Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire, écrire, récrire

 | 
Jean Davallon
, 
Marie Després-Lonnet
, 
Yves Jeanneret
, 
et al.

Chapitre III. Le couple dispositif/pratique dans les échanges interpersonnes

Marie Després-Lonnet, Annie Gentes, Émilie Moreau et Cécile Roques

Texte intégral

1. Une recherche spécifique dans un projet cohérent

1L’étude présentée dans ce chapitre a été structurée par deux types de choix que cette introduction vise à expliciter : elle porte sur un type de dispositif occupant une place particulière dans le processus de communication; elle part d’une approche de la technique remettant en cause l’approche habituelle des outils informatiques.

Par le réseau et en réseau: forme écrite, dispositif technique et pratique de communication

2Au sein de la thématique générale de l’étude Lire, écrire, récrire… objets et pratiques de l’écrit d’écran et des écrits de réseaux, la définition de notre point de vue part d’un approfondissement de l’expression « écrits de réseaux », plus exactement des rapports possibles entre « écrit » et « réseau ». On peut, en effet, définir l’objet de la recherche comme l’écriture pour le réseau, ou comme l’écriture avec le réseau, par le réseau, en réseau… Ce n’est pas une simple variante d’expression : dans chacun des cas, cela conduit à prendre en compte l’acte d’écriture/lecture et le rapport à l’écrit d’écran sous des angles très différents, qui se laissent expliciter de la façon suivante :

  • Écrire pour le réseau est l’objectif que se fixent les personnes qui rédigent des « pages »Web, par exemple, ou mettent des fichiers à disposition sur des sites FTP: il s’agit d’un acte de « publication » d’un document écrit sur le réseau;

  • Écrire par le réseau évoque plutôt l’utilisation d’un dispositif technique destiné à faciliter la communication entre personnes par échange de « messages électroniques » ;

  • Écrire en réseau donne l’idée d’une écriture commune, partagée, construite au travers d’une collaboration qui aurait pour propriété de profiter des possibilités techniques du réseau, tout en fonctionnant dans une logique de groupe hors de celui-ci ;

  • Écrire avec le réseau définit le réseau comme l’un des outils possibles de réalisation d’une tâche. L’usager tire alors parti de l’écrit d’écran, tout en l’intégrant dans une démarche plus large, dont l’objectif n’est pas en soi la production d’un écrit de réseau.

3Les projets de recherche développés par les autres équipes nous paraissaient prendre en charge suffisamment deux de ces points de vue : l’écriture pour le réseau en ce qui concerne l’étude des traces d’usage du site Gallica et celle des formes et appropriations du texte de réseau, l’écriture avec le réseau du côté des objets, relations et normes en bibliothèque. C’est pourquoi nous avons choisi d’orienter notre étude vers l’écrit par le réseau et en réseau.

4En effet, l’Internet ne propose pas que des textes consultables en ligne: il ouvre aussi des espaces d’écriture où les internautes inscrivent du texte; espaces leur permettant de modifier substantiellement l’aspect des écrans. Méls, forums, chats, listes de discussion, etc., sont autant de dispositifs ouverts à l’écriture, proches en ce sens des systèmes de traitement de texte. Il s’agit, en somme, de dispositifs qui permettent aux lecteurs d’être aussi des écrivants. Ouverture d’un espace poétique donc, où les polices de caractères, les mots, les images permettent à chacun d’exprimer ses intérêts, ses préoccupations et finalement de construire sa propre représentation. Espace de liberté où l’internaute inscrit ses propres textes. Espace de contrainte aussi, où le rôle des architextes structure ce qui s’écrit.

  • 1 L’écran met en relation scripteur et lecteur, non pas abstraitement comme dans tout texte, mais con (...)

5À la différence du traitement de texte, cependant, cet espace est partagé, ce qui fait apparaître une autre tension, propre aux écrits de réseaux partageables et partagés1, la tension entre un espace privé d’écriture et un espace public de communication. Ces espaces se superposent au lieu de constituer deux temps distincts comme dans la production d’une lettre, d’un livre, etc. L’écriture en réseau et par le réseau ouvre ainsi un nouvel espace de « rencontres » qui, contrairement aux mass media, permet en principe à tout un chacun de devenir émetteur. Il n’en reste pas moins que cet espace de rencontre est contraint par des formatages sémio-techniques qui sont autant d’actualisations de modèles de ce que doit être la communication, de ce que les internautes sont censés en attendre et de ce qui est considéré comme important dans la relation interpersonnelle et sociale.

Deux dispositifs significatifs

  • 2 Le SMS connaît, par exemple, un succès grandissant avec plusieurs millions de mini-messages échangé (...)
  • 3 Fin 2000, le nombre total de comptes méls créés (mais pas forcément actifs) dans le monde était est (...)

6Les espaces d’écriture sur l’Internet sont en effet rattachés à des métaphores lourdes qui renvoient à des usages d’autres médias et à des pratiques sociales. Il n’était pas question, dans cette étude, de prétendre à l’exhaustivité en ce qui concerne les dispositifs d’écriture en/par le réseau. Nous avons choisi deux de ces dispositifs : la messagerie électronique et le chat, qui représentent des espaces de pratique à la fois socialement significatifs et particulièrement complémentaires. Ces deux dispositifs ont en commun des conditions de production de l’écrit : ils permettent de produire un écrit sans qu’il soit nécessaire d’avoir recours à un pseudo-langage de type HTML ; ils n’obligent pas le scripteur à manipuler un logiciel d’écriture et de mise en forme spécifique ; ils n’exigent pas de lui qu’il prenne en charge l’étape de publication de cet écrit. Ce ne sont évidemment pas les seuls dispositifs permettant les échanges interpersonnes2, mais ce sont les plus répandus pour ce type d’activité. Le fait que l’attribution d’une adresse mél soit un pré-requis pour toute connexion à l’Internet via un fournisseur d’accès entre sans doute pour une grande part dans cet état de fait3.

7De plus, les métaphores auxquelles on recourt le plus fréquemment pour qualifier la messagerie électronique et les chats – d’un côté le courrier, de l’autre la conversation – renvoient à des situations de communication interpersonnelles. Ce n’est pas là un détail : cela signifie que l’usage de ces outils ne met pas seulement en œuvre une définition de ce que sont les formes écrites mais aussi des représentations de ce que sont les relations entre personnes. Il nous semblait important d’observer des dispositifs d’écriture et de lecture pris dans un contexte de communication aussi marqué.

  • 4 « Notre culture veut à la fois multiplier les médias et effacer toute trace de médiation : dans l’i (...)

8Chaque dispositif met cependant en scène une situation de communication différente : le mél, qui a pour référent le courrier postal, repose sur une conception de la communication par le biais d’un média, tandis que le chat se réclame de la conversation interpersonnelle, supposée libre de tout dispositif technique. Dans les deux cas, les imaginaires sont a priori assez différents : pour le courrier, ce qui primerait serait la maîtrise d’un média, et pour le chat, l’horizon serait celui de la communication en direct, sans outil, plus proche de l’imaginaire des mondes virtuels où l’objectif est de faire oublier le dispositif technique. D’un côté, maîtrise des technologies et des moyens de communication pour multiplier ses expériences et densifier son rapport au monde, de l’autre, réalité virtuelle et rêve de la présence sans barrière et de l’immédiateté des perceptions4.

9Les fonctionnements techniques ne semblent pas moins différents : on peut distinguer, en première analyse, une communication asynchrone – un temps s’écoule entre le moment où l’on écrit et le moment où le destinataire reçoit votre message, cas du mél – et une communication synchrone – les messages s’affichent au fur et à mesure de leur écriture, cas du chat –; on peut opposer l’espace privé du mél, avec ses messages adressés à des destinataires identifiés, à l’espace public du « salon » de chat où les destinataires restent largement méconnus. Mais la recherche nous a conduit à interroger et à dépasser ces premiers plans de clivage. Nous avons cherché à savoir si ces outils étaient si différents qu’ils le paraissent et si les relations de communication effectivement engagées par l’usage de ces dispositifs n’étaient pas d’une toute autre nature que ce qu’affichent les modes d’emplois ou ce que vantent les discours d’escorte.

10Notre projet s’inscrit dans la perspective commune de mener une recherche pluridisciplinaire motivée par le sentiment que la compréhension des phénomènes en jeu ne pouvait venir que de la confrontation de ces différents regards sur l’objet; la messagerie électronique comme le chat étant tout à la fois de la technique, du texte et des usages. Mais les objets et les pratiques ici analysés ont la particularité d’être non seulement la concrétisation d’un projet de médiatisation technique du processus de communication lui-même, mais aussi de ses produits. Les deux dispositifs retenus ont pour particularité que les formes de la communication et les ressources matérielles de l’écriture s’y conjuguent intimement, que l’écrit de réseau y est écriture technique d’une situation de communication et de ses enjeux. La spécificité de notre enquête sur l’écrit par le réseau et en réseau est qu’elle se propose d’étudier un processus de communication qui se trouve de facto inscrit à l’écran. Une seule forme textuelle, l’écrit d’écran, englobe les outils, les objets et jusqu’aux acteurs et semble déjà contenir toutes les pratiques. On peut résumer cette situation très nouvelle en définissant la messagerie et le chat comme des projets d’inscrire dans l’espace de l’écrit informatisé non de simples textes, mais une pragmatique du procès de communication lui-même. C’est ce jeu d’écriture de la communication et sa récriture par l’usage que nous voulons observer ici.

Démarche et objectifs

11Notre analyse s’appuie ainsi sur une confrontation entre les discours qualifiant les dispositifs – à commencer par ce que les interfaces de ces dispositifs annoncent – et ce que les pratiques attestent de l’utilisation de ces dispositifs. C’est pourquoi elle comporte la nécessité de lier ces pratiques à une analyse des spécificités sémio-techniques des dispositifs, pour éviter d’en rester soit à une analyse des discours – alors qu’il s’agit d’écriture et de lecture de textes – soit à une analyse sociologique de l’usage.

  • 5 Voir par exemple Verville, Danielle, Lafrance, Jean-Paul, « L’art de bavarder sur Internet », Résea (...)
  • 6 De nombreuses études portant sur les questions d’identité et de rapport aux autres s’inspirent ains (...)

12En effet, dans le cadre des analyses de chats comme dans les analyses de mél, l’impasse est régulièrement faite sur les conditions mêmes des échanges à travers les dispositifs. Les analyses de chats contribuent ainsi, en partie, à alimenter l’idée d’une conversation puisqu’elles se fondent sur une analyse des discours5 qui ne manque pas d’intérêt, mais qui ne permet pas de comprendre le lien qui peut exister entre un dispositif sémio-technique et une production écrite. Or, l’hypothèse qui a guidé notre recherche est que les caractéristiques de ce dispositif conditionnent, sans la déterminer, la forme que prennent les écrits, alors même que les internautes peuvent avoir le sentiment d’en être les maîtres. Dès lors, la forme de ces écrits n’est pas sans incidence sur les relations qui peuvent s’établir entre les personnes: elle influe à la fois sur leur façon de se présenter à l’écrit, sur leur façon de se représenter leur interlocuteur et sur la mise en jeu de modèles communicationnels. Les études tendent à se focaliser sur une analyse des relations tissées entre internautes en dehors de toute analyse du dispositif qui les autorise et les forme6. Finalement, ce passage par l’analyse des écrans et des pratiques d’écriture nous semble le maillon indispensable pour relier deux types d’études: celles qui portent sur les discours, et celles qui portent sur les formes de la sociabilité électronique, voire, dans le cas du chat, sur la création éventuelle d’une « communauté ». En effet, les études observent la création de collectifs et analysent les aspects relationnels, mais ne prennent pas en compte ce que le dispositif peut avoir de contraignant dans la forme que prennent ces collectifs et ce relationnel.

13De plus, nos travaux précédents, fondés sur une prise en compte de l’écran comme interface entre l’homme et la machine, avaient montré la limite d’une approche exclusive de l’un ou de l’autre aspect du problème. Il nous paraissait indispensable de ne plus séparer deux points de vue : l’analyse d’un dispositif technique, de ses défauts et de ses améliorations possibles – analyse où l’utilisateur n’est considéré que comme un paramètre – d’un côté, et de l’autre la mesure des besoins des utilisateurs en termes de fonctionnalités techniques attendues ou « d’ergonomie cognitive ».

14On peut ainsi résumer les options essentielles sur lesquelles repose l’étude. Il s’agit de ne plus considérer l’écran comme partie d’un dispositif technique que l’on pourrait « améliorer » jusqu’à le rendre transparent, mais dans toute son épaisseur et sa complexité, à la fois comme un média et comme un texte ; de ne plus penser l’utilisateur comme pris dans une « interaction » avec la machine mais comme un lecteur/scripteur ; et de ne plus réfléchir en terme de fonctionnalités, de formation, de prise en main de l’outil, mais en terme d’usage, d’attentes, d’observables…C’est donc tout à la fois une aventure méthodologique et un travail de recherche pluridisciplinaire. Comme on le voit, notre position au sein du groupe est particulière puisqu’elle part plutôt du constat de l’aporie d’une analyse qui se focaliserait sur la place de l’objet technique dans le processus de communication pour s’ouvrir à une démarche ethno-sémiotique permettant de prendre en charge à la fois le média, le texte et les usages.

15Les limites temporelles fixées nous ont naturellement amenées à délimiter un terrain d’observation relativement restreint. Cette démarche a cependant permis de dégager des hypothèses intéressantes sur les caractéristiques des écrits de réseau.

Protocole de l’étude

16À partir de cette démarche générale, les conditions empiriques de l’enquête ont conduit à déterminer deux dispositifs distincts, mais cohérents dans leurs objectifs, en ce qui concerne les usages respectifs de la messagerie et du chat.

  • 7 Pour conserver l’anonymat de l’entreprise qui nous a accueilli, nous ne nommerons pas celle-ci par (...)
  • 8 Ces élèves ont apporté une large contribution à l’analyse, et ont également accepté de jouer « les (...)

Note 1027
Note 1038

Messagerie électronique

17Le choix de mener l’enquête principalement auprès d’un groupe d’étudiants détermine évidemment le cadre des pratiques ici analysées, qui n’ont pas à être indûment généralisées. Ce choix n’est toutefois pas totalement arbitraire. La messagerie électronique est généralement perçue comme un outil et une pratique très répandus dans les tranches de population les plus jeunes – idée reçue dont nous avons pu vérifier la prégnance lors de nos entretiens. C’est pourquoi nous nous sommes tournées vers la population étudiante qui nous semblait avoir une pratique relativement courante de l’outil. Malgré tout, nous soulignons qu’il ne s’agit pas d’une étude fascinée par les pratiques de populations prétendument pionnières comme il s’en mène actuellement beaucoup. Nous ne souscrivons pas à la focalisation sur les seuls hackers et « cybermilitants ». Les étudiants rencontrés sont plus avertis que la moyenne de la population des usages de la messagerie, mais leur niveau de familiarité et de maîtrise du dispositif est très variable, l’université de Lille III accueillant des étudiants de milieux sociaux et culturels très contrastés.

18À la suite de ces premières observations, nous nous sommes tournées vers le milieu professionnel et vers un public plus âgé et déjà inséré dans la vie active. Ce changement de population nous a permis de voir comment la messagerie électronique s’était intégrée au travail dans l’entreprise, comment elle était appréhendée et utilisée par le personnel, etc. En complétant notre observation des étudiants par cette seconde observation en milieu professionnel, nous avons pu confirmer certaines des hypothèses mises en évidence par notre première observation, mais également mettre le doigt sur des pratiques ou des représentations que nous soupçonnions à peine.

19Par rapport aux approches habituelles des usages, notre enquête prétend apporter des éléments concrets nouveaux sur un triple plan : un examen précis des mises en forme et des anticipations dont l’usage fait l’objet au sein des logiciels eux-mêmes (architextes) ; une observation des pratiques effectives d’écriture et d’appropriation des dispositifs, dans deux contextes sociaux situés ; une étude des discours des acteurs, en tant que modes de qualification du jeu entre outils et pratiques.

Chat

20En ce qui concerne les chats, l’enquête a été menée dans le cadre de séances de formation auprès des étudiants, les enseignants-chercheurs jouant le double rôle d’encadrants de la formation et d’observateurs des pratiques. Les étudiants ont été explicitement invités à participer à la production des résultats de recherche.

21Les chats ont fait l’objet d’une analyse sémiologique. Nous avons ainsi étudié les pages d’accueil des chats et les pages de chat à proprement parler, c’està- dire la partie du site où les internautes entrent en communication entre eux et où s’affichent les messages. L’analyse sémiologique a été complétée par une réflexion sur les logiques de communication qu’il nous semblait possible de dégager à la fois du dispositif tel qu’il se présentait et des échanges entre internautes que nous pouvions constater. Cette observation nous a amenées à poser la question des fonctions du discours parce que la fonction phatique nous apparaissait comme une donnée fondamentale du dispositif.

22Les élèves ont ensuite été observés dans leur pratique de chat pendant une séance de trois heures, par trois chercheurs-encadrants. Nous avons fait une première synthèse par écrit de ces observations et un débriefing collectif a été organisé qui a permis de croiser et de confronter les expériences des élèves entre eux : ce qu’ils avaient perçu de leur propre expérience et ce qu’ils comprenaient de l’expérience des autres.

2. Enquête préalable : une pratique en perspective

23Avant de procéder à l’observation proprement dite, nous avons questionné les usagers afin de mieux cerner leurs attentes, leurs motivations et leurs représentations de ce que la messagerie était et permettait. Nous rendons compte ici de ce premier niveau d’analyse des usages, conforme aux méthodes habituelles de recueil des discours des usagers. Il ne s’agit pas d’informations destinées à décrire les pratiques d’écriture, mais d’éléments d’attentes et de représentation sur le statut même du couple dispositif/pratique, que les personnes rencontrées ont souhaité partager avec nous. Cette première enquête a permis d’évaluer la vision que les utilisateurs novices ou plus expérimentés avaient de leurs pratiques et la manière dont les discours d’accompagnement étaient intégrés. Il est frappant, par exemple, de constater que tous comparent la messagerie au courrier postal et règlent leur discours à partir de ce référent alors qu’une grande majorité n’écrit – et n’écrivait – pratiquement plus de lettres « traditionnelles ».

Pourquoi la messagerie?

24La première question que nous avons cherché à élucider est la suivante : comment les personnes que nous avons rencontrées définissent-elles ce qui les a conduites à se servir de la messagerie ? Les raisons invoquées pour expliquer le recours à ce nouvel outil de communication sont nombreuses, mais on peut cependant les regrouper en quelques grandes catégories :

Gain de temps

25C’est de loin le premier critère mis en avant par nos différents interlocuteurs : « Quand on faisait des travaux de groupe et qu’on habitait loin les uns des autres, il fallait se passer les documents par disquette. On se donnait rendez-vous à la gare ou dans un café pour faire des échanges, c’était dix fois plus long que maintenant » ; « Avant il fallait passer par le responsable de service pour faire passer le message – ou une disquette. Maintenant, on fait des échanges en temps réel. Les listes sont envoyées tout de suite. »

Économie d’argent

26Le critère financier est la raison principale donnée par les étudiants qui avaient un compte de messagerie avant de commencer leur formation. Plusieurs d’entre eux se sont rendus à l’étranger et ont pris la décision d’ouvrir un compte à cette occasion car « c’est moins cher que le téléphone ». Il est en effet financièrement plus avantageux d’envoyer un mél que de téléphoner, même avec les baisses de tarification concernant les appels à l’étranger observées ces dernières années.

Prescription

27Malgré ces deux justifications répandues qui correspondent en quelque sorte à une prise en charge par les sujets rencontrés d’un discours de justification de l’outil, il n’est pas rare que le recours à la messagerie soit, au contraire, imputé à une nécessité venue de l’extérieur. Les deux situations institutionnelles correspondent à deux types d’usage prescrit : dans le cadre de leurs études, les étudiants doivent avoir une adresse électronique. Les informations provenant de l’administration et de l’équipe enseignante sont transmises prioritairement par ce biais. Les étudiants disposent d’espaces personnels sur le serveur et une partie des cours ou documents pédagogiques s’y rapportant sont disponibles via le réseau. L’accent est donc mis, dans le cadre institutionnel de la formation, sur l’usage des TIC. Les étudiants qui n’ont pas de compte de messagerie reçoivent une formation rapide en début d’année, qui comprend l’inscription chez un fournisseur d’accès.

28Dans l’entreprise, le personnel n’a pas eu le choix non plus. L’arrivée d’un nouveau responsable s’est traduite par l’installation d’un réseau local auquel les ordinateurs de tous les collaborateurs sont reliés. Cette obligation se traduit en termes organisationnels : disparition des notes internes sur papier et distribution systématique par messagerie ; mise à jour du planning des services et de l’équipe de direction…Mais, dans le second cas, la prescription va plus loin : c’est le responsable informatique qui décide du pseudonyme de chacun (nomprénom@nomdelentreprise.fr), des noms de dossiers, du contenu des listes de diffusion internes, etc.

Pression sociale

29Pour ceux qui n’avaient pas voyagé à l’étranger et qui disposaient d’une boîte avant qu’elle ne leur soit « imposée », la pression sociale est le facteur de motivation principal : « Dans les réunions les gens se demandaient leurs méls, et moi je n’en avais pas » ; « Au départ, c’était pour découvrir l’Internet, mes copains commençaient à l’avoir »; « Je lis pas mal de revues d’informatique et ils commençaient à en parler, alors je m’y suis mis pour voir. » Le sentiment général est la peur de ne plus « être dans le coup » vis-à-vis des plus jeunes, plus expérimentés, etc. : « Il faut bien qu’on s’y mette, déjà pour nos enfants. »

Un nouveau média?

30La deuxième série de questions visait à cerner les activités nouvelles ou différentes induites par l’usage de la messagerie. On retrouve très nettement, dans tous les entretiens, l’idée d’un gain de temps accompagnée d’un sentiment de simplicité ou de simplification des pratiques de communication:

Gain de temps

31Ce gain est principalement lié à la vitesse que met un message à arriver à un destinataire. Par opposition à une lettre qui « pouvait mettre plusieurs jours, le mél ne met que quelques minutes ». « Là où ça prenait deux jours, voire plus pour les pays étrangers, pour envoyer des résultats, il ne faut plus que quelques minutes. » Certains expliquent d’ailleurs qu’ils utilisent la messagerie comme un chat : « On se téléphone pour être sûrs qu’on est tous là et après on s’envoie des messages. »

32Le corollaire de la rapidité d’envoi est la rapidité de réception des messages. Une réponse attendue devrait arriver instantanément ou presque. La fréquence de « relève » de la boîte de réception des messages est directement liée à ce sentiment. Les nouveaux utilisateurs reconnaissent avoir un recours quasi frénétique à cette fonction : lorsqu’ils sont dans leur salle de cours, les étudiants laissent leur boîte à lettres ouverte en permanence et la relèvent « toutes les dix minutes », « jusqu’à dix fois par jour ». Les utilisateurs plus avertis se contentent de deux à trois connexions dans la journée.

33Tous considèrent que le temps moyen pour obtenir une réponse est de un à deux jours, mais la tolérance n’est pas la même pour tous. Lorsque les destinataires sont proches physiquement : collaborateurs de l’entreprise, enseignants au sein de l’université, la réponse doit être « immédiate ». Un délai d’un jour est toléré mais au-delà « c’est pas normal ». L’indulgence est plus grande vis-à-vis des personnes éloignées ou de correspondants d’autres organismes : une semaine paraît alors un délai raisonnable.

34Cette attente suggère une réflexion sur la façon dont sont gérés ces « retards ». Que faire si le destinataire ne répond pas dans les délais considérés comme « normaux » ? La première vérification concerne le dispositif technique : vérification de la boîte d’envoi, tests…Quand tout paraît normal côté technique, la situation se complique, car en l’absence de règles de « bonne conduite », certains « interdits » paraissent s’imposer. Ainsi, il semble impossible de relancer les correspondants par mél ou de demander un accusé de réception. La solution passe généralement par le téléphone, dont le rôle évolue à l’instar de celui d’autres outils de communication. Le fax a tendance à disparaître complètement. Le courrier postal devient un complément auquel on n’a recours que pour les envois officiels. Le téléphone ou les mini-messages sont maintenant utilisés pour prévenir de l’envoi d’un message ou pour clarifier certains points qu’on n’a pas pu expliciter par messagerie ou – comme nous venons de le voir – pour reprendre contact quand le message semble ne pas avoir atteint son destinataire. En somme, le téléphone semble acquérir, assez souvent, un rôle « métamédiatique » par rapport aux échanges écrits.

La négation du style

35La rapidité effective des échanges donne le sentiment qu’il faut faire vite et donc écrire vite. L’idée de simplicité a aussi une influence sur la manière d’écrire : « Des fois je mets bonjour des fois je mets rien. En interne je mets pas bonjour…Non je mets rien, c’est terne parce que j’essaie d’aller vite. » En l’absence de règles précises, l’apprentissage se fait « sur le tas ». Par exemple, dans leurs premiers échanges avec des entreprises, les étudiants avaient recours à des formules de politesse longues, conformes à celles qui sont recommandées pour le courrier postal. Après avoir reçu des réponses beaucoup moins formelles, ils ont modifié leurs pratiques et préfèrent maintenant les formules courtes (« Cordialement », « Bien à vous », « À bientôt », etc.).

Simplicité

36La simplicité est mise en avant comme une évidence. Si l’on cherche à aller au-delà de l’affirmation de départ « c’est plus facile », on voit que ce sentiment est lié à la possibilité de réaliser l’ensemble des tâches relatives à l’envoi d’un courrier avec un même outil, sans avoir à se déplacer et selon une procédure vite assimilée. Mais l’absence de formalisme dans les échanges est aussi perçue comme une simplification des relations.

Nouveaux usages ?

37La messagerie a souvent été associée à d’autres outils pour expliquer la manière dont elle a modifié les pratiques mais nos informateurs ont aussi des usages nouveaux – différents de ce qu’ils faisaient avant –: par exemple, l’envoi de blagues, de liens jugés intéressants vers d’autres sites, d’animations humoristiques, d’images, de photos, etc.

38Le volume des échanges augmente de manière significative : « Je trouve que la messagerie n’a pas fait économiser beaucoup de papier : on reçoit beaucoup plus de courrier et comme on l’imprime…» ; « Comme c’est plus facile et plus pratique, il semblerait que l’on s’envoie plus de méls que l’on ne s’envoyait de courrier. »

39Deux pratiques ont une influence nette sur l’augmentation du nombre de messages :

  • L’inscription à des listes de diffusion : certains étudiants, inscrits à trois voire quatre listes, disent recevoir plusieurs dizaines de messages par jour – qu’ils ne lisent d’ailleurs pas, faute de temps ;

  • La mise en copie systématique : « C’est très agaçant, maintenant, chaque fois que quelqu’un n’est pas content, il écrit à la Direction, et j’ai droit à une copie même si je ne suis pas concerné. »

40La messagerie a aussi permis de reprendre contact avec des personnes perdues de vue : « On peut chercher l’adresse mél et envoyer un message pour savoir comment il va » ; « C’est plus facile que par le courrier. Ça n’a pas le caractère personnel de l’écriture : la frappe sur clavier est plus impersonnelle »; « La démarche est plus rapide et facile : on n’aurait pas pris le temps d’aller chercher un timbre et une enveloppe. »

41Ce premier survol, réalisé à partir des dires de nos informateurs, va se trouver amplement complété – et parfois très largement contredit – par l’analyse qui suit. Les rapports écriture/lecture/manipulation sont en effet très complexes. Toute action sur le dispositif passe par l’interprétation correcte des signes présents à l’écran. Cet ensemble intersémiotique propose une situation de communication à partir de laquelle chacun compose, précisément en fonction de ses capacités de lecture et de compréhension de la situation qui lui est proposée. Nous verrons ainsi que les pratiques effectives sont loin d’être simples et que les rapports au temps ne se posent pas toujours en terme de « gain ».

3. Statut d’un « textiel » de communication

42Pour aller au-delà du discours sur les pratiques, et surtout pour mieux cerner le statut et le sens de ce discours, il importe d’examiner les conditions effectives de l’écriture, en tant que lieu dans lequel l’usage se donne à anticiper, à créer et à penser. C’est pourquoi la partie suivante de ce chapitre présente une analyse approfondie des dispositifs, du point de vue des conditions qu’ils offrent pour le déploiement des usages et l’institution des relations, heureuses ou difficiles, cohérentes ou paradoxales, à l’échange communicationnel.

Un double statut de la sémiose

43Dans le chat comme dans la messagerie, les fenêtres peuvent sembler complexes dans la mesure où non seulement elles donnent les moyens de l’écriture avec des outils, plus ou moins sophistiqués, de mise en page, mais elles procurent aussi des outils de diffusion à géométrie variable – une ou plusieurs personnes –, par le biais de différents réseaux, avec des fonctionnalités diverses. L’internaute est donc amené à réfléchir à la question de la constitution de son message et de la maîtrise formelle de sa communication mais il est aussi partiellement en charge de l’envoi et des modalités d’acheminement de ses messages. Ces fonctionnalités techniques de l’écriture et de la diffusion sont accompagnées par un discours et des chartes graphiques qui les qualifient socialement.

44C’est à ce stade que l’analyse attentive des formes – matérielles, visuelles, logiques – du dispositif d’écriture doit s’associer à une réflexion sur les usages qu’il anticipe et permet. Lorsque nous avons développé une description des formes écrites et iconiques de l’écran, cette tension nous a conduit à reconnaître en quelque sorte un « double jeu » sémiotique, dont nous rendons compte ici par un trajet d’approfondissement graduel du regard, associant investigation sur l’objet et reconstruction de logiques sociales. On peut définir un logiciel de messagerie ou de chat comme un objet organisé sur un double plan sémiotique. Le premier serait celui d’un matériel imaginaire et illustratif, une sémiotique connotative qui propose à l’utilisateur une scénographie de la communication ; le second, plus continu mais plus difficile à discerner, consiste en une structuration effective de l’espace d’écriture et de lecture, un espace qui impose de fait une logique profondément différente de celle que représente le matériel imaginaire précédemment évoqué. Il s’agit évidemment, comme dans toute description sémiotique, d’une disjonction produite par l’analyse entre deux espaces signifiants donnés ensemble au regard et au geste, c’est-à-dire profondément tissés l’un à l’autre dans la réalité des objets et des pratiques. Mais ces deux logiques de communication méritent d’être identifiées et décrites pour elles mêmes, dans la mesure où elles sont porteuses de relations paradoxales à l’objet.

45D’un côté, l’œil rencontre immédiatement un matériel connotatif à la fois épars sur l’écran et profondément unifié par un imaginaire exhibé de la communication : ce champ connotatif envahissant propose à l’utilisateur en quelque sorte de « prendre les vessies pour des lanternes », de regarder l’acte d’écriture-lecture qu’il accomplit avec le textiel comme un équivalent d’autre chose, une allégorie d’une pratique sociale supposée à la fois inchangée et maximisée par le dispositif – le courrier, la conversation –; de l’autre, et de façon plus inaperçue, l’organisation effective des écrans, les cadres qu’ils offrent à l’écriture, la traduction qu’ils imposent des pratiques, les hypothèses qu’ils convoquent du côté de l’utilisateur opèrent la mise en place de quelque chose de très différent de ce que les signes répandus sur l’écran suggèrent. En simplifiant, on peut dire que le rapport entre formes sémiotiques et usage se donne sur deux plans. Sur un plan, l’inventaire d’un lexique d’objets fétiches autorise la reconstruction d’une grande métaphore technique. Sur un autre, la mise en ordre des espaces écrits rend visibles des jeux d’anticipation et d’appropriation que le procès de communication manifeste, entre transparence sans cesse rêvée et distance sans cesse retrouvée.

46C’est pourquoi nous avons été conduits, dans notre analyse, à mobiliser deux types de ressources d’analyse sémiotique : d’une part l’étude des connotations liées à un lexique linguistique et visuel omniprésent qui « fait système » à la manière de la langue publicitaire et des mythologies sociales analysées par Barthes et Greimas ; d’autre part le repérage de conditions de l’écriture, à la croisée d’une description des espaces visuels et d’une observation des rapports effectifs de communication – programmés par les concepteurs, mobilisés par les usagers –, entre les actes interprétatifs et les initiatives pratiques. La vérité de l’usage n’est évidemment ni dans les imaginaires convoqués, ni dans la logistique des formes, mais dans le jeu qui s’institue entre ces deux espaces de sens et d’action.

Le postulat du « User Friendly Interface »

  • 9 « The simulated desktop that the Macintosh presented came to be far more than a user friendly gimmi (...)

47Pour comprendre ces logiques, il est utile de se placer dans une perspective plus longue et de réfléchir à ce que signifie la présence des « icônes » sur nos écrans. Sherry Turkle, dans son analyse de l’évolution des interfaces, nous permet de situer un tournant dans la représentation du rapport entre l’ordinateur et l’utilisateur, lié à l’apparition des premières interfaces dites « graphiques » : « Le bureau simulé, qu’affichait le Macintosh s’est trouvé être beaucoup plus qu’un gadget facile à utiliser permettant de vendre des ordinateurs aux utilisateurs inexpérimentés. Il a introduit une nouvelle manière de penser, qui a mis la primeur sur la manipulation de surface et sur le travail dans l’ignorance des mécanismes sous-jacents9… »

  • 10 Canfield Smith, David, Irby, Charles, Kimball Ralph, Verplank, Bill, Harlslem, Eric. « Designing th (...)

48Le projet des concepteurs10 de ce nouveau mode de commande de l’ordinateur était en effet d’offrir un outil de travail plus convivial, en permettant à l’utilisateur de visualiser et de manipuler à l’écran des représentations d’objets familiers, correspondant aux tâches à réaliser : corbeille à papiers, agenda, dossiers, papier à lettres…et dont le fonctionnement serait proche de celui desdits objets – le dossier permet de classer des documents, la corbeille de les jeter…

  • 11 Shneiderman, Ben, Designing the User Interface : Strategies for Effective Human-Computer Interactio (...)

49Ce mode de présentation a radicalement modifié la perception du fonctionnement de l’ordinateur et a permis à des publics non-spécialistes de s’approprier ce nouvel outil. Le recours à un système de signes chargé de représenter à la fois la situation de travail, les objets et les actions que l’on peut réaliser à l’aide de ces objets donne à l’utilisateur une meilleure perception de l’environnement technique auquel il est confronté et donc un meilleur contrôle de celui-ci11.

50Le recours à la métaphore du « bureau » et la manipulation « directe » d’objets – entendons : supposée directe par les concepteurs – permet de réaliser la plupart des tâches sans devoir recourir à un langage formel très contraignant et on ne peut moins intuitif, réservé aux seuls spécialistes. Jusque là, en effet, les ordres étaient transmis à la machine sous forme de lignes de commandes. L’avancement des différents travaux exécutés ou la représentation de l’organisation interne de l’ordinateur et de ses périphériques apparaissaient eux aussi à l’utilisateur comme autant de lignes de texte en blanc sur un écran noir.

51Le pilotage d’un ordinateur à l’aide de ce type de langage nécessitait, en effet, tout d’abord, de connaître les différentes commandes qu’il était capable d’exécuter, mais aussi de posséder une représentation mentale claire – explicitement traduite en terminologie – de ses différents composants et de son organisation interne, et enfin d’avoir mémorisé les dénominations choisies pour désigner tous les objets et concepts manipulés.

52L’exemple ci-contre permet d’illustrer cette évolution en comparant une même commande : « Supprimer le fichier Montexte. txt qui se trouve dans le répertoire Mes Docs », donnée avec le langage de commande de MS-DOS (1) et via l’interface graphique de Windows 98 (2). La différence est double : l’une, évidente, résidant dans le type de signe mobilisé, l’autre, plus subtile, dans la nature du rapport entre lire (voir) et écrire (agir). Dans le premier cas, l’organisation du disque n’apparaît pas, il faut connaître le nom du répertoire, ainsi que celui du fichier et respecter la syntaxe de la commande DEL. Dans le second cas, le contenu du disque et son organisation sont figurés dans des fenêtres et des dossiers, et la suppression du document se fait en simulant le déplacement du document – qui ressemble à une feuille de carnet à spirales – dans la corbeille.

Figure 1 : « Supprimer » un fichier.

Une (trop) ambitieuse entreprise de traduction

53Pour poser la question de l’usage à propos de ce type de texte-outil (de textiel), il ne faut pas couper les questions d’appropriation de l’objet du processus technique de fabrication d’un « produit ». L’usage n’est pas seulement dans la tête de l’utilisateur, il circule entre les stades et les acteurs du processus de développement et de diffusion de l’objet.

54Si l’on considère les choses du point de vue des ingénieurs chargés de penser et de construire l’ensemble du dispositif, on mesure mieux le type de difficultés techniques que cela engendre. En effet, bien que l’interface ait été totalement repensée, la structure et le principe de fonctionnement de l’ordinateur n’ont pas radicalement changé dans le même temps. L’interface est une couche technique et logicielle, ajoutée pour rendre la manipulation de l’outil plus « intuitive » et donc pour traduire dans un langage de type « icône/action » des instructions données ou transmises par l’ordinateur dans le seul langage que ses composants de plus bas niveau comprennent : l’assembleur.

  • 12 L’entreprise de traduction intègre, en fait, une étape intermédiaire complémentaire puisque le lang (...)

55Il s’agit donc là d’une entreprise de traduction extrêmement ambitieuse puisqu’elle se propose de transcrire l’un dans l’autre deux objets sémiotiques profondément différents : du côté des exigences de la programmation informatique un code quasi linguistique – régi par des règles syntaxiques et lexicales très rudimentaires – destiné à piloter un ensemble de composants électroniques ne pouvant réagir qu’à un nombre de commandes réduit –modifier les valeurs contenues dans un registre, capter ou envoyer un signal à un périphérique…–, et du côté de l’usage attribué aux non-spécialistes, un langage graphique possédant une grammaire très élaborée et dont les signes n’entretiennent aucun lien avec ceux du langage « machine12 ».

56La compréhension de ce qui se passe « derrière le miroir », la prise de conscience de cette très forte tension entre deux – voire trois – systèmes de signes qui ne se réfèrent pas au même univers, permet de mieux comprendre certaines propositions ou réactions peu « rationnelles » de l’outil. Réactions que l’on peut interpréter comme autant d’erreurs de traduction: « jeter » sa disquette dans la corbeille à papier pour obtenir qu’elle soit éjectée du lecteur est l’exemple que l’on choisit le plus volontiers pour illustrer ces distances d’interprétation.

  • 13 Norman, D., Draper, S.W., User Centered System Design. New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates, 198 (...)

57Les difficultés que rencontrent les lecteurs de ces nouveaux textes-écrans sont mesurées par les spécialistes des « interfaces homme/machine » en terme de « distances » d’évaluation ou d’exécution13. Si l’on suit cette approche, la lecture et l’interprétation des signes présents à l’écran – soit pour permettre d’exécuter une action, soit pour comprendre la « réponse » de l’ordinateur – deviendrait totalement intuitive lorsque la « distance articulatoire » – c’est-à-dire la compréhension de la forme des objets ou sémiotique – et la « distance sémantique » – c’est-à-dire la signification de cette forme dans un contexte particulier – sont extrêmement réduites, voire nulles. C’est donc, dans ce cadre, une norme de rapprochement, voire de fusion des univers sémiotiques, qui est prise comme critère de l’action.

  • 14 Wysiwyg: What You See Is What You’ll Get : l’affichage à l’écran correspond formellement au résulta (...)

58Les tests réalisés par ces spécialistes montrent qu’en effet, nos performances peuvent être grandement améliorées si les objets que nous manipulons à l’écran nous sont connus et sont bien adaptés aux tâches que nous envisageons de réaliser. Le principe du WYSIWYG14 par exemple, rassure le rédacteur d’une lettre qui a le sentiment de voir à l’écran sa réplique exacte, alors qu’elle ne deviendra tangible que hors de l’ordinateur.

  • 15 Anis, Jacques, Livre : texte et ordinateur, l’écriture réinventée, De Boeck (Méthodes en sciences h (...)

59Le projet est donc bien de rendre l’outil « transparent » en rendant « naturelles » la manipulation et la compréhension du mode de fonctionnement d’objets directement transposés et projetés de la « vraie » vie vers l’écran. Pourtant, comme le rappelle Anis15, cet « écrit », n’est que l’affleurement momentané sur un écran d’éléments qui se trouvent disjoints dans les profondeurs de l’organisation machinique du texte : fichiers texte, fichiers image, cadres, balises… Mais c’est bien à travers cet agencement reconfiguré sur la surface de l’écran que le « lecteur » prendra connaissance des signes formant le texte. C’est pourquoi le projet de rendre nulle la distance sémiotique, et transparente la relation ne peut se traduire, en fait, que par la tentative précédemment décrite de faire coïncider un matériel stéréotypique de la communication avec une logique fonctionnelle de l’échange écrit.

Un discours esthétique sur une pratique

60Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit donc de mettre l’utilisateur dans deux situations de communication et donc de présenter à l’écran une mise en scène qui lui permette de visualiser et d’anticiper le type d’actions qu’il pourra réaliser.

61Une étude attentive des différents écrans montre que de nombreux emprunts sont faits au domaine auquel chaque famille d’outils est le plus souvent référée : le courrier postal pour la messagerie et la conversation pour le chat. Ces emprunts sont aussi bien linguistiques qu’iconiques. Ainsi, les logos et noms de services choisis par les fournisseurs d’accès à la messagerie comportent, dans leur grande majorité, une référence au courrier postal : une enveloppe pour un tiers d’entre eux, le terme mél ou « courrier » pour deux tiers, un postier, et même un clin d’œil à l’auteur d’une nouvelle pour le service nommé Eudora.

62De la même manière, les objets représentés – enveloppes, timbres, pelles à courrier – et les actions proposées – telles relever la boîte à lettres, entrer dans un salon, demander un accusé de réception – montrent la très grande influence de ces modèles de référence.

Figure 2 : Les logos des messageries en ligne.

Une pratique « cadrée »

63Dans le même temps, cette première proposition est constamment remise en question, à la fois à l’intérieur du « cadre » réservé et à l’extérieur de celui-ci.

  • 16 The Windows Interface: An application Design Guide, Redmond, Washington, Microsoft Corporation, 199 (...)

64L’espace de l’écran est, en effet, divisé en fenêtres dont l’organisation et le fonctionnement répondent à des logiques différentes : le fond de l’écran et le cadre extérieur répondent au cahier des charges des applications développées « sous Windows16 » ; l’espace réservé à l’application est délimité par un cadre gris posé sur le « bureau ». La barre bleue en haut de ce cadre comporte le nom de l’application et du document affiché, ainsi que les trois boutons permettant de modifier l’apparence de la fenêtre à l’écran. La barre grise située en bas donne des informations sur l’activité en cours – connexion, attente d’affichage, nom du site, etc. Les polices de caractères, leur taille et position sont, elles aussi, conformes aux recommandations de Microsoft.

65À l’intérieur de ce cadre, pour les messageries ou le chat en ligne, se découpe l’espace réservé à l’affichage du site. Les menus et boutons permettent de réaliser des activités génériques liées à la consultation du Web : se connecter à un site, donner son adresse, aller à la page précédente ou à la page suivante, etc.

66Enfin, le site lui-même s’affiche à l’intérieur de cet emboîtement de fenêtres.

67Cet ensemble intersémiotique emprunte donc à différents univers de référence :

  • Les standards de Microsoft – forme, couleur et police des boutons, forme des boîtes à cocher, présentation de la liste des messages identique à celle utilisée par exemple pour présenter le contenu d’un répertoire dans l’explorateur, etc.

  • La charte graphique du navigateur qui peut être celle de Microsoft mais qui peut aussi en différer largement s’il s’agit d’un logiciel d’une autre « famille ».

    • 17 La sobriété est de mise pour tous, peu de dessins, des polices de caractères simples, une palette d (...)

    Les « modèles référents » de présentation des sites de messagerie en ligne, correspondant à une sorte de style de référence de la « version 2000 ». L’organisation générale des différentes messageries est en effet très semblable de l’une à l’autre17, comme le montre le tableau ci-dessous : le logo du fournisseur d’accès en haut à gauche, une zone intermédiaire pour les publicités ; un bandeau vertical sous le logo qui donne accès aux options non disponibles d’entrée de jeu et un espace intérieur généralement sur fond blanc, réservé à la tâche en cours.

  • La charte graphique propre au site.

Figure 3 : Principales zones délimitées dans les écrans d’accueil des messageries en ligne.

  • 18 Alors que ceci nous semblait de prime abord anecdotique, nous avons constaté que les modes d’action (...)

68Pour les logiciels de messagerie « propriétaire » – installés sur l’ordinateur personnel et non accessibles par le réseau –, l’organisation présente des traits sensiblement différents. Les zones extérieures à la tâche – globalement le navigateur et les publicités – disparaissent. L’espace de travail est donc plus grand mais aussi plus cohérent et plus proche du concept de « bureau » – voir infra. Le recours aux représentations d’objets pour indiquer les fonctions des boutons est plus fréquent, voir systématique – crayon, gomme, pelles à courrier, enveloppe, carnet d’adresse, etc. Les modes d’action sont aussi plus variés. Le « glisser/déposer », qui est souvent disponible ici, n’est par exemple pas possible avec les messageries en ligne18.

69On observe la même logique d’emboîtement et de standardisation pour le chat – ce qui témoigne du fait qu’à un certain niveau de leur organisation comme textiels, ces objets sont du même type – mais, contrairement à ceux de la messagerie, les écrans sont ici largement illustrés. L’espace central est consacré à l’affichage des interactions, les outils d’écriture et de diffusion sont dans une bande à droite, l’espace d’écriture est limité à une mince bande « vierge » en bas de l’écran. Le chat convoque, pour sa part, l’idée du dialogue, de la communauté, du partage de valeurs, du groupe soudé, ce qui le conduit à réduire encore davantage l’espace clairement affecté à l’écriture en tant que telle…De façon récurrente, des « rencontres et dialogues en direct » vous sont proposés. Les termes, ici, semblent renvoyer à une forme non seulement « naturelle » de relation – sans intermédiaire – mais aussi à une grande qualité de cette relation dans la mesure où l’on ne fait pas que se croiser, on se rencontre. Cette notion de communauté, et non pas de foule, est mise en scène par des dessins de personnages et silhouettes. Sur ICQ, les graphistes ont décliné de multiples façons cette rencontre idéale : représentation de personnages liés, qu’ils dansent – deux personnages, genoux légèrement pliés, se font face comme dans un pas de danse –, qu’ils se tiennent par la main – un père, une mère et leurs deux enfants se tenant par la main comme pour traverser la chaussée –, qu’ils encerclent la terre en faisant une ronde (sic).

Des modèles hybrides

70Si les logiciels de messagerie restent globalement proches du modèle « courrier », les messageries en ligne, répondant à un objectif de rentabilité et désireuses de vendre aussi leurs autres services, optent souvent pour des présentations plus hétérogènes. Les options « courrier » et l’offre « autres services » se mêlent dans les menus – infos directes, chats, annuaires, moteurs de recherches associés, etc. – ou par le biais de jeux de mots et déclinaisons terminologiques : Caramail, Caramalette, Kukamail, Kukaracha

71Les contraintes techniques conduisent aussi à opter pour des modes d’affichage moins spécifiques. Le service Eudora, accessible aussi bien via un logiciel propriétaire – Eudora –, que sur un site Web – Eudoraweb – en est un exemple frappant. Si l’on compare les écrans de saisie d’un message dans les deux cas très différents, on voit bien que ce qui dicte l’organisation particulière de la page Web est la nécessité d’en passer par un formulaire pour saisir les données composant le message en différents « champs ». Dans le premier cas – Eudora –, l’utilisateur dispose d’un « papier à lettres » à en-tête, présenté comme un tout, dans un cadre propre ; dans le second cas, des zones disjointes représentent le message, ce qui donne une vision plus éclatée et affiche nettement chacune des zones selon la figure spécifique d’un genre pragmatique bien défini, le « champ de saisie », formaté selon les recommandations « Windows » : ascenseurs, flèches, polices…

Figure 4: Comparaison entre une messagerie en ligne et une messagerie propriétaire.

72D’une manière encore plus lisible, l’univers des chats ne repose pas seulement sur les attributs de la conversation en soi – c’est-à-dire de face à face – il emprunte à tous les médias qui mettent en scène, eux aussi, des conversations, des dialogues. On ne peut manquer d’être frappé par la récurrence d’une iconographie inspirée manifestement de la bande dessinée. Plusieurs analyses de chats notent cette référence à un univers de BD que l’on peut ressentir comme un gage de sociabilité ouverte, non agressive, parce que proche de l’enfance.

73Un tel recours au dessin des comics strips serait cependant incongru dans un site « professionnalisé » comme Boursier.com, et pourtant un lien « images » permet d’afficher une fenêtre de dessins que l’internaute peut ajouter à ses messages : un bébé qui pleure, une ampoule allumée, un cœur rouge, etc. L’observation de plusieurs séquences d’utilisation du chat montre que, dans la pratique, personne n’insère de telles images. A contrario, la mise à disposition d’une telle « banque d’images » semble signaler que les concepteurs ont une idée « du genre » chat, qui justement repose sur ce type d’iconographie. Et de fait, sur ICQ, une icône représente une bulle pour le chat. Dans Chat.yahoo ! l’icône pour les private message est une bulle de bande dessinée incluant un point d’exclamation rouge. Sur Yahoo!tchatche, le logo est un rond encerclant plusieurs bulles de BD.

74On trouve bien évidemment les formes les plus abouties de cet emprunt à l’univers de la BD dans les deux chats graphiques : Habbohotel.com et Sissyfight.com. Les pseudonymes sont ici incarnés dans des dessins d’avatars et dans des décors et des formes de scénarisation 2D. On entre dans l’image animée et, encore une fois dans la BD avec l’utilisation des bulles de dialogue. On remarque d’ailleurs que la BD, comme le chat, fonctionne sur des formes oralisées, voire une phonétisation de l’écrit.

75Outre cette référence continuelle à l’univers de la BD, les chats s’appuient aussi sur une rhétorique de la télévision. On parle de « canal direct » ; on montre des personnages avec lunettes et pose de star ; on dessine même une télévision – sur Liberty surf. Par ailleurs, la forme même des chats, avec leur succession de lignes s’affichant au centre de l’écran, n’est pas sans évoquer les répliques de théâtre.

76L’ensemble des formes intermédiatiques, c’est-à-dire qui renvoient à d’autres médias, semble être une façon non seulement de positionner le chat sur le registre de la jeunesse et du grand public, mais aussi de faciliter la lecture et l’écriture dans ce dispositif en semblant le délier de certaines formes traditionnellement liées à l’écrit : orthographe, phrases d’une certaine longueur, correction de l’expression, nécessité d’avoir quelque chose à dire avant d’avoir à l’écrire, degré de sérieux de ce type d’écriture, etc. On peut noter que les petits dessins de notre enfance permettent une légitimation par le signe des formes les plus succinctes d’interaction : « Ça va, t’es qui toi? »

77Cette première analyse fait apparaître une volonté de spécialisation sociale des « outils » : la référence à l’écrit pour le mél est renforcée par l’iconographie pragmatique et sobre. Dans les chats en revanche, la référence à la conversation est confortée par des univers graphiques proches de la bande dessinée et semble indiquer un univers frivole et sans conséquence.

  • 19 On peut se référer notamment aux travaux de Dominique Cotte sur la désorientation (COTTE, D. « L’ap (...)

78Mais, par delà cette représentation de la communication chargée d’imaginaires métaphoriques, c’est aussi la place et le rôle des différents acteurs qui se joue. L’imposition de modèles, la recherche d’une visibilité et d’une identification graphique de chacun, par le biais des logos, couleurs et autres signes de reconnaissance est très nette. De ce fait, les chausse-trappes sont fréquentes et les emprunts constants des uns aux univers des autres brouillent souvent les cartes : le logo du fournisseur d’accès remplace subrepticement celui du fournisseur du logiciel de messagerie, la publicité trompe son monde en faisant croire qu’elle n’est rien d’autre qu’une fenêtre Windows pour mieux vous inciter à cliquer sur elle19.

79Entre les prises de position conscientes des uns et la sous-estimation par les autres de la portée réelle d’une transposition d’un modèle socioculturel dans une autre sphère, c’est toute la logique de construction du texte qui se trouve remise en question. L’utilisateur se trouve ainsi face à un architexte porteur de significations multiples, et dont les modes d’existence lui sont en grande partie étrangers.

80L’usage se trouve de fait défini dans l’espace entre ces deux univers signifiants, celui d’un imaginaire projeté de la communication – construit à la fois en partie par la proposition mise en texte et par les attentes ou présupposés du lecteur – et celui d’une logique imposée de l’échange et de l’inscription.

4. Une utopie en actes : mettre en texte des pratiques

81Le texte réapparaît dès lors dans toute sa complexité. C’est bien un acte de lecture et d’interprétation de cet ensemble de signes, « mis pour » autant d’objets et d’actions, qui est engagé. Cette sémiotisation de l’activité, avec les concepts et les objets requis – ou non – pour sa réalisation, nécessite la construction de pratiques nouvelles : des pratiques qui miment partiellement les activités représentées mais qui doivent aussi beaucoup à l’apprentissage de ce nouveau mode de lecture, de raisonnement et d’action. L’appréhension de ce texte hybride requiert, en effet, une capacité à repérer et à décrypter les indices qui permettent de détecter, derrière les mots et les images, les moyens d’action sur le dispositif.

82En observant la réalisation d’activités simples, comme participer à une conversation dans un chat public ou à la rédaction d’un courrier, on voit se révéler de nombreux phénomènes : occultation, myopie, surinterprétation, désorientation, culpabilisation, etc. Autant de micro-événements qui montrent que, si la situation de communication est bien comprise dans sa globalité et les imaginaires convoqués assez proches, le rôle joué par le lecteur dans son interprétation se modifie : compte tenu du statut très particulier de cet écrit-outil, ce rôle n’est plus seulement poétique mais pragmatique. Cette construction du sens est aussi celle des pratiques possibles.

83Si nous n’entendons pas, bien évidemment, proposer une explication pour tous les phénomènes que nous avons observés, ni prétendre à l’exhaustivité dans l’analyse de pratiques, nous voulons apporter un éclairage sur les conséquences de certaines lectures de ces textes et sur la manière dont se jouent, à cette occasion, les rapports entre le concepteur et le lecteur.

84Nous montrerons tout d’abord en quoi, selon nous, la lecture de pages écran diffère de la lecture sur d’autres supports. Puis, en observant l’une des principales activités liées à la messagerie électronique – l’envoi et la réception de courrier –, nous analyserons certains phénomènes de réinterprétation ou de difficultés de lecture qu’induisent les caractéristiques propres à l’écrit d’écran. Nous soulignerons deux particularités de ce dispositif : d’une part sa plasticité et d’autre part son statut de signifiant, chargé de représenter des concepts qui appartiennent à des champs de référence très éloignés au sein d’un espace graphique rendu très homogène par sa structure technique. Pour saisir ces phénomènes, il faut tenir compte des postures tant pragmatiques qu’idéologiques des différents acteurs.

Lectures de pages écran: savoir lire pour pouvoir écrire

85L’écrit d’écran privilégie sciemment l’organisation graphique de la page. Proche en cela de la page mosaïque du journal moderne, la « page écran » est à la fois globale et segmentée. Mais contrairement à la logique très cohérente de la page mosaïque de l’ensemble papier, la « page écran » est hétérogène, car elle mélange dans un même espace plusieurs niveaux de discours. Ce qu’on désigne comme des « signes passeurs », ce sont des éléments de texte qui forment l’une des composantes du texte global, mais qui ont aussi une autre fonction: celle d’amener à/vers un autre élément de texte qui n’est pas immédiatement présent dans le cadre général, mais qui peut être sollicité pour apparaître, à partir d’un dispositif sous-jacent (frame, autre fichier page, autre fonctionnalité, etc.).

86La difficulté réside dans le fait que le décryptage de ces différents niveaux sémiotiques relève d’une véritable polyinterprétation, qui doit s’exprimer dans l’instant très bref d’une consultation et être sanctionnée quasi immédiatement par un geste : cliquer ou ne pas cliquer.

Entre lire et voir

87Par principe, tout signe peut donc être un signe passeur. Chacun est ici face à un écrit outil qui contient à la fois le texte rédigé, les outils pour agir sur ce texte, les signes qui montrent que l’on peut agir, etc. Ces niveaux sémiotiques multiples sont liés à la nature même du dispositif, mais placés sur un même espace/écran, ils partagent un grand nombre de caractéristiques formelles, ce qui rend parfois difficile cette interprétation à différents niveaux.

88La recherche d’indices qui permettraient à coup sûr d’identifier les zones cliquables est tributaire d’une syntaxe formelle aux règles mouvantes. Aux normes imposées s’ajoutent des règles corporatives, des modes graphiques, ergonomiques ou techniques qui brouillent le repérage, volontairement ou non. Alors que le bouton, l’option de menu ou le lien font nettement montre de leur statut, il arrive que l’identification ne soit possible que par changement de forme du curseur lorsqu’il passe sur une zone sensible, ou même qu’elle relève tout simplement d’un processus d’essai/erreur.

89La place relative des différents éléments est, elle aussi, une information précieuse sur leur possible fonction. Nous verrons, ainsi, que la lecture d’écran est d’abord une lecture de survol et de repérage et que, loin d’être intuitive, la manipulation de ces outils doit beaucoup à un apprentissage long, par lequel s’acquiert la capacité à transposer, en les réévaluant dans des univers graphiques différents, un ensemble de pseudo-règles informelles.

La réalité d’un cadrage de l’écriture

  • 20 Nous revenons de manière plus détaillée sur les problèmes de formation à l’outil dans le chapitre s (...)

90Un jeu de va-et-vient s’opère alors entre ce que le concepteur propose ou pense proposer et ce que le lecteur détecte et comprend de cette proposition. Certaines des fonctionnalités du logiciel sont connues et anticipées par l’usager, d’autres le sont moins ou ne le sont pas du tout. Mais, entre ce que le concepteur pense être la compétence de l’utilisateur et la vision que celui-ci a du service que peut lui rendre l’outil, il y a tout l’espace ouvert par l’absence de formation20 et/ou de culture commune.

91C’est dans cet espace que les stratégies de lecture prennent toute leur importance et que les choix du concepteur vont agir comme des « prescriptions » d’usage, et ceci particulièrement pour les néophytes. Ainsi, tous les logiciels que nous avons analysés comportent un écran spécifique permettant d’écrire un nouveau message. Nous avons découpé cet écran et qualifié les différentes zones ainsi déterminées, en distinguant plusieurs grandes catégories :

  • Espaces occupés par le logiciel de navigation Web (pour les messageries en ligne) ;

  • Espaces liés à la tâche prévue, qui peuvent eux-mêmes se diviser en deux zones : celles qu’occupent les « outils » généraux du logiciel d’un côté, et de l’autre, celles qui sont réservés à la tâche particulière prévue dans chaque cas de figure – zone dédiée à l’écriture des messages sur l’écran « nouveau message », zone d’affichage de la liste des messages sur l’écran « messages reçus », zone d’affichage du contenu d’un message sur l’écran « lire un message » ;

  • Espaces non qualifiés (blancs…);

  • Publicité.

92Il apparaît alors nettement que sur cet outil qui est censé permettre l’échange écrit sous sa forme pure, l’espace effectivement réservé à la saisie du texte du message est extrêmement réduit. Le pourcentage que représente cette zone par rapport à l’espace total de l’écran varie de 9 % dans le cas le plus extrême, à 26 % dans le meilleur des cas.

Figure 5 : Place de la zone de saisie (en noir) dans les pages écran dédiées à l’écriture d’un message.

  • 21 La saisie de texte dans une page Web se fait dans des zones spécifiques dont l’aspect formel à l’éc (...)

93La détermination de la taille de cette zone n’a certainement rien de machiavélique ; elle tient plutôt, pensons-nous, à différentes contraintes techniques21. Elle pourrait également révéler que le concepteur nous pense tous capables de voir, au-delà de cet espace restreint, l’immensité des possibles ouverte par l’ascenseur ou le scrolling…

  • 22 L’observation de personnes en situation de formation montre combien cet aspect du traitement de tex (...)

94C’est très précisément là que la liberté pensée par les uns se transforme en contrainte pour les autres. La capacité à se représenter la totalité d’un texte, alors que seule une partie est visible à l’écran, n’est pas donnée à tous22 : c’est alors la taille de la fenêtre qui se découpe sur l’écran qui va déterminer la taille du texte qui y sera inscrit : « C’est petit, alors j’écris peu. » D’autres facteurs entrent en compte pour expliquer pourquoi nos informateurs écrivent des messages courts, comme nous l’avons vu plus haut, mais la forme de l’écriture doit certainement beaucoup à cette perception de ce que l’outil « autorise ».

95Le second exemple vise à montrer la corrélation qui existe entre les propriétés d’écriture des signes fonctionnels et l’usage. Les zones les plus utilisées sont celles où les fonctionnalités sont les plus « visibles », celles qui reprennent l’information sous plusieurs formes – boutons, options des menus, objets – celles qui sont hiérarchiquement au-dessus, celles qui sont mises en avant graphiquement: rouge, gras ; inversement, celles qui sont situées en bas de l’écran, hors du chemin le plus « économique » sont peu utilisées ou simplement ignorées.

96Pour mesurer ces faits de corrélation entre prégnance formelle et usage, nous avons observé deux fonctionnalités, présentées de manière différente à l’écran dans le logiciel Outlook, et dont les utilisateurs disent avoir un besoin identique, pour analyser la façon dont elles sont utilisées : il s’agit d’une part de la possibilité d’ajouter automatiquement une signature à la fin des messages envoyés, et d’autre part du carnet d’adresses.

97Alors qu’il est possible d’accéder au carnet d’adresses à partir de cinq signes différents, visibles directement à l’écran, accéder à la fonctionnalité d’ajout de signature suppose un parcours sémiotique et technique très complexe : pour pouvoir activer cette fonction, l’utilisateur doit successivement passer par une option de menu portant un nom très générique: « outils », puis choisir la ligne « options » dans ce menu, pour enfin voir apparaître le terme « signature ». Celui-ci est perdu au milieu d’une liste très technique d’options qui donnent à l’utilisateur le sentiment de se trouver dans un espace technique où il n’a pas à aller; un menu dont il ne doit pas modifier les paramètres sous peine de « planter le système ».

Figure 6 : Modes d’accès à la signature et au carnet d’adresses.

98Les personnes que nous avons observées ont toutes repéré l’existence du carnet d’adresses, même si elles ne l’utilisent pas, alors qu’aucune n’utilise, ni même ne connaît, l’existence de la signature automatique. Là encore, c’est bien dans l’architexte que se trouvent inscrites les conditions de la pratique. La capacité que chacun aura d’élargir le nombre de fonctionnalités qu’il utilisera dépendra ensuite très largement du risque qu’il sera prêt à prendre ou non de s’aventurer au-delà de l’écran, dans les arcanes logicielles.

Stratégies de repérage

  • 23 Les travaux menés sur la lecture experte montrent qu’un lecteur performant repère une superstructur (...)
  • 24 Le cas le plus extrême que nous ayons observé est celui de l’écran d’accueil de la messagerie Caram (...)

99Cette différence entre experts et néophytes réside aussi nettement dans la manière dont chacun repère la structure générale du texte et son organisation23. Les premiers identifient et qualifient rapidement les différentes zones qui le composent, puis en occultent la plus grande partie pour se concentrer sur celles qui présentent un intérêt pour les activités envisagées24. Les seconds balayent l’écran de manière beaucoup plus systématique et nettement plus lentement.

  • 25 Voir Goody, J., La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Min (...)

100Le repérage et la qualification des différentes unités de texte se fait de deux façons: il y a d’une part référence à des codes de lecture et à des modes d’organisation textuelle utilisés dans d’autres domaines et culturellement intégrés25 : les cadres regroupent des items de même nature et les isolent des autres: menus, listes, encadrés… La position d’un élément dans une liste indique l’importance relative d’une option: «Ça, en bas, j’ai jamais essayé. » La taille de la police de caractère amène à lire ou à ne pas lire certains messages: « Ah oui, c’est écrit tout petit là, ben je viens d’apprendre quelque chose, moi! » Les couleurs renforcent l’importance relative des éléments: «Quand c’est rouge c’est important », « Tous les messages sont en bleu, la différence entre messages lus et non lus est très faible ».

101Et il y a, d’autre part, repérage de marques propres à ce nouveau support : la fenêtre de l’application délimite la zone à laquelle l’activité de lecture sera consacrée. La zone de travail se situe au centre, entourée par des éléments qui peuvent être mobilisés directement au-dessus et à gauche. Les bandeaux publicitaires ne sont lus par personne, mais tous les repèrent.

102Il apparaît donc que le mode de lecture varie en fonction de l’organisation textuelle, mais aussi en fonction de la capacité que manifeste le lecteur/ utilisateur de repérer l’organisation générale du texte et les signes qui qualifient les différents éléments à lire. Pour mettre cet élément en relief, nous avons analysé plus particulièrement la manière dont nos informateurs prenaient connaissance des messages qu’ils avaient reçus.

103L’ensemble textuel correspondant à la « boîte de réception » contient deux types d’informations qui permettent d’orienter le sens de la lecture: d’une part les informations concernant le message en lui-même – destinataire/objet/date –, d’autre part les signes et icônes permettant de mettre en relief certaines caractéristiques particulières des messages – couleurs contrastant avec le reste de la charte graphique telles que le rouge, signes signalant le caractère urgent d’un message, icônes représentant des enveloppes non ouvertes, etc.

104Lorsqu’ils relèvent leur courrier, nos informateurs limitent leur lecture à cette seule zone de l’écran. Un premier tri est généralement opéré à partir des éléments formels, par exemple :

  • Repérage de signes particuliers apparaissant dans le sujet du message, comme par exemple les crochets droits qui indiquent que le message provient d’une liste de diffusion ou d’un groupe : « D’abord, je supprime les messages de la liste veille, de toutes façons je n’ai pas le temps de les lire ; et pour l’ADBS, je ne garde que les jobs et stages, c’est tout ce qui m’intéresse » ;

  • Repérage de chevrons ou d’un point d’exclamation rouges : « Ça, ça veut dire que c’est urgent, mais j’en tiens pas compte » ;

  • Repérage de l’icône d’une enveloppe ouverte: «Non, celui-là je l’ai déjà lu. »

105Ensuite, les textes sont lus pour affiner ce premier tri grossier ; sélection par le nom de l’expéditeur : « Je ne lis pas dans l’ordre, je ne lis que ce qui vient des autres [étudiants du DESS] »; « Je regarde si des copains m’ont écrit »; « J’attends un message d’Aurore, elle doit m’envoyer le dernier compte rendu » ; « Quand je ne connais pas le nom, je jette » ; sélection en fonction du sujet du message : « Tout ce qui est en anglais, je jette » ; « là c’est des pubs, j’ouvre pas, je jette directement ».

106Comme on le voit, le mode d’appréhension du texte se situe entre repérage, qualification, lecture et action. Le lecteur doit ici, plus encore que dans n’importe quelle autre forme de texte, faire des choix qui, faute de compréhension de ce qui se passe « derrière », s’appuient fortement sur l’aspect formel de l’écrit.

Scripta volant

107Une autre caractéristique de l’écrit d’écran dont l’influence est très nettement perceptible dans le mode d’action des utilisateurs est la plasticité du texte et la capacité que semblent avoir certains objets à apparaître et/ou disparaître selon des modalités parfois mystérieuses.

108Le sentiment de se retrouver face à un ensemble mouvant de signes, un pseudo-texte dont les formes s’actualisent à l’écran selon des logiques impénétrables, est certainement l’élément le plus mal vécu par nos informateurs. Le signe en « pixels » est, en effet, un objet hautement volatile, multiforme, déformable et déformé. Nous avons ainsi « suivi » la piste d’un message, de l’étape de sa rédaction via la messagerie M6net à celle de sa lecture après réception sur la messagerie Netcourrier. Ce ne sont pas moins de vingt signes différents que le lecteur devra interpréter comme autant de représentations de ce même message, tout au long du processus. Nous ne reprenons dans le tableau que les étapes les plus significatives pour notre propos.

109La construction mentale de ce que peut être un message électronique est rendue difficile par cette absence d’une forme stable de l’objet. Les descriptions qu’en font nos informateurs montrent très nettement qu’il ne s’incarne vraiment qu’au stade de l’impression, c’est-à-dire lorsque le texte se retrouve lié de manière définitive à un support dont il ne peut s’évader. Dans les étapes intermédiaires, il est perçu à la fois comme un ensemble d’éléments instables et comme une construction en cours, dont certains éléments se fabriquent ailleurs, dans les entrailles de la machine. Le fait que plusieurs étapes échappent totalement à l’expéditeur, comme au destinataire, ainsi que les très nombreuses différences formelles entre le message envoyé et celui qui est reçu renforcent ce sentiment.

Figure 7 : Différentes formes prises par un message de son envoi à sa réception.

Figure 8 : Envoi et réception d’un même message

  • 26 Allusion au fait que, lorsque l’on utilise une messagerie en ligne, il faut rester connecté au serv (...)

110Face à ce texte plastique et mouvant, nos informateurs mettent en œuvre des pratiques qui visent d’une part à essayer d’ancrer les objets dans une matérialité et d’autre part à se rassurer, car ils ont « toujours un petit doute…». Ce qui montre bien le degré de méfiance qu’inspire l’outil : les défaillances ne sont pas perçues comme des accidents rares mais comme partie intégrante du mode de fonctionnement de l’outil. Les messages les plus importants sont imprimés, voire même photocopiés : « Tout ce qui est relationnel, j’aime bien avoir des traces, comme avec le courrier, quoi ». Les plus longs sont enregistrés dans un fichier qui est ensuite ouvert dans le traitement de texte « plus agréable à lire » et « plus confortable car on n’a pas besoin de se dépêcher26 ».

111Les stratégies mises en place sont très variées ; on peut citer, par exemple, l’auto-envoi du message : « Avant de l’envoyer, quand j’ai un petit doute, je l’envoie sur une autre boîte perso pour voir si ça passe correctement »; le recours en parallèle au téléphone pour s’assurer que le destinataire a bien reçu le message : « En général, quand on s’envoie un message, on se voit dans la journée ou on se téléphone pour confirmer oralement. Le mél, c’est juste pour formaliser les choses » ; ou enfin l’utilisation systématique de l’accusé de réception ou d’une priorité haute : « Ce qui est pas mal, c’est l’accusé de réception automatique. Systématiquement je demande un accusé de réception. Je me sers de urgent/pas urgent, ça attire le regard. »

112Pour les collaborateurs de FD, l’angoisse prend une autre forme, ce n’est plus seulement la peur que le destinataire ne reçoive pas le message, mais celle d’une possible modification du contenu même du message ou de celui des fichiers attachés. On retrouve là ce sentiment d’un objet dont la forme et le contenu ne sont jamais stabilisés. Ce qui est particulièrement remarquable, c’est que l’incertitude s’étend des objets aux sujets. Le message de mél est un objet sur lequel tout et tous peuvent agir, du dispositif technique qui fait disparaître, ajoute ou modifie certains éléments, à d’autres acteurs qui peuvent intervenir à tout moment sans que leur action puisse être repérée formellement.

Glissement

113Ce premier niveau d’analyse qui met en évidence les décalages entre la proposition mise en texte à l’écran et le mode d’appréhension de ce texte, nous a conduits à observer de plus près le mode de représentation des activités actualisées par les différents fournisseurs de messagerie ou de chat. Nous avons ainsi pu constater de nombreux « glissements » entre ce qui est simulé à l’écran et l’activité qui est mise en scène. Ces glissements amènent généralement une redistribution partielle ou totale des dimensions spatiales, temporelles et matérielles de l’activité.

114Par exemple, ce qui se passe dans des temps différents lorsque l’on envoie un courrier postal peut être réalisé simultanément à l’écran. Le sentiment de différentes temporalités est alors simulé par des modifications spatiales. Inversement, des choses qui se passaient dans des espaces différents peuvent se retrouver dans un même lieu mais à des temps différents.

115Le tableau page suivante met en parallèle les activités que Jessica déclare réaliser pour envoyer un courrier, soit via la messagerie électronique, soit par courrier postal. On peut y voir un inventaire de ce qu’elle fait pour envoyer un message électronique.

Figure 9 : Tableau comparatif des actions courrier électronique/courrier postal.

116Le premier constat, qui rejoint les perceptions a priori présentées plus haut, est qu’il semble plus facile d’envoyer un mél qu’un courrier postal : rédiger une lettre, la mettre dans une enveloppe, acheter et coller un timbre, aller mettre l’enveloppe dans une boîte à lettres, etc., sont des actions étalées dans le temps et diversement situées dans l’espace. Inversement, pour envoyer un mél, il suffit de se connecter sur sa messagerie et de cliquer. L’opération est non seulement réduite à un seul espace géographique – bureau, cybercafé…–, physique – l’ordinateur – et temporel – l’écriture, la lecture et l’envoi se font dans une même temporalité –, mais aussi à un nombre réduit d’actions : cliquer, taper au clavier.

117Cette redistribution spatiale et temporelle est accompagnée de nombreux autres glissements : temps _ objet, activité _ objet, activité _ espace…Nous pouvons donner ici quelques exemples :

  • Temps _ Espace : l’écoulement du temps est simulé par un curseur – relève du courrier, envoi d’un message, etc. – alors qu’il est possible de faire autre chose dans le même temps. Le temps « s’écoule » donc pour le message, en dehors de l’utilisateur dont le temps propre paraît ne pas en être affecté ;

  • Espace _ Activité : différents « salons » sont proposés pour signifier des changements possibles de sujets de conversation;

  • Activité _ Objet : la relève du courrier est simulée par une pelle à courrier.

118Comme on le voit, les postulats de départ sur lesquels sont construites les situations de communication se trouvent en permanence dénoncés et détournés. Ces phénomènes conduisent à observer les formes multiples d’une attitude de prudence, voire de défiance. Celles-ci tiennent, avant tout, à une série d’éléments qui menacent l’interprétation, les déplacements de sens, la mise en place de pièges graphiques, la recherche de l’originalité graphique, etc. Mais on voit s’affirmer, finalement, chez beaucoup de lecteurs, un certain refus de voir dans l’écran le seul lieu au sein duquel ils devraient se représenter ce que l’outil leur permet de faire. Ce phénomène de mise en incertitude de repères amène plus d’un lecteur à adopter une attitude très distanciée par rapport aux signes qu’il perçoit, une attitude située aux antipodes de la supposée facilité intuitive…

119Ainsi, lorsque nous avons demandé à chacun de nous expliquer ce qu’il faisait et de commenter l’activité qu’il venait de réaliser devant nous, les résultats étaient très loin de démontrer une transparence des signes. La manière de nommer les « objets » présents à l’écran et d’expliquer les actions projetées et menées avec ces objets a montré un décalage important entre ce que le concepteur semblait proposer à l’écran et ce que les personnes confrontées à cet écran y voyaient.

  • 27 La flexibilité, c’est-à-dire permettre à l’utilisateur de réaliser la même tâche de manière différe (...)

120À titre d’exemple, sur le site Netcourrier, l’action « lire un message » est mise en scène à l’écran sous la forme d’une enveloppe fermée qu’on peut ouvrir en cliquant dessus. Ce que dit la personne qui l’utilise est : « Je clique là et ça s’affiche », mais elle ne projette pas l’idée « d’ouvrir » l’enveloppe dans ce qu’elle voit à l’écran, d’autant qu’il lui arrive de cliquer sur une autre zone – le nom de l’expéditeur, par exemple – pour obtenir le même résultat27.

121Ce phénomène n’a pas à être interprété en terme de méconnaissance ou d’échec. L’écart entre l’attitude projetée et le comportement effectif ne relève pas d’une méprise dans l’interprétation des signes, mais bien d’un positionnement différent quant à leur statut. Les concepteurs pensent proposer un ensemble d’outils et de fonctionnalités représentés sous une forme graphique, une « mise en texte » des pratiques. Ce que nous disent les gens, c’est : « Je vais ici, je clique là, ça s’affiche ici », généralement en désignant la zone sur l’écran. Les zones sont très rarement qualifiées : ce n’est pas le bouton « envoyer » ou « relever la boîte » mais la position relative de chaque zone sensible qui est repérée. Dans la grande majorité des cas, le vocabulaire employé pour décrire les tâches réalisées concerne l’aspect « informatique » de l’action: « cliquer », « sélectionner ».

122Notre sentiment est que ce que l’un construit comme une pratique naturelle, l’autre le conçoit comme un signe de fonctionnement de l’outil informatique. Les modes opératoires sont fixés, il faut les admettre tels qu’ils sont pour obtenir les résultats attendus. Mais une autre modalité semble être tout aussi acceptable: cliquer sur le nom, cliquer sur le sujet, utiliser un « raccourci clavier ».

123Bien sûr, les personnes que nous avons observées savent qu’elles n’envoient pas vraiment du courrier, qu’elles ne discutent pas vraiment avec d’autres personnes, même si de nombreuses astuces graphiques et techniques entretiennent partiellement l’illusion. Mais l’écart est plus grand qu’il n’y paraît. Il tient, pensons-nous, au type de raisonnement mis en œuvre. Le passage de la reconnaissance d’un objet au travers de sa représentation graphique à l’action qu’on peut réaliser à l’aide de cette représentation est un raisonnement déductif : ce dessin représente une enveloppe fermée, donc je dois pouvoir l’ouvrir pour lire ce qu’il y a à l’intérieur. Ce que font les personnes observées dans bien des cas est plutôt un raisonnement inductif. Il s’agit pour elles de repérer le signe qui semble permettre de déclencher une opération sans que ce signe ait, pour elles, un rapport avec l’opération à réaliser : « Tiens, quand je clique sur ce truc, ça affiche le contenu du message alors ça doit être là qu’il faut cliquer quand on veut lire le message. »

Conclusion

124À travers ces quelques exemples, nous avons voulu montrer comment des stratégies aux motivations fort diverses viennent interférer pour affecter le sens global du discours reçu. Les jeux de pouvoir mis en place par les différents acteurs, l’enchevêtrement des niveaux de perception, les glissements perpétuels de sens, l’incessante modulation du texte – entre présence et absence, entre visibilité et invisibilité, entre apparition et disparition – rendent plus complexe encore l’appréhension de l’écrit d’écran. Même si certains de nos observateurs ne se veulent « pas dupes », tous en viennent finalement, malgré tout, à se laisser en partie manœuvrer par un dispositif sémiotique d’une rare complexité parce que composé d’une multitude de niveaux différents, associant des couches qu’il faudrait, une par une, prendre le temps de décrypter.

5. Trois espaces d’investissement : première approche

125Les pratiques par lesquelles se définit l’espace d’articulation entre objet technique, texte et usage se déploient sur les différents plans décrits jusqu’ici : celui du sens donné à un usage général de l’outil, celui des imaginaires convoqués par une certaine représentation de la communication, celui des contraintes, libertés et types d’investissement requis par la réalité des formes écrites. Plus généralement, c’est la confrontation de logiques d’action et de projets de communication à la réalité matérielle d’une communication formatée qui est en jeu.

126Mais l’ensemble de ces pratiques comporte la richesse inépuisable et impossible à modéliser de tout l’espace social et imaginaire dans lequel elles se déploient. Nous avons choisi, sur la base des thématiques les plus insistantes qui ressortent des observations et des entretiens, d’approfondir trois espaces d’investissement : la question de la relation aux savoirs exigés par le dispositif, en termes de formation ou de culpabilisation de l’utilisateur ; la question de la dimension temporelle des échanges, qui suppose un nouveau paramétrage temporel – entre contraintes réelles, normes et imaginaires – de la pratique d’écriture-lecture ; enfin, la question de l’identité personnelle et sociale, qui révèle, par delà l’apparent anonymat d’un dispositif fonctionnel, un espace de pouvoirs et de jeux.

Simplicité/culpabilité

  • 28 Relayant ainsi le discours d’escorte insistant qu’il vienne de la communauté informatique, des médi (...)

127Nous voudrions revenir ici sur la notion de simplicité, évoquée en début de chapitre, et présentée comme une évidence par tous nos informateurs28. Pour eux, la messagerie ou le chat sont des outils « simples » et « faciles » à utiliser. L’idée de simplicité s’étend même bien au-delà de l’utilisation de l’outil. Elle englobe aussi le style de l’écriture et jusqu’aux rapports humains qui seraient « plus simples », miraculeusement rendus « plus faciles » par les apports de la technique.

  • 29 Tout un programme, là aussi…

128Les intérêts économiques en jeu expliqueraient à eux seuls, et très largement, pourquoi le mythe de la simplicité doit être constamment nourri mais, si nous restons dans le cadre de notre étude, d’autres explications peuvent être avancées. Force est de constater, par exemple, que la communauté informatique, d’une manière assez large, se fait l’écho des pionniers de Xerox Parc pour affirmer que le « User-Friendly Interface » a changé les rapports entre l’utilisateur et la machine : la manipulation « directe » d’objets représentés à l’écran est présentée comme un processus naturel ou pour le moins suffisamment intuitif pour qu’on puisse s’en servir sans formation préalable. Ceci est très certainement vrai pour les informaticiens. En effet, leurs compétences techniques et leur connaissance du fonctionnement de l’outil leur permet de pallier, sans même certainement en avoir pleinement conscience, les incohérences fréquentes des systèmes sémiotiques utilisés. Prenons un exemple tout à fait significatif : l’image du « bureau » de Windows. Si l’on demande l’affichage du bureau dans l’explorateur29, une structure arborescente, partant du « poste de travail » s’affiche à l’écran, dans une fenêtre de type «Windows ». Aux branches de cet arbre sont accrochés, dans un joyeux mélange, toutes sortes de signes : des formes grises suivies de noms de « volumes », des dessins de « dossiers » jaunes, une « poubelle » suivie du terme « recycled », un autre dossier jaune nommé « imprimantes ». L’expert comprend parfaitement pourquoi l’imprimante est un dossier ou pourquoi le disque dur se nomme « C:\ » parce qu’il connaît aussi l’envers du décor. Les exigences du système d’exploitation qui demande que les unités de stockage portent des lettres, que les noms de fichiers comportent une extension…

129De son côté, l’utilisateur novice – lecteur d’un écran derrière lequel tout est « technique » – ne peut construire sa représentation du système qu’à l’aide des seuls éléments présents à l’écran. S’il veut interpréter correctement l’ensemble intersémiotique qu’il perçoit à l’écran, il doit comprendre : qu’un dossier peut se trouver à la racine du disque dur, que c’est aussi un répertoire, qu’un document est aussi un fichier au même titre qu’une application, que les paramètres permettant de piloter les imprimantes sont dans des répertoires spécifiques, donc des dossiers…La liste serait longue des appels incessants à l’envers du décor.

130Le fonctionnement du dispositif ne peut donc paraître intuitif et naturel qu’à ceux pour qui l’écrit d’écran n’est qu’un élément complémentaire d’une représentation déjà fortement construite.

131Ainsi, nombre des observations que nous avons faites montrent que les utilisateurs ne vivent pas leurs pratiques comme « simples », « intuitives » ou « naturelles ». Le sentiment partagé par tous est assez bien résumé par la remarque faite par le directeur de département chez FD: « En fait ce qui s’est passé, c’est qu’on nous a collé ce machin là et dém…-vous, on nous a envoyé une espèce de manuel d’utilisation que personne n’a lu. On sait envoyer et recevoir, c’est tout ce qu’on sait faire. »

132Notre informateur fait là trois constats : celui de son incompétence ou pour le moins de son incapacité à mettre en œuvre d’autres fonctionnalités que celles qu’il utilise de facto ; celui d’une absence totale de formation ; et enfin, celui d’une imposition de l’outil dans son travail quotidien manifestement sans consultation préalable.

133L’absence totale de formation est le point commun de toutes les personnes que nous avons rencontrées, de ce fait, la plupart des règles, fonctionnalités, options ne sont pas connues d’avance et sont acquises :

  • Par essai/erreur : « J’ai lu quelques articles dans des revues spécialisées et quand j’ai acheté un modem je me suis formé sur le tas » ;

  • En copiant les modes d’utilisation d’un référent sur lequel ils prennent exemple : les étudiants qui n’avaient qu’une pratique très récente de la messagerie éprouvaient des difficultés à rédiger des messages lorsqu’ils s’adressaient à des personnes auxquelles ils voulaient manifester un certain respect. Ils avaient le sentiment diffus que les normes d’écriture en vigueur dans la correspondance professionnelle par courrier postal n’étaient pas transposables au courrier électronique. Ils n’osaient pas correspondre par messagerie électronique avec certaines personnes par peur de leur manquer de respect. Ils ne se sont sentis autorisés à simplifier les formules de politesse – « Bonjour » au début et « Cordialement » à la fin – qu’après avoir reçu des messages émanant de personnes d’un statut social différent – employeurs potentiels, enseignants, etc. – et qui utilisaient ce type de formulation. Les novices, qui ne possèdent que très peu de connaissances et de compétences ont besoin d’un référent pour se rassurer et confirmer la normalité de leur pratique ;

  • Référents : il y a des personnes dans chaque « communauté » qui ont une certaine crédibilité et sur lesquels les autres comptent pour les sortir de situations difficiles. À chaque entretien, la personne interrogée donne le nom de son référent : « Quand je sais pas, j’appelle Pierre » ; « J’ai crée Mageos parce que Anne-Claire était sur Mageos, et elle m’a dit que ça plantait pas » ; « C’est Jean-Marie qui m’a arrangé l’écran comme ça » ;

    • 30 Les règles de la Netiquette sont assez vagues : un parcours rapide des guides d’utilisation des mes (...)

    « Rappel à l’ordre » : on a d’une part les initiés, garants d’un savoir et d’une norme, de l’autre les « profanes » ; un certain nombre de règles, établies de façon empirique par les utilisateurs les plus anciens et les plus chevronnés sont transmises, voire imposées à ceux qui ne les partagent ou ne les respectent pas : c’est la « Netiquette », ensemble de règles de bienséance et de respect d’autrui qui se sont progressivement imposées sur le réseau30.

134Comme on le voit, l’apprentissage des fonctionnalités techniques et de l’univers métaphorique des interfaces repose essentiellement sur une forme de parrainage. Les personnes interviewées font état d’une initiation non pas identifiée comme une formation mais comme une aide de la part de collègues ou de pairs – d’autres élèves. Nous en avons eu une illustration directe chez FD: Notre statut de chercheurs nous avait d’emblée placés dans le rôle d’experts et de juges des compétences mais, après que nous ayons avoué à plusieurs reprises ignorer comment activer ou désactiver telle fonction ou modifier tel paramètre, nous avons ressenti un soulagement très net chez nos informateurs. Nous avons brusquement changé de camp et avons intégré celui des bricoleurs qui s’échangent des recettes.

135Il s’agit bien, comme nous avons pu le constater, d’aller non pas vers une compréhension construite des dispositifs mais d’un apprentissage des « trucs » à savoir pour se servir de l’outil. Cette forme d’apprentissage renforce l’idée d’une « naturalité » des interfaces dans la mesure où elles ne donnent pas lieu à un apprentissage institutionnalisé.

136Elle renforce aussi, dans le même temps, le sentiment d’incompétence des utilisateurs. Comment concilier, en effet, une activité vécue comme complexe et qu’ils maîtrisent mal et un discours de simplicité qui les culpabilise ? Il est surprenant, par exemple, que quelqu’un qui sait « envoyer et recevoir » du courrier, considère qu’il ne sait faire « que » ça, car finalement que demande-t-on d’autre à un tel logiciel ?

137Ce malaise est perceptible bien au-delà de la sphère personnelle. Les rapports entre individus, dans le groupe social se trouvent aussi modifiés. La maîtrise de l’outil donne à celui qui la possède une aura incontestable et un statut de référent qui s’étend largement au-delà de celui-ci. Inversement, la peur de ne pas être à la hauteur professionnellement ou dans sa vie privée annihile toute velléité de reconnaître son incapacité à maîtriser l’informatique d’une manière générale : « Ma fille voudrait qu’on l’ait à la maison, alors il faut que je m’y mette » ; « Moi, je suis pas de la génération informatique ; mon fils démonte l’ordinateur, on a intérêt à suivre… ». Peu de personnes se sentent autorisées à émettre la moindre critique. Toute remarque pouvant être interprétée comme négative est aussitôt tempérée par un argument modérateur : « […], mais c’est vrai que c’est un outil très pratique » ; « Enfin moi je ne suis pas très douée pour l’informatique » ; « Bon, ben là, ça marche pas, mais d’habitude ça marche… » ; « Pour l’instant je ne l’utilise pas à fond, mais à court terme ça devrait bien fonctionner ».

138Il conviendrait de mener une enquête approfondie sur ce point, mais cette première série d’observations nous a permis de mesurer directement l’impact, à la fois psychologique et sociologique, sur des utilisateurs peu habiles, voire réfractaires, d’un discours promotionnel incitatif basé sur la simplicité et l’intuitivité comme seuls rapports possibles à l’outil. Des formules choc comme « la fracture numérique » amènent à penser que ne pourraient faire partie de notre société « de l’information » que les individus capables de maîtriser l’outil informatique.

Le rapport au temps

139La question du temps est omniprésente dans notre étude. Principal régulateur de la communication interpersonnes, mais aussi indéniablement associé à des contraintes économiques fortes, on le retrouve sans cesse fantasmé, objectivé, déformé… Inutile de tenter de cerner totalement les multiples formes sous lesquelles il apparaît ou est vécu. Le temps est le fil de trame du texte de réseau. Il détermine les modalités pratiques de travail, régule les flux, norme les échanges, simule l’activité…

140Fondamentalement, se connecter au réseau signifie, pour tous les utilisateurs de modem, déclencher le chronomètre. À partir de là, le temps devient argent, et son écoulement, une comptabilité complexe : il faut à la fois ne pas dépasser le forfait mais aussi en utiliser chaque minute. Les étudiants se ruent sur leur messagerie dès qu’ils pénètrent dans la salle de cours car ils savent être dans un environnement gratuit pour eux. Le temps fait alors peser une autre contrainte : tout faire avant le début du cours, entre les cours, pendant les cours, pour ne plus devoir se connecter à la maison et rentrer dans une logique connexion/coût. Le temps devient donc vitesse. Il faut faire vite, écrire vite, lire vite, répondre vite…Les étudiants consultent leur messagerie régulièrement au cours d’une même journée – jusqu’à dix fois par jour. Souvent, c’est la première chose qu’ils font le matin, en ouvrant leur ordinateur. Certains la laissent ouverte, réduite dans la barre des tâches – elle clignote ou émet un bip quand un nouveau message arrive –, et voient ainsi leur courrier arriver « en temps réel ».

141Ce sentiment de la nécessité d’une vigilance constante est aussi renforcé par l’idée d’une transmission instantanée des messages. À peine partis, ils devraient être arrivés, lus, et la réponse devrait, elle aussi, revenir dans l’immédiat. L’attente de l’arrivée d’une réponse annoncée ou attendue entraîne même parfois des comportements compulsifs : relève de la boîte toutes les minutes, valse constante entre l’application de messagerie et les autres applications ouvertes à l’écran, retour incessant vers le bas de l’écran où s’affichent les informations relatives à l’avancement d’une tâche de fond…Alors que, de l’aveu même de nos informateurs, le message attendu n’a pas une importance particulière.

142On voit bien là comment une multitude d’éléments visuels, techniques, sociaux ou rhétoriques s’entremêlent pour amener l’utilisateur à se construire une représentation des possibles temporels. Du discours d’escorte qui joue principalement sur deux registres, le temps et l’espace : « Soyez joignable partout et à toute heure » ; « Une réunion sans moi, vous n’y pensez pas » ; « Gagnez du temps sur le temps », etc., aux curseurs, bips et autres clignotants qui s’affichent constamment pour alerter l’utilisateur en passant par les injonctions des collègues, du type : « T’as reçu mon message », tout concourt à donner un sentiment partagé de vitesse : « On fait des échanges en temps réel » ; « On a presque les réponses à flux tendus » ; « Ça permet un échange immédiat », mais aussi d’un temps compté : « C’est un gros gain de temps » ; «Ça rame », « C’est lent, alors je fais autre chose en même temps… ».

143C’est sans conteste dans le chat que la question du temps est la plus prégnante. L’observation des modes d’échange illustre bien la manière dont le dispositif configure la place et la forme de nos engagements en communication par la mise en forme et la transcription écrite de la pragmatique de la communication. Le parallèle chat/conversation amène à percevoir l’écriture comme un flux d’échanges continu entre internautes « en temps réel ». Le dispositif technosémiotique alimente cette représentation. Comme nous le disions précédemment, la fenêtre d’écriture ne permet d’écrire qu’une courte phrase. La touche d’envoi ratifie définitivement l’écrit qui passe de la fenêtre d’écriture privée à la fenêtre d’affichage publique – affichage sur tous les écrans connectés –, sans temps de réflexion. Une des fonctionnalités qui consiste à « geler une fenêtre » pour éviter un « flood » renvoie bien à cette métaphore de la fluidité dans ce qu’elle a de positif mais aussi de menaçant. La question de l’écrit est non seulement une question de contenu mais aussi de rythme. Rythme de la lecture mais aussi de l’affichage, qu’il soit à la fin de chaque phrase lié à la touche « envoyer », ou au fur et à mesure de la frappe – dans le dispositif ICQ. Cette cadence est marquée, sur certaines interfaces de chat, par le choix des couleurs, qui peut se faire à l’initiative de l’utilisateur, ou automatiquement comme sur Napster où différentes couleurs sont utilisées – automatiquement et sans que l’utilisateur puisse les choisir – afin de distinguer la succession des échanges et des prises de paroles.

144De nombreuses fonctions reposent, en outre, sur une représentation du temps qu’il faut mesurer, contrôler, mais aussi justifier en tant qu’utilisateur. Les temps d’écriture et de lecture deviennent des temps objectivés, des signes de leur calculabilité sont affichés sur les sites. Ainsi, sur ICQ, un chronomètre mesure le temps d’inactivité dans la discussion. L’absence d’écrit – ou le silence – est mal jugé. L’utilisateur est implicitement amené à comprendre que le chat consiste à occuper un espace temps. Les outils de veille permettent de contrôler le temps, jusques et y compris quand l’attention des internautes est consacrée à autre chose et que donc leur temps n’est pas employé au chat. Ainsi, le chat de Napster offre la possibilité de veille pour savoir si des amis « téléchargeurs » ou chatteurs sont en ligne. Enfin, l’utilisateur est amené à rendre compte de son « silence » en manipulant des icônes qui justifient son absence de participation: des « états » caractérisent ainsi chaque utilisateur : « away », « sleep », etc.

145Certains dispositifs techniques vont même sanctionner ceux qui restent « muets » trop longtemps. Un certain temps d’inaction entraîne l’éjection pure et simple de l’internaute hors du serveur ou, au mieux, des messages de rappel. Ce dispositif est révélateur des valeurs propagées dans notre monde actuel: chaque individu se doit d’être flexible, souple, disponible 24h/24 et les TIC sont là pour le permettre. Le temps de la discussion écrite est une donnée observée, mesurée de la relation. L’écrit est réifié comme signe de l’implication, mais aussi paradoxalement repose sur un modèle de la conversation comme un objet observable de l’extérieur et que l’on peut donc quantifier, ces objets de quantification permettant de porter un jugement sur le discours et la personne.

146Ces outils de réification du temps, assimilé au degré d’implication, sont diversement perçus par les élèves. Dans Chat.yahoo ! « si l’on positionne la souris sur un login, on peut savoir depuis combien de temps – en minutes et en secondes – la personne est inactive dans le salon. Pour d’autres utilisateurs, cette indication peut éventuellement permettre de déterminer si telle ou telle personne joue le jeu et donc vaut la peine d’entamer un chat ». La fonctionnalité technique de mesure du temps a donc de multiples implications sociales. Le temps est, en tout cas, un facteur objectivé de la relation, d’autres indicateurs propres à la conversation directe – regard, corps…– ne pouvant bien sûr pas nuancer cette impression.

147Ce contrôle de l’écrit par le temps est, toutefois, assez bien intégré dans les pratiques. Tous les élèves témoignent de l’enjeu – du jeu – qui consiste à répondre le plus rapidement possible aux différentes sollicitations. La rapidité du rythme d’écriture est un élément structurant du chat, au point que si la fenêtre principale affiche trop lentement le message ou que les réponses ne se suivent pas suffisamment rapidement, les élèves ouvrent une fenêtre de chat « privé ». Encore une fois, si la « conversation » ne leur apparaît pas assez dense dans le cadre du chat principal et de cette première fenêtre, ils ouvrent plusieurs autres fenêtres simultanément avec plusieurs chatteurs repérés dans la fenêtre principale. Les motivations pour expliquer l’ouverture de ces fenêtres sont multiples, mais une des raisons invoquées consiste à ne pas perdre son temps, à occuper au maximum tous les canaux de discussion. La situation est alors la suivante : le chatteur suit à la fois le fil du chat de la fenêtre principale, mais aussi plusieurs fils dans les fenêtres secondaires privées. Le dispositif ICQ présente des spécificités qui accroissent l’attention en liaison avec le rythme d’affichage des écrits. Sur ICQ, l’espace de lecture est l’espace d’écriture ; autrement dit, il n’y a pas d’écrits migrateurs d’un espace fenêtre d’inscription à fenêtre de diffusion, mais une coïncidence entre l’écriture et la lecture publique. En effet, les messages apparaissent lettre par lettre et non pas phrase par phrase : « Ceci rend les rapports plus proches du dialogue oral que pour les autres chats. En effet, lorsque l’on voit un intervenant commencer à écrire, on a tendance à regarder les lettres arriver comme on écoute quelqu’un parler et donc à ne pas écrire pendant ce temps. » Ici, on voit concrètement comment le dispositif technique organise la pratique de lecture.

148La question des débits est donc autre chose qu’une simple question de performance et d’efficacité technique : il s’agit d’une écriture de rythme qui sera favorisée par des dispositifs du type IRC ou comme sur le chat de Napster où la connexion est fiable et où il n’y a guère de problèmes de débit ou de page qui ne s’affiche pas. Le lag – le retard – est un objet d’attention constant, voire de récrimination. La communication doit parvenir sans délai.

149Entre temps réel et attente, remise à l’ordre et espace de liberté, le temps se vit donc d’une manière très complexe dans l’écrit de réseau. Là encore, tout se joue entre usages projetés, inscrits à l’écran et bricolage, adaptation, invention. Pas d’opposition nette entre contraintes imposées et liberté acquise par opposition mais plutôt une reconstruction individuelle, une lecture particulière et une récriture continue de la situation de communication proposée.

Jeux de l’identité: anonymat, fichage et mascarade

150Dans les études sur les usages, dans les analyses d’orientation psychosociologique, dans le discours médiatique dominant, l’Internet est interrogé comme lieu d’anonymat, de création d’une identité fictive, de dédoublement personnel. Pour s’en offusquer, s’en réjouir ou simplement en mesurer les effets, on considère que le réseau a pour propriété principale de permettre aux individus de se donner des identités d’emprunt. Ils s’y rendent virtuels, s’y font passer pour autres qu’ils ne sont. En somme, l’individu aurait la possibilité de s’absenter de son identité sociale.

  • 31 Goffman, Ervin, Les Rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974.

151Cette perspective n’est évidemment pas infondée : nous avons constaté que le lien entre l’individu – son histoire, son identité – et l’apparence qu’il peut donner de lui-même se relâche en quelque sorte et se complexifie tout à la fois, dans le monde des écrits de réseau. Il est donc vrai qu’une certaine licence, un certain degré de liberté s’introduit vis-à-vis de l’obligation ordinaire d’avoir à assumer publiquement son identité, son corps, sa face31. Une telle « latitude identitaire » est liée à la fois aux propriétés purement topologiques du média – la communication à distance – et à la sémiotisation de toute pratique qu’il impose, muant toujours, à quelque degré, le corps en ses indices – ses symptômes – en icônes et symboles.

152Mais en rester à ce niveau serait extrêmement réducteur, et ceci pour deux raisons conjuguées. D’une part, l’identification des individus et son double, leur anonymat, est une construction complexe, et ceci quel que soit le média ; d’autre part, les propriétés du textiel tel que nous avons pu les décrire forment un cadre, à la fois scriptural, fonctionnel et pragmatique à l’intérieur duquel ce qui est possible, imposé, interdit, enjoint se définit. Nous avons cherché à préciser quelques conditions de ce jeu, à la fois en explorant personnellement les procédures par lesquelles chacun accède à une messagerie ou à un chat et en observant les stratégies que les étudiants et les professionnels déploient vis-à-vis de ces exigences. Ceci vise à se donner les moyens de définir ce qu’on appelle rapidement cet anonymat et cette identité virtuelle qui caractériseraient l’écriture par le réseau.

Mosaïques de l’identité : moi, mon provider et mes icônes

  • 32 La possibilité, présente dans le logiciel, mais non exhibée, de reconfigurer une partie de ces espa (...)

153La question se pose d’abord en termes de marques énonciatives, éditoriales et identitaires au sein de l’espace écrit. Or, à cet égard, l’internaute n’est ni le premier ni le principal être doté d’identité dans la messagerie et le chat. Il est précédé, dans les métamorphoses du texte, par une foule d’autres êtres scripturaux, renvoyant à des entités et à des collectifs bien vivants. La messagerie électronique en ligne engage différents « acteurs »: le navigateur qui permet la lecture des pages Web et la navigation de l’une à l’autre – dans notre cas, il s’agissait de l’Internet explorer –; le fournisseur d’accès qui propose le service de messagerie – nous avons ainsi choisi de nous intéresser à treize fournisseurs de messagerie différents –; l’utilisateur qui va se servir de la messagerie pour envoyer, recevoir, gérer son courrier électronique; le plus souvent, les différents partenaires commerciaux du fournisseur d’accès. Après capture et analyse des différents écrans d’accueil et de lecture des messageries, nous avons pu constater que chacun des acteurs s’actualise en quelque sorte à l’écran dans une zone d’inscription qui lui est propre. Si l’on répartit en zones les différents éléments présents à l’écran en fonction de l’acteur qu’ils représentent, on s’aperçoit que la présence des différents acteurs dans l’espace de l’écran obéit à des normes tacites. Le navigateur occupe les zones situées tout en haut et tout en bas de l’écran, le fournisseur d’accès et ses partenaires s’inscrivent dans des espaces jugés stratégiques pour les publicités, l’utilisateur suit la logistique du regard qui désigne les cadres de son activité32.

154L’utilisateur se trouve donc engagé à l’écran dans une mosaïque à la fois visuelle et identitaire. Son corps écrit et écrivant est scindé entre les zones qui lui sont réservées, celles où apparaissent ses actes d’écriture/lecture et celles où il est lui-même modélisé – ceci dans un entre-deux subtil entre son initiative et les procédures automatiques de l’architexte. Au-delà de cette inscription de l’utilisateur à l’écran, ces zones grâce auxquelles la présence de l’utilisateur est textualisée peuvent être personnalisées, voire personnifiées, laissant apparaître des bribes d’une identité en fragments.

155Une fois l’étape de l’identification passée – ayant entré mot de passe et identifiant, l’utilisateur est « reconnu » par le dispositif –, le lecteur/scripteur va voir apparaître son adresse et parfois même son nom et son prénom en haut à droite de l’écran. C’est le cas dans un grand nombre de messageries comme Caramail, Yahoo!, Voilà, etc. D’autres messageries comme Netcourrier individualisent l’écran d’accueil, en inscrivant un espace « données personnelles » qui fait que le cadre normalisé de ce premier écran est, grâce au « petit détail personnel », un objet unique pour chaque utilisateur.

156D’autre part, il arrive que certaines fonctions de la communication soient personnalisées a priori, avant tout échange et à l’insu de l’utilisateur, afin d’être ensuite soumises à un processus de reproduction technique: lorsqu’un utilisateur de Netcourrier veut se créer une carte de visite, il doit ouvrir une boîte de dialogue et constate que les champs « nom, prénom, civilité et date de naissance » ont déjà été complétés par le dispositif. La carte de visite apparaît à l’écran déjà remplie en grande partie par des éléments qui concernent l’utilisateur.

157Autre mode d’inscription automatique d’un double informationnel de l’utilisateur, il arrive que la barre de titre du navigateur – en haut – indique les mentions prénom.nom qui étaient jusque là contenues dans l’adresse avant l’@. Dans ce cas, l’identification d’un individu – en fait, le traitement automatique d’informations codées en chaînes de caractères – déborde la personnalisation des zones de l’écran réservées à l’utilisateur pour envahir une zone jusque-là réservée au navigateur en tant que titre de la page. Parfois, les noms et prénoms de l’utilisateur seront également présents dans l’adresse de la page, comme c’est le cas chez i(France)33.

158Dans les cas étudiés jusqu’ici, il s’agit uniquement de faire apparaître à l’écran des données textuelles – le plus souvent le nom et le prénom–;mais nous avons également observé que l’inscription de l’usager à l’écran peut se faire autrement qu’avec des «mots » et gagner une large gamme de ressources typographiques, plastiques et iconiques de l’écriture. La programmation de l’architexte permet, en effet, d’extrapoler à partir des données de base, pour produire des mises en forme graphiques et iconiques fondées sur une exploitation de ces informations de base: par exemple, on voit les noms ou les pseudonymes des hommes apparaître en bleu à l’écran, ceux des femmes en rose, etc. Cette pratique est extrêmement courante sur les chats où la distinction homme/femme est quasiment systématique, mais où l’on peut aussi voir apparaître un certain nombre de smileys devant les noms des participants, smileys qui sourient, grimacent, etc., selon l’humeur de la personne concernée, smileys « tasse de café » ou « oreiller » quand la personne veut signaler son absence pour cause de pause-café ou de sieste.

  • 34 Blanchard, Gérard, Aide au choix de la typographie, Atelier Perrousseaux, 1998.

159Quand l’utilisation des smileys n’est pas possible, c’est la sémiologie de la typographie qui est mise à contribution34. Le caractère, la couleur, la casse utilisés convoquent l’univers connotatif capable de représenter l’utilisateur en fonction de ce qui lui correspondra le mieux, activant ainsi à la fois une chosification de la personne et la confirmation d’un stéréotype. Le rouge, couleur attribuée à l’agressivité, peut par exemple être utilisé par certaines personnes à un moment où il se sentent d’humeur agressive; de même, les caractères majuscules sont fréquemment utilisés pour crier sur le chat, ou autre liste de diffusion. Autant d’éléments fonctionnant selon une logique de la métonymie connotative, qui tentent d’exploiter et de dépasser à la fois la forme alphabétique du code informatique pour fabriquer un ersatz de représentation des personnes engagées dans la discussion.

160La forme la plus aboutie d’incarnation de l’utilisateur à l’écran a sans doute été trouvée sur les sites de chat qui ont recours aux « avatars » : sur ces sites, l’utilisateur est représenté par un personnage qu’il peut choisir, et dont il peut déterminer le sexe, la couleur des cheveux, le type de vêtements portés, etc., et sur lequel il va pouvoir agir pour le faire aller d’un endroit à un autre de l’écran, pour parler avec l’avatar de telle ou telle autre personne, etc. Il ne s’agit évidemment pas d’une fabrication de soi, comme peut l’être le maquillage ou le masquage, mais de l’inscription de soi dans un répertoire de personnalités types, à caractère à la fois psychologique et social : un lexique iconique des corps classables, dans un certain état de la société. L’avatar pourrait être défini comme un mode taxinomique et logique d’existence de l’image du corps: les formes plastiques y sont intégrées dans une nomenclature – un axe paradigmatique de stéréotypes – fonctionnant comme une combinatoire d’étiquettes.

Rhétoriques réelles de l’identité virtuelle

161L’utilisateur est ainsi « incarné » de différentes façons à l’écran, cette incarnation étant toutefois d’une nature tout à fait différente de la communication corporelle, dont elle n’est qu’une métaphore écrite. Et si l’on a pu constater que l’utilisateur connaît un mode de présence de soi par le biais d’éléments identifiants – son nomet son prénom–, l’analyse a montré qu’il y avait également incarnation de certains éléments de sa personnalité – smileys, couleurs –, voire même de fragments privilégiés de sa réalité physique – rose/bleu pour le sexe, personnalisation des avatars, etc. On voit, dès cet inventaire des modes de présence individuelle, que la formule de l’« identité virtuelle » est bien pauvre pour rendre compte d’une logistique et d’une poétique des signes de l’identification médiatisée par la technique et les codes sociaux.

162La nature du processus de production de ces signes apporte une complexité accrue à ces phénomènes. Parfois, le lecteur-utilisateur intervient dans le processus – choix de l’avatar, choix du pseudonyme qui sera censé le représenter, smileys, couleurs de police, etc. – d’une façon à la fois implicite et volontaire; parfois, des éléments censés l’incarner sont ajoutés à l’écran par le provider nom. prénom en haut à gauche de l’écran par exemple, couleur ou smiley, etc. – sans qu’il y ait volonté réelle, ni même choix explicite de sa part. Dans ce cas, le dispositif prend le pas sur l’utilisateur.

  • 35 Jost, François, « Le Feint du monde », Réseaux, n° 72-73, 1995.

163Au plan rhétorique, l’effet le plus apparent est une forme d’automatisation d’un pseudo-contrat énonciatif de conversation directe. L’internaute est interpellé régulièrement par le site : « Votre compte, votre mot de passe, votre Yahoo! » On est ici dans l’espace d’une feintise35 énonciative : le dispositif est programmé pour feindre le fameux « dialogue homme-machine ». Le site tente de se présenter comme un outil transparent que l’utilisateur peut « faire » à sa main : « Vos options », « Vos infos ». Le mode rhétorique est régulièrement celui de l’exhortation: « Dialoguez en direct », « Sélectionnez le chat sur lequel vous souhaitez intervenir ».

164Un autre aspect de la représentation de l’internaute est lié à sa caricature par le biais de la métonymie. Dans un dispositif de chat, comme dans le hiéroglyphe – quoique avec un sens bien différent –, l’écrit est la personne. Les possibilités graphiques engagent une forte représentativité de l’écrivant. Sur Yahoo!tchatche, les couleurs sont beaucoup utilisées, ce qui permet à la fois de mieux distinguer les apports des uns et des autres, tout en concourant à représenter les personnes. Sur Pause-café.net et Chat.yahoo!, on peut choisir sa typographie, ce qui esthétise l’écrit et joue un rôle dans la représentation des internautes. L’ensemble de ce dispositif typographique est renforcé par la possibilité d’utiliser une palette d’objets graphiques.

  • 36 Jeanneret, Yves, « Les politiques de l’invisible. Du mythe de l’intégration à la fabrique de l’évid (...)
  • 37 Rieusset-Lemarié, Isabelle, « Stéréotype ou reproduction de langage sans sujet », Communication au (...)

165Dans le dispositif sémio-technique des chats, tout est construit de façon à schématiser les interactions : le stéréotype est le fondement de cette discursivité. Nous avons déjà parlé du rôle des icônes qui représentent des archétypes d’action. Certains chats proposent, en effet, des dessins parfois légendés, formes de « résumés » de l’expression des sentiments : « s’énerver », « féliciter », « implorer » ou même des actions sommaires : « se cacher », « s’évanouir », « danser ». Il y a une mécanisation des comportements sociaux qui est renforcée par les « emoticons » composés de dessins succincts un peu plus développés que les smileys, qui accompagnent les pseudonymes des internautes dans certains dispositifs de chat. Dans Chat.yahoo!, chaque login est précédé d’un petit smiley, qui induit que les personnes présentes seront tout naturellement sympathiques et détendues. Le dispositif sémio-technique de Chat. yahoo! prend donc en charge automatiquement une partie de la représentation de l’internaute. Il est important d’analyser tout ce matériel sémiotique et imaginaire, non de façon isolée, comme le suggère l’idée de « monde virtuel » ou l’opposition permanente d’un monde du réseau à l’univers télévisuel, mais comme un prolongement de l’activité de récriture, production de stéréotypes, recyclage des figures récurrentes de la culture, opérée à l’échelle industrielle par les majors hollywoodiennes puis la télévision des séries, telenovelas et sitcoms depuis un siècle36. Ce qui est, finalement, un retour à la définition étymologique du stéréotype, comme outil de reproduction rapide et général des formes37. Couleurs, photos, smileys tentent de donner une dimension visuelle au chat. En outre les emotes comme les smileys semblent fonctionner comme des masques qui, tout à la fois, représentent l’internaute et l’intègrent dans la même « famille » que les autres internautes qui disposent des mêmes outils graphiques.

De l’anonymat au fichage

166Les utilisateurs que nous avons rencontrés partent très généralement de l’idée qu’ils restent totalement anonymes et que leur identité ne sera connue des autres que s’ils le souhaitent. Idée largement renforcée par le fait que, dans certains cas, chacun est amené à se choisir un pseudonyme. Ce nom substitué au sien est censé le représenter aux yeux des autres, sans que ceux-ci puissent être en mesure de savoir qui se cache derrière ce nom d’emprunt. Toutefois, parallèlement à cet « effet d’anonymat », un certain nombre d’éléments propres à dévoiler l’identité personnelle – nom et prénom par exemple – apparaissent de façon très claire non seulement à l’écran, mais également, on le verra plus tard, en tête des messages envoyés.

167C’est bien là le signe que l’utilisateur pourrait bien ne pas être aussi anonyme qu’il le pense. Il arrive que le fournisseur d’accès prévienne l’utilisateur de cette réutilisation ultérieure, annonçant l’affichage de certains des éléments fournis, mais cela reste l’exception. Dans le cas des messageries que nous avons étudiées, seule i(France) avertit ses utilisateurs : « Merci de compléter le formulaire d’inscription. Certaines informations sont susceptibles d’être vues par les autres membres – profil public –, d’autres ne seront jamais visibles – profil privé. » Il joue ainsi sur les notions de profil public et profil privé – ce qui n’est pas sans rappeler les notions d’espace public et d’espace privé.

168• Un scripteur anonyme?

169Dans la messagerie, la seule chose qui permette d’identifier l’utilisateur est son adresse mél. Aucun autre élément dévoilant son identité n’est censé apparaître à l’écran ou dans les messages, si celui-ci n’en a pas émis le désir. L’utilisateur peut très bien ajouter une signature en fin de message dans laquelle il indiquera son nom, son prénom et éventuellement son numéro de téléphone ou sa fonction au sein de l’entreprise : celle-ci sera un moyen pour ses correspondants de l’identifier mais, dans ce cas-là, l’identification ne sera possible que parce qu’il y aura eu un choix de la part de l’utilisateur.

170De la même façon, s’il désire que son nom et son prénom apparaissent dans son adresse mél, cela restera le fait de sa propre volonté. Par défaut, c’est en général la formule nom.prénom@fournisseur d’accès qui est proposée comme premier choix d’adresse mél à l’utilisateur ; mais, en principe, il lui est possible de choisir n’importe quelle suite de caractères comme identifiant. Cette possibilité autorise des stratégies individuelles. Ainsi, lors des entretiens que nous avons pu mener, certaines personnes déclaraient qu’au moment de leur inscription à une messagerie électronique, elles avaient fait le choix délibéré, soit de faire apparaître leur nom et prénom dans l’adresse, soit de les masquer, précisément dans la mesure où cela permettait ou interdisait à leurs correspondants de les identifier immédiatement.

171Il en va de même dans le chat où, pour entrer en communication avec d’autres personnes, il suffit à l’utilisateur de se choisir un pseudonyme ou dans le cas de certains chats, un avatar, qui est censé le représenter à l’écran et aux yeux des autres utilisateurs. En fait, ce qui se joue ici, c’est l’idée d’un scripteur anonyme dont on ne pourrait déceler l’identité que si celui-ci l’a décidé.

172• Pas tant que ça…

173L’analyse que nous avons menée sur notre corpus de messagerie nous a très vite amenés à remettre en question ce présupposé et à constater que, finalement, tout est fait pour que l’utilisateur dévoile le plus grand nombre de choses possibles sur lui-même. Nous avons pu vérifier cette hypothèse en nous inscrivant systématiquement sur chacune des messageries étudiées et en allant voir de près les séquences d’écrans auxquelles tout utilisateur est confronté. Rares sont les messageries où peu de choses sont exigées de l’utilisateur, en plus de son identifiant et de son mot de passe.

174Pour pouvoir bénéficier d’une adresse mél, ces deux éléments sont indispensables ; il ne nous a donc pas semblé inopportun qu’ils nous soient demandés au moment de l’inscription. Ce qui a attiré notre attention, c’est le fait que les fournisseurs d’accès demandent un grand nombre de renseignements en plus de ces deux éléments, renseignements parfois d’ordre très personnel, qu’il est très difficile de justifier comme nécessaires à l’inscription et à la connexion ultérieure. Si nous calculons le nombre de choses qui sont demandées à l’utilisateur, outre l’adresse mél qu’il souhaite avoir et de son mot de passe, nous obtenons des résultats très édifiants.

Figure 10: Nombre d’éléments demandés à l’utilisateur au moment de son inscription, en plus de son adresse mél et de son mot de passe.

175Au minimum, l’utilisateur doit fournir six informations en plus de l’adresse mél et du mot de passe ; au maximum, il peut être amené à donner une trentaine de renseignements le concernant, la moyenne étant de seize éléments demandés. Or, si l’on se penche un peu plus précisément sur la nature des renseignements demandés, on s’aperçoit que là où certains fournisseurs se contentent de l’adresse postale, du nom, du prénom et du sexe, d’autres vont jusqu’à demander le nom de l’entreprise pour laquelle l’utilisateur travaille, sa fonction, le revenu net du foyer, etc.

176De même, le chatteur ne peut entrer dans un salon de chat qu’après avoir choisi un pseudonyme – ou un avatar dans le cadre des chats graphiques comme Habbothotel et Sissyfight. Ce pseudonyme est censé garantir l’anonymat de l’internaute. Mais entre Libertysurf où tout est fait pour que l’internaute garde son anonymat, ou tout au moins pour qu’il ne se sente pas trop engagé personnellement et Yahoo! où on a l’impression de remplir une fiche de police, les chats proposent toute une gamme de questionnaires que l’internaute doit remplir avant d’accéder au chat. De la fiche sur les intérêts aux tests de personnalité, comme on en voit dans les magazines « people », toute une gamme d’exigences programmées est possible, en passant par les formes de la présentation ou l’affichage du nombre de fichiers sons et du type de liaison à l’Internet dont dispose l’internaute – sur Napster. Il y a aussi la place pour une forme évoquant l’anonymat social des univers professionnels contractuels, par exemple pour utilisateur du chat Boursier.com où l’on demande simplement: « entrez un nom d’utilisateur ». Sur ICQ, contrairement à IRC, un utilisateur d’ICQ n’est pas uniquement un surnom, il possède une véritable fiche descriptive personnalisée, consultable par tout autre utilisateur d’ICQ. On y demande, en effet : les « personal interests » « organization affiliation group », « past background », il y a même la possibilité de mettre sa photo à disposition de qui veut la voir.

177En fait, les chats empruntent, pour légitimer leur demande d’information, à différentes situations et documents de communication axés sur la présentation de la personne : CV, sondage, entretien de recrutement, agence matrimoniale, etc. Aucune de ces formes, recyclées et hybridées sur le Net, n’est neutre. Sur Yahoo! tchatche apparaît la notion de profil : « ajouter, changer de profil », une notion héritée du vocabulaire du marketing et qui transforme l’internaute en cible de produits – à moins qu’on n’entende par là un profil psychologique comme dans les versions vulgarisées de la psychologie.

Du stéréotype à la mascarade

  • 38 Forme classique de sociabilité que le Dictionnaire de l’Académie définit, dans son édition de 1636 (...)

178Nous pensons qu’il est possible, à partir des éléments mis au jour dans les pages qui précèdent, d’engager une étude plus approfondie sur les stratégies, jeux et illusions relatives à l’identité, qui prendrait en compte les conditions de production, tant de l’identité d’emprunt que de l’anonymat toujours relatif. Nous n’avons pas pu, dans le temps de l’étude, développer complètement cette étude, nous livrons seulement, ici, les pistes à partir desquelles elle pourrait être développée. La pratique du chat et, à certains égard, celle de la messagerie s’apparentent bien, chez certains utilisateurs, à la mascarade38. Dans le chat en particulier, tous les ingrédients de cette pratique sont présents, de façon sémiotisée et métaphorisée, y compris la danse qui, si elle n’est pas pratiquée par les personnes, est représentée dans les icônes et mimée par le caractère mouvant et « dynamique » recherché sur les écrans.

179Toutefois, pour être réellement décrite, cette quasi-mascarade demande une certaine prudence, car elle condense toutes les couches de pratique cristallisée en deçà de celles que rend visible l’engagement individuel des internautes. Notre enquête invite à partir de quelques hypothèses essentielles pour approfondir, à l’avenir, cette analyse.

180Le jeu des masques est, à certains égards, un moyen de reprendre la main sur le dispositif et de s’y réinscrire à partir de ce que l’on veut paraître, de ce qu’on veut bien montrer. Certains utilisateurs sont très conscients de l’importance et de la richesse des comportements qu’ils peuvent développer pour se jouer des contraintes logicielles et en jouer. Il n’est pas rare, dans le groupe d’étudiants que nous avons rencontrés et observés, que cela se traduise par des pratiques effectives et conscientes de multiplication des identités écrites, comme si les utilisateurs souhaitaient produire des doubles écrits spécialisés ou disjoints de leur personnalité de scripteurs.

181Le jeu avec la dissociation, entre identité affichée et identité réelle, cet espace permis par toute forme écrite – on le voit dans le roman par lettres et le roman policier –, mais ici rendu aisé et reproductible en un geste, prend des significations sociales très différentes. On peut, par exemple, créer des profils différents qui permettent à plusieurs personnes d’être identifiées séparément tout en partageant un même abonnement auprès d’un fournisseur d’accès. Mais cette fonctionnalité peut tout aussi bien être utilisée par une même personne pour se forger des « personnalités virtuelles ».

182Cela dit, la mascarade n’est pas tout à fait une mascarade, pour trois raisons principales dont de futures enquêtes pourraient explorer les conséquences, à condition d’êtres menées dans le triple souci des formes, des fonctionnalités et des identités que nous avons essayé de faire valoir ici.

183La première source de difficulté est que le masque n’est pas un masque. Dans le théâtre grec, le masque marque la séparation, solennelle et publique, entre l’acteur qui sert un rôle et le personnage dramaturgique. Le comédien – hypocritès – se cache, s’efface, affiche en quelque sorte son statut de pur support d’une réalité symbolique et conventionnelle. Dans le chat et même dans la messagerie – de façon plus discrète mais, on l’a vu, tout aussi réelle dans ce dernier cas –, cette situation se reproduit et se complique à la fois. En effet, il s’agit bien ici de produire des représentations de l’individu qui écrit et métaphoriquement entre en conversation – à cet égard, on est plus près du bal masqué, où le masque cache et révèle une intention tout à la fois. L’on a bien affaire, comme dans les masques, à une mobilisation de stéréotypes sociaux, langagiers, informationnels, iconiques, mais dans une logique toute différente puisque la logique de communication sur l’identité y est marquée par une circulation complexe entre l’authentique, le sociable et l’efficace.

184D’autre part, le masque n’est pas un masque, c’est-à-dire un simple artefact physique, visible, immuable, partagé publiquement par tous. C’est un complexe ensemble technosémiotique qui distribue des ressources d’expression de façon à la fois dynamique, complexe et interdépendante. Il faut donc avoir perçu et intégré tout ce que le dispositif technique utilise en amont pour construire une représentation de l’usager ; afin de le déconstruire et de le reconstruire à sa manière: ceci, pour remplir la fiche d’identité en fournissant de fausses informations, pour se mettre dans la peau d’un autre personnage.

185Enfin, on ne saurait sous-estimer les effets de la mosaïque des identités décrite plus haut, et du fait que cette mosaïque procède, comme on l’a vu, d’une rhétorique établie par les concepteurs des dispositifs à la croisée des propriétés techniques, des échanges économiques et des matériaux expressifs. Le discours des utilisateurs semble basculer entre des moments où la relation est, par abstraction, focalisée sur une relation interpersonnelle, abstraction faite des acteurs techniques et économiques du dispositif, comme si l’usage de la messagerie et du chat était porteuse de cette illusion que l’identité ne serait en jeu qu’avec l’autre, là-bas, et d’autres moments où c’est le souci de reconquérir une liberté vis-à-vis du dispositif lui-même et de ses propriétaires qui guide la manipulation des paramètres de l’écriture. Or, comme le montrent les analyses ci-dessus, il est très difficile d’être complètement lucide, dans une relation écrite et technique qui engage à la fois, et le traitement socioéconomique des informations personnelles, et la mise en forme des conditions de l’échange, et le jeu des identités perçues et projetées. Dans l’espace du textiel de messagerie et du chat, se joue une mascarade dans laquelle nul ne sait vraiment qui tient les masques et qui opère les dévoilements.

6. Conclusion

186Se donner comme objet d’étude l’écrit de réseau, c’est déjà affirmer une posture théorique en nette rupture avec l’imaginaire d’un réseau technique construit sur l’idée de transparence. L’existence même d’un média ou d’une médiation est effectivement niée dans la présentation même des fonctionnalités des dispositifs que nous avons étudiés. Lorsque le chat est assimilé à une conversation en direct, le média est appelé à disparaître au profit d’une expérience à la fois immédiate et immédiate. De la même manière, la mise en scène proposée pour simuler les activités liées à la messagerie électronique a pour ambition de permettre à l’utilisateur d’oublier le dispositif technique en le rendant intuitif.

187Le travail mené ici, au travers de l’inventaire des formes observables et de l’observation des pratiques, nous a permis de redonner toute son épaisseur au dispositif à la fois en terme de médiation et de médiatisation. Mais plus loin, remettre l’écrit de réseau au centre des préoccupations nous a amenés à réfléchir aux significations nouvelles des actes de lecture et d’écriture. Lire l’écrit d’écran demande des compétences spécifiques et une capacité à décrypter les indices qui, derrière les signes, ouvrent l’accès à d’autres pages. Écrire, c’est pouvoir agir sur les formes de l’échange ; ce n’est plus seulement rédiger des messages. L’écriture devient une « écriture »-manipulation du procès de communication dans son ensemble.

188Le projet de trouver une structure qui contiendrait une adéquation parfaite à la pratique et qui, de facto, « s’effacerait » pour laisser l’utilisateur face au monde reconstruit à l’écran, aboutit simplement à l’apprentissage des lieux sur lesquels on peut agir. L’écrit d’écran repose sur des conventions et sur un système de signes qui fonctionne uniquement si l’utilisateur en connaît les règles. L’utilisateur ne parle pas, il n’envoie pas de courrier, il opère un jeu incessant entre la construction d’une pratique de lecture/écriture et l’immersion dans une idéologie de la communication, source d’imaginaire, de création, de souffrances et de jeux…

Notes

1 L’écran met en relation scripteur et lecteur, non pas abstraitement comme dans tout texte, mais concrètement parce qu’il est pris dans un système d’écriture, mais aussi dans un système d’édition et de diffusion. Voir en particulier l’analyse de D. Cotte : « Sauts technologiques et ruptures dans les modes de représentation des connaissances : étude du texte numérique comme objet technique », thèse de doctorat.

2 Le SMS connaît, par exemple, un succès grandissant avec plusieurs millions de mini-messages échangés en 2001 (source Le Monde Interactif, octobre 2001).

3 Fin 2000, le nombre total de comptes méls créés (mais pas forcément actifs) dans le monde était estimé à 891 millions, soit une augmentation de 67 % par rapport à 1999 (d’après Net@scope, n° 40, avril 2001, p. 6).

4 « Notre culture veut à la fois multiplier les médias et effacer toute trace de médiation : dans l’idéal, nous voudrions effacer les médias par le fait même de les multiplier. » : (Our culture wants both to multiply its media and erase all traces of mediation : ideally, it wants to erase its media in the very act of multiplying them.) (Bolster, J. D., Grusin, R. « Remediation : Understanding New Media », MIT Press, 2000.)

5 Voir par exemple Verville, Danielle, Lafrance, Jean-Paul, « L’art de bavarder sur Internet », Réseaux, n° 97, 1999.

6 De nombreuses études portant sur les questions d’identité et de rapport aux autres s’inspirent ainsi de l’étude de Sherry Turckle, Life in the Screen : Identity in the Age of Internet, New York, Simon and Shuster, 1995.

7 Pour conserver l’anonymat de l’entreprise qui nous a accueilli, nous ne nommerons pas celle-ci par son nom d’origine mais indiquerons FD.

8 Ces élèves ont apporté une large contribution à l’analyse, et ont également accepté de jouer « les cobayes » au cours de l’observation de leurs pratiques (D. Al Jaribi, F. Barbarella, Y. Bournand, C. Déantoni, J. Diop, D. Duchange, B. Dumortier, L. Frelat, J. Guyard, C. Hamelin, S. Helbert, O. Nicollet, N. Rolland, M.L. Sétan, G. Toussaint).

9 « The simulated desktop that the Macintosh presented came to be far more than a user friendly gimmick for marketing computers to the inexperienced. It introduced a way of thinking that put a premium on surface manipulation and working in ignorance of the underlying mechanism… » (Turckle, S., 1995, op. cit.)

10 Canfield Smith, David, Irby, Charles, Kimball Ralph, Verplank, Bill, Harlslem, Eric. « Designing the STAR User Interface ». Byte 7:4 (April, 1982), 242-282.

11 Shneiderman, Ben, Designing the User Interface : Strategies for Effective Human-Computer Interaction, Third Edition. Reading, MA, Addison Wesley, 1992.

12 L’entreprise de traduction intègre, en fait, une étape intermédiaire complémentaire puisque le langage « machine » n’est pas manipulé directement par le programmeur. Ce dernier utilise un langage programmation « orienté objet », la traduction de ce langage en assembleur est ensuite assurée par un compilateur.

13 Norman, D., Draper, S.W., User Centered System Design. New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates, 1986.

14 Wysiwyg: What You See Is What You’ll Get : l’affichage à l’écran correspond formellement au résultat que l’utilisateur obtiendra in fine.

15 Anis, Jacques, Livre : texte et ordinateur, l’écriture réinventée, De Boeck (Méthodes en sciences humaines), 1997.

16 The Windows Interface: An application Design Guide, Redmond, Washington, Microsoft Corporation, 1991.

17 La sobriété est de mise pour tous, peu de dessins, des polices de caractères simples, une palette de couleurs restreinte, majoritairement bleu pâle et blanc avec quelques taches de couleurs plus vives – rouge ou orange – pour attirer l’attention – messages urgents, nombre de nouveaux messages reçus, etc. Les quelques originaux, comme Netcourrier, ont d’ailleurs revu leur charte graphique pendant le temps de notre étude pour une proposition plus cadrée et épurée. Seules les icônes restent très graphiques, mais la police principale est plus sage et les couleurs moins vives et tranchées. Cette organisation est aussi tributaire de « courants », d’effets de mode. Ainsi, les menus, qui se portaient volontiers à gauche de l’écran en 2000, semblent maintenant remonter vers le haut, sous forme d’onglets. Les options se hiérarchisent, les listes s’allègent, les publicités cherchent une position plus centrale… Les sites se copient et évoluent ainsi de concert.

18 Alors que ceci nous semblait de prime abord anecdotique, nous avons constaté que les modes d’action possibles sur les objets modifiaient totalement la manière dont nos « cobayes » envisageaient et décrivaient leur activité.

19 On peut se référer notamment aux travaux de Dominique Cotte sur la désorientation (COTTE, D. « L’approche néophyte de la page Web ou mais là où je clique ? », Les cahiers du numérique, 2002, à paraître).

20 Nous revenons de manière plus détaillée sur les problèmes de formation à l’outil dans le chapitre suivant.

21 La saisie de texte dans une page Web se fait dans des zones spécifiques dont l’aspect formel à l’écran est en partie dicté par l’interprétation de la balise < FORM > et des paramètres choisis.

22 L’observation de personnes en situation de formation montre combien cet aspect du traitement de texte est déstabilisant

23 Les travaux menés sur la lecture experte montrent qu’un lecteur performant repère une superstructure dans les textes, ce qui lui permet de sélectionner les éléments les plus pertinents sans surcharge cognitive, alors qu’un lecteur non performant ne fait aucun traitement de l’information, ou bien celui-ci reste indifférencié. (Voir Giasson, J., La Compréhension en lecture, De Boek Université, 1996.) Les observations que nous avons menées nous ont permis de vérifier qu’un processus semblable est à l’œuvre lors de la lecture d’écran. Hypothèse qui se trouve corroborée par les analyses, menées dans un autre cadre, sur les mouvements des yeux pendant la lecture de pages Web. (Voir Baccino, T.& Colombi, T., « L’analyse des mouvements des yeux sur le Web », dans A. Vomhofe (Ed.), Les Interactions Homme- Système: perspectives et recherches psycho-ergonomiques, p. 127-148, Paris, Hermès, 2001.)

24 Le cas le plus extrême que nous ayons observé est celui de l’écran d’accueil de la messagerie Caramail : nos informateurs ne lisent, en effet, plus que le chiffre rouge indiquant le nombre de nouveaux messages.

25 Voir Goody, J., La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, (Le sens commun),1985, 274 p.

26 Allusion au fait que, lorsque l’on utilise une messagerie en ligne, il faut rester connecté au serveur pour réaliser toutes les activités : rédaction, lecture…

27 La flexibilité, c’est-à-dire permettre à l’utilisateur de réaliser la même tâche de manière différente, est d’ailleurs l’un des huit principaux critères d’évaluation d’une interface : Voir Bastien, J.M.C., et Scapin, D.L., Evaluating a User Interface with Ergonomic Criteria, Rapport de recherche, INRIA, n° 2326, Rocquencourt, août 1994.

28 Relayant ainsi le discours d’escorte insistant qu’il vienne de la communauté informatique, des médias d’information ou des pouvoirs publics.

29 Tout un programme, là aussi…

30 Les règles de la Netiquette sont assez vagues : un parcours rapide des guides d’utilisation des messageries et des chats que nous avons étudiés montre que seules une ou deux sont communes à tous, comme par exemple, « écrire en majuscules signifie crier » ou « ne pas échanger ses coordonnées personnelles dans les salons publics ». La Netiquette est basée sur le postulat d’une collaboration entre internautes : « Faites partager aux autres utilisateurs vos connaissances et votre expérience. »

31 Goffman, Ervin, Les Rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974.

32 La possibilité, présente dans le logiciel, mais non exhibée, de reconfigurer une partie de ces espaces – une partie seulement, mériterait une analyse fine, entre propriétés logicielles et usages plus ou moins experts.

33 Sous la forme suivante par exemple : http://www.ifrance.com/_hmail/accueil?username=madeleine.dupont

34 Blanchard, Gérard, Aide au choix de la typographie, Atelier Perrousseaux, 1998.

35 Jost, François, « Le Feint du monde », Réseaux, n° 72-73, 1995.

36 Jeanneret, Yves, « Les politiques de l’invisible. Du mythe de l’intégration à la fabrique de l’évidence », Document Numérique, vol. 5, n° 1-2, Hermès, 2001, p. 155-180.

37 Rieusset-Lemarié, Isabelle, « Stéréotype ou reproduction de langage sans sujet », Communication au colloque de Cerisy « Stéréotype et modernité » organisé du 7 au 11 octobre 1993, publié dans Le Stéréotype, coll. « Colloque de Cerisy-la-Salle », Presses Universitaires de Caen, décembre 1994.

38 Forme classique de sociabilité que le Dictionnaire de l’Académie définit, dans son édition de 1636 comme « divertissement, danse, momerie de gens qui sont en masque ».

Table des illustrations

Légende Note 1027Note 1038
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Figure 1 : « Supprimer » un fichier.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 2 : Les logos des messageries en ligne.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 3 : Principales zones délimitées dans les écrans d’accueil des messageries en ligne.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 4: Comparaison entre une messagerie en ligne et une messagerie propriétaire.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Figure 5 : Place de la zone de saisie (en noir) dans les pages écran dédiées à l’écriture d’un message.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 6 : Modes d’accès à la signature et au carnet d’adresses.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Figure 8 : Envoi et réception d’un même message
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Figure 9 : Tableau comparatif des actions courrier électronique/courrier postal.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Figure 10: Nombre d’éléments demandés à l’utilisateur au moment de son inscription, en plus de son adresse mél et de son mot de passe.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/418/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access