Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics à l’œuvre

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Martine Poulain

Troisième partie. Les affinités électives

Chapitre I : de la consultation d’un support aux pratiques multimédia

Texte intégral

« Après avoir dîné chez Flicotaux, il descendait au passage du Commerce, lisait au cabinet littéraire de Blosse les œuvres de la littérature contemporaine, les journaux, les recueils périodiques, les livres de poésie, pour se mettre au courant du mouvement de l’intelligence et regagnait son misérable hôtel vers minuit sans a voir usé de bois ni de lumière ».
Balzac. Illusions perdues. Cité par F. Parent-Lardeur.

1Rappelons que la salle d’actualité offre au public plusieurs types de documents, de supports ou de services :

  • les nouveautés du livre, classées par grands domaines, sont présentées en rayon en libre accès pendant une année, sur la base des services de presse effectués par les éditeurs, soit environ 3 500 livres en rotation constante ;
  • les nouveautés du disque, au nombre d’environ 1 650, acquis selon les mêmes principes sont mis à la disposition du public de la façon suivante : les pochettes vides sont disposées dans des bacs et classées par genre. Le public peut choisir sa pochette et se présenter à la banque d’écoute pour se voir attribuer une place. Deux platines sont réservées à des programmes continus sélectionnés par les discothécaires de la salle d’actualité et un certain nombre de sièges sont réservés à l’écoute de France Musique (ou de France Culture) ;
  • les périodiques, dont seul le dernier numéro est généralement disponible, sont présentés dans des bacs accrochés au mur pour les quotidiens, et sur un mur de tablettes inclinées pour les autres revues. Ces revues sont présentées par ordre alphabétique sur cinq rangées successives, symbolisées par cinq couleurs différentes, les reliures plastique des titres étant barrées d’un bande de scotch de la couleur de la tablette. Encore cet ordre n’est-il réel qu’à l’ouverture de la salle d’actualité, l’appétit des usagers y introduisant rapidement le désordre ;
  • un fonds de référence et d’information d’environ 2 000 titres est formé d’encyclopédies, dictionnaires, annuaires et de guides divers. Ce fonds, s’il est bien sûr tenu à jour, n’est pas constitué uniquement de parutions récentes, comme l’espace des nouveautés proprement dites ;
  • un large espace est réservé aux expositions temporaires. Ailleurs certaines vitrines présentent plus particulièrement un éditeur ou un type de production éditoriale ;
  • des débats divers (conversations-rencontres, cabinets de lecture) sont organisés chaque jeudi sur des thèmes liés à l’actualité littéraire ou musicale ;
  • un bureau d’information situé à l’entrée de la salle fournit tous types d’informations aux usagers.

1. « Faire » ou ne pas « faire » ?

2La salle d’actualité est-elle un lieu de passage ? Souvent, une personne ou un groupe de gens entrent, jetant un regard à gauche, un regard à droite, s’aventurent dans le long couloir des périodiques pour déboucher dans ce qui semble alors une impasse : l’espace débat/lecture, regardent cet ensemble de lecteurs raidement assis sur des chaises alignées, ressortent de la salle en empruntant le même chemin.

3Le parcours type du flâneur est souvent celui-là. Il en existe des variantes. Par exemple celle qui mène aux bacs à disques, mais l’impression donnée reste celle d’une personne qui s’est trompée, qui s’est perdue, ou qui n’ose pas : 15,5 % des usagers n’utilisent aucun document. On saisit bien ici qu’une absence de projet n’est pas corollaire d’une absence d’usages : si plus de 40 % des visiteurs, viennent sans intention précise, seuls 15 % franchiront la porte de sortie sans avoir goûté à l’offre.

  • 1 Cf. en annexe tableaux 48 et 49.

4Contrairement aux apparences, ces nomades ne sont pas tous touristes, ce ne sont pas seulement les nouveaux qui font ces trajets de reconnaissance ou de formalité : la tendance à n’utiliser aucun document est plus forte chez les nouveaux (qui se donnent ainsi un temps d’observation), mais encore un assidu sur dix n’a eu aucune activité.1 Les raisons de cette non consultation sont en fait diverses. La queue trop importante aux disques, le document cherché est introuvable et l’on monte vite à la BPI, on cherche un ami, ou on est venu faire visiter à un autre. De même qu’une personne a des comportement variés, une institution souple permet plusieurs usages : une bibliothèque n’est pas seulement un lieu où l’on cherche à faire, mais un lieu où l’on aime à être.

2. Usages des différents supports. Pratiques associatives, pratiques exclusives

  • 2 Cf. chapitre sur la presse.

5Mais la majorité des usagers (84,5 %) ont recours à l’un des services de la salle d’actualité. Suivant en cela les projets qu’ils se donnent, les usagers consultent avant tout la presse. Elle est lue par plus de la moitié des usagers (55,5 %), soit plus de 1 900 personnes par jour. Au premier rang des lectures de presse, celle des quotidiens (33,5 %), puis celle des revues spécialisées (29 %) et des magazines d’actualité (22 %)2.

  • 3 Cf. chapitre sur les livres.

6La lecture de livres, fait sans doute unique dans une bibliothèque, n’arrive qu’en seconde position : 42,5 % des usagers ont consulté un livre3. Les nouveautés sont lues par un tiers du public (32,5 %) et les ouvrages de référence par une personne sur dix (11 %).

7Les expositions sont regardées en moyenne par 21,5 % du public. Au cours de la première vague d’enquête le thème en était les « Orgues de la Roya » : 26 % du public la regardaient quotidiennement. Au cours de la seconde vague, le thème en était les « Jeux ». Au cours des deux premiers jours d’exposition, 67 % et 59 % des visiteurs l’ont regardée.

  • 4 Sur lesquels il existe une étude très documentée : P.Y. Duchemin. L’écouteur écouté, les auditeurs (...)

8Les disques4 sont écoutés par 15,5 % du public, soit une moyenne quotidienne d’environ 500 personnes. Ecoutes qui peuvent avoir été choisies ou prises en cours de route et dont les durées varient donc sensiblement.

9A la salle d’actualité, comme à la bibliothèque, avec en moins la présence des films et des diapositives, les professionnels s’interrogent sur l’existence et le type de pratiques associatives des différents supports, associations techniques par passage d’un document à un autre avec changement de centre d’intérêt, ou intellectuelles par passage d’un document à un autre pour une recherche diversifiée.

  • 5 Les totaux sont supérieurs à 100 ou 42,5 : une même personne peut consulter différents supports et (...)

Graphique 16 : Hit-parade des documents et supports utilisés.5

Graphique 16 : Hit-parade des documents et supports utilisés.5

10Nous en sommes encore trop souvent, en France, à nous interroger sur la nécessité de transformer les bibliothèques en médiathèques. Nous en sommes presque toujours à tester les conditions et effets de cette association de l’imprimé aux différents produits audiovisuels. Le « multimédia » reste encore une bête curieuse, une chose nouvelle et rare, bref un objet d’étude... Et de façon diffuse l’audiovisuel est souvent considéré comme un os à ronger, comme un fromage permettant d’attraper la souris, prétexte amenant au livre, comme les marches montent vers le trône.

  • 6 Nous ne prendrons en compte pour l’instant que les trois supports qui peuvent être, vu leur nombre (...)

11La pratique la plus répandue à la salle d’actualité reste en fait la pratique « monomédia » : utilisation d’un seul support à la fois6. Un seul support ne veut pas dire un seul document. Quand on consulte des journaux on ne se prive pas de mélanger quotidiens et revues, ou de lire à la fois « Télérama » et le « Magazine littéraire ». Mais on passe moins d’un support à un autre qu’on ne reste au même : 46 % des personnes, presque une sur deux, a cette persévérance. C’est, de façon attendue, chez les utilisateurs du support le plus consulté, la presse, qu’on trouve le plus grand nombre d’exclusifs.

12L’association de deux supports est le fait d’un quart du public (26,5 %). C’est l’association d’imprimés, livres et presse, qui est la plus fréquente : 19,5 % des personnes la pratiquent. On trouve là encore une loi du nombre. Les supports les plus répandus sont, en chiffres absolus, les plus associés. L’association d’un type d’imprimé (soit livres, soit presse) et du son (disques) est le fait de 7 % des usagers.

13La pratique multimédia : livres, presse, disques, associant donc ici lecture et audition musicale, est le fait d’une minorité : 5 %

14Le graphique suivant permet de concrétiser les parts respectives des différents supports et de hiérarchiser leur association ou leur utilisation exclusive, en examinant non plus la répartition presse, livres, disques, mais texte-son.

  • 7 Le taux d’exclusivité est la relation entre l’usage global d’un support et son usage exclusif. Il (...)

15Les exclusifs du texte sont les plus nombreux : 62,5 % des utilisateurs, presque les 2/37. L’association du texte et du son est le fait de 12 % des personnes. Mais cela représente une très grande majorité des auditeurs de disques.

Graphique 17 : Nombre d’usagers des trois supports : livres, presse, disques et pratiques d’association ou d’exclusivité.

Graphique 17 : Nombre d’usagers des trois supports : livres, presse, disques et pratiques d’association ou d’exclusivité.

NI TEXTE, NI SON 22,0 % (sauf éventuellement exposition 7 %)

16Il y a donc paradoxalement peu d’écoute qui ne soit pas associée, précédée ou suivie par une ou des lectures.

  • 8 Cf. P.Y. Duchemin p. 85 et suivantes.

17Alors que la moitié ou presque des lecteurs d’imprimés, presse ou livres, sont exclusifs, seul un auditeur sur cinq pratique l’écoute sans lecture. Quatre sur cinq associent, en pratique simultanée ou différée, l’une après l’autre, l’écoute de disques à la lecture d’imprimés.8

187 % de l’ensemble, soit un tiers des visiteurs d’exposition n’ont fait que visiter cet espace, le deux autres tiers l’associant à la consultation d’autres documents. On l’associe à la lecture de la presse d’abord, à celle des livres, peu à l’écoute des disques. L’ordre d’association suit donc, logiquement, l’importance de consultation de chaque support.

19Un usager décrit ainsi son parcours :

« Mon circuit en général, c’est d’abord quelques revues d’actualité notamment scientifiques et politiques, puis les dictionnaires, l’encyclopédie. On ne trouve pas facilement les revues. Ça me contraint à venir plus tôt ou plus tard ; Il ne faut pas venir entre 14 h 30 et 19 h... Je viens depuis la rentrée académique pour le bâtiment et avant je venais pour les journaux, notamment pour les périodiques des pays de l’Est ».
Habitué. Etudiant en Génie civil. n° 1

20Ayant appris l’existence de la salle d’actualité en fréquentant la salle de documentation du CCI voisine, cette personne est d’abord venue parce qu’elle y a trouvé « son » encyclopédie du bâtiment ». Ce n’est que peu à peu qu’elle y a adjoint la lecture de la presse qui est maintenant devenue son occupation première, (au sens où elle est menée en premier et non où elle serait principale). Il a mis en place un « circuit » qui commence par le « pour soi », la lecture des revues d’actualité et continue par le « pour les autres » : ici le travail sur l’encyclopédie du bâtiment consulté dans le cadre des études, donc en partie pour un tiers, le professeur. Cette stratégie est affinée par le choix d’horaires convenables et la recherche d’une place adéquate : « On doit monter la garde pour attendre une place vide ».

21Cette étude du multimédia à la salle d’actualité (multimédia réduit en fait à un « trimédia » : son, exposition, imprimé) appelle quelques remarques :

  • une offre diversifiée intéresse un plus grand nombre de personnes qu’une offre unique. Banalité bonne à rappeler. Si la salle d’actualité proposait seulement la presse, ou seulement des disques, ou seulement des livres, elle attirerait moins de monde ;
  • une offre diversifiée permet aux personnes de diversifier leurs intérêts, leurs comportements, même si leur attirance de départ ne concernait qu’un des éléments de l’ensemble ;
  • ce ne sont pas (on le voit clairement ici où, moins encore qu’à la bibliothèque un support n’est attaché à un groupe social) les supports qui opposent ou classent les personnes mais la façon dont elles s’en servent. Il y a cent types d’audition musicale, cent façons de lire, cent visions de films ;
  • ce sont aussi les documents eux-mêmes au sens où ils sont d’une qualité, ou d’une accessibilité diverses. Cela oppose alors les livres entre eux, les revues entre elles, les disques entre eux et non les uns aux autres.
  • 9 Cf. J. C. Passeron : Images en bibliothèque, images de bibliothèques, op. cit.

22« Il n’existe pas de définition techniquement neutre d’un moyen de communication ou d’un genre de message, indépendamment de sa définition sociale, ou plus précisément des différentes définitions sociales de son usage qui entrent en concurrence pour définir son sens et ses effets, chacune ayant à connaître (même quand elle se refuse à la reconnaître) la loi hiérarchique de la « légitimité culturelle ». Et J.C. Passeron ajoute « le message, c’est tout autant ce que les « circonstances » de la réception font entendre au récepteur et, surtout, ce que les intérêts ou les capacités symboliques des récepteurs font dire au médium et au message. Le sens de toute information est sans cesse remis en jeu en toute relation sociale et par toutes les relations sociales9. »

  • 10 Encore cette notion d’information est-elle bien restrictive et donne-t-elle une froide pâleur à ce (...)

23Car le problème du multimédia se pose surtout ailleurs, et autrement, dans une forme d’alternative entre la polyvalence et la polyprésence qui représentent deux stratégies possibles pour le développement des bibliothèques. Polyvalence : jusqu’où peut-on aller dans la diversification de l’offre ? Certaines bibliothèques par exemple sont ausi des « artothèques » et proposent le prêt de reproductions d’œuvres d’art, d’œuvres graphiques. Faut-il adopter cette tactique de pieuvre jusqu’à devenir en fait des maisons de la culture ? Ou plutôt que de s’interroger sur les types de diversification, faut-il revenir à une définition de la fonction des bibliothèques et s’interroger sur la diversité des sources d’information en prenant cette notion d’information comme étant celle qui délimite un champ, une spécificité et des techniques visant à en favoriser l’accès à tous (sur place ou en différé)10 Poly-présence : d’autres bibliothèques (ou les mêmes) adoptent une autre tactique. Au lieu de dire « nous proposons tout », elles disent « nous sommes partout » et s’implantent dans tous types de lieux, culturels ou non, dans des centres commerciaux, des gares, des musées.

24En fait, seule la conviction de la nécessité de la diversification et de la diversité peut-elle servir de guide. Car de même qu’il n’y a ni lecteur idéal, ni lecteur type, ni lecteur moyen, il n’y a ni bibliothèque modèle, ni bibliothèque idéale mais des types de bibliothèques pour une multiplicité de lecteurs et de lectures.

3. Usages des supports et familiarité avec la salle d’actualité ou l’« appétit vient en mangeant »

  • 11 Cf. : graphique 18.

25L’usage des supports imprimés et sonores croît avec la familiarité avec la salle d’actualité11. Une remarque pourtant : l’augmentation du nombre d’usagers se fait ici, non sur les documents qui sont les plus nombreux ou qui occupent le plus d’espace, mais sur ceux qui sont le plus utilisés. Le mimétisme ou la séduction par l’exemple semblent plus opératoires que les hiérarchies proposées par l’institution. L’initiation passe par une répétition des comportements majoritaires. Quand on va des nouveaux visiteurs aux assidus (ceux qui sont venus 50 fois ou plus), le nombre de lecteurs de presse passe de 41,5 % à 70,5 %, le nombre de lecteurs de livres passe de 38 % à 45,5 %, le nombre d’auditeurs passe de 12,5 % à 16 %. Une familiarité croissante augmente encore le succès du support le plus consulté déjà, la presse, la poussée des autres n’étant pas négligeable.

26La visite des expositions et la déambulation, elles, ont une courbe inverse. Elles sont beaucoup plus développées chez les nouveaux que chez les autres :

  • le nombre de visiteurs d’exposition est de 30 % chez les nouveaux et n’est plus que de 14 % chez les assidus ;
  • le nombre de flâneurs passe de 22 % chez les nouveaux à 11,5 % chez les assidus.
  • Que le nombre de visiteurs d’exposition diminue avec la familiarité n’est pas pour étonner :
  • si les assidus n’ont pas vu l’exposition ce jour-là, ils peuvent l’avoir vue un autre jour. On ne visite pas une exposition quotidiennement comme on lit un journal ou on consulte la presse.
  • beaucoup, au cours d’une première visite, s’accrochent à ce qui attire l’œil : une mise en espace et une mise en image ont une force attractive et permettent un balayage visuel que les couvertures de presse et plus encore de livres autorisent moins.

Graphique 18 : Nombre d’usagers de différents supports et familiarité avec la salle d’actualité.

Graphique 18 : Nombre d’usagers de différents supports et familiarité avec la salle d’actualité.

27L’exclusivité à l’égard d’un support varie elle aussi suivant la familiarité mais de façon plus curieuse :

  • la familiarité accroît l’exclusivité à l’égard de la presse : 18 % de lecteurs exclusifs de presse chez les nouveaux, 32,5 % chez les assidus ;
  • la familiarité fait baisser l’écoute exclusive de disques. 4 % d’écoute exclusive chez les nouveaux, 1,5 % chez les assidus.

28Enfin, plus on est familier de la salle d’actualité, plus on pratique le multimédia : 23 % d’usagers de deux supports chez les nouveaux, 32,5 % chez les assidus et 3 % d’usagers de trois supports chez les nouveaux, 7 % chez les assidus.

29Il semble donc, de manière plus générale qu’une fréquentation intensive de la salle d’actualité ait comme conséquence :

  • d’en diversifier l’usage en même temps que de le spécialiser sur le support majoritaire : augmentation du nombre d’utilisateurs de plusieurs supports et du nombre d’usagers exclusifs de presse ;
  • de diminuer les usages exclusifs des supports minoritaires : ici le disque. On constate une ouverture d’une pratique à une autre, entraînement, passage d’une écoute exclusive de disques à une consultation d’autres documents.

4. De quelques incidences des profils socio-démographiques sur les activités choisies12

  • 12 Cf. en annexe tableaux 50, 51, 52, 57, 58, 59.

30Les femmes ont une présence moins active que les hommes. Chez elles 21,5 % n’utilisent aucun support (chez les hommes, 13 % de non-utilisateurs). La familiarité inégale avec l’institution est ici en cause. On sait qu’il y a proportionnellement plus de femmes chez les touristes ou parmi les personnes totalisant un faible nombre de visites.

  • 13 Trois études sur la lecture, op. cit. p. 331.

31Elles sont donc moins lectrices d’imprimés et moins auditrices de disques, mais là encore de façon diversifiée : c’est surtout la presse qui les attire moins et notamment les quotidiens. 59,5 % d’hommes lecteurs de presse, 46 % de femmes, 23 % de lectrices de quotidiens sur 100 femmes, 37 % sur 100 hommes. Ce fait, déjà signalé ailleurs, est ainsi décrit par Martine Naffrechoux : « Parmi ceux qui lisent le moins les quotidiens et les revues, on trouve les amateurs de romans : ce sont des femmes de plus de 35 ans, souvent au foyer, qui préfèrent le livre à la presse et rejettent surtout les revues »13. Même si pour des raisons déjà dites, les femmes de la salle d’actualité sont différentes de celles des bibliothèques municipales, certaines caractéristiques restent communes.

32Ce constat, et le nôtre, sont apparemment en contradiction avec les résultats de l’enquête « Pratiques culturelles des Français ». Celle-ci indique que si les Françaises lisent moins les quotidiens que les Français, elles lisent en revanche plus de revues. Mais il s’agit avant tout de magazines féminins ou familiaux ; elles sont moins nombreuses que les hommes à lire les autres types de revues (politique, sociale, scientifique, historique, etc.). L’offre en bibliothèque a plutôt tendance à favoriser les secondes que les premières dans la mesure où faisant ses choix sur l’intérêt des titres et non sur l’importance des tirages, elle favorise en fait les secteurs où la concentration économique est la moins grande. Les « goûts » ne s’y retrouvent pas comme sur le marché des ventes.

33Les très jeunes (14-19 ans) se différencient des autres tranches d’âges sur deux points :

  • un taux de lecteurs de presse beaucoup plus bas : 41,5 % de lecteurs de presse chez les 14-19 ans, 55,5 % en moyenne ;
  • un taux d’auditeurs de disques deux fois plus élevé : 15,5 % en moyenne, 29,5 % chez les 14-19 ans.

34On note quelques différences de « goûts » entre les Français et les étrangers domiciliés en France (nous n’avons pas ici considéré les étrangers touristes, les étrangers vivant à l’étranger, vu leur faible nombre).

35Les étrangers :

  • sont plus amateurs de presse : 55,5 % de lecteurs en moyenne, 66,5 % chez eux. L’offre en quotidiens étrangers ou revues d’origine étrangère explique pour une part ce plus grand intérêt ;
  • sont plus auditeurs de disques : 15,5 % en moyenne, 22,5 % chez eux ;
  • visitent moins les expositions : 21,5 % en moyenne, 15,5 % chez eux ;
  • « rentabilisent » plus leurs pratiques : 15,5 % de déambulation en moyenne, 12 % chez eux. On sait qu’ils sont nombreux parmi les assidus de la salle d’actualité qui y sont les plus actifs.

36On ne peut parler de réel clivage entre les diverses catégories socio-professionnelles dans leur usage/non usage des différents supports. Les tendances majoritaires, par exemple l’usage de la presse, restent les mêmes pour tous. Les comportements minoritaires, par exemple l’écoute exclusive de disques, sont minoritaires chez tous. Ceci étant, les différences repérées sont tellement répétitives qu’elles ne peuvent être dues au hasard.

37Les chômeurs dans une moindre mesure et les usagers des classes populaires sont toujours en tête des taux d’usage des différents supports et ont la moins grande propension à ne « rien faire ».

38Les usagers originaires des couches intellectuelles sont presque toujours ceux qui utilisent le moins les différents supports. Ainsi :

  • 64 % de lecteurs de presse chez les chômeurs, 51,5 % chez les couches intellectuelles ;
  • 46,5 % de lecteurs de livres chez les chômeurs, 44,5 % chez les classes populaires et 37,5 % chez les couches intellectuelles ;
  • 20 % et 18 % d’auditeurs de disques chez les chômeurs et les classes populaires, 10 % chez les couches intellectuelles ;
  • 5,5 % de non-utilisateurs chez les chômeurs, 19,5 % chez les couches intellectuelles ;
  • 28 % d’usagers de deux supports chez les chômeurs, 30,5 % chez les classes populaires et 22 % chez les couches intellectuelles.

39Si les couches intellectuelles sont moins actives à la salle d’actualité, n’oublions pas qu’elles le sont plus ailleurs : rappelons que ce sont elles qui arrivent généralement les premières dans la lecture et l’achat de livres, de disques, dans l’inscription à d’autres bibliothèques, la visite de musées et d’expositions. Ce sont donc elles qui cumulent et diversifient le plus leurs pratiques culturelles. Elles font souvent partie des habitués mais non des assidus. Elles ont plusieurs « points de chute », ne se veulent pas dépendantes d’une seule source d’approvisionnement en lecture. Elles comptent avant tout sur elles-mêmes, sur les ressources qu’elles se procurent par leurs propres moyens. Si elles sont moins actives, c’est par comparaison à d’autre usagers. Elles restent sur-représentées à la salle d’actualité par rapport à leur poids dans la population nationale. Elles y impriment donc de toute façons, leur marque.

Graphique 19 : Nombre d’usagers des différents supports dans chaque catégorie socioprofessionnelle. (Sur 100 usagers originaires de chaque CSP, nombre de lecteurs de presse, de livres, etc.)

Graphique 19 : Nombre d’usagers des différents supports dans chaque catégorie socioprofessionnelle. (Sur 100 usagers originaires de chaque CSP, nombre de lecteurs de presse, de livres, etc.)

(C.D. = Cl. dom. ; CP = Cl. pop. ; Ch = Chômeurs ; R = Retraités ; E Sc = Etud. Scol. ; CICM = C. Intell. ; CTAM = C. techn. et admn.).

40On note ici, comme on le note dans d’autres études sur la lecture et les bibliothèques, une tendance à la « boulimie » chez les chômeurs et les classes populaires. Ces usagers s’ils sont sous-représentés à la salle d’actualité par rapport à leur importance dans la population française y sont très actifs. On a vu qu’ils avaient, ainsi que les retraités, une tendance plus grande à faire partie des assidus (ceux qui sont venus plus de 50 fois). De même, ils rentabilisent plus leur présence en consultant plus les différents supports. On peut en déduire que si la salle d’actualité, comme d’autres établissements culturels n’engendre pas par un coup de baguette magique, une démocratisation de l’accès à la culture, elle contribue, comme eux, à une atténuation des inégalités culturelles.

41L’étude de l’usage des différents supports par les autres couches socio-professionnelles indique que :

  • les usagers originaires des classes dominantes ont une plus forte tendance à une écoute exclusive de disques, sont amateurs de presse ;
  • les étudiants et scolaires ont deux fois plus que la moyenne une lecture exclusive de livres : 16 % en moyenne, 33 % chez eux ;
  • les retraités affectionnent particulièrement la presse et les expositions ;
  • les usagers originaires des couches techniciennes et administratives regardent plus souvent les expositions.

42Pour résumer les choses autrement :

  • la presse est le domaine de prédilection de tous et surtout des retraités, des chômeurs et des classes populaires ;
  • les livres sont consultés plus encore par les chômeurs, les couches techniciennes et administratives des classes moyennes, les classes populaires ;
  • les disques sont écoutés plus encore par les chômeurs et les classes populaires (les premiers ayant une très forte tendance à l’écoute exclusive) ;
  • la « déambulation » est cultivée par les intellectuels ;
  • le multimédia (deux ou trois supports) est plus pratiqué par les chômeurs et les classes populaires ;
  • les expositions sont plus souvent regardées par les retraités et les couches techniciennes et administratives.

43L’inversion de la hiérarchie entre les pratiques de lecture de livres dans la salle d’actualité et à l’extérieur est particulièrement frappante. C’est tout un rapport différent aux espaces privés (ce que l’on fait chez soi) et publics (ce que l’on fait ailleurs et parmi les autres) qui est ici en cause.

44On peut donc penser que la familiarité ou l’in expérience que l’on a de la salle d’actualité sont bien les critères déterminants dans l’usage de ses ressources, alors que les inégalités sociales étaient sources d’inégalités de pratiques culturelles hors salle d’actualité. Les usagers originaires des couches intellectuelles et dominantes impriment leur marque au lieu par leur présence puisqu’ils y sont sur-représentés par rapport aux autres groupes sociaux, mais non point par leur activité puisqu’ils y sont nettement moins actifs que les autres groupes sociaux. Encore le taux d’activité n’est-il vraiment pas le seul moyen de mesurer des écarts culturels entre différentes catégories sociales. Encore faudrait-il, ce que nous ne pouvons faire dans une étude globale, examiner les choix de lecture ou les choix musicaux dans leur contenu et mesurer l’assimiliation, le profit qui en est fait, le « plaisir du texte » qui s’y met en œuvre et la façon dont chacun des usagers les nomme, les situe dans un univers de représentations.

5. Typologie des usagers des différents supports

45Les utilisateurs des différents supports présentent le même profil que le public de la salle d’actualité : majorité d’étudiants, majorité d’hommes, majorité d’habitués, majorité de jeunes, de parisiens, de diplômés. Mais on le sait maintenant, tel ou tel support a tendance à plus ou moins attirer tel ou tel public. Ainsi :

46La presse est la lecture des personnes qui sont plus souvent encore des habitués, des hommes, des étrangers domiciliés en France, des retraités, des chômeurs, des classes populaires.

47Les livres sont plus consultés par les habitués, les chômeurs.

48Les disques sont plus consultés par les très jeunes (14-19 ans), les chômeurs.

49Les expositions sont plus regardées par les nouveaux, les personnes de plus de 40 ans.

50La déambulation est plus fréquente chez les nouveaux, les femmes, les couches intellectuelles.

51La pratique multimédia se développe avec la familiarité et est plus fréquente chez les chômeurs et les classes populaires.

52Si donc clivage il y a entre les usagers de certains supports et les autres, c’est entre les usagers de presse-livres-disques d’une part et les autres (exposition et « déambulation ») d’autre part qui oppose ceux qui prennent contact avec la salle d’actualité à ceux qui en sont familiers.

Notes

1 Cf. en annexe tableaux 48 et 49.

2 Cf. chapitre sur la presse.

3 Cf. chapitre sur les livres.

4 Sur lesquels il existe une étude très documentée : P.Y. Duchemin. L’écouteur écouté, les auditeurs de musique à la salle d’actualité de la BPI : étude sociologique. — Paris, BPI, 1983. 150 p.

5 Les totaux sont supérieurs à 100 ou 42,5 : une même personne peut consulter différents supports et livres.

6 Nous ne prendrons en compte pour l’instant que les trois supports qui peuvent être, vu leur nombre et leur diversité livres, presse, disques, consultés plusieurs fois, alors qu’une exposition n’est le plus souvent visitée qu’une fois. Cf. en annexe tableau 49.

7 Le taux d’exclusivité est la relation entre l’usage global d’un support et son usage exclusif. Il est pour la presse de 1 sur 2, pour les livres de 1 sur 2,5 et pour les disques de 1 sur 5.

8 Cf. P.Y. Duchemin p. 85 et suivantes.

9 Cf. J. C. Passeron : Images en bibliothèque, images de bibliothèques, op. cit.

10 Encore cette notion d’information est-elle bien restrictive et donne-t-elle une froide pâleur à certains modes de lecture, à certaines écoutes, à certains regards d’image, en un mot à l’esthétique.

11 Cf. : graphique 18.

12 Cf. en annexe tableaux 50, 51, 52, 57, 58, 59.

13 Trois études sur la lecture, op. cit. p. 331.

Table des illustrations

Titre Graphique 16 : Hit-parade des documents et supports utilisés.5
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Graphique 17 : Nombre d’usagers des trois supports : livres, presse, disques et pratiques d’association ou d’exclusivité.
Légende NI TEXTE, NI SON 22,0 % (sauf éventuellement exposition 7 %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Graphique 18 : Nombre d’usagers de différents supports et familiarité avec la salle d’actualité.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Graphique 19 : Nombre d’usagers des différents supports dans chaque catégorie socioprofessionnelle. (Sur 100 usagers originaires de chaque CSP, nombre de lecteurs de presse, de livres, etc.)
Légende (C.D. = Cl. dom. ; CP = Cl. pop. ; Ch = Chômeurs ; R = Retraités ; E Sc = Etud. Scol. ; CICM = C. Intell. ; CTAM = C. techn. et admn.).
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/378/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable