Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Annexes

Annexe I. Méthodologie

Texte intégral

  • 1 Cf. en annexe IV les références de l’ensemble de ces travaux.

1Les recherches sur le public du Centre Pompidou ont une histoire presque aussi longue que le Centre lui-même : les premières interviews effectuées par des sociologues auprès de visiteurs l’ont été pratiquement dans la semaine qui a suivi l’ouverture1. Et l’intérêt pour Beaubourg comme objet d’étude ne s’est pas démenti depuis : intérêt extérieur, relancé chaque année par la rentrée universitaire (on ne compte plus les étudiants qui commencent un mémoire sur le Centre, même si moins nombreux sont ceux qui le terminent) ; intérêt institutionnel surtout, qui n’a pas d’équivalent dans les autres établissements culturels : le Centre Pompidou fait réaliser tous les deux ans environ une enquête générale de fréquentation pour actualiser ses statistiques, lesquelles sont utilisées comme un véritable « indicateur de gestion » au même titre que les statistiques financières ; et l’un de ses départements, la Bibliothèque publique d’information, s’est doté d’un service d’études et de recherche permanent qui a, parmi ses différentes missions, celle de procéder à des analyses du public. C’est dans le cadre de ce service que ces recherches ont été effectuées.

2L’essentiel de cette recherche repose sur une enquête par sondage réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 3 408 visiteurs de la « grande » bibliothèque et 1 557 visiteurs de la salle d’actualité. Elle a été précédée d’une série d’enquêtes plus ponctuelles sur le public particulier de certaines activités de la BPI : service des réponses par téléphone, laboratoire de langues, bases de données télématiques, expositions. D’autre part, une première investigation qualitative a été faite en 1977, suivie d’une évaluation quantitative en 1978, ce qui permet une comparaison précise des évolutions de la fréquentation(1).

3Des données d’observation directe des comportements, complémentaires du sondage, ont été recueillies de façon empirique, tout au long de la période qui a suivi l’enquête, pour compléter l’analyse de telle attitude entrevue à travers le dépouillement du questionnaire, ou pour préciser tel ou tel point au moment de la rédaction. Il s’agit donc là d’un contrepoint de l’enquête auprès du public, non d’un corpus systématique. Avouons pourtant qu’on lui doit quelques inductions — difficiles à vérifier — qui valent parfois certaines déductions — solides mais triviales —.

L’échantillonnage

4Il a été effectué en deux étapes.

5— Choix de la période. Les variations du public, tant en volume qu’en nature, sont considérables d’un mois sur l’autre. Dans un premier temps, il fallait donc échantillonner non des individus, mais des périodes. L’opération est rendue possible par la comptabilité minutieuse que le Centre Pompidou tient de ses entrées : au vu des courbes des années antérieures, nous avons retenu deux périodes (mai-juin et octobre-novembre) comme significatives des publics de la belle saison et de l’automne-hiver. Il s’agit du public modal, celui que l’on rencontre pendant les dix mois de fonctionnement « ordinaire » du Centre Pompidou. Le public estival présente un profil particulier et mériterait une étude ultérieure à lui tout seul.

6Au sein des deux périodes sélectionnées à partir des courbes de fréquentation, nous avons tiré deux semaines d’enquête : du 19 au 25 novembre 1981, et du 7 au 13 mai 1982.

7Pendant ces deux semaines, nous avons procédé à l’interrogation des visiteurs pendant la totalité des jours ouvrables, afin de toucher à la fois le public du week-end et celui de la semaine, et pendant la totalité des heures d’ouverture, afin de toucher à la fois le public de la journée et celui des nocturnes.

8— Désignation des personnes interrogées. L’enquête a été effectuée à la sortie de la bibliothèque et de la salle d’actualité par une équipe d’étudiants de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE). Les interviewés étaient désignés de manière aléatoire, en utilisant un aléa de P + 10 (soit P la première personne qui sort au moment où l’enquêteur s’apprête à intervenir, il devra compter les suivantes et prendre la 10e qui franchira le portillon).

9Assurer un taux de sondage constant sur un nombre de visiteurs éminemment fluctuant est un problème complexe. Prenons un exemple : si on dispose de quatre enquêteurs qui réalisent chacun quatre interviews à l’heure, on obtiendra au total seize interviews par heure. Or l’affluence varie considérablement dans le temps : aux heures où il sort 160 visiteurs, l’échantillon représentera 10 % du public : aux heures où il en sort 1 600 il en représentera seulement 1 %. D’où une sur-représentation dans l’échantillon final du public des heures creuses, et une sous-représentation du public des heures pleines. L’écart ne tirerait pas à conséquence si la composition du public n’était pas socialement différente dans la journée et en soirée, en semaine et le weed-end.

10La solution adoptée a consisté à effectuer des comptages horaires systématiques dans les semaines précédant les deux vagues d’enquête et à établir la courbe exacte des flux de sorties. Il devenait alors possible d’établir un plan d’échantillonage détaillé où l’on ajustait, heure par heure, le nombre d’enquêteurs au débit escompté des visiteurs.

11Le taux de réponse à l’enquête a été de 60 %. C’est un taux sensiblement plus élevé que dans la plupart des enquêtes effectuées dans des lieux publics (marchands ou non marchands), et considérablement plus élevé que dans les enquêtes effectuées à domicile, y compris les enquêtes sur les pratiques culturelles.

Le questionnaire

12L’ordre de présentation et d’organisation des questions obéit à une logique discursive propre qui est celle de l’entretien interpersonnel. Afin que l’interview se déroule selon une dynamique linéaire qui soit la plus « naturelle » possible pour ses deux protagonistes, nous avons écarté la succession des questions par thème au profit d’une succession fondée sur l’implication : le mouvement du questionnaire va de l’ici (questions sur la BPI) à Tailleurs (questions sur les autres pratiques culturelles), du présent (ce qu’ils ont fait aujourd’hui) au passé (ce qu’ils font généralement), des questions de fait aux questions d’opinion ou d’appréciation. Enfin, nous avons rejeté à la fin l’ensemble des questions d’identification (âge, sexe, catégorie sociale, résidence, etc.) car l’expérience prouve que les gens sont à juste titre réticents à énoncer qui ils sont avant de savoir ce qu’on attend d’eux.

13Pour quelques questions nous avons adopté des formulations qui existaient déjà. Il s’agit de questions particulières sur lesquelles l’analyse de l’évolution des résultats dans le temps était particulièrement intéressante : nous avons alors repris les termes employés lors d’une enquête précédente (en 1978), même s’ils ne nous satisfaisaient pas totalement ; et des questions générales sur les pratiques culturelles : pour effectuer des comparaisons avec l’ensemble de la population, nous avons repris les termes de l’enquête nationale du ministère de la Culture.

14Ainsi rédigé le questionnaire a été testé auprès de quelques professionnels de la bibliothèque, puis auprès d’une vingtaine de visiteurs. Plus que leurs réponses, on s’efforçait de noter leurs réactions à la question (positives, négatives, hésitantes, etc.) et leurs commentaires. Certaines questions ont été reformulées sur la base du test, et quelques autres supprimées.

Le traitement des données

15Le dépouillement des 4 985 questionnaires recueillis au cours des deux vagues d’enquête dans les deux espaces de la BPI suppose la manipulation de plus de 250 000 informations. Elles ont été traitées au service informatique du ministère de la Culture. Le programme de dépouillement utilisé est le programme CLOTILDE, mis au point par la GSIE. L’ensemble des opérations informatiques a été effectué sous le contrôle d’Anne- Laure Pantin.

16Les données sociologiques de l’enquête ont subi un triple traitement afin d’en garantir la pertinence par rapport à la population d’origine :

17Pondération. Chaque prise de contact, qu’elle se solde ou non par un refus, faisait l’objet d’un enregistrement. On y notait l’heure de sortie du visiteur, et le numéro du compteur correspondant à son passage. Ce compteur était par ailleurs relevé toutes les heures. Nous disposions donc d’une distribution exacte des flux de visiteurs heure par heure, et de la distribution correspondante du nombre de personnes interrogées pendant la même période. Il a fallu procéder à quelques corrections — d’ailleurs minimes, par application de coefficients variant de 0,85 à 1,15 — pour ajuster exactement la courbe des sorties et la courbe des contacts.

18Redressement. Le redressement d’un échantillon est une procédure qui consiste à réévaluer la présence de telle ou telle fraction de la population, sur la base d’un critère déterminé.

19Le problème que nous avions à résoudre était le suivant : les visiteurs étrangers risquaient d’être sensiblement sous-évalués dans l’échantillon, du moins ceux qui étaient dans l’incapacité de répondre à un questionnaire passé en langue française. Autre biais du même ordre, quoique statistiquement peu important, les visiteurs en groupe : si l’un d’entre eux est désigné par le tirage au sort, il refuse souvent de se laisser interroger de peur de perdre de vue son groupe et s’en retrouver séparé.

20Nous avons donc noté, pour chaque refus de répondre à l’enquête, la nature de ce refus : impossibilité linguistique, appartenance à un groupe, ou autres raisons. Connaissant le poids des étrangers et le poids des groupes dans les refus de répondre d’une part, et leur poids respectif dans l’échantillon des répondants d’autre part, il devenait possible de redresser la représentation des étrangers et des groupes dans l’ensemble de l’échantillon tiré au sort.

21Extrapolation. L’extrapolation des résultats de l’échantillon à l’ensemble du public de la BPI est le point d’aboutissement de la procédure. C’est une opération certifiante, qui ne procède pas d’un calcul mais d’une proclamation : l’auteur de l’enquête a conquis ou croit avoir conquis, par la mise en place des dispositifs précédemment décrits, le droit à la métonymie, c’est-à-dire le droit de prendre la partie pour le tout et de substituer dans son commentaire à l’expression « les personnes interrogées » celle de « le public de la bibliothèque publique d’information ».

Notes

1 Cf. en annexe IV les références de l’ensemble de ces travaux.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access