Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Troisième partie. Les affinités électives

Chapitre II : le succès de la presse

Texte intégral

Un monsieur prend l’autobus après avoir acheté le journal et l’avoir mis sous son bras. Une demi-heure plus tard, il descend avec le même journal sous le même bras.
Mais ce n’est plus le même journal, c’est maintenant un tas de feuilles imprimées que ce monsieur abandonne sur un banc de la place.
A peine est-il seul sur le banc que le tas de feuilles imprimées redevient un journal jusqu’à ce qu’un jeune homme le voie, le lise et le repose, transformé en un tas de feuilles imprimées. A peine est-il seul sur le banc que le tas de feuilles imprimées redevient un journal, jusqu’à ce qu’une vieille femme le trouve, le lise et le repose, transformé en un tas de feuilles imprimées. Elle se ravise et l’emporte et, chemin faisant, elle s’en sert pour envelopper un demi-kilo de blettes, ce à quoi servent tous les journaux après avoir subi ces excitantes métamorphoses (...).
Julio Cortazar. Chronopes et fameux. Le quotidien quotidien.

1. L’offre

  • 1 D’après le dernier rapport du Conseil économique et social consacré à la lecture (1983), 15 000 pé (...)

1L’acquisition des périodiques en salle d’actualité se fait en partie par service de presse, en partie par achat. Sur les 490 revues (hors les quotidiens) que compte la salle, 87 font l’objet d’un abonnement payant, les autres étant déposées gracieusement par les éditeurs. Lorsqu’une nouvelle revue paraît, les trois premiers numéros sont systématiquement présentés en salle d’actualité. Une sélection est faite selon leur intérêt et les services de presse des revues sélectionnées sont demandés aux éditeurs1.

2On a distingué, pour les besoins de l’enquête, trois types de presse :

  • les quotidiens (nationaux, régionaux ou étrangers) ;
  • les magazines d’actualité politique ou sociale (type « Le Point », « l’Express », « Match », « Nouvel Observateur » etc.) ;
  • les revues spécialisées de tous types (littéraires, scientifiques, familiales, techniques, etc.) spécialisées au sens donc où elles ont plus précisément tel ou tel centre d’intérêt et non au sens de revues de spécialistes.

3Les périodiques sont en fait regroupés dans l’espace en deux ensembles, soit 93 quotidiens dont :

  • 14 titres de quotidiens nationaux ;
  • 27 titres de quotidiens régionaux ;
  • 52 quotidiens étrangers. et 490 revues qui peuvent être classées ainsi2 :
  • 146 magazines d’actualité et revues correspondant à la classe O ;
  • 6 revues de philosophie ou de religion (Classes 1, 2) ;
  • 77 revues de sciences sociales (Classe 3) ;
  • 96 revues de sciences et techniques (Classe 5, 6) ;
  • 122 revues de loisirs et arts (Classe 7) ;
  • 22 revues de littérature (Classe 8) ;
  • 8 revues d’histoire, et géographie (Classe 9) ;
  • 13 autres ou « inclassables ».

2. Quelques données sur le lectorat de presse en France

  • 3 OJD : Office de justification de la diffusion. Il comptabilise les ventes effectives des quotidien (...)

4Il est téméraire de vouloir faire en quelques lignes un tour d’horizon du lectorat de presse en France ; pour de multiples raisons, dont la principale tient aux sources dont sont originaires ces statistiques sur le lectorat dont la finalité est d’établir des scores de vente (OJD), ou de diffusion (CESP)3, selon une stratégie de marketing. De ce fait, ces données sont toutes individualisées, traitant de tel ou tel titre. On ne dispose donc pas (sauf pour les magazines d’actualité ou News) de données par domaine.

5C’est ce qu’avait essayé de faire la revue « Livres Hebdo » en 1980 en enquêtant auprès des revues littéraires dont le mélange de foisonnement et de marginalité rend le fonctionnement particulièrement opaque (319 avaient répondu). Certains aspects de ce dernier avaient pu être éclairés, et les résultats sur le lectorat sont non négligeables mais sans surprise : public d’intellectuels et de membres des professions libérales ayant entre 30 et 35 ans et dont la grande majorité habite en région parisienne.

  • 4 Rapport Lenoir (1978) sur « L’information économique et sociale ». Rapport Mattelart (1981) sur «  (...)

6La nécessité où nous sommes d’avoir des données par grands types de presse nous conduira une fois de plus à nous référer à l’enquête sur les pratiques culturelles des Français ainsi qu’à un certain nombre de rapports officiels effectués ces dernières années4. D’après les derniers chiffres du CESP, la baisse d’audience des quotidiens nationaux se poursuit (- 10,6 %), les quotidiens régionaux sont en légère progression (+ 1,3 %) et les autres périodiques sont stables. Les tendances générales n’empêchent pas à l’intérieur de chaque catégorie des évolutions particulières : « Le Parisien Libéré » est stable, « Le Monde », « L’Équipe » et surtout « Le Matin de Paris » régressent. Seul « Libération » augmente. « Le Courrier Picard » ou « La Dépêche du Midi » reculent pendant que « Le Midi Libre » ou les journaux de Bourgogne et du Centre progressent.

7Tous les rapports soulignent la chute des ventes de presse depuis 1960 (- 20 % de lecteurs réguliers), alors que dans d’autres pays (Allemagne, Pays-Bas, Japon) la presse gagne en pénétration. La presse quotidienne à Paris représentait en 1960, 6,3 millions d’exemplaires. En 1979, elle n’en représente plus que 2,2 millions. La presse quotidienne de province se maintient : 6,3 millions en 1960, 6,6 millions en 1979, mais perd en pénétration (c’est-à-dire en lecteurs). Le phénomène marquant reste « l’essor spectaculaire de la presse spécialisée en radio-télévision (neuf titres totalisant six millions d’exemplaires) ».

8Une autre étude du CESP (rapportée des « Médias » du 18 juin 1981) répartit sur la base de trente-deux publications les Français en six familles de lecteurs : les « vertueux », les « mordus », les « romanesques », les « solitaires », les « volontaires », les « pimpantes »... Pour illustrative qu’elle soit, comment ne pas s’interroger sur la validité d’une telle enquête, qui prend en compte 32 revues sur 15 000, même s’il s’agit des plus gros tirages. Comment aussi ne pas interroger ces appellations qui, se voulant amusantes, ont en fait pour fonction de banaliser et de masquer des différences socio-culturelles, et de faire prendre pour des inclinations personnelles ce qui est le résultat d’une histoire sociale ?

9D’après l’enquête sur les pratiques culturelles des Français, 20 % à 35 % des Français lisent une revue régulièrement ou de temps en temps. Les plus gros lecteurs de revues d’actualité sont les cadres supérieurs et les industriels et gros commerçants. Les mêmes sont les plus gros lecteurs de revues spécialisées, sauf les magazines féminins qui sont plus consultés par les femmes inactives. La lecture de revues croît avec les diplômes (sauf pour les magazines féminins et familiaux). Entre les Français qui ne disposent d’aucun diplôme et ceux qui ont le baccalauréat ou plus, la lecture régulière de revues d’actualité est multipliée par cinq, celle de revues spécialisées par six.

3. Les choix des usagers : le quotidien quotidien

« Hier, Monsieur, dans le cabinet (littéraire) de Schmidt, vous avez lu le National, et vous n’avez pris ni le Journal de Paris, ni les Débats qui tenaient le milieu de la table... »
Le colonel à Lucien Leuwen. Stendhal. Lucien Leuwen.

10La presse, rappelons-le, arrive très nettement en tête des choix des usagers. C’était elle aussi qui arrivait en tête des projets de lecture qu’ils se donnaient : 19 % des usagers avaient l’intention de lire la presse. La pratique effective de la lecture de presse sera le fait de plus de 55 % d’entre eux. On voit la dérive qu’il y a des projets aux pratiques et l’entraînement provoqué par le spectacle de la pratique des autres.

11Cette arrivée de la presse en tête du hit-parade des consultations est une surprise que les usagers ont offerte aux professionnels. Conçue prioritairement pour présenter les nouveautés du livre et du disque, et matériellement organisée en conséquence, la salle d’actualité est avant tout utilisée pour la lecture de presse.

12Les quotidiens sont en tête : leurs 93 titres (soit 19 % du fonds de périodiques) sont lus par plus de personnes que les 490 revues. 33,5 % du public, soit plus de 1 100 personnes par jour consultent ces quotidiens.

  • Les quotidiens nationaux français, au nombre de 14, sont lus par 21,5 % des usagers, soit environ 750 personnes.
  • Les quotidiens étrangers, au nombre de 52, sont lus par 13,5 % des usagers, soit environ 450 personnes chaque jour.
  • 5 Total supérieur à 55,5 puisqu’une même personne peut consulter différents types de revues.

Type de presse consultée5.

Type de presse consultée5.
  • 6 Total supérieur à 33,5 % puisqu’une même personne peut consulter plusieurs quotidiens.

Consultation des quotidiens6

Consultation des quotidiens6
  • Les quotidiens régionaux, au nombre de 27, sont lus par 6 % des usagers, soit environ 200 personnes chaque jour.
  • Les magazines d’actualité obtiennent un succès non moins considérable. Ils sont lus par 22 % du public, soit environ 750 personnes par jour.
  • Les revues spécialisées, soit 344 titres au moment de l’enquête, sont lus par 29 % des usagers, soit environ 1 000 personnes par jour.
  • 7 Cf. en annexe tableau 53.

13On peut ainsi établir des taux de rotation7. On sait qu’entre les chiffres de diffusion d’un journal et son lectorat réel existe une grande marge, un journal passant entre plusieurs mains, notamment dans le cercle familial. La moyenne en France est d’environ cinq lecteurs pour un acheteur, soit 2,84 pour les quotidiens, 4,27 pour les hebdomadaires, 6,71 pour les mensuels. A la salle d’actualité, ce sont au contraire les quotidiens qui ont le plus fort taux de rotation, avec onze lecteurs pour un quotidien, en moyenne, soit plus de trente-trois personnes pour chaque exemplaire des quotidiens nationaux français, plus de huit lecteurs pour chaque titre de quotidien étranger et plus de six lecteurs pour chaque quotidien régional. Ce taux de rotation est donc encore plus élevé pour les quotidiens français que pour les quotidiens étrangers ou régionaux. Le taux de rotation le plus « faible » est celui des revues spécialisées qui s’élève à 2,9, soit presque trois lecteurs pour un titre.

  • 8 On sait toute l’imprécision et les possibles inexactitudes qu’entraîne un classement par domaine, (...)

Tableau E. Importance du fonds et des consultations de revues spécialisées selon les domaines8.

Tableau E. Importance du fonds et des consultations de revues spécialisées selon les domaines8.

14Enfin, la diversification des lectures de presse est fréquente : 73 % des lecteurs de presse lisent plus d’un titre de périodique, la majorité en lisant entre deux et cinq. Seuls 26 % d’entre eux se limitent à une lecture.

15L’importance des consultations dans chaque domaine est du même ordre que celle de leur présence dans le fonds : il n’y a pas de domaine qui soit particulièrement apprécié des lecteurs et pour lequel le nombre de revues offertes serait très faible : offre et demande s’équilibrent. Les revues les plus consultées sont :

  • les revues techniques, revues d’informatique et d’électronique, revues de bricolage qui, avec les revues de vie pratique telles « Que choisir », « Cinquante Millions de Consommateurs » ou les magazines de tricot, représentent 17,3 % des lectures de revues spécialisées.
  • les revues des beaux-arts, telles que la « Revue des Beaux-Arts », « Gazette des Arts », « Architecture d’Aujourd’hui » ou la « Gazette de l’Hôtel Drouot », Le « Moniteur des Ventes », qui représentent 14,5 % des consultations ;
  • les revues concernant les loisirs et les sports telles que « l’Équipe » hebdomadaire, « France Football », les revues d’automobile et de moto qui recouvrent 12,8 % des consultations ;
  • les revues de sciences sociales sont surtout consultées dans les domaines économique et politique : 10,4 % des consultations. Les revues littéraires et d’histoire-géographie sont dans l’ensemble moins consultées.

16Les centres d’intérêt des usagers ont souvent un lien avec leur formation universitaire. Ainsi :

  • le plus grand nombre de lecteurs de revues littéraires se retrouve chez les titulaires de cette même formation ;
  • les plus forts lecteurs de revues de sciences et techniques sont les diplômés dans ces domaines ;
  • les plus forts lecteurs de revues « artistiques » se retrouvent chez les titulaires de diplômes de cette spécialité ;
  • les plus forts lecteurs de revues de sciences sociales sont les diplômés en cette discipline.

17Les usagers sans spécialisation sont presque toujours moins nombreux que les autres à s’intéresser à des revues spécialisées, alors que le cumul de lectures de plusieurs revues spécialisées est très souvent pratiqué par les titulaires de diplômes.

  • 9 Cf. ch. 1. 4.
  • 10 Cf. en annexe tableaux 55, 54, 59.

18La presse, domaine d’élection de tous, est donc lue plus encore par les habitués, les hommes, les plus de 20 ans, les étrangers domiciliés en France, les retraités, les chômeurs et les usagers originaires des classes populaires9. N’oublions pas pour autant que les caractéristiques d’ensemble du public de la salle d’actualité les classeraient plutôt sous le profil des lecteurs de news : majorité d’hommes, de jeunes, de citadins, de cadres, de parisiens ou d’habitants des grandes villes, diplômés d’études supérieures. Encore les différents types de presse attirent-ils plus particulièrement les uns ou les autres10 :

  • les quotidiens sont particulièrement appréciés par les usagers originaires des couches populaires, par les retraités et les chômeurs et chez les moins diplômés. Les quotidiens nationaux, mais surtout étrangers, sont beaucoup plus lus par les étrangers que par les Français : 7 % de lecteurs de quotidiens étrangers chez les usagers de nationalité française, 28 % chez les usagers d’origine étrangère.
  • les revues spécialisées sont, elles, plus souvent consultées par les usagers originaires des classes dominantes, des couches intellectuelles ou par les étudiants et chez les plus diplômés.

19La fréquence de lecture des premiers varie donc en sens inverse de la hiérarchie sociale, alors que celle des seconds croît avec la hiérarchie sociale.

20Sous l’apparence (une forte lecture de presse par les chômeurs et les usagers des classes populaires) se réintroduisent des inégalités culturelles et sociales, encore accentuées par les domaines préférés des uns et des autres en matière de revues spécialisées.

21Ainsi, alors que les revues politiques et économiques sont plus souvent lues par les chômeurs et les revues techniques par les usagers originaires des couches techniciennes et administratives des classes moyennes, les revues d’art, de musique et de littérature sont les revues de choix des usagers des couches intellectuelles alors que les mêmes revues d’art, associées aux revues de loisirs, d’histoire et de géographie sont très consultées par les usagers originaires des classes dominantes.

4. Façons de faire, façons de dire

« Il ne faut pas faire de généralisations rapides, mais il semble
bien qu’un commerçant déchaussé et déchaussetté, penché sur ses
arpions, se met dans une situation inférieure vis-à-vis du client.
Alors Valentin a entrepris de lire. Mais quoi ? Et comment ?
Attendre le client le nez dans un journal, ça la fout mal ».
Raymond Queneau. Le dimanche de la vie.

« En général, je regarde les journaux, les quotidiens et les hebdos d’information générale. Je n’ai pas de problèmes pour les trouver. En fait, je ne cherche pas beaucoup, si j’en trouve, j’en prends ».
Homme, vient plusieurs fois par semaine à la BPI et en SA n° 15.

« Je lis des revues d’art décoratif, d’économie familiale : « L’économie générale et sociale ». Ça parait très peu souvent et c’est très rare, très bien, des revues de langue française, jamais de revues étrangères, plus « Elle », « Modes et Travaux »... Je prends ce que je trouve sur les rayons. Je lis ce qu’il y a ».
Femme, 40 ans, travail social. n° 3

22« Je prends ce que je trouve ». Voilà un genre de phrase qui revient souvent dans les entretiens. On est semble-t-il plus souvent attiré par la presse en général ou par un ou des centres d’intérêt que par un seul titre. Alors que pour les livres, il semble qu’il faille un intérêt plus précis, la lecture de revues semble s’accommoder plus facilement de la rencontre de hasard, fortuite. A cela sans doute plusieurs raisons :

  • les revues telles qu’elles sont présentées en salle d’actualité sont offertes : elles sont mises à plat sur les tablettes, on en voit la couverture, on peut en anticiper le contenu. Une revue sur un présentoir est comparable à une image sur un écran. Sa verticalité attire l’œil ;
  • la présentation faite ici est peut-être inhabituelle pour les bibliothèques, mais elle ressemble à celle des kiosques.

23Si l’on ne peut dire que le désordre sied à la presse, on peut penser que l’achat de presse nécessite cette habitude d’apprendre à voir, à repérer, à sélectionner dans l’abondance. Une librairie est classée, mais personne n’a jamais vraiment compris le classement d’un kiosque et a l’habitude de trouver son journal en haut à gauche ou sur telle pile...

  • une revue par définition fait partie d’une série : souvent sans en connaître le contenu ponctuel on en connaît le genre, les centres d’intérêt. Un livre est toujours unique : une revue d’un mois sur l’autre, un quotidien d’un jour sur l’autre sont d’une certaine façon toujours les mêmes ; même nom, même format, même papier, même centre d’intérêt, pagination proche, même structure, même organisation des rubriques. Lire le journal n’est-ce pas lire indéfiniment le même livre ? Toute l’organisation de la presse, du quotidien régional à la revue marginale, vise à se créer un profil particulier mais suivi, qui laisse des traces dans son lectorat et y crée un besoin. Ce sont ces traces que l’on cherche indéfiniment dans un journal ; c’est cette familiarité, cette complicité, ces signes de reconnaissance que l’on cherche presqu’autant que l’information qui y est dispensée. Au-delà du sens des mots il y a leur mise en ordre ;
  • mais aussi, une revue est faite d’un ensemble de textes : elle permet d’être infidèle. Elle permet de ne pas s’engager au départ pour une lecture totale, de sauter, de changer d’avis, de prendre ou de laisser. Elle n’a ni début, ni fin. Elle permet à chacun de se créer son propre itinéraire, alors que la lecture d’un livre impose une linéarité plus grande ;
  • lire une revue, c’est laisser une part du choix à l’autre, à l’éditeur, aux auteurs, c’est agir par délégation, une part du premier travail intellectuel qu’est la sélection étant ici en partie effectuée par ces autres.

24Mais les recherches des usagers peuvent être aussi plus précises :

« Je viens pour les périodiques, s’il y a des articles à consulter. J’évite de m’abonner aux revues. Je cherche précisément une revue. « Problèmes économiques », « l’Expansion... ». »
Etudiante en économie. n° 4.

« Je lis les journaux : les journaux financiers, des hebdos ou des mensuels, « la Vie française », « Géo », « Nostra », « Sciences », « la Recherche », etc. »
Retraité. 60-65 ans. n° 8.

« J’ai consulté des revues d’informatique, « Choisir », « L’Est Républicain », « Sans Frontières ». En général, je regarde les mêmes revues ».
Etudiant 24 ans. n° 16.

« Je viens consulter des revues, qu’on ne trouve pas tellement dans le commerce (les trimestrielles)... la psychologie, les revues de cinéma spécialisées, « Psychologie », « Les Cahiers » (du cinéma). Ce sont des revues que je n’achète pas... Aujourd’hui je voulais seulement consulter « Newsweek » ou « le Washington Post » et je n’ai pas trouvé ».
Educateur spécialisé. n° 22.

25La préoccupation économique de ces gros lecteurs de presse n’est pas absente. Certains entretiens l’ont déjà laissé entrevoir. Ce jeune homme de terminale le dit très clairement :

« Je viens souvent, je lis des revues chères que je ne peux pas acheter ».
Lycéen. n° 29.

26Ce chirurgien aussi, qui lit un peu tout et particulièrement des revues de musique, « Le Monde de la Musique », « Jazz Magazine », « Jazz Hot » ou « Archéologica ».

27« Si un sujet est bien traité, j’achète le numéro. Tous ces abonnements c’est cher ».

  • 11 Trois études sur la lecture. Op. cit.

28Pour lui donc ces visites en salle d’actualité ont bien une fonction de sélection. Ces remarques confirment une fois encore les analyses faites par F. Porto- Vasquez11 sur les répartitions entre achat et emprunt chez les gros lecteurs. Ce sont bien les revues qu’ils ne veulent pas acheter et non qu’ils ne peuvent pas acheter que viennent consulter ces usagers : soit parce qu’ils n’achèteront que celles qu’ils voudront garder (soulignant ainsi les limites des possibilités d’appropriation particulièrement en consultation sur place), soit parce qu’ils se donnent plusieurs lieux pour lire (chez soi, chez le libraire, dans les différentes bibliothèques fréquentées), affectant tel ou tel type de lecture à tel ou tel type de lieu, et notamment à la bibliothèque l’approvisionnement en biens rares « les revues qu’on ne trouve pas tellement dans le commerce ».

29Certains vont jusqu’à une boulimie systématique. C’est une clientèle de véritable « fanas » de la presse.

« Je consulte les revues et au 2e et 3 e aussi. Je lis tous les quotidiens, sauf ceux qui sont trop extrémistes. Tous les hebdos généraux et ceux qui touchent à la maison, à l’aviation, à l’informatique ».

30Plus loin cette personne, habituée des deux espaces (bibliothèque et salle d’actualité), justifie son choix de lecture des journaux en bas.

« En haut la classification est très anarchique. Primo, c’est pas rangé par date, faut rechercher. Ils ne rangent pas tout par jour. Et puis, il y a des problèmes de conservation. Pour les quotidiens, leur système de classification n ’est pas évident. Ici il y a quatre rangées, si on a les yeux bien ouverts, ça prend deux ou trois minutes pour trouver ».
Homme, environ 40 ans. n° 20.

  • 12 Notons cependant que les livres et revues de la salle d’actualité sont rangés très fréquemment dan (...)

31Cet homme qui vient chaque jour à la salle d’actualité et à la bibliothèque « Je viens presque tous les jours entre 12 h et 14 h. En général, je prends vingt minutes pour manger et le reste ici » a eu tout loisir de comparer les deux lieux et d’y éprouver sa satisfaction. Et c’est à la BPI qu’il trouve la classification anarchique (alors que les quotidiens étaient encore au moment de l’enquête sagement rangés par ordre alphabétique sous de gros classeurs). N’en tirons aucune conclusion hâtive. Il est certain qu’inversement beaucoup de lecteurs de la bibliothèque trouvent (trouveraient) la classification de la salle d’actualité « anarchique »12. Notons simplement ces affinités électives et que la satisfaction est aussi partisane et subjective : on aime ce qui convient.

32La recherche de quotidiens semble plus spécifique et parfois infructueuse :

« Je lis surtout les revues d’actualité et scientifiques. Les journaux j’aimerais bien mais ils ne sont jamais libres ».
Vient pour la troisième fois. Québécois de passage en France. n° 13.

« Je lis « le Monde ». Si je ne le trouve pas, j’en fais d’autres. Généralement les quotidiens ».
Homme 25 ans. Pupitreur en informatique. Vient tous les deux jours. n° 24

  • 13 Michel de Certeau, Luce Giard — L’ordinaire de la Communication. Rapport au ministère de la Cultur (...)

33C’est autour des quotidiens qu’on retrouve peut-être le plus cette familiarité et cette fonction sécurisante dont nous parlions plus haut. Ces tactiques, ces modes d’apprivoisement, ces « ordres » de lecture sont soulignés par Michel de Certeau et Luce Giard dans une étude sur la communication13. « Déjà le rapport à certains médias est déterminé par des pratiques traditionnelles d’usage, qu’il s’agisse de médias de forme ancienne pour lesquels toute une archéologie de gestes et de manières de faire est disponible, ou qu’il s’agisse de médias d’apparition récente sur lesquels se sont rapidement transférées par analogie et imitation d’anciennes habitudes. Ainsi la lecture du quotidien, quand il s’agit d’une lecture régulière, commence par la rubrique des naissances et des décès, mais dans les quotidiens nationaux où ces rubriques souvent ont disparu, on leur substituera une entrée régulière par la page sportive, ou les résultats des courses, ou les prévisions de météo, ou la rubrique de mots croisés : le thème d’entrée change, mais la pratique d’une entrée située en marge de l’actualité politique et économique qui fait la matière principale du quotidien se maintient, comme si l’important était d’avoir un trajet par l’anodin à répéter régulièrement, avant d’entrer dans le vif du sujet et de supporter « le choc des nouvelles ».

  • 14 Dans une étude sur Les jeunes travailleurs et la lecture. Nicole Robine (La Documentation français (...)

34En fait, il semble bien qu’au-delà des différences dans les fonctions assignées à la lecture de presse (information, confirmations, acquisition de savoirs, renseignements pratiques professionnels14, études, etc.) qu’il y ait aussi deux façons de se représenter ses lectures : en « soumission » à l’institution où l’on prend ce que l’on trouve (« Je lis ce qu’il y a ») ou en position conquérante (« Je prends ce que je veux »). Sans doute ces deux représentations ont-elles à voir avec des différences de capitaux scolaires, de capacités à sélectionner, à se positionner comme agent actif dans ses lectures. Sont-elles le type de représentations qu’ont d’un côté les « autodidactes » et de l’autre les « héritiers » ?

Notes

1 D’après le dernier rapport du Conseil économique et social consacré à la lecture (1983), 15 000 périodiques sont édités en France.

2 Le regroupement, comme pour les livres, suivant les grandes classes de la CDU a été adopté pour les besoins de l’enquête.

3 OJD : Office de justification de la diffusion. Il comptabilise les ventes effectives des quotidiens et revues (vente au numéro plus abonnements). CESP : Centre d’études des supports d’opinion : il effectue des enquêtes périodiques auprès des lecteurs de presse afin d’établir, titre par titre, le nombre de lecteurs et leurs caractéristiques socio-démographiques. Son but initial est de servir de base à la fixation des tarifs publicitaires dans les médias étudiés.

4 Rapport Lenoir (1978) sur « L’information économique et sociale ». Rapport Mattelart (1981) sur « Technologie, culture et civilisation ». Ces deux rapports traitant toutefois plus des structures et des contenus de la presse que de son lectorat.

5 Total supérieur à 55,5 puisqu’une même personne peut consulter différents types de revues.

6 Total supérieur à 33,5 % puisqu’une même personne peut consulter plusieurs quotidiens.

7 Cf. en annexe tableau 53.

8 On sait toute l’imprécision et les possibles inexactitudes qu’entraîne un classement par domaine, particulièrement quand il est basé sur les souvenirs des lecteurs. Mais ici un classement autour de quelques titres n’aurait jamais pu rendre compte de la diversité des choix.

9 Cf. ch. 1. 4.

10 Cf. en annexe tableaux 55, 54, 59.

11 Trois études sur la lecture. Op. cit.

12 Notons cependant que les livres et revues de la salle d’actualité sont rangés très fréquemment dans la journée.

13 Michel de Certeau, Luce Giard — L’ordinaire de la Communication. Rapport au ministère de la Culture, — Dalloz, 1983.

14 Dans une étude sur Les jeunes travailleurs et la lecture. Nicole Robine (La Documentation française, 1984) souligne l’inexistence de nécessités de lectures professionnelles dans les milieux des jeunes travailleurs par opposition avec la nécessité de lecture chez les étudiants ou dans d’autres professions comme un des obstacles à la lecture chez les jeunes qui voient ainsi se supprimer de leur univers, pendant une durée non négligeable de leur vie quotidienne, toute trace d’écrit autre que les éventuelles consignes écrites auxquelles ils peuvent être confrontés dans l’exécution de leur tâche.

Table des illustrations

Titre Type de presse consultée5.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Consultation des quotidiens6
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau E. Importance du fonds et des consultations de revues spécialisées selon les domaines8.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access