Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire, écrire, récrire

 | 
Jean Davallon
, 
Marie Després-Lonnet
, 
Yves Jeanneret
, 
et al.

Chapitre I. L’usage dans le texte: les « traces d’usage » du site Gallica

Jean Davallon, Nathalie Noël-Cadet et Danièle Brochu

Texte intégral

  • 1 Les termes entre guillemets sont des citations de la page d’accueil de Gallica.

1Gallica (http://gallica.bnf.fr/​) est un « serveur » qui permet l’accès à une « bibliothèque multimédia » constituée de « ressources documentaires » de type « documents numérisés ». L’accès se fait selon une « navigation intuitive » et offre, en plus des « accès traditionnels (catalogue, recherche plein texte…) », une « navigation thématique » proposant « autant de parcours possibles dans la culture francophone1 ».

2Cette définition de Gallica reprend les deux grandes caractéristiques de toute bibliothèque : être à la fois un rassemblement de documents et un dispositif d’accès qui conjoint catalogage et rangement des documents rassemblés. Mais elle affirme aussi la singularité d’une « bibliothèque multimédia », à savoir un accès par navigation – et non par déplacement des personnes ou des livres – à des documents numérisés – et non des documents physiques.

3Une telle singularité peut être abordée à partir de ce qui la fonde, à savoir : capacités offertes par une numérisation des documents qui « transforme », si l’on peut dire, des objets médiatiques – livres, journaux, documents édités ou manuscrits, etc. – en un ensemble de textes (un corpus) constitué de chaînes de caractères, d’images ou de sons ; facilités d’accès procurées par l’Internet sans aucune mesure avec le déplacement physique ; possibilités de recherche sur les documents apportées par l’écriture multimédia, etc. Elle peut l’être également à partir de ce qu’elle permet de faire et de ce qu’elle produit pour l’utilisateur ; et c’est précisément ce que nous montrent les extraits de la présentation de Gallica rapportés plus haut. On y voit ainsi poindre ce qui constitue la troisième dimension de toute bibliothèque : celle qui va forcément de pair avec les deux premières – rassemblement des documents et dispositif d’accès –, mais celle aussi qui oblige à penser la bibliothèque sous l’angle de son fonctionnement – à savoir, la dimension de l’usage.

4En effet, c’est bien le « lecteur » qui est dit accéder à des « ressources documentaires » qui « s’étendent du Moyen Âge au début du xxe siècle », bénéficiant d’une « navigation plus intuitive ». Lui encore qui peut effectuer une « recherche plein texte », c’est-à-dire qui peut avoir un usage du document plus précis et plus technique que cette sorte d’usage générique qu’est la lecture. Une telle recherche plein texte suppose en effet que cette bibliothèque multimédia propose non seulement un accès à ces unités documentaires – ces grains d’informations – que sont les livres ou les autres documents répertoriés et catalogués, mais déjà un usage informationnel de ce que ces unités contiennent : non plus seulement un usage de ce dispositif que constitue toute bibliothèque, mais un usage des textes – des informations et des discours – contenus dans l’ensemble des documents présents dans Gallica. Nous glissons ainsi de l’usage de la bibliothèque vers l’usage des documents ; de « comment faire avec une bibliothèque ? » vers « comment faire avec les documents ? ».

5Cette référence à l’usage du document est encore plus explicite lorsqu’on lit l’intégralité de la dernière phrase de ladite page d’accueil : « Outre les accès traditionnels de Gallica (catalogue, recherche plein texte…), le lecteur dispose d’une nouvelle navigation thématique lui proposant autant de parcours possibles dans la culture francophone. » Un pas a été franchi en direction d’une véritable proposition d’usage des documents : en direction, cette fois-ci, d’un « que faire avec les documents ».

La bibliothèque multimédia Gallica entre usages génériques et usages spécifiques

  • 2 L’encyclopédie est un rassemblement de savoirs dispersés dans des livres – ou plus généralement de (...)

6Pourtant, si Gallica, en tant que bibliothèque multimédia, tend à proposer des entrées thématiques – spécialement avec la rubrique « Dossiers » – un peu à la manière d’une encyclopédie2, ses avancées en direction de telles propositions d’usages des documents restent forcément limitées. « Forcément », car ce n’est pas a priori la fonction première d’une bibliothèque – pas plus que d’une encyclopédie d’ailleurs – de dire ou de proposer ce qu’on peut ou doit faire avec les documents qu’elle contient et conserve. Comme les musées, les bibliothèques sont certainement engagées à construire de telles propositions d’usage des documents, au moyen, par exemple, d’expositions thématiques ; mais elles n’en viennent pas pour autant à offrir au public l’accès à seulement une partie de leur fonds comme le font souvent aujourd’hui les musées qui n’exposent qu’un pourcentage réduit de leurs collections. Dans ce contexte, un site comme Gallica offre à la fois un accès très libre et très ouvert à ses fonds – avec, en arrière-plan, l’idéal d’un accès à l’ensemble des fonds numérisés de toute la (ou les) bibliothèque(s) de France –, et une offre thématisée visant la découverte de connaissances spécifiques à un thème donné par un public d’amateurs, de connaisseurs ou de curieux. L’idéal sous-jacent à cette offre est celui d’une navigation qui propose des « parcours possibles dans la culture », comme il est écrit sur la page d’accueil de Gallica, grâce non seulement à une sélection de documents mais aussi à une organisation des savoirs contenus par ces derniers.

  • 3 Dossiers « Gallica Classique », « Proust », « Utopie », « Voyages en France » (voir http://gallica. (...)

7Cependant, même si Gallica s’avance loin dans cette direction, avec spécialement les dossiers thématiques qui accompagnent les expositions de la Bibliothèque nationale de France3, cette avancée reste nécessairement limitée tant du côté du traitement du contenu que de celui du public visé. Un tel site ne peut, en effet, ni se substituer aux spécialistes de l’usage du contenu – chercheurs, écrivains, enseignants, etc. –, ni s’adresser à un public exagérément restreint. Il est ainsi toujours simultanément guetté par une hyperspécialisation – proposer une forme d’usage d’une petite partie de son fonds pour un public réduit – qui sera jugée trop restrictive par beaucoup, et par l’encyclopédisme – proposer tous les usages possibles de tous les documents pour tous les publics – qui apparaîtra comme une entreprise à la fois démesurée et hégémonique. On attend de ce site qu’il permette des usages diversifiés des documents et des connaissances présentés, de la part de publics différents. Mais d’autres sites viennent prendre le relais de Gallica, que nous proposons d’appeler sites médiateurs.

Les sites médiateurs : proposer des usages spécifiques

8Loin de s’en tenir à permettre l’accès à des contenus – fussent-ils thématisés – susceptibles d’intéresser le tout public, les sites médiateurs s’adressent au contraire à certains publics particuliers pour leur dire ce qu’ils peuvent faire (et comment), soit avec le site Gallica, soit avec les documents présents sur ce site. Sous cet aspect, la démarche communicationnelle de tels sites se situe à l’opposé de celle de Gallica : ils ne partent pas des contenus – les documents renfermés par la bibliothèque –, ni même des modalités d’accès mis à disposition de l’utilisateur pour qu’il puisse retrouver les documents qu’il cherche – catalogage, outils de recherche, navigation, etc. – ; ils partent des usagers et de leurs usages.

  • 4 http://gallica.bnf.fr/utopie/
  • 5 Université du Québec à Montréal, Département d’études littéraires, Bernard Andrès (http://www.er.uq (...)
  • 6 Les adresses de ces sites cités en exemples sont respectivement : Emmanuel Lazinier, épurer un fich (...)

9La différence est frappante lorsqu’on compare, par exemple, le traitement des connaissances sur l’utopie dans le dossier « Utopie » de Gallica4 avec le projet de recherche sur « L’Histoire littéraire de l’utopie au Québec (xviie-xixe siècles) » présenté sur le site du responsable de ce projet5. Mais elle l’est tout autant, sinon plus, lorsqu’on met en parallèle les références faites à Gallica dans des sites aussi variés que le site personnel d’un spécialiste de langage HTML discutant de l’utilisation de ce langage dans Gallica ; le site de l’académie de Rennes donnant des conseils pour l’analyse automatisée des textes où Gallica apparaît comme lieu susceptible de fournir un corpus de textes numérisés pouvant être analysés par le logiciel Tropes ; le portail des professeurs de français et d’espagnol langues étrangères où Gallica est mentionnée en tant que bibliothèque française ; le site de La Maison landaise dans sa page sur le dialectologue Félix Arnaudin qui indique que l’on peut trouver ses œuvres dans les vieilles éditions numérisées de Gallica ; la page Patrimoine culturel et société de l’information du site du ministère de la Culture où Gallica apparaît à titre d’exemple de numérisation d’un patrimoine et de sa mise à disposition du public au moyen de l’Internet ; ou encore, la référence à deux livres anciens décrivant les sources thermales pouvant fournir une eau minérale gratuite6

10Si, à chaque fois, il ne s’agit que d’une simple référence au site Gallica dans son ensemble ou à ce qu’il renferme, ni l’usage proposé du site – la façon de chercher les documents pertinents – ni l’usage des documents trouvés – ce qui en sera fait et ce à quoi ils serviront – ne seront les mêmes. En revanche, à chaque fois, la manière de faire référence à Gallica, l’organisation du site dans lequel prend place cette référence, le type de site, les objectifs auxquels il répond, la qualité des auteurs de ce site sont autant d’éléments qui constituent un contexte contribuant à définir tant l’usage proposé de cette bibliothèque multimédia que celui des documents.

  • 7 Voir Brochu et Noël-Cadet (2001). Cette approche s’appuyait sur des travaux actuels traitant de la (...)

11Tirant profit des résultats d’une étude précédente portant sur les usages du site Vienne antique du ministère de la Culture et de la Communication qui avait fait apparaître que certains usagers – en la circonstance, les enseignants – créaient des sites pour mettre à la disposition d’autres enseignants leur manière d’utiliser ledit site ou bien les outils pédagogiques qu’ils avaient créés7, nous avons donné à la recherche menée dans le cadre du programme présenté dans ce livre l’objectif principal de montrer comment ces sites qui prennent le relais de Gallica – comment ces sites médiateurs – intègrent, dans leur écriture même, la dimension de l’usage.

1. La démarche: de l’usage des sites médiateurs à l’inscription de l’usage

12L’existence de tels sites médiateurs constitue, à n’en pas douter, une opportunité théorique et pratique pour l’étude des usages d’une bibliothèque multimédia comme Gallica. Là où nous attendrions une relation simple et directe entre cette bibliothèque et des usagers, nous découvrons une relation indirecte, un détour communicationnel. Leur existence même conduit donc à revoir ou étendre un certain nombre de définitions – tout particulièrement celle d’usage. Mais pour ce faire, encore faut-il savoir comment analyser ces sites, comment saisir cette dimension des usages qu’ils sont censés intégrer et, en premier lieu, comment repérer ces sites…Ce lien entre, d’un côté un questionnement théorique sur ce qu’est la relation entre un site et un usager, et de l’autre les méthodes et les techniques pour saisir la singularité des sites médiateurs, a été au cœur du travail de notre équipe. Ce travail s’est, de ce fait, organisé autour de trois axes : premièrement, ce qu’est un site médiateur ; deuxièmement, ce que signifie parler d’usage dans le texte ; troisièmement, comment saisir l’inscription de l’usage dans un site médiateur.

13Chacun de ces trois axes tout à la fois interroge un concept – site, usage, texte – et demande de résoudre un problème de méthode.

Du site au site médiateur

14La définition du site médiateur comme site ayant pour objet de rendre service à certains usagers potentiels de Gallica, comme toute définition première, demande à être travaillée pour devenir opérationnelle.

Qu’est-ce qu’un site médiateur ?

15Un site médiateur est reconnaissable à deux caractéristiques :

16– Il renvoie à un ou plusieurs autres sites – en l’occurrence, au moins à un, à savoir le site Gallica ;

17– Il s’adresse à un type de public spécifique défini par l’usage que celui-ci veut ou peut faire du site auquel il est renvoyé.

  • 8 Parmi les exemples cités plus haut, la page sur « L’Histoire littéraire de l’utopie au Québec (xvii(...)

18Ces deux caractéristiques permettent de saisir immédiatement ce qui distingue un site médiateur d’un site documentaire tel que Gallica. Ce dernier fonctionne comme un point d’arrivée pour l’internaute qui y trouve des documents, des connaissances et, évidemment, un certain nombre d’informations permettant d’accéder à ceux-ci. Au contraire, tout site médiateur fait obligatoirement référence au site auquel il va renvoyer l’usager. Cette référence peut venir appuyer un discours; par exemple, lorsqu’un auteur commente un ouvrage ou un ensemble de documents consultables sur Gallica – selon un mode proche de celui de la référence bibliographique dans les écrits scientifiques. Mais le site médiateur peut aussi, au contraire, n’avoir d’autre fonction que de mentionner, expliquer, justifier cette référence; par exemple, lorsqu’un site s’adressant à un public spécialisé établit une liste des bibliothèques en lignes pertinentes pour lui, voire va jusqu’à préciser quels sont les ouvrages et les documents pertinents8. Quelle que soit la forme de référence, l’existence même de celle-ci a pour corollaire qu’une des fonctions essentielles du site médiateur est de faire circuler l’usager sur le réseau en le mettant en relation avec d’autres sites.

19Mais, la seconde caractéristique du site médiateur – son orientation « usager » et « usage » – double cet « effet réseau » d’un « effet point de vue » dans la mesure où la mise en relation de l’usager potentiel avec le site de référence – dans le cas présent Gallica – n’a de sens qu’au regard de ce que cet usager peut vouloir, devoir ou avoir envie de faire. Il va sans dire que le point de vue ainsi construit sera plus ou moins étroit et précis ou, au contraire, large et imprécis, selon que les usagers et les usages seront bien définis et connus ou, à l’inverse, que le site s’adressera à un public diversifié et mal connu, ou encore que les usages possibles resteront variables et incertains. Cependant, dans tous les cas de figure – et c’est ce qui est important –, le site médiateur proposera une interprétation du site de référence : il en donnera une image ; il en sélectionnera certains éléments vers lesquels il orientera l’usager potentiel ; éventuellement, il les commentera. En tout état de cause, il soumettra le site de référence à son regard et à son discours, adoptant ainsi une position métacommunicationnelle. Ce regard et ce discours seront orientés par l’intention du producteur qui est à l’origine du site médiateur ; ils dépendront aussi de l’usage que ce producteur a eu lui-même du site de référence.

20C’est à la fois cet effet réseau et cet effet point de vue qui font qu’un site possède effectivement une fonction de « médiation ».

Comment repérer les sites médiateurs ?

21Dans la recherche sur les usages du site Vienne antique, les sites médiateurs avaient été découverts au cours des entretiens avec des usagers de ce site. C’étaient les personnes interrogées elles-mêmes qui avaient fait mention de sites qu’elles avaient produits. Cette production – lorsqu’elle existait – faisait partie intégrante de l’usage qu’elles avaient eu du site. Dans le cas présent, il s’agissait de construire un véritable corpus de sites médiateurs. Dans la mesure où le site médiateur répond à l’intention de faciliter la tâche de l’usager en l’orientant vers Gallica, il est indispensable de prendre en compte l’ensemble de la chaîne communicationnelle depuis Gallica jusqu’à cet usager. Cependant, ce ne sont ni Gallica, ni les usagers qui sont l’objet de l’analyse, mais bien les sites médiateurs. D’où la nécessité de pouvoir repérer ces derniers de manière suffisamment systématique.

22Pour répondre à cette exigence, nous avons utilisé le moteur de recherche Google. Dans un premier temps, nous avons procédé à une recherche des sites faisant mention de Gallica; puis, dans un second, à une recherche utilisant la fonction « link: http://gallica.bnf.fr/​ ». Pourquoi ce changement, alors que la première recherche avait déjà permis la constitution d’une population de sites médiateurs? Essentiellement, parce que la seconde procédure permet de trouver les pages qui pointent vers la page d’accueil du site Gallica: en ce cas, c’est l’existence d’un renvoi intentionnel à Gallica, de la part même du producteur du site médiateur, qui devient véritablement le critère de constitution du corpus. Cette seconde recherche fut ensuite complétée d’une troisième, beaucoup plus légère, visant à repérer les sites médiateurs renvoyant non plus à la page d’accueil de Gallica, mais aux pages d’accueil des grandes rubriques composant le site –Découverte, Recherche, Dossiers – qui proposent déjà par elles-mêmes des usages différenciés de la bibliothèque tels que des parcours thématiques dans les fonds, des recherches dans le catalogue, des itinéraires de découverte avec les dossiers, etc. L’objectif était de trouver des sites moins institutionnels, s’intéressant à des sujets plus précis et correspondant à des usages plus diversifiés.

De l’usage aux traces d’usage

23En tant qu’objet communicationnel, tout site, quel qu’il soit, anticipe, au moins un minimum, l’usage qu’il suscitera. Même si une bibliothèque multimédia ne peut véritablement anticiper les différents usages possibles de ses documents, elle n’en cherche pas moins à proposer un dispositif d’accès facile, convivial, performant, etc. Les sites médiateurs n’échappent pas à cette règle. Mais surtout leur fonction médiatrice les oblige à anticiper l’usage qui pourra être fait du site Gallica. Pour ce faire, ils vont inscrire un autre usage : celui que leur producteur a lui-même eu de Gallica. Toute notre démarche de recherche peut se résumer dans l’analyse de cette singularité du site médiateur qui est d’opérer l’inscription d’un usage pour en anticiper un second.

L’inscription de l’usage

24Par contre, tant que l’on ne peut dire précisément comment l’usage devient langage et comment la production d’un site peut avoir une quelconque influence sur ceux qui l’utilisent, parler d’« inscription d’un usage » reste des mots.

25Pour penser ce double processus, nous avons donc mobilisé un modèle de type sociosémiotique, qui a été mis au point dans l’analyse des expositions et des musées. Il répond à deux principes :

    • 9 Le terme d’objet médiatique est utilisé pour désigner un objet culturel, tel que le livre, le film, (...)

    L’objet médiatique9 n’y est pas étudié comme un objet sémiotique isolé ; il est considéré comme un des éléments d’une situation de communication d’ensemble. Dans le cas présent, la chose est d’autant plus facile que le site médiateur prend place entre la bibliothèque multimédia Gallica et l’usager potentiel, avec la prétention de créer une relation entre les deux ;

  • Ce sont les interactions entre cet objet médiatique et les autres éléments composant la situation de communication qui retiennent l’attention. L’analyse s’attache donc essentiellement à mettre au jour des dynamiques et des processus.

26Quatre éléments composent la situation de communication qui s’organise autour du site médiateur : Gallica, le producteur du site médiateur, le site médiateur lui-même et l’usager final. Les trois derniers sont des opérateurs, c’est-à-dire produisent une transformation contribuant directement à la réussite de la mise en relation de l’usage final avec Gallica.

27Le producteur produit le site médiateur à partir de l’expérience, de la connaissance qu’il a eues de Gallica même si cette dernière se réduit à une prise de connaissance de son nom et de son adresse.

28Le site médiateur propose une représentation de Gallica visant à transformer son propre lecteur en usager de ce site.

29L’usager final évalue si cette proposition présente un intérêt pour lui et si elle peut lui servir. Il décide d’aller (ou non) sur Gallica.

30C’est ainsi que le jeu des transformations a pour effet que l’usage du producteur (usage 1) devient texte sous forme de traces, et que le texte du site médiateur participe à l’usage de Gallica par l’usager final (usage 2).

31La recherche que nous avons menée doit une large part de son existence et de sa réussite à la rencontre d’une opportunité liée au terrain avec une posture théorique. Les sites médiateurs présentent en effet l’opportunité d’offrir un mode de fonctionnement qui croise usage et texte. On comprend mieux dès lors leur différence fondamentale avec les sites documentaires tels que Gallica: ils montrent, ils utilisent, ils transmettent, ils traitent non des contenus documentaires (des textes), mais de la relation, de l’action, de la pratique. Nous les considérons donc comme la concrétisation d’un usage de Gallica par le producteur, un peu à la manière dont, au théâtre, une mise en scène est la concrétisation de la lecture que le metteur en scène a faite du texte de la pièce. Mais, à la différence de ce qui se passe pour une représentation théâtrale, ils sont orientés vers l’action, puisque le producteur du site médiateur cherche non à offrir une simple interprétation de Gallica, mais à en proposer un ou des usages.

Le choix d’étudier l’usage dans le texte

32Chacun des trois opérateurs qui contribuent au fonctionnement de la situation communicationnelle mériterait une recherche à part entière. On pourrait ainsi aisément imaginer une enquête auprès des producteurs de sites médiateurs. Plus encore qu’une enquête auprès des usagers finaux, qui resterait, somme toute, essentiellement une analyse d’usage – même s’il s’agit d’un usage des sites médiateurs et de Gallica –, une telle enquête permettrait à coup sûr de comprendre la manière dont ces producteurs transforment leur usage de Gallica en un objet médiatique.

33Pourtant, notre choix de travailler sur les sites médiateurs tient à deux raisons.

34Puisque l’opportunité nous en était offerte, nous pouvions aller au-delà du (grand) partage habituellement fait entre, d’un côté, l’usage qui s’étudie chez les usagers et, de l’autre, les contraintes techniques – ou les propositions sémiotiques – qui relèvent des objets médiatiques. Paradoxalement, analyser les usages là où on les attend le moins – c’est-à-dire dans les objets médiatiques – permet de rompre avec une approche uniquement sémiotique du texte, uniquement technique du site et uniquement sociale de l’usage. Nous défendons, en effet, l’idée que le sémiotique, le technique et le social sont présents aussi bien dans la pratique des sujets sociaux que dans les objets culturels et médiatiques.

35Un tel parti présentait l’intérêt, pour le programme de recherche dans son ensemble, d’appréhender la manière dont la pratique de l’usager peut être présente dans l’objet médiatique – c’est-à-dire la manière dont la pratique contribue à façonner un objet technique et sémiotique pour en faire un opérateur communicationnel. Notre recherche venait faire ainsi utilement écho aux approches présentées dans les autres chapitres : l’approche des formes de lecture des sites ; celle de l’usage des outils de communication qui implique une écriture par les usagers ; celle enfin de la textualisation de l’espace de la bibliothèque à travers l’usage des technologies.

36Nous avons parfaitement conscience des limites d’un tel choix, mais sa radicalité nous a néanmoins semblé la plus propice à une exploration systématique des modalités de présence de l’usage dans le texte.

Du texte à l’écriture

37De manière concrète, comment appréhende-t-on les processus d’inscription de l’usage ? Par quels processus précis, les usages de Gallica effectués par le producteur du site médiateur deviennent-ils des éléments de ce dernier ? Et, en fin de compte, comment reconnaître les traces d’usages ? Si l’on s’en tient à une analyse du site comme d’un texte fini constitué de signes, il est extrêmement difficile de répondre à de telles questions. En revanche, la chose devient possible dès que l’on considère ce texte à partir des opérations qui, soit ont présidé à sa production, soit cherchent à orienter l’utilisation qu’en fera le lecteur : des opérations productrices de traces d’un usage et des opérations anticipatrices d’un nouvel usage par quelqu’un d’autre.

L’écriture de l’usage dans les sites médiateurs

38L’insigne avantage de la théorie intégrationnelle de l’écriture (Harris, 1993) est de n’aborder les signes écrits ni comme simple transcription d’un texte linguistique, ni même comme assemblage de caractères ou de signes graphiques préexistants. L’écriture y est essentiellement définie comme une mise en contexte. Lorsqu’on écrit, par exemple, le nom d’un restaurant sur la façade au-dessus de la porte, il s’agit d’une mise en contexte spatiale et graphique. D’ailleurs, le même nom écrit sur une pancarte à l’entrée du village ou sur une carte de visite, donnera un signe écrit différent dont la signification sera différente. Même s’il s’agit toujours du même mot qui désigne de surcroît le même restaurant, ce que dit une enseigne, une pancarte ou une carte de visite à celui qui la regarde ne sera pas la même chose. La première lui dira par exemple que cette maison est bien le restaurant qu’il cherche; la seconde, qu’il faut aller dans telle ou telle direction pour trouver le restaurant qui s’appelle ainsi – si la pancarte est bien du type de celles qui indiquent les restaurants et non les villages –; la dernière, qu’il existe un restaurant de ce nom, à telle adresse, etc.

39Comme on le voit dans l’exemple ci-dessus, une seconde forme de contexte est présente, qui est directement liée au lecteur. Il s’agit du lieu où se passe l’interaction entre ce dernier et le signe écrit – par exemple, où se situe l’enseigne, la pancarte, etc. – et surtout l’action dans laquelle il se trouve engagé lorsqu’il lit ce signe. Pour quelqu’un qui ne cherche pas de restaurant, lire la pancarte n’aura pas la même signification que pour celui qui est engagé dans une telle recherche. L’écriture opère donc trois formes de mises en contexte faisant respectivement intervenir :

  • Le champ graphique où se trouve « écrit » le mot ;

  • La localisation du signe ainsi constitué ;

    • 10 Soit respectivement (1) le contexte textuel, (2) le contexte d’usage et (3) le contexte programmati (...)

    Le programme d’activité du lecteur10.

40Cette conception de l’écriture sert d’appui à l’hypothèse selon laquelle faire un site médiateur sur Gallica revient à écrire un ensemble – créer un objet médiatique – comprenant un élément référant à Gallica et un contexte constitué de toutes les caractéristiques spatiales, graphiques, langagières et situationnelles ; comprendre ce site suppose de la part du lecteur de l’intégrer dans son programme d’activité.

41La définition du site médiateur peut désormais être reprise de manière à la fois plus précise et plus opérationnelle :

  • Il est un dispositif communicationnel – technique, sémiotique et social – dont l’issue de la lecture (aller ou non sur Gallica) dépend du programme d’activité du lecteur ;

  • La stratégie du producteur a pour objectif que ce dispositif propose un scénario de lecture anticipant les usages du lecteur– anticipation de la mise en contexte dans le programme d’activité du lecteur.

42Pour ce faire, il travaille sur la mise en contexte de Gallica sur le site médiateur et particulièrement sur la façon de rendre présent Gallica et l’usage qu’il en a lui-même eu.

Les résultats de l’analyse des sites

  • 11 Nous parlons ici de « pages » car le moteur de recherche indexe des pages et non les sites dans leu (...)

43L’analyse de l’écriture des sites a été menée sur un corpus d’environ deux cents pages11. Elle s’est déroulée en trois temps :

  • Dans un premier temps, le travail a consisté à repérer toutes les mentions faites de Gallica, de l’auteur du site, de l’utilisateur ou des actions effectuées ou proposées ; puis à classer la manière dont toutes ces mentions sont qualifiées, présentées, mises en contexte ;

  • L’inventaire qui en a résulté a donné matière à une double typologie : (a) des différentes formes que prenait la présence de Gallica sur le site médiateur ; (b) de la présence de l’action de celui qui a fait le site – traces d’usages – et de l’action qu’il propose au lecteur – indices d’usages anticipés ;

  • Dans un troisième temps, nous nous sommes plus particulièrement penchés sur l’interaction entre le programme d’activité de l’utilisateur et la manière dont l’organisation du site anticipe cette interaction.

44Dans les pages qui suivent, nous présentons l’essentiel des résultats obtenus, illustrés de quelques exemples seulement afin d’éviter l’effet d’accumulation qui pourrait paraître d’autant plus pesant que « notre » compétence spontanée d’usagers – notre sens commun sociosémiotique – nous amène à considérer comme évidentes – et donc comme sans importance – les différentes formes de présence de Gallica ainsi que les traces et indices d’usage dans les sites médiateurs. Nous nous attacherons donc à faire apparaître, derrière ces résultats, l’enjeu que constitue l’inscription des usages pour une compréhension de l’écrit d’écran comme écrit de réseau.

2. La présence de Gallica et de son usage sur les sites médiateurs

45La présence de Gallica ou de son usage sur les sites médiateurs est la résultante d’une construction de cette présence par un travail d’écriture.

46Nous appuyant sur l’inventaire des formes que prend cette présence, nous voudrions montrer comment les sites médiateurs construisent une représentation du site Gallica à destination de leurs utilisateurs, puis comment ils portent traces des usages que leurs producteurs ont pu avoir de Gallica ainsi que des usages qu’ils en proposent.

Gallica sur le site médiateur

47De quelle manière les sites médiateurs font-ils référence à Gallica ? Quelle présence de cette bibliothèque multimédia y trouve-t-on? À première vue, une présence à la fois ordinaire et peu variée : nom, commentaire, description, emprunt d’image, reprise d’un titre de rubrique, etc. Pourtant, un relevé systématique des occurrences soulève deux questions, portant l’une sur les similitudes entre certains textes des sites médiateurs et la page d’accueil de Gallica ; l’autre, sur le statut qu’il convient de réserver aux URL. L’examen de ces questions fait apparaître l’existence de deux modes différents de construction de la référence à Gallica : le sémiotique et l’opératoire.

Quatre formes de présence

48Les diverses références à Gallica que nous avons pu recenser peuvent se regrouper en quatre formes : le nom propre, l’hyperlien, la description et ce que nous avons appelé la « citation invisible ».

    • 12 Cette importance de la forme textuelle de la liste mériterait une étude en soi, à partir des travau (...)

    La présence la plus simple et la plus réduite de Gallica sur le site médiateur passe par son nom tel qu’on peut le trouver, par exemple, dans une liste de sites. Les sites médiateurs sont en effet constitués, pour une large part, de listes de sites qui, soit traitent d’un sujet donné – liste des textes électroniques d’Auguste Comte, liste de liens utiles, liste des sites traitant de la littérature romane, etc. –, soit possèdent une caractéristique particulière – listes des grandes bibliothèques, de centres de ressources, etc.12.On sait que le nom propre a la particularité de désigner la chose qui porte ce nom sans rien dire sur son contenu (Jakobson, 1963), la mise en relation de ce nom et de ce qu’il désigne nécessite donc de connaître ce qui est désigné. Si ce nom n’est pas accompagné d’une notice descriptive ou explicative, le lecteur sera obligé de faire appel à ses connaissances antérieures.

  • La plupart du temps, existe aussi un hyperlien attaché tantôt au nom, tantôt à l’adresse (l’URL) du site, ou parfois à une image, qui en fait des signes passeurs renvoyant le lecteur sur Gallica lorsqu’il clique sur l’un d’eux.

  • Gallica est aussi souvent présent sur le site médiateur à travers la description qui en est donnée dans la notice accompagnant le nom. Cette notice peut être l’occasion de mentionner qui a produit le site, d’apporter des appréciations sur lui, d’en préciser les conditions et modalités d’accès.

    • 13 La citation est définie comme une « relation interdiscursive de répétition » par Antoine Compagnon (...)

    La particularité de la « citation invisible » est de ne pas être immédiatement repérable comme telle: il est nécessaire d’aller sur Gallica si on veut s’apercevoir des emprunts faits à la page d’accueil de ce site, puisqu’il n’y a aucune limite visible entre ces emprunts et le reste du site médiateur, entre le texte cité et le texte citant13.

49Noter que cette technique de la citation invisible est largement utilisée par l’ensemble des sites médiateurs pour élaborer leur notice descriptive de Gallica. Le bulletin d’information édité par le CRDP de Toulouse et intitulé NETeCLAIR n° 10 n° spécial juin 2000, est exemplaire de ce type de notice car les emprunts y sont suffisamment longs. On y trouve de surcroît la présence du nom propre Gallica, d’un hyperlien et d’une description à laquelle contribuent précisément les citations invisibles.

50Le travail d’assemblage apparaît dès que l’on compare les deux pages. Afin de montrer le travail de citation invisible, nous avons recopié le texte en indiquant l’hyperlien par le soulignement, la reprise des termes de Gallica par l’italique, les ajouts par des crochets – les crochets et le romain signalent un ajout du producteur du site médiateur tandis que les crochets et l’italique indiquent un emprunt venant d’un autre passage de la page d’accueil.

Gallica 2000

51[La BnF propose une] nouvelle version de Gallica [Gallica 2000 qui] constitue la mise à jour la plus importante depuis la création de ce serveur [(en octobre 1997)], [7]0000 documents numérisés [libres de droit.] Le lecteur accède aujourd’hui à une bibliothèque multimédia dont les ressources documentaires s’étendent du Moyen Âge au début du xxe siècle. // Outre les accès traditionnels de Gallica (catalogue, recherche plein texte…), le lecteur dispose d’une nouvelle navigation thématique lui proposant [des «] parcours [»] possibles dans la culture francophone.

52http://gallica.bnf.fr

  • 14 On peut se demander si l’espace double entre « une » et « nouvelle » n’est pas une trace de coupé/c (...)
  • 15 Cette différence est aussi présente sur d’autres sites ; elle renvoie probablement à une version an (...)

53On voit ainsi que, jusqu’à la virgule venant après « octobre 1997 », il s’agit d’un extrait de la première phrase de la page d’accueil de Gallica14. La suite (« 70 000 documents numérisés ») reprend le début de cette même phrase en changeant 80 000 (sur Gallica) en 70 00015. La phrase suivante est reprise intégralement – comme sur beaucoup d’autres sites médiateurs – de la seconde phrase de la page d’accueil. Quant à la dernière, elle correspond ni plus ni moins à la dernière de la page d’accueil – aux modifications entre crochets près.

Décrire ou faire faire: mode sémiotique et mode opératoire

54Mode sémiotique et mode opératoire sont deux façons pour Gallica d’être présent sur le site médiateur : soit à travers la construction d’un texte – le site médiateur comme objet médiatique –, soit par la mise en place d’une circulation entre des deux sites.

  • 16 Le mode sémiotique couvre tous les éléments contribuant à la production de la signification: textes (...)

55Deux des quatre formes de présence de Gallica relèvent, sans hésitation possible, du mode sémiotique – en l’occurrence même, du mode linguistique : la description et le nom propre16.

56L’hyperlien relève incontestablement du mode opératoire qui recouvre tous les éléments impliquant une modification de l’état du système d’action du lecteur, puisqu’il sert à produire effectivement le passage sur Gallica lorsqu’il est activé par le lecteur. Cependant, l’hyperlien n’existe jamais à l’état pur. Il possède toujours une face sémiotique: l’adresse, l’image ou le nom propre accompagnés de marques codées telles que la surbrillance, la couleur bleue et le souligné, la modification du point d’insertion, etc.; ou encore, les signes spécifiques de type icônes. Toutes choses qui contribuent à constituer, avec lui, un signe passeur.

57Cette coprésence du mode sémiotique et du mode opératoire, dans un même élément, se retrouve dans la citation invisible. À ceci près que celle-ci se présente comme relevant du sémiotique – elle produit du texte –, mais cache en revanche l’opération de sa production.

58Ainsi, entre ces deux formes de présence – la citation invisible et le signe passeur – existe comme une complémentarité, une symétrie, un jeu de miroir. Dans la première, l’effacement de l’opération d’écriture qui la fonde – le sémioticien dira : l’effacement de l’énonciation – appartient au versant de la production, puisque c’est l’opération de transfert accomplie par le producteur du site médiateur qui est effacée. Avec le second, il s’agit en revanche de la (re)construction d’un lien proposée en réception, puisque c’est le lecteur qui aura la charge d’activer la relation entre le texte citant et le texte cité en utilisant les ressources techniques de la machine et du réseau. À un mode opératoire dénié produisant du sémiotique fait pendant un mode opératoire affirmé, au point de faire passer au second plan le sémiotique, jusqu’à parfois rendre partiellement illisible le signe passeur comme c’est le cas dans les adresses URL « brutes ».

Formes de présence de Gallica et opérations de mise en contexte

59Vus du côté de l’écriture, mode sémiotique et mode opératoire correspondent à deux niveaux différents de mise en contexte :

  • Une mise en contexte d’extraits, d’images, d’informations qui sont empruntés à Gallica ou qui le représentent – ne serait-ce par exemple que son nom– dans un environnement spatial, graphique et textuel du site médiateur;

  • Une mise en contexte de l’ensemble constitué de Gallica et du site médiateur dans la situation hic et nunc de production et d’utilisation du site médiateur. Le contexte dont il est question ici est alors à la fois l’espace technosémiotique du réseau – l’Internet – et l’espace physique d’usage dans lequel se trouvent ordinateur et producteur ou utilisateur – le poste de travail.

60La première mise en contexte aboutit à transformer le site médiateur en texte, tandis que la seconde implique l’intervention d’usagers. Nous parlerons donc pour la première de « mise en contexte textuel » et pour la seconde de « mise en contexte d’usage ».

61Les particularités de l’écrit sur écran font que l’environnement spatial, graphique et textuel du site médiateur – son contexte textuel – possède une double dimension : l’organisation du contenu et l’espace de l’écran. Ces deux dimensions sont bien connues des concepteurs et des producteurs de sites puisqu’elles correspondent respectivement à l’architecture des contenus et à la mise en page des écrans. Mais du point de vue qui est le nôtre – c’est-à-dire celui de l’écriture –, leur point commun est de contribuer à orienter l’interprétation que le lecteur fera de ce qui est dit sur Gallica.

  • 17 Cette différence de mise en contexte – plus « orientée contenu » ou plus « éditoriale » – a d’autan (...)

62Pour prendre un exemple un peu simple: la signification accordée à l’information donnée par une notice ne sera pas la même selon que le lecteur arrivera directement sur l’écran la contenant ou qu’il accédera d’abord à une page d’accueil lui demandant de choisir entre plusieurs rubriques à l’intérieur desquelles se trouve ladite notice au milieu de beaucoup d’autres. En admettant que, dans les deux cas, le lecteur soit à la recherche du même type d’information et qu’il s’y prenne de la même façon, le fait d’arriver directement sur la page favorisera l’organisation discursive de celle-ci alors que la nécessité pour le lecteur de chercher une rubrique au milieu d’autres lui demandera de focaliser son attention sur la navigation – l’opérativité des signes passeurs17. Le producteur du site médiateur aura ainsi, de fait, mis l’accent soit sur ce qui caractérise Gallica, soit au contraire sur un ensemble de ressources documentaires à propos d’un sujet donné, ressources qui se trouvent sur différents sites dont Gallica.

  • 18 Ce processus apparaît particulièrement bien dans Le site Coup de Cœur (http://www.philgate.com/phil (...)

63Cette dépendance de la signification par rapport à la situation dans laquelle se trouve le lecteur donne tout son poids au contexte d’usage. Pour continuer avec l’exemple ci-dessus : la façon dont le site rend visible au lecteur sa proximité avec Gallica et lui offre la possibilité pratique de remonter jusqu’à ce dernier sera déterminante dans la relation que ce lecteur établira (ou non) entre ce qu’il est en train de lire et l’usage qu’il peut en faire. Tout producteur de site médiateur a conscience de cette importance cruciale du contexte d’usage, c’est pourquoi même lorsque la référence à Gallica est réduite à sa plus simple expression, elle prend souvent la forme d’une adresse URL. C’est une façon de rendre quasi physiquement présent Gallica, puisqu’un simple geste peut permettre de s’y rendre. Comme si les deux sites appartenaient au même ensemble, comme s’ils étaient en continuité spatiale, au même titre que deux pages faisant partie du même site. En ce sens, une image reprise de Gallica ou le nom accompagnés d’un hyperlien constituent un condensé qui représente tout le site, à la manière dont une entrée de dictionnaire peut représenter toutes les définitions qui lui font suite18.

Figure 1 : La référence à Gallica dans la page Le site Coup de cœur http://www.philgate.com/​phil_Web/​site/​fev2000.html)

64Pourtant, il ne fait aucun doute que le site médiateur n’appartient pas au même univers pragmatique que Gallica : du point de vue de l’usage, il y a autant de différence entre ces deux sites qu’entre la page d’un écran et la même page imprimée. Le site médiateur, comme la page « tirée » sur l’imprimante, sont des outils qui procurent d’autres usages (un méta-usage) que celui proposé soit par Gallica, soit par la page écran : ils offrent un contexte d’usage – celui du réseau dans un cas et du poste de travail dans l’autre – dans lequel l’usage proposé vient acquérir une signification pour le lecteur.

Traces et indices d’usages

  • 19 En fait, il en existe un troisième : la présence ou l’absence du producteur ou du récepteur dans le (...)

65Deux critères majeurs permettent de dresser une typologie de la manière dont les usages sont présents sur les sites médiateurs19 :

  • La distinction entre les traces d’usages effectués par le producteur et les indices d’usages anticipés, c’est-à-dire prévus, attendus de la part de l’utilisateur du site ;

  • La distinction entre mode sémiotique – ce qui est dit ou montré – et mode opératoire – ce qui est proposé de faire –, avec un mode intermédiaire qui conjoint le sémiotique et l’opératoire.

66Les catégories obtenues sont représentées dans le tableau 1 (les types de traces et d’indices d’usages) de la page suivante.

Tableau 1 : Les types de traces et d’indices d’usages.

67Prenons quelques exemples propres à illustrer la manière dont les usages viennent prendre place dans le discours, en commençant par les traces d’usages effectués.

Les traces d’usages effectués par le producteur du site médiateur

  • 20 Il s’agit alors d’une présence sous la seule forme de l’auteur modèle qui est, rappelons-le avec Um (...)
  • 21 Sur un site comme Apports en matière de diffusion des connaissances (http://hebergement.ac-poitiers(...)
  • 22 Comme par exemple : « Interlocuteur TICE pour la documentation, documentaliste. Cité scolaire Stend (...)

68Qui dit traces d’usages suppose à l’évidence qu’il a existé des actions et des opérateurs. Mais ces derniers peuvent déclarer ou non qui ils sont ou ce qu’ils font, c’est-à-dire leur identité ou leurs actions. Il existe ainsi toute une série de situations qui s’étendent depuis une forme déclarative – écrire son nom – jusqu’à une forme structurelle de présence du producteur lorsque celui-ci disparaît dans l’organisation du site médiateur elle-même20. Cela se traduit par une gradation qui va de la signature en nom propre à l’absence totale de marque auctoriale21, en passant par la simple indication de la fonction dans l’institution22.

  • 23 En voici un exemple (c’est nous qui soulignons) : « Toutefois, il nous a fallu utiliser les service (...)

69Du côté des actions, il existe aussi plusieurs cas de figure. Le premier fait marquant est toutefois que les producteurs de sites médiateurs ne rapportent pas souvent ce qu’ils ont fait. Les traces déclaratives explicites sont relativement peu nombreuses et elles se rencontrent essentiellement dans les pages personnelles d’enseignants à destination d’élèves, d’étudiants ou de collègues23.

  • 24 L’exemple suivant donne une bonne idée de ce processus (le soulignement et les commentaires entre c (...)

70Beaucoup plus fréquents sont les cas où le producteur souhaite attirer l’attention du lecteur sur tel point particulier, voire lui dire quoi ou comment faire. C’est alors la manière même dont il s’adresse au lecteur – les marques d’adresse – ou encore les traces de subjectivité – tels les qualificatifs, par exemple – qui permettent à celui-ci de supposer qu’il a fait, bien qu’il ne le dise pas explicitement. Comme si le faire du producteur s’effaçait alors dans ce qu’il recommande, commande, conseille à l’utilisateur. Ou, pour dire les choses de manière plus technique : comme si les traces d’usages effectués devenaient des indices d’usages anticipés24. Ce cas est intéressant, car il montre le type de liens qui existent entre les usages effectués par le producteur et ceux qu’il propose au lecteur ou anticipe de sa part.

71Quant aux formes structurelles de représentation de l’action caractérisées par le fait que cette dernière disparaît en quelque sorte dans l’organisation du site médiateur, la forme la plus courante – et, nous l’avons vu, la plus surprenante – est probablement la citation invisible qui est la trace d’un usage effectué qui n’est pas visible, à première vue, par le lecteur. Cette forme nous rappelle d’ailleurs, qu’à la limite, l’ensemble du texte du site médiateur se rapportant à Gallica constitue une trace d’usage effectué.

Les indices d’usages anticipés de la part du lecteur

  • 25 Reprenant les catégories d’Eco, nous dirons qu’ils contribuent à définir un « lecteur modèle » afin (...)
  • 26 Dans le cas des usages anticipés, la dimension structurelle n’a pas pour effet la représentation – (...)

72Les indices d’usages anticipés proposent au lecteur une certaine manière de coopérer afin de pouvoir comprendre et utiliser25. Ils prennent aussi des formes qui vont du déclaré au structurel, la plus intéressante étant la forme mixte que nous avons désignée (dans le tableau 1) par indications fonctionnelles26.

  • 27 Un exemple de cette articulation est présent dans l’exemple suivant qui propose – modalité discursi (...)

73Dans ces indications fonctionnelles, le discours vise une opérativité immédiate, comme lorsqu’on indique « Fichier téléchargeable », que l’on donne un mode d’emploi ou l’adresse URL d’un site. Fonctionnant à la fois sur le mode discursif et le mode opératoire, c’est l’action qui reste l’objectif, qui donne le ton. Cette domination du mode opératoire distingue en principe les indications fonctionnelles des marques d’adresses, qui sont des discours décrivant une action à venir – du type « le documentaliste trouvera…» ou « vous trouverez…» – ou attirant l’attention du lecteur sur telle ou telle caractéristique de l’usage. En fait, la gradation est continue entre la description d’un usage anticipé – mode sémiodiscursif – et l’indication fonctionnelle la plus opératoire – mode de la fonctionnalité –, telle que, par exemple, un bouton indiquant une action possible. Probablement faut-il y voir un effet de la nature fondamentalement performative de l’écriture de réseau dont la caractéristique est de lier le discursif et l’opératoire. De ce fait, dès que l’on quitte les traces d’usages effectués pour se tourner vers les indices d’usages anticipés, c’est la conjonction et l’articulation du sémiodiscursif et de l’opératoire qui prévaut sur l’affirmation d’une différence entre les deux27.

74Cette conjonction du sémiodiscursif et de l’opératoire est particulièrement nette lorsque la page présente une liste d’items constitués de la description d’une séquence d’usages possibles de Gallica – ce que le lecteur peut faire – et de l’URL qui permet de l’exécuter. Le site Les Listes de l’URFIST DEH fournit un bel exemple de ce type de liste dans lesquelles chaque item devient une indication fonctionnelle.

Figure 2 : Exemple de liste conjoignant le sémiodiscursif et l’opératoire. http://formist.enssib.fr/​formist/​ig00base.nsf/​5612250347247b43c1256701004f8f5c/​90680af97d12db4dc12568e800518b66/​$FILE/​Humanities.html

  • 28 Exemple d’une telle liste (noter que la première phrase fournit un bel exemple de descriptions d’ac (...)

75Un pas de plus en direction de l’opératoire est franchi avec l’hyperlien sur le nom ou sur une image ; mais surtout, avec l’URL. Avec cette dernière, en effet, le texte bascule dans un autre ordre qui est celui de l’action et de la pratique. Ce montage à joints vifs, pourrait-on dire, du textuel et du fonctionnel apparaît clairement chaque fois que le site médiateur se réduit à une liste d’URL : la discursivité devient minimale, prenant la forme d’une écriture purement technique, laissant place à une proposition d’intégration de ce que présente le site dans le programme d’activité de l’utilisateur. Toute l’interprétation de ce que lit l’utilisateur est suspendue au fait de savoir si cela peut servir ce que souhaite faire celui-ci ou, à tout le moins, contribuer à continuer ce qu’il est en train de faire. Techniquement parlant, le basculement vers la pratique se traduit par le fait que les couches d’écritures faisant partie de l’architexte – en l’occurrence, les codes permettant de localiser les sites et les pages appartenant au langage informatique – font en quelque sorte irruption dans le discours28.

76Le producteur du site médiateur peut cependant avoir choisi de restreindre cette irruption abrupte de l’architexte et de sa technicité dans la discursivité. Il va par exemple associer un hyperlien au nom propre ou à une image, renvoyant l’affichage de l’adresse en bas du navigateur lorsqu’on passe la souris sur ce nom et l’accompagnant d’une modification du curseur – sous forme de main – lorsque le lecteur passe le curseur sur le nom ou sur l’hyperimage. Un tel choix revient à donner la priorité au sémiodiscursif en multipliant les signes qui « indiquent » l’opératoire.

3. L’écriture du site médiateur, entre texte et réseau

77La particularité du signe écrit, explique Harris, est d’exister comme tel à travers son intégration par la lecture dans un programme d’activité du lecteur. Dans le cas du site médiateur, cela signifie que tout ce que nous avons pu dire précédemment, tant sur la référence à Gallica – la mise en contexte textuel – que sur la manière dont le site médiateur propose de renvoyer l’utilisateur vers Gallica – la mise en contexte d’usage –, n’a de sens que rapporté à un troisième niveau de contexte : le « contexte programmatique ». Pour que le site signifie quelque chose, qu’il puisse être compris et interprété par l’utilisateur, il faut que celui-ci le lise en se plaçant dans la « perspective » de quelqu’un engagé dans un programme d’activité. Mais inversement, pour que cela puisse se réaliser, encore faut-il que le producteur ait prévu le fait que l’utilisateur allait devoir adopter une telle position…

78Le contexte programmatique possède donc un double versant, un versant concret et un versant médiatique. Lorsqu’on parle de programme du lecteur, on pense inévitablement à l’utilisateur concret – dit parfois « empirique » dans la littérature spécialisée – lisant et utilisant un site concret devant un ordinateur concret, etc. Le contexte programmatique désigne l’action dans laquelle est engagé cet utilisateur concret – par exemple, trouver de l’information sur un sujet afin, par exemple, d’écrire un mémoire. Mais, vu du côté médiatique, c’est-à-dire du côté de l’organisation sémiotique et fonctionnelle du site médiateur, il désigne plutôt toute stratégie qui cherche non seulement à anticiper le processus de lecture – la manière dont le lecteur peut s’y prendre pour comprendre –mais aussi l’utilisation que le lecteur peut faire de ce que lui propose le site dans le cadre même de son programme concret d’activité.

79L’exploration que nous proposons maintenant porte sur ce second versant du contexte programmatique, sans pour autant nier le premier. Elle entend même saisir en quoi l’anticipation du versant concret est déterminante dans la construction du versant médiatique.

Le site médiateur dans le programme d’activité du lecteur

  • 29 « Nous avons dit que le texte postule la coopération du lecteur comme condition d’actualisation. No (...)

80La prise en compte de ce double versant concret et médiatique du contexte programmatique signifie que nous nous inscrivons dans une conception stratégique du fonctionnement de cette « machine » technosémiotique qu’est le site médiateur ;machine qui demande certes d’être actualisée dans un procès interprétatif, mais dont les règles de production visent à coïncider avec les règles d’interprétation, en anticipant ce que pourra être cette dernière29. L’existence d’un « lecteur modèle », en tant que stratégie, ne vise pas seulement à anticiper le processus de lecture mais, au-delà, le programme d’activité du lecteur : le « lecteur modèle » est ici un « utilisateur modèle ». Cette stratégie aspire à susciter la coopération du lecteur concret afin de faire fonctionner le site médiateur avec l’objectif que l’usage de Gallica trouve sa place dans le programme d’activité de l’utilisateur. En d’autres termes, la stratégie de production du texte vise une opérativité pratique, le texte est un opérateur fonctionnel puisqu’il vise à servir à quelque chose.

Le texte comme opérateur fonctionnel

81La conséquence du caractère fonctionnel du site médiateur est précisément la place qu’occupe la mise en contexte programmatique dans son écriture. Même si l’interprétation d’un livre dépend du contexte dans lequel la lecture prend place – on ne lit évidemment pas un roman de la même manière pour se distraire ou pour écrire une thèse –, le livre est un média qui reste fortement autonome vis-à-vis du contexte de réception. Les modalités de coopération du lecteur – la compréhension de l’histoire, par exemple – ne sont pas soumises aux aléas de l’acquisition de ressources par le lecteur. La chose est déjà un peu différente dans le cas d’un ouvrage scientifique qui suppose le fait d’avoir connaissance d’informations qui se trouvent dans d’autres livres, comme l’indique d’ailleurs l’existence de systèmes de références et de citations qui sont en réalité des opérateurs fonctionnels – des sortes de signes passeurs –mettant le lecteur en relation avec d’autres livres. Par comparaison, le site médiateur apparaît comme un dispositif presque entièrement fonctionnel.

82La conséquence en est que la mise en contexte textuel et la mise en contexte d’usage participent directement à la mise en contexte programmatique. De manière concrète, cela signifie que l’organisation de la page – sa composition, son graphisme, l’architecture de son contenu, etc. – et le système de relation qu’elle construit, tant du point de vue du réseau – forme de renvoi à Gallica, à d’autres sites, etc. – que du poste de travail – signes passeurs, fonctionnalités vers d’autres logiciels, possibilités de sauvegarder ou d’imprimer, etc. –, tenteront de prendre en compte les contraintes de la situation de réception et d’utilisation du site; c’est-à-dire d’anticiper le programme d’activité dans lequel le lecteur est engagé. D’où l’importance, pour le producteur, d’anticiper, voire d’organiser, l’activité du lecteur en lui proposant des séquences d’action toutes prêtes, des séquences de programme d’usage – des sortes de routines programmatiques – qu’il peut choisir d’exécuter, dès lors qu’il estime qu’elles peuvent présenter un intérêt dans la réalisation de son programme d’activité.

83Il existe cependant un écart inévitable entre ce que peut anticiper le producteur et ce que l’utilisateur peut effectivement être amené à faire pour réaliser son programme d’activité (écart d’autant plus grand que le site médiateur prétend s’adresser à un large public!).Comment dès lors construire de telles routines programmatiques? Quel type de « lecteur modèle » construire? Quelles stratégies adopter pour mobiliser le lecteur?

84La première stratégie consiste à s’en tenir à relater l’existence de Gallica : « Voilà Gallica, voilà ce qu’est Gallica, ce que vous pouvez y trouver, ce vous pouvez faire avec ce site, comment s’y rendre, etc. » S’appuyant sur ce qu’il maîtrise le mieux – la gestion des accès –, le producteur laisse à l’utilisateur toute la charge de voir si cela peut correspondre à son programme. Cette stratégie est à l’évidence la plus simple : dans ce cas, l’usage anticipé « colle » aux fonctionnalités offertes par le dispositif lui-même – l’ensemble machine, programme logiciel, réseau –, c’est-à-dire s’en tient à faciliter l’accès de l’utilisateur aux ressources du site Gallica pour lui permettre de réaliser au mieux son programme d’activité, sans chercher pour autant à anticiper dans le détail ledit programme. On peut donc dire qu’en ce cas le site médiateur n’anticipe qu’une partie du programme d’activité général de l’utilisateur : le programme secondaire censé servir à sa réalisation.

85La seconde stratégie propose au contraire un programme principal en indiquant – voire en expliquant – de quelle manière Gallica peut en permettre la réalisation – « pour réaliser tel travail, utilisez le site Gallica ». Cette seconde stratégie suppose une connaissance fine des programmes généraux des utilisateurs à qui il s’adresse et donc de ces utilisateurs eux-mêmes.

  • 30 L’exemple nous est donné par le site d’un enseignant qui dit à ces élèves comment travailler et men (...)

86On comprend que la première stratégie soit le fait de sites documentaires qui font des recensions ou des notices critiques, tandis que la seconde se retrouve plutôt dans les sites s’adressant à des utilisateurs bien définis, comme c’est le cas, par exemple, des sites personnels d’enseignants. Pour ces derniers, l’usage des ressources de Gallica par leurs étudiants vient prendre place dans un programme d’activité qu’ils ont eux-mêmes, au moins pour partie, prédéfini30.

87Pour saisir l’importance de la mise en contexte programmatique dans les sites médiateurs, analysons un exemple afin de montrer comment le producteur construit un « utilisateur modèle » à partir d’un « lecteur modèle » en suivant pas à pas le fonctionnement d’un site.

La musique sur Gallica 2000 (ou le programme de l’analyste)

  • 31 La musique sur Gallica (http://www.ircam.fr/listes/archives/bibliomus/msg00111.html

88Lorsqu’on arrive sur la page La musique sur Gallica 2000 depuis Google31, celle-ci fait plus figure de recension de ressources documentaires que de proposition de programme général. Elle a cependant un aspect de courrier électronique s’adressant à un public spécifique, dans la mesure où elle commence par une adresse (« Bonjour à tous ») et qu’elle est signée par une personne appartenant au département de la musique de la BnF qui, de surcroît, donne ses coordonnées. La mise en page générale, la nature de l’en-tête et du pied de page confirment cette impression.

Figure 3 : La page La musique sur Gallica 2000 du site de l’Ircam. http://www.ircam.fr/​listes/​archives/​bibliomus/​msg00111.html

89Le texte principal contient un très grand nombre de types de traces et d’indices d’usage aussi bien discursifs qu’opératoires – et tout particulièrement d’indications fonctionnelles faisant suite à des descriptions. Hors du site complet et de son contexte d’usage, ce texte présente cependant beaucoup d’aspects qui restent énigmatiques. Tout particulièrement : à qui s’adresse-t-il ? Comment la liste des items a-t-elle été établie ? Pourquoi ces items ? Cette liste est certainement en relation avec les destinataires, puisque chaque item comprend une rapide description de la partie référencée de Gallica, systématiquement accompagnée de la procédure pour y accéder. Celle-ci décrit en détail les opérations que devra faire l’utilisateur, indique les zones à remplir, les boutons à cliquer, etc. De ce point de vue, il s’agit d’un bel exemple de présentation sémiodiscursive d’opérations. Ainsi, la page propose-t-elle – à travers la mise en contexte textuel qu’elle opère – un véritable programme secondaire qui permet d’accéder à telle ou telle ressource de Gallica mais, hormis le fait que ce programme secondaire peut être au service d’un programme général ayant trait à la musique, il est difficile de dire quel est ce programme général, car le texte n’offre rien le concernant.

90Le lecteur est donc contraint à explorer le contexte d’usage – en l’occurrence le contexte de la page – en remontant vers la page d’accueil; par exemple, en supprimant les derniers niveaux de l’adresse. Ce contexte modifie considérablement l’interprétation qu’il peut faire de la page La musique sur Gallica 2000. Le fait que cette page prenne place dans la sous-rubrique S’abonner aux listes Ircam, qui appartient elle-même à la rubrique principale Service en ligne de la page d’accueil du site, nous apprend qu’il s’agit d’un message appartenant à une liste de diffusion (Bibliomus@ircam.fr) et que l’auteur, Bérengère Demerliac, s’adresse à une catégorie particulière d’usagers qui constitue les destinataires de son message: « les bibliothécaires et documentalistes musicaux ».Du coup, l’adresse et la signature accompagnées de la référence institutionnelle peuvent désormais être interprétées: il apparaît clairement que nous sommes face à un message appartenant à une liste de diffusion, par une personne qui fait partie du département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France. Si nous n’avons pas une proposition de programme général, nous en avons à tout le moins une amorce, peut-être même un des segments: à savoir, un programme secondaire qui va bien au-delà du simple accès à Gallica ou à tel sous-ensemble de ce site.

Du « lecteur modèle » à l’« usager modèle »

  • 32 D’une manière générale, nous réservons les termes d’internaute ou d’usager pour désigner l’utilisat (...)

91L’analyste du site n’a aucun moyen de savoir par où les internautes32 qui se retrouvent sur cette page ont pu entrer sur le site, ni pourquoi ils y sont entrés, ni dans quel programme d’activité ils sont engagés. De ce point de vue, leur parcours est certainement totalement différent du nôtre, même si l’internaute suit le trajet qui part de la page d’accueil comme nous venons de l’évoquer.

92Supposons qu’il parte de cette page. Les rubriques qu’elle contient, puis le parcours des diverses sous-rubriques (Services en ligne _ S’abonner aux listes Ircam _ Bibliomus@ircam.fr) jusqu’à La musique sur Gallica 2000 lui auront appris un certain nombre de choses sur le site de l’Ircam, sur ses listes, sur les usagers à qui elles s’adressent, etc. Il aura donc eu le contexte d’interprétation avant le texte. Mais on voit bien que ces pages deviennent contexte seulement lorsque l’internaute les a quittées pour aller à une autre page, lorsqu’il a choisi une possibilité parmi toutes celles qu’elles lui offraient. Il n’arrivera au message de Bérengère Demerliac qu’après avoir opéré un certain nombre de choix. Or, chacun des choix fait est étroitement associé à son programme d’activité qui est évidemment différent du nôtre, nous qui sommes entrés directement sur ce message (avec Google) et qui cherchons à voir comment s’organise le chemin qui va de la page d’accueil à ce message et vice-versa. Soit il est arrivé sur cette page par hasard – ou par une exploration systématique –, soit il possède déjà une procédure d’accès – abonnement à la liste, connaissance du site, utilisation d’un moteur, recommandations par quelqu’un, etc. Nous sommes cependant sûrs de deux choses. La première est que l’usager est engagé dans une activité de recherche sur le réseau puisqu’il a déjà allumé son ordinateur et s’est connecté à l’Internet. La seconde est que le fait qu’il reste sur le site dépendra de la relation qui se construira – mieux : qui se négociera – entre le programme dans lequel il est engagé – son programme général – et ce que le site de l’Ircam lui propose à travers ses rubriques et sous-rubriques. S’il estime que ces propositions font écho à ce programme ou constituent un programme secondaire permettant de le réaliser, il avancera en sélectionnant les rubriques répondant le mieux à ce qu’il est venu chercher ou bien en prenant l’information qui l’intéresse. Et peut-être arrivera-t-il alors sur la page en question. Dans l’autre cas, constatant un trop grand décalage, il quittera le site.

93Le cas que nous venons d’imaginer d’un internaute qui n’est ni un habitué du site, ni un abonné de la liste et qui n’a pas référencé la page dans ses favoris, mais qui entre simplement par la page d’accueil est instructif à plusieurs égards. Il fait apparaître la manière dont l’acte de se retrouver sur la page La musique sur Gallica 2000 est la résultante d’une interaction entre ce que propose le site comme possibilité de trouver de l’information et le programme général du lecteur. On peut en déduire que le « scénario » du site en tant que « document d’information » (Stockinger, 1999) définit un « utilisateur modèle » qui contribue à son tour à définir le « lecteur modèle » du site en question. N’est-ce pas d’ailleurs ce que nous avons nous-mêmes soutenu? Pourtant, si on se place du point de vue dynamique de l’usage et non plus statique de ce que l’on appelle l’architecture, une telle manière de considérer le fonctionnement du site doit être entièrement revue. Il y manque en effet un élément essentiel qui est l’intervention du contexte programmatique, lequel appartient au lecteur-utilisateur concret.

94Le site ne peut offrir qu’un ensemble de possibles organisés, non des parcours. Il peut prévoir certaines des interactions entre ce qu’il propose et certains éléments du programme d’activité de l’utilisateur – par exemple, aller sur telle liste de diffusion si on cherche de l’information pour les documentalistes musicaux – ; mais il ne peut prévoir les différents parcours des différents internautes. Tout simplement parce que ces parcours, appartenant à la pratique (à l’usage), se construisent au fur et à mesure des interactions entre le site et l’usager.

95L’arrivée d’un internaute sur la page La musique sur Gallica 2000, alors qu’il est entré par la page d’accueil, sera la résultante d’un trajet qui déroulera tout ou partie des emboîtements et des niveaux prévus par le scénario du site. Mais à chacune des décisions prises par l’internaute, les possibles de la proposition et son programme général virtuel – dans quoi il est engagé – donneront naissance à un hybride : une activité de recherche mêlée à une proposition sera devenue a posteriori un programme réalisé dans un trajet effectif. Il en sera de même lorsque l’utilisateur arrivera sur la page où se trouve le message de Bérengère Demerliac; s’ouvrira la séquence de la lecture de la page qui impliquera à nouveau des choix parmi les propositions, en fonction de l’interaction entre ce qui est proposé et le programme général de l’utilisateur. Le destin de cette lecture sera, comme précédemment, soit un abandon, soit au contraire la décision d’aller sur Gallica.

La dimension opératoire de l’écriture: le textiel

96Est-il possible de formaliser ce que nous venons de dire à propos de la mise en contexte programmatique de la page La musique sur Gallica 2000 ? Pouvons-nous élargir le propos pour montrer comment l’écriture fait du site un dispositif technosémiotique qui associe l’utilisateur à son fonctionnement et qui lui demande de coopérer non seulement en pensée pour comprendre, mais d’agir concrètement pour que les possibilités proposées par le site deviennent un texte pouvant lui servir ?

97Pouvons-nous en déduire par exemple que cet utilisateur a totale liberté pour interpréter ou pour agir ? Ou qu’au contraire tout est texte – au sens d’un contenu informationnel – et qu’il ne fait que lire une vaste encyclopédie au fur et à mesure qu’il se déplace d’une page à l’autre ou d’un site à l’autre, lorsqu’il va par exemple du site médiateur vers Gallica ? Voilà deux questions qui renvoient à deux représentations courantes de ce qu’est la lecture de l’écrit de réseau. L’une considère que lire c’est faire – au sens de naviguer –; l’autre, que faire c’est lire – au sens de s’informer. Pour la première, il n’y pas de texte, mais de l’usage ; pour la seconde, il n’existe que l’information, tout le reste relevant de la technique. Parler de la coopération de l’utilisateur, c’est au contraire chercher à comprendre comment le texte conduit l’utilisateur à « faire pour lire », alors qu’il est venu « lire pour faire ».

98Analyser l’interaction entre programme d’activité de l’utilisateur et ce que propose le site reviendra donc à voir tout à la fois comment le texte s’ouvre à la pratique pour fonctionner et comment la pratique s’organise selon une logique de signification, comment elle devient texte.

Un texte au service du programme d’activité de l’usager

99L’activité de l’utilisateur, telle du moins que nous l’avons sommairement esquissée ci-dessus à titre d’exemple, a été découpée en trois grandes séquences: l’arrivée sur le site, l’exploration du site aboutissant à la page La musique sur Gallica 2000, la lecture de cette page se concluant par un passage sur Gallica ou non. Cette séquentialisation est incontestablement une approximation grossière de ce que font les internautes puisqu’elle n’est pas issue de l’observation des pratiques de ces derniers, mais qu’elle est un idéal type construit à partir de l’analyse du site et de la pratique de l’analyste.

100Son objectif est de rendre compte de la séquentialisation de la négociation entre ce qui est proposé par le site et le programme de l’utilisateur. Il est certain que ces trois séquences sont des macroséquences composées dans la réalité d’un ensemble de microdécisions de la part de l’internaute portant sur le fait de continuer ou non. Certain aussi que le nombre de séquences pourra varier selon qu’il entrera à tel endroit plutôt qu’à tel autre ou procédera de telle façon plutôt que de telle autre. Mais au fond, ce qui définit une séquence reste l’ouverture et la fermeture d’une négociation qui implique une proposition textuelle du site et une coopération de l’usager. Continuer ne signifie pas ici poursuivre quelque chose en cours, comme on continuerait à lire un roman, mais plutôt agir pour enclencher l’action suivante, c’est-à-dire ouvrir une nouvelle séquence.

101Or, nous l’avons dit, cette négociation contribue à actualiser le programme d’activité de l’utilisateur. Par « actualiser », il faut entendre que la négociation transforme en trajet effectif le programme de l’usager. Pas plus que le site, le programme d’activité de l’utilisateur ne saurait donc anticiper les parcours possibles du lecteur – tous les trajets – pouvant intervenir jusqu’à sa réalisation finale. Il est plutôt à penser comme une action en cours qui vise une finalité ou une idée générale – ce que veut faire l’internaute –, et qui prend effectivement corps au fur et à mesure des interactions avec les propositions du site. Le fait que l’utilisateur soit dans une démarche de recherche de ressources ou d’accès à des ressources suppose que la façon de réaliser ce programme reste en fait relativement ouverte. Dans ce contexte, la décision de continuer ou non vient en quelque sorte confirmer une adéquation – ou au contraire un écart – entre les actions proposées par le site et celles que l’utilisateur pense pertinentes pour la réalisation – voire, la réorientation – de son programme.

  • 33 Il existe une différence d’importance entre la page qui fait référence à Gallica – la page médiatri (...)

102Que propose le texte – toujours entendu au sens large ? Fondamentalement des traces et des indices d’usages33. Les indices d’usage les plus structurants étant les signes passeurs. Cliquer sur le menu ou le bouton conduisant à la page où se trouve le message de Bérengère Demerliac, c’est penser que, compte tenu de ce que l’on a lu sur l’écran et de ce que l’on cherche, le programme peut continuer, la séquence suivante intervenir – ne serait-ce que pour aller voir…Le texte auquel appartient ledit bouton a permis non seulement de continuer à lire, mais d’enclencher une nouvelle séquence de lecture qui est une nouvelle phase d’action. La lecture enclenche l’action – le fait de cliquer et de continuer – et, en retour, l’action enclenche la poursuite de la lecture. Le texte est donc ainsi intervenu directement dans la réalisation du programme d’activité ; et ce, parce qu’il associe le lecteur à son propre fonctionnement. C’est ce type de texte, à la fois machine technosémiotique et opérateur d’action, qui pourrait être appelé un textiel.

Le lecteur au travail : l’usage du textiel

103Tentons une représentation graphique du fonctionnement des trois séquences qui vont de l’arrivée sur le site de l’Ircam jusqu’à la fin de la lecture de la page La musique sur Gallica 2000 dans le but non de modéliser le comportement de l’usager, mais de mieux faire apparaître certaines des particularités du textiel. Pour commencer, inscrivons tout d’abord nos trois macroséquences de lecture-utilisation du site – i.e. de négociation entre ce que proposent le site et le programme de l’utilisateur : le programme d’activité principal de l’utilisateur – son programme d’usager – l’amène sur le site de l’Ircam; la lecture des pages d’accueil l’amène à la page La musique sur Gallica 2000 ; la lecture de cette page le conduit sur le site Gallica. Décidons ensuite de représenter les phases du programme de l’utilisateur par des flèches horizontales et l’utilisation des indices d’usage – et des traces pour la dernière séquence – par des flèches verticales. On obtiendra le schéma page suivante.

Figure 4: Représentation graphique du fonctionnement des trois séquences de lecture-utilisation du site

104L’enchaînement des flèches (en trait plein) horizontales et verticales définit le parcours idéal d’une utilisation réussie du site – un « usager modèle » – pour un type d’internaute qui entre par la page d’accueil et dont le programme principal correspond à ce que proposent le site médiateur et Gallica. Il est évident que l’internaute, nous l’avons dit, peut non seulement entrer par l’une ou l’autre de ces séquences, mais peut tout aussi bien interrompre l’une d’entre elles, cessant d’utiliser le site.

105À quoi correspondent les flèches horizontales et verticales en pointillé ? Prenons deux exemples qui permettront de comprendre les processus qu’elles sont censées représenter :

  • 34 Disons, pour préciser un peu ce que recouvre cette macroséquence : entre la page d’accueil du site, (...)

106Au moment où l’utilisateur effectue sa recherche dans les pages du site autres que la page médiatrice34, le trajet qui en résulte (figurée par la flèche 2) s’inscrit dans la logique de son programme principal (flèche 1), même si ce trajet est une version réalisée – donc construite ou reconstruite – de ce programme principal. Cette continuation du programme principal, en arrière plan du trajet (2), est indiquée par la flèche pointillée (1bis).

107Mais le trajet à travers ces pages résulte d’une décision: ayant considéré que la proposition qui lui était faite ne s’éloignait pas (trop) de son programme général, mais pouvait même au contraire contribuer à sa réalisation, il a cliqué sur le signe passeur qui conduisait à la page suivante. C’est ainsi qu’il a intégré ce que lui a proposé le site dans son programme principal – même s’il s’agit d’une opportunité qui le conduit à modifier celui-ci. Cette intégration est indiquée par la contre-flèche verticale (A). Celle-ci signifie que l’action a été réalisée et le trajet effectué ; et ce, dans la logique d’accomplissement du programme d’activité principal. Elle en porte, si l’on peut dire, la mémoire.

108De la même manière, la lecture de la page La musique sur Gallica 2000 s’inscrira à son tour dans le programme d’activité – tel qu’il s’est déjà actualisé dans la recherche (flèche 2) et qu’il est en train de s’actualiser dans cette lecture (flèche 3). À nouveau, la flèche (1ter) indique la continuation du programme d’activité. Admettons que l’utilisateur ait trouvé des informations qui l’intéressent dans la page de Bérengère Demerliac, il cliquera sur l’URL de Gallica. Cette activation signe passeur (C) se fait évidemment au regard du programme d’activité tel qu’il s’est actualisé ou reconstruit au cours des séquences précédentes. De ce fait, tout se passe comme si cette activation était une réactivation de la mémoire des opérations précédentes (contre-flèche A’B’’).

109Lorsque nous parlons de « mémoire » du programme d’activité général ou du trajet qui résulte de la négociation entre ce programme et ce que proposait le site, il s’agit d’une façon de parler pour désigner ce qui fait la particularité du fonctionnement du textiel dans le cas des sites médiateurs. Est-il possible de caractériser quelque peu ce fonctionnement ?

Le textiel, entre texte, réseau et pratique

110Au terme de nos analyses, nous avancerons trois propositions sur ce fonctionnement du « textiel » :

111• La particularité de l’écriture de réseau telle qu’elle est mise en œuvre dans les sites médiateurs est de produire un texte – toujours au sens large que lui donnent Jeanneret et Souchier – qui accorde plus d’importance au travail de mise en forme qu’au contenu proposé. Nous l’avons vu, les sites médiateurs donnent moins d’informations sur le site Gallica, qu’ils ne le représentent – au sens où ils rendent présentes certaines de ses parties – et qu’ils ne construisent une relation entre l’utilisateur et lui. Ce type de texte sollicite fortement le lecteur et lui demande de participer au fonctionnement même du dispositif : il doit passer d’une page à l’autre, faire des choix entre des possibles ; voire, activer le dispositif pour produire le texte lorsqu’il utilise un moteur de recherche par exemple. En contrepartie, ce texte est capable de s’intégrer dans la pratique de l’utilisateur. Étant composé d’opérateurs plus que de contenus, il possède la capacité de transformer de la pratique et de l’action en objets de langage. La procédure d’écriture dont il est issu lui permet ainsi de « textualiser » la pratique. Qui n’a expérimenté le fait qu’une recherche sur l’Internet permet de produire un texte, c’est-à-dire peut réaliser le programme d’activité auquel elle répond sous la forme d’un texte effectif, même si celui-ci n’est qu’un assemblage de morceaux de texte – au sens restreint de texte linguistique ou d’image – qui prennent sens de leur mise en contexte dans cet assemblage, et ce, précisément, selon le mode de la citation invisible utilisé par les sites médiateurs ?

  • 35 On pourrait rapprocher ce fonctionnement de celui de l’exposition dans lequel les représentations d (...)

112La nature fondamentalement pragmatique de ce type de texte – ce qui en fait précisément un textiel – a pour conséquence qu’il délègue au lecteur une grande part du travail de signification. Que le lecteur ait charge d’interpréter est le propre du texte, mais le textiel abandonne une grande part de son sort interprétatif au lecteur du fait de son ouverture sur la situation de production et de réception, sur le lecteur, sur ce à quoi il réfère. Non au lecteur comme sujet psychologique ou sémiotique, mais au lecteur comme acteur engagé dans un programme d’activité. C’est de cette manière que le sens de ce que l’on peut trouver sur un site médiateur dépend de la pratique dans laquelle se trouve investi celui qui le lit: le texte prend sens dans le contexte d’un programme d’activité35.

  • 36 Une large part de l’activité textuelle des sites médiateurs consiste à permettre d’appeler la défin (...)

113• La particularité de l’écriture du site médiateur, qui est à l’origine de la nature pragmatique du texte caractéristique des sites médiateurs, se traduit par l’importance qu’y possèdent les opérateurs qui assurent la référence au site Gallica et la présence du lecteur-utilisateur dans le texte. Nous avons vu quelle place avait le discours rapporté – spécialement sous la forme de la copie –, la définition des éléments appartenant au site de référence36, ainsi que l’utilisation du nom propre ou le recours aux traces d’usages anticipés. Par analogie avec le texte linguistique, nous pourrions dire que le texte du site médiateur – mais qui s’en étonnera – ressemblerait à un discours constitué massivement d’opérateurs assurant la mise en relation du texte avec la situation d’énonciation – de noms propres, de définitions, de pronoms ou adverbes. Il rapporte et traduit lorsqu’il représente Gallica ; nomme et indique lorsqu’il cherche à la rendre présente pour l’utilisateur.

  • 37 Si l’on considère que le textiel est caractérisé par une capacité à articuler le sémiotique et l’op (...)

114Un tel rapprochement souligne le statut central de ces traces d’usages anticipés que sont les signes passeurs, tout particulièrement ceux qui renvoient à Gallica, comme les hypernoms – ou hyperimages – ou les adresses URL. Ces signes passeurs sont des signes dont le sens et la référence ne peuvent être établis qu’en relation avec la situation présente d’utilisation du site. Autrement dit, ils indiquent quelque chose que l’on ne peut connaître qu’en activant le lien. En ce sens, ce sont de véritables embrayeurs (Jakobson, 1963 ; Benveniste, 1956, 1958) : ils désignent la chose par une règle conventionnelle, puisqu’il s’agit d’un signe répondant à un code – le gras, la couleur, le soulignement – ; signe qui est en même temps dans une relation existentielle avec l’objet qu’il désigne, puisque techniquement son activation fait objectivement apparaître cet objet. Par contre, à la différence de ce qui se passe dans le discours, le focus n’est pas mis sur le producteur mais sur le lecteur, car ce n’est pas la situation de production qui est le lieu du processus, mais celle de réception : le producteur a défini le signe – en fait, il a repris le nom et l’adresse –, mais c’est l’utilisateur qui active : c’est lui qui peut faire apparaître la chose désignée et c’est du point de vue de sa situation à lui, de son programme d’activité à lui, qu’elle a du sens. C’est donc lui que le signe passeur rend présent dans le dispositif ; lui qui est amené à s’approprier ce dispositif en le désignant comme opérateur. Peut-être touchons-nous ici à une des spécificités de fonctionnement qui fait le textiel37.

115• Troisième et dernière proposition. La nature pragmatique du texte des sites médiateurs s’appuie sur les diverses couches technosémiotiques qui caractérisent l’écriture de réseau. L’articulation de ces couches qui vont depuis la plus lisible – le texte linguistique – jusqu’à la plus spécialisée – l’écriture logicielle –, voire jusqu’à la plus matérialisée sous forme de données enregistrées ou de machines, sert de vecteurs d’une part à la construction de la référence au site Gallica et, de l’autre, au renvoi du lecteur vers lui. Cette articulation a pour effet de produire des formes textuelles spécifiques qui définissent des modalités d’appropriation de la part du lecteur, en rendant visible et lisible « le cadre objet, le cadre système et le cadre logiciel » (Souchier, 1998 : 404). La conséquence concerne à la fois l’aspect de l’écrit d’écran et la possibilité d’incorporer le fonctionnement technique du réseau au fonctionnement même du texte. C’est ainsi que le lecteur du site médiateur peut lire et interpréter les signes correspondant aux différentes couches qui sont présentes sur son écran; ou qu’il peut encore passer d’un écran à l’autre, de la page d’accueil du site médiateur à la page où il est question de Gallica. Plus encore, c’est ainsi que les sites médiateurs et le site Gallica lui-même peuvent constituer un intertexte qui semble fonctionner comme un texte. Si la fascination pour les formes sémiotiques ainsi générées risque de faire oublier qu’elles sont aussi l’effet d’outils et de processus techniques, elles n’en sont pas moins des processus sociaux. Non au sens, un peu rapide, où la conjonction du sémiotique et du technique donne du cognitif, ni non plus au sens où la conjonction des deux premiers et des sujets sociaux donne de l’interactivité sociale, voire produit de la relation sociale ; mais au sens où le fonctionnement même de ce dispositif technosémiotique qu’est un ordinateur en réseau en train d’être utilisé est une pratique sociale.

116Loin d’invalider la dimension technique, une telle approche lui donne au contraire toute sa place. Tout d’abord, elle amène à voir ce qui ne semble à première vue qu’un vaste texte – par exemple, Gallica et ses divers sites médiateurs – sous l’angle d’une construction sémiotique dont la particularité est précisément de s’appuyer sur un dispositif technique. Autrement dit, ce que nous montre l’analyse de la construction de la relation que les sites médiateurs établissent avec le site Gallica, c’est que cette relation est fondée sur la représentation et la présence : sur le fait de faire de Gallica un objet sémiotique dont on parle, dont on montre des extraits, etc. ; sur le fait que cette représentation peut se faire présence en cliquant sur un signe qui active – et qui pour le lecteur « est » – une connexion physique entre les deux sites. Seulement, cette approche considère aussi que ce fonctionnement sémiotique, fondé sur l’existence effective du réseau et de ses caractéristiques techniques, ne peut s’actualiser qu’à la condition d’entrer dans le contexte d’une activité qui est une pratique sociale et qui va au-delà du simple fait de faire fonctionner l’outil. Sur ce versant, le dispositif technosémiotique est plus qu’un texte, plus même qu’un textiel ; il est un objet médiatique, un objet social, impliquant un ou des sujets sociaux engagés dans des pratiques sociales.

117L’ordre de la pratique est le contexte dans lequel l’articulation entre texte et réseau, telle qu’elle est produite par l’écriture des sites médiateurs, vient trouver son sens pour l’usager.

Notes

1 Les termes entre guillemets sont des citations de la page d’accueil de Gallica.

2 L’encyclopédie est un rassemblement de savoirs dispersés dans des livres – ou plus généralement de documents. Elle propose un accès par entrées et le choix de ces entrées introduit obligatoirement une thématisation. En revanche, la bibliothèque est un espace rassemblant des livres – ou des documents – avec un accès possible grâce au catalogue – généralement construit à partir des métadonnées de l’auteur ou du titre –, par exemple.

3 Dossiers « Gallica Classique », « Proust », « Utopie », « Voyages en France » (voir http://gallica.bnf.fr/Les_Dossiers.htm).

4 http://gallica.bnf.fr/utopie/

5 Université du Québec à Montréal, Département d’études littéraires, Bernard Andrès (http://www.er.uqam.ca/nobel/r26770/alaq.html).

6 Les adresses de ces sites cités en exemples sont respectivement : Emmanuel Lazinier, épurer un fichier XML avec XSLT (http://www.chez.com/xml/htmlt/epurer.htm) ; Académie de Rennes, HG ECJS (http://www.ac-rennes.fr/pedagogie/hist_geo/ResInternet/Tropes/Tropes.htm) ; Au coin du FLE (http://personales.mundivia.es/jcnieto/Index_fr.html) ; La Maison landaise (http://www.oest-gasconha.com/arnaudin.php3) ; Ministère de la Culture, Mission recherche et technologie (http://www.culture.fr/culture/mrt/numerisation/fr/politique/intro_generale.htm) ; Les sources d’eaux minérales gratuites (http://www.thermes.org/gratuit.htm).

7 Voir Brochu et Noël-Cadet (2001). Cette approche s’appuyait sur des travaux actuels traitant de la relation entre catégorisation des sites et catégorisation des usages.

8 Parmi les exemples cités plus haut, la page sur « L’Histoire littéraire de l’utopie au Québec (xviie- xixe siècles) » du site de l’Université du Québec à Montréal, Département d’études littéraires, Bernard Andrès (http://www.er.uqam.ca/nobel/r26770/alaq.html) est du premier type ; le portail des professeurs de français et d’espagnol langues étrangères (Au coin du FLE, http://personales.mundivia.es/jcnieto/Index_fr.html) est du second type. Ces deux types de références supposent évidemment des stratégies de communication différentes de la part des auteurs de la page ou du site : dans le premier – référence incidente –, le site médiateur vise à centrer l’usager plutôt sur ce qu’il dit et se rapproche d’un site documentaire ; dans le second – référence essentielle –, son objectif est de le diriger vers un autre site.

9 Le terme d’objet médiatique est utilisé pour désigner un objet culturel, tel que le livre, le film, l’exposition, le site Web, le cédérom, etc., abordé sous sa dimension communicationnelle.

10 Soit respectivement (1) le contexte textuel, (2) le contexte d’usage et (3) le contexte programmatique.

11 Nous parlons ici de « pages » car le moteur de recherche indexe des pages et non les sites dans leur ensemble. Ainsi, les renvois à Gallica sont des renvois à la page d’accueil de Gallica et non à toutes les pages de ce site. Précisons que les « pages » dont il est question ici sont évidemment des pages de type HTML et non des écrans ou des pages équivalent papier. Quant au corpus d’étude, il a été construit à partir des trois populations issues des trois recherches mentionnées plus haut. Pour la population faisant mention de Gallica, une recherche secondaire par mots-clés – bibliothécaires, archivistes, documentalistes – puis un échantillonnage au dixième ont permis de retenir une quarantaine de sites. Pour la population renvoyant à la page d’accueil de Gallica, un échantillonnage au dixième a été mené sur les 1 000 premières occurrences des 2 480 recensées par Google. Pour la population des pages renvoyant aux pages d’accueil des grandes rubriques de Gallica, l’ensemble des occurrences a été examiné (66).

12 Cette importance de la forme textuelle de la liste mériterait une étude en soi, à partir des travaux par exemple d’auteurs comme Jack Goody (1979) ou Geoffrey Bowker et Susan Leigh Star (1999).

13 La citation est définie comme une « relation interdiscursive de répétition » par Antoine Compagnon (1979 : 55). La reconnaissance habituellement possible d’une différence entre texte cité et texte citant a pour conséquence d’une part de produire un effet dialogique entre les deux textes et les deux auteurs, d’autre part de permettre de reconnaître la citation comme unité de signification autonome (« un signe interdiscursif », dit Compagnon, p. 59). À l’inverse, l’effacement des limites correspond à un effacement des opérations d’extraction et d’insertion du texte cité. Nous sommes en présence d’une situation limite de citation, la copie, où le texte citant absorbe le texte cité par effacement de l’énonciation. L’écriture a donc ici comme effet la disparition du dialogisme entre les deux textes et, à l’inverse, une intégration du texte copié dans son contexte: au lieu de reconnaître à la lecture la partie citée comme un signe autonome, je perçois l’ensemble texte copié et texte copiant comme un texte unique.

14 On peut se demander si l’espace double entre « une » et « nouvelle » n’est pas une trace de coupé/collé.

15 Cette différence est aussi présente sur d’autres sites ; elle renvoie probablement à une version antérieure de la page d’accueil.

16 Le mode sémiotique couvre tous les éléments contribuant à la production de la signification: textes linguistiques, mais aussi éléments graphiques, iconiques, spatiaux, sonores et temporels.

17 Cette différence de mise en contexte – plus « orientée contenu » ou plus « éditoriale » – a d’autant plus d’importance lorsqu’on sait que les lecteurs ne procèdent pas tous de la même façon (voir ici-même chapitre II)

18 Ce processus apparaît particulièrement bien dans Le site Coup de Cœur (http://www.philgate.com/phil_Web/site/fev2000.html). Le titre, la première image et toutes les occurrences de Gallica 2000 en rouge et soulignées sont des hyperliens renvoyant à la page d’accueil de Gallica. En revanche, l’image de Proust est une citation invisible – comme d’ailleurs une partie du texte du commentaire. Nous voyons donc bien comment les deux régimes de mise en contexte participent aux deux modes de construction de la présence de Gallica : l’un par représentation – nom propre, citation invisible, description –, l’autre par connexion – hyperlien. Dans le langage de Peirce, nous dirons que le premier mode de présence est iconique, le second indiciel. Le nom Gallica existe ainsi sur le site médiateur non plus seulement comme signe linguistique, mais offre la possibilité d’une connexion physique effective avec lui, comme si la relation – de nature langagière – entre le nom propre et le site comme « chose » se trouvait pouvoir être techniquement réalisée, doublée et complétée d’un lien opératoire proposé au lecteur.

19 En fait, il en existe un troisième : la présence ou l’absence du producteur ou du récepteur dans le discours. Par exemple : présence du récepteur si le producteur s’adresse à lui – lecteur, faites ceci ou cela ; absence s’il lui propose simplement un outil pour faire – indication de l’adresse du site ou, mieux, adresse avec un hyperlien. Dans un cas, nous avons plutôt un discours, dans l’autre plutôt un dispositif. Nous avons évidemment utilisé ce troisième critère pour classer les traces et indices d’usages, mais compte tenu de son caractère secondaire n’en avons pas tenu compte dans la présentation qui suit.

20 Il s’agit alors d’une présence sous la seule forme de l’auteur modèle qui est, rappelons-le avec Umberto Eco, une stratégie textuelle : « Le lecteur modèle empirique est celui qui émet une conjecture sur le type de lecteur postulé par le texte, ce qui signifie qu’il tente des conjectures sur les intentions de l’auteur empirique ainsi que sur celles de l’auteur modèle. L’auteur modèle est celui qui, en tant que stratégie textuelle, tend à produire un certain lecteur modèle. » (Eco, 1992 : 41.)

21 Sur un site comme Apports en matière de diffusion des connaissances (http://hebergement.ac-poitiers.fr/soft-qui-peut/soft2000/assises/cd-rom/c-diffu/), il n’y a aucune signature, ni personnelle ni collective. Seuls un retour sur la page d’accueil du site ou la lecture de l’adresse d’hébergement du site permettent d’identifier que l’on est en présence d’un auteur appartenant à l’académie de Poitiers. C’est le choix des rubriques et des sites proposés qui indique au lecteur que l’auteur est proche du corps enseignant – ou du moins qu’il s’adresse à un public intéressé par ces questions.

22 Comme par exemple : « Interlocuteur TICE pour la documentation, documentaliste. Cité scolaire Stendhal Grenoble » (http://www.crdp.ac-grenoble.fr/doc/internet/bbgsites.htm).

23 En voici un exemple (c’est nous qui soulignons) : « Toutefois, il nous a fallu utiliser les services de Gallica, base de données accessible en ligne de la Bibliothèque Nationale pour trouver quelques œuvres où les différents personnages sur lesquels travaillaient nos élèves, avaient été réutilisés. » (Travaux croisés : http://www.ac-dijon.fr/pedago/cdi/tc/pr-contrib.htm)

24 L’exemple suivant donne une bonne idée de ce processus (le soulignement et les commentaires entre crochets sont de nous) : « C’est donc une merveilleuse [trace de subjectivité du producteur] occasion de lire [indice d’usage anticipé] des ouvrages depuis longtemps épuisés, des livres anciens et rares [traces de subjectivité du producteur], ou de consulter des éditions originales…en format électronique. Mais attention [marque d’adresse au lecteur], les documents sont lourds à télécharger [indice d’usage anticipé pouvant être trace d’usage effectué]. » (Internet : sites choisis sur…le livre virtuel http://pages.infinit.net/lavalbib/cnv4n3.html)

25 Reprenant les catégories d’Eco, nous dirons qu’ils contribuent à définir un « lecteur modèle » afin d’en faire un « utilisateur modèle ».

26 Dans le cas des usages anticipés, la dimension structurelle n’a pas pour effet la représentation – de l’auteur ou de Gallica – mais vise l’action de l’utilisateur, c’est pourquoi nous la qualifions de fonctionnelle.

27 Un exemple de cette articulation est présent dans l’exemple suivant qui propose – modalité discursive – au lecteur d’agir sur un signe passeur – modalité opératoire – désigné comme tel (nous soulignons) : « Cliquer sur le logo pour accéder à la bibliothèque virtuelle des classiques des sciences sociales Cogito Search (ResPublica). L’académie de Toulouse, le Vilb Histoire (World Wide Web Virtual Library – History) et EBOOK-TIME.COM, le portail du livre numérique en France collaborent à la diffusion des classiques des sciences sociales. » (Quelques associations de sociologues et portails sociologiques: http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/html/ass_portails.html)

28 Exemple d’une telle liste (noter que la première phrase fournit un bel exemple de descriptions d’action anticipée appartenant au registre sémiodiscursif): « Vos recherches et vos synthèses vous permettront de constituer la base d’un dossier sur ce siècle. Au départ (notamment) des sites suivants :
http://www.blue.fr/vinci/renaissance/index.html (Léonard de Vinci)
http://www.culture-suisse.admin.ch/sor/franz/werke.htm#nd1517 (Collection O. Reinhart)
http://www.bnf.fr/web-bnf/pedagos/dossitsm/humalumi.htm#Rabelais (Site BNF)
http://perso.wanadoo.fr/cascade.sarl/rabelais/pages/rabelais.html (Site Fr. Rabelais)
http://histoire.geo.free.fr/2dehist_3_humanis.htm (Web Histoire et Géographie)
http://gallica.bnf.fr/utopie/ (Site Gallica) »
(Questionnaires Bruegel Lecture de tableaux…: http://www.restode.cfwb.be/francais/_ARTS/Brueghel/11Questions/questions.asp)

29 « Nous avons dit que le texte postule la coopération du lecteur comme condition d’actualisation. Nous pouvons dire cela d’une façon plus précise : un texte est un produit dont le sort interprétatif doit faire partie de son propre mécanisme génératif ; générer un texte signifie mettre en œuvre une stratégie dont font partie les prévisions des mouvements de l’autre – comme dans toute stratégie » (Eco, 1985 : 68 et 70). La conséquence en est que : « Le “lecteur modèle” est un ensemble de conditions de succès ou de bonheur (felicity conditions), établies textuellement, qui doivent être satisfaites pour qu’un texte soit pleinement actualisé dans son contenu potentiel » (p. 80).

30 L’exemple nous est donné par le site d’un enseignant qui dit à ces élèves comment travailler et mentionne à ce propos le site Gallica comme un outil (http://www.rip.ens-cachan.fr:8080/~serrero/serrero_tipe.html).

31 La musique sur Gallica (http://www.ircam.fr/listes/archives/bibliomus/msg00111.html

32 D’une manière générale, nous réservons les termes d’internaute ou d’usager pour désigner l’utilisateur concret ; le lecteur ou l’utilisateur sont des entités générales telles qu’attendues par le fonctionnement du site.

33 Il existe une différence d’importance entre la page qui fait référence à Gallica – la page médiatrice – et les autres pages du site, telles que la page d’accueil ou celles qui servent de contexte à la page médiatrice. Seule la première contient des traces d’usages effectués sur Gallica en plus des indices d’usages anticipés. Ce point a d’autant plus de portée que les anticipations d’usage s’appuient sur les usages effectués par le producteur de cette page. D’un autre côté, il conviendrait de faire une analyse précise de ce à quoi renvoient les pages du contexte, quelle référence elles construisent, dans la mesure où nous avons des jeux de renvois entre ces pages et les pages médiatrices…

34 Disons, pour préciser un peu ce que recouvre cette macroséquence : entre la page d’accueil du site, la rubrique Service en ligne, puis la sous-rubrique S’abonner aux listes Ircam et le passage par le lien Bibliomus@ircam.fr.

35 On pourrait rapprocher ce fonctionnement de celui de l’exposition dans lequel les représentations du visiteur interviennent largement dans la construction de l’interprétation de ce qu’il lit et voit, précisément parce que le visiteur construit la signification au cours de la pratique de visite (Davallon, 1999).

36 Une large part de l’activité textuelle des sites médiateurs consiste à permettre d’appeler la définition de liste de termes au moyen d’hyperliens sur des pages qui développent ce que recouvrent ces termes.

37 Si l’on considère que le textiel est caractérisé par une capacité à articuler le sémiotique et l’opératoire, le texte et l’action, à travers la construction d’une référence à celui-ci qui peut aussi fonctionner pour le lecteur comme un lien physique, l’hypernom ou l’hyperimage apparaîtrait comme la forme la plus condensée du textiel, sa forme en quelque sorte matricielle.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 1 : La référence à Gallica dans la page Le site Coup de cœur http://www.philgate.com/​phil_Web/​site/​fev2000.html)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Tableau 1 : Les types de traces et d’indices d’usages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Figure 2 : Exemple de liste conjoignant le sémiodiscursif et l’opératoire. http://formist.enssib.fr/​formist/​ig00base.nsf/​5612250347247b43c1256701004f8f5c/​90680af97d12db4dc12568e800518b66/​$FILE/​Humanities.html
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 3 : La page La musique sur Gallica 2000 du site de l’Ircam. http://www.ircam.fr/​listes/​archives/​bibliomus/​msg00111.html
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/409/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 4: Représentation graphique du fonctionnement des trois séquences de lecture-utilisation du site
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/409/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 391k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable