter seul des problèmes qui appellent le dépassement des limites liées aux spécialisations disciplinaires et aux enjeux institutionnels. On l’annonce volontiers sans l’assumer réellement : lorsqu’on affirme que l’effort pour résoudre les problèmes posés par l’analyse de processus complexes et dynamiques a permis d’expérimenter un type d’approche qui reste à développer, il est rare qu’on s’attende réellement à pouvoir mettre en œuvre la suite au sens propre du terme, du fait de la difficulté d’articuler des temporalités croisées dans la recherche en collectif. Le collectif auquel nous pensons ici n’est pas limité à notre groupe : il est constitué par l’ensemble des chercheurs, praticiens et personnes impliquées dans le fonctionnement de la recherche qui se posent les mêmes problèmes que nous et qui peuvent voir dans notre travail des limites et des prolongements possibles que nous n’avons pas repérés nous-mêmes.

18Ce que nous avons cherché à organiser concrètement à trois niveaux, par terrain, entre équipes dans le séminaire commun, et en collaboration avec le service Études et recherche de la Bibliothèque publique d’information et la Direction du livre et de la lecture à toutes les étapes-clés de la recherche, ce sont ces temporalités ouvertes et multiples.

3. Une position scientifique à trois dimensions :

méthodologique, conceptuelle et politique

19Pour parvenir à cette production théorique collective, mais instanciée différemment dans les quatre terrains, nous avons construit une pratique interdisciplinaire qui est, pour nous, désormais, un acquis majeur. Cette pratique, et le type de résultats auxquels elle aboutit, nous conduisent à exprimer collectivement une position scientifique et politique sur la nature du savoir que nous avons produit ensemble.

20Cette position scientifique et politique se déploie selon trois dimensions essentielles :

  • Au plan méthodologique, nous avons construit une pratique de recherche collective interdisciplinaire dont nous pouvons préciser les modalités et dégager la dimension programmatique ; pratique qui nous invite à porter un regard politique sur l’organisation de la recherche institutionnelle ;
  • Au plan conceptuel, nous avons proposé un ensemble de concepts sur la base du redécoupage des catégories du texte, de la technique et des actions ;
  • Au plan politique, nous avons réinterrogé le processus normatif par lequel la volonté d’intégration de pratiques multiples dans un même espace (l’écran) oblige les acteurs à réintroduire une hétérogénéité de lieux, de temps et de pratiques.

Le plan méthodologique

21Nous ne reviendrons pas ici sur la manière dont nous avons mis en œuvre une pratique interdisciplinaire. Nous évoquerons, en revanche, ce que cette pratique a fait apparaître après coup et ce qu’elle a rendu possible.

22Pour traiter des pratiques de lecture et d’écriture à l’heure des réseaux, nous sommes partis d’une volonté commune de dépasser chacun les limitations liées à nos spécialités respectives. Cette exigence nous a conduits, en fin de compte, à élaborer une pratique interdisciplinaire basée sur la construction d’un espace commun.

23Dans une logique où chacun aurait occupé des positions différentes et aurait été représentant d’une approche ou d’un cadre théorique, il y aurait eu un danger à aboutir trop vite à une division du travail en fonction des spécialités de chacun des membres au sein des quatre équipes ; et ce, en fonction des dominantes de chaque équipe au sein du collectif. Nous avons également évité de forcer les ressemblances pour aboutir trop vite à un consensus confortable au début, mais stérilisant à long terme. Nous avons ainsi évité de représenter immédiatement ce que chacun devait prendre en charge en tant que « sémioticien » ou « sociologue », ou plus exactement en tant que représentant de la sémiotique vis-à-vis des représentants de la sociologie et vice-versa (le « sémioticien » et le « sociologue » ne l’étant que par rapport à une représentation d’un rapport interdisciplinaire qui n’est guère revendiqué individuellement). Les dimensions identitaire et culturelle de ces positionnements ont donc pu être discutées et abandonnées, dans la mesure où tous étaient d’accord pour ne pas « défendre » une identité et, corrélativement, pour signaler à autrui qu’il ne le rangerait pas dans une identité figée représentant une approche différente. Terrain par terrain, personne n’a joué le rôle du sémioticien par rapport à un « comparse » ou à un « adversaire » qui ferait le sociologue, mais chaque équipe a joué le jeu de la mise en œuvre d’un croisement d’approches sémiotiques et sociologiques.

24À une logique de positions prédéterminées par des rapports identitaires a succédé une logique d’espace scientifique commun. L’existence de cet espace commun se manifeste concrètement par deux caractéristiques au moins. La première à trait à la portée critique de chaque approche qui se déploie sans crispation dans l’espace commun de la recherche, dans la mesure où elle n’attaque pas ce qui est construit collectivement, même si elle dessine partout les limites de ce que chacun a proposé. La seconde porte sur l’intégration, dans les méthodes elles-mêmes, des modalités d’organisation et de fonctionnement collectifs. On a ainsi dissocié dans cette recherche deux niveaux de mise en œuvre de l’interdisciplinarité : terrain par terrain, avec la mise en œuvre d’approches empiriques croisant approches et méthodes, et collectivement, dans le dialogue organisé sur les différents rapports à l’interdisciplinarité par équipe. Cette dissociation des niveaux est essentielle, elle nous semble aujourd’hui une méthode de travail qui permet d’avancer dans la résolution du type de problèmes que posent les objets complexes propres aux interdisciplines, dans la mesure où elle permet de partager et de transmettre, mais avec une claire conscience de ce qui relève de démarches spécifiques et de ce qui relève de questionnements communs.

La construction d’un espace critique

25L’espace commun se construit lorsque la défense de positions identitaires devient inutile. Le travail mené dans chacun des terrains porte la critique de ce qui est fait dans d’autres terrains. Mais ces critiques sont recevables dans la mesure où le point de vue et le contexte d’où elles sont émises peut être compris, de sorte que chacun n’a pas à perdre son temps à se défendre contres les implicites possibles véhiculés par une critique qui émanerait d’une « position ».

26Cette intercompréhension, « malgré » l’intercritique latente, est rendue possible par le choix qui consiste à ne pas privilégier la division du travail par spécialité. C’est parce que chaque groupe comprend ce que fait l’autre groupe, qu’il comprend de très près son point de vue. Cette « porosité » des approches par groupes a des effets très sensibles : non seulement chaque chercheur n’a pas fait ce qu’il savait faire de façon privilégiée, mais surtout, chaque approche s’est tendue vers ce qu’elle ne prend d’habitude pas en compte de façon privilégiée, car travaillée par l’approche d’autrui. Dans les observations menées sur l’appropriation des textes de réseaux, par exemple, les éléments relatifs à la contextualisation des pratiques observées sont fortement valorisés même s’ils ne sont pas essentiels à l’approche. Dans les observations menées en situation, sur un terrain ayant sa propre pertinence sociale (les pratiques en bibliothèque), l’attention est attirée, symétriquement sur la complexité d’objets textuels très précis, même si l’analyse n’est pas conduite à ce niveau.

27Plus fondamentalement, c’est parce que l’axe polémique qui oriente la problématique propre à chaque terrain est compris collectivement, que la manière dont chaque approche porte la critique des autres est constructive. Les choses sont mises à leur juste place, on comprend ce qui est défendu par chacun, parce qu’on comprend la manière dont chaque focale est construite pour déplacer des limites dans la saisie des pratiques de lecture et d’écriture liées aux réseaux.

28Si chacune des approches apporte potentiellement la critique des autres, elles se nourrissent les unes les autres d’une prise en charge différenciée d’une même posture polémique, déclinée différemment.

29Ainsi, l’approche défendue dans l’analyse de l’appropriation des textes de réseaux polémique contre l’envahissement de la recherche par des discours généralisants sur l’influence directe de la technique sur les pratiques, au détriment d’une attention à la complexité des phénomènes. L’approche développée pour les pratiques en bibliothèque polémique contre la tendance presque irrésistible dans bien des cas à associer l’action au changement, à l’intérieur d’un cadre qui constitue l’innovation en substrat naturel de la dynamique sociale. L’approche développée pour analyser les usages des messageries polémique contre une tendance dominante à étudier les réseaux par le Web, au détriment d’une analyse des pratiques d’écriture en actes. L’approche consacrée aux sites reliés à Gallica polémique contre la structuration trop puissante des phénomènes liés à l’usage des technologies de l’information et de la communication par une partition (fut-elle pensée sur le mode de l’articulation), entre le fait technique et le fait social.

30Dès lors, le fait que certaines dimensions ne soient pas prises en compte dans tel terrain est d’autant mieux vécu que ces dimensions sont justement assumées par une autre équipe. L’étude en bibliothèque prend en charge un contexte social dans lequel une pluralité de pratiques de lecture et d’écriture professionnelles entre en relation nécessaire, mais renonce à une description fine des objets textuels créés dans ce contexte. L’étude sur les textes de réseaux prend en charge la variété des objets textuels et des modes d’appropriation mobilisés face à ces objets, mais renonce à les observer en situation. L’étude sur les messageries prend en charge la description fine des formes spécifiques du texte de réseau en partant de la dimension logicielle, mais se limite à l’analyse des modes de lecture-écriture liés aux messageries. L’étude sur les sites reliés à Gallica prend en charge le rapport explicite entre le cadre d’action et l’usage à l’échelle du média, mais renonce au point de vue des acteurs.

Les modalités de fonctionnement d’une équipe interdisciplinaire

31Le déplacement d’une logique de position vers une logique d’espace se manifeste également par le mode de conceptualisation, nécessairement différencié par terrain, puisque nous testions à chaque fois une manière spécifique de traiter l’articulation entre dimensions sémiotique et anthropologique, mais de façon parallèle puisque notre projet était collectif. On passe donc d’une logique d’attribution de position disciplinaire à une logique de construction commune d’un objet commun. Cet objet est trop complexe à saisir empiriquement et conceptuellement pour chaque chercheur individuel, mais il ne prend consistance que parce que chaque chercheur impliqué tire les concepts qu’il maîtrise hors des limites dans lesquelles ils sont habituellement pensés et saisis par l’approche de son domaine de spécialité ou de familiarité.

32On passe ainsi de l’affirmation d’opinions projetées par des positions interprétatives, vers un élargissement de la conscience réflexive individuelle partagée et discutée. C’est, par exemple, une conscience problématique de la difficulté à penser l’usage, mais en même temps une conscience opératoire de sa nature, de sa complexité. La confrontation se fait, en effet, sur des options méthodologiques dans la conduite des terrains, plutôt que sur des points de vue interprétatifs. Chacun, dès lors, a conscience de ce qu’il voit ou ne voit pas sur son propre terrain. Il profite des limitations liées à son propre parti-pris, au bénéfice d’une conception commune de la nature de la complexité des phénomènes liés à l’usage et de la nature des difficultés à surmonter.

33C’est sur cette base que s’articule la dissociation entre le travail par équipe sur chaque terrain et le dialogue collectif. C’est dans cette dissociation que se déploient l’espace et le jeu nécessaires entre des projets singuliers qui ont chacun leur autonomie et l’enjeu théorique commun.

34L’espace commun est donc « épais ». Il se construit à partir de la tension entre positions disciplinaires ou plutôt entre positions identitaires différentes, et à partir de la tension entre des approches liées à des terrains précis et le dialogue général sur les différentes mise en œuvre de l’interdisciplinarité.

Le plan conceptuel

35En nous donnant les moyens d’observer les relations complexes entre textes, techniques et pratiques grâce à des outils conceptuels et méthodologiques ad hoc, nous avons fait des « observables ».

36Il y a donc, au cœur de ce travail, non seulement une production de résultats empiriques, mais aussi une élaboration théorique qui à la fois la fonde et en émerge. L’ensemble constitue un mode de conceptualisation adapté à des phénomènes complexes, hétérogènes et dynamiques, dont une partie seulement se manifeste par du texte disponible comme forme inscrite à un moment donné, et une partie par des « rapports d’action » saisis au cours de l’enquête. Les modes de conceptualisation des articulations entre ce qui s’inscrit et ce qui se fait, entre ce qui est fait et ce qui pourrait se faire, entre ce qui est inscrit et ce qui pourrait s’inscrire, sont à la fois très proches et très différents dans les quatre équipes. À la base de cette démarche, il y a eu la même volonté de combiner des approches sémiotiques et des approches anthropologiques ou sociologiques afin de se donner les moyens de dépasser les limites de chaque champ. Cette combinaison d’approches ne se superpose pas strictement à des techniques. Ainsi, la sémiotique mobilisée dans l’analyse des pratiques en bibliothèque ne correspond pas à une technique d’analyse de corpus. De même, l’approche des usages des sites reliés à Gallica se fait sans recours à des techniques d’enquêtes.

37Dans les quatre cas, la construction de l’objet a été longue et fondée sur la confiance dans le pari collectif. Dans chaque cas, l’objet a fini par prendre une forme et un nom après le travail de discrimination minutieux de tout ce que cela était ou n’était pas, par rapport à des catégories du complexe préexistantes : les médias, les textes, les dispositifs. Cette terminologie, qui n’est pas unifiée, atteste que les constructions conceptuelles sont liées aux points de vue différents et aux hiérarchisations qu’elles ont retenues. Malgré tout, un même effort pour saisir des configurations s’y manifeste, et un espace théorique cohérent se dégage de ces notions. Les notions de trace d’usage, de prédilection sémiotique, de textiel, de composite ont émergé de ce travail de recherche. Ces notions se situent à des niveaux différents d’analyse des problèmes, mais la façon particulière de les formuler y circule d’une façon visible.

38Nous souhaitons également proposer à la suite, des lectures mutuelles auxquelles le séminaire a donné lieu, une réflexion sur le couple de notions « implication/ accomplissement » qui semble informer l’ensemble du travail.

39Le textiel est un état émergeant de la « forme-texte » entendue comme ensemble matériel et organisé de signes à l’écran. Cette notion permet d’éviter l’effet de « brouillage » auquel exposerait la nécessité paradoxale d’exprimer qu’il n’y a pas de clivage entre le texte et la technique, tout en mobilisant ces deux notions pour ce faire. Cette organisation n’est pas décidée a priori du point de vue d’un scripteur, fut-il théorique, ni a posteriori du point de vue du lecteur. Elle substitue à l’idée de fonctionnalités (sociales, techniques, sémiotiques) souvent associée aux processus d’actualisation ou d’interprétation, l’idée d’implication, laquelle s’applique à n’importe quel niveau de la pratique de lecture ou d’écriture, en amont, et en aval de celles-ci, et à n’importe quel point de l’épaisseur des objets par lesquels le texte manifeste sa présence.

40Les notions de trace d’usage et de prédilection sémiotique opèrent comme des modes d’actualisation du textiel ; modes cohérents et différents à la fois. Il s’agit de décrire la façon dont s’inscrivent les initiatives rhétoriques et pratiques au sein du textiel, qui se trouve à la fois conservé et potentialisé par ces initiatives, et tiré du côté de telle ou telle de ses dimensions. C’est le caractère à la fois descriptif et épistémologique de ces notions qui est intéressant. Lorsque nous reconnaissons des traces d’usage dans des productions écrites, l’analyse conduit à préciser dans quelles conditions l’anticipation d’un usage peut s’inscrire dans le dispositif, ce qui s’opère dans une sorte de va et vient entre l’effort pour caractériser les modalités d’une médiation et le choix d’un point de vue d’analyse, entre action et sémiose. Lorsqu’à l’observation, on dégage, de la multiplicité des événements de lecture, un ensemble de prédilections sémiotiques, on reconnaît l’activité d’appropriation de l’objet qui actualise d’une certaine façon le textiel, mais qui ne fait pourtant pas disparaître complètement les ambiguïtés et complexités dont il est porteur. Ces deux opérations sont imbriquées sans êtres symétriques puisque, si le scripteur tranche d’une certaine façon entre le sémiotique et la pratique, cette alternative reste malgré tout ouverte, dans tous les cas, pour le lecteur.

41Le composite est, quant à lui, un mode de conceptualisation qui ne part pas du texte ou de l’action, mais des situations de mobilisation des savoirs. En situation, on recueille des données complexes qui conservent « vivantes » les relations entre des phénomènes observés. Certains ont trouvé une inscription textuelle, tandis que d’autres ne sont ni inscrits, ni symbolisés, mais s’accomplissent dans l’enquête.

42Ces données correspondent, au plan empirique, à des savoirs « engagés » dans leur représentation, ou plutôt à des unités sociales de savoirs, hétérogènes car comportant des discours, des objets et des situations tels que mobilisés ensemble par des individus en situation de travail par exemple. Mais elles sont, au plan théorique, des configurations analysées hors du point de vue des acteurs, hétérogènes à un autre titre, dans un cadre qui en organise les articulations en trois registres sémiotiques (singularités, relations, normes). Ce mode de conceptualisation s’efforce, ainsi, d’éviter l’effet de miroir que constituerait la délégation d’analyse aux acteurs, posture faussement modeste qui répugne à surajouter l’interprétation des chercheurs à la masse des savoirs circulant, mais qui ne permet, évidemment pas, d’espérer comprendre autrement que d’un point de vue engagé dans des rapports sociaux préexistants à la volonté de compréhension.

43Le principe qui sous-tend les notions construites (trace d’usage, textiels, prédilection sémiotique, composites) consiste à ne pas réhomogénéiser dans un ordre (celui du discours, par exemple) ce que l’on s’est efforcé de saisir dans son hétérogénéité dynamique, au plan empirique et conceptuel, à ne pas présupposer a priori une détermination plutôt sémiotique ou plutôt sociale dans le rapport entre ce qui s’inscrit, ce qui se lit et ce qui se fait. Le problème de l’effet de brouillage lié à l’indépassable distinction sémantique entre techniques, textes et actions, est pris en charge par le textiel. Le problème de l’effet de miroir dû à la tentation de déléguer au discours des acteurs l’interprétation des liens complexes entre techniques, textes et action est pris en charge par le composite. Textiel et composites ne sont pas une seule et même chose, mais ils sont issus d’une dynamique identique et se « comprennent » l’un l’autre, le textiel comme objet théorique complexifié par un mode d’existence empirique hétérogène du texte en action, le composite comme type d’observable complexe, maintenu dans son état hétérogène le plus longtemps possible.

  • 1 Pour une première formulation de la notion d’implication en communication, voir : Jeanneret, Yves, (...)
  • 2 Veron, Eliseo, « L’analyse du « contrat de lecture », une nouvelle méthode pour les études de posi (...)

44Ce mode de conceptualisation est sous-tendu par l’attention que l’on porte à la dimension communicationnelle des processus étudiés. C’est pourquoi il nous semble, à l’issue de cette recherche, que l’une des pistes possibles pour approfondir ces tensions et ces dynamiques, est d’aborder la communication en termes d’implication1. Il est d’ailleurs possible que les médias informatisés ne fassent que nous aider à mieux qualifier des dimensions fondamentales de ce qui est en jeu dans tout dispositif de communication, et notamment dans les phénomènes de transformation qu’opèrent les changements médiatiques. Les rapports énonciatifs, et plus largement la médiation en jeu dans la communication, sont souvent définis à partir de la notion de contrat. Cette notion porte implicitement une métaphore à caractère juridique, même si la valeur de cette métaphore est tout à fait différente quand la notion sert, dans une sémiotique finalement internaliste, à objectiver une proposition de communication contenue dans un document, comme chez Veron, et quand elle implique, comme chez Charaudeau, le partage effectif, dans les têtes des participants, d’une sorte de convention aussi muette qu’impérieuse. François Jost a critiqué, à juste titre, la forte prétention idéaliste et formaliste que suppose cette dernière position, mais il ne l’a fait qu’en avançant la notion de « promesse », qui renvoie de fait à la matérialité d’un texte médiatique et au métatexte par lequel son émetteur justifie et explicite un projet de communication2.

45La notion d’implication de communication avait déjà été proposée avant les recherches ici présentées, mais sa justification n’apparaissait pas clairement. L’ensemble des notions précédemment commentées (textiel, trace d’usage, prédilection, composite) permettent d’expliquer pourquoi une approche de la communication, d’un point de vue matériel et social, relève plutôt de l’implication que du contrat. L’objet, tel qu’il est donné dans sa matérialité et dans le contexte dans lequel il est manipulé, implique davantage qu’il n’explique. La communication, vue de près, n’est ni une promesse, ni un contrat. Ou plutôt, le contrat (proposé) ou la promesse (explicitée) ne peuvent intervenir que greffés sur l’implication. L’implication est l’inscription, dans les potentialités des objets, d’éléments d’une logique, à la fois d’échange et d’action. L’idée d’implication a l’avantage de ne pas neutraliser, par une symétrie factice, les pouvoirs en jeu dans la matérialité des dispositifs, comme dans la réalité des pratiques de leur appropriation, et en même temps, de placer ailleurs que dans le simple discours ou la transmission d’un message explicite, le lieu où se tissent les rapports. Sans doute est-ce le propre de toute communication écrite de relever ainsi de l’implication, mais le textiel donne une ampleur et une matérialité nouvelles à cette réalité.

Le plan politique

46Toutes les approches développées dans les chapitres précédents procèdent, chacune à sa manière, d’un souci de rendre visibles des enjeux, des normes, des pouvoirs, que l’apparente naturalité du rapport entre « réseau » technique et « réseau » social tend à masquer ; ce qui les conduit, en négatif, à s’inscrire en polémique contre des représentations hégémoniques des « systèmes d’information ». Pour autant, la démarche ne procède pas fondamentalement d’une posture polémique, elle ne se définit pas comme résistance.

47La logique scientifique débouche, au terme de la recherche, sur une interrogation politique commune à l’ensemble des membres du groupe. On peut la formuler très schématiquement dans les termes suivants : la volonté normative d’optimisation de la communication par les réseaux (communication intégrée et sur sémiotisée) heurte de plein fouet l’hétérogénéité des pratiques et des « mondes » dans lesquels nous évoluons. Ce que les réseaux mettent en scène comme norme et qu’ils rendent apparemment possible, c’est le passage de la page comme représentation du monde à l’écran comme représentation du monde et de l’accès au monde. L’écriture, entée par l’informatique, deviendrait le support d’une métapratique, d’une pratique intégratrice de toutes les pratiques, mettant en langage unique toutes ces pratiques.

48Nous avons cherché à éclairer cette réalité de plusieurs points de vue complémentaires, qu’on peut considérer comme des points d’appui pour comprendre la dimension réellement politique des pratiques liées aux transformations médiatiques contemporaines. La recherche montre l’existence et la nature de ce projet intégrateur ; elle en décrit l’incarnation dans les formes écrites et les schémas d’action qui s’y inscrivent ; elle montre aussi que la réalité des dynamiques du lire/écrire/récrire se réalise ailleurs et autrement que dans les objets qui prétendent la modéliser ; elle éclaire, sur la base de ces niveaux d’analyse imbriqués, le jeu réel de la contrainte et de l’initiative ; elle montre enfin que le projet d’écrire les pratiques est à la fois inévitablement lié à l’informatisation des médias et inévitablement confronté à sa propre impossibilité.

49Dans ce mouvement d’analyse, l’écriture, qui est abordée dans la recherche comme un mode d’organisation des échanges symboliques et de socialisation des savoirs, prend toute sa force en tant que lieu d’exercice d’un pouvoir et d’une mise en ordre des choses et des êtres, en tant qu’inscription de normes dans l’espace et le temps. L’informatique est caractérisée comme l’un des modes d’existence de ces pouvoirs de l’écrit, non neutre dans son organisation symbolique, dans sa façon de distribuer le lisible et l’illisible, dans les engagements et savoirs qu’il exige des sujets sociaux.

50C’est pourquoi la construction particulière des objets qui a été ici tentée, entre technique, signes et pratiques, peut nourrir un regard original et éclairant sur la question du pouvoir et de la liberté. Elle peut aider à la définition de postures politiques, sans que son rôle soit de définir elle même ces postures, qui relèvent des sujets sociaux confrontés à l’ordre écrit, ici caractérisé.

51En effet, les choix méthodologiques et épistémologiques retenus pour caractériser le processus de communication ont des conséquences dans la façon de rendre visibles les effets de pouvoir. Ce qui est parfois défini comme des résistances au projet d’intégration des pratiques apparaît, vis-à-vis d’une telle approche des processus de communication, comme la simple manifestation du fait que ce projet est impossible. La modélisation de la pratique par l’écriture fait l’objet de résistances, non parce que les sujets sociaux seraient réticents vis-à-vis d’elle, mais parce qu’il est dans la nature du social qu’elle laisse un reste plus grand qu’elle. Ce qui est homogénéisé ici, est là rechargé d’hétérogénéité ; ce qui s’est inscrit sous la forme d’une imagerie conviviale, réapparaît sous la figure d’un jeu de différences. Certes (et cela fait évidemment partie de la situation décrite) les acteurs maintiennent ou produisent parfois l’illusion de l’intégration lisse et homogène des objets, temps et lieux de la pratique ; mais ils ne peuvent le faire qu’au prix d’un foisonnement d’actions, de productions, de régulations plus ou moins « secrètes », c’est-à-dire assumées de façon informelle : par exemple, le maintien dans l’informatisation d’une norme de bibliothéconomie lisse se paie d’une profusion de ruptures temporelles, spatiales. L’aplatissement des savoirs sur l’écran y est compensé par des productions qui assurent le relais provisoire entre une forme et une autre.

52La tension entre cette norme perçue et l’impossibilité de l’assumer dans la pratique produit bien souvent de la souffrance et de l’illégitimité. À tout le moins produit-elle de la pratique clandestine non symbolisée. Prenons l’exemple de deux figures inversées qui manifestent cette prolifération des pratiques non symbolisées, figures qui ont pour effet de réintroduire l’hétérogénéité dans les espaces et les objets. Sur le terrain consacré à l’appropriation des textes de réseaux, on voit des lecteurs éliminer quantités de choses pour reconstituer la différenciation des rapports à l’écrit. À l’inverse, sur un autre terrain, on observe des personnes qui dupliquent des pages Web pour reconstituer l’espace différencié de la bibliothèque.

53La position que nous avons adoptée par rapport aux réseaux dans notre recherche reflète cette même nécessité de ne pas homogénéiser d’avance ce qui n’a pas lieu de l’être : nous partons du réseau dans son acception technique, comme dispositif informatique permettant de mettre en circulation des objets. Mais ce n’est pas pour autant que nous nous intéressons à la manière dont ce réseau est relié à d’autres réseaux, notamment sociaux.

54Cette position demanderait de longs développements ; nous avons seulement souhaité ici en marquer la place. Nous insistons, malgré tout, pour finir sur trois aspects de ce travail, sur les choix de recherche rencontrant une définition du pouvoir.

55Il nous semble tout d’abord important de souligner que l’approche du pouvoir, ici proposée, rend illusoire toute solution globale aux questions posées, soit par la représentation de l’informatique distribuée comme nouvel espace de liberté, soit au contraire, au nom d’une résistance des hommes aux servitudes de la technique. Si l’on entre dans l’analyse des composites, il n’est pas possible de dissocier l’un de l’autre, un espace de la stratégie et un espace de la tactique, un pouvoir des producteurs et une liberté des récepteurs. Ce qui est en jeu dans la saisie des formes, dans les prises de distance ou dans la manipulation des objets textuels n’est pas descriptible par une simple dichotomie de cet ordre (tactique opposée à la stratégie, braconnage, etc.). Les choses sont plus complexes, elles nécessitent d’entrer dans les opérations de sens, le jeu des formes et des formats, la logique des investissements, l’espace des normes incorporées, décrites, inscrites.

56C’est bien ce qui nous semble définir la valeur propre du travail de recherche, du point de vue politique. Les objets et les situations que nous décrivons peuvent être saisis (sont souvent saisis) par des discours militants ou volontaristes. Et les objets n’ont pas de sens, on l’a vu, indépendamment des projets. Mais la recherche apporte un point de vue particulier, moins en tant que renfort pour l’action politique qu’au regard même des conditions de possibilité de cette action. Bien souvent, les mouvements de revendication, de contrôle, de dénonciation, de « résistance » procèdent de catégories qui ne relèvent pas d’une réelle prise en compte de ce qui se joue effectivement entre formes, normes et sens dans les relations entre objets, textes et usages. C’est pourquoi les valeurs politiques peuvent relever d’une définition illusoire de la liberté, quand elles ne reprennent pas les catégories idéologiques par lesquelles les projets libéraux et technicistes définissent ce dont il est question (liberté de l’information, « open source », etc.). Toute la difficulté réside dans le fait que nous ne disposons pas d’une définition réaliste, froide, purement pragmatique, de ce que sont les médias de l’écriture. Il n’est pas possible de comprendre en quoi consistent les libertés et les contraintes de l’écriture sans entrer dans le travail amorcé ici. Il nous semble notamment illusoire de proposer, comme on le fait parfois, de démystifier la technique, de décharger les médias informatisés de la dimension imaginaire ou idéologique dont ils sont chargés, en distinguant les discours d’accompagnement de la réalité des objets et des pratiques. Tout au contraire de cet idéal consistant à créer une approche purement positive, pragmatique et réaliste de la technique, l’aventure intellectuelle que nous avons menée, vise à dégager des espaces pour comprendre, analyser et sans doute juger le jeu inextricable des médias réels et des médias rêvés.

57Une telle approche est sans doute difficile à situer justement et à assumer pratiquement, dans le contexte discursif qui accompagne le développement supposé d’une « société de l’information », avec ce qu’il suppose de géographie préconstruite des positions. Notre souci est pourtant étranger à la volonté de prendre position directement par rapport à ce projet, il vise à assurer autant de distance que possible vis-à-vis de l’embrigadement pour tel ou tel camp (catégorisations en progressistes ou rétrogrades, technophiles ou technophobes ; hommes de pensées et hommes d’action…). Les postures ici explicitées signifient que l’approche des réalités politiques de l’écriture n’a rien à voir avec un positionnement pour ou contre un tel projet. Certes, en contexte idéologique, ne pas prendre le train du changement est stigmatisé comme l’incarnation d’une position. Pourtant, la dimension politique de notre recherche ne réside en aucun cas en une prise de position par rapport à la norme de changement associée à l’informatique, puis aux réseaux. Elle consiste en un effort pour désolidariser la production de recherche sur ces phénomènes des enjeux discursifs liés à la promotion des objets techniques et des modèles sociaux. En somme, elle vise à dissocier, autant qu’il est possible, les temporalités de la recherche et les temporalités de la promotion des changements. Le temps et l’effort investis dans un accompagnement de ces phénomènes, mené dans la perspective qui est la nôtre, est peut-être d’autant plus important.

Notes

1 Pour une première formulation de la notion d’implication en communication, voir : Jeanneret, Yves, l’Affaire Sokal ou la querelle des impostures, Paris, PUF, 1998, p. 26.

2 Veron, Eliseo, « L’analyse du « contrat de lecture », une nouvelle méthode pour les études de positionnements de supports de presse », dans Médias : expériences, recherches actuelles, applications, IREP, 1985 ; Charaudeau, Patrick, « Éléments de sémiolinguistique : d’une théorie du langage à une analyse de discours ». Connexions, n° 38, 1982 ; Jost, François, « La Promesse des genres », Réseaux, n° 81, 1997.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access