Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Annexes

Annexe II. Description de la bibliothèque publique d’information

Texte intégral

Le centre national d’art et de culture Georges Pompidou

1Vaste parallélépipède aux structures apparentes en acier, le bâtiment mesure 166 m de long, sur 50 m de large et 42 m de hauteur. D’une surface totale de plus de 100 000 m2 il comporte 8 étages dont 5 en superstructure.

2Un parti architectural, très affirmé et très nouveau, permet de dégager complètement les espaces intérieurs, vastes plateaux de 7 500 m2 chacun, sans pilier ni mur porteur, aménageables et transformables selon les besoins.

3Toutes les circulations se trouvent placées à l’extérieur des façades pour animer celles-ci. La circulation du public est aménagée le long de la façade ouest, donnant sur la place. Un grand escalator assure la distribution générale du public dans le bâtiment, des passerelles couvertes mènent à chacune des activités, qui disposent ensuite d’escalators intérieurs. La circulation des fluides est également apparente sur la façade est, rue du Renard.

4Devant le Centre la place, d’une surface égale à la surface construite, permet le déroulement d’activités de tous ordres, programmées par le Centre ou spontanées.

5Le décret du 27 janvier 1976 portant statut du Centre Georges Pompidou précise que le Centre comprend deux départements : le MNAM et le CCI, et qu’il peut s’associer avec la BPI et L’IRCAM.

Les services communs

  • Services administratifs et techniques.
  • L’atelier des enfants : espace de jeux et ateliers, il apprend à regarder, écouter, sentir, permettant à son jeune public d’affiner sens, raisonnement et mémoire au contact de jeunes artistes.
  • La cinémathèque : située au 5e étage du bâtiment, elle assure une programmation continue de films regroupés par thèmes, époques, réalisateurs ou écoles.
  • Théâtre, photographies, chorégraphies sont également présentés au Centre à travers diverses manifestations.

Le Musée national d’art moderne

6— Les collections permanentes.

7Un millier d’œuvres (peintures et sculptures) représentatives de l’art moderne de 1905 jusqu’à nos jours sont présentés sur près de 10 000 m2.

8Au 4e étage sont rassemblées les œuvres historiques (1905-1965). Le 3e étage est réservé à l’art contemporain (de 1965 à nos jours), dans un espace de structure évolutive. Le cabinet d’art graphique est consacré aux collections d’œuvres sur papier. Le cinéma du musée montre films d’artistes et documentaires sur l’art moderne. L’atelier du sculpteur Brancusi, legs de l’artiste, est reconstitué sur la « Piazza ».

9— Les expositions temporaires.

10Les expositions de la grande galerie (monographies, rétrospectives, bilans thématiques), sont consacrées aux principaux artistes et mouvements artistiques du xxe siècle. Les galeries contemporaines, dont la présentation se renouvelle tous les trois mois, s’attachent à faire valoir la diversité de l’art d’aujourd’hui.

11— La documentation.

12Elle met à la disposition d’un public spécialisé des documents français et étrangers, relatifs aux arts plastiques du début du xxe siècle jusqu’à nos jours.

Le Centre de création industrielle

13Sa mission est de concourir à la formation et à l’animation d’un mouvement culturel à propos de l’environnement quotidien (urbanisme, architecture, design, communications visuelles, équipements publics, etc.) tel que la troisième révolution industrielle est en train de le façonner. Lieu de rencontre offert au grand public, aux industriels, aux créateurs et aux responsables des collectivités publiques, il propose et anime les manifestations et services suivants :

  • expositions : la galerie d’actualité (présentation d’expositions temporaires) propose de grandes expositions dont les thèmes portent sur les mutations de notre civilisation dans leurs dimensions technique, sociale et symbolique ; la salle d’exposition de la documentation propose des expositions d’ampleur plus limitée et à visée pédagogique ou expérimentale sur les problèmes de l’heure.
    La plupart de ces expositions sont présentées en itinérance dans les régions et à l’étranger.
  • centre de documentation : sur le design industriel, les communications visuelle et sociale, l’architecture, l’aménagement de l’espace et l’environnement quotidien, ce centre offre une salle de documentation (actuellement en cours de réaménagement) ;
  • atelier de recherches techniques avancées ARTA : recherches sur le développement et la diffusion des applications graphiques des micro-ordinateurs. Création de logiciels graphiques. Formation des adultes et des enseignants par l’organisation de séances de démonstration et le recueil d’une importante documentation.

14Enfin, le CCI organise des débats, conférences, cycles de films en rapport avec ses activités et l’actualité.

L’Institut de recherche et de coordination acoustique / musique

15Dirigé depuis sa création par Pierre Boulez, l’IRCAM est une structure unique en son genre qui accueille des artistes et des scientifiques unis par la même ambition de voir progresser la recherche fondamentale et aboutir à la création musicale, aujourd’hui indissolublement liées.

16La politique suivie de commandes à des compositeurs français et étrangers, jeunes ou consacrés, a déjà fortement contribué à enrichir le répertoire musical contemporain que l’IRCAM, fidèle à sa double vocation de laboratoire et de centre de création et de production, fait découvrir à un public chaque jour plus large et mieux informé.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access