Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Troisième partie. Les affinités électives

Chapitre III : les nouveautés du livre

Texte intégral

« Le nez dans un livre, c’est encore plus étrange. Valentin adopte une solution connue : glisser l’ouvrage ou la publication dans une chemise portant écrit en belle ronde ce mot : Factures. Encore faut-il ne pas trop se laisser absorber par la lecture. A supposer qu’il y ail là une solution de la question du comment, reste encore la question du quoi. Valentin ne se sent attiré par rien de spécial. Il y a les livres nouveaux recommandés par les gazettes mais ils coûtent des prix assez élevés allant jusqu’à des douze, quinze francs. Il y a les auteurs anciens, ceux-là on peut facilement tes trouver à la bibliothèque municipale, mais ils sont si nombreux. Par lesquels commencer ? Descendre les siècles ou remonter les générations ? Valentin adopte une méthode concrète : il choisit les plus proches c’est-à-dire ceux qui ont une rue dans le douzième arrondissement : Charles Baudelaire, Taine, Diderot, Ledru-Rollin, par exemple. La bibliothèque municipale du douzième arrondissement ne possède malheureusement aucun ouvrage de Ledru-Rollin : cet échec décourage Valentin ».
Raymond Queneau Le dimanche de la vie.

1. D’un débat vieux comme...

  • 1 Source : Encyclopedia Universalis et Livres Hebdo.

1On ne peut comprendre la présence de nouveautés en salle d’actualité sans s’en référer à l’évolution de la production éditoriale au cours du siècle. 1889 : 14 849 titres nouveaux par an, 1965 : 21 351, 1982 : 26 3481.

  • 2 Le Débat — Février 1982, n° 19. Pierre Nora « Edition, critique, média ».

2Tout a été dit (du pire et du meilleur) sur cette inflation de titres. Citons, pour le plaisir du texte, la contribution qu’y apportait Pierre Nora dans un dossier de la revue « Le Débat »2 : « L’ancienne configuration d’un savoir homogène et hiérarchisé où tout le monde était, en gros, d’accord sur le principal tend à s’effacer au profit d’une constellation dont le manuel occupe un angle, la thèse un autre et l’essai qui dévoile en quatre-vingt minutes les choses cachées depuis le commencement du monde, un troisième. Chacun désormais se sert comme il peut, dans l’ignorance mutuelle : vaste self-service où se mélangent vrais chefs-d’œuvre, ennuis brevetés Sorbonne et camelote bariolée du discount ». Peut-on qualifier ainsi et l’édition et l’image qu’en offre la salle d’actualité ? Un peu plus loin Pierre Nora persiste et signe, traitant les auteurs actuels d’ »empêcheurs » de lire, et considérant l’écriture comme une manifestation d’un processus de non-communication : « On en arrive à l’ultime contradiction : autant l’esprit du temps pousse tout le monde à écrire, autant il décourage de lire. Qui n’a pas un livre rentré ou sorti ? Les psychanalystes parce que leur métier les oblige à se taire, les hommes politiques parce qu’ils ont peur qu’on croie qu’ils croient ce que leur rôle public les oblige à dire, les savants pour qu’on ne les pense pas incultes, les vieillards parce qu’ils ont peur qu’on oublie leurs hauts faits, les jeunes pour qu’on sache qu’ils existent, les professeurs parce que les commissions jugent au poids, les chercheurs pour faire oublier qu’ils n’ont rien trouvé, tout un chacun parce qu’il n’y a rien de plus urgent que de se raconter. Écrire est l’éthos de notre époque ; pas lire. Écrivez, on ne vous lira pas ».

3Jolie boutade, juste en ce qu’elle met en cause les stratégies des auteurs, moins fondée quand elle en conclut une non lecture de leurs écrits car, s’il est légitime de s’interroger sur la qualité des textes et sur les modes de leur lecture, on ne peut nier que l’augmentation du nombre de titres ne soit aussi un signe d’une augmentation du nombre de lecteurs ou du nombre de lectures.

4C’est pourtant une opinion inverse que l’on entend couramment émise d’un ton désolé. Affirmer que « les gens ne lisent plus » (remarque comparable à son pendant pour l’écriture : « les gens n’ont plus d’orthographe »), c’est être antidiachronique par excellence, c’est refuser de prendre en compte les différences que provoquent dans les conditions, les modes d’apprentissage et les pratiques de lecture, une scolarisation massive faisant suite à une scolarisation restreinte. Se référer au passé glorieux d’une population est une pâle image pour référer au sien propre et le regretter.

5Alors qu’on dit « les gens ne lisent plus » il faut entendre « je ne suis plus seul à lire et écrire ». Que l’on considère les éditeurs comme d’horribles commerciaux ou de gentils esthètes, l’augmentation des tirages et des titres est aussi un signe d’accroissement de la lecture.

  • 3 René Char. La planche de vivre : poésies.

6Si l’on ne se pare plus d’une référence erronée à un passé glorieux, place est possible à des jugements sur le présent, à des comparaisons (entre pays par exemple) ou à toutes les subjectivités des uns et des autres. On peut estimer alors que le taux de lecteurs est faible en France comparé à d’autres pays : un Français sur quatre ne lit jamais de livre, un autre Français sur quatre en lit moins de cinq par an. On peut aussi se demander ce qui est lu et comment. Il ne s’agit plus alors d’inventer des faire-valoir, mais de vouloir faire partager à d’autres ses savoir- faire ou sa « planche de vivre »3.

2. L’offre

  • 4 Termes utilisés dans la lettre de contact avec les éditeurs.
  • 5 Cf. Claude Lafarge La valeur littéraire. Fayard. 1983.
  • 6 Intervention au Colloque d’Hénin-Beaumont 20-21 novembre 1981. Lecture et bibliothèques publiques.(...)

7Environ 250 éditeurs totalisant une offre de 3 500 livres participent à ces offices en retour desquels sont proposés outre la mise en rayon de ces ouvrages, des vitrines sur leurs livres, des débats, etc. Se voulant encyclopédique, ce panorama de la production française exclut les ouvrages trop spécialisés, les rééditions, les livres de poche (sauf s’il s’agit d’inédits), les manuels scolaires, les ouvrages en langue étrangère et la « littérature trop facile »4. L’exclusion de cette dernière n’est pas propre à la salle d’actualité. Elle semble aller de soi dans la profession. On peut regretter que cette notion de qualité ne soit jamais explicitée, sans trace écrite des critères de choix, sans débat ouvert, marquant souvent une absence de connaissance réelle de ces collections (d’Harlequin au Fleuve Noir), de leurs mécanismes de fonctionnement, de leur public. On peut pourtant s’interroger sur les évolutions des qualificatifs attribués à telle ou telle production de texte, qui voient le même corpus être un jour voué aux gémonies, le lendemain redécouvert, le troisième jour célébré, et le quatrième superbement ignoré, témoignant ainsi tout à la fois de la constitution et des inconstances d’une valeur littéraire5. On peut aussi s’interroger sur certaines appellations : la littérature est littérature quand elle est « distinguée » et roman quand elle est « vulgaire » ; quand elle devient populaire, le fait semble tellement anachronique que les mots mêmes le précisent. On utilise l’appellation littérature dans les bibliothèques d’études, le terme roman dans les bibliothèques publiques. Et toutes excluent sans autre forme de procès, cette « littérature trop facile », sans réellement poser le problème des textes ainsi rejetés et de leur lectorat. Car si nous ne partageons pas la notion de « passage » (ou de piège) selon laquelle la lecture d’un livre quelconque (sous-entendu mauvais) mènerait peu à peu au bon livre, comme le film dans une médiathèque ménerait au livre, on peut cependant s’interroger plus avant sur ces questions avec J.C. Passeron qui estime : « on doit encourager toute lecture, quelle qu’elle soit, puisque rien n’est inutile de ce qui maintient en contact avec l’écrit et qui, par là, fait franchir quelques étapes dans l’appropriation d’une technique aussi laborieuse que la maîtrise complète d’un code indirect comme est l’écriture ».6.

  • 7 Rappelons que toutes les enquêtes de sociologie de la lecture prouvent régulièrement qu’il s’agit (...)

8Outre ces catégories sélectives venant de la salle d’actualité, existent d’autres agents et d’autres mobiles. Certains éditeurs refusent d’envoyer des offices : parce qu’ils s’estiment trop pauvres (ne peuvent envoyer beaucoup d’offices) ou trop riches (certaines grosses maisons envoient un forfait de dix livres par mois ou un livre sur trois et ne veulent pas envoyer tous leur titres), ou trop précieux (certains éditeurs de « beaux livres » ou livres d’art à prix élevés). D’autres refus expriment des positions idéologiques : « les bibliothèques empêchent la vente »7, « l’État disposant des impôts doit acheter les livres et non bénéficier d’offices ».

9La salle d’actualité présente en fait des intérêts pour les deux interlocuteurs :

  • pour les éditeurs, c’est un lieu d’exposition de plus pour leurs productions : c’est une librairie sans stock, une librairie de nouveautés, et c’est une foire permanente au sens où est supprimée l’obligation réelle ou supposée, d’achat, obstacle, réel ou symbolique, à l’entrée de nombre de personnes dans les librairies ;
  • pour les bibliothécaires, c’est une possibilité de présenter à moindre frais et très rapidement un grand nombre de titres puisque le délai entre la sortie en librairie et la mise en rayon en salle d’actualité est très bref, trente jours au plus.

3. L’offre et la demande. Dernières arrivées, premières parties : les bandes dessinées

  • 8 1ere colonne du tableau F. A la salle d’actualité, les livres sont rangés suivant un classement sy (...)

10Le regroupement des nouveautés selon le classement habituel en bibliothèque8 voit venir en tête la littérature (1/4 de l’offre), les sciences sociales (deux livres sur dix), la littérature enfantine (presque deux livres sur dix). Les livres du domaine « arts et loisirs », plus hétéroclite (il regroupe les livres d’arts, les loisirs, le tourisme, le cinéma, le sport, etc.) et ceux d’histoire/géographie représentent chacun environ un livre sur dix.

11La mise en rapport des consultations et du fonds est éloquente. Les bandes dessinées arrivent en tête (presque 1/4 des consultations de nouveautés), suivies par les sciences sociales (17 %) et la classe 7 (arts, loisirs, sports 17,8 %). Sciences et techniques, littérature et histoire/géographie sont consultées par environ un lecteur sur dix, alors que philosophie et religion n’en attirent plus que 4,6 %. Les livres pour enfants sont peu ou pas consultés : un lecteur sur cent. Certes l’enquête ne prenait pas en compte les rares enfants qui viennent à la salle d’actualité, seuls ou conduits par leurs parents. Au-delà, on est conduit à s’interroger sur la non consultation de livres d’enfants par les adultes, révélatrice de leur peu d’intérêt pour ce domaine et pour les modes de développement de cette faculté chez leurs enfants.

  • 9 Suivant les domaines, en les comparant les uns aux autres et non pour un domaine considéré : car u (...)

12Le calcul d’un indice de consultation met en évidence les distorsions entre l’offre et la consultation, entre la quantité de livres disponibles dans un domaine et leur consultation. Il donne une idée du taux de sortie des livres suivant les domaines9, mais n’indique en aucun cas ce que la majorité du public lit. Ceci est connu grâce aux simples taux de consultation donnés plus haut.

  • 10 Total supérieur à 100 puisqu’un lecteur peut avoir plusieurs lectures.

Tableau F. Répartition par domaine des nouveautés10.

Tableau F. Répartition par domaine des nouveautés10.

13Le cas des bandes dessinées est unique. La quarantaine de bandes dessinées disponibles est consultée quotidiennement par plus de 345 personnes. Elles représentent un centième du fonds et sont lues par dix personnes sur cent. Effet d’époque et effet de manque. Les bandes dessinées, qui représentent une part non négligeable des titres parus chaque année, sont lues par un nombre d’amateurs croissant ; au moins 5,5 % des Français en lisent : effet d’époque. Mais aussi effet de manque : la salle d’actualité est le seul endroit du Centre où des adultes peuvent lire des bandes dessinées depuis que ces dernières ont été ôtées du fonds de la BPI.

  • 11 C’est une moyenne car rien ne dit que les lectures se répartissent également sur tous les livres d (...)

14Tous les autres livres ont un indice de consultation plus faible11. Les livres les moins consultés, par rapport à leur importance dans le fonds sont les livres de littérature. Ici comme à la bibliothèque, la littérature a quelque peu la part du pauvre, contrairement à ce qui se passe ailleurs, dans les autres bibliothèques ou dans les lectures privées. Sans doute faut-il y voir une des questions que pose la consultation sur place exigeant du temps pour une lecture que les gens s’interdisent d’interrompre ou de pratiquer en diagonale. « Les romans, je les regarde difficilement. Il faut du temps, et je n’ai pas le temps. Un livre, il faut le temps de le lire ». Consultation sur place qui interdit aussi cette appropriation forte qu’autorise le prêt et que semble revendiquer les usagers pour la lecture littéraire.

15Les livres de sciences sociales, nombreux dans le fonds, ne sont pas autant consultés que cette importance de titres l’autoriserait. Il en va de même pour l’histoire/géographie et la philosophie/religion. Enfin, les arts/loisirs et les sciences et techniques ont également un indice de consultation inférieur à une lecture par livre.

16L’importance des consultations ne suit donc, ni en valeur absolue (nombre de consultations), ni en valeur relative (nombre de consultations tempéré par le nombre de livres dans les domaines considérés), l’importance de l’offre dans chaque domaine. Dans l’ensemble, les domaines où l’abondance d’offre règne, sont ceux dont l’usage est paradoxalement le moins diversifié.

4. Livres et livres : trois publics pour trois lectures

17Non pas un public en effet, mais trois. Car de même que les types de presse lus créent certains clivages entre les usagers, les types de livres consultés (bandes dessinées, nouveautés, ouvrages de référence) modifient l’image d’ensemble du public des livres.

  • 12 Cf. en annexe tableaux 61 à 62.

18Rappelons que les livres sont plus lus par les chômeurs, les couches techniciennes et administratives et les classes populaires. Mais si l’on distingue les trois types de livres offerts, cette image est modifiée12 :

  • les ouvrages de référence sont particulièrement prisés par les étudiants et les retraités ;
  • les bandes dessinées sont avant tout lues par les très jeunes (14-19 ans). Leur lecture décroît progressivement et très nettement avec l’âge. Elles sont également beaucoup plus consultées par les chômeurs ;
  • les nouveautés (BD exclues) sont d’abord lues par les usagers originaires des classes dominantes puis par les usagers des classes populaires, des couches techniciennes et administratives et par les retraités. Les usagers des couches intellectuelles sont les plus faibles lecteurs de nouveautés. Voilà qui ne laissera pas de surprendre bien que l’écart ne soit pas très important (36 % de lecteurs de nouveautés chez les usagers des classes dominantes, 29 % chez les usagers des couches intellectuelles). Serait-ce qu’elles privilégient les pratiques à domicile, lectures en privé, ce qui les conduirait à minimiser l’importance de leurs lectures en salle d’actualité dans les dires et dans les faits, considérées comme prises de contact, appelant feuilletage, consultation ce que d’autres groupes, moins familiers de la lecture, appeleraient lecture ?

5. Lectures à domicile et en salle d’actualité : le fossé

19Différences entre les lectures en salle d’actualité et dans d’autres bibliothèques ; distance aussi entre ces lectures et les lectures à domicile ou entre le type de domaines qui intéressent les usagers de la salle d’actualité et ceux qu’affectionnent l’ensemble des Français.

  • 13 Cf. en annexe tableau 60.

20Là encore pour importante qu’elle soit, la comparaison est difficile, les catégories retenues par l’enquête nationale sur les pratiques culturelles des Français étant fort différentes du regroupement que l’on peut faire en salle d’actualité13. Inexacte dans les détails, cette comparaison laisse une fois encore apparaître le peu de place donné à la littérature dans les lectures en salle d’actualité dont il est fait un usage beaucoup plus documentaire (46,2 % des Français lisent de préférence des ouvrages littéraires, 10,6 % des usagers de la salle d’actualité) : plus de consultations en sciences sociales et humaines, plus de consultations en art-loisirs, mais autant en histoire/géographie et moins en livres scientifiques et techniques, où sont inclus les livres pratiques ; enfin quatre fois plus de lecteurs de bandes dessinées à la salle d’actualité que dans la moyenne nationale.

6. De l’identification des nouveautés

21Les nouveautés en salle d’actualité sont consultées : 32,5 % d’utilisateurs soit environ 1 300 lecteurs ou feuilleteurs quotidiens pour 3 000 livres, c’est proportionnellement une consultation beaucoup plus importante qu’à la bibliothèque où l’on compte environ 7 000 lecteurs quotidiens pour 400 000 livres. Mais, fait rare dans une bibliothèque, leur consultation est moins importante que celle de la presse et surtout leur usage semble entouré d’une certaine confusion. Les interviews ont laissé apparaître des difficultés dans l’identification de ces livres que beaucoup ne perçoivent pas comme étant des nouveautés.

22Pourtant, on le sait, la majorité du public de la salle d’actualité est familière des bibliothèques et en connaît les modes d’usage. Privilégiée, faisant souvent partie des couches dominantes, familière du livre, on aurait pu penser qu’elle serait friande de cette présentation de nouveautés permettant de feuilleter le « dernier untel ». On sait l’importance dans la vente en librairies de la présentation des nouveautés, leur mise en évidence, la rapidité obligée des rotations en cas de succès. Soulignons ce paradoxe : une difficulté d’identification d’un objet n’empêche pas son usage ; nouveautés ou pas, physiquement les livres sont là et visibles. Ils s’offrent.

23Le discours des usagers sur les nouveautés témoigne des niveaux d’identification qu’ils en ont. On peut regrouper leurs commentaires en trois catégories :

  • Les livres de la salle d’actualité sont identifiés comme étant des nouveautés.
  • Les livres de la salle d’actualité sont perçus comme étant des livres différents de ceux de la bibliothèque.
  • La présence de livres est ignorée.

a) « Ces livres sont des nouveautés »

« Ici il y a des livres qui viennent de paraître ».
Retraité. n° 8

« Ce sont les dernières parutions, mais je ne les lis pas. Ils ne sont pas tellement intéressants ».
Homme environ 25 ans. Vient plusieurs fois par semaine. n° 15

« Cette idée d’actualité du livre, c’est une bonne idée ».
Deux femmes environ 35 ans. En première visite. n° 18

« Je vais voir surtout les revues et l’actualité du livre ».
Chirurgien. Environ 40 ans. Vient tous les 15 jours. n° 23

« Je viens pour consulter toutes les nouveautés en matière de livres »
Homme environ 35 ans. Publicitaire. Vient le dimanche et le lundi. n° 27

b) « Ces livres sont sans doute des nouveautés »

« Ça change, il y a quelquefois des nouveautés... Après « Apostrophes », je me renseigne auprès des responsables pour savoir s’ils sont là... Ici c’est seulement un espace conçu pour l’actualité, les nouveautés. C’est plus facile que dans une bibliothèque municipale. La quantité est plus grande. C’est plus documenté sur le plan actualité ».
Etudiant en génie civil. Vient très souvent.

« Les livres, je n’ai pas bien compris, ça doit être les nouveautés ».
Etudiant. Première visite. n° 7

« Les livres, je n’ai jamais regardé. Je présume que ce sont des livres plus actuels, vu l’appellation salle d’actualité ».
Homme, québécois, en France depuis trois mois. Troisième visite. n° 13

24Comme on le voit dans ces quelques exemples, l’identification des nouveautés n’est pas liée à l’habitude de fréquentation de la salle. Des habitués ne sont pas sûrs de leur hypothèse, certains même se trompent tout à fait (cf. plus bas), alors que des personnes en première visite saisiront immédiatement la caractéristique de ces ouvrages. De plus l’identification des nouveautés n’entraîne pas obligatoirement qu’on les consulte. Certains s’y refusent.

c) « Ces livres sont différents de ceux de là-haut » et les variantes

« Ici c’est un condensé de ce qu’il y a là-haut ».
Travailleuse sociale. Environ 40 ans. Vient plusieurs fois par semaine. n° 3

« Ici c’est proche et c’est résumé. Là-haut ils ne m’intéressent pas. Là-haut, il y aurait une dizaine de livres sur un sujet où ici il y en a un ».
Retraité. Vient plusieurs fois par semaine. n° 8

« Il y a un échantillonnage au point de vue bibliothèque. Un peu de tout, c’est pas mal, assez varié, des petits trucs intéressants ».
Educateur spécialisé. Domicilié à Lille. Vient rarement. n° 22

« Je suis tombée sur de très bons livres qui m’ont permis de faire de bons exposés... Il y a plus de livres là-haut, mais là j’en ai trouvé des bien, quelques-uns de très bien ».
Etudiante. Vient deux fois par semaine. n° 4

« Ici, ils n’ont pas de livres sur les données économiques. Au 3e, oui. Ici c’est la civilisation, la culture ».
Homme. Environ 40 ans. Vient plusieurs fois par semaine. n° 22

  • 14 Nous y reviendrons au chapitre sur les relations entre la bibliothèque et la salle d’actualité.

25Les livres ici ne sont plus des nouveautés, mais ils sont « quelque chose d’autre » que ceux de la bibliothèque, considérée comme la référence. Tour à tour « condensé », « proche », « résumé », « échantillonnage », « varié », « pas mal », « très bon », « très bien », le fonds n’est jamais identifié pour ce qu’il est14.

26Ces représentations peuvent être regroupées en deux images du fonds de nouveautés :

  • comme étant un condensé ; quelques documents choisis dans tous les domaines de la connaissance : « il y a un échantillonnage au point de vue bibliothèque. Un peu de tout, c’est pas mal, assez varié... » ou « Là-haut, il y aurait une dizaine de livres sur un sujet où ici il y en a un » ;
  • comme étant un extrait ; certains domaines sont représentés et pas d’autres : « Ici ils n’ont pas les livres sur les données économiques, au 3e oui. Ici c’est la civilisation, la culture ».

27Le degré de familiarité avec le lieu n’implique en rien qu’on l’appréhende avec plus d’exactitude. Plusieurs de nos interviewés cités ici sont de grands habitués. Une erreur d’identification n’empêche pas la consultation : bien au contraire, la plupart des personnes citées ici avaient consulté des nouveautés.

d) « Ah, il y a des livres ici ? »

28Cas extrême, quelques-uns peuvent ignorer la présence de livres en salle d’actualité. Comment alors, pourraient-ils savoir s’il s’agit de nouveautés ou d’incunables ?

« Je n’ai même pas vraiment remarqué qu’il y avait des livres ! »
Etudiant. Venu sept ou huit fois. n°16

29Sans doute parce qu’il vient pour autre chose. Les mécanismes de la perception sélective sont à l’œuvre à la salle d’actualité comme ailleurs. Certains ne voient que ce qu’ils utilisent.

7. Les modes de manipulation

  • 15 Michel de Certeau : L’invention du quotidien, op. cit.

30Le feuilletage est souvent cité : « Je feuillette des livres » (n° 8), « On peut feuilleter sans vendeur » (n° 23), « On peut le lire en travers » (n° 27). On pense à ce que dit Michel de Certeau15 : « les lecteurs sont des voyageurs, ils circulent sur les terres d’autrui, nomades braconnant à travers les champs qu’ils n’ont pas écrits, ravissant les biens d’Égypte pour en jouir ».

31Quand on ne feuillette pas, on consulte, ou on lit : « J’essaie d’en lire un maximum », avec toujours un regret de ne pas pouvoir « tout lire », « quand un livre me plaît, j’essaie d’en lire un maximum... on n’a pas tout, mais une bonne idée ».

32Attitude boulimique, obsession du tout, d’une connaissance totale qui guette tous les amateurs de lecture, des obscurs à Borgès...

33Pour excuser le « tout impossible » : le temps qui manque toujours « il faut du temps et je n’ai pas le temps, un livre il faut le temps de le lire » (n° 15). Pour circonscrire l’infini des lectures, les domaines de prédilection et la préférence pour les documentaires : « Les livres religieux en général, quelquefois les livres de sciences » (n° 8) « Les romans, je les regarde difficilement ». « Je viens consulter les nouveautés en matière de livres sur les relations internationales, la culture, la politique, l’économie ». (n° 27)

  • 16 F. Porto-Vasquez. Trois éludes sur la lecture, op. cit.

34Autant de précisions dans les modes de faire s’accompagnent souvent d’une démarche très légitime (aux yeux de l’institution et des éditeurs qui l’approvisionnent), la sélection en vue d’achat : « On ne peut pas tout acheter » (n°27) ; cela suppose que l’on achète. « Je m’en sers pour acheter un matériel qui me plaît » (n°23). Les usagers de la salle d’actualité sont, nous le savons, de gros lecteurs et de gros acheteurs et témoignent souvent de ce que note F. Porto-Vasquez16. Soulignant que classes populaires et classes dominantes empruntent en bibliothèques des livres qu’ils n’achèteraient pas pour des raisons économiques, il l’explique très différemment. Les classes dominantes achetant beaucoup plus, ces déclarations n’ont pas le même sens : « Les lecteurs populaires empruntent ce qu’ils ne peuvent pas acheter, les lecteurs supérieurs, ceux qu’ils ne veulent pas acheter ». De plus, l’achat « exige plus de démarches tendant à s’assurer de la valeur sociale du livre »... « 52 % des personnes qui achètent un livre, prennent des conseils avant de se décider à le faire ou consultent des critiques de presse », alors que « 60 % de ceux qui empruntent en bibliothèque le font en regardant le rayon ».

  • 17 Michel de Certeau. op. cit.

35Autant de déclarations qui témoignent de mises en œuvre de manipulations qui sont tout sauf désordonnées, tout sauf hasardeuses. Familiers du livre, ces usagers ont une présence active, classante, qui leur permet d’introduire de l’ordre dans la multiplicité débordante de l’offre, de diversifier leurs modes de lecture selon les livres ou selon leur désir. Ils témoignent qu’il n’existe pas une lecture mais une pluralité de lectures possibles et qu’il existe autour de la lecture des stratégies (lire tel livre ici, tel autre ailleurs, feuilleter avant d’acheter, venir à telle heure, etc.). « Des analyses qui suivent l’activité liseuse en ses détours, dérives à travers la page, métamorphoses et anamorphoses du texte par l’œil voyageur, envols imaginaires ou méditatifs à partir de quelques mots, enjambements d’espaces sur les surfaces militairement rangées de l’écrit, danses éphémères, il ressort au moins, en première approche, qu’on ne saurait maintenir la partition qui sépare de la lecture le texte lisible (livre, image, etc.). Qu’il s’agisse du journal ou de Proust, le texte n’a de signification que par ses lecteurs ; il change avec eux ; il s’ordonne selon des codes de perception qui lui échappent. Il ne devient texte que dans sa relation à l’extériorité du lecteur, par un jeu d’implications et des ruses entre deux sortes d’« attentes » combinées : celle qui organise un espace lisible (une littéralité), et celle qui organise une démarche nécessaire à l’effectuation de l’œuvre (une lecture) »17.

8. Les représentations

36Stratégies qui sont autant d’illustrations de la place de la lecture dans les univers mentaux et qui bien sûr pour ceux qui les énoncent ne peuvent que leur être propres, leur être personnelles, quand elles ne sont pas inconscientes. Or, si à des pratiques comparables, à des stratégies comparables aussi, correspondent des représentations diverses ça n’est pas pour autant qu’elles sont personnelles. Leur diversité relève du champ social. Entre le retraité qui veut « s’instruire » (n°8), le chirurgien qui vient « acheter un matériel qui lui plaît », le publicitaire qui « fait le tour du propriétaire » (n°27), il n’y a pas seulement des différences objectives (et éventuelles) de familiarité avec l’espace. Il y a toute une mise en scène de soi qui est différente, du respect de l’institution (on vient s’instruire) à sa « domination » : plus question de s’instruire, on l’est déjà, mais on vient perfectionner ses sources ou contrôler qu’un lieu est bien toujours familier, à soi ou proche de son image « je fais le tour du propriétaire ».

37Mise en scène de soi aussi chez cette femme venue avec une amie de province (n°18). Bien que travaillant dans le quartier et « passant 10 000 fois autour », elle vient pour la deuxième fois. Elle pourrait être une future usagère modèle, car elle trouve « que l’actualité du livre c’est une bonne idée ». « Ça nous a permis de communiquer parce qu’on ne se voit pas souvent, de regarder ce que les enfants lisaient ».Elles ont « regardé les problèmes d’enfance, de pédagogie », et ont « pris quelques titres à acheter pour les enfants ». Mais conclut-elle « c’est la seconde fois que je viens ; en fait c’est pour montrer aux provinciaux. Sinon je passe 10 000 fois autour, mais je ne vois rien ». Mise en scène au sens strict où on montre à d’autres et où tout est fiction. Elle ne « voit » que lorsqu’elle a à montrer.

Notes

1 Source : Encyclopedia Universalis et Livres Hebdo.

2 Le Débat — Février 1982, n° 19. Pierre Nora « Edition, critique, média ».

3 René Char. La planche de vivre : poésies.

4 Termes utilisés dans la lettre de contact avec les éditeurs.

5 Cf. Claude Lafarge La valeur littéraire. Fayard. 1983.

6 Intervention au Colloque d’Hénin-Beaumont 20-21 novembre 1981. Lecture et bibliothèques publiques. (Actes) édités par l’Office régional de la culture et de l’éducation permanente.

7 Rappelons que toutes les enquêtes de sociologie de la lecture prouvent régulièrement qu’il s’agit d’une erreur. Les plus gros lecteurs en bibliothèque sont aussi les plus gros acheteurs en librairie.

8 1ere colonne du tableau F. A la salle d’actualité, les livres sont rangés suivant un classement systématique particulier, simplifié, par lettre de l’alphabet.

9 Suivant les domaines, en les comparant les uns aux autres et non pour un domaine considéré : car une même personne peut avoir consulté plusieurs livres du même domaine sans que cela soit pris en compte ici.

10 Total supérieur à 100 puisqu’un lecteur peut avoir plusieurs lectures.

11 C’est une moyenne car rien ne dit que les lectures se répartissent également sur tous les livres du domaine considéré. On sait le nombre d’oubliés qu’il y a pour les premiers au hit-parade. A la salle d’actualité, l’absence de prêt empêchant toute statistique par livre, c’est leur degré d’usure, de cassure ou de noirceur qui est témoin de leur succès...

12 Cf. en annexe tableaux 61 à 62.

13 Cf. en annexe tableau 60.

14 Nous y reviendrons au chapitre sur les relations entre la bibliothèque et la salle d’actualité.

15 Michel de Certeau : L’invention du quotidien, op. cit.

16 F. Porto-Vasquez. Trois éludes sur la lecture, op. cit.

17 Michel de Certeau. op. cit.

Table des illustrations

Titre Tableau F. Répartition par domaine des nouveautés10.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access