Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire, écrire, récrire

 | 
Jean Davallon
, 
Marie Després-Lonnet
, 
Yves Jeanneret
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1Quelles relations peut-il y avoir entre un ensemble de « sites Web » reliés à la Bibliothèque nationale de France, des messages électroniques échangés par un groupe d’étudiants, un corpus de « textes Web » sur les OGM (organismes génétiquement modifiés) ou bien encore, une bibliothèque en cours de réaménagement ?

2Ces différents « terrains d’analyse » ont en commun d’être des lieux privilégiés pour observer la façon dont la circulation des formes écrites participe de la médiation sociale des savoirs. Leur diversité incarne une démarche de recherche collective sur les pratiques d’écriture, de lecture et de réécriture confrontées à l’arrivée des nouveaux supports de l’écrit, les « médias informatisés ».Mais si l’investigation a été menée et discutée en commun, elle a en revanche été développée sur une série de terrains où la question des rapports à l’écrit pouvait être saisie dans des contextes différents, avec des visées d’observation différentes et selon des points de vue également différents.

3Le projet de ce livre se fonde sur un ensemble de recherches individuelles et collectives menées depuis plusieurs années autour de « l’écrit d’écran », des « écrits de réseaux » et de l’analyse des usages des nouvelles technologies liées aux institutions culturelles. Recherches mues par le même souci de cerner et de comprendre les interrelations tissées entre le technique, le sémiotique et les usages des médias informatisés.

4Les travaux que nous présentons ici ont été initiés dans le cadre de l’appel d’offres, Écrans et réseaux : vers une transformation des rapports à l’écrit lancé par le service Études et recherche de la Bibliothèque publique d’information (Centre Pompidou), sous l’égide de la Direction du livre et de la lecture (ministère de la Culture et de la Communication). Prenant la mesure du fait que l’informatisation des médias induit des modifications importantes dans les conditions de l’écriture et de la lecture, cet appel invitait à mener des recherches précises sur les effets réels de ces transformations, souvent mythifiées ou au contraire négligées dans les discours sociaux actuels. L’enjeu résidait dans le fait de comprendre en quoi les pratiques de lecture et d’écriture pouvaient être affectées par ces changements, quels effets ceux-ci pouvaient avoir sur les dynamiques culturelles et comment les pouvoirs, contraintes et libertés de l’ordre de l’écrit en étaient modifiés. Le présent ouvrage qui rassemble les acquis principaux de notre recherche, s’emploie à donner des éléments de réponse à l’ensemble de ces questions.

5Y a-t-il réellement une transformation de nos rapports à l’écrit ? Écrivons nous différemment ? Lisons-nous autrement ? Les rapports entre le scripteur et l’auteur sont-ils véritablement bouleversés ? Si oui, en quoi le sont-ils ? Cette autre question essentielle : les écrits circulent-ils et se transforment-ils autrement qu’ils ne le faisaient dans ce que certains appellent la « galaxie Gutenberg » dont ils annoncent un peu vite la fin? L’appropriation des textes, la circulation des supports, l’adoption de normes d’écriture et de réécriture procèdent-elles autrement sur les médias informatisés ? Comment les gens (scripteurs et lecteurs) se débrouillent-ils avec la multiplicité des supports d’écriture auxquels ils sont confrontés, avec la complexité nouvelle des objets écrits qu’ils ont à manipuler ? Déploient-ils de nouvelles stratégies pour faire avec les écrits d’écran et les écrits de réseau?

6Nous avons pris au sérieux ces questions, sans prétendre cependant à une approche globalisante ni déterministe. En cela, la problématique générale de notre recherche est cohérente, mais elle se déploie en une série de terrains menés par quatre collectifs : quatre aventures parallèles en quête d’une observation et d’une compréhension fine et située ; quatre aventures discutées en commun au sein d’un séminaire général tenu tout au long d’une recherche qui s’est déroulée sur deux années. Nous avons investi ces différents terrains avec le projet de rendre visibles, dans chacun des cas, certaines relations entre les propriétés techniques et sémiotiques des écrits d’écran et les pratiques d’appropriation de ces nouveaux objets écrits. Cela supposait de prendre le temps et de mobiliser l’attention nécessaire pour étudier de près les normes et les contextes de la pratique, les propriétés matérielles des supports, les formes du texte, les logiques de circulation et de légitimation des objets culturels et l’activité poétique des sujets (écriture-lecture-manipulation des textes).

7Il nous a tout d’abord semblé que l’effort principal à produire consistait à regarder avec attention le rapport entre pratiques, objets et signes, pour dépasser la vision illusoire de mouvements prétendument homogènes et généraux : le réseau, la dématérialisation, la virtualisation…C’est cet effort, qui consiste à regarder les choses anodines souvent passées inaperçues au milieu des discours sur le prodige numérique, que nous souhaitons partager avec le lecteur.

8De nombreux travaux récents soulignent la mutation des questionnements face à l’objet livre, à la lecture et à l’écriture considérées comme pratiques culturelles. Ainsi, la sociologie de la lecture a intégré, depuis quelques années, de nouvelles problématiques comme l’exploration des pratiques de lecture et d’écriture qui étaient jusque-là jugées illégitimes ou qui n’étaient pas même perçues. Symétriquement, elle a intégré les usages de la bibliothèque et des espaces du livre qui ne relèvent pas directement des catégories traditionnelles de la lecture et de l’écriture, mais qui leur sont liées et les éclairent d’un jour nouveau – les phénomènes de sociabilité, par exemple.

9L’analyse de l’acte de lecture situé dans son contexte social a mis en évidence la force des modèles d’anticipation et d’inférence à l’œuvre dans l’appropriation des textes et a montré l’importance de la socialisation de ces actes et de ces normes implicites. Avec la montée des « nouvelles technologies de l’information et de la communication » et l’attention qui leur est portée, on a également souligné l’accroissement considérable des phénomènes observables dans le champ des études concernant le rapport à l’écriture et à la lecture. La relation à l’écran a ainsi matérialisé dans des comportements quantité d’opérations cognitives jusque-là invisibles a priori face à la page imprimée. Il a également repositionné nombre de questions relatives aux partages essentiels qui étaient établis entre les supports et les contenus, la production et la réception, l’écriture et la lecture…Et cela s’est fait dans la mesure où il existe beaucoup plus de configurations possibles que de normes établies pour ranger les phénomènes liés à ces nouvelles technologies – les objets, leurs composantes, les acteurs impliqués dans leur conception, les activités des acteurs, les pratiques, etc.

10Cependant, dans bien des cas, les conséquences théoriques et méthodologiques ne sont pas clairement tirées. Les approches disciplinaires, face à cette ouverture et cette complexité accrue des phénomènes liés à la lecture et à l’écriture, tentent souvent de les décomposer et de les réduire à quelques dimensions privilégiées qui sont les centres d’intérêts traditionnels de leurs champs respectifs. Ainsi de la réduction de l’usage à des tâches instrumentales, de la prédilection pour des analyses se référant à des stratégies d’acteurs et des rapports de pouvoir ou bien encore de la comparaison permanente entre le nouveau et l’ancien, comparaisons où sont systématiquement surévaluées les problématiques de la mutation ou de la permanence… Nous avons tenté de construire des relations argumentées et observables entre objets, formes, acteurs et logiques culturelles et de les donner à lire, telles quelles nous sont apparues dans le dialogue avec les sujets et par l’analyse attentive des objets qu’ils manipulent et qu’ils produisent. On ne trouvera donc pas ici une théorie de la lecture sur écrans, mais une série de monographies au fil desquelles se dégagent des pistes permettant de mieux comprendre la complexité des objets et pratiques concernés. Cette recherche permet également de contribuer au débat théorique soulevé par les nouveaux objets et les nouvelles pratiques de l’écrit. Elle permet enfin de mettre à l’épreuve les hypothèses et les méthodes d’une enquête de terrain précise. Au terme de cette aventure qui, comme on le verra, ouvre d’autres perspectives de recherche, nous n’avons pas davantage de théorie unifiée de la lecture, de l’usage ou des textes de réseau à proposer, mais nous souhaitons publier un certain nombre d’observations, d’interprétations, de questions.

11Les textes réunis dans cet ouvrage sont le résultat d'une recherche et d'une rédaction collectives. L'équipe s'est constituée autour d'un programme rédigé par Yves Jeanneret, Joëlle Le Marec et Emmanuël Souchier.

12La recherche a été coordonnée par un Comité de pilotage réunissant cinq chercheurs : Emmanuël Souchier (coordonnateur du programme), Jean Davallon (coordonnateur du terrain « Traces d'usage »), Yves Jeanneret (coordonnateur du terrain « Texte de réseau »), Marie Després-Lonnet (coordonnatrice du terrain «Messageries et chats ») et Joëlle Le Marec (coordonnatrice du terrain « Pratiques en bibliothèque »).

13L'introduction et la conclusion ont été rédigées par les coordonnateurs, à partir de la production de l'ensemble des chercheurs réalisée au cours des séminaires.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access