Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Troisième partie. Les affinités électives

Chapitre IV : « ici on lit pour lire » : usages et perceptions de la bibliothèque et de la salle d’actualité

Texte intégral

« Ainsi l’établissement de la rue de Gramont possède-t-il « deux cabinets spécialement consacrés à la lecture et à l’étude, et dans lesquels on ne peut conséquemment, ni parler haut, ni troubler d’aucune manière, les personnes qui y lisent ou écrivent. (Et, de surcroit)... un salon dit littéraire, ou de société, dans lequel on peut, non seulement lire et écrire, mais aussi converser à haute voix, et se comporter en tout de la même manière qu’il est d’usage de le faire dans la bonne société ».
F. Parent-Lardeur. Lire à Paris au temps de Balzac.

1Rappelons qu’un des documents d’origine de présentation de la salle d’actualité déclarait : « Elle orientera les lecteurs désireux d’approfondir un sujet vers les espaces de la bibliothèque à proprement parler ». La salle d’actualité aurait donc en plus de sa fonction propre et de sa fonction d’antenne, de vitrine, une fonction d’« incitation » vers la « bibliothèque à proprement parler » ; celle où l’on ne se contente plus de « feuilleter » mais où on peut « approfondir » un sujet et « lire ». Fonctions d’incitation, d’étape, d’« appât » comparables à celle que les tenants de la lecture voulaient faire jouer à l’audiovisuel en bibliothèque. On peut donc légitimement s’interroger sur les pratiques associatives ou exclusives de l’un et l’autre lieu, et sur leurs différents modes d’usages.

1. Pratiques associatives ou exclusives

2La majorité des usagers de la salle d’actualité connaît la bibliothèque. Seules, deux personnes sur dix n’y sont jamais allées. Beaucoup fréquentent assidûment les deux espaces puisque 38,5 % d’entre eux vont souvent à la « grande bibliothèque ».

3Ces pratiques d’association ou d’exclusivité peuvent être très diverses selon l’histoire de chaque personne. Ainsi une exclusivité de présence à la salle d’actualité peut être due à une fréquentation récente du Centre se manifestant par une approche successive des différents espaces. Elle peut aussi être délibérée : les deux espaces sont connus mais l’un est préféré à l’autre. De même une co-fréquentation peut masquer des préférences manifestées par une intensité d’usage différente de chacun des lieux. L’ancienneté de la fréquentation de la salle d’actualité permet de reconstituer l’histoire de ces associations de lieux, et d’en préciser les types.

  • 1 Cf. en annexe tableau 70 bis.

4Les nouveaux le sont souvent dans les deux espaces. 72 % des nouveaux à la salle d’actualité ne sont jamais ou presque jamais allés à la bibliothèque du 2e étage. C’est encore le cas de 59 % des apprentis. Inversement, les habitués et plus encore les assidus le sont souvent des deux lieux : 48 % des habitués et 68 % des assidus vont souvent à la BPI. Là aussi (comme dans les pratiques culturelles externes) les usages sont cumulatifs et les non usages tout autant. Une multiplicité d’offre entraîne d’abord une multiplication des pratiques pour les pratiquants établis, et allonge la liste des lieux d’où les non pratiquants sont absents. Aux marges, on rencontre des minorités aux habitudes plus clivées : 9,5 % des nouveaux sont des habitués de la bibliothèque, 8 % des assidus n’y vont jamais1.

  • 2 Cf. en annexe tableau 70.

5Une répartition plus précise permet d’établir une typologie et de différencier sept types d’usagers d’inégale importance2.

  • Les « irréductibles » fréquentent peu ou pas la BPI et très souvent la salle d’actualité : 7 % du public.
  • Les « BPIstes » fréquentent la bibliothèque et sont nouveaux en salle d’actualité : 7,5 % du public.
  • Les « partagés » fréquentent modérément mais de manière égale les deux endroits : 8 % du public.
  • Les « fidèles » fréquentent épisodiquement la bibliothèque et assidûment la salle d’actualité : 13 % du public.
  • Les « touristes » viennent pour la première fois en salle d’actualité et sont nouveaux à la bibliothèque : 15,5 % du public.
  • Les « intermittents » fréquentent peu les deux endroits : 15,5 % du public.
  • Les « amateurs » fréquentent assidûment les deux endroits : 30,5 % du public.

6Une fois de plus cette typologie cerne des situations et non des personnes dont les centres d’intérêts sont toujours évolutifs. Hors les « amateurs » et les « irréductibles » dont les habitudes semblent plus assises, les personnes peuvent évoluer sans d’ailleurs remettre en cause la typologie : tel touriste deviendra fidèle, etc.

  • 3 Cf. en annexe tableaux 72 et 73.

7On peut penser que l’usage respectif que l’on fait de la salle d’actualité et de la bibliothèque entraîne que l’on assigne à l’une ou à l’autre telle ou telle fonction particulière et que l’on y privilégie tel ou tel type d’activité3.

8Ainsi ceux qui fréquentent assidûment les deux lieux (« les amateurs ») sont particulièrement friands en salle d’actualité de presse (de toutes sortes), même s’ils ne dédaignent pas les livres qu’ils lui associent souvent. C’est chez eux que l’on trouve la plus forte lecture de nouveautés.

9Ceux qui ne fréquentent que la salle d’actualité et assidûment (« irréductibles ») ont une propension double de celle de la moyenne à écouter des disques. Ils se caractérisent par un fort usage de tous les supports, lisant tous types de presse et tous types de livres : ouvrages de référence, nouveautés et plus encore bandes dessinées. C’est chez eux que la pratique multimédia est la plus développée : 13,5 % d’utilisateurs des trois supports pour une moyenne de 5 %, soit trois fois plus. Ce sont les plus forts utilisateurs des différentes offres de la salle d’actualité.

10Les fidèles de la bibliothèque, qui ne viennent qu’épisodiquement en salle d’actualité, (« BPIstes ») ont une particularité : ce sont les seuls chez qui la lecture de livres (48 %) l’emporte sur la lecture de presse (40 %). On s’attendrait à ce que ce soit l’offre en nouveautés qui attire ces habitués de la bibliothèque. En fait, leurs lectures des derniers livres parus n’est pas plus forte que la moyenne ; mais leur lecture des usuels de la salle d’actualité (16,5 %) est très importante. Ce n’est donc pas la spécificité de la salle d’actualité (nouveautés en livres et disques) qui, dans un premier temps, aménera des habitués de la bibliothèque à y descendre. Ce sera l’éphémère (l’exposition qu’il faut voir avant qu’elle ne se termine) ou le double (tous les usuels de la salle d’actualité sont à la bibliothèque mais plus dispersés, parfois difficilement trouvables et utilisés par d’autres). Cet usage des usuels est alors exprimé en termes de « débrouillardise », voire de combine (« II y a tous les « Que sais-je », en bas », « Des encyclopédies, j’en ai repérées des très bien là »).

11Plus globalement, on peut noter une certaine similitude entre les « nouveaux » d’où qu’ils viennent. Que l’on soit touriste ou habitué de la bibliothèque, venir pour la première fois suppose l’adoption de pratiques de reconnaissance qui cherchent à connaître la température de l’eau sans s’y plonger c’est-à-dire sans utiliser l’offre ou en se contentant de regarder les expositions.

12On voit ainsi l’établissement d’une trajectoire qui fait connaître aux habitués de la bibliothèque la salle d’actualité par les expositions. S’ils se fidélisent, ils deviennent de forts consommateurs de ce qui « double » la bibliothèque (la presse) comme de ce qui en est spécifique (les nouveautés). Une forte présence dans le lieu est donc synonyme d’un fort usage. Mais lorsqu’elle n’est pas associée à la fréquentation de la bibliothèque, elle tend à se concentrer sur l’écoute des disques et la lecture de bandes dessinées.

2. Pratique consécutive ou différée ?

13Joue-t-on de cette complémentarité, de cette diversification au cours d’une même journée ou à différents moments de la semaine ?

  • 4 Cf. en annexe tableau 71.

14Presque un usager sur deux (44,5 %) est allé ou va aller à la bibliothèque le jour même. C’est plus vrai encore des assidus (47 %). C’est ce qu’on peut appeler l’association consécutive.4

« En principe, je fais le premier tour ici, puis je monte ».
Chirurgien. n° 23

« Ici je ne fais que passer alors que là-bas je m’installe. En haut, il y a des gens qui viennent avec leurs propres documents pour trouver une place de travail, alors qu’ici les gens viennent sans rien ».
Etudiant. n° 26

« En général, je vais d’abord ici, puis à la bibliothèque. Là, je monte ».
n° 15

« Je vais à la BPI et au musée, puis je passe voir les revues et de temps en temps je m’y accroche ».
Québécois en France depuis trois mois. n° 13

« Je vais monter en bibliothèque ».
Femme. Travailleuse sociale. n° 3

« Chaque fois que je viens ici, ensuite je monte ».
Retraité. n° 8

« Ça dépend du temps que j’ai. Si je n’ai pas le temps je reste ici une demi-heure. Si j’ai plus de temps, je monte ».
Femme. Travaille dans l’imprimerie. n° 34

15Bien souvent on va d’abord à la salle d’actualité pour une durée variable puis on « monte ». Durée souvent affirmée ou prévue brève et qui ne l’est pas toujours. On « passe voir » mais on « s’accroche ». Durée modulée en fonction du temps que l’on s’accorde et qui peut être la source de la décision d’aller « en haut » ou « en bas » : « si je n’ai pas le temps, je reste ici une demi-heure, si j’ai plus de temps je monte ».

16Mais l’association différée, un autre jour, existe : 37,5 % des usagers la pratiquent. C’est le cas d’un assidu sur deux (49 %).

« On fait un tour, on regarde les livres. Je vais plutôt à la librairie (c’est en fait la bibliothèque) avec ma fiancée qui est étudiante. Aujourd’hui je fais visiter à mon ami qui vient d’Australie. On fait un tour, on regarde les livres et c’est tout ».
Jeune homme. Pâtissier. n° 6

« En général, je viens ici en semaine et en haut le week-end parce que j’ai besoin de plus de temps ».
40 ans. n° 20

« Quand je monte, c’est que j’ai vraiment le temps, il me faut deux heures ».
n° 37

17On peut donc « ruser », répartir ses jours et heures de venue en fonction du temps disponible et de l’encombrement supposé du lieu : certains habitués ne viennent pas le dimanche ou pas à telle heure parce qu’ils savent qu’il y aura la foule des autres. Ou comme le jeune pâtissier, on peut choisir l’un ou l’autre lieu selon qu’on est seul ou accompagné et suivant le type d’accompagnateur, selon alors l’image de soi que l’on veut donner : l’ami étranger poussant à se muer en initiateur faisant visiter les ressources du Centre, la fiancée étudiante poussant à préférer un endroit dont l’image est plus celle d’un « temple du savoir ».

18D’autres ont un contact avec la bibliothèque beaucoup plus rare, se rapprochant du profil des « irréductibles » qui n’osent pas se revendiquer tels.

« Je vais à la bibliothèque, mais c’est rare parce que j’y pense pas à monter. Je suis en bas et j’y pense pas ! ».
Homme, manutentionnaire. 20-25 ans. n° 30

19Dans beaucoup de cas, ces circuits, ces parcours peuvent devenir de véritables rituels soulignés par des expressions telles que « en général, chaque fois que, en principe ».

3. Des pratiques aux images

20De façon intensive ou espacée, huit usagers de la salle d’actualité sur dix fréquentent la bibliothèque préférant souvent « en bas » la presse associée parfois à la musique, « en haut » le livre.

« Les livres, non, pas souvent ici, plutôt là-haut ».
Femme. Professeur d’éducation physique. Habituée. n° 37

« Pour les livres, je vais là-haut, au calme. Là il y a trop de passage, je ne peux pas. Si je décide de travailler sur un auteur, je vais là-haut ».
Professionnel du livre. Environ 35 ans. n° 40

« Je lis plutôt des revues. Le livre m’obligerait à rester plusieurs heures. A ce moment-là, je monte en bibliothèque ; surtout pour les romans, il n’y a personne, il y a de la place ».
Femme. 40 ans. Travail social. Habituée. n° 3

« Je regarde l’actualité, en même temps que j’écoute de la musique ». « Les livres ? Non, je les utilise, surtout à la grande bibli ! Je regarde un peu de tout. Je fais de l’informatique ».
Pupitreur en informatique. Habitué. n° 24

21Les raisons invoquées pour ces préférences sont diverses et plus ou moins explicitées. On met en avant des raisons matérielles :

  • le besoin de temps que, semble-t-il, la bibliothèque autorise pour la lecture de livres, mais pas la salle d’actualité : « Le livre m’obligerait à rester plusieurs heures » ;
  • le calme : « je vais là-haut au calme » ;
  • l’espace : « surtout pour les romans, il n’y a personne, il y a de la place ».

22Éventuellement on souligne l’importance du fonds de la bibliothèque : « c’est surtout en haut que je vais ; il y a plus de livres là-haut ».

23Mais la plupart du temps, au-delà de justifications matérielles ou de différence de documents consultés, c’est une différence d’état d’esprit et de fonctions que l’on s’assigne à soi-même dans chacun de ces lieux. Que l’on utilise ou non les mêmes supports, on ne les utilise ni de la même manière, ni avec les mêmes exigences.

24Rares sont les personnes qui, comme cette étudiante, assignent aux deux espaces une fonction de documentation pour ses besoins universitaires :

« J’ai consulté « Problèmes économiques », « L’Express », et des livres d’économie. Je suis tombée sur de très bons livres qui m’ont permis de faire de bons exposés (...). C’est surtout en haut que je vais. C’est là que je vais, il y a plus de livres là-haut ».
Étudiante. Nouvelle habituée. n° 4

25Généralement, on « consulte » des revues en salle d’actualité et on « travaille » sur des livres à la bibliothèque, où l’on a « quelque chose à chercher », où l’on « travaille sur un auteur » dans son domaine professionnel ou dans sa discipline universitaire.

« Je procède par paresse, je prends ce qui me passe par la main. Je vais parfois à la bibliothèque pour travailler, pour consulter, alors là dans mon domaine (chimie du solide, physique) ».
Étudiant. Vient de temps en temps. n° 28

« Je lis des revues chères que je ne peux pas acheter. Les livres ? Très rarement, au hasard. Quand j’ai quelque chose à chercher, je vais à la bibliothèque (au moins une fois par semaine). A la bibliothèque pour mon travail, en histoire-géographie ».
Lycéen. Classe terminale. Habitué. n° 29

26Ce travail à la bibliothèque étant plutôt associé à un projet à rendre à d’autres (le professeur, l’employeur éventuellement), à tous ceux à qui l’on doit montrer que l’on possède un savoir, alors que la consultation à la salle d’actualité est effectuée de façon gratuite et plus narcissique « pour soi-même », sans enjeux, sans intérêts autres que ceux que l’on peut se connaître. Ce faisant, on opposera l’encyclopédisme insouciant dont on peut faire preuve en salle d’actualité à la nécessaire spécialisation pratiquée à la bibliothèque « je vais à la bibliothèque pour travailler alors là dans mon domaine ».

27On indique ainsi que l’usage du livre à la bibliothèque est en quelque sorte une obligation alors que la consultation de revues à la salle d’actualité est plus gratuite, peut avoir lieu quand on a « un moment à perdre », quand on le désire, même et surtout lorsqu’on ne sait pas très bien ce que l’on désire et y compris « en se laissant guider par le hasard ».

28Et peu à peu on en vient ainsi à transformer les buts, voire l’offre de l’institution au vu de l’usage qu’on en fait.

« Je viens pour les derniers mensuels, les magazines (...) en général je vais à la bibliothèque, en haut. Quand je veux me renseigner sur un sujet, je vais en haut ».
Femme. Agent administratif. Vient de temps en temps. n° 35

« J’ai consulté des revues d’informatique, « Choisir », « l’Est Républicain » « Sans Frontières ». Je n’ai même pas vraiment remarqué qu’il y avait des livres parce que je vais à la bibliothèque ».
Étudiant. 20-25 ans. Vient de temps en temps. n° 16

29La première personne déclare faire un choix dans l’offre et n’en pas regarder une partie, dont elle connaît l’existence, parce qu’elle se donne ce but ailleurs. La seconde personne agit de la même manière mais éprouve le besoin, comme pour justifier sa pratique, de dénier l’existence de livres dans un lieu où elle ne les lit pas. Cette dénégation n’existe pas seulement pour le livre, mais pour tout usage quasi-exclusif d’un support dans un des deux endroits. Ainsi, un usager déclare « ah, il y a des journaux à la bibliothèque, je croyais qu’il n’y avait que des journaux anciens ».

30Ainsi, un auditeur de disques, ayant fréquenté, bien que moins assidûment, la bibliothèque déclare « Là-haut, il n’y a que de la musique classique, non ? ».

4. Des modes d’usages à l’identification des lieux

31On se laisse ainsi glisser de l’usage privilégié d’un document à la définition de l’un et l’autre espace. Distinction souvent normative : au lieu que l’on évite, on attribue des fonctions, des offres, des publics négatifs, au lieu que l’on élit, des fonctions, des offres, des publics attractifs.

32Nous savons que l’identification des livres (et disques) de la salle d’actualité comme étant des nouveautés est souvent évasive. Il en est de même lorsqu’on cherche à faire préciser ce que recouvrent pour leurs utilisateurs la bibliothèque et la salle d’actualité dans leur ensemble. Oppositions matérielles, opposition entre un lieu de lecture-détente et un lieu de lecture-travail, entre le projet personnel et le projet « altruiste », entre un type de public et un autre, entre des contenus documentaires et d’autres, etc. Autant d’oppositions qui sous-tendent les discours des interviewés qui, de même qu’ils identifiaient difficilement l’offre spécifique en nouveautés, différencient la salle d’actualité de la bibliothèque non en fonction de leurs caractères objectifs mais de l’usage qu’ils en font.

Le grand et le petit

« Je préfère ici. Je trouve une place assise presque toujours, et puis je trouve que c’est plus petit et plus sympa. Je m’y retrouve plus facilement. Je n’ai besoin de personne pour trouver ce que je cherche et je préfère ».
Lycéen, terminale. n° 29

« Ici il y a moins de choses. Là-haut c’est tellement vaste, on peut se perdre, il faut vraiment savoir ce qu’on cherche, être fixé ».
Femme. Travaille dans l’imprimerie. 20-25 ans. n° 34

33Pour ces deux personnes qui, visiblement, préfèrent la salle d’actualité, ce n’est pas celle-ci qui serait trop petite, mais la BPI qui est trop grande. Être dans quelque chose de « trop grand » c’est être perdu, ne plus s’y « retrouver ». C’est corrélativement :

  • être obligé de savoir ce que l’on veut et d’effectuer une recherche précise et limitée ;
  • s’interdire donc toute pratique impulsive ;
  • risquer de devoir demander une aide aux bibliothécaires, aide qui n’est pas décrite comme un service normalement rendu par les professionnels, mais comme un aveu d’impuissance de l’usager.

Le calme et le bruyant, le trop plein et l’espace

« En haut il y a des tables, l’endroit est plus tranquille. Ici il y a plus de passage, de gens qui vont et viennent ».
Étudiant. n° 7

« On sent aussi qu’on ne peut pas y faire un travail très très... (ne précise pas), peut être à cause des va-et-vient. C’est un endroit de passage pour moi. A la bibliothèque, il y a toujours des petits coins possibles où l’on peut s’installer ».
Québécois en France. n° 13

« On vient ici pour lire, pour passer un moment, tandis que là-haut c’est pour travailler... Ici, c’est plus bruyant, c’est difficile de travailler... ».
Femme, environ 25 ans, suit des cours par correspondance.

« La bibliothèque ? Oui j’y vais mais je n’aime pas trop parce que ça fait école, lycée. C’est trop grand, trop école. Ici j’apprécie le côté restreint de la chose, le format. C’est un peu comme le CCI ; ils ont essayé de l’humaniser, un aquarium, des plantes vertes, c’est agréable ».
Publicitaire, environ 35 ans. n° 27

34La salle d’actualité, moins calme, est « un endroit de passage » et permet de « lire », « passer un moment », alors que la bibliothèque est plus « tranquille », « il y a des tables » et des « petits coins possibles où on peut s’installer ». L’une et l’autre peuvent pour des raisons identiques attirer ou repousser : si la salle d’actualité est trop bruyante pour certains, la bibliothèque est trop calme pour d’autres...

L’abondance de documents et un choix plus restreint

« Là-haut, c’est mieux rangé, il y a plus de choix ».
Femme. Agent administratif. Environ 25 ans. n° 35

« Là-haut, le choix est plus important ».
Femme. Environ 25 ans. n° 26

35On se souvient que cette opposition entre un « échantillonnage », un « condensé » et une production développée avait déjà été pour certains ce qui différenciait les livres de salle d’actualité de ceux de la bibliothèque. Ici cette distinction est reprise et attribuée à l’ensemble.

Culturel et scientifique, social et technique

« En haut, c’est plus scientifique ».
Manutentionnaire, environ 25 ans. n° 30

« Pour moi, ici, c’est plus social, là-haut c’est plus technique ».
Femme, accompagnée de sa fille. n° 3

« Ici c’est plutôt la civilisation, la culture... »
Homme, environ 40 ans. n° 20

36Les oppositions cette fois ne portent plus sur la quantité de documents mais sur leur contenu. La salle d’actualité est plus culturelle et sociale, la bibliothèque plus scientifique et technique.

37De cette image du fonds, on glisse tout naturellement à une affectation à tel ou tel projet ou tel ou tel public.

Projet personnel et projet obligé

« En général, je viens ici pour me ressourcer. En général pour commencer à travailler. Après je me dis que le travail que je fais aussi c’est un plaisir alors je monte... ».
Étudiant. n° 16

38On l’a vu, la salle d’actualité est le lieu du plaisir pendant que la bibliothèque est le lieu du devoir... A moins que l’on ne se persuade que le devoir est aussi un plaisir... Cet étudiant qui se « ressource », en lisant un quotidien de sa région, semble réellement prendre des forces dans ses racines personnelles pour affronter son travail universitaire.

La lecture et le travail

« Ici c’est surtout des bouquins pour lire, en haut c’est pour travailler ».
Femme, environ 25 ans. Suit des cours par correspondance.

« Ici on lit pour lire... ».
Retraité. n° 8

« Ici, c’est plutôt une salle de lecture, là-haut une salle de travail ».
Femme, environ 25 ans. n° 26

39Si l’on oppose la lecture au travail, on n’oppose jamais la non-lecture à la lecture. La salle d’actualité n’est pas vécue comme un endroit où on ne lit pas alors qu’en bibliothèque on lirait, mais comme un espace réservé à un type de lecture, plus personnelle, plus gratuite, alors qu’à la bibliothèque on lit de façon laborieuse. En fait, pour ces interviewés, s’il y a un endroit où on ne lit pas c’est bien à la bibliothèque : on y travaille...

40La salle d’actualité n’est nommée « espace de détente » que par ceux qui, justement, comme cet étudiant, travaillent à la bibliothèque et souhaiteraient réserver la salle d’actualité à leur « détente » et à celle de leurs semblables. Malheureusement, il y a les autres, qui font ce « trop de monde », qui empêchent de se détendre tranquillement...

« Je viens ici essayer de me détendre, mais il y a trop de monde. C’est le problème : la bibli prend une fonction d’endroit de travail, les gens viennent se détendre ici et c’est difficile. Vous avez des étudiants qui travaillent 10-12 heures ici, ils viennent se détendre ».
Étudiant. Venu écouter des disques. n° 5

Les étudiants, les intellectuels et les autres

41On passe ainsi d’un type de lecture à une catégorie de public.

« En fait, on trouve ici déjà des gens d’un certain âge, alors que là-haut, c’est des jeunes, des étudiants ».
Femme, suit des cours par correspondance. Environ 25 ans. n° 32

« Les intellectuels stockent. Ils stockent le savoir sous le bras. Ici c’est plus mélangé comme catégories sociologiques. Manifestement là-haut il y a une majorité d’étudiants. Ici, c’est pas des gens qui se cultivent obligatoirement par profession. Ici je me plais mieux. Là-haut ça rappelle les grandes bibliothèques silencieuses et serrées. Studieuses, quoi ! Peut-être certaines personnes sont rebutées par la bibliothèque dont l’utilisation n’est pas évidente. Il y a ce grand tableau qui vous indique les grands genres et après quand vous descendez en bas vous êtes perdu et les visages ne sont pas toujours très avenants. Gros défaut : le manque de signalisation. C’est pour intellectuel fouineur muni de boussole ».
Chirurgien. Environ 40 ans. n° 23

« Là-haut, c’est des étudiants ».
Retraité. n° 8

42L’affirmation d’une bibliothèque, accaparée ou réservée aux étudiants reviendra souvent chez les usagers de la salle d’actualité, surtout bien sûr chez certains actifs qui la fréquentent exclusivement et justifient ainsi leur choix. Choix qu’en fait ils ne revendiquent pas mais dont ils se dédouanent en quelque sorte sur les autres, ces étudiants qui occupent tout l’espace « en haut », et qui disposent de documents qui, en fait, leur sont destinés exclusivement. De même, ce chirurgien, très gros lecteur de revues et familier des deux espaces, mais chez qui on sent une certaine gêne vis-à-vis de la bibliothèque et une certaine « jalousie » vis à vis des « intellectuels » qui « stockent le savoir sous le bras » (et donc empêchent les autres d’en profiter ou ne le font pas partager) et « se cultivent obligatoirement par profession » (alors que lui, chirurgien ne gagne pas sa vie en venant à la bibliothèque)...

43Est posé le problème de la perception par les minoritaires de la population majoritaire (les étudiants) dont de plus on surestime la présence afin de banaliser sa propre absence. « Ce n’est pas moi qui n’y vais pas, c’est ce lieu qui n’est pas pour moi » semblent dire certains de ces usagers à propos de la bibliothèque.

44On peut récapituler ainsi la liste des différenciations signalées entre la bibliothèque et la salle d’actualité par les usagers de cette dernière.

45Ces différenciations ne visent pas toutes à valoriser l’un ou l’autre espace, beaucoup de personnes utilisant les deux. Mais elles justifient parfois des préférences qui sont autant le fait de personnes que d’états d’esprit évolutifs suivant les moments chez une même personne.

46Si on peut opposer l’usage des deux espaces, ce n’est certes pas en termes de lecture/non-lecture. C’est en termes de modes de lecture, d’enjeux, de jeux de lecture. Suivant le projet que l’on se donne ou que l’on s’autorise, on consulte tel ou tel objet de lecture, tel ou tel domaine de la connaissance et on se donne comme outil l’un ou l’autre lieu.

Notes

1 Cf. en annexe tableau 70 bis.

2 Cf. en annexe tableau 70.

3 Cf. en annexe tableaux 72 et 73.

4 Cf. en annexe tableau 71.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access