Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire, écrire, récrire

 | 
Jean Davallon
, 
Marie Després-Lonnet
, 
Yves Jeanneret
, 
et al.

Chapitre II. Formes observables, représentations et appropriation du texte de réseau

Yves Jeanneret, Annette Béguin, Dominique Cotte, Sarah Labelle, Valérie Perrier, Philippe Quinton et Emmanuël Souchier

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Sur l’écran de nos médias informatisés s’affichent des textes que le dispositif technique transforme et façonne, conditionnant leur saisie physique et intellectuelle. Comment lit-on à l’écran? Comment s’y repère-t-on et qu’en retient-on ? En quel sens y a-t-il encore du texte sur les supports numériques ? Comment se manifeste matériellement l’organisation de ce texte? Comment ce texte est-il reconnu et manipulé ? Telles sont les questions que nous nous sommes posées.

  • 2 Comme l’indique sa forme lexicale, le concept de textiel ne remplace pas le concept de texte, mais (...)

2Au sein des recherches présentées dans l’ouvrage, le travail ici présenté prend l’objet d’analyse, le textiel2, du côté de sa textualité, en s’employant à décrire un état émergent de la forme « texte ».

  • 3 Chartier, Roger, Le Livre en révolutions, Paris, Textuel, 1997.

3Dans Le livre en révolutions3, Roger Chartier évoque la dissolution du texte en un continuum de communication sans frontière. D’autres, au contraire, présentent le changement de support comme une modification superficielle qui n’affecterait pas la matière intellectuelle des œuvres, mais la libérerait des contraintes qui l’unissent à une matérialité encombrante. Nous partageons le point de vue de Roger Chartier : le changement de matérialité du texte n’est pas le simple transfert d’un objet inchangé. Mais l’idée d’un texte sans frontière ne nous paraît pas suffire à décrire les nouveaux objets de lecture. Notre projet consiste à approfondir cette question du mode d’existence de l’objet-texte, à la fois détruit et conservé par ces changements.

1. Du texte à sa lecture : hypothèses théoriques

4La recherche s’inscrit dans la continuité d’un ensemble de travaux précédents, individuels et collectifs. Il est utile de rappeler ces « coordonnées de départ ».

Genèse et cadres de l’étude

5Pour dépasser les discours généralisants, tant hagiographiques (« c’est une révolution »), que blasés (« rien ne change »), il faut prendre acte des transformations importantes que connaissent les textes et leur circulation. Mais il faut y regarder de près pour ne pas décrire ces changements de façon illusoire et chargée d’idéologie.

Les dimensions sémiotique et technique des textes informatisés

  • 4 Voir notamment une série de travaux universitaires : Cotte, Dominique, Sauts technologiques et rupt (...)

6Notre recherche a mis à profit la sémiotique des écrits d’écran, l’analyse de la production du texte informatisé, l’analyse communicationnelle des logiciels documentaires et des interfaces, l’étude des formes de l’engagement gestuel dans les objets graphiques4. Ensemble qui avait conduit à critiquer les approches dominantes : critique de la catégorie de l’immatérialité, qui détourne de l’examen des objets et masque la dimension physique du processus de communication; critique des prédictions généralisantes qui attribuent à l’objet la propriété de façonner seul les pratiques ; critique de l’approche de la lecture comme pur choix logique dans une combinatoire.

  • 5 Les guillemets indiquent ici que si notre analyse pose l’exercice d’une lecture, il ne s’agit pas d (...)

7À rebours de ces approches idéalistes, généralisantes et logicistes, nous souhaitions engager un effort d’observation fine des pratiques : nous cherchions à décrire ces objets au travers du regard du « lecteur5 » effectivement confronté à la dimension technique du support. Nous projetions de mettre en évidence des contraintes, des initiatives, des postures.

L’intégration des modes de représentation

8Mais l’approche sémiotique ne peut se déployer qu’en prenant en compte l’activité d’interprétation du lecteur : au-delà des pratiques observables, ce dernier mobilise des formes imaginées et fantasmées. Certains travaux amorçaient l’étude de ces représentations des textes.

  • 6 Quinton, Philippe, « Le Corps du design: mutations de la médiation du corps dans la production de l (...)

9Nous avions remarqué le retour de figures plus anciennes de la forme médiatique (« page Web »): rémanence bien connue des historiens du livre et de la technique. Était-il possible de relier l’observation des formes écrites effectives à cette convocation métaphorique de formes plus anciennes? D’autre part, certains d’entre nous avaient analysé des situations de lecture et décrit les formes de la gêne, de la surcharge, de la désorientation, sans y voir un déficit de capacité du lecteur, mais plutôt la réponse à la complexité du dispositif et des signes6. Enfin, nous avions tous observé, de façon non systématisée, l’omniprésence d’images et de discours d’escorte, porteurs de modèles, d’attitudes, de valeurs.

Dimension triviale des processus culturels et sociaux

  • 7 Jeanneret, Yves, Hermès au carrefour : éléments d’analyse littéraire de la culture triviale, (HDR, (...)

10Pour avancer dans ce programme, il fallait que l’approche sémiotique des textes prenne en compte la dimension sociale de leur appropriation. Nous nous placions ainsi dans la continuité de recherches sur les conditions de mise en trivialité des textes et des idées – critique, organisation documentaire, édition, manuélisation, conception de design, divulgation scientifique –, avec des concepts comme l’énonciation éditoriale, la polyphonie énonciative, l’intertextualité, la récriture, la métamorphose7.

Une focale particulière dans un programme de recherche

11Au sein du projet général, cette enquête se caractérise donc par le choix de ne pas travailler uniquement sur le texte de réseau mais autour de lui en le prenant comme « objet focal » de nos observations et analyses. La définition sémiotique de l’objet est ici première, dans une démarche qui explore, à partir d’elle, les conditions de lisibilité, d’interprétation et de qualification du texte. Partant des propriétés déjà connues du texte de réseau, nous avons cherché à préciser davantage la dimension technique et logicielle du média et, à partir de là, organisé un dispositif d’observation visant à décrire les pratiques et représentations des sujets et, autant que possible, les comprendre. La notion de texte de réseau est notre point de départ théorique et l’analyse des pratiques, notre objet d’intérêt.

Échanges autour du texte de réseau

  • 8 Cette première étape de la recherche s’est fondée sur la mise en partage et en relation de travaux (...)

12Il s’agissait d’abord de retenir une première conception du texte de réseau, capable de définir la complexité sémiotique particulière des formes textes proposées sur les médias informatisés8.

Matérialité du texte de réseau

  • 9 Jeanne-Perrier, Valérie, op. cit.
  • 10 Jeanneret, Yves, « Informatic Literacy : manifestations, captations et déceptions dans le texte inf (...)

13Nous partons d’une conception du texte de réseau comme objet technique et textuel9 : un objet en tension entre plusieurs définitions possibles, réunies par l’idée d’une organisation matérielle de signes de nature diverse, engageant une activité physique et intellectuelle. Comme on l’a vu plus haut, le texte n’est pas ici une simple suite de mots, mais un agencement de signes divers: images, mots, images de mots, schémas, éléments plastiques, etc. Notre hypothèse est que les médias informatisés proposent une forme textuelle particulière. Or les modèles dominants – le multimédia comme addition de médias, l’hypertexte comme arborescence logique, le réseau comme espace de navigation – ne donnent pas de réelle description de cette forme. Ils supposent quelque chose comme un cumul ou une « intégration » de dispositifs existants. Notre approche vise au contraire à mettre en évidence une composition singulière de signes sur un support matériel particulier; elle envisage les implications de ce mode d’organisation sur les usages, les conventions et les représentations de la culture des médias10.

Des propriétés en tension entre continuité et spécificité

14En réalité, nous sommes face à un texte qui n’en est pas tout à fait un. C’est en comprenant les continuités qui unissent le texte de réseau aux objets qui l’ont précédé, que peuvent apparaître les traits qui lui sont spécifiques.

15Structurellement, le texte de réseau prolonge les diverses dimensions du texte lié au support papier, en opérant sur elles des transformations :

  • Le texte de réseau, comme le journal, est un objet matériel, dont le potentiel de signification est lié au support. Ce support offre des propriétés nouvelles : le traitement de quantité de données, leur affichage sur une surface exiguë, la capacité de modifier les états du texte, etc.

  • Cet objet est porteur d’une multiplicité de codes – il est polysémiotique –, comme le texte du livre ou du journal, mais la nature et l’agencement de ces signes se complexifient. La numérisation permet d’associer des types de messages jusque-là affectés à des supports divers.

  • Cette construction reste, comme dans le livre, essentiellement régie par l’organisation écrite. Même si le réseau contient autre chose que de l’écrit, les ordres de l’écriture conditionnent l’appropriation des messages – cliquer, c’est lire un signe écrit dans un espace écrit.

  • Le texte de réseau résulte, comme le livre, de pratiques éditoriales et lectoriales qui convoquent des modèles culturels diversifiés, des formes, des genres ; mais ici le mélange, la citation, sont particulièrement présents, conduisant à un tissage et à une mise en abîme de formes.

  • Comme tout texte, le texte de réseau est marqué par une tension entre une homogénéité et une hétérogénéité : le texte apparaît sous une forme unifiée mais contient des matériaux d’une grande diversité. S’il tend à la cohérence d’une forme (« la page Web »), il convoque une pluralité de figures – la colonne de l’article de presse, le sommaire de l’ouvrage, la marge du cahier, etc. – et s’ouvre sur des emboîtements et des liens.

  • Le texte reste, sur le réseau comme dans l’écrit sur papier, un objet communicationnel, c’est-à-dire un objet qui définit des rapports énonciatifs, attribue des rôles, inscrit des marques pour l’interprétation, à ceci près qu’il renvoie à un espace de communication dit « planétaire », en fait assez indéterminé sur le plan culturel et social.

  • Enfin, le texte reste un objet fabriqué, inscrit dans un processus de production, un design, une intentionnalité. Ce processus s’enrichit de conceptions de la communication, de la lecture, de l’écriture, de l’appropriation des documents sous des formes automatisées. D’où le pouvoir qu’ont certains acteurs de conditionner les possibilités d’accéder au texte et d’agir sur lui.

Quelques changements majeurs dans la forme du texte

16On peut donc parler d’une continuité transformée. Certains changements affectent particulièrement les conditions d’appropriation du texte par le lecteur :

    • 11 Cotte, Dominique, « Représentation des connaissances et convergence numérique : le défi de la compl (...)

    Le lien matériel qui unit traditionnellement le signe au dispositif médiatique est rompu: alors que le texte est imprimé sur le support papier, il est ici seulement stocké dans une « matière-mémoire » au sein de la machine11. Si le codage du texte permet une reproductibilité absolue, une rupture intervient entre la production du texte et sa matérialisation aux yeux du lecteur. Le texte informatisé possède donc une double face – fichier numérisé et écrit d’écran – entraînant un jeu complexe du visible et de l’invisible. Notre étude a cherché à comprendre la posture adoptée par le lecteur face à ce jeu.

    • 12 La page est bien une surface exiguë, mais les pages sont multiples. Ici, le média et le cadre se co (...)

    Loin du mythe d’accessibilité, les contraintes de l’affichage nous semblent la toute première originalité du média. Pour la première fois, l’écrit est cantonné sur une surface de lecture unique et exiguë12. La richesse du texte n’apparaît au lecteur que s’il repère, sur une toute petite fenêtre, les signes passeurs qui commandent l’actualisation du texte. Le texte n’existe réellement que par l’acte interprétatif du lecteur, qui consiste à la fois à lire un signe présent et à inférer la nature des textes potentiellement accessibles. Nous avons cherché à comprendre comment s’opère l’anticipation des textes, mais aussi à mesurer les effets de cette lecture par signes passeurs sur la perception et la qualification des textes eux-mêmes.

  • Le texte de réseau est donc un objet structuré à plusieurs niveaux, dont une partie seulement est présente aux yeux du lecteur. Il est piloté, de façon inaperçue, par des ressources logicielles en même temps qu’il relève de mises en formes visuelles, rhétoriques, éditoriales. Les architextes imposent certains découpages et certaines mise en forme, les acteurs inscrivant leurs marques à l’intérieur de ces cadres. De ces diverses données, le lecteur pourra privilégier certaines et être insensible à d’autres.

17C’est cet objet, pris entre la continuité de sa qualité de texte et les nouvelles incertitudes que rencontre son appropriation, que nous avons observé en acte, c’est-à-dire actualisé, qualifié et décrit par des lecteurs.

18À ce stade, nous pouvons préciser nos hypothèses. Nous pensons que l’écriture et la lecture sont affectées par les traits nouveaux du dispositif. Nous voyons dans le jeu entre texte actuel et texte virtuel un nouveau lieu d’initiative. Nous pensons que cette initiative échappe d’une certaine manière à l’alternative entre écrire et lire. Mais nous croyons nécessaire, pour comprendre l’initiative du lecteur et repérer ses marges de créativité, de percevoir la forme du texte – le dispositif et les signes qui lui sont liés – dans le moment de l’action.

Conséquences du point de vue des pratiques (relation texte/lecteur)

19Ces modifications qui affectent le texte de réseau entraînent des conséquences sur la nature même de ce que nous cherchons à observer, du côté des pratiques. Elles indiquent des points de focalisation pour notre observation.

  • 13 Il s’agit là d’un phénomène qu’éclaire le jeu entre interprétation et action tel qu’il est décrit d (...)

20Il devient d’abord plus difficile de distinguer l’utilisation d’un objet technique et l’acte de lecture, les mêmes actes pouvant être considérés, soit comme fonctionnels, soit comme interprétatifs13 : nous avons cherché à distinguer ces activités, tout en étant conscients qu’elles ne pourraient pas être tout à fait disjointes. D’autre part, la mise en contexte de l’écrit est de moins en moins assurée explicitement par le texte et de plus en plus portée à la charge du lecteur. Qualifier socialement l’énonciateur, définir les rôles du scripteur et du lecteur revient au lecteur, qui reconstruit ces éléments à partir d’indices dispersés dans l’espace du texte. Enfin, le texte devient un objet mobile aux contours multiples, enchevêtrés, superposés, si bien qu’il appartient au lecteur de reconnaître les limites du texte, et même de se poser ou de ne pas se poser la question de ces limites.

21Ainsi, le texte de réseau est pris en tenaille entre les modes de sa production et les modalités de sa reconnaissance. À l’extrême hétérogénéité des textes en production – statuts, formes éditoriales, matériel sémiotique, logiques de communication, etc. – s’oppose, en reconnaissance, une certaine homogénéité – accès visuel sur un même écran avec les mêmes opérations logicielles. Il nous semble que ce jeu entre homogène et hétérogène, ce pluriel donné sous les dehors du singulier, constitue l’un des caractères cruciaux du procès d’écriture-lecture sur le réseau.

2. Entre objets et pratiques : construction de l’objet et de la méthode

22De ces caractères du texte informatisé émanent les orientations qui ont guidé notre approche de la relation texte-lecteur et nous ont conduits à élaborer progressivement un dispositif capable d’être en adéquation avec ces options.

Influence de la théorie sur les orientations méthodologiques

23Avant d’exposer plus concrètement le dispositif d’observation choisi, on peut souligner quelques-unes des options théoriques qui le caractérisent.

La dimension de choix dans l’activité de lecture

  • 14 Jeanneret, Yves, « Cybers avoir : fantôme ou avatar de la textualité ? », Strumenti critici, n° 85, (...)

24Nous avons privilégié un certain mode d’accès à la pratique. Beaucoup d’études sur les écrits de réseaux résultent d’un enregistrement automatique des parcours des utilisateurs ou d’une « cartographie » des connexions. Ce tour méthodologique est lié à la conception abstraite et logiciste du texte qui a été critiquée plus haut14. Si l’on raisonne essentiellement en termes d’hypertextes ou de navigation, le graphe des parcours et connexions des lecteurs suffit à caractériser la pratique : lire reviendrait à actualiser des choix dans un dispositif combinatoire. Nous pensons au contraire que l’acte de « cliquer » prend des significations différentes d’un écran à l’autre et d’un lecteur à l’autre. Il est dès lors important de comprendre quels signes le lecteur active et ce qu’il fait lorsqu’il ne « clique » pas : en quoi les différentes interventions du lecteur contribuent-elles à définir la cohérence énonciative du texte et à en déterminer la nature et le statut ? La mémoire des parcours ne fait sens que dans le cadre d’une observation précise, menée « du côté de l’écran » et non « du côté des fichiers » et suivie d’une élucidation des pratiques par le dialogue.

Place du signe passeur dans l’activité de lecture

25Une telle approche conduit nécessairement à approfondir la notion de signe passeur. Quelle est la nature de la « coopération lectoriale » exigée par l’écrit d’écran? Comment les gestes interprétatifs et les effets de lecture se traduisent-ils ? Dans la pratique, les signes passeurs guident le lecteur, mais à condition d’être confrontés à l’ensemble des signes présents sur l’écran. La qualification est un acte complexe, car le texte visible et le texte attendu déterminent ensemble le statut des signes passeurs. D’autre part, si le phénomène du signe passeur est général, ses matériaux et son rôle intertextuel sont très diversifiés. On trouve des signes présentant une gamme étendue de fonctionnements. À des signes de nature multiple – boutons, icônes, texte souligné, etc. – correspond une seule et même opération logicielle – l’activation d’une adresse URL et l’affichage d’un texte. Mais la nature des logiques d’enchaînement entre écrans ne varie pas moins : elle peut être humaine – activation d’un signe passeur par le scripteur – ou automatique – calcul opéré par une programmation logicielle dont le moteur de recherche constitue un exemple.

26D’où une avalanche de questions, dont certaines seulement recevront réponse ici : quels signes le lecteur voit-il et ne voit-il pas ? Identifie-t-il tous les signes passeurs ? Quels rôles jouent dans cette appréhension la lecture du signe lui-même et l’ensemble visuel dans lequel il s’insère ? Quelles anticipations sont produites sur la matière textuelle attendue? etc. Autant de questions auxquelles on ne peut répondre qu’au regard d’une double production lectoriale: production d’inférence sur les textes virtuels et production de qualification sur les textes lus. Nous avons choisi, pour entrer dans cette complexité, d’engager une discussion avec le lecteur sur ses attentes, de lui faire exprimer une partie de ses représentations et de rapprocher ces inférences et représentations des textes effectivement accessibles. Ainsi pouvaient être confrontées les propriétés des formes sémiotiques et les logiques d’appropriation d’un texte.

L’engagement corporel dans l’activité de lecture

27Nous avons fait de l’engagement corporel un axe majeur d’observation. Il s’agit d’un ensemble complexe d’actions liées aux propriétés matérielles du média comme à l’activité exigée du lecteur. Des chercheurs du groupe avaient mené des recherches de points de vue différents – statut de l’écriture-lecture, concepts et pratiques de l’inscription graphique, interprétation des énoncés, projection de modèles perceptifs, etc. Toutes soulignaient un paradoxe: le geste ne manipule plus directement des objets documentaires mais des représentations visuelles – indicielles et symboliques –; toutefois, le dispositif médiatique implique toujours un engagement physique fort de la part de son utilisateur (voir encadré 1: Le corps et le texte numérique). Avec un geste sémiotisé, le corps paraît « dépossédé » de ses prérogatives, virtualisé, mais il est omniprésent. Les lectures à l’écran appellent une actualisation incessante de signes, et suscitent diversement aisance, habileté, souffrance ou fatigue. Corporéité qu’évoque, dans le discours d’escorte des « TIC », la métonymie : immersion, lien, saisie, etc. Les diverses mémoires du corps sont toujours sollicitées à travers la métaphore d’objets connus, au moyen de leurres numériques ou par des modèles d’action qui se réfèrent plus ou moins explicitement au livre.

  • 15 Rappelons aussi que la souris n’inscrit rien sur l’écran, ce dernier ne fait que visualiser plus ou (...)
  • 16 Le terme session convient le mieux pour qualifier un temps donné, entre ouverture et fermeture, fac (...)

Lorsque l'on s'intéresse aux postures corporelles d'un lecteur en relation avec un média informatisé, on peut distinguer le corps physique (réel) et le corps sémiotisé à l'écran, métaphorisé dans les architextes, les icônes des outils et des procédures qui induisent des conduites d'inscription particulières. Le corps est partie prenante de la constitution du texte numérique qui n'est pas désincarné, même s'il est en partie virtualisé à travers ces compensations sémiotiques. Les relations de l'humain avec l'ordinateur sont faites de distance et d'engagement qui méritent une analyse spécifique.
Corps physique et corps sémiotique
Ce qui se voit à l'écran n'est pas ce que l'on fait réellement avec la main. L'action du corps dans son espace réel est différente de ses effets dans l'espace d'inscription informatique dont le texte-image à l'écran ne présente qu'un état visuel partiel (en 2D). Les périphériques de numérisation et les architextes informatiques permettent de travailler, d'organiser et de visualiser le matériau binaire, sans exclure le corps.
Trois niveaux agissent en synergie dans la constitution du texte numérique: corporel, technique et sémiotique. Dans la phase d'inscription, le corps est confronté aux contraintes physiques et symboliques du codage numérique. L'actualisation de ce texte virtuel produit un écrit d'écran dont les dimensions techniques et sémiotiques s'analysent ensemble. Mais le corps joue aussi son rôle dans l'interprétation du texte, et parfois sa théâtralisation par des sujets qui manifestent corporellement une lecture-écriture singulière. Ce discours d'accompagnement, anthropologiquement constitué, renoue en quelque sorte avec l'investissement séculaire du corps dans l'acte de lettrure. Les différences de statut entre inscription, actualisation et interprétation, entre architexte, écrit d'écran et lettrure, amènent des constats: ce que l'on fait n'est pas directement ce qui se produit sur l'écran et cette image-écran n'est pas non plus ce que l'on comprend.
Le geste de la saisie
Le geste de la main avec la souris est relatif et indépendant de l'espace physique du tapis. Avec une tablette graphique et un stylet, il est au contraire absolu. Dans tous les cas, le mouvement du « pointeur » visible à l'écran – et ses différentes métaphores d'outils – est borné par les coordonnées x et y du plan de travail numérique. Ainsi, le geste est relatif à un espace corporel réel et ressenti, alors que son résultat visuel – analogique sur l'écran – est absolu et dépend d'un espace calculé numériquement, donc raisonné15. Si le numérique n'enregistre pas les mimèmes expressifs de la main, les humeurs et les forces qui motivent le geste, ces données corporelles ne disparaissent pas pour autant du texte final.
Le pointeur est donc une représentation visuelle du geste dans l'image-écran, du travail en train de se faire, pas seulement un instrument. Le corps réel dialogue en quelque sorte avec son image dans l'image, il se réinscrit sémiotiquement dans la lecture. Chacun fait un usage particulier du dispositif de pointage basique qu'est la souris : balayage circulaire, repérage rapide, soutien linéaire de la lecture, etc., ce qui laisse des traces dans l'objet texte. La relation au texte se définit à travers les couples distance/engagement, passivité/implication, et peut s'observer aisément dans le mouvement conjoint des yeux, du pointeur et du corps. Les attitudes (mentales) et les potentiels offerts par les objets graphiques actualisés définissent probablement des niveaux d'accès et les projets possibles, et in fine des comportements. Une attitude méfiante, craintive, qui doute, génère une forme d'engagement tendue ; alors qu'une attitude sereine, sûre de soi ou motivée, amène une conduite de session en apparence plus maîtrisée.
Le corps vit, ressent et exprime, à la manière de chacun et selon des postures physiques plus ou moins singulières, les tensions sémiotiques de la lecture et de l'écriture. Chaque sujet ponctue sa lecture d'attitudes corporelles, d'expressions faciales, de sons et de verbalisations qui ont un rapport étroit avec ce qui se produit sur l'écran mais dépendent aussi de la manière dont est engagée la relation avec la machine.
Les relations du texte et des postures corporelles
Dans des réunions de travail, on peut observer des postures similaires à celles de sujets placés face à un écran; elles se répartissent selon trois temporalités relationnelles : engagement, retrait et écoute. Si avoir la main sur un média informatisé n'est pas avoir la parole dans une réunion, les postures physiques y sont très similaires. Il y a échange du pouvoir de dire et de faire entre un sujet et une communauté interactante réelle ou construite, présente ou représentée. Les postures corporelles devant l'écran sont assez stéréotypées, elles dépendent d'attitudes mentales, de modèles génériques ou particuliers. Leur observation – en toutes sortes de lieux – suggère une typologie de base. Cela peut rendre compte de la négociation entre un sujet et un média informatique, d'une relation spécifique avec l'objet texte sur les trois niveaux décrits précédemment. Pour analyser ensemble les tensions physiques et les tensions sémiotiques propres à un sujet dans une session16, ce qui relève du corporel est considéré comme objet sémiotique.
Trois grands types de postures (A, B, C) sont ainsi définis a priori, avec pour chacun des processus et temporalités différents : attente – c'est la machine qui a la main –; clic – on agit « sur » l'écran –; saisie – on « entre » des données au clavier. Cela fournit une base pour observer comment chacun crée ses interprétations dans des lectures singulières.
Le type A caractérise un mode d'engagement physique affirmé vers l'écran, le sujet étant en tension visuelle, physique et mentale vers ce qui se passe à l'écran ou ce qu'il fait sur le clavier. Le corps est pleinement mobilisé dans l'action sur le texte, projeté dans l'objet auquel il réagit, peu soucieux de son confort ergonomique.
Avec le type B, le sujet est mieux calé dans son siège, apparemment plus « relax » – posture proche des préconisations ergonomiques. Sans accentuer le relâchement ou l'engagement, chacun marque plus ou moins différemment, voire pas du tout, les différents temps de sa session avec ses membres, des expressions, des sons ou des verbalisations plus ou moins affirmés. Le corps est contrôlé, mais pas indifférent, juste sollicité pour ce qui est nécessaire. La relation semble maîtrisée.
Dans le type C, la position physique est nettement relâchée, en arrière, éloignée de l'écran. Cela peut témoigner d'une attitude détendue, voire avachie face à l'ordinateur, ou constituer une réponse à ce qui se passe à l'écran. Le corps se met à distance, ne s'implique pas en apparence. La relation est détachée, distanciée.
Certains sujets passent d'une posture à l'autre, mais la majorité en conserve une qui se module plus ou moins selon les évolutions dans le temps et dans le texte. On peut relever des différences significatives entre les finalités déclarées et les conduites observées, ce qui permet de dégager certaines figures de lecture-écriture. Chaque session paraît être un jeu d'anticipation mutuelle entre le message – qui peut intégrer en partie ces postures dans son design, dans ses lectures en puissance –, entre le sujet et ses attentes, ses stratégies, ses préhensions et compréhensions des systèmes, et finalement le sens qu'il s'en construit. Le corps est donc une partie prenante essentielle dans la constitution de l'objet-texte dont les dimensions anthropologiques, trop souvent écartées des analyses, sont pourtant primordiales dans la construction du sens comme dans la production matérielle de l'objet lui-même. Toutefois, l'inscription est partiellement inaccessible sémiotiquement – pour le chercheur non-informaticien en tout cas –, et l'on ne saurait se contenter de la seule analyse sémiotique de l'actualisation – le texte à l'écran, le visuel –, l'interprétation mentale et physique du texte convoquant l'espace technosémiotique du corps dans ses interactions avec le dispositif. Le texte numérique comme objet anthropo-technosémiotique est ainsi le résultat d'une inscription, d'une actualisation et d'une interprétation singulières dont le sujet est certes l'acteur, mais dont son corps est manifestement le théâtre.

Encadré 1 : Le corps et le texte numérique

Les discours d’escorte dans l’imaginaire de la pratique

  • 17 Lemarec, Joëlle, « Dialogue interdisciplinaire sur l’ “interactivité” », Communication & langages, (...)

28Une telle investigation ne pouvait que rencontrer la trace des divers discours qui valorisent l’innovation. Incapables de décrire les pratiques, ces discours habitent profondément les ressorts imaginaires dont celles-ci se nourrissent. Les discussions menées dans le groupe écrits et écrans depuis plusieurs années nous ont amenés à accorder un statut particulier à ces discours17. Nous observions une terminologie envahissante relative aux « technologies de l’information », avec ses thématiques fortes – attentes de prouesse des dispositifs, représentation de la lecture comme voyage, personnification de la machine, projection de catégories livresques, etc. Nous avons relié ces catégorisations aux thèmes chargés d’idéologie que véhiculent les médias. Mais, plutôt que de les traiter comme de simples erreurs, nous les avons considérées comme des façons de s’approprier les médias informatisés, de réguler une relation difficile à construire avec eux, d’adopter des modèles comportementaux. En effet, le discours promotionnel et les verbalisations des lecteurs n’éclairent pas de manière équivalente les pratiques. Si l’hégémonie de certains discours se retrouve dans les propos et les attitudes des lecteurs observés et rencontrés, les terminologies et les façons de raconter l’usage ne prennent pas nécessairement le même sens chez eux que chez les idéologues actifs de la « société de l’information ». Le matériel lexical repéré a été considéré comme une voie pour préciser quelque peu la nature des projets mobilisés par les lecteurs. Nous avons tenté de comprendre la cohérence de leur action en nous plaçant de leur point de vue, de repérer les modes de qualification du dispositif et des textes. Ce travail nous a permis de mettre l’accent sur des valeurs, des critères de jugement, des modèles de comportement présents à l’arrière-plan des relations au texte de réseau.

Construction d’une posture méthodologique

29Les diverses options théoriques ici évoquées correspondent au souci de rendre visible l’articulation entre les formes de l’objet-texte et celles de la pratique. Elles débouchent donc sur l’élaboration d’un dispositif d’observation qui prenne en compte les multiples dimensions de cette relation. L’approche sémio-ethnologique vise une réflexion qui puisse échapper aux pièges des divers déterminismes, qu’ils soient techniques, idéologiques ou sociaux, ouvrant de nouvelles perspectives pour l’étude des médias informatisés.

Une aventure intellectuelle

30Cependant, un tel projet sémio-ethnologique pouvait se traduire par des dispositifs très divers et il a, de fait, pris des formes très différentes d’un terrain à l’autre. Les diverses étapes par lesquelles ce projet a ici pris corps éclairent la façon dont les chercheurs impliqués sur ce terrain se sont spécifiquement appropriés ce concept. La définition de la méthodologie s’est faite – ce n’était pas du tout décidé à l’avance – en quatre phases :

  • Élucidation théorique : les échanges théoriques sur les propriétés du texte de réseau, sur les pratiques et les représentations de ce texte, nous ont permis d’affiner nos questionnements par le dialogue critique : effets de l’organisation textuelle, jeux entre homogénéité et hétérogénéité, strates sémiotiques du texte et jeux, visibilité et invisibilité, relation entre technologie et sémiose ;

  • Pré-observation : nous avons ensuite effectué des observations flottantes ou plus systématiques – sur des lieux de pratiques, dans des groupes en formation – donnant lieu à transcriptions écrites. Elles nous ont permis d’affirmer l’hypothèse d’un imaginaire du texte mobilisé dans les pratiques : il y aurait un objet texte qui existerait dans l’esprit des personnes manipulant les médias informatisés ; on pourrait essayer de comprendre comment intervient le rapport entre ce texte imaginé et le texte vu. L’objet spécifique de l’opération de recherche était défini ;

  • Explicitation des axes d’observation: cette pré-enquête a donné lieu à des synthèses discutées en commun, conduisant à approfondir trois axes de réflexion. Nous avons confirmé quelques propriétés du texte informatisé, identifié de nouvelles pistes relatives aux attitudes, comportements et commentaires des lecteurs face au texte, et enfin choisi des indicateurs de l’engagement corporel dans l’acte de lecture. Un point de vue d’observation s’affirmait au fil de ces échanges;

  • Mise en place du dispositif : nous avions acquis la conviction qu’il fallait « voir vraiment » ce qui se passe lors de la lecture de textes informatisés. Les premières observations faisaient « remonter » une matière très riche, mais le fait de mal cerner les « événements » textuels empêchait de donner une réelle précision aux analyses. Les gestes de lecture étaient visibles, mais détachés de toute référence exploitable aux textes sur lesquels ils portaient. Nous avons alors décidé de circonscrire l’espace d’observation et de constituer un corpus à certains égards artificiel, que nous donnerions à consulter à une série de personnes. Ce choix permettait de connaître les textes consultés et de percevoir une session de pratique complète. La consultation dans un temps défini, sur un objet connu et analysé, nous permettrait de qualifier des postures, de voir ce qui pouvait se construire en matière de sens – relation sensible, construction de signification – entre le texte et le lecteur.

Constitution du corpus

31Nous avons cherché une thématique qui présente une série de propriétés cohérentes par rapport au projet. Elle devait être présente dans l’espace public et posséder suffisamment de niveaux d’existence pour renvoyer à des énonciateurs variés : institutionnel, journalistique, industriel, militant, associatif, etc. La thématique des OGM offrait la possibilité de réunir des sites Internet appartenant à un espace de médiation des savoirs où les discours varient, se côtoient et s’entremêlent. Nous étions capables d’analyser ce type de production – formes éditoriales, contextes de communication, rhétoriques – compte tenu des travaux menés par les membres du groupe sur la médiation des savoirs, ses formes et ses enjeux.

32Nous avons sélectionné des sites offrant un équilibre entre divers critères d’hétérogénéité des textes et décidé de clore le corpus dans une version hors-ligne. Cette décision manifestait le désir de constituer l’objet comme un texte tangible et plein, symptomatique de l’ancrage sémiotique de notre entreprise. Mais elle correspondait aussi au fait que les textes informatisés ne s’inscrivent pas tous dans les mêmes temporalités : certains sont sans cesse mouvants, d’autres semblent fixés. Ce corpus a été soumis à une analyse sémiologique (voir encadré 2: Le corpus des sites sur les OGM) afin de repérer précisément les différents critères d’hétérogénéité que présentaient les textes. Ainsi, les observateurs pouvaient suivre le parcours de l’observé au sein du corpus et relancer le dialogue. Cette fixation artificielle des signes correspond bien à une certaine conception de l’articulation sémio-ethnologique, dans laquelle l’analyse sémiologique est déterminante: la connaissance approfondie du corpus permet en effet de se créer des prises sur le texte et sur la pratique de lecture.

Nous nous focalisons sur la confrontation des lecteurs à un ensemble de huit sites, portant sur une thématique suffisamment présente dans l’ensemble des médias pour susciter des discours et des mises en formes variées émanant d’acteurs différents. Le choix de cette thématique n’a pas été laissé au hasard : elle devait permettre aux lecteurs de réagir, d’avoir un intérêt à participer à la recherche, d’« avoir quelque chose à dire » dans la situation d’observation. Elle devait nous faciliter ainsi l’accès aux manières dont les lecteurs percevaient plus ou moins le jeu entre homogénéité et hétérogénéité des textes informatisés et en faisaient une lecture « en direct », avec nous. Le thème retenu a été celui des organismes génétiquement modifiés (souvent présentés sous la forme contractée d’« OGM »).
Des critères ont été retenus pour réaliser le corpus que nous souhaitions avant tout porteur d’une diversité significative, et non forcément représentatif. Les sites retenus comportent donc des textes riches au plan des formes et des formats ; ils suivent des logiques éditoriales variées, aux implications de communication et aux figures du destinataire diverses. Nous avons également veillé à ce que le niveau et le mode de présence des marques textuelles, éditoriales et énonciatives soient multiples.
Le site de la Cité des sciences et de l’industrie est celui d’une institution qui se met en scène elle-même comme un site médiateur, offrant des ressources informationnelles impartiales. La Cité y est redéfinie comme un éditeur documentaire.
La page d’accueil propose un nombre important de signes passeurs, sous forme de liste, inscrites dans une structure tabulaire. Un jeu particulier s’instaure entre l’organisation générale des écrans et ces signes passeurs : aucun d’entre eux ne donne une indication pouvant aider à repérer des textes sur les OGM. Y accéder n’est possible que par le moteur de recherche interne au site ou bien par un lien vers un média propre à la Cité, et présent sur le site (Sciences actualités, périodique d’information lié à une des salles d’exposition de la Cité). À partir du moteur interne, la recherche dans les archives privilégie l’axe thématique, puisqu’elle enchaîne recherche par mot-clé, réponse par liste, page de texte, revue de presse. Sur ce site, les changements d’univers graphiques ne coïncident pas avec les changements de statuts textuels, si bien qu’il est difficile de reconstituer le contexte de production des textes, tous repris de situations de communications extérieures.
Le site de l’entreprise Monsanto procède également d’un ensemble de constructions complexes. Les logiques de communication y sont emboîtées : ce site d’une entreprise vendant des produits issus d’OGM dissimule cette première logique institutionnelle pour mettre en avant une identité de « centre de ressources documentaires ». Cette production secondaire s’affiche comme une information plus équilibrée, prenant part à un débat de façon impartiale. Pour y parvenir, les formes des textes sont diversifiées. Elles alternent extraits, rapports, articles. Les citations nombreuses de sources multiples, la complexité des parcours proposés – un même document recouvre des aspects différents et est accessible à partir de plusieurs liens – rendent difficile le repérage du lecteur. Par contraste, une certaine unité est construite autour de marques rappelant l’identité visuelle de Monsanto, notamment par la dissémination et le rappel du logo, et par l’inscription des formes textes dans une structure carrée stable.
Transnationale.org fédère des associations menant une lutte politique contre le développement des agricultures transgéniques. Peu unifié au plan des codes graphiques et des interfaces, il rassemble des documents hétérogènes. Les effets de basculements éditoriaux y sont marqués. L’internaute accède ainsi souvent à des pages de texte sur fond blanc, difficilement identifiables dans leur nature et leur statut. De plus, elles échappent aux codes graphiques et documentaires proposés dans les premiers niveaux du site. Comme pour Monsanto et Cité des sciences, la nécessité de passer par un moteur de recherche interne produit des effets d’enchâssements des documents : ils brouillent l’identité de celui qui en prend l’énonciation en charge.
Le site ogm.org ressemble – par la rhétorique des icônes présentes dès la page d’accueil – aux écrans d’entrée des cédéroms documentaires. Cette première logique, centrale, fondée sur des dessins de légumes dont le graphisme est naïf et stylisé, entre en confrontation avec la déclaration linguistique qui signe en haut du premier écran, mais non sans ambiguïté, l’identité des auteurs, « des professionnels des semences et de la protection des cultures ». Le thème des OGM est omniprésent et partout accessible. La structure éditoriale du site est, comme dans d’autres sites de « rassemblements de textes divers », très hétérogène : après un premier écran marqué par un graphisme sobre et minimaliste – quelques icônes et quelques signes passeurs, entre boutons et mots soulignés –, l’internaute accède à des textes souvent constitués en listes de termes soulignés – hyperliens –, des citations et des fragments de textes cœxistent sans signalement précis de leur statut.
Le site de Greenpeace plonge dès le premier écran l’internaute dans l’actualité du combat militant pour le contrôle des manipulations génétiques. Les actions de l’association sont listées en séries de brèves. Ces dernières manifestent le « je-ici-maintenant » d’une organisation engagée dans un combat. La photographie est présente et mise en rapport avec le texte ; elle acquiert à ce titre le statut de document, tout comme la forme « schéma ». Tous ces éléments produisent un même imaginaire, celui d’une communication pour l’action, et manifestent un positionnement politique. Leur rhétorique le confirme et tente de produire une connivence communautaire. Cette rhétorique est soutenue par une organisation visuelle et éditoriale récurrente et cohérente. Elle réaffirme ainsi l’identité du site, alors que les formats des documents sont par ailleurs plus disparates que sur les autres sites du corpus. La logique documentaire semble ici passer au second plan, chaque document étant au service du travail de constitution d’identité et d’engagement.
Outre le fait qu’il soit nécessaire de remplir un très long formulaire d’inscription pour accéder aux premières bribes d’informations, Webencyclo.com matérialise la logique de fragmentation d’une information présentée sous la forme d’une base de données. Il représente l’archétype de l’hypertexte à visée informationnelle brute : le mot prédomine partout, les images sont secondaires, l’énonciation est enfermée dans des cadres rigides successifs – quasiment des formulaires –, les unités de textes sont réduites et distinctes.
Aucune information n’est accessible à partir de l’entrée OGM. L’internaute doit donc procéder par l’utilisation de synonymes – plantes transgéniques – pour éventuellement atteindre les informations portant sur le thème. Il est également possible d’y parvenir par une longue liste de dossiers. Le contenu du dossier est à son tour également fragmenté. L’internaute est donc confronté en permanence à une rhétorique documentaire cohérente, dont la mise en forme rappelle l’information technique et scientifique (IST).
Lebulletin.com est le reflet, sur l’Internet, d’une publication québécoise portant sur des questions d’agriculture et élaborée par des journalistes à destination d’un public partageant une culture de ces thématiques. Il procède d’une structure en décrochement – à la fois de niveaux du site et de types de documents –, puisqu’il rassemble de nombreux textes de nature très différente. Sa structure évoque sans détour celle des sites de presse, sous forme de « portail ». Ce cadre général affirme une tonalité conviviale – par le style des discours et les choix graphiques, rappelant le terroir, ses valeurs –, tout en proposant un affichage thématique de l’actualité agricole. L’ensemble est composé de signes variés – liens, photos, boutons, images, schémas – et de textes combinant des formats différents.
La structure documentaire est marquée, mais elle est cadrée par une énonciation plus proche de celle d’un acteur journalistique, affichant un certain type de valeur et construisant un public d’agriculteurs attirés par le débat sur le devenir de leur métier et sa philosophie de développement futur.
Le site de Nestlé offre un écran d’entrée surprenant car il superpose deux formes textuelles différentes, auxquelles on accède en agissant sur l’ascenseur du cadre logiciel. En haut, une première portion d’écran très graphique, reposant sur des images riches et soigneusement travaillées, connote une communication publicitaire de marque adressée à la « consommatrice », émaillée de logos rappelant à la fois les identités de Nestlé et de ses produits. En dessous, une seconde partie, nettement dominée par l’écrit, institutionnalise davantage le site en se présentant comme un portail. Il est nécessaire de s’orienter vers ce second plan de l’écran d’accueil – et d’explorer le bas de page au-delà de l’écran initialement affiché – pour être mis sur la piste d’informations sur les OGM. Il est même nécessaire, pour poursuivre leur piste, de passer par des pages présentant le discours du président de l’entreprise. Des données sont disponibles dans une rubrique intitulée « espace biotechnologie », mais sans que le terme OGM apparaisse tel quel. La connotation d’une « revue scientifique » domine alors dans une relation entre un expert et un consommateur, évitant toute citation de la dimension critique du débat sur les organismes génétiquement modifiés.
Le corpus présente ainsi un degré élevé d’hétérogénéité sur les six axes que nous avions décidé de privilégier :

  • Statut éditorial du texte ;

  • Implication de communication proposée ;

  • Genres textuels présents ;

  • Mode d’articulation entre logiciels et textes ;

  • Type de relation entre textes ;

  • Niveau de présence et de visibilité des différentes marques.

Encadré 2 : Le corpus des sites sur les OGM.

Protocole d’observation

33Une fois le corpus constitué, les lecteurs y ont été confrontés au cours d’une situation d’observation-dialogue.

34On propose à l’observé de consulter librement le corpus sur les OGM, afin d’y rechercher des informations. La consultation, libre, est suivie d’un entretien avec les deux observateurs. Dans la phase de consultation, les postures, les modes d’engagement et les commentaires de l’observé sont consignés et une trace précise est conservée des parcours effectués, des signes passeurs activés, des textes consultés. L’entretien revient sur les choix opérés par l’observé et sur ses comportements. Cette façon de faire institue un rapport privilégié entre l’observé et ses observateurs ; elle offre la possibilité d’interpréter en situation les pratiques et de les discuter avec l’observé lui-même.

  • 18 Cela se traduit par la notion de « contrat » employée par les observés, leur tendance éventuelle à (...)
  • 19 Par exemple, le vocabulaire utilisé pour décrire le mouvement du curseur : « parcourt », « balaie » (...)
  • 20 Dans le protocole d’observation, les moyens de consigner les états du texte étaient beaucoup plus p (...)

35Malgré ce caractère ouvert, le dispositif reste une situation artificielle de consultation de sites – thème imposé et champ de recherches réduit. De plus, la diversité des modes d’investissements des observés18, la multiplicité des modes de transcription possibles19 et l’inégale élaboration préalable des divers niveaux de la pratique20 constituent des limites inhérentes au dispositif. C’est en reconnaissant ce qu’on impose et ce qu’on s’impose au sein du dispositif – et en repérant les traces de nos propres imaginaires qui sont présentes dans nos catégorisations – que l’on peut donner toute leur valeur aux résultats avancés.

Organisation des sessions
Les observations consistent en deux temps bien distincts, au cours desquels les rapports observateurs-observé ne sont pas identiques : – Temps 1 (environ 30 minutes) : une consultation observée (sans intervention) ; – Temps 2 : élucidation par entretien des parcours, choix, qualifications du texte. Elles se font à trois (un observé, deux observateurs), sans enregistrement audiovisuel. Les deux observateurs sont assis de part et d’autre de l’observé, qui travaille, soit sur sa machine, soit sur une machine utilisée pour l’occasion, mais toujours dans des conditions de calme. L’observation initiale de la lecture permet de collecter des informations directes sur les activités d’appropriation du texte, mais elle ne vise pas à un enregistrement exhaustif de l’activité : elle permet un retour précis sur les pratiques dans la seconde phase. Le cadre temporel général (1h30) est précisé au lecteur, la gestion des phases restant à l’initiative des observateurs.
Situation de communication
Une réunion a été consacrée à l’étude systématique d’hypothèses sur les effets possibles des diverses façons de présenter la situation. Le choix s’est arrêté sur une formule favorisant une liberté de lecture, sans indication quantitative, en évitant de renforcer de façon excessive, soit un discours circulant sur le média, soit une posture stéréotypée du type : évaluation de site avec grille.
Nous avons choisi de présenter explicitement la situation comme participant à un projet de recherche et d’inviter le lecteur à participer à cette recherche plutôt que de chercher à tout prix à simuler un intérêt personnel. Nous exprimions donc la volonté de comprendre comment les gens consultent les sites, de le faire par l’observation puis le dialogue, et nous annoncions que nous fournirions un exemplaire du livre réalisé à partir de la recherche. L’observé devait se sentir autorisé à passer plus ou moins de temps sur les sites. Nous souhaitions, dans la formulation de la consigne, éviter d’induire une conduite de « zapping » pour expertiser tout à toute vitesse.
Formule proposée pour le lancement
Compte tenu de l’importance de ce cadre, nous avons décidé d’écrire une formule-type, que nous avons reprise avec une marge d’improvisation orale : Nous appartenons à un groupe de recherche collectif qui mène une étude à la demande de la Bpi sur les nouvelles relations à l’écrit. Nous essayons de comprendre comment l’information s’organise sur le Web, quelles formes y prend le texte, et ce que le changement de support peut changer à l’activité de lecture et d’information. Nous avons choisi pour cela de procéder à une série d’observations et d’entretiens sur un ensemble de sites traitant du même sujet. Nous avons choisi pour thème les OGM, les organismes génétiquement modifiés. Nous vous demandons de participer à cette recherche, d’abord en cherchant de l’information sur les OGM dans les sites proposés, puis en analysant avec nous l’information que vous avez pu recueillir, la façon dont vous avez procédé et vos remarques.
Notre souci est de comprendre comment vous faites pour trouver de l’information sur des sites ; nous allons vous laisser consulter les sites ; ensuite, nous ferons le point avec vous sur le parcours que vous avez réalisé et ce que les différents sites vous ont permis de récupérer.
Nous vous donnons une liste de huit sites, vous êtes libres de les visiter tous ou d’en regarder seulement une partie. Nous vous demandons seulement de ne pas rester tout le temps sur le même site. Nous avons prévu environ une demi-heure pour cette recherche d’information, ensuite nous discuterons ensemble de ce que vous avez fait et des commentaires que vous avez à faire.
Mémoire du parcours
L’analyse sémiologique des sites avait été répartie entre les chercheurs, mais tous avaient lu toutes les analyses avant l’observation.
Pour garder mémoire des actes de lecture, un double jeu de fiches d’observation a été préparé (cinq ou six colonnes par fiche).
Les rôles d’observateurs étaient spécialisés (sont donnés ici les termes dans lesquels ils étaient définis dans le document de consignes initial) :

  • Rôle A axé sur le texte : il consigne la navigation (sites, écrans, signes passeurs activés avec une référence au texte pour identifier) – consigne le déplacement du curseur en relation avec le regard et les actes de lecture gestualisée – note une référence très succincte aux verbalisations (sans verbatim) ;

  • Rôle B axé sur les attitudes du lecteur : il observe les postures pour les coder selon une grille élaborée par Philippe Quinton et pour noter les modes de coordination entre état du texte machine et modes d’engagement ; il note les interventions en verbatim.

En pratique, cette consigne a été modulée, d’une part parce qu’il a parfois été nécessaire d’aider le lecteur, d’autre part parce que le débriefing, systématiquement fait après chaque observation, permettait à chacun d’intervenir sur tous les thèmes : les grilles ont donc été retouchées et complétées.
Conduite du dialogue
Dans la phase d’analyse, il était prévu de revenir sur ce qui a été fait pour l’élucider. Il était envisageable de revenir visuellement au besoin sur les écrans – le temps a rarement permis de le faire.
Ce dialogue était construit, souplement, autour de trois phases principales: L’un des observateurs repose la question globale du départ (quelle information sur les OGM, comment l’observé a-t-il fait pour la trouver ?), puis on revient méthodiquement sur le parcours et on demande de l’expliciter, ce qui ouvre graduellement une discussion plus libre. Les observateurs relancent au besoin pour faire expliciter au lecteur sa conception du texte, les activités d’interprétation et de qualification qu’il a faites, les difficultés de contextualisation qu’il a pu rencontrer. Cette partie est menée en coélaboration pleine avec le lecteur, avec le souci de prendre des décisions communes sur ce qui sera consigné.
La dernière phase de l’entretien vise à permettre l’expression du lecteur sur les conditions de l’observation et du dialogue eux-mêmes.
Analyse des résultats
Les informations, utilisées en entretien à partir des fiches, ont été par la suite regroupées dans un tableau permettant de suivre, écran par écran, les rubriques suivantes : Site / écran / action / signe passeur / verbatim / posture. Distribuées entre tous les chercheurs, elles ont été commentées oralement et par écrit.
Le tableau des figures de la relation au texte a été élaboré peu à peu, à partir d’une première formule simplifiée ; il a été corrigé et complété par une formulation plus spécialisée (chacun synthétisant les observations qu’il a menées) et par des discussions, enregistrées, menées dans le groupe de chercheurs.
Il faut malgré tout souligner que la capacité des uns et des autres à voir et à comprendre plus ou moins bien tel ou tel aspect des pratiques a conduit à une relative spécialisation des analyses.

Encadré 3 : Le protocole, entre observation et dialogue.

3. Regards sur la lecture en actes

36L’observation et le dialogue avec les lecteurs rendent visible le jeu entre contrainte et initiative. Ils font découvrir une gamme de pratiques et d’effets, parfois convergents, parfois différentiels, parfois contradictoires d’un lecteur à l’autre, qui caractérisent les lectures en acte – en actes.

  • 21 De nombreuses contributions théoriques ou pratiques – manuels, stages, etc. – mettent l’accent sur (...)

37Nous avons été confrontés à un paradoxe. D’un côté, le textiel définit des conditions de possibilité de la pratique, qui s’imposent avec force à tous. Rien n’est moins libre et fluide que la consultation de textes de réseau. Des contraintes formelles, des cadres interprétatifs, des faits structurants distinguent la pratique du réseau de la lecture d’un livre, mais aussi de l’image simpliste d’une libre « navigation ». Pourtant, cet ensemble de figures imposées ne produit pas une pratique uniforme, ni dans ses ressorts, ni dans ses effets. Le texte de réseau offre en effet une richesse sémiotique particulière, qui fournit de multiples objets d’interprétation et de multiples pistes d’action. D’autre part les lecteurs n’ont pas la même démarche envers l’objet ni la même définition de cet objet, ils ne « voient » pas la même chose : contraste qu’accentue le sentiment général que le réseau est le lieu d’une pratique précipitée et risquée, qui demande des choix marqués et urgents. Même en nombre limité, nos observations démentent donc l’idée d’un processus unique de lecture sur écran et, symétriquement, d’une façon d’écrire plus efficace qu’une autre21.

38Pour reconstruire l’articulation entre texte à l’écran et stratégie de lecture, les observations et hypothèses d’interprétation seront ici présentées en trois temps : les cadres qui caractérisent la relation de lecture en général, les figures contrastées de relation au média et aux textes que les observations ont révélées et les moyens de décrire une sémiotique mise en acte, c’est-à-dire les modes d’appropriation des signes présents sur les différents textes et leurs effets possibles. Le caractère méthodique de cette présentation des résultats ne doit pas masquer que ce qui se donne à observer est un ensemble indiscernable d’objets, de représentations et de pratiques, pris dans la dynamique de l’action et tiraillé entre attitudes socialisées et démarches singulières.

Y a-t-il une « grammaire » pour des textes insaisissables?

  • 22 Seuls l’éludent ceux qui se présentent dans la maîtrise totale de l’outil, mais ce déni ne les disp (...)
  • 23 Le projet pragmatique – centré sur la dimension technique de l’outil – est décrit ci-dessous.

39Les médias informatisés posent un problème d’apprivoisement à toutes les personnes que nous avons rencontrées. Ils exigent d’elles qu’elles se positionnent, dans tous les sens du terme, qu’elles exploitent leur culture communicationnelle et en même temps s’en détachent. Ils offrent un agglomérat d’objets, convoquant des pratiques médiatiques plus anciennes, tout en proposant des difficultés d’un nouveau genre. C’est la désorientation, évoquée d’une façon ou d’une autre par tous22, jusqu’à aboutir à une réelle paralysie chez certains23 : « Et maintenant, je fais quoi ? », « où est-ce que je suis ? », « qu’est-ce qu’elle (la machine) fait? »

La désorientation, ou « Mais où je clique là? »

40Avant ce travail collectif, plusieurs observations avaient dégagé une impression de grande difficulté dans la pratique de certains internautes, notamment débutants. Le concept de désorientation exprime bien cette perte de repères.

41Ce phénomène conduit à observer combien l’écrit d’écran est polydiscursif, polysémiotique. « L’offre » – d’information, de graphisme, de chemins possibles – est énorme, diverse. Elle implique en permanence des choix, sans que la nature de ces choix, ni leur effet soit forcément prévisible. L’élément essentiel de la désorientation est une hésitation, permanente, qui se traduit notamment en termes d’action, ou plutôt de non-action. La machine a « agi », l’affichage d’une nouvelle page s’est achevé sur l’écran, et comme le dit de manière récurrente une lectrice: « Et alors là, où je clique? » Comme l’ont montré par la suite nos observations systématiques, le « lire » sur écran est aussi – et peut-être avant tout – un « faire ». Il n’y a pas de lecture sans action. Encore faut-il connaître les règles de cette action et pouvoir en anticiper les effets.

42En second lieu, la désorientation exprime un brouillage des repères au passage d’un univers dans un autre. La lecture dispose de ses repères, de son vocabulaire, de ses gestes. Ceux-ci ne peuvent être simplement transposés sur l’écran. Ils doivent faire l’objet d’une interprétation. Lorsque cet effort d’interprétation n’est pas accompli – lorsqu’on a affaire à une lecture sémiosique et non à une lecture sémiotique –, il y a décalage entre l’attente produite par l’image et la réalité des effets obtenus. La désorientation est le plus souvent associée à un phénomène de déception.

43L’organisation du dispositif technosémiotique sur le Web heurte le sens commun par bien des aspects. C’est dans le cadre de la référence à d’autres formes, plus anciennes, de l’écrit, que peut se lire un décalage avec les pratiques mises en œuvre pour la lecture de l’écrit d’écran. Beaucoup de personnes observées lors de stages de formation, ayant réalisé un exercice et consulté une page, demandent comment « fermer » ou « sortir » pour accéder à une autre page Web. L’un d’eux ferme même consciencieusement le navigateur et relance sa connexion pour effectuer une nouvelle requête. L’idée que l’on puisse « entrer » dans un nouveau site Web, sans avoir préalablement « fermé » celui que l’on était en train de consulter heurte le sens commun. Là encore, l’antinomie avec le monde physique de l’imprimé est lisible : on « ouvre » et on ferme un livre, un magazine, un journal, dans les trois dimensions de l’espace. Autrement dit, faute d’information « palpable », corporelle, on ne sait pas traduire les concepts « ouvert » et « fermé » dans un nouveau système. Ce que l’on ne sait pas intégrer, surtout, c’est qu’il n’est pas obligatoire de fermer pour sortir d’un texte et entrer dans un autre.

44Le lecteur a perdu le « sens unique » de l’organisation du texte en volume, tel qu’on le connaît dans le livre, le journal, le magazine…Pris linéairement ou feuilleté dans tous les sens, le volume reste le repère spatial capable d’organiser le parcours du lecteur. Pour leWeb, il ne s’agit pas tant de l’absence de repères que de leur profusion, d’une part, et de leur lisibilité d’autre part.

45Cette désorientation exprime la relation délicate entre un sujet en quête d’information et un média informatisé. Le média sollicite une activité complexe, à la fois impérieuse – on ne peut pas rester sans rien faire devant l’écran – et mystérieuse – on ne sait pas ce qui se passe vraiment. Il s’agit avant tout de deux décalages cognitifs majeurs : la difficulté de rapporter le média écran aux schèmes encore largement hérités de l’imprimé et la présence, sous une forme transformée, des gestes moteurs et perceptifs ordinaires.

Le corps saisi

  • 24 Quinton, Philippe, op.cit.
  • 25 Voir Kessler, Isabelle, « Corps et communication: au péril de Narcisse », Communication & langages, (...)

46Le média informatisé appelle le geste et s’y soustrait à la fois. Les postures physiques se définissent dans l’espace par distribution de l’engagement entre plusieurs mobiliers – chaise, table – et accessoires – clavier, souris, écran –; elles se définissent aussi dans le temps, celui du sujet – action, attente, etc. – et celui du traitement informatique. En partant des analyses de l’engagement corporel dans le travail informatisé24, nous avons pu établir puis valider l’existence d’une poétique posturale – une sorte de chorégraphie de lecture, de « ballet » –mobilisant différents comportements vis-à-vis de la machine avec des constantes récurrentes d’un individu à l’autre. L’axe de la colonne vertébrale met les postures en tension selon divers degrés d’engagement frontal25 : variations qui ponctuent les actes d’écriture- lecture – engagement vers l’écran, pause, retrait –, autant que les attentes liées au travail du logiciel (voir encadré 1: Le corps et le texte numérique, p. 100). La dépendance du dispositif ou au contraire l’affirmation de sa prise en main varient beaucoup selon les sujets et leurs cultures, leurs appréhensions physiques et psychiques des machines, etc.

47Cette gestuelle appelle une analyse techno-sémiotique car la lecture dépend directement des contraintes du dispositif. L’attente et la sélection autorisent un relâchement physique – corps distant de l’écran, main plus lâche sur la souris, ou posée ailleurs – qui permet parfois la discussion avec l’entourage. Mais lorsqu’un texte capte l’attention, le corps se retend, le lecteur se rapproche de l’écran, reprend en main plus vigoureusement la souris, stabilise sa tête. Le corps marque l’implication ou le détachement du lire. Toutefois, ce ballet relationnel ne se code pas mécaniquement, chacun y apportant des variations individuelles très fortes, en rapport avec les contextes et les activités.

Comment tenir le texte ?

48L’enjeu premier de cet engagement est ce qu’on pourrait nommer la saisie du texte, qui actualise, avec le texte lui-même, le processus de communication.

  • 26 Il est intéressant de constater d’ailleurs que la recherche technologique tend à vouloir ramener sa (...)

49Dans l’univers de l’imprimé et des manuscrits scolaires – cahiers, notes, fiches, etc. –, la manipulation permet de construire une relation informationnelle du sujet aux objets26 : la main explore, tâtonne, construit un cheminement dans le temps de la lecture. Elle n’intervient, dans l’écran, que stimulée par une représentation iconique. Ce n’est donc pas elle qui construit l’itinéraire de lecture ; elle est guidée par les signes disposés sur l’écran pour désigner des itinéraires possibles.

50La gamme des actes qui définissent une saisie du texte, dans le domaine des écrits sur papier, est donc ici absente. Le texte devient labile et inaccessible au geste direct. Chaque lecteur est, à sa manière, soucieux de faire du texte une chose palpable. La parole y contribue, par la nomination – pages, sites, écrans – et par l’oralisation des opérations. Il en va de même pour l’impression et la prise de notes, qui accompagnent voire justifient la consultation. Mais raconter le geste ou le différer ne suffit pas. Il y a urgence à saisir le texte dès son apparition sur l’écran.

  • 27 Le grand nombre de termes entre guillemets dans cette description manifeste la difficulté de décrir (...)
  • 28 Jousse, Marcel, L’Anthropologie du geste, vol. 2, « Le parlant, la parole et le souffle », Paris, G (...)
  • 29 Leroi-Gourhan, André, Le Geste et la Parole, Paris, Albin Michel, 1977. 121 77.

51Tous les lecteurs se dotent de stratégies multiples pour matérialiser, fixer, capturer le texte. Il s’agit d’abord des mouvements de la « souris27 » ou plutôt du système gestuel associant le déplacement de la souris, sa matérialisation sur l’écran par le « pointeur », l’activation du « clic » et les contrôles visuels. On pourrait, dans le prolongement des analyses de Jousse28 et de Leroi-Gourhan29, considérer la souris comme une prothèse, mais une prothèse particulière, qui est celle de la machine autant que celle du corps. Le geste est en effet ici un geste designé, doté d’efficience par un processus industriel. Le pointeur représente le geste de façon indirecte, en quelque sorte métaphorique. Ce que l’œil contrôle, ce n’est pas réellement l’objet ni le geste, mais une sorte de fantôme du geste dans l’objet lu.

52Dans cet espace évoluent des gestes en nombre limité, que nous avons interprétés comme autant d’indices d’une relation au texte. Le lecteur placé devant un nouvel écran décrit un cercle – partant du coin inférieur droit pour remonter sur les bords supérieurs de la page, avant de « filer » vers l’ascenseur –; il suit à l’écran et balaie, au moyen du pointeur, des lignes écrites – rappelant le suivi des lignes dans la lecture scolaire.

  • 30 Souchier, Emmanuël, « L’écrit d’écran: pratiques d’écriture et informatique », Communication & lang (...)

53Ces gestes sont récurrents, faisant évoquer des « modèles d’usage » ; mais leur forme et leur fonction témoignent d’une créativité importante. Ainsi l’« ascenseur » utilisé pour faire défiler les écrans. Cet acte apparemment simple, consistant à placer le pointeur de la souris sur les « pavés » du paratexte, prend des formes multiples : défilements continus ou interrompus, activations multipliées, pression continue de la souris, etc. La manipulation du couple souris-pointeur fait naître une multiplicité de figures du texte. Faisant glisser le pavé qui représente le texte, tel lecteur convoque l’image d’un « rouleau30 », d’un texte continu ; un autre, qui opère une série de « clics » de rythme et d’ampleur irréguliers, inscrit sur l’écran les déplacements de son intérêt ; un troisième entraîne la succession de « pages » en activant systématiquement la partie vide de l’ascenseur ; un dernier, exerçant une pression continue de la main, suggère la capture et le contrôle du dispositif. Certains explorent et sondent le texte, d’autres s’assurent qu’ils ne manquent aucun écran, d’autres semblent simplement faire en sorte que le dispositif ne leur échappe pas.

54Il en est de même de la nature ambiguë d’un acte comme celui de « cliquer ». Le clic correspond tantôt à une exploration, tantôt à une décision. Il peut s’agir d’appréhender une zone : tel sujet clique plusieurs fois à chaque rencontre d’image dans une page, sans vérifier au préalable l’état de son curseur. Au contraire, un autre lecteur, qui a anticipé mentalement ses choix, ne clique que pour passer à l’acte : il ouvre toujours un lien explicite ou suggestif. L’acte de cliquer, qui matérialise par excellence la possibilité d’agir sur le dispositif, a une valeur symbolique forte. La pratique fébrile du clic incarne l’imaginaire de l’Internet ; l’écriture des sites et des logiciels sollicite le clic comme le lieu d’une recherche et d’une surprise, garante de l’interactivité des sites. Le clic est ainsi hanté par une quête incertaine, traduite en « sémiotique sauvage », interprétation fondée sur une logique de l’essai et de l’erreur.

L’appropriation du texte passe par un objet discret mais indispensable, le pointeur de la souris, apparaissant sous diverses formes à l'écran. Le pointeur ne joue pas un rôle fonctionnel unique. La façon dont il se déplace, variant d’un lecteur à l’autre, nous semble une indication des logiques de lecture. L’usage très riche que font les lecteurs du pointeur de la souris, projection sémiotique de leur corps dans le texte, illustre très concrètement le fait que le texte de réseau n’est pas donné, qu’il exige du lecteur des choix et une construction.
Le curseur incarne en effet une présence corporelle du lecteur dans l’espace du texte, une sorte d’écriture flottante de la lecture, qui vient partiellement compenser l’évanescence du texte. D’ailleurs, sa présence paraît indispensable, bien au-delà de son rôle d’« interface avec le système ». À une seule exception près, il n’est jamais totalement mis de côté, ce que supposerait un usage purement fonctionnel de cet objet. Le pointeur est intégré à l’espace de lecture : il s’y déplace, va d’un signe passeur à l’autre, suit le texte qui est lu, etc. L’un des lecteurs présente le pointeur comme le prolongement de son doigt, un autre comme une extension de son regard. Œil ou main, la prothèse paraît pouvoir représenter divers membres corporels, on pourrait dire qu’elle réorganise des métaphores du corps.
Quoi qu’il en soit, le pointeur est un signe d’incorporation flottant, que les lecteurs utilisent de diverses façons, toutes réunies par le désir de faire exister physiquement le texte et sa lecture. Le pointeur ne représente strictement ni le texte, ni sa lecture, mais une sorte de point de contact entre les deux. Certains lecteurs en usent comme d’un marqueur du parcours textuel, faisant alterner des phases statiques et des phases mobiles : ils dessinent les contours du texte, le suivent, y repèrent des éléments ; le pointeur semble alors comme un appui pour l’œil, il matérialise un itinéraire de lecture. Chez d’autres, le pointeur a une fonction plus limitée, il apparaît comme un outil de pure « navigation ». Il intervient alors pour marquer des choix possibles, préparer la décision d’actualiser tel ou tel fragment de texte, sémiotiser en quelque sorte le signe passeur. Pour l’observateur, le pointeur concrétise le fait que le lecteur a identifié la présence d’un signe passeur, qu’il envisage d’accéder à un autre texte – sans nécessairement le faire, les « repentirs » sont très nombreux en lecture d’écran. L’une des personnes observées n’utilise par exemple le pointeur que dans les listes : celui-ci ne pénètre jamais dans une zone discursive, un article, il pointe une suite de petits paragraphes de forme titre-résumé.
Dans tous les cas, l’observateur a le sentiment de voir se dessiner la figure d’une relation au texte, c’est-à-dire à la fois la forme donnée par le lecteur au texte qu’il veut isoler et saisir et la forme de son propre intérêt pour le texte.

Encadré 4: Le pointeur de la souris, façonneur de textes.

  • 31 Flichy, Patrice, L’Innovation technique: récents développements en sciences sociales, Paris, La Déc (...)

55Les divers outils que nous avons rencontrés – souris, pointeur, clavier, représentations du texte par des pavés, etc. – sont des prothèses d’un genre particulier : des objets qui semblent purement opératoires mais qui, d’un lecteur à l’autre, endossent plusieurs fonctions, jusqu’à avoir un statut autre que fonctionnel. Ils participent à l’invention de moyens de matérialiser le texte et la lecture. La manipulation de ces objets-signes est nécessaire, mais elle ne l’est pas seulement ni obligatoirement dans un cadre de fonctionnement – selon les termes de Patrice Flichy31. Ils métaphorisent la main, l’œil, un crayon, une télécommande. On pourrait dire que ces gestes tendent, sans y parvenir réellement, à donner une existence tangible au couple du texte matériel et du texte culturel.

Une lecture pour après ?

56Cet effort pour donner corps au texte est paradoxal. Cherchant à concrétiser un objet sur l’écran, il se projette en permanence au-delà de l’écran, vers un objet fantomatique, impossible à saisir. Le texte fuit sous les doigts et le regard. Il reste toujours plus loin, comme ce que l’on cherche à saisir sans parvenir à l’atteindre. Le discours des lecteurs oppose ainsi le temps de la consultation à un autre temps, réel ou désiré, celui où la lecture pourra(it) vraiment se déployer. Le sentiment d’une pression temporelle est omniprésent chez les lecteurs, pendant la consultation ou lorsqu’ils commentent leurs choix, leur abord du texte, la fabrication des traces.

  • 32 Auray, Nicolas, Politique de l’informatique et de l’information: les pionniers de la nouvelle front (...)

57L’impatience est une figure de l’imaginaire des « nouvelles technologies ». L’agacement devant des dispositifs toujours insuffisamment performants caractérise les pionniers de « la nouvelle frontière électronique32 ».Mais ils n’en ont pas l’exclusivité: dans des groupes en formation, on constate l’omniprésence de cette relation particulière au temps, sous des formes multiples. Le sentiment d’urgence justifie le commentaire des « plantés » de la machine, la critique les sites volumineux, les stratégies de gestion du temps personnel, la décision d’écrémer le texte et de garder l’essentiel pour l’impression ultérieure. Mais cette urgence est prise en charge très diversement: elle autorise une parole experte et exigeante, mais occasionne aussi bien les commentaires ironiques sur le ridicule de la cyber navigation; elle permet d’assumer une inexpérience vécue par certains comme plus ou moins coupable; elle conduit aussi parfois à des retours critiques sur un mouvement spontané: « je suis (trop) impatiente » déclare une lectrice.

58Il n’est donc pas aisé d’assigner une fonction unique à cette perception du temps, qui renvoie à une série de contextes emboîtés. Les lecteurs évoquent le coût de la connexion – ils ne se trompent pas sur la prétendue gratuité du réseau –; ils expriment la crainte de perdre leur temps, de s’égarer, avec un doute insistant sur la réelle utilité du réseau; l’impatience est aussi accentuée par l’observation en temps limité, souvent vécue comme devant être quantitativement optimisée –même lorsque des consignes différentes ont été données –;mais l’inquiétude tient à l’impossibilité de distinguer, dans les « pertes de temps », ce qui tient à la maladresse de l’utilisateur et à l’insuffisance du dispositif. Or la valeur du temps est sur sémiotisée dans l’écran (voir encadré5: La symbolique du temps): le temps qui passe est incarné en une foule de signes, indiciels, iconiques, symboliques. Cette gamme extraordinaire de représentations plus ou moins mythiques n’entraîne pas forcément une bonne perception de l’état de la machine, mais elle propose sans cesse aux utilisateurs le sentiment que quelque chose se passe, que le temps est compté, qu’il est toujours trop tôt et trop tard.

  • 33 On peut encore ajouter, pour les internautes connectés au moyen d’un modem, le clignotement des dio (...)

Si les modes de déplacement de l’utilisateur à l’écran nous ont particulièrement intéressés, nous n’avons pas pour autant évacué la dimension temporelle de la lecture, dans la mesure où celle-ci est également très importante. Lors des observations ou des entretiens, c'est une préoccupation omniprésente : « C'est long », « Ça rame », « Il y a du monde ». Une analyse du cadre des fenêtres de navigateurs montre qu'il n'existe pas moins de quatre indicateurs temporels pour Netscape par exemple.
En haut à droite, dans un petit pavé, simulation du mouvement (bombardement de météorites pour Nestcape, mouvement pivotant de la lettre E pour Internet Explorer) ;
Dans la barre inférieure, à gauche, curseur horizontal qui s'assombrit dans un mouvement de va-et-vient (dans Explorer le pavé se remplit unilatéralement de gauche à droite, en bleu, jusqu'à occuper tout l'espace) ;
Dans la barre inférieure, au milieu, mention de l'activité technique : « Connexion : contact de l'hôte » ;
Enfin, au centre de l'écran, minuteur qui remplace le curseur (sablier dans l'environnement Windows, horloge dans l'environnement Mac)33.
Cette « abondance de bien » nuit parfois à la compréhension de « l'action » effectuée entre-temps par la machine ; certains de ces signes – les deux premiers et le dernier – évoquent une temporalité abstraite : tant que le mouvement dure, l'utilisateur n'a pas la main, seule la machine travaille. Au-delà « d'un certain temps » comme disait un humoriste célèbre, la durée de ce mouvement signale qu'il y a un problème, par exemple de connexion, ou d'acheminement des paquets sur le réseau, ou d'ouverture du site cible. Mais aucune de ces explications n'est affichée, ni même induite par ces signes qualitativement neutres. Seul le troisième – énoncé linguistique descriptif – est capable de qualifier l'action en cours. L'utilisateur devra donc croiser tous ces paramètres pour essayer d'inférer une compréhension du « comportement » de l'appareil, sans forcément y parvenir. Il arrive également que l'utilisateur néophyte soit leurré par des signes équivalents, mais dont la signification est toute différente. Témoin cette personne observée en situation de formation qui patiente de longues minutes devant une page pourtant entièrement chargée, comme le montre l'inertie de tous les indicateurs précédemment cités : sous ses yeux, un bandeau publicitaire affiche un petit réveil en train de vibrer. Par analogie avec l'horloge du système d'affichage des Mac ou de certains distributeurs automatiques de billets, la stagiaire infère que la page est toujours en train de charger…

Encadré 5 : La symbolique du temps.

59L’ensemble de ces observations, qui font de la relation au temps médiatique moins un système qu’une nébuleuse de pratiques et de représentations, ne nous semble pas s’opposer à l’interprétation. Les lecteurs, qui s’interrogent sur ce qui les a fait agir, tiennent à exprimer quelque chose de plus général que la situation présente. S’ils notent que le dispositif d’observation produit une sorte de paroxysme de ce sentiment et attirent ainsi notre attention, en miroir, sur le fait que notre protocole porte les marques de l’imaginaire dominant, la consultation minutée, ils affirment très clairement y investir un souci qu’ils mobilisent ailleurs : économie de l’argent et du temps, choix difficiles, affectation d’un statut d’objet furtif au réseau, etc. Le complexe de représentations associées à ce temps toujours provisoire – trop court et trop long – comporte une cohérence. Il a en tout cas deux effets essentiels qui conditionnent l’espace d’individualisation de la pratique, tel qu’il sera décrit plus loin: l’urgence conduit à aborder le texte avec des stratégies très marquées, évaluées, non à leur exactitude vis-à-vis d’une interprétation nuancée des textes, mais vis-à-vis de leur efficience dans l’utilisation de la ressource rare du temps ; l’acte de lecture dont procède nécessairement la consultation des sites n’est pas pensé ni pensable comme une lecture pleine, il devient, pour détourner la terminologie des historiens du livre, comme une lecture extensive au superlatif. Le plus souvent les sujets observés lisent peu, au sens où ils prendraient connaissance d’une unité textuelle complexe. D’ailleurs l’équipe d’observateurs elle-même a dû lutter contre l’étonnement que suscitait chez elle le seul cas d’une lecture intensive méthodique des textes paragraphe après paragraphe, ce qui montre l’importance des représentations associées au média. Il existe donc une sorte de design général de l’acte de pseudolecture. Les signes doivent être sélectionnés et captés rapidement, en quelque sorte collectés, avec cette idée sans cesse reprise qu’un autre temps pourrait exister pour la lecture effective des documents. Les lecteurs ont besoin de points de repères, ils en ont et s’en donnent tous quelques-uns ; mais personne ne les a tous, personne ne prend suffisamment le temps pour regarder tous les repères. Cette nouvelle phénoménologie du lire conditionne l’ensemble des analyses qui suivent, sur la nature des initiatives de manipulation des textes.

Forme visible, forme représentée, forme normée

60On pourrait résumer l’ensemble de ce qui a été observé jusqu’ici par une formule : ce qui est présenté au « lecteur » n’est pas défini mais donné à définir. C’est tout ensemble une machine, des signes, des formes, du discours, de l’information. Les lecteurs sont conduits à constituer ce qu’ils ont devant eux. On le voit en analysant la terminologie avec laquelle ils qualifient les objets et les actes, comme en analysant les activités par lesquelles s’affirme une appropriation singulière du texte.

  • 34 La technique d’analyse a été la suivante : à chaque fois qu’un terme est employé par un sujet diffé (...)
  • 35 Il faut sans doute nuancer ce constat par deux facteurs : d’une part le fait que pour donner une co (...)

61La fréquence d’emploi des termes34 désignant les objets et les actes de la consultation donne une forme tangible à cette incertitude, tout en confirmant l’importance des processus métaphoriques à l’œuvre: pour désigner l’objet médiatisé et la pratique de manipulation qu’ils en développent, ils convoquent des domaines d’expérience ordinaire et de pratique culturelle bien définis. Comment les lecteurs nomment-ils l’objet de leurs pratiques ? L’étendue des catégories mobilisées confirme que celui-ci reste à définir. Elles vont des techniques informatiques aux organes du corps, en passant par le livre, les pratiques de lecture, le parcours spatial. Les termes qui reviennent le plus souvent sont l’information35 (11), le verbe lire (8), le temps perdu ou gagné (8). On évoque des pages (6), l’acte d’imprimer (6) à peu près autant que les catégories « phares » de l’Internet, le lien (6), l’action de chercher ou rechercher (6). Les représentations de l’objet comme informatique, livre, espace à parcourir ou activité intellectuelle sont en concurrence.

62Le modèle le plus prégnant en termes de médias est celui du livre et de la lecture – la relative sous-représentation de l’image et des autres médias est par exemple significative, on parle plus souvent de « lire » que de « voir ».Ces emprunts entrent en résonance avec les observations relatives au corps. On évoque des moyens de matérialiser le texte: crayon, imprimante, bouquin; les catégories désignent des structures connues et tangibles – page, titre, rubrique, sommaire – suggérant un transfert de l’imprimé sur l’écran; la lecture rapide – diagonale, survol – s’oppose à une lecture « à tête reposée ». La problématique de l’espace et du parcours est très prégnante: le sujet se situe face à une masse indistincte, qu’il cherche à qualifier à la fois comme une surface – autour, délimiter, morceau, etc. – et comme un volume – profondeur, arborescence, aller dedans, etc. Le vocabulaire de l’errance est très présent: un vocabulaire lié aux discours d’escorte du Web, mais en fait opposé à l’idée de navigation – qui suppose un repérage. Un imaginaire très fort du retour – retourner, revenir – se fixe sur le signe « précédent » (« back »). La lecture apparaît comme une stratégie d’exploration, de survol, pour repérer, marquer, et ensuite – dans cette temporalité projetée – exploiter le résultat. S’il y a bien désorientation, on est assez loin de l’idée répandue de « perte dans le cyberespace », supposant un éloignement constant du point de départ: davantage le Petit Poucet que Blanche-Neige…

Certains lecteurs tentent d’appréhender les sites au filtre de formes textuelles déjà vues, de modèles connus. Constatant une zone de recouvrement entre des catégories familières et les écrans de l’Internet, ils qualifient rapidement les identités, intentions et stratégies de communication.
En effet, les formes reconnaissables dans leur filiation aux médias précédents fourmillent sur les écrans de l’Internet. Ainsi, le site du bulletin.com (dont le nom est significatif) structure l’écran d’accueil à la manière des unes des journaux. Colonnes, filets, encadrés, lettrines orientent vers des unités textuelles « articles » (avec leurs sur-titres, titres, chapeaux, corps du texte, inters et signatures) en une cascade graphique éprouvée par cinq cents ans d’histoire de la presse.
Sur ogm.org, site de l’association de semenciers, un lien porte l’intitulé « livre blanc », évoquant ainsi un rapport sérieux, scientifique, et non-partisan, issu d’un travail d’analyse et de synthèse, premier stage d’une organisation écrite reprenant les canons de la scientificité. L’une des observées choisit le lien « livre blanc », en indiquant qu’elle même avait participé à la rédaction d’un tel document et pensait y trouver une définition du sigle OGM.
Il y a aussi la citation simple de documents types, relevant souvent de communications traditionnelles. Nestlé présente un texte intitulé « mot du président » proche de la lettre glissée en tête d’un rapport annuel d’entreprise : des paragraphes courts, une stratégie présentée à la première personne et déclinée autour de termes-clés mis en évidence par des gras, signature, et surtout portrait du PDG accolé à cette lettre. Toutes ces proximités formelles et sémantiques, comme autant de traces de « documents-parents », concourent à qualifier le site, dans cette partie, comme institutionnel.
Parmi les termes relevant du lexique documentaire circulant sur les écrans, on trouve « article », « rubrique », « communiqué », « rapport » et parfois même « citation » : ainsi, sur ogm.org, une rubrique est entièrement consacrée à la mise bout à bout de fragments de textes (quelques lignes seulement), contenant des paroles rapportées autour du thème. Cette succession, tel un collage surréaliste, tend à fondre tous les énonciateurs en un seul, par l’effet de liste tabulaire qui lisse les discours. L’énonciateur « ogm.org » s’accapare dès lors la part de notoriété et de distance de chacun des « cités » vis-à-vis du sujet traité.

Encadré 6 : Quand les sites citent.

63En regard, les catégories proprement techniques sont peu représentées – moteur de recherche 1; navigateur 1; portail 1; souris 1. Les acteurs n’ignorent pas nécessairement les termes techniques, mais ceux-ci ne leur servent pas à gérer leur pratique lectoriale. Toutefois le discours technologique ambiant se manifeste dans l’omniprésence du terme général « information » par rapport à toute qualification sémiotique précise – texte, image, graphique, etc. –, aussi bien que dans une représentation de la structure par « liens ».

Figures, postures, parcours

64Le rapport qu’entretiennent les lecteurs avec le dispositif éclaire la tension initialement constatée entre détermination et initiative et la dynamique dont procède cette « différenciation cadrée ». Les lecteurs sont confrontés à un objet complexe et même indécis dans sa nature. Qu’est-ce qu’un média informatisé ? un meuble vis-à-vis duquel le corps « prend ses marques », une machine dont on subit les rythmes, quelque chose comme un livre, une réserve d’éléments, un espace à parcourir, et encore un ensemble d’objets plus petits et plus spécifiques, qui se nomment « informations » ou plus rarement « textes », « images », « discours ». Les sujets que nous avons rencontrés nous sont apparus, tour à tour ou tout à la fois, des personnes occupant un espace, les agents d’un processus mécanisé, des voyageurs d’un monde inconnu, des acteurs d’une recherche, tout en restant les lecteurs d’un texte complexe. C’est comme si devant eux l’objet semétamorphosait au fil de leurs engagements, devenant pupitre, appareil, porte, panier, livre.

65Ainsi s’exprime, sur ce terrain, la difficulté de nommer la réalité à laquelle nous sommes confrontés en tant qu’analystes. L’observation ne lève pas cette difficulté mais lui donne sens. Chacune des consultations est bien une lecture, pénétrée de gestes et de termes visant à identifier un ensemble signifiant ; mais le texte n’existe que médiatisé par d’autres objets qu’il appartient au lecteur de reconnaître. C’est dans cette tension que l’initiative personnelle se déploie.

Quelques hypothèses sur la pratique

66Voici une tentative pour reconstruire cette dynamique. Tout passe par la « chorégraphie », qui établit une relation physique, définit un usage du dispositif et concrétise les objets d’intérêt. Elle s’accompagne souvent de manifestations orales, qui ne sont pas des lectures, mais un dialogue avec soi-même. Elle comporte des phases d’engagement et de désengagement qui ponctuent des attentes, des captations et des déceptions. Le jeu de la main et du regard, médiatisé par le pointeur, opère une sorte de commentaire visuel des contenus de l’écran. Ainsi émergent une pratique et, par elle, des modes de valorisation et de dévalorisation des objets, mettant à profit certains discours circulants mais aussi des habitudes et compétences héritées.

67Cette dynamique exprime toujours un positionnement culturel, porteur d’effets cognitifs, mais elle ne traduit pas nécessairement une pleine initiative lectoriale. Elle mène soit à la désorientation, soit à la qualification des textes. L’écran peut « faire écran » : ce qui n’apparaît pas n’est pas vu, ou encore la lecture prélève des signes sans les contextualiser. Dans d’autres cas au contraire, le lecteur parvient à dégager une forme de texte de ce qui lui est proposé : il choisit et hiérarchise les signes, anticipe des textes virtuels, confronte à ses attentes ce à quoi il accède.

68De notre point de vue d’analystes, la « consultation » convoque chez le lecteur plusieurs exigences à la fois, et ceci de façon immédiate et implicite. En simplifiant, on identifie quatre compétences principales :

    • Savoir faire fonctionner la machine ;

    • Savoir lire les signes pour repérer la structure des textes ;

    • Savoir qualifier ces textes en tant que productions culturelles ;

    • Savoir maîtriser ce qu’est la recherche d’informations.

  • 36 Un thésaurus est un ensemble organisé de termes permettant une classification thématique des inform (...)
  • 37 Cette hypothèse ressortait de l’observation de sessions de formation de documentalistes bibliothéca (...)

69De ces compétences, les lecteurs ont une maîtrise inégale. Ils distinguent plus ou moins les niveaux d’organisation de l’« objet technique et textuel » – que certains voient surtout technique et d’autres plutôt textuel – et ne l’abordent pas de la même façon. Les entretiens font apparaître une gamme de savoirs acquis et reconvoqués: certains sont à l’aise avec les choix logiciels; d’autres ont une pratique des thésaurus lexicaux36 ; d’autres savent traquer la rhétorique d’un discours; d’autres ont « l’œil » pour qualifier une «mise en page », etc. Il faut pourtant se garder de classer les lecteurs sur une ligne allant du novice à l’expert, parce que beaucoup de savoirs sont en jeu. Il arrive même que certains professionnels oublient leur savoir-faire, comme si le nouveau support était tout autre37.

70Nul ne détient la totalité du savoir sur l’objet. Celui-ci se dessine au fil des choix – actualisation du texte, interprétation, qualification – dont chacun produit du savoir et de l’ignorance. Le succès que l’un remporte dans la collecte d’éléments nombreux, l’autre l’obtient en repérant l’orientation des discours. Mais ces divers savoirs occupent une place spécifique dans le processus; il serait aussi erroné de les croire équivalents que de les classer en ordre d’efficacité.

71Une relative aisance technique est primordiale. Apprivoiser le média comme machine est indispensable pour considérer l’existence de textes. La dépossession, l’enfermement sidèrent. Ils ne se traduisent pas nécessairement par l’inactivité : la frénésie de « cliquer » et d’atteindre un au-delà permanent du texte détournent aussi bien de reconnaître des formes. Il est nécessaire de passer par ce « sas » des savoir-faire techniques, imposés par l’existence du dispositif, pour libérer le geste de lire. Plusieurs des sujets le soulignent, soit pour mesurer leur incompétence, soit, plus rarement, pour rejeter cette obligation dévoreuse d’énergie.

72Au-delà se déploient les savoirs multiples de la lecture : savoir chercher de l’information sur un sujet, savoir interpréter l’organisation du texte, savoir reconnaître un objet éditorial, un énonciateur, une orientation argumentative. Autant d’exigences qui sont celles de l’imprimé, avec une différence importante : la matérialisation du texte dépend du lecteur, et donc celui-ci façonne la forme de l’objet en même temps que son interprétation. C’est cette production parallèle – relation, figure, interprétation, qualification – que décrit la typologie que nous avons élaborée.

Figures de la relation au texte

73Nous tentons de reconstruire des conditions de possibilité de la pratique que les pratiques individuelles actualisent différemment. Ce qui définit un espace de différences que nous nommons: « figures de la relation au texte de réseau ». L’essentiel des observations et hypothèses est résumé en un tableau où chaque lecteur occupe une ligne (voir tableaux en annexe, p. 325). Ce tableau caractérise la posture du lecteur et son projet, la relation qu’il établit avec l’objet auquel il est confronté, sa façon de définir le texte, la forme que prend dans son activité le jeu contrainte/initiative, les effets de cette pratique en termes de capacité à qualifier les textes.

74Un tel tableau ne suppose ni grammaire, ni exhaustivité, ni causalité stricte : aucune nécessité n’unit un type de posture à une figure du texte. Il y a certes un lien entre ces différentes composantes de l’activité de lecture et une singularité des postures, que le tableau rend visibles, mais cela ne constitue pas à proprement parler un système. Cette représentation distingue et relie des niveaux d’organisation des pratiques de lecture ; elle fait apparaître ainsi une cohérence des actes et propos d’un lecteur ; elle montre que se dessinent des objets et des logiques très différents d’un lecteur à l’autre, à partir des mêmes ressources et des mêmes propriétés du média. Verticalement, on distingue des postures différentes, qui arpentent en quelque sorte l’espace des actualisations possibles du texte réseau ; horizontalement, on voit un lecteur se donner une représentation de ce qu’il perçoit et de ce qu’il fait, aboutir à tel ou tel type de lucidité et l’illusion, à la qualification ou à la capitalisation de ce qu’il consulte. Mais il ne s’agit que de quelques figures, d’ailleurs marquées par une plasticité et des tensions que le tableau représente mal.

75Trois notions méritent d’être explicitées, celles de posture, de projet et de qualification du texte, dégagées peu à peu dans l’analyse des résultats d’observations. Chacune désigne un niveau différent d’organisation de la pratique de lecture, fondé sur un matériau différent.

76En parlant de qualification du texte, nous interprétons l’écart entre ce que l’analyse sémiologique des sites révèle et ce qu’en perçoivent les lecteurs. C’est une sorte de résultat informationnel de la lecture : certains lecteurs ne différencient pas les textes, ils les traitent comme une matière informationnelle indistincte, d’autres qualifient un matériau thématique, des positions discursives, un statut social, un genre éditorial.

77Notre hypothèse est que ce n’est pas par hasard que tel mode de lecture conduit à une qualification riche ou faible, équilibrée ou orientée. L’idée de « posture » vise à désigner cette cohérence, fondée sur l’ensemble des observables de la consultation. Le nom donné à ces postures constitue sans doute l’interprétation la plus forte à laquelle nous nous livrons. Il contient une théorie de l’articulation sémio-ethnologique entre texte et lecture sur le réseau.

78Toutefois, au fil du travail interprétatif, la notion de posture s’est révélée insuffisante et la catégorie du projet nous a paru nécessaire. Les lecteurs prenaient l’initiative de convoquer quelque chose de plus vaste, de plus ancré dans l’expérience et le contexte social. Deux postures également critiques peuvent correspondre à des projets très différents. Aude et Séverine établissent une même distance vis-à-vis de l’objet texte. Mais la logique sociale et culturelle dans laquelle elles placent leur lecture est très différente, la première jaugeant un objet documentaire et la seconde menant enquête sur les opinions représentées. D’où le choix, pour une même posture – posture critique qui s’oppose à la posture sidérée d’une autre « lectrice » collée à la machine – de distinguer un projet métaéditorial et un projet dialogique. L’une se pose en actrice d’une lucidité documentaire tandis que l’autre s’engage comme citoyenne dans un débat d’opinion.

  • 38 Le terme est emprunté à Joëlle LeMarec et Jean Davallon, qui en usent pour fonder une approche des (...)

79Le problème épistémologique de la catégorisation rejoint ici l’espace des points de vue déployés par les divers terrains. S’il nous a fallu ouvrir l’interprétation, de la qualification du texte vers l’hypothèse des projets, c’est parce que même dans une observation relativement resserrée et artificielle les dynamiques sociales et culturelles font incursion – certes de façon dégradée et oblique. La façon dont les lecteurs nous expliquaient le sens de leur pratique a conduit à abandonner la recherche d’une catégorisation par les seules postures et à faire jouer celles-ci en tension avec le projet38.

Rapide caractérisation

80Nous avons distingué cinq types de postures (voir Annexe I, p. 325) :

  • Dans la posture critique, le lecteur essaie de créer une distance pour commenter le texte, affirmer un point de vue sur lui et le qualifier, ne pas le subir : souci explicitement invoqué dans l’entretien et donnant des résultats observables ;

  • Dans la posture experte, le lecteur se présente comme détenteur de critères de qualité de l’information: il se distingue du profane, formule des exigences vis-à-vis de ce que doit donner un site. La pratique manifeste une impatience qu’accompagnent des jugements sur les textes, souvent péremptoires et agacés;

  • Dans la posture cynique, le lecteur n’entre pas dans la tâche qui lui est proposée, ou le fait de façon purement formelle ; il est prévenu contre ce qu’on lui propose et il se livre à une démonstration de non-investissement : pas de stratégie réelle de recherche, pas de qualification des textes ;

  • Dans la posture capitalisante, le lecteur part à la collecte d’informations, avec un critère quantitatif ; il cherche le meilleur moyen de naviguer dans les sites et de se constituer un fonds documentaire conforme à une représentation préalable des éléments nécessaires à une information complète ;

  • Dans la posture sidérée, le lecteur – qui ne se pense pas comme lecteur – ne sort pas d’une indistinction de l’objet : il est absorbé par l’activité, ne sait pas ce qu’il cherche, ne prend pas de distance, ne définit ni stratégie ni critère en ce qui concerne les textes et les informations.

81Nous avons d’autre part identifié six projets, moins rigoureusement définis et incontestablement non représentatifs de l’étendue des possibles, qui renvoient à des espaces de pratique et de valeurs bien distincts.

    • 39 Devos, Nicolas, « L’Évaluation des documents multimédias en ligne », Communication & langages, n° 1 (...)

    Dans le projet métaéditorial39, le lecteur se pose en évaluateur d’un texte, il en analyse les composantes et essaie de le qualifier du point de vue de son statut culturel et social : il se fait un peu documentaliste ;

  • Dans le projet dialogique, le lecteur apparaît comme un citoyen, impliqué dans les débats de société, cherchant à définir son point de vue ; il identifie des acteurs, des postures discursives ou politiques ;

  • Dans le projet informationnel, le lecteur parle comme un promoteur d’usages informationnels, un expert en qualité des sources : il diagnostique les productions auxquelles il a affaire et les soumet à un certain nombre de critères, tous fondés sur l’utilité pour un public ;

  • Dans le projet pragmatique, au contraire, le souci de maîtriser l’objet technique est la préoccupation du lecteur ; il adopte manifestement le rôle du « novice », s’emploie à faire fonctionner la machine et caractérise comme outils ce à quoi il est confronté ;

  • Dans le projet métaphorique, le lecteur essaie principalement – tous le font un peu – de retrouver des objets qu’il connaît: la référence à un modèle imprimé, pour la lecture ou pour le mode de saisie des objets, est absolue ;

  • Dans le projet institutionnel, le lecteur cherche à qualifier les textes, mais il le fait selon des normes formelles de crédibilité : il cherche à repérer dans les textes de réseau des catégories en harmonie avec les catégories de l’édition et de l’école.

82Les discours permettent d’« ancrer » plus précisément ces projets, dans une recherche d’assurance sur une compétence, dans une pratique de consommatrice, dans le professionnalisme d’un métier de secrétaire, etc. Les observations suggèrent l’ouverture vers une sociologie des habitus : la tension de la posture sidérée n’exprime pas la même relation à la culture informatique que la négligence calculée de la posture d’expert. Le projet pragmatique peut se vivre dans la culpabilité comme dans le cynisme. Certains projets et certaines postures ont une proximité forte : une posture critique accompagne aisément un projet métaéditorial ou une posture sidérée un projet pragmatique. Mais l’homogénéité des différentes figures varie d’un lecteur à l’autre: certaines consultations sont très cohérentes – toutes le sont à un niveau général –, mais il y a de nombreuses hésitations et des mixtes.

Les signes actualisés, les textes qualifiés, les pouvoirs matérialisés

83L’analyse conduit à éclairer la sémiotique de l’écrit d’écran par la dynamique d’une relation au texte. Dans l’observation, l’interprétation des signes – la sémiose – n’est pas une pure possibilité, mais une pratique effective. Des lecteurs confrontés à un même corpus usent de marges d’interprétation et affirment une initiative. Nous avons pu voir de près, face au texte, comment cette initiative parvenait ou ne parvenait pas à aboutir. Nous pouvions observer une lecture gestualisée, au sein des formes du texte, puis revenir dans l’entretien sur la nature de cette initiative, sur le type de sélection et d’interprétation des signes privilégié dans telle circonstance, avec telles conséquences.

84Beaucoup de pistes se dessinent pour répondre aux questions posées au fil de la recherche : quels sont les effets du jeu entre supports et signes ? comment procède l’interprétation de ces signes ? quel partage s’y dessine des pouvoirs de l’écriture et de la lecture ? quels sont les effets sur la lecture des nouvelles complexités du texte ? comment les textes sont-ils reconnus et dotés de statut ?

L’observation ne dissipe pas l’interprétation

85Deux réserves de taille indiquent les limites de ce qui peut être présenté dans cet ouvrage. La première tient aux paradoxes de l’autoréférence sémiotique, qui renvoie l’observation de la conduite des lecteurs à l’activité de lecture du chercheur lui-même, la seconde aux difficultés que présente l’interprétation des constats et intuitions partagés par le groupe de chercheurs.

86Il n’y a pas de dépassement du sémiotique par le pragmatique. L’enquête ne répond pas aux questions que pose la lecture. Il n’est pas possible de comprendre la production du sens par une simple observation des conduites. L’analyse sémiotique est limitée, mais attendre de l’agir qu’il détruise ces limites serait naïf. En effet, rien n’est visible des pratiques qui ne soit en même temps référé à une analyse du texte. La lecture que nous attribuons au lecteur observé est saisie à travers notre lecture du corpus. Seule cette lecture – ici explicitée, plus implicite dans certains autres protocoles, mais toujours déterminante – rend visible la présence d’un signe, l’abandon d’un parcours, la réussite ou l’échec d’une interprétation. Tout cela échapperait à qui n’aurait pas lu – d’abord, en même temps ou a posteriori – ce dont il s’agit. D’autre part, ce que nous décrivons comme activité du lecteur est un ensemble de signes – gestes du corps, actes sur la machine, faits de langue et de discours dans l’entretien – que nous interprétons comme les éléments d’une pratique.

87L’observation de la pratique est ainsi enclavée entre deux études sémiotiques, celle des textes réunis en corpus, celle des corps constitués en textes. Mais il y a observation. Lorsque nous décrivons des postures ou des événements, nous nous référons à des parcours de lecture, à des jugements portés sur les textes, au type de mémoire qui en est conservé, aux explications que les lecteurs donnent de leurs choix, à leur commentaire des écrans. En plus d’une circonstance, l’obstination d’un lecteur à réaffirmer une posture lorsqu’on lui en suggère une autre donne consistance à nos hypothèses.

88La seconde difficulté est l’extrême densité des phénomènes concernés, qui rend très difficile la prise de recul. Par-delà le sentiment partagé, de « tenir » des choses à chaque choix, à chaque incompréhension, à chaque jugement et le fait de rencontrer sans cesse ce qui a été jusqu’ici décrit, il n’est pas aisé de rendre raison de ce qui est en jeu. Les plans sur lesquels se déploie la sémiose sont nombreux et emboîtés.

89Les observations confirment et enrichissent les notions les plus fondamentales de l’écrit d’écran et précisent la façon dont s’institue le mode de présence du texte. Le couple écran unique/signe passeur sort renforcé de l’observation. La difficulté de repérer les signes dans le texte, de relier texte actuel et texte virtuel – qui avait initialement statut d’hypothèse théorique – prend corps en scénarios d’action, au fil des parcours et des dialogues. La présence de signes multiples sur un écran unique mobilise l’activité des lecteurs : ceux-ci s’emploient à repérer ces signes, à les interpréter dans leur contexte, à produire des inférences sur ce à quoi ils donnent accès. Et tout cela, avec un bonheur inégal, mais jamais une réussite complète. Dans la diachronie d’une session et dans les récits des lecteurs, les basculements, hésitations, repentirs donnent corps à ce qui nous était apparu, en synchronie, comme une structure de l’écrit d’écran.

90En même temps, la complexité de ces signes passeurs, unis par une même contrainte logicielle mais interprétés, organisés et énoncés différemment, demanderait un travail de qualification sémiopragmatique qui a dépassé le temps et les moyens dont nous disposions.

91On en vient vite à des hypothèses plus complexes, à des questions plus globales : y a-t-il une sémiotique spontanée des lecteurs ? comment reconstruisent-ils l’identité des textes ? repèrent-ils ou instituent-ils de la distinction dans le flux de l’écran ? quelle qualification concrète font-ils des objets repérés ? etc. Sur tous ces points, les observations se multiplient. Au-delà s’ouvre un espace d’analyse encore plus large, soulevant des enjeux idéologiques, culturels et sociaux : par exemple, une culture profonde de la lecture, une relation à la véridicité, une façon de mobiliser des habitus.

92Sur tous ces points, la confrontation entre les propriétés du corpus et les réactions des lecteurs est parlante. Elle occasionne beaucoup d’« incidents critiques » qui manifestent tantôt la prégnance de structures communes, tantôt l’ampleur des variations interprétatives. Il existe des différences à la fois signifiantes et organisées entre abords du texte et postures lectoriales, qui éclairent une lucidité ou une illusion, une confusion ou une distinction, à propos des mêmes textes. Mais si nous pouvons postuler des congruences et prévoir des effets, nous ne savons pas relier sûrement une gestuelle, une posture intellectuelle et une prédilection pour telle attitude de lecture. Plus fondamentalement, nous ne comprenons pas réellement la nature des activités interprétatives ni l’étendue des opérations de jugement.

93Ce paradoxe – valeur démonstrative des événements, complexité de leur cadre interprétatif – nous a fait prendre ici le parti d’ouvrir des pistes de recherche sur des questions en nombre limité. Nous sommes conscients de l’ampleur du travail nécessaire pour mettre à l’épreuve les pistes d’analyse ouvertes par l’ensemble des événements interprétatifs observés. Il était impossible de mener à bien ce travail dans le temps imparti à cette recherche. Nous cherchons ici à tracer des perspectives de travail.

94Deux hypothèses ressortent fortement de l’analyse. Il nous apparaît que la forme des sites conditionne le type de problème de communication auquel les lecteurs sont confrontés. D’autre part, nous pensons qu’il existe, face à ces formes prégnantes du texte, une prédilection sémiotique des lecteurs: nous entendons par là une façon de privilégier certains signes, de découper en quelque sorte un texte au sein du visible.

95En présentant ces deux hypothèses, dont l’une atteste la contrainte exercée par les productions écrites et l’autre la mobilisation par le lecteur d’une « imagerie du texte », nous n’entendons pas équilibrer les signes d’un côté et les acteurs de l’autre, leur attribuer deux espaces symétriques et disjoints. C’est la rencontre entre les propriétés des objets sémiotiques et l’effort pour les reconnaître qui est en jeu. Le pouvoir instituant des formes textuelles se révèle par un ensemble d’opérations de lecture et de non-lecture et, inversement, la prédilection sémiotique des lecteurs incarne diverses définitions du texte que les paradigmes sémiotiques tendent à privilégier.

La forme du texte comme condition du visible

96Face à la force homogénéisante du dispositif de réception, la confrontation des lecteurs à un ensemble textuel diversifié permet d’évaluer dans quelle mesure l’hétérogénéité est perçue, reconstruite, analysée : c’est ce que nous avons nommé « la qualification du texte ». Les textes étaient différents sur le plan du matériel sémiotique, des logiques éditoriales, des postures discursives et aussi du substrat logiciel ; mais cette différence était visible et perceptible à des degrés et selon des modalités variables. C’était une donnée structurante de la recherche.

97Cette diversité des sites a eu un effet « en ricochet » sur deux niveaux de la recherche. Elle a confirmé l’importance de la forme texte, en montrant que la construction des sites conditionne le type d’événement que la lecture apporte. Les différents sites n’ont pas posé le même type de problèmes aux lecteurs, mais ceux-ci se sont souvent retrouvés les uns et les autres confrontés sur le même site au même problème. La seconde conséquence, moins attendue, n’est pas moins importante. Chacun des sites a infléchi la nature des problèmes posés à la recherche elle-même. Il est parfois apparu une richesse et une complexité imprévues: par exemple les fortes interprétations d’un signe qui nous semblait anodin, l’adresse « ogm.org », ont suscité une analyse spécifique des inférences liées à cette adresse. Inversement, certains événements que nous attendions du corpus ne se sont pas produits: par exemple, sur le site « Cité des sciences », les difficultés d’accès au texte virtuel ont rendue inutile notre analyse sémio-discursive, neutralisant le rôle de ce site en matière de contrat de communication.

L'une des difficultés suscitées par la qualification de l'écrit de réseau réside dans la faiblesse des indices de généricité qu'il recèle a priori. À quel « genre » appartient tel texte, tel site? Pour déterminer la place d'un site dans un genre, l'internaute dispose d'indices à la fois multiples et peu déterminants. Il devra souvent en grande partie construire sa propre représentation du genre, tandis que l'éditeur classique qualifiera volontiers, sur la couverture d'un livre, ou dans le libellé d'une collection par exemple, tel texte de « roman » ou d’« essai».
Cependant, avant même d'exister à l'écran, dans la « page Web » ouverte dans le navigateur, le texte peut se trouver qualifié dans une source extérieure – annuaire de recherche, liste d'URL, article de journal spécialisé – par son nom de domaine. Faire une étude « toponymique » des noms de domaine et de leur brève histoire, des enjeux de pouvoir et d'identification qui se cachent derrière l'attribution de ces adresses – voir par exemple les enjeux juridiques liés à la préemption des noms de marques par des « cyber-squatteurs » dans les premières heures du Web – est un sujet passionnant qu'il ne nous appartient pas de développer dans ce cadre. Nous ne mentionnerons ici qu'un exemple particulier, observé lors de la manipulation du « corpus ogm » par les personnes interviewées.
Dans une URL, le nom de domaine est composé d'un suffixe en «.X » (.com, .fr, .gov, .org, etc.) précédé d'un préfixe qui jouera d'autant plus son rôle d'identifiant qu'il sera proche du nom désignant, de la manière la plus indicielle possible, le contenu du site ou l'annonce du contenu. Le cas le plus évident est représenté par l'utilisation des noms de marques ou de raisons sociales : peugeot.fr, agf.fr, ou d'institutions : whitehouse.gov, bnf.fr, etc. Cependant, préfixe et suffixe doivent s'associer pour fournir une méta-information sur le contenu. En l'absence d'un des deux termes, tous les leurres sont possibles, et les sites pirates de la Maison blanche se déclinent en whitehouse.com, whitehouse.org, whitehouse. com, etc. Les combinaisons sont multiples, et les motivations souvent plus que douteuses – comme benladen.com qui ouvre un site… pornographique. La complexité de ce décodage, la prudence que l'on doit manifester a priori dans l'interprétation d'un nom de domaine, pour qualifier un site avant même la lecture, impliquent de grandes possibilités d'erreurs d'interprétation.
Si nous prenons le cas de ogm.org, nous constatons :

  • Que de nombreux utilisateurs confèrent au suffixe .org une qualité d'autorité que cette extension ne possède pas nécessairement : « Je le prends parce que c'est un site officiel » (ce qui n'est pas vrai, à la différence du .gov ou du .mil), «.org, c'est sérieux ».

  • Que le sémème (OGM), du fait même de son caractère éponyme de l'objet de la recherche, donne un poids particulier à ce site parmi tous les autres – un site visité par quinze lecteurs sur dix-sept et choisi en premier par neuf d’entre eux, dont les deux lecteurs adoptant la posture « experte ». Comme si nommer simplement, sans autre indice l'objet OGM et donc l'objet de la recherche, suffisait à qualifier l'information qui y est contenue comme une information objective, « neutre ».

Dès lors, la combinaison des deux facteurs induit un fort indice de scientificité, qui pousse l'internaute, dans la liste qui lui est soumise, à privilégier ce site, et surtout, à lui accorder une confiance a priori qui influencera la lecture, même lorsque des indices contradictoires se dévoilent au fur et à mesure de la consultation.

Encadré 7 : L’URL comme signe d’identité, à propos de « ogm.org».

98Si l’on confronte les analyses sémiologiques aux parcours et commentaires des lecteurs apparaissent des articulations fortes entre les propositions portées par le texte et les difficultés et réactions des lecteurs. Nous sommes confrontés à une sorte de texte en actes. Voici trois exemples.

99Le site de la Cité des sciences et de l’industrie est celui dont la « rentabilité informationnelle » a été la plus faible. Le site est visité comme celui d’une institution officielle de médiation des savoirs : les lecteurs qui s’y intéressent en attendent un savoir fiable, une vulgarisation institutionnelle. Ils n’anticipent pas la logique de débat public sur les enjeux des OGM.

  • 40 Il faudrait, pour approfondir cette piste, se référer aux analyses faites par Joëlle LeMarec sur ce (...)

100Cet écart est celui qui existe de fait entre les valeurs que revendiquent les institutions de médiation et la figure classique de la vulgarisation. Mais ce malentendu dans les attentes40 pourrait se dissiper à la rencontre du texte. Toutefois, la page d’accueil n’offre aucune annonce identifiable. Cet écran propose une pléthore de signes passeurs sous forme de listes elles-mêmes inscrites dans une structure tabulaire. Le lecteur est renvoyé à l’espace démultiplié de ses propres choix. Ce qui s’affiche n’est pas l’affirmation d’une logique de communication, mais la démonstration d’une disponibilité informationnelle. Aucune relation de débat, de dialogue ou d’investissement institutionnel n’est donnée à lire. Les lecteurs interprètent la forme liste comme l’annonce d’une banque documentaire, ce qui réactive l’attente d’une communication didactique, déçue en tant que telle.

  • 41 Cotte, Dominique, « De la une à l’écran, avatars du texte journalistique », Communication & langage (...)
  • 42 Sciences actualités est une sorte périodique numérique lié à un espace d’exposition de la Cité. Mai (...)

101Les observations attirent l’attention sur la distance qui sépare la présence de ressources d’un rapport de lecture instauré par l’écran : distance entre le modèle du portail et la réalité de l’écrit d’écran. La prolifération des signes passeurs – la remontée de la profondeur en surface41 – dissuade toute lecture du projet de communication. Aucun des soixante signes présents sur le premier écran ne concerne les OGM. Il faut passer par le moteur de recherche ou par un média difficile à identifier, Sciences actualités42, pour accéder aux textes relatifs au débat sur les OGM. Mais pour comprendre quels sont ces textes – résumé de débat, transcription du débat, revue de presse, etc. –, il faut lire un grand nombre d’écrans et trouver, dans des zones peu visibles, les indices de leur statut éditorial. Ce site confirme l’importance de la rhétorique du visible et de l’invisible, par rapport à l’« arborescence » de l’information : effet d’ailleurs amplifié par le fait que le moteur de recherche du site ne fonctionnait pas toujours – ce qui fait partie de la construction textuelle effective à laquelle ont été confrontés les lecteurs, qui ont eu à interpréter cet échec et y sont inégalement parvenus.

102Le site de l’entreprise Monsanto suscite des événements d’une toute autre nature. C’est une mine d’observations en ce qui concerne la qualification des textes et les rapports de pouvoir qui s’établissent entre les scripteurs qui manipulent les signes ostensibles d’identité et les lecteurs qui décryptent les logiques de communication. L’imposition d’une forme conduit le lecteur à puiser dans sa culture : le corps-à-corps entre rhétorique scriptoriale et vigilance lectoriale donne matière à échanges riches et contrastés au cours de l’entretien.

103En effet, le site de cette entreprise agro-alimentaire procède d’une construction très complexe. Les logiques de communication y sont emboîtées. L’entreprise – qui vend des produits issus d’OGM – efface la logique « communication institutionnelle » classique, pour mettre en avant une identité de centre de ressources documentaires. Ceci, à tous les niveaux d’organisation du texte : exploitation des structures visuelles de l’espace documentaire, rhétorique du lien et de la citation, connotation des formes et des couleurs, effets stylistiques de scientificité.

104Cette stratégie qui consiste à s’avancer masqué a l’intérêt, pour notre enquête, d’entraîner une hétérogénéité spectaculaire entre les différents niveaux d’organisation du site. La construction discursive, éditoriale, documentaire, sémiotique est feuilletée, convoquant des textes de presse et des développements didactiques. La valeur argumentative des discours est à la fois renforcée et niée par l’affichage éditorial d’une forme documentaire. La mise en abîme des textes par les liens joue de leur hétérogénéité, tout en récupérant celle-ci au bénéfice d’un projet contrôlé. En somme, le jeu de l’affiché et du masqué est très subtil: une énonciation éditoriale –mise en texte –, documentaire – rassemblement de textes divers – et logicielle – ouverture de fenêtres – plus ou moins « décryptée » par les lecteurs. La polyphonie du site – nombreuses citations et références –, la complexité des parcours – pluralité des signes pour les mêmes liens, ouverture d’un site auxiliaire – et la dissémination des indices entre les niveaux d’organisation du texte – couleurs, organisation graphique, paratextes, discours principaux et secondaires – rendent déterminantes les différentes stratégies de lecture.

105Le site Webencyclo matérialise parfaitement, pour sa part, une certaine logique d’organisation du texte, celle qui repose sur la fragmentation de l’information. Nous avons affaire à une logique « à prendre ou à laisser »: nos lecteurs ont le plus souvent laissé, parce que le « produit » discursif proposé, un ensemble de définitions à collecter, ne faisait pas sens pour eux. Ce site donne pratiquement à toucher la figure de l’arborescence. C’est l’archétype de l’hypertexte informationnel: le mot-lien prédomine partout, l’énonciation éditoriale procède par cadres rigides et emboîtés, les unités de texte sont réduites et distinctes.

  • 43 Cotte, Dominique, « Le texte numérique et l’intériorisation des dispositifs documentaires », Docume (...)

106Ce site donne l’occasion de confronter cette conception de l’écriture informatique à la réalité d’une relation informationnelle. L’écart se manifeste entre ce projet de rendre accessibles des informations condensées, classées et hiérarchisées et la dynamique d’intérêt ou de désintérêt des lecteurs. Le site a été qualifié négativement par des lecteurs qui n’attendaient pas une définition courte, jugée trop sommaire; nous avons également constaté la difficulté du parcours pour accéder à l’information dans un site de ce type. Le moteur ne traite pas le mot-clé « ogm » (taper ce mot fait apparaître l’entrée « ohm ») et il faut chercher des synonymes : non seulement les lecteurs ne trouvent pas nécessairement la bonne stratégie d’écriture, mais ils n’identifient pas toujours la nature du problème auquel ils sont confrontés. On exige ici en effet du lecteur qu’il maîtrise des dispositifs complexes de recherche documentaire43.

107L’accès au savoir annoncé par la structure liens/nœuds est contredit par la multiplicité des interprétations nécessaires à la traduction écrite d’une recherche. Le choix du lecteur est en permanence exhibé et sollicité, mais son exercice est très difficile.

Une prédilection sémiotique

  • 44 Labelle, Sarah, « “La Société de l’information” à décrypter », Communication & langages, n° 128, 20 (...)

108La forme textuelle constitue donc un espace de possible et d’impossible qui s’impose à chacun des lecteurs ; mais elle n’entraîne l’uniformité ni des manipulations ni des interprétations. Dans tous les propos tenus sur le site Monsanto, nous retrouvons l’effet de la subtile construction qui, cumulant les formes, multiplie les pièges. Mais les qualifications sont très contrastées : certains, sensibles à la forme éditoriale-documentaire, jugent le site essentiellement riche en informations; d’autres, qui cherchent à caractériser les discours, le donnent immédiatement pour partial et s’en détournent ; d’autres encore énoncent leur méfiance vis-à-vis d’un site jugé trop hétérogène pour permettre d’identifier l’intention et l’auteur. Les événements de lecture tirent leur consistance de la construction proposée par le texte : des événements qui sont explicables comme effets de la construction éditoriale, avec l’ampleur que donne l’écrit de réseau à l’incertitude sur les frontières du texte44.Toutefois, cela ne définit pas le sens du texte, mais l’espace dans lequel jouent les différences de lecture.

109Cela nous suggère une hypothèse essentielle quant au rapport entre le texte observable et le texte représenté. Tout se passe comme si plusieurs textes à la fois étaient proposés à la lecture et que le lecteur procédait à l’extraction de la forme textuelle qu’il choisissait de retenir. Les signes sont denses et nombreux sur la surface de l’écran ; ils proposent en même temps différentes logiques d’interprétation, de façon simultanée et concurrente, convoquant des compétences sémiotiques d’essence et d’origine différentes. Les textes sont structurés à plusieurs niveaux à la fois, depuis les contraintes logicielles jusqu’à l’organisation de l’espace dynamique de lecture, en passant par divers modes de déploiement et de mise en relief des signes. D’où un paradoxe : chacun des lecteurs, confronté à la même organisation textuelle et logicielle, en « subit » immanquablement les effets, mais aucun ne voit l’ensemble de cette construction. Chacun prélève un texte dans ce texte, ou plutôt – car l’image du prélèvement est pauvre – projette sa propre « imagerie du texte », une mémoire des formes qui convoque, dans l’instant de lecture, toute une culture consciente ou inconsciente.

110Nous proposons de nommer « prédilection sémiotique » ce phénomène de différenciation active au sein de la forme. Cette dynamique engage, à partir d’une forme commune, une sémiose différenciée ; elle revient à créer, à partir d’un même espace donné à voir, des textes différents. Quelques exemples permettent de caractériser la façon dont cette prédilection se manifeste.

111Aude, étudiante, représente la posture métaéditoriale décrite plus haut. Elle exprime le souci de qualifier les textes, pour décider ce qu’elle relira plus tard. Cette démarche engage une prédilection pour la dimension visuelle du texte. Sa pratique et ses commentaires mettent en avant la recherche d’indices pour qualifier divers niveaux du texte : ce qui va avec une navigation rapide mais ponctuée de repentirs, accompagnée de nombreuses réactions verbalisées ou manifestées par des gestes. Cette lectrice ne se spécialise pas dans un type de signe : à chaque site elle pointe des indices, pour « balayer », « scanner » en quelque sorte les niveaux d’organisation du texte : statut, organisation, genres textuels, énonciateurs, type de discours.

112Mais ce relatif éclectisme sémiotique n’est pas une neutralité, une indifférence, ou encore une capacité à tout interpréter. Le style s’affirme dans la façon d’engager l’interprétation, essentiellement comme un acte consistant à scruter le visible. Le discours oppose d’ailleurs voir vs lire: « Je ne lis pas, je regarde. » Le visible prime le lisible, ce qu’exprime la formule: « Je veux voir à quoi j’ai affaire. »D’où une méfiance, logique, devant une dose excessive d’hétérogénéité, qui empêche de voir à qui on a affaire: en somme, elle peut décider d’abandonner le rôle de lectrice, face au sentiment d’un rapport de force scripteur/lecteur déséquilibré.

113On peut opposer du tout au tout cette saisie des signes à celle que pratique par exemple Pascale. Pour cette autre lectrice, secrétaire, qui se définit elle-même comme une consommatrice responsable, il s’agit de trouver les moyens d’accéder à une information. Un type de signe bien défini, le mot clé, cristallise son attention. Il est pour elle plus qu’un signe, un contenu, un être informationnel. Elle dit : « Je cherche des liens dans le texte pour trouver de l’information », ou encore : « Le mot vous oriente dans le texte » ; une autre lectrice déclare, dans un esprit très voisin: « Je cherche des titres. » Dans les deux cas, cette focalisation sur un type de signe s’accompagne d’un vocabulaire de la capture (« Ça, je le garde ») évoquant des entités de connaissance pertinentes glanées dans un texte-contenant.

114Chez les lecteurs qui entretiennent ce type de relation au texte, assez nombreux dans notre échantillon, la recherche d’unités informationnelles « colle » à la logique du rapport nœud/lien, à l’aptitude de l’informatique à traiter les mots-clés. L’approche du signe est très différente de la précédente : en lieu et place d’une inspection des formes visuelles s’impose la saisie des unités de langue. Mais surtout, le signe n’y joue pas le même rôle. En effet, si la lecture se concentre uniquement sur le mot-clé, c’est parce que la recherche du signe passeur s’abstrait de la forme du texte. Le lien entre le mot et l’information est supposé indépendant du contexte scriptural et de l’espace éditorial : ce qui coïncide avec le fonctionnement des logiciels de traitement automatique des occurrences. De fait, cette prédilection sémiotique confère une grande efficacité à la « navigation », mais met « hors jeu » toute qualification textuelle. Pour une lectrice comme Pascale, le texte est creux, il consiste en orifices sémantiques. De ce point de vue, l’hypermot est le meilleur signe : c’est l’étiquette d’un produit informationnel.

115Par-delà les deux exemples, les modalités de la prédilection sémiotique sont variées. Les oppositions sémiotiques habituelles – image vs texte, etc. – ne rendent pas compte de ce qui est en jeu, parce que la sémiose n’est pas seulement une opération de décodage, mais un acte éditorial effectué en quelque sorte à rebours. Par exemple, Patrick, spécialiste du traitement du signal, pratique un type de lecture particulier difficile à décrire dans les catégories habituelles. Il fait de l’architecture logicielle du site un signe au plein sens du terme. Il se demande quelle est la structure des pages, si le site est profond, s’il a tout vu. Il parle de la structure, de l’arborescence. Il déclare: « J’optimise la recherche, je décode comment c’est fait. » La sémiose s’exerce chez lui d’une façon récursive, parcourant à rebours le mouvement d’un faire – le tracé régulateur du concepteur, le choix des solutions logicielles –; les textes observables sont les indices de ce travail enfoui, qu’il ramène au jour. Ce travail d’investigation s’exprime dans le couple surface profondeur (« aller à la racine », « aller profond », « ce qu’il y a en-dessous »), tout comme le jugement critique (« c’est superficiel »).

  • 45 Souchier, Emmanuël, Lire & écrire : éditer : des manuscrits aux écrans, op. cit.

116Cette lecture qui privilégie les formes logicielles n’est donc pas seulement un type de choix différent de celui d’Aude. Elle repose sur le fait de qualifier comme interprétable, de sémiotiser en quelque sorte, d’autres niveaux du dispositif technique et textuel. Ce rôle constructif de la lecture s’exprime en nombre de figures. Par exemple Monique, qui se soucie d’obtenir une information de qualité, entre dans les textes à la recherche d’une catégorisation susceptible d’autoriser un partage entre les textes dignes de foi et les autres. Pour ce faire, elle mobilise des critères correspondant à une pratique discursive connue et socialement repérée. Elle s’intéresse donc avant tout au paratexte – portant les marques auctoriales et l’origine institutionnelle – et jauge ensuite, au sein des sites, des fragments rédigés, qu’elle juge sérieux ou non. C’est pourquoi elle passe du temps à lire, réellement, des paragraphes. Pourtant, elle détient une compétence en typographie, mais les quelques remarques qu’elle s’autorise sur le graphisme lui apparaissent comme des licences liées à une déformation professionnelle. Le principe de la « typographie servante » s’effaçant au service du texte, tel qu’il est décrit par Emmanuël Souchier à propos des typographes de l’entre-deux guerres45, est ici investi concrètement en une posture visible et commentée. Il est intéressant de constater que lorsque cette lectrice formule des qualifications, c’est souvent sur le mode de la déception : elle proteste contre le fait que dans l’univers du réseau elle ne peut pas se fier à des repères clairs.

117Ces observations soulignent la fragilité des déclarations généralisantes sur la supposée « lecture sur l’Internet ». Il faut en effet regarder de près ces faits de prédilection sémiotique pour éviter d’assimiler des conduites très différentes. Si beaucoup de lecteurs parcourent rapidement les sites, plusieurs pratiquent, continuellement ou par moments, comme Monique, la lecture exhaustive de séquences assez longues. C’est le cas de Séverine, qui se focalise sur des fragments de développements et lit par ponctions. Mais cette lecture procède d’un principe d’interprétation différent de celui qui prévaut chez Monique. En effet, si Monique sélectionne les sites qui offrent une réelle matière, Séverine lit des spécimens de textes pour identifier les discours : elle s’emploie à répondre à une question précise : quelle est l’orientation sur le fond – pour et contre – des énonciateurs ?

118On a ici une prédilection sémiotique pour le texte linguistique, mais en tant qu’indice de posture sociale et argumentative.

119Le statut qu’occupe l’élément linguistique chez certains lecteurs montre l’importance d’une approche fine de la prédilection sémiotique. L’observation confirme l’existence du logocentrisme: Pascale, Monique et Séverine privilégient également la matière linguistique vis-à-vis de l’image. Implicitement, elles font de la langue le véhicule de la pensée – et de l’image un agrément suspect. On voit bien le support informatique renforcer l’hégémonie de l’alphabet. Pourtant ces recours à la langue sont profondément différents : alors le mot prend sens, chez Monique et Séverine, au sein d’une construction discursive, il est pour Pascale un lexème isolé, renvoyant à une carte de catégories. Et si le discours est chez Séverine une forme de l’opinion – doxa – le texte est pour Monique le lieu de la science (épistémè). Tout en étant également logocentriques, ces diverses lectures font du mot un signe profondément différent. Pour comprendre la prédilection sémiotique, il ne suffit pas d’observer quel objet est mobilisé, il faut comprendre la place qu’il occupe dans l’émergence d’une forme de textualisation – que celle-ci soit pensée comme telle, comme c’est le cas chez Aude, ou qu’elle représente un simple étiquetage de contenus, comme chez Pascale.

Au-delà de la prédilection sémiotique: ouvertures

120Au moment d’entrer dans cet espace ambigu sur lequel se conclut une opération de recherche – clôture provisoire autant que perspective future – il faut replacer nos observations et hypothèses dans le cadre d’un mode de travail. Le collectif s’est appuyé sur l’acquis de recherches précédentes, il a mis en œuvre collectivement un dispositif et, à chaque étape, le dialogue a dégagé des constats et des hypothèses communs. Mais ce dialogue ne peut réduire à l’unité la singularité des points de vue, pas plus qu’il ne vise à aligner les perspectives de recherche que ce travail ouvre pour l’avenir. C’est pourquoi nous présentons pour finir une série d’interprétations possibles des phénomènes précédemment caractérisés.

Prédilection sémiotique et styles cognitifs

121La notion de prédilection sémiotique témoigne indiscutablement d’une volonté d’ouvrir la sémiotique du texte informatisé à la psychologie de la lecture. On peut adresser à notre recherche la critique qu’elle fait la moitié du chemin, qu’elle suppose une théorie de l’acte de lecture sans réellement l’expliciter. L’un des approfondissements possibles consisterait donc à engager une confrontation avec la psychologie de la lecture.

122Nos résultats présentent une certaine parenté avec les résultats avancés en didactique de la lecture et en psychologie différentielle. À cet égard, le terme de « prédilection » ouvre discussion. L’idée de « prédilection » présuppose-t-elle qu’un individu donné a tendance à privilégier certains types de signes et cela en fonction de sa personnalité, de sa culture, de son passé? Existe-t-il des tendances individuelles indépendantes de la conjoncture textuelle?

123Les exemples donnés ci-dessus indiquent que ce qui est en jeu est plus complexe. Dans les termes de la psychologie cognitive, la prédilection ne relève pas seulement de la nature des indices privilégiés – souvent difficile à mettre en évidence dans l’observation –mais du mode de traitement des informations, quelle que soit leur nature. De ce point de vue, nos observations offrent un écho certain à celles qu’ont faites les spécialistes de la compétence de lecture. En effet, ce qui distingue les bons lecteurs des élèves en difficulté de lecture n’est pas qu’ils interprètent tous les signes, mais au contraire qu’ils savent construire le sens avec un minimum d’indices pertinents ; cette lecture flexible et adaptable permet une économie de l’investissement mental. Sans la capacité de hiérarchiser et filtrer l’information, la lecture n’est pas possible. Les lecteurs « suranalytiques » sont perdus dans une masse indistincte d’indices. La lecture engage une perception, elle filtre et inhibe, construit une forme. D’un lecteur à l’autre, les indices prélevés diffèrent : les études distinguent la priorité donnée au code graphophonologique, aux contenus, au niveau discursif, à l’image.

124Un psychologue de la lecture pourrait donc « recoder » dans ses catégories une partie de ce que nous avons observé. Dans cette perspective, la prédilection sémiotique s’analyserait comme une composante du style cognitif, une notion qui vise à caractériser les différences individuelles dans la saisie mais aussi le traitement de l’information. Cette catégorie, étudiée dans le champ de la psychologie différentielle, vise à objectiver des variables irréductibles attachées à la structure individuelle de la personnalité. Leur présentation se fait par pôles d’opposition: inductifs/déductifs, visuels/auditifs, réflexifs/impulsifs, dépendants du champ/indépendants du champ, tendance au balayage/tendance à la focalisation, etc.

  • 46 Bruner, Jerome. « A Cognitive Theory of Personality », Contemporary Psychology, 1956, 1, 355-357. E (...)

125Une partie de nos résultats se laisse reformuler à travers ce type de catégorisation. Aude entrerait dans la catégorie des « visuels », dans la mesure où elle privilégie la « structuration tabulaire » de l’information, là où l’auditif des psychologues préfère prendre connaissance des informations dans l’ordre de leur déroulement. D’ailleurs, le verbe « scanner », utilisé ici métaphoriquement, rappelle l’article de Jérôme Bruner46 où sont distinguées deux stratégies mentales, le balayage et la focalisation – scanning/ focusing. Monique serait dite dépendante du champ puisqu’elle fait confiance aux informations d’origine externe plus qu’aux repères personnels ; elle a besoin de réassurance extérieure et tolère peu la déstabilisation. On pourrait aussi faire jouer les oppositions : inductif/déductif et réflexif/impulsif.

126La question épistémologique qui se pose est celle du statut de cette traductibilité partielle des résultats : partielle, car la saisie d’un cadre de recherche dans un autre ne va pas sans redistribuer fortement les objets d’intérêt. Du point de vue de la psychologie différentielle, la notion de prédilection sémiotique paraîtra réductrice, dans la mesure où elle semble se fixer sur la « prise » d’information. Mais la prédilection sémiotique ne se réduit pas à une préférence vis-à-vis des objets-signes (stimuli), elle engage beaucoup plus, la dynamique d’un processus interprétatif (sémiose). On peut penser, au contraire, que ce qui est observé ici est d’une autre nature que ce que visent les psychologues cognitifs, car ce que nous analysons a précisément pour intérêt de faire l’économie de ce que pour leur part ils visent, c’est-à-dire une catégorisation psychologique des formes de personnalité. La prédilection sémiotique vise à décrire un mode de construction du texte individualisé, mais distinct en tous points d’une ontologie des personnalités. En effet, notre analyse ne réduit pas l’interprétation aux processus perceptifs et il n’est pas nécessaire de supposer quelque chose comme un trait de caractère permanent pour décrire la façon dont les lecteurs se situent par rapport à un certain type de texte.

127La différence des paradigmes semble bien irréductible, mais expliciter la nature de cette confrontation empirique et théorique offre une perspective intéressante pour la suite de la recherche.

Pratiques de lecture et théories du texte

128Un autre espace d’approfondissement consisterait à exploiter complètement « l’effet boomerang » que l’observation des pratiques peut exercer, en retour, sur les controverses sémiotiques. Dans la mesure où notre expérience se focalise, non sur le texte – comme la sémiotique structurale – ou le lecteur – comme l’anthropologie cognitive –mais sur les événements d’actualisation et de qualification du texte par le lecteur, elle suggère un point de vue original sur la diversité des théories du texte et la controverse que cette dernière entretient. À certains égards, les prédilections sémiotiques sont des incarnations de concepts différents du texte. C’est pourquoi on peut défendre l’idée que les différents modèles du texte ou de l’objet informationnel revendiqués par divers théoriciens offrent des aptitudes inégales à expliquer telle ou telle conduite de lecture.

  • 47 Briatte, Katell, « Matériaux pour une rhétorique de l’hypertexte », Strumenti critici, n° 85, 1997, (...)

129On peut l’illustrer d’abord par une antithèse. On sait que la notion d’hypertexte prend un sens profondément différent chez un théoricien de l’écriture comme Gérard Genette et chez un militant de l’innovation informatique comme Theodor Nelson47. Chez le premier, la notion d’hypertexte renvoie aux idées de transformation et de récriture : l’hypertexte est le texte dérivé, engendré à partir d’un texte original, premier – l’hypotexte –; chez le second, la notion d’hypertexte est liée à la combinatoire des unités informationnelles, dans un cadre où le texte, fragmenté, est censé affranchir le lecteur de la soumission à l’ordre de l’auteur.

130À cet égard, la comparaison de lectures est éclairante. Pour une lectrice comme Aude, l’hypertexte de la poétique prend sa revanche, sur le terrain informatique, sur l’hypertexte du logiciel. Ce que cherche cette lectrice, ce sont des formes archétypiques qui permettent de qualifier le texte, de le rattacher à des modèles connus, à une filiation : c’est d’ailleurs ce qui la conduit à rejeter les textes trop hétérogènes pour pouvoir entrer dans un modèle générique identifié. Dans une telle perspective, l’hypertexte au sens classiquement retenu par l’informatique – la possibilité d’activer les liens et de s’affranchir de tout parcours prédéterminé – ne présente pas d’intérêt. Ce n’est pas le terrain sur lequel cette lectrice pose la question de sa liberté.

131Face à cette posture, celle de Pascale, qui repère les mots-clés pour accéder à des contenus, est en harmonie avec la définition donnée par Ted Nelson. Ce qui prévaut est le parcours, la saisie d’éléments d’information représentés par des hypermots. L’hypertexte genetien perd toute opérativité. La qualification du texte – ou plutôt de l’information – s’opère sur de tout autres bases. On voit bien que, par-delà la pratique de telle ou telle forme de lecture, c’est le cadre théorique – au sens étymologique, la façon de regarder – qui varie de lecteur à lecteur.

132L’observation peut être étendue. L’analyse des formes écrites est différente, dans son principe, dans l’anthropologie de l’écriture de Jack Goody, dans la sémiotique cognitive défendue par Daniel Peraya et dans la poétique de l’écrit d’écran pratiquée au sein de notre groupe. Ces points de vue théoriques procèdent d’une entrée différente dans l’analyse : là où Goody aborde l’espace écrit comme une mise en ordre logique, Peraya décompose les icônes en figures de composition et Souchier qualifie l’image globale du texte comme imposition de formes. Or, force est de reconnaître que chacune de ces approches « colle » à telle ou telle stratégie de lecture. La « raison graphique » de Goody est performante pour analyser l’effet de la forme liste sur le réseau, la sémiotique cognitive éclaire l’effort de certains lecteurs pour scruter les signes un par un et la théorie de l’énonciation éditoriale qualifie le cadre plus ou moins large dans lequel les lecteurs inscrivent leur initiative.

133On pourrait donc considérer les pratiques de lecture individuelles, avec leur prédilection sémiotique, comme des modes de présence dans le sens commun des problèmes théoriques et méthodologiques que la sémiotique a déployés dans l’ordre de la théorie : retour, en boomerang, sur la prétention du sémioticien à expliciter le parcours ordinaire du sens…

134Il faut noter toutefois que cette piste de recherche ne suppose ni le syncrétisme théorique, ni le relativisme. Le fait que les pratiques des lecteurs « ordinaires » se laissent décrire par des paradigmes différents n’empêche pas que chacun de ces paradigmes constitue une construction spécifique. Le fait de constater que les lecteurs voient le texte de façon plus ou moins globale – et peuvent donc revendiquer une façon purement analytique de « traiter » les signes – n’empêche pas de considérer, comme nous l’avons fait, que les formes visuelles et globales de l’écran sont le lieu organisateur de cette visibilité et de cette invisibilité elles mêmes. En effet, lorsque le lecteur procède par saisie isolée des signes, son activité n’en est pas moins déterminée par la forme globale du texte.

De la prédilection sémiotique à la qualification du texte… ou à sa disqualification

135Une troisième piste d’approfondissement s’ouvre si l’on revient de l’activité des lecteurs en reconnaissance vers les stratégies d’écriture en production. Quel est le rapport pragmatique entre scripteur et lecteur, entre pouvoir rhétorique et pouvoir herméneutique ? Les efforts déployés par les personnes confrontées aux sites éclairent les attitudes des énonciateurs. Nous avons souligné que la lecture est prise entre détermination et initiative, face à un texte que médiatisent d’autres objets : signes à l’écran, disposition des formes, discours tenus, l’ensemble mêlé dans une composition technique, sémiotique et aussi mobilière – un écran posé sur un bureau, dans un lieu.

136Or, énonciateurs et lecteurs ne sont pas à chances égales. Le lecteur, seul face à l’écran, est aux prises avec cette complexité ; le créateur de site – souvent une équipe avec commanditaires, prestataires et parfois évaluateurs – gère une stratégie de communication, organisant les signes et les textes, définissant la teneur des discours.

137Chez les stratèges de l’écriture prévalent en simplifiant deux attitudes, l’humilité et la sournoiserie. Entre ces deux grands pôles les lecteurs tentent de situer les productions auxquelles ils sont confrontés.

138L’humilité consiste à être discret sur soi, à donner des informations sans marquage ni masquage excessif. Elle pousse l’internaute à faire une association entre la thématique qu’il apprécie et celui qui la rend publique. C’est la source d’une relation de confiance entre le lecteur et l’énonciateur : chacun des projets que nous avons décrits vise à déterminer si cette confiance est acquise. C’est ce qui rassemble des projets profondément différents – métaéditorial, dialogique, informationnel, pragmatique, métaphorique et institutionnel. La recherche de confiance existe, par-delà les compétences différentes et inégalement mobilisées.

139La deuxième attitude de ceux qui s’expriment sur les sites relève d’un «masquage », parfois proche de l’imposture – avancer caché, dissimuler les aspects gênants. Elle rend plus ardu le travail du lecteur pour mettre à net la relation. Le projet de lecture est alors empêché, ce qui explique que certaines postures de lecteurs soient incertaines, mâtinées de sous-courants, le plus souvent de l’ordre du métaéditorial : qualifier l’énonciateur, ranger les textes dans des catégories liées à d’autres médias, etc. Ce pistage de la stratégie de communication du site fait remettre la lecture à plus tard, quand seront démêlées l’information et la communication. Pour qualifier le texte on cherche des signes fins – microcirculation du curseur sur l’écran, soulignage du texte à la manière d’une lecture cursive, etc.

140Mais rares sont les sites pris immédiatement en défaut, en flagrant délit de sournoiserie : le « bénéfice du doute » semble l’attitude lectoriale de base. Les sites tartuffes demandent plus de temps et de tergiversations aux lecteurs. Mais une fois que ceux-ci les ont disqualifiés, leurs termes sont durs. Ainsi, un observé dit, à propos du site ogm.org : « J’attends d’un site de semences, de donner de l’info, de le faire directement, en ligne, sur un beau site qui donnera toute l’info. Ici, c’est bidon, ça donne rien. » Une autre lectrice est d’abord enthousiaste sur Nestlé – un site qui affiche le rôle d’adjuvant au quotidien pour la santé de la famille : « Je trouve que c’est une manière plus marrante que ogm.org, c’est plus connu. C’est plus sympa de découvrir la question des OGM à partir de ce qu’on connaît. » La même déclare, lors du retour sur l’observation « sur “Nestlé journaliste”, c’est trompeur »: elle a découvert que cette rubrique reprend un texte présent dans une autre. Une fois repéré, ce détail l’a conduite à retourner sur les pages précédemment parcourues et à revoir son jugement. Choisir une stratégie de duplicité est donc, pour l’auteur d’un site, prendre un risque: être pris « la main dans le sac » peut durablement entacher une image. Ainsi se dessine la possibilité d’analyser plus complètement les rapports coénonciatifs participant à la définition d’une « relation informationnelle médiatisée par ordinateur » : une discussion des catégories classiques – contrat, promesse, implication – pourrait expliciter la nature de ces jeux sémiopolitiques.

4. Non-conclusion : retour du futur

141Imaginons…Imaginons qu’autour l’an de grâce 1450, à Mayence, une équipe de chercheurs en sciences de l’information, associant la sémiotique, la sociologie, l’ethnologie, la documentation et…l’histoire du livre qui n’existerait pas encore – pas plus d’ailleurs que les disciplines citées ci-dessus – que cette équipe donc ait pu s’introduire dans les ateliers d’imprimeurs, interviewer des moines copistes, observer la gestuelle et le comportement des lecteurs…Cette équipe aurait-elle eu, comme nous, le sentiment qu’en construisant certains concepts novateurs mais peu à peu confirmés, elle n’avait fait qu’approcher une toute petite partie d’un immense champ de recherche? Sans doute pas, car nous avons sur elle le bénéfice de disposer justement d’un recul historique important qui nous a permis de nous placer d’emblée à un niveau certain de réflexivité et de critique vis-à-vis des objets étudiés comme des discours qui les accompagnent. Ne pas inférer trop vite, vérifier nos intuitions, croiser les regards, multiplier les situations d’observation: telles ont été nos règles méthodologiques. Ce recul nous a dicté une prudence salutaire, qui renforce, croyons-nous, la solidité des éléments avancés. En même temps, l’immensité du champ de recherche à défricher fait que ces éléments nous semblent les premiers jalons d’un parcours qui reste à venir, les premiers étais d’une construction qui reste à édifier, plutôt qu’un tout achevé qu’il suffirait de livrer à son tour à la sagacité du public.

142Ces éléments sur lesquels nous avons pu établir quelques certitudes sont :

  • La matérialité du texte de réseau ;

  • Son caractère polysémiotique ;

  • La rémanence, dans un cadre de transformation, des principes régisseurs de l’écrit ;

  • La multiplicité des modèles culturels convoqués ;

  • La tension entre logique de communication et logique technique ;

  • Le rôle de la gestuelle, du « ballet » et donc de l’engagement corporel dans la lecture ;

  • Les contours d’un certain type d’initiative dans l’actualisation et la qualification du texte.

143Et maintenant? C’est une figure rhétorique banale que de proposer une conclusion en forme d’ouverture. « Comment conclure? » est une phrase commode qui permet de commencer une conclusion tout en masquant la difficulté qu’il y a, justement, à conclure au sens de clore, de trancher, d’aboutir. Cette difficulté, nous la ressentons. Moins faute de certitudes théoriques que parce que nous savons que le travail qui reste à accomplir viendra pour partie renforcer et pérenniser certains concepts élaborés en chemin, et pour partie en modifier d’autres, avant que d’en proposer de nouveaux. Il ne peut s’agir ici que de préparer la suite, sous la forme de rendez-vous à prendre, tant au sein de l’équipe que vis-à-vis de notre communauté scientifique et du public intéressé par ces questions, de désigner quelques problèmes que notre défrichage a commencé à mettre en lumière, mais qu’il importera par la suite de dégager complètement.

144Beaucoup de questions prennent leur source dans la confrontation du travail mené sur ce terrain avec les autres projets. Sur le plan des questions posées spécifiquement dans ce chapitre, nous retiendrons ici trois problématiques qui nous paraissent les jalons nécessaires d’une recherche à venir sur le texte de réseau et que nous n’avons pas pu développer dans le cadre de cette étude.

145La première concerne la poursuite de l’enquête sur la sémiotique des signes passeurs. Ce concept, élaboré depuis quelques années, se trouve en partie questionné – au sens positif du terme – par la recherche que nous avons menée. L’enjeu est moins de redéfinir ce qu’est un signe passeur que de comprendre comment le lecteur perçoit et reçoit ces signes passeurs. L’écrit d’écran est truffé de signes, il est surdéterminé. Certains de ces signes sont purement passeurs, d’autres ne le sont pas du tout – pas d’action, pas d’effet de clic, pas de lien –, d’autres encore sont hybrides – destinés à la lecture et au passage. Le problème est qu’ils ne dévoilent pas leur identité de manière spontanée, il faut « y aller voir » pour s’assurer de la qualité de ces signes. Cette problématique de l’essai et erreur, du clic hasardeux, de l’échec est constitutive des pratiques de la lecture sur écran. Il faut poursuivre la réflexion, avec une plus forte dimension psychologique ou psychosociale, sur la question de la perception ou de la non-perception des signes passeurs par le lecteur.

  • 48 Jeanneret, Yves, Souchier, Emmanuël, « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, n° 6, 2000, p (...)
  • 49 On pourrait comparer sur ce point avec la thèse défendue par François Jost, selon laquelle : « Par (...)

146Cette identification des signes renvoie directement à l’autre axe de recherche qui nous semble ouvert par cette première partie du travail, et qui concerne la notion essentielle et souvent invoquée de qualification des textes. Pas plus que l’écrit « traditionnel », pas plus que le cinéma ou la production audiovisuelle, l’écrit d’écran et de réseau n’échappera à la difficile question des genres48. Le texte d’écran engendre ses modèles aussi bien que le texte imprimé, pourtant ceux-ci se laissent difficilement saisir par l’internaute, notamment parce que n’importe quel site relève simultanément de plusieurs « genres » différents – sans que ces « genres » coïncident d’ailleurs fatalement avec ceux des univers dont ils sont issus, une fois ramenés dans l’espace de l’écran49. Il faudrait donc demander au lecteur plus que ce qu’il a coutume d’accorder à un texte dans l’univers de lecture traditionnelle : une lecture qualifiante, une lecture systématiquement sémiotique, un effort, une tension dont on ne sait jusqu’à quel point elle est compatible avec certaines postures de lecture. C’est toute l’économie du média, toute la relation « auteur »/lecteur qui est ici à repenser.

147Enfin il y aurait bénéfice à placer les pratiques de lecture et les postures décrites ici beaucoup plus explicitement dans un cadre social. Elles sont porteuses d’un style de comportement, participent à un univers social, définissent une relation avec les machines et par là les relations qui s’établissent entre sujets sociaux par le biais d’usages de la machine. Nous pensons que le plus ou moins grand investissement des sujets vis-à-vis de la machine, la façon dont ils hiérarchisent leurs actes, l’économie qu’ils ont de leur parole dans la situation d’enquête ont un sens, dans une situation localisée et en référence à des conditions sociales plus larges. L’analyse est évidemment, à ce stade, très complexe, parce qu’elle exige d’aborder les situations de recherche dans une perspective communicationnelle : il faut, pour s’engager dans cette voie, tenir compte du fait que la relation à la machine, à l’information et au texte comporte une dimension d’habitus et/ou de prise de rôles sociaux, mais il n’est pas moins important de considérer comme significatifs – et socialement non neutres – le cadre qu’impose l’enquête à la pratique et la façon dont les lecteurs négocient, pervertissent ou subissent ce cadre.

148En avançant le concept de « prédilection sémiotique », nous avons voulu montrer que le lecteur abordait l’écrit d’écran déjà armé d’une série de schémas et de représentations auxquels il cherche à faire « coller » sa lecture des textes. Tout le décalage, toute l’inadéquation qui gît entre cet espace de la représentation et l’espace réel de l’organisation du texte sont les paramètres qui favorisent à la fois une appréhension nouvelle du texte, dans laquelle le lecteur est autant « agissant » qu’agi, et des phénomènes déstabilisants comme la désorientation. Mais il ne fait pas de doute, qu’au sein de cet espace s’élaborent de nouveaux comportements de lecture qui restent largement, après cette étude, à décrire.

Notes

2 Comme l’indique sa forme lexicale, le concept de textiel ne remplace pas le concept de texte, mais l’implique dans un objet complexe. Le textiel est texte et technique en même temps. La notion comporte donc une dimension de textualité technicisée, qui est spécifiquement interrogée sur ce terrain.

3 Chartier, Roger, Le Livre en révolutions, Paris, Textuel, 1997.

4 Voir notamment une série de travaux universitaires : Cotte, Dominique, Sauts technologiques et ruptures dans les systèmes de représentation des connaissances : étude sur le texte numérique comme objet technique (Thèse, Lille III, 1998) ; Després-Lonnet, Marie, Contribution à la conception d’interfaces de consultation de bases de données iconographiques (Thèse, Lille III, 1999) ; Jeanne-Perrier, Valérie, La Presse et l’Internet : approche interdisciplinaire de la relation lecteur-journal (Thèse, Paris IV, 2000).

5 Les guillemets indiquent ici que si notre analyse pose l’exercice d’une lecture, il ne s’agit pas de s’intéresser uniquement à l’acte cognitif : nous prenons en compte tous les actes interprétatifs, qui peuvent être qualifiés autrement, comme on le verra plus loin, par exemple comme des actes perceptifs ou fonctionnels. Dans la suite du texte, à chaque fois que le terme lecteur est employé, il faut l’entendre dans cette acception.

6 Quinton, Philippe, « Le Corps du design: mutations de la médiation du corps dans la production de l’image », Actes du colloque Médiations du corps, Université Grenoble 3, 2000 ; Beguin Annette, « Le corps dans les lectures à l’écran », Spirale, n° 28, oct. 2001, p. 145-162 ; Beguin, Annette, Amougou, Bénédicte, « Du laboratoire au cédérom: expérience sur cédérom pour acquérir des connaissances en chimie », Recherches en communication, à paraître; Cotte, Dominique, « L’approche néophyte de la page web », Les Cahiers du numérique, à paraître.

7 Jeanneret, Yves, Hermès au carrefour : éléments d’analyse littéraire de la culture triviale, (HDR, 1996) ; Souchier, Emmanuël, Lire & écrire : éditer : des manuscrits aux écrans, (HDR, 1997) ; Beguin, Annette, Lecture et lisibilité des manuels d’histoire, (thèse, 1994) ; Quinton, Philippe, Les designs des images et des écritures, (HDR, 2002).

8 Cette première étape de la recherche s’est fondée sur la mise en partage et en relation de travaux existants et sur la production et la discussion de quelques « textes médiateurs » afin d’articuler les niveaux de description de cet objet que chacun proposait.

9 Jeanne-Perrier, Valérie, op. cit.

10 Jeanneret, Yves, « Informatic Literacy : manifestations, captations et déceptions dans le texte informatisé », Spirales, n° 28, 2001, p. 11-32.

11 Cotte, Dominique, « Représentation des connaissances et convergence numérique : le défi de la complexité », Document numérique, vol. 4, n° 1-2, 2000; Souchier, Emmanuël, « Histoires de pages et pages d’histoire », dans Zali, Anne, (éd.), L’Aventure des écritures : la page, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1999, p. 19-53.

12 La page est bien une surface exiguë, mais les pages sont multiples. Ici, le média et le cadre se confondent dans la pleine unicité de l’espace de lecture.

13 Il s’agit là d’un phénomène qu’éclaire le jeu entre interprétation et action tel qu’il est décrit dans le chapitre I de ce livre, à propos des formes de médiation d’un objet culturel comme le site Gallica. Ces deux observations, menées sur des objets différents et d’un point de vue différent, permettent de caractériser un certain type d’ambiguïté fondamentale de la communication par les médias informatisés.

14 Jeanneret, Yves, « Cybers avoir : fantôme ou avatar de la textualité ? », Strumenti critici, n° 85, septembre 1997, p. 509-515.

15 Rappelons aussi que la souris n’inscrit rien sur l’écran, ce dernier ne fait que visualiser plus ou moins fidèlement ce qui s’inscrit sur le disque dur ou dans la mémoire vive.

16 Le terme session convient le mieux pour qualifier un temps donné, entre ouverture et fermeture, face à une machine, indépendamment de ce que l’on y fait : travail, consultation, recherche, etc.

17 Lemarec, Joëlle, « Dialogue interdisciplinaire sur l’ “interactivité” », Communication & langages, n° 128, 2001, p. 97-110.

18 Cela se traduit par la notion de « contrat » employée par les observés, leur tendance éventuelle à vouloir s’échapper du cadre imposé, etc.

19 Par exemple, le vocabulaire utilisé pour décrire le mouvement du curseur : « parcourt », « balaie », « se déplace ». Ces termes constituent des représentations du texte propres à chacun des observateurs.

20 Dans le protocole d’observation, les moyens de consigner les états du texte étaient beaucoup plus précisément formalisés que ce qui concernait la nature de l’activité gestuelle dans son détail, si bien que les résultats ont un autre statut dans un cas et dans l’autre. En ce qui concerne l’engagement gestuel, l’identification des points essentiels à observer s’est faite au fil des observations elles-mêmes.

21 De nombreuses contributions théoriques ou pratiques – manuels, stages, etc. – mettent l’accent sur le « bien-écrire » pour le multimédia ou l’écrit d’écran. Nous avançons au contraire qu’il n’y a pas d’absolu en la matière, mais que cela renvoie à un changement de statut du rapport auteur lecteur. Chacun de son côté, l’auteur et le lecteur sont amenés à multiplier les stratégies, à redoubler les signes ou les actes de manipulation pour pouvoir avancer dans les textes. Aucun modèle de réalisation effective de la sémiose ne peut être convoqué, l’hésitation jouant un rôle déterminant dans l’acte de lecture à l’écran.

22 Seuls l’éludent ceux qui se présentent dans la maîtrise totale de l’outil, mais ce déni ne les dispense pas de l’expérimenter dans la pratique.

23 Le projet pragmatique – centré sur la dimension technique de l’outil – est décrit ci-dessous.

24 Quinton, Philippe, op.cit.

25 Voir Kessler, Isabelle, « Corps et communication: au péril de Narcisse », Communication & langages, n° 107, 1996.

26 Il est intéressant de constater d’ailleurs que la recherche technologique tend à vouloir ramener sans cesse les médias informatisés vers des artefacts qui s’inspirent des objets traditionnels : « livre électronique » qui tient dans la main (mais que l’on ne peut pas feuilleter), stylo-caméra capturant l’écriture manuscrite, « papier numérique », écrans plastiques souples manipulables, etc.

27 Le grand nombre de termes entre guillemets dans cette description manifeste la difficulté de décrire une pratique qui est fortement attachée à des processus incessants de métaphorisation, certes inadéquats d’un point de vue empirique, mais essentiels sur un plan imaginaire : ainsi, dans la suite du texte, « souris », « pointeur », « ascenseur », « pavé », « rouleau », « clic », etc.

28 Jousse, Marcel, L’Anthropologie du geste, vol. 2, « Le parlant, la parole et le souffle », Paris, Gallimard, 1992.

29 Leroi-Gourhan, André, Le Geste et la Parole, Paris, Albin Michel, 1977. 121 77.

30 Souchier, Emmanuël, « L’écrit d’écran: pratiques d’écriture et informatique », Communication & langages, n° 107, 1996, p. 105-119.

31 Flichy, Patrice, L’Innovation technique: récents développements en sciences sociales, Paris, La Découverte, 1995.

32 Auray, Nicolas, Politique de l’informatique et de l’information: les pionniers de la nouvelle frontière électronique, thèse, EHESS, 2001.

33 On peut encore ajouter, pour les internautes connectés au moyen d’un modem, le clignotement des diodes sur l’appareil qui témoigne d’une activité, témoin qui est situé cette fois-ci en dehors de l’écran, mais reste lié au dispositif machinique général. Ce type de signal risque à son tour de susciter des incompréhensions, car dans la page chargée, certains éléments périphériques – bandeaux clignotants, par exemple – peuvent contribuer à un signalement d’activité continue qui laisserait penser à l’internaute que son action n’est pas tout à fait terminée.

34 La technique d’analyse a été la suivante : à chaque fois qu’un terme est employé par un sujet différent, une occurrence lui a été affectée – il n’est pas tenu compte de la fréquence des occurrences au sein d’un même discours. D’autre part, les termes ont été regroupés, selon un choix subjectif de l’interprète, en une série de classes thématiques.

35 Il faut sans doute nuancer ce constat par deux facteurs : d’une part le fait que pour donner une consigne très ouverte aux observés, nous leur avions demandé de « chercher de l’information » sur les OGM, d’autre part le fait que les sujets avertis en sciences de l’information et de la communication étaient fortement représentés dans notre échantillon.

36 Un thésaurus est un ensemble organisé de termes permettant une classification thématique des informations : il correspond à une artificialisation du vocabulaire, renvoyant à un usage codifié : pour la question de l’appropriation des langages documentaires, voir Beguin, Annette, « Thesaurus Language and Mental Development », dans Mustafa El Hadi, Widad et al., dir., Structures and Relations in Knowledge Organization, Würtzburg, Ergin Verlag, 1998, p. 269-275.

37 Cette hypothèse ressortait de l’observation de sessions de formation de documentalistes bibliothécaires, analysées par Marie Després-Lonnet et Katell Briatte dans le cadre de l’action « Écrits de réseau et circulation des textes et savoirs » du CNRS (1998).

38 Le terme est emprunté à Joëlle LeMarec et Jean Davallon, qui en usent pour fonder une approche des usages qui ne parte pas des dispositifs mais les rencontre à partir de logiques issues de la pratique des acteurs (Davallon, Jean et Lemarec, Joëlle, « L’Usage en son contexte : sur les usages des interactifs et des cédéroms des musées », Réseaux, n° 101, 2001). Ce n’est pas ce que nous avons fait, mais nous avons rencontré, en quelque sorte, des traces de projets dans nos sessions de lecture : elles ne suffisent pas à caractériser les projets des différents sujets, mais elles indiquent que quelque chose de cet ordre est engagé dans ce qui est observé.

39 Devos, Nicolas, « L’Évaluation des documents multimédias en ligne », Communication & langages, n° 128, 2001, p. 51-63.

40 Il faudrait, pour approfondir cette piste, se référer aux analyses faites par Joëlle LeMarec sur ce type de malentendu entre stratégie de l’institution et prise de rôle des publics, à propos des expositions de la même Cité des sciences (Lemarec, Joëlle, Les Visiteurs en représentations : l’enjeu des évaluations préalables en muséologie, thèse, université de Saint-Étienne, 1996).

41 Cotte, Dominique, « De la une à l’écran, avatars du texte journalistique », Communication & langages, n° 129, 2001, p. 64-78.

42 Sciences actualités est une sorte périodique numérique lié à un espace d’exposition de la Cité. Mais l’identification du statut éditorial de cette source est extrêmement difficile pour le lecteur, car les unités textuelles lui sont livrées sans indication sur leur provenance.

43 Cotte, Dominique, « Le texte numérique et l’intériorisation des dispositifs documentaires », Document numérique, n° 3-4, 1998, p. 259-280.

44 Labelle, Sarah, « “La Société de l’information” à décrypter », Communication & langages, n° 128, 2001, p. 65-79.

45 Souchier, Emmanuël, Lire & écrire : éditer : des manuscrits aux écrans, op. cit.

46 Bruner, Jerome. « A Cognitive Theory of Personality », Contemporary Psychology, 1956, 1, 355-357. En lecture, on parle aussi de stratégies « top-down » (vue globale privilégiée dans l’activité d’inférence) et « bottom-up » (prise d’indice locale privilégiée). Cette opposition entre le global et le local est une interrogation majeure dans les recherches sur les apprentissages en lecture. Elle débouche sur la question: quel type de stratégie faut-il s’efforcer de favoriser pour rendre la lecture plus efficace ?

47 Briatte, Katell, « Matériaux pour une rhétorique de l’hypertexte », Strumenti critici, n° 85, 1997, p. 489-508.

48 Jeanneret, Yves, Souchier, Emmanuël, « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, n° 6, 2000, p. 97-107.

49 On pourrait comparer sur ce point avec la thèse défendue par François Jost, selon laquelle : « Par la simple incorporation d’un document audiovisuel à la grille, la télévision a […] le pouvoir de modifier le statut qu’il avait précédemment. » (Jost, François, « La promesse des genres », Réseaux, n° 81, 1997.) Ainsi le média disposerait-il d’un pouvoir surdéterminant par rapport à un document déjà identifié dans un autre contexte comme relevant d’un « genre » particulier.

1 Avec la participation de Bénédicte Amougou-Boone et d’Anne Renaudin.

Table des illustrations

Légende Encadré 1 : Le corps et le texte numérique
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access