Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Livre deux. La salle d'actualité, ou la recherche de l'imprévu

Conclusion

Texte intégral

« On ferme ! Titubant, je sors de ces caves, ivre du vin nouveau de l’actualité ».
Paul Morand New-York. 1930.

1Si cette étude est ponctuée de références à l’histoire des cabinets de lecture, c’est qu’au-delà de l’anecdote et de la saveur de ces descriptions, on peut déceler une certaine filiation entre la salle d’actualité et l’un de ses ancêtres, dans ce qui les rassemble, comme dans ce qui les différencie d’établissements du même type.

  • 1 Cité par F. Parent-Lardeur, p. 89 : Lire à Paris au temps de Balzac : les cabinets de lecture à Pa (...)

2La presse est dans les deux cas une composante importante de l’offre et de l’attrait qu’exerce l’établissement sur une population. Rappelons que la presse joue sous la Restauration un rôle considérable : l’achat des journaux à l’unité n’existait pas. Pour les consulter deux solutions principales : l’abonnement (fort cher) ou l’inscription à un cabinet de lecture. « Les cabinets de lecture les plus solidement établis comme les plus précaires, assurent avec les cafés la diffusion publique de la presse. Par eux le journal pénètre dans tous les quartiers... »1.

3Cette inflation de publications périodiques est ainsi décrite dans l’un des nombreux guides à l’intention des étrangers :

4« ... Dans une cité où l’on aime la nouveauté, les feuilles périodiques doivent nécessairement faire fortune. Chaque matin, il paraît des journaux pour tous les goûts, toutes les sciences et tous les arts. C’est une inondation de nouvelles politiques, de bruits de ville, de jugements contradictoires sur les hommes et sur leurs ouvrages ». Presse qui souvent ne se contente pas d’être la presse nationale : « A côté d’une grande variété de journaux français, italiens, allemands et espagnols, nous recevons régulièrement les meilleurs journaux anglais ministériels et de l’opposition, les revues, les magazines, etc. ».

5L’offre en nouveautés y est également appréciée. Les livres étant eux aussi fort chers, on recourait au cabinet de lecture. A en croire Balzac, les cabinets de lecture auraient été « d’abord établis pour la lecture des journaux, avant d’entreprendre de donner à lire des livres nouveaux moyennant une rétribution ». Même si la vision de Balzac n’est pas entièrement exacte, il reste que bien souvent en sus de la presse, les cabinets de lecture offraient « des vieux bouquins » mais surtout des nouveautés, « des documents d’une piquante nouveauté », « des romans nouveaux », « des ouvrages nouveaux ». « Toutes les bonnes nouveautés françaises et anglaises en romans, voyages, ouvrages d’histoire, etc. y sont mises en lecture aussitôt leur publication. Les abonnés en sont informés par les suppléments au catalogue général qui paraissent régulièrement et indiquent les prix d’abonnement ».

  • 2 Rappelons qu’à cette époque, un libraire est presque toujours un éditeur.
  • 3 Et en tout cas les plus importants d’entre eux.

6Offre en nouveautés très liée à cette époque aussi à la diffusion et au monde éditorial. Balzac déjà reprochait aux cabinets de lecture d’empêcher la vente des ouvrages : « le pauvre libraire2 français vend à grand peine à un millier de misérables cabinets de lecture, qui tuent notre littérature »; image non fondée quand on sait que les cabinets étaient, presque toujours3, propriété des libraires. Ils n’étaient donc pas pour ces derniers un obstacle à la diffusion, mais constituaient un élément important de promotion. Car à cette époque aussi, on augurait que la consultation favoriserait la vente.

7Autre ressemblance : certains aspects de la composition du public. Beaucoup d’étrangers (mais des « touristes » cette fois) dans les cabinets de lecture à Paris : « ... cet établissement peut être appelé, sans exagération, le rendez-vous des étrangers les plus distingués et particulièrement celui des anglais qui viennent visiter la capitale ». Une apparente assez grande diversité de public : hors ces chics étrangers, des étudiants, des « désœuvrés », des « écrivassiers », des vieillards, « toute une population d’ouvriers de Paris, de petits fabricants, de détaillistes et de grisettes », boutiquiers, commerçants et bourgeois. Et peu ou pas de femmes, mis à part le personnel, bien souvent : « la dame du comptoir, elle-même, quoique femme, se tait en faisant son feston »... Apparente diversité car F. Parent-Lardeur montre bien que derrière ce souvenir d’images laissées aux contemporains, « la nouvelle bourgeoisie constituait le gros des consommateurs dans les cabinets de lecture », qui témoignent du rôle de l’écrit dans l’émergence de la société bourgeoise; alors que si « le peuple parisien ne sera jamais peut-être par la suite autant en contact avec la chose écrite », « on ne peut pas dire que la diffusion de la lecture fut massive dans les milieux populaires ».

8Commune aussi, une ambiance particulière, inhabituelle, notée dans toutes les descriptions, liée précisément à cette diversité de publics, et de pratiques, favorisée dans les deux cas par de larges horaires d’ouverture et une importante consultation sur place : « des habitués passent des journées entières à lire », « il vient lire pendant quatre heures tous les journaux », « ces salons où tant de désœuvrés vont lire et dormir »... « Il était tout à fait courant qu’un établissement ouvre ses portes dès 7 heures ou 8 heures du matin pour ne les fermer qu’à 10 ou 11 heures le soir... Les cabinets de lecture ouvraient tous les jours, sans exception... C’était donc, en moyenne, une permanence de treize à quinze heures par jour que tenaient quasiment tous ces établissements ».

9Une volonté de se démarquer des bibliothèques traditionnelles, par un accueil beaucoup plus large et des exigences professionnelles différentes rapprochent encore cabinets de lecture et salle d’actualité : « ... En raison de la cherté des livres, les librairies de vente n’atteignaient donc qu’un public très limité, et les bibliothèques publiques, qui auraient été seules capables de rivaliser dangereusement avec eux (les cabinets de lecture) en assurant la gratuité de la lecture, n’avaient pas encore ouvert leurs portes ou n’étaient susceptibles d’être fréquentées que par un public très restreint de savants ou d’érudits. Certains cabinets de lecture, proches de la Bibliothèque Royale en faisaient même un argument publicitaire prétendant que les ouvrages déposés n’étaient disponibles au public que cinq ans après leur parution ! ».

10Enfin dernière ressemblance : la production de discours, par l’institution et sur l’institution et leur intéraction. Par l’institution : les cabinets de lecture aussi par exemple faisaient de leurs conditions d’accès une publicité démocratique. « Tout le monde lit aujourd’hui » était leur slogan favori. Sur l’institution, des discours nombreux « collection d’images transmises par les contemporains » ; on vient à travers ces nombreux extraits d’en donner une idée. Discours et images qui témoignent de l’importance ou de l’étonnement provoqué par un phénomène mais non pas toujours de la réalité des faits. Ainsi par exemple, ces discours sur la composition bariolée du public, étaient-ils un écran cachant une fréquentation avant tout bourgeoise, ces discours apprenant toujours plus sur ceux qui les émettent que sur l’énoncé ou sur l’objet de l’énonciation. Et la salle d’actualité, la bibliothèque et le Centre Pompidou ne seraient pas en peine d’établir un florilège des discours tenus sur eux-mêmes. Flots de paroles, d’articles de presse, paroles élogieuses ou critiques, mondaines ou théoriques, paroles d’obscurs, paroles de ministres : l’effet Beaubourg, si effet il y a, c’est aussi cela, une production de discours ayant pour prétexte une matérialité, et faisant l’histoire du lieu presqu’autant que la réalité du lieu lui-même.

11Mais des similitudes ne font pas l’histoire. La salle d’actualité ne vit pas au début du 19e siècle, mais à la fin du 20e ; elle se situe donc dans un contexte autre, à la croisée d’autres enjeux ou d’autres contradictions.

12Son public reste majoritairement un public socio-culturellement habitué des bibliothèques (les étudiants) ou privilégié (les couches dominantes, les couches intellectuelles) possesseur de diplômes élevés. Le nombre proportionnellement considérable de chômeurs vient tempérer cette affirmation.

13Les familiarités peu à peu conquises avec le lieu et l’intensité des pratiques apportent une deuxième modération et un autre éclairage à ce constat. Les usagers des catégories les moins favorisées y sont les plus assidus et les plus actifs : chômeurs et classes populaires utilisent plus assidûment l’offre de la salle d’actualité, pendant que les usagers des couches dominantes viennent de façon plus épisodique et que les usagers des couches intellectuelles sont plus volontiers flâneurs.

14Le choix de certains types de documents réintroduit des différenciations sociales : les usagers des classes dominantes s’y révèlent plus souvent lecteurs de revues spécialisées et de nouveautés.

15Les femmes restent les grandes absentes de cet espace, tant par leur absence absolue (en nombre) que par leur absence de pratiques. Les retraités, eux, peu nombreux en salle d’actualité, y sont particulièrement assidus et actifs. Les étrangers résidant en France, par contre, sont très nombreux, représentés surtout par les étudiants et sont très amateurs de presse.

16La presse, en effet vient largement en tête des choix des usagers qui apprécient de la trouver rapidement au rez-de-chausssée du Centre, et facilement parce que concentrée en un même endroit. Cette grande accessibilité autorise toutes les pratiques de diversification de lecture, de feuilletage, d’insouciance, de choix faits au hasard des rencontres, en fonction des inclinations, des préférences, des compétences ou des inconnus.

17Les nouveautés du livre sont plus consultées dans leur aspect documentaire que pour une connaissance de la littérature. Elles restent souvent mal identifiées, perçues comme un ensemble plus restreint, plus culturel (au sens humaniste) et moins spécialisé que celui de la « grande » bibliothèque.

18Regarder les expositions et effectuer des parcours sans pratique sont souvent les premières formes de prises de contact avec le lieu.

19La salle d’actualité autorise ainsi des pratiques différentes de celles que l’on a chez soi, en librairie ou dans d’autres bibliothèques. On ne lit pas, on n’écoute pas, on ne regarde pas la même chose que dans l’univers privé, ou que dans d’autres univers de consultation ou de vente. En ce sens, la salle d’actualité a innové, car elle a autorisé une diversification des modes d’usage et permis à ses publics de se découvrir des modes d’être ou des centres d’intérêt qui pouvaient être inhabituels ou insoupçonnés. La « lecture » en effet en salle d’actualité n’est pas conçue comme le « travail » à la bibliothèque. Si la plupart des usagers ne quittent pas l’une pour l’autre, mais sont fidèles aux deux, ils y savourent des cocktails différents. La salle d’actualité est vraiment l’univers du personnel, du pour soi, du plaisir que l’on se réserve. Un pour soi au sens où les pratiques sont individuelles mais un avec les autres, car si leur différence gêne parfois, on apprécie aussi d’effectuer ces mises en œuvre au milieu d’eux.

Notes

1 Cité par F. Parent-Lardeur, p. 89 : Lire à Paris au temps de Balzac : les cabinets de lecture à Paris. 1815-1830. op. cit. Toutes les citations suivantes sont extraites du même ouvrage.

2 Rappelons qu’à cette époque, un libraire est presque toujours un éditeur.

3 Et en tout cas les plus importants d’entre eux.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access