Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire, écrire, récrire

 | 
Jean Davallon
, 
Marie Després-Lonnet
, 
Yves Jeanneret
, 
et al.

Introduction

Jean Davallon, Marie Després-Lonnet, Yves Jeanneret, Joëlle Le Marec et Emmanuël Souchier

Texte intégral

1Notre travail part d’une position, d’une communauté de vues originales forgées avant la rédaction de ce livre, d’une « geste intellectuelle » commune qui s’est constituée à travers le travail collectif. Il est donc essentiel pour la clarté du propos d’évoquer tout d’abord ce qu’ont été nos partis pris, nos hypothèses de départ ainsi que les acquis théoriques et méthodologiques collectifs élaborés au fil de ces premières recherches, car c’est de là que procède notre discours. Le présent chapitre introductif est composé de trois parties distinctes. La première est dédiée aux définitions et postures théoriques qui ont été les nôtres lorsque nous avons engagé cette recherche ; la deuxième aux trois concepts-clés qui sont à l’origine de notre démarche : le technique, le texte et l’usage, à l’espace irréductible que laisse la rencontre de ces trois concepts ; la troisième, enfin, présente brièvement les terrains d’analyse et les hypothèses privilégiées par chacun des groupes de chercheurs qui ont mené ce programme.

1. Définitions et postures initiales

Postures théoriques sur la communication

2Nous avons tout d’abord recherché des approches permettant de qualifier la circulation, la métamorphose, la transformation des textes et des savoirs. En effet, nous ne pensons pas ici les processus de communication à partir d’une partition entre « pôles » ou « sphères » – notamment celles de « l’émission » et de la « réception » –, mais de transformation, de métamorphose. La constitution même du champ des sciences de l’information et de la communication s’est, du reste, opérée sur la base d’une remise en cause du modèle fonctionnaliste « émission-réception », qui n’est pas pertinent d’un point de vue communicationnel. Néanmoins, si nous pouvons cerner des métamorphoses, les analyser et voir comment elles procèdent dans une tension entre le statique et le dynamique, nous cherchons également à approcher les objets dans la situation et le processus de communication qui permettent de les qualifier. Tout dispositif technique postule en effet une anticipation de son appropriation, de même que toute appropriation est en quelque sorte une « récriture » de l’objet, mais cela ne se fait qu’en fonction d’un contexte déterminé. C’est pourquoi, dans l’approche des phénomènes, plutôt que de fixer des priorités extérieures à l’objet, nous avons tenté d’élaborer notre regard en situation et de fixer les axes pribilégiés d’observation au cours de l’analyse.

3Nous avons, d’autre part, évité de raisonner en termes de conversion d’un régime médiatique à l’autre – ainsi du passage du codex à l’écran fréquemment évoqué –, pour aborder la question en termes de relations inter-médiatiques, c’est-à- dire à partir des relations établies entre l’ensemble des médias mis à la disposition des utilisateurs. Ce que nous avons ainsi cherché à qualifier, c’est la relation spécifique qu’un utilisateur entretient avec un type de média – média informatisé, écrit d’écran, écrit d’imprimante, etc. –, sans pour cela détacher le média de l’activité globale de communication qui est en jeu. Et cette analyse est menée tout en caractérisant les lieux dans lesquels ces objets interviennent ou sont produits; notre approche est donc nécessairement « située ».

  • 1 La « lettrure », terme usité dans les textes des xiie et xiiie siècles, désignait la capacité conjo (...)

4Nous sommes, par ailleurs, sensibles à l’institution des formes matérielles, ce qui nous permet d’échapper à l’alternative de la contrainte et de l’initiative traditionnelle dans les analyses d’usage – face à la contrainte, l’utilisateur est soumis à une injonction paradoxale d’initiative qui passe fatalement par une matérialisation de son activité scripturale. Mais, attendu que nous tenons compte du « sens formel », c’est-à-dire de l’interrelation socialement établie entre le sens et la forme des objets sémiotiques, la sémiotique matérielle que nous pratiquons n’instaure pas de coupure entre le signifiant et le signifié, contrairement à la tradition aristotélicienne perpétuée par Saussure. Notre approche privilégie donc la matérialité des messages, des objets, des pratiques… Réfutant l’immatérialité de ces états de la communication, nous accordons fort logiquement toute son importance à la relation corporelle, à la gestuelle de la « lettrure1» à l’écran.

Postures épistémologiques

5Si l’on veut analyser les « médias informatisés », il convient avant tout d’éviter l’alternative stérilisante du discours dominant : soit on abstrait la technique de tout contexte en la reléguant vers un avenir incertain ou en la référant à un passé lointain sans lui prêter une réelle attention, soit on la néglige purement et simplement et l’on en nie, de ce fait, les spécificités. Nous essayons donc d’observer de près les objets et les relations établies entre les sujets et les objets en situation.

6Par ailleurs, nous ne cherchons pas à privilégier un type d’objet ou de dispositif emblématique. La question mérite attention car la sociologie de la recherche témoigne du fait que nombre de programmes privilégient les objets « pionniers », en ce qu’ils seraient censés être porteurs de qualités spécifiques propres à montrer les caractéristiques « prodigieuses » du média. Nous nous sommes intéressés ici à des objets et à des pratiques qui pouvaient présenter un caractère ordinaire, qui ne se signalaient pas d’emblée comme des expérimentations d’une nouvelle ère médiatique. Pour autant, nous ne cherchons pas le « vrai populaire », l’objet culturel alternatif qui répondrait en creux à la surreprésentation des objets anoblis par la recherche. Notre objectif consiste à observer de près des rencontres entre objets et pratiques, en réglant notre focale de façon précise, sans que la rencontre soit déterminée a priori. L’analyse d’un distributeur automatique de billets peut être plus révélatrice des relations établies entre un usager et un dispositif multimédia que la présentation d’un dispositif « en ligne » dédié à l’œuvre d’un philosophe qui éluderait la question de la « machine textuelle », par exemple, en se perdant dans l’exposition d’un seul « faire » technique, comme c’est souvent le cas. De ce point de vue, nous ne partageons pas nécessairement les stratégies qui consistent à anoblir la recherche par le truchement des objets technologiques.

7À l’orée de cet ouvrage, la question de l’écriture en collectif mérite également toute notre attention. L’une des premières difficultés réside dans la terminologie employée. L’usage des mots ne nous appartient pas et les termes utilisés sont « usés ». Nos premiers échanges théoriques, d’ordre sociolinguistique, ont donc porté sur la nature du vocabulaire. Il y a un statut ou un ensemble de statuts qui préexistent à ce que nous étudions : discours circulants, usages locaux, langages de spécialités…autant de réalités dont la linguistique et la sociolinguistique se sont emparées. Nous avons, au fil de la recherche et de l’écriture du livre, éprouvé en permanence la tension entre le désir de dire les choses autrement pour pouvoir désigner des faits peu étudiés et le désir d’employer les termes de la communauté, sans pour autant véhiculer les représentations sous-jacentes que nous mettons en cause.

  • 2 Voir Le Marec, Joëlle, « Dialogue interdisciplinaire sur l’interactivité », Communication & langage (...)

8Cette posture renvoie à l’articulation entre les objets sur lesquels nous travaillons et le discours d’escorte. Dans l’équipe, un désaccord s’est affirmé qui portait sur la façon de se positionner par rapport au discours circulant et aux objets qu’il privilégie. Clairement reformulée, la question revenait à se demander comment se situer « entre idéologie et savoir social2 ».

  • 3 Jeanneret, Yves, « L’affaire Sokal : comprendre la trivialité », Communication & langages, n° 118, (...)

9L’enjeu n’est autre que le rapport à la trivialité3, c’est-à-dire à la circulation des savoirs dans la communauté à laquelle nous appartenons et, au-delà, dans la société. Un long travail a été nécessaire pour accéder à une approche des objets par la trivialité ; une façon en somme de prendre tout objet non seulement à travers notre regard de chercheurs mais également par le biais de ses modes de réappropriation dans la société. La contrepartie de ce travail a été la capacité de voir des objets cachés par leur caractère ordinaire, non institué – que l’on songe aux carnets de notes et autres carnets de laboratoires, aux « signets » des logiciels de navigation ou au plus trivial postit, par exemple. Nous avons cherché à construire des conditions pour accéder à des objets qui ne soient pas immédiatement indiqués comme thaumaturgiques, c’est-à-dire porteurs d’un sens miraculeux. Nous avons essayé de porter notre regard là où il y a de l’hétérogénéité, là où les choses ne sont pas protégées par une gangue épaisse d’usage.

  • 4 Souchier, Emmanuël et Jeanneret, Yves, « Écriture numérique ou médias informatisés ? », Pour la Sci (...)

10Nous avons également tenté de définir des outils linguistiques lorsque la nécessité s’en faisait sentir et que la tension entre l’usage trivial du vocabulaire et la réalité à laquelle nous voulions nous référer ne parvenait pas à coïncider. Injonction créatrice qui, face à une situation nouvelle, nous pousse à forger nos propres outils conceptuels ; ainsi de « l’écrit d’écran », des « signes passeurs4 », de « l’architexte », des « composites » ou des « traces d’usage », par exemple (voir page suivante). Cette terminologie spécifique indique au lecteur le lieu d’une conceptualisation qui n’a pas trouvé à s’exprimer dans les termes habituels et donc, nécessairement, le moment d’un positionnement polémique par rapport à la tradition.

11Au reste, la difficulté n’est pas inédite, choisir un terme adéquat au seuil des disciplines et des objets constitués revient à trahir la déchirure disciplinaire ou à réévaluer cette déchirure au regard d’une nouvelle problématique, voire d’un nouveau paradigme de recherche.

Les « signes passeurs »
L’écran est un espace unique à la surface duquel se cristallisent toutes les fonctionnalités de l’écriture. Confrontés à cet « unimédia » saturé de signes et de codes, nous disposons de « signes outils » singuliers, des « signes passeurs » qui nous donnent accès aux multiples modalités du texte. Ainsi des « icônes », « boutons », « flèches de navigation » et autres mots « hypertextualisés ». Ces signes n’assurent pas seulement une fonction instrumentale permettant de « circuler » dans le texte lui-même, mais présentent également une fonction sémiotique complexe articulée en trois niveaux de signification essentiels :

  • La signification du signe passeur dépend de sa situation au sein de l’écran, laquelle peut être distinguée, pour simplifier, en deux espaces principaux: le texte à proprement parler (document en cours, par exemple) et le paratexte, c’est-à-dire l’ensemble de l’espace fonctionnel de l’écran (« barres d’outils », par exemple).

  • Il se désigne lui-même et se donne à lire comme tel (« je suis un signe appartenant au texte…»).

  • Enfin, il commande l’accès au texte virtuel.

  • 5 Voir Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, n° 6-7 (...)

Le « lien hypertexte », par exemple, apparaît sur une liste, au fil d’un texte ou dans un «menu ». Il se repère parce qu’il est souligné, mis en relief ou qu’il change d’apparence au passage du pointeur. Enfin, il donne une représentation, plus ou moins adéquate, des textes auxquels il permet d’accéder. Le geste qui consiste à « cliquer » sur un signe passeur n’est pas un geste purement fonctionnel, c’est un acte de « lecture-écriture » à part entière.
« L’architexte »
Du banal traitement de texte au logiciel d’écriture multimédia, on ne peut produire un texte à l’écran sans outils d’écriture situés en amont. Ainsi le texte est-il placé en abîme dans une autre structure textuelle, un « architexte », qui le régit et lui permet d’exister. Nous nommons architextes (de arkhè, origine et commandement), les outils qui permettent l’existence de l’écrit à l’écran et qui, non contents de représenter la structure du texte, en commandent l’exécution et la réalisation. Autrement dit, le texte naît de l’architexte qui en balise l’écriture5.
Structure hybride, héritée tout à la fois de l’informatique, de la logique et de la linguistique, l’architexte est un outil d’ingénierie textuelle qui jette un pont nécessaire entre la technique et les langages symboliques.
Un traitement de texte, qui intègre des outils d’écriture, des polices typographiques, des mises en page automatiques, ou des correcteurs de texte, un navigateur qui structure les modalités d’accès à des ressources documentaires, un « logiciel auteur » multimédia qui gère les rapports de l’image et du texte, les « cookies » qui enregistrent les choix du lecteur pour lui proposer préférentiellement certains textes…autant d’architextes qui régissent les niveaux les plus divers du circuit de l’écrit : rédaction, édition, documentation, lecture…

Statut de l’écriture et sémiotique des « écrits d’écran »

12Dans la relation aux médias informatisés considérés comme un ensemble intersémiotique, nous avons choisi de donner à la culture de l’écriture un rôle organisateur et c’est là sans doute un parti pris théorique fondamental. L’écrit est en effet un moment, un passage structurant dans l’usage de ces médias. Les modes d’appropriation du texte d’écran passent en premier lieu par l’institution de formes écrites et par leur reconnaissance : organisation de l’espace visuel, « pensée de l’écran », calibrage, organisation des cadres, choix matérialisés par un acte de lecture gestualisé…

  • 6 Souchier, Emmanuël, « L’écrit d’écran. Pratiques d’écriture et informatique », Communication & lang (...)

13Une telle approche justifie le statut particulier d’une sémiotique de « l’écrit d’écran6 » et nous invite en même temps à discuter la question plus générale d’une anthropologie de la culture. Toutefois, l’écriture ne doit pas être comprise dans ce livre comme une catégorie liée à telle ou telle discipline, mais bien comme un objet complexe et socialisé, qui se définit dans sa matérialité, dans son organisation signifiante et dans ses usages sociaux, et ceci d’une façon qui la distingue d’une simple transcription des autres modes de communication.

14Plus fondamentalement, l’écriture a un statut particulier au sein des médias informatisés car elle en est tout à la fois l’objet et l’outil. L’objet, en ce que ces médias sont avant tout dédiés aux pratiques d’écriture ; l’outil, car les logiciels réalisés pour faire fonctionner la machine sont écrits comme des textes. Le texte est alors un outil qui rend possible le fonctionnement de la machine ou lui donne accès. C’est par ce « texte-outil » et à travers lui que s’élaborent pratiques et usages d’écriture et de lecture. De plus, à l’écran, entre le texte, l’image et « l’image de texte », l’essentiel advient à travers un texte mis en scène grâce à des procédés « architextuels », eux-mêmes programmés par le texte informatique. Les médias informatisés sont ainsi définis comme des « machines textuelles » auxquelles on accède et que l’on manipule à travers et par l’écriture.

15Il convient néanmoins de préciser que l’écriture n’est pas ici comprise comme un « outil au service de l’oral » ainsi que l’entendent communément les linguistes, mais comme un moyen d’expression, de communication constitué d’une réalité tout à la fois matérielle, visuelle et linguistique. Il n’est pas de texte en effet qui, pour advenir aux yeux du lecteur, puisse se départir de sa livrée graphique et matérielle. Sans support et sans matière, sans « dessin » (« l’image du texte »), il ne saurait y avoir de texte, non plus que d’écriture – fût-elle la trace fugitive de la lumière irisant un écran.

  • 7 Souchier, Emmanuël, « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les Cahiers (...)

16Mais prendre en compte la dimension graphique, visuelle de l’écriture et, plus généralement, de l’information écrite implique un autre regard, une attention autre que celle d’ordinaire dévolue au texte. Ainsi considéré, le texte présente une résistance physique, matérielle – le « token » de Peirce –, une présence sociale et idéologique qui s’expriment à travers l’histoire et la culture – le « contexte » de Roy Harris. Et c’est bien toute cette épaisseur de l’écrit que convoque la notion « d’énonciation éditoriale7 ».

  • 8 Christin, Anne-Marie, L’Image écrite ou la déraison graphique, Flammarion, 1995, p. 6.
  • 9 Le travail du lecteur n’est ni la réception du lecteur ni la production d’un texte : c’est un trava (...)

17Mais si elle est unie par une visée cohérente – la prise en compte des constructions matérielle et symbolique de l’écriture en tant que mode spécifique de communication –, la recherche présentée dans ce livre ne s’inscrit pas dans une théorie unifiée de l’écriture. Elle revendique, d’un terrain à l’autre, plusieurs définitions de la dimension signifiante des pratiques écrites. Notre recherche se nourrit avant tout de la sémiotique héritée d’Anne-Marie Christin, qui convoque l’idée d’une forme visible donnant accès à une lecture – la « pensée de l’écran », « l’image écrite » –; dans certains de ses développements, elle met à profit l’approche fonctionnelle de Roy Harris qui définit l’écriture comme une intégration du texte dans un contexte – si le texte est hétérogène au contexte, il en est toutefois l’» organisateur » –; elle s’emploie d’autre part à prolonger les réflexions de Jack Goody sur la dimension de « technologie intellectuelle » des formes écrites et des logiques qu’elles suggèrent ou imposent à la pensée et à la mémoire ; ailleurs, s’inspirant de Peirce, elle prend en compte l’insertion des productions écrites dans un cadre plus général d’approche des opérations interprétatives. Il n’est pas certain que ces différentes convocations de la catégorie de l’écriture soient entièrement compatibles entre elles. Quoi qu’il en soit, elles se situent à des niveaux d’approche des pratiques différents, témoignant de ce que la recherche a été dialoguée et non pas unifiée. Toutefois, ces cadres théoriques distincts ont en commun d’engager en même temps les différentes dimensions de l’analyse. Dans tous les cas, le « signe » est par définition considéré comme polysémique et « structurellement dépendant de son contexte8 ».D’où le rôle central joué par le lecteur. Dans ces différentes perspectives, le lecteur est actif et intègre dans son activité interprétative le texte (l’écriture) ainsi que le contexte9. Cela signifie notamment qu’à aucun moment on ne peut expliquer l’écriture du seul point de vue du chercheur, sans convoquer, d’une façon ou d’une autre, l’activité interprétative des sujets sociaux. On comprend, dès lors, toute l’importance que nous accordons à une démarche ethnosémiologique « située ».

18En tout état de cause, il convient de marquer clairement le cadre de la catégorie d’écriture que nous convoquons. Et d’insister sur le fait que si l’écriture régit certaines spécificités des objets d’écran, elle doit également être inscrite dans un contexte plus large que celui défini par le seul dispositif et entrer en résonance avec une véritable intersémiotique couvrant aussi bien les textes de la machine que le contexte d’espaces, d’objets, de signes divers qui sont présents là où agissent les personnes.

« Usages » et « réseaux »: ruptures et discontinuités

19Il faut, d’autre part, souligner le caractère faussement évident de l’objet empirique de la recherche. Aussi y a-t-il, parmi les postures initiales, celle qui porte sur l’interrelation établie entre la démarche d’analyse et son objet de recherche, le « réseau ». Une telle interrogation nous invite fort logiquement à cerner tout d’abord les limites du terme « réseau » communément employé. Que signifie précisément ce terme ; existe-t-il même quelque chose que l’on puisse réellement nommer « un réseau » ?

20Lorsque l’on parle de réseau, les métaphores convoquent généralement une représentation imaginaire qui tend à assimiler la dimension du technique à celle du social, par exemple. La rhétorique incite, en effet, à représenter la notion de réseau comme une série de couches homogènes allant de l’objet technique à la pratique sociale ; chaque couche pouvant à son tour être l’objet de métaphores tendant à rendre compte des autres couches. La conséquence principale de ce mode de représentation est un aplatissement général de la communication. Les différences entre les couches ou les biais d’approche qui permettent de les définir sont alors effacés et la réalité complexe que représentent les « réseaux » n’offre plus aucune épaisseur. Notre projet consiste précisément à retrouver cette épaisseur, à lui redonner corps, à repérer et à instituer des différences dans ce qui se donne trop facilement à lire comme un continuum.

21L’approche communicationnelle développée par les différents chercheurs du groupe, soit à partir des productions textuelles, soit à partir des usages, consiste à dépasser l’exigence d’une simple prise en compte de l’articulation entre dimensions sociales et dimensions techniques des pratiques, pour aller le plus loin possible dans la logique de cette exigence.

22Dans le champ d’analyse des médiations, on réaffirme fréquemment et de façon quasi rituelle cette nécessité qu’il y a de prendre en compte la multiplicité des dimensions interreliées. Il n’y a pourtant rien de plus difficile que de mettre en œuvre empiriquement cette exigence, d’une manière qui puisse à la fois structurer et interpréter réellement les relations observées. La recherche menée ici a permis de surmonter des obstacles à la mise en œuvre individuelle et locale de cet effort, nécessairement collectif et interdisciplinaire.

23À partir de là, notre recherche se définit comme un effort consistant à « prendre des vues », à arrêter des instants d’un processus dialectique de fabrication et de destruction de cohérences, plutôt que comme la topographie d’un objet cohérent nommé « réseau ». Selon les terrains d’analyse auxquels nous nous sommes confrontés, nous avons observé soit des effets de rupture, soit des effets de neutralisation dans le dispositif ou dans la pratique de l’utilisateur. Ces phénomènes sont constitués en objets d’analyse, en « observables », en tant qu’actions repérables dans l’enquête dans une situation donnée, ou bien en tant que textes, manifestés dans des productions analysables – de sites, de textes, etc. Du point de vue de la méthode, le fait de considérer à la fois des moments de rupture et des moments où les rapports sont « actés » définit sans doute notre originalité au regard des analyses classiques. Nous essayons, en effet, de ne pas prendre les uns pour les autres, de ne pas prétendre écraser l’ensemble sous la catégorie d’un « réseau » que l’analyste pourrait reconstruire.

24L’une des difficultés de notre approche réside dans le fait qu’il y a une très grande circulation entre les couches observables. Ainsi, on constate chez les acteurs l’utilisation d’un discours technique, même si on n’analyse pas à proprement parler la technique ; on observe également une présence des usages dans la machine, sans que nous ayons pour cela focalisé notre regard sur l’analyse des usages.

25Notre principe d’observation consiste à introduire des ruptures dans le « tissu bigarré » du réel – le poikilos des Grecs. Autrement dit, à constater des ruptures et agir en tant que chercheurs à travers la complexité et l’hétérogénéité, car nous n’avons pas pour objectif de subordonner notre lecture à un discours théorique homogène qui aurait prétention à rendre compte de tout sous un même regard, selon une même logique. Dans la messagerie électronique par exemple, on voit que le message présente tout à la fois des caractéristiques propres au dispositif technique – une dimension « informatique- logicielle » – et d’autres spécificités qui relèvent de l’usage proprement dit. Il convient donc de voir comment la dimension technique se condense à travers le dispositif visuel donné à l’écran et comment la dimension visuelle offre l’expression d’une « énonciation éditoriale », c’est-à-dire la trace objective d’une énonciation qui ne relève pas uniquement du linguistique, mais également de la pratique de métiers et, plus généralement, de la pratique sociale. En d’autres termes, d’œuvrer à partir de points de vue théoriques distincts jugés d’ordinaire inconciliables.

26Une telle démarche est un hommage aux chemins de traverse, cheminements qui permettent de restituer les différentes phases de la réalité à laquelle nous sommes confrontés.

Chassé-croisé méthodologique

27On voit bien, à partir des options théoriques définies jusqu’ici, que la question qui se pose à un collectif de recherche interdisciplinaire est moins celle des « méthodes » que celle du choix des techniques d’observation et d’analyse. Le travail en commun permet alors de dépasser les évidences méthodologiques intériorisées par chacun, devenu expert dans le recours à certaines techniques. L’expertise est en effet une compétence à double tranchant dans la pratique de recherche. Au moment de l’action, elle nécessite, pour être le plus efficace possible, de faire sortir du champ de la conscience l’analyse des conditions d’exercice de cette compétence. Ainsi, l’entretien disparaît momentanément hors du champ des phénomènes de communication questionnés par la démarche, pour pouvoir être conduit correctement. De même, la constitution d’un corpus nécessite que l’objet « corpus » ait un caractère de réalité indiscutable hors du champ des productions textuelles discutées par l’analyse. La complexité de l’entretien comme communication sociale, celle du corpus comme objet textuel sont réintroduites après coup au bénéfice de l’analyse des objets de recherche proprement dits. Notre démarche opère non pas une déconstruction des méthodes en sciences humaines et sociales, mais une recontextualisation des conditions de leur exercice dans un collectif interdisciplinaire.

28Dans le cas qui nous occupe, plusieurs figures de cette évidence méthodologique peuvent être évoquées : pour l’analyse des usages, par exemple, on pratique l’entretien; pour la sémiologie, on constitue des corpus clos ; pour la technologie, on modélise puis on spécule sur les mutations…La présence de ces modèles est particulièrement prégnante. D’autant plus puissante qu’elle est enkystée dans l’évidence quotidienne, dans la banalité « infra-ordinaire », pour reprendre l’expression de Perec. Face aux « médias informatisés », notre travail consiste à redistribuer les cartes entre la sémiologie, l’analyse des usages et l’analyse des dispositifs techniques. Et cela a pour principale conséquence de remettre en cause la définition des objets.

29Nous avons ainsi adopté une sorte de chassé-croisé méthodologique : pour défendre et aborder la question du texte, nous pratiquons l’observation ethnologique et pour aborder la question de l’usage, nous dressons également des corpus. Il ne s’agit pas ici de soutenir un autre modèle méthodologique, mais bien de questionner à travers la pratique cette notion de « naturalité », de « prédilection » qui fait que l’on désigne d’ordinaire, de façon tout à fait illusoire, une technique déterminée comme devant être adaptée à un problème spécifique. Sans trop forcer le trait, on peut aisément rapprocher les outils des idéologies qui leur sont communément associées : à la sémiologie la notion de système, à l’entretien l’illusion de liberté, à la technique la logique du progrès…

30Mais notre démarche ne va pas sans risques et nécessite tout à la fois rigueur dans la pratique et confiance dans le collectif de chercheurs. Seule une éthique du respect de la différence des partenaires et de leurs propres expertises rend supportable l’inquiétude des chemins traversés sans certitudes méthodologiques. L’espace du travail en commun qui permet cette prise de risque méritera sans doute un jour d’être analysé comme une des conditions nécessaires à ce type de recherche interdisciplinaire.

Statut des pratiques: entre action et interprétation

31Un autre parti pris théorique structure notre recherche : celui du contexte. Les pratiques qui mobilisent les réseaux électroniques sont en effet liées à des espaces et à des statuts sociaux spécifiques. Ces pratiques sont le fait de personnes qui assument à la fois des styles, des enjeux individuels et des engagements sociaux et professionnels qui les relient à des systèmes normés. Les deux types d’engagements peuvent être contradictoires, les pratiques n’ont pas la même signification ni la même dynamique selon qu’elles sont mises en œuvre dans un contexte privé, public, professionnel ou institutionnel, par exemple. Cet aspect rejoint la traditionnelle tension, très présente dans les recherches sur les usages, entre contrainte et initiative. Il rejoint également la question plus propre à la sociologie de la lecture, du degré de légitimité des pratiques par rapport à des modèles culturels. Cependant, la question des contextes de la pratique, objectifs ou imaginaires, ne se réduit pas au thème du décalage entre deux pôles : la norme, le collectif, le marché, la contrainte d’un côté ; les marges de liberté, l’individu, la sphère privée et la microsociabilité de l’autre.

32Nous nous situons dans un ensemble de travaux qui tentent de décrire des effets de rupture et de continuité, mais qui tentent également de décrire l’épaisseur sociale de la pratique en construction – la dimension collective pouvant être prise en charge par les individus et l’institution pouvant réinvestir des dynamiques singulières.

33Les pratiques de lecture et d’écriture sont des objets de choix pour l’analyse lorsque l’on désire saisir ce qui perdure ou semétamorphose dans les formes du savoir et les usages qui leur sont associés. En outre, les « nouvelles technologies » ont ceci de particulier qu’elles révèlent et rendent plus visibles ces phénomènes d’ordinaire enkystés dans la dimension économique et politique des discours menés au nom du « changement » ou de la « révolution technologique », thèmes privilégiés de la mythologie contemporaine.

34Dans notre recherche, les équipes ont pris en charge le contexte social des pratiques d’écriture-lecture d’une façon plus ou moins directe dans leurs propres approches. Certaines ont organisé la construction de l’objet à partir de ces pratiques. D’autres ont davantage isolé le processus d’écriture-lecture de son contexte social habituel ou l’ont saisi de façon indirecte à travers les productions auxquelles il donne lieu. Mais le contexte a toujours été discuté et réintroduit, à travers la réflexion sur le dispositif de l’enquête ou la mise en perspective opérée par les résultats obtenus par une autre équipe. Les pratiques se manifestent quant à elles par le discours des acteurs enquêtés, par leur inscription matérielle dans l’organisation spatiale des lieux où elles s’effectuent et par la production d’objets textuels qui y circulent.

  • 10 Voir notamment, dans les références bibliographiques, les travaux à l’initiative du service Études (...)

35Nous avons associé deux cadres théoriques rarement articulés pour entrer dans le détail des processus d’écriture-lecture qui sont en jeu. En premier lieu, les approches microsociologiques de la lecture et des usages ont permis, depuis plus de vingt ans, d’ouvrir le regard sur les processus de construction sociale du rapport à des objets (livres, catalogues, cédéroms, sites Web10…). Elles ont également permis d’enrichir les représentations savantes de la pratique de lecture par des travaux empiriques précis, constants, qui ont peu à peu fait apparaître les multiples dimensions de cette pratique en les situant dans des cadres sociaux à la fois durables et dynamiques – médias, institutions, relations sociales normées.

36En second lieu, dans le cas de l’analyse de la bibliothèque par exemple (voir chapitre IV), la sémiotique piercienne a permis de structurer un ensemble de phénomènes impliquant le rapport au réseau – actions, relations, créations – par rapport à trois registres de signification, depuis les événements qui peuvent surgir à tout moment en n’importe quel point du champ d’observation, jusqu’aux normes qui structurent dans la durée un grand nombre de relations entre ces événements. Dans tous les cas de figure, quelles que soient les filiations sémiotiques convoquées, les pratiques ont ainsi été saisies comme des phénomènes de signification, dans des lieux sociaux spécifiques.

2. Concepts initiaux

37Que l’on soit informaticien, sémiologue, ethnologue ou sociologue, si on prend au sérieux les questions relatives à la technique, au texte ou à l’usage telles qu’elles peuvent être respectivement définies dans nos contextes disciplinaires, on est très rapidement confronté aux limites mêmes des disciplines et à la nécessité du regard des autres. L’analyse de la pratique des médias informatisés ne peut en effet être envisagée par ses seules composantes disjointes, mais bien à l’articulation – à l’interstice – et dans l’interaction des différentes disciplines qu’elle convoque. Or un tel regard entraîne, par la force des choses, une remise en cause de la définition des pratiques d’analyse propres à chaque discipline, partant, une remise en cause des objets eux-mêmes et de leur définition.

38Lorsque nous montrons ainsi les limites et contradictions auxquelles aboutissent les démarches strictement disciplinaires, ce n’est évidemment pas pour promouvoir l’idée naïve d’une vision globale et totale de l’objet. Nous voulons simplement suggérer un autre mode de découpage des objets, d’autres limites capables de mieux prendre en compte les questions à partir desquelles cette recherche s’est déployée.

39Pour illustrer cette démarche, nous envisageons ci-dessous trois notions essentielles d’où notre recherche est partie, celles de technique, de texte et d’usage. En effet, ces notions désignent des questions et des exigences indispensables à prendre en compte et il est important de comprendre pourquoi une recherche ne peut faire l’impasse sur chacune d’entre elles. Mais, dans le même temps, le fait de prendre au sérieux réellement ces questions conduit à mesurer les limites des traditions disciplinaires dans lesquelles elles ont été élaborées. Ainsi, chacune d’entre elles se voit reformulée dans des termes qui désignent l’importance d’une autre approche. Nous pensons qu’un objet scientifique nouveau se dégage de la rencontre entre ces traditions, à la fois comprises et critiquées. Un objet qui n’est ni plus petit ni plus grand que les objets disciplinaires traditionnels, mais qui est d’une autre nature. Un objet dont on aura notamment reconnu la dimension « communicationnelle ».

Technique

40L’alternative entre un double déterminisme technique et social aboutit à une impasse, car il nous interdit de penser la question du sens et celle de la médiation. Il faudrait opter entre le technique et le social, leur reconnaître à chacun une efficacité dans leur ordre propre, ou encore trouver un mode de pondération entre les deux. Et s’il s’agissait de tout autre chose que de ce face-à-face, lié à la croyance qu’il y aurait du social (objet de sociologie) et du technique (objet d’ingénierie) ? De quelle conception de l’objet technique avons-nous besoin pour ne pas tomber dans les apories du langage courant et des catégories disciplinaires ?

41Les dispositifs techniques dédiés aux télécommunications se distinguent des autres objets techniques dont l’homme s’entoure en ceci précisément qu’ils sont destinés à l’échange, à la communication. Ce qui différencie un téléphone ou un dispositif en ligne d’une perceuse ou d’un aspirateur par exemple, c’est la dimension communicationnelle, médiatique de ces objets techniques. Il nous faut donc constituer ces objets en médias et rompre de ce fait avec l’idée selon laquelle il ne s’agit là que d’une variante de l’objet technique. Les médias informatisés, ces « machines à communiquer », pour reprendre l’expression de Pierre Schaeffer, ne sont pas des objets techniques comme les autres, ils organisent l’espace de la communication; à ce titre, ils constituent en eux-mêmes une technologie sociale. Or l’organisation de l’espace de communication qu’ils mettent en scène passe par l’écriture (« l’écrit d’écran ») et le « texte » (« le texte de réseaux ») et suppose des objets porteurs de signes, saisis par des interprètes et non simplement des instruments dotés d’un cadre de fonctionnement et mis en œuvre, d’une façon ou d’une autre, par des utilisateurs. Notre regard doit donc porter à la fois sur la dimension logicielle (technique) et scripturale (sémiologique) de cette mise en forme de l’échange social qui ne peut lui-même être décrit qu’à partir des formes possibles de l’usage – ethnologie, sociologie, etc.

42Les sociologues de l’innovation n’ont pas pensé suffisamment ces objets techniques comme des médias ; ils ont donc fait l’impasse sur leur dimension communicationnelle et sur la dimension symbolique des messages. Mais ces objets ne sont pas des moyens de nature technique mis au service d’une fin qui serait, elle, sociale ; en tant que médias, ils instituent la dimension symbolique des messages et la dimension sociale de l’échange. Pour autant, on ne saurait penser le social à partir de la technique, comme le font certains, et faire ainsi du « réseau des réseaux » la métaphore organisationnelle de la société, par exemple. On peut certes concevoir une telle dérive car, en tant que média, le dispositif comprend une part de « social » ; en cela, il pose une certaine continuité. On ne peut néanmoins l’accepter, car il y a également rupture. La « part de social » est inscrite dans le programme, donc dans la technique, en tant que possibilité, mais elle n’y réside pas tout entière. Seule l’articulation entre toutes ces sphères sera susceptible de nous sortir de l’impasse.

  • 11 Laulan, Anne-Marie, La Résistance aux systèmes d’information, Paris, Retz, 1985; Perriault, Jacques (...)

43Le dispositif technique ne peut être compris qu’en regard de la pratique médiatée par « l’interface » qui relève de la couche technosémiologique. L’appropriation passe donc par un processus de communication mis en forme par la dimension logicielle de la machine et « donné à voir » et à « manipuler » à l’utilisateur. Cette médiation projette une certaine manière d’utiliser le dispositif, une certaine idéologie de la communication. On ne peut toutefois s’arrêter à ce « préformatage », car les usagers l’utilisent de manière très diverse et, en tout état de cause, différemment de ce que les concepteurs prévoient d’ordinaire ainsi que les recherches menées dans le champ des usages n’ont cessé de le montrer depuis les analyses d’Anne-Marie Laulan et de Jacques Perriault11.

44Trois espaces d’analyse doivent donc être simultanément pris en compte : l’objet technique institué comme média d’une part, le formatage du processus de communication par le média d’autre part et, enfin, la façon dont les usagers s’approprient le dispositif. Lorsqu’un site propose une « messagerie » par exemple, il instaure un processus éditorial. Ce « contrat de communication » est une écriture, une sémiotisation du processus de communication qui offre une vision particulière de l’échange social. Ici, le processus qui consiste à rédiger une lettre, à la mettre sous enveloppe, à la peser, la timbrer, la poster, la trier, la diriger, l’expédier, la recevoir…ce processus particulièrement complexe d’un point de vue sémiotique, social, organisationnel, etc., est en quelque sorte cristallisé, réduit à une interface qui le met en scène. Mais si un tel contrat de communication offre une représentation idéologique du processus de communication, il permet également l’action (voir chapitre III). En revanche, bien que les possibilités de l’action soient formatées par le dispositif à travers une sémiotisation de la pratique, il n’en va pas de même pour ce que l’usager fait avec ces dispositifs : la pratique effective et subjective ne peut être formatée et relève de l’appropriation et de la contextualisation des usages dans des corps de pratiques sociales et individuelles. Nous sommes ici à la limite de la lecture et de l’interprétation évoquée par Umberto Eco. De la même façon que l’auteur ne peut jamais prévoir ce que le lecteur lira, le mode d’emploi ou le dispositif sont tout aussi incapables de canaliser l’activité réelle de l’usager qui ne fait jamais ce qu’a prévu le concepteur.

45Ce n’est donc pas uniquement le dispositif technique, mais également le processus de communication et la pratique elle-même qui sont ainsi « sémiotisés ». L’une des caractéristiques fondamentales des médias informatisés réside sans doute dans cette capacité jusque-là inégalée de tout transformer en « texte », de l’objet à l’action en passant par la communication. Mais quel statut peut-on, dès lors, accorder à cette notion de « texte » ?

Texte

46D ans la mesure où les dispositifs techniques auxquels nous sommes confrontés sont des objets médiatiques, nous avons besoin de les penser à la fois comme des objets matériels et des formes interprétables, pris dans un processus pratique de communication qui se doit lui-même d’être situé. À l’origine de la recherche, c’est ce que nous a permis le recours à la notion de texte.

47La définition du « texte » qui a fait l’objet de nos premières réflexions comportait alors différents critères. Nous l’avions tout d’abord défini comme un objet matériel et singulier qui contribue au processus de communication et y apporte une organisation signifiante particulière. Cette définition est développée notamment dans le chapitre consacré à l’analyse des modes d’appropriation du texte de réseau (voir chapitre II).

48Toutefois, cet objet, qui est toujours matériel et singulier, n’est reconnu comme texte que s’il est mis en relation avec des modèles ou des représentations du « texte ». Car le texte est aussi un objet socialement construit qui est engagé dans le « savoir social » par les modalités de sa reconnaissance et de sa lecture. Aussi la notion de texte n’est-elle pas seulement une notion sémiotique – comme celle de signe ou de discours, par exemple –, mais également une notion qui vise à cerner des objets instables et singuliers, des objets pleinement signifiants, dès lors qu’ils sont considérés dans la relation intime qu’entretiennent leur matérialité et les représentations construites de l’usage. En d’autres termes, c’est un objet symbolique qui circule et participe des échanges sociaux.

49Objet communicationnel, le texte anticipe pour partie son usage et son interprétation possible, il porte en lui-même une conception du processus de communication, des implications, qui ne se réaliseront qu’une fois actualisées ou dénoncées par les acteurs. C’est pourquoi cette catégorie du texte ne se manifeste pleinement que dans les récritures, les réemplois, les reprises…

50L’objet texte est donc en tension permanente entre homogénéité et hétérogénéité. Intégré par des modèles, il propose une visée homogène, mais sa singularité concrète manifeste toujours des enjeux et des formes multiples. Et ce texte n’acquiert tout son sens qu’actualisé dans une situation déterminée.

51Chaque terrain d’analyse est concerné par cette notion de texte, mais à des titres différents et selon des focales différentes. Pour certains, le texte de réseau est pris comme objet dans la tension entre ses formes observables et les représentations et appropriations qui se manifestent chez les utilisateurs – ainsi que dans sa relation avec des formes de textes plus anciens qu’ils convoquent. D’autres mettent l’accent sur une multiplicité de formes textuelles et leurs relations avec des pratiques de communication non textualisées.

52Mais, dans tous les cas, nous demeurons sensibles à la complexité et à l’importance de ce qui s’institue et se joue dans le rapport entre les formes matérielles du support, l’organisation des systèmes de signes et les modalités de la représentation et de la manipulation.

53Cette notion de texte a joué dans la recherche un rôle intimement lié à un paradoxe : d’un côté, la notion manifeste en permanence sa nécessité – rien ne peut être pensé sans la notion de texte et chacun des chapitres le confirme en y ayant recours – ; d’un autre, il existe une sorte d’impossibilité à mobiliser cette notion – il est impossible d’arracher complètement la notion de texte à des usages qui la rendent impropre à désigner ce qui est en jeu ici. Dans cette recherche, le texte est un lieu de passage de formes et de concepts. Message, discours et média tout à la fois, notre texte ne peut néanmoins se définir uniquement comme un message, un discours ou un média. En effet, ce n’est pas seulement un discours autonome et unique qui se reproduirait, dans la régularité ; mais c’est toujours une configuration complexe, singulière et hétérogène. Ce n’est pas davantage une simple intentionnalité véhiculée par un message ; c’est aussi un objet dont l’organisation ne peut être totalement canalisée. C’est également l’une des manifestations du pouvoir médiatique ; tout texte étant façonné par les propriétés matérielles du média et ses matériaux sémiotiques, bien qu’il en porte une actualisation singulière.

54Cette notion de texte définit un objet intersémiotique qui cristallise des codes et des formes culturellement fluctuantes, des formes qui conditionnent la nature possible de l’échange sans pour autant la déterminer. La notion de texte alphabétique ordinairement employée, notion qui abstrait un discours, n’est qu’un cas particulier du concept de texte, une configuration matérielle intersémiotique qui peut s’interpréter.

55Aussi, la difficulté de nommer l’objet sémiotique, ou « technosémiotique », engagé par la recherche a donné matière à une discussion terminologique, dans le cadre des séminaires communs, tout au fil de la recherche. Si la dimension de textualité des objets écrits paraissait essentielle aux yeux de tous, elle présentait deux difficultés : d’une part son aptitude à évoquer plus particulièrement une formation purement linguistique, d’autre part la tendance à dissocier une organisation sémiotique de son substrat technique. Le terme « textiel » s’est peu à peu imposé, comme forme de compromis permettant de décrire l’hybridité ou l’ambiguïté de statut de ce qui est en jeu. Il fait l’objet de définitions théoriques et de caractérisations dans les différents chapitres.

56Si on emploie le terme de texte, quand bien même ce serait en le redéfinissant à chaque occurrence, on court le risque qu’il soit entendu comme une seule suite linguistique, ce qui est du reste l’usage dominant dans les sciences du langage. À l’intérieur de notre groupe, la discussion a finalement porté sur la validité de cette notion de texte, alors même que nous désirions rendre compte des relations établies entre les dimensions techniques, langagières et pratiques du dispositif.

57Comment, en effet, faire état tout à la fois du dispositif technique, de l’organisation des configurations signifiantes et des pratiques? Cette question n’a pas trouvé de solution dans les catégories disciplinaires convoquées d’ordinaire, mais dans la conduite de la recherche où elles étaient articulées entre elles. Le lecteur ne trouvera donc pas de formulation homogène dans la présentation des « terrains » qui constituent le corps du présent ouvrage (chapitres I à IV).

Usage

58Quant à la notion d’usage, elle se trouve également à un moment-clé de son histoire. Longtemps associée à un pôle récepteur opposé à un pôle concepteur, à la sphère des passions et des singularités individuelles, opposée à la sphère des organisations et des pouvoirs, aux logiques sociales opposées aux logiques technicistes, elle a trouvé les moyens de sortir de ces pré-structurations en se rapprochant d’une problématique des médiations d’une part, et en affrontant la complexité des données qu’elle génère par ses démarches fondamentalement empiristes d’autre part.

59La notion d’usage a contribué à éclairer les conditions d’insertion des « technologies de l’information » dans les pratiques ordinaires. Cette position de l’analyse des pratiques situées en « bout de chaîne » avait notamment pour objectifs, affirmés ou non, soit d’instrumentaliser la pratique à des fins industrielles, soit d’amener la prise en compte des dimensions sociales de la pratique dans les logiques de production et d’industrialisation, soit enfin d’apporter une vision critique en contrepoint à ces logiques.

60Cette dynamique « bienveillante au plus faible » a permis de multiplier des observations qui ont fait émerger le fait que l’usage débouche souvent sur des productions – objets ou événements –, qu’il fait apparaître des contextes, des articulations fines entre action collective et initiative individuelle, qu’il renvoie très concrètement à une prise en charge de normes ou à la création d’objets cachés, éphémères, privés de publicité… La catégorie de l’usage aurait donc pour vertu de montrer ces lieux, ces productions, ces circulations, que la focalisation sur les « technologies de l’information » ne rend pas visibles.

61Pour cela, il faut se référer à une notion d’usage qui ne se superpose pas strictement à l’utilisation des nouvelles technologies. On ne peut se cantonner à une analyse en réaction par rapport à des objets, mais on doit partir de tout ce qui se fait dans les « lieux de pratiques ». Tout objet est également technique : on ne peut pas discerner a priori un pôle majeur et des pôles mineurs. Ainsi de l’analyse du post-it, cette singulière technologie intellectuelle. La prise en considération de cet « objet technique » dans l’informatisation de la bibliothèque est exemplaire à cet égard (voir chapitre IV). L’usage est une notion hétérogène, complexe, qui a le mérite de susciter le besoin de saisir des processus hétérogènes et complexes.

62Si parmi les phénomènes liés à l’usage, on a des comportements constatés face à des objets techniques, ceux-ci ne peuvent être extraits arbitrairement du flot de phénomènes liés aux rapports avec les technologies pour constituer de « vraies » données. Les phénomènes liés à l’usage recouvrent également des discours ; ainsi des conceptualisations de l’usage par les enquêtés, qui peuvent ne pas être directement liées à leurs comportements. Elles peuvent être liées à d’autres discours – médiatiques par exemple – sans pour autant mériter d’être considérées comme de simples échos de discours interférant inopportunément dans la relation entre faits bruts authentiques et production d’un discours de vérité. Les phénomènes liés aux nouvelles technologies incluent toutes sortes de situations où circulent des représentations dans le sens le plus extensif du terme, celles-ci ne pouvant pas être mobilisées en tant que « simples » contenus mentaux objectivables du point de vue surplombant de la recherche.

63Les usages offrent l’intérêt d’associer d’emblée, dans l’objet d’analyse des comportements, des discours, des objets et d’interdire la possibilité de penser paisiblement des notions propriétaires à l’abri de la barrière qui sépare la science du sens commun. Il n’y a pas de vérité des usages qui se raccrocherait à la vérité d’un terrain, c’est-à-dire à l’authenticité de ce terrain: interrogés chez eux sur leurs propres pratiques privées, les enquêtés peuvent rapatrier quantités de lieux et de moments externes à leur domicile et leur sphère privée. L’erreur serait de considérer ce qui est convoqué dans le discours comme relevant de l’ordre des représentations qui constitueraient l’arrière-plan des pratiques domestiques effectives.

Usage, texte et technique: l’espace de l’interstice

64Usage, texte et technique…trois notions qui ne sauraient clore un univers. Si ces trois concepts sont effectivement les trois « ancrages » essentiels à partir desquels nous avons engagé notre recherche, compte tenu notamment de nos formations respectives et de nos centres d’intérêts originels, nous ne saurions pour autant les fondre en un pôle unitaire, en faire un « objet total ». Une aura de silence se déploie autour de chacun d’eux ; l’essentiel se joue alors dans les objets frontières, les interstices, les articulations…

65Usage, texte et technique…trois notions qui ne fabriquent pas un objet clos, mais définissent des espaces autour desquels nous avons tracé des trajectoires et des exigences : « un chemin vers…». Beaucoup de vide se dessine entre elles qu’on ne cherchera pas à combler – si tant est qu’une telle idée soit concevable – ; beaucoup de vide à partir duquel on aurait pu échafauder d’autres hypothèses, élaborer d’autres constructions.

  • 12 Barthes, Roland, « Histoire ou littérature ? », dans Sur Racine, Paris, Seuil, 1963, p. 167.

66Ces trajectoires, toutefois, sont celles que nous avons privilégiées; leur découpage procède d’une herméneutique confrontée à une rencontre systématique de l’empirique. Nous ne nous situons pas dans l’univers des sciences qui, dans les limbes de leur croyance objective, possèdent un « interprétant » fixé, figure tutélaire jamais évoquée mais omniprésente et reposant sur un modèle métaphysique culturellement ancré. Nous savons que « le plus prudent des critiques » se révèle « lui-même un être pleinement subjectif, pleinement historique12 » et qu’il ne saurait se départir de la situation communicationnelle d’analyse dans laquelle il se trouve et dont il est médiateur. Nous tentons donc des rencontres avec des objets et des pratiques empiriques sachant que nous appartenons à ces situations. Qu’il s’agisse du type de recherche, de la situation ou du traitement des objets…nous assumons notre geste interprétatif.

3. Présentation des terrains

67Le lecteur un peu trop pressé pourra, peut-être, se laisser influencer par l’apparente hétérogénéité des objets étudiés. Quoi de commun, en effet, entre des sites qui « parlent » de Gallica (la bibliothèque multimédia de la Bibliothèque nationale de France), des sites consacrés aux OGM (organismes génétiquement modifiés), la messagerie électronique (courrier et chat) et l’utilisation des nouvelles technologies dans la bibliothèque d’une grande école? Ainsi réduite à sa plus simple expression, une telle liste suggère plus la session d’un colloque que l’exploration systématique d’un objet scientifique, en l’occurrence les écrits d’écrans ou de réseaux. Si le lecteur s’en tenait là, il manquerait à coup sûr ce qui fait l’essentiel de l’ouvrage; non la connaissance d’objets techniques singuliers, mais bien la manière dont il est possible de penser et d’étudier l’articulation entre le texte, la technique et l’usage.

68Car les quatre chapitres qui suivent explorent quatre manières dont textes, techniques et usages s’articulent.

69Le premier chapitre étudie les sites reliés à Gallica, non pour eux-mêmes, mais pour dégager, saisir et expérimenter comment, en tant que dispositifs techniques et sémiotiques, ils constituent un texte capable d’anticiper les usages de ceux à qui ils s’adressent et d’inscrire des usages de ceux qui les ont produits.

70Le second chapitre part lui aussi de sites – il s’agit donc du même type de texte. Cependant, son objet n’est plus l’analyse de ces sites en tant que dispositifs technosémiotiques, mais plutôt la manière dont ils sont reçus et manipulés par ceux à qui ils ont été proposés. Ou, pour dire les choses autrement, il traite de l’appropriation du texte en réseau.

71On le voit, loin de se réduire à l’analyse d’objets singuliers, ces deux chapitres abordent ces objets que sont les sites reliés à Gallica ou les sites sur les OGM comme des opportunités permettant d’approfondir une dimension de cet ensemble plus vaste que constitue le fonctionnement d’un site en réception: d’un dispositif conçu pour être reçu, dans le premier, et de l’appropriation d’un tel dispositif dans le second. Simplement, le principe – ou la règle implicite – appliqué par chacune des équipes qui a conduit ces études a été de pousser la logique de ce fonctionnement dans ses derniers retranchements. Sous cet angle, les objets ont été choisis en fonction de leur capacité à supporter une telle exploration. La maxime d’opportunité est à entendre ici comme synonyme d’un principe de pertinence.

72Les deux chapitres suivants élargissent le cercle de la relation du dispositif et de son appropriation. Le fait essentiel, mis à jour dans le chapitre premier, à travers l’analyse des sites reliés à Gallica, et appliqué de facto dans le deuxième chapitre lorsqu’il dégage les figures d’appropriation, selon lequel le dispositif technosémiotique est tout à la fois un dispositif textuel et un dispositif d’action, prend alors toute sa valeur et ses dimensions.

73Le troisième chapitre, en analysant l’usage des messageries – utilisation du courrier électronique et des chat –, traite en fait du dispositif qui n’est pas centré sur la médiation d’un contenu mais destiné à faciliter la communication entre des personnes. L’objet est donc tout particulièrement propice à l’analyse d’une pragmatique de la communication. Les éléments textuels y sont des opérateurs d’action, mais en même temps, c’est bien la situation de communication – l’action de communiquer – qui fait que le dispositif devient un média et n’est ni un simple outil servant à « faire » quelque chose, ni un simple texte à lire. Autrement dit, le dispositif y sert à écrire en réseau, avec et par le réseau.

74Dans le quatrième chapitre, les processus analysés dans les trois précédents se trouvent abordés à partir du lieu de pratique située. C’est probablement à ce moment-là que la dimension de l’hétérogénéité caractéristique du fonctionnement des dispositifs technosémiotiques se trouve exacerbée et devient le plus clairement analysable. Mais c’est possible parce que le parti est, là encore, de refuser la séparation classique entre le technique, le texte et l’usage en faisant le choix de se placer dans les limites des pratiques en bibliothèque – celle de l’ENS Lyon – pour y saisir les processus de sémiotisation, un peu comme l’analyse des sites reliés à Gallica (voir chapitre I) avait choisi de s’installer dans les limites du dispositif technosémiotique de ces sites pour y saisir l’usage.

75Apparaît alors une technosémiotisation de l’espace de travail des bibliothécaires qui conduit non seulement à reconsidérer le découpage des objets étudiés – l’espace de la bibliothèque au-delà de l’écran –, mais encore à reconsidérer comment l’organisation qui en résulte peut être lue à travers le discours des acteurs qui l’accomplissent.

Notes

1 La « lettrure », terme usité dans les textes des xiie et xiiie siècles, désignait la capacité conjointe de lire et d’écrire.

2 Voir Le Marec, Joëlle, « Dialogue interdisciplinaire sur l’interactivité », Communication & langages, n° 128, juin 2001 ; Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, « La communication médiatisée est-elle un usage ? », Communication & langages, n° 132, 2002.

3 Jeanneret, Yves, « L’affaire Sokal : comprendre la trivialité », Communication & langages, n° 118, 1998.

4 Souchier, Emmanuël et Jeanneret, Yves, « Écriture numérique ou médias informatisés ? », Pour la Science, Dossier hors série n° 33, « Du signe à l’écriture », octobre-janvier 2002.

5 Voir Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, n° 6-7, « Le multimédia en recherche », J.-M. Place, Paris, 1999, notamment en ce qui concerne la discussion théorique relative au choix du mot « architexte » que nous distinguons de l’acception qu’en donne Gérard Genette.

6 Souchier, Emmanuël, « L’écrit d’écran. Pratiques d’écriture et informatique », Communication & langages, n° 107, janvier 1996.

7 Souchier, Emmanuël, « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les Cahiers de médiologie, n° 6, 1998.

8 Christin, Anne-Marie, L’Image écrite ou la déraison graphique, Flammarion, 1995, p. 6.

9 Le travail du lecteur n’est ni la réception du lecteur ni la production d’un texte : c’est un travail d’intégration sémiologique », Harris, Roy, La Sémiologie de l’écriture, CNRS Éditions, 1993, p. 151.

10 Voir notamment, dans les références bibliographiques, les travaux à l’initiative du service Études et recherche de la Bpi (Annexe II, p. 341).

11 Laulan, Anne-Marie, La Résistance aux systèmes d’information, Paris, Retz, 1985; Perriault, Jacques, La Logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion, 1989.

12 Barthes, Roland, « Histoire ou littérature ? », dans Sur Racine, Paris, Seuil, 1963, p. 167.

Auteurs

Enseignant - Chercheur / Professeur d'Université.
Directeur du laboratoire Culture et Communication. Directeur, pour l'UAPV, du Programme international de doctorat Muséologie, médiation, patrimoine (programme conjoint de l’université d’Avignon et de l’université du Québec à Montréal).
Président de la section 71 du CNU

Maître de conférences en Sciences de l'Information et de la Communication (SIC) à l'université Lille3, dans l'UFR IDIST.
Membre du laboratoire GERIICO.

Directeur-adjoint du CELSA.
Responsable de la chaire Innovation et création d'entreprises dans la communication et les médias.

Professeur des universités.
Responsable du Master Journalisme scientifique.
Professeur en sciences de l’information et de la communication.

Professeur délégué à la recherche, CELSA – Paris-Sorbonne.
Membre du Conseil Scientifique de l’École Doctorale V Concepts et langages, Paris- Sorbonne ; du CS et du CA du CELSA.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access